Archives par mot-clé : Tanzanie

Un mois avant les élections générales : la Tanzanie à la croisée des chemins ?

Le 25 octobre prochain, la Tanzanie tiendra ses cinquièmes élections générales – présidentielles, législatives et au niveau des districts – depuis le retour au multipartisme en 1992. La situation, déjà évoquée précédemment 1, a beaucoup évolué ces dernières semaines, rebattant les cartes du jeu politique. Si les tensions pendant cette campagne sont fortes, c’est parce que jamais la compétition n’avait été aussi serrée entre le parti au pouvoir depuis 1961 – le Chama Cha Mapinduzi (CCM) – et son opposition, dont les composantes principales sont désormais unies sous la bannière d’Ukawa. Si l’incertitude est aujourd’hui de mise, d’aucuns estiment que le déroulement du scrutin et ses résultats auront un impact déterminant sur les évolutions à venir du système politique tanzanien.

  1. Nominations, démissions et réalignements partisans

Le processus de nomination interne au CCM a provoqué, à la sortie de l’été, des remous qui ont conduit à un réalignement du système partisan tanzanien : après une campagne interne menée par les deux favoris, l’ancien Premier ministre Edward Lowassa et l’actuel ministre des Affaires étrangères Bernard Membe, c’est finalement un outsider, le ministre des constructions John Pombe Magufuli, qui a été désigné comme le candidat à la présidentielle par le parti au pouvoir.

Ce choix, que de nombreux partisans d’Edward Lowassa ont qualifié de malhonnête et de truqué, a provoqué quelques semaines plus tard la défection de ce dernier vers le principal parti d’opposition – le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema) – qui en a immédiatement fait son candidat à la présidentielle. L’ancien Premier ministre est soutenu par la coalition Ukawa, composée de quatre partis politiques et créée au printemps après le refus de l’opposition de participer au processus de réforme constitutionnelle, et accompagné par Juma Duni Haji comme candidat à la vice-présidence, l’ancien vice-président du parti Civic United Front (CUF) et le ministre des Infrastructures du gouvernement de Zanzibar : il a lui aussi rejoint Chadema puisque la loi électorale tanzanienne oblige les deux membres du ticket présidentiel à appartenir au même parti. Après celle d’Edward Lowassa, les défections se sont multipliées aux échelons inférieurs du CCM, décimant parfois les hiérarchies locales, comme dans la région d’Arusha (d’où vient Edward Lowassa), de Manyara ou de Singida. Au niveau national pourtant, les ralliements sont restés peu nombreux, à l’exception notable de celui de l’ancien Premier ministre Frederick Sumaye, qui est depuis très impliqué dans la campagne de l’opposition.

La nomination d’Edward Lowassa a également eu pour conséquence des démissions au sein même de l’opposition et les deux principaux partis de la coalition ont chacun perdu leur candidat à la présidentielle de 2010. Wilbrod Slaa, l’ancien secrétaire général de Chadema, a tenu une conférence de presse incendiaire le 1er septembre, accusant l’opposition d’avoir vendu son âme au diable en choisissant un candidat impliqué dans le scandale majeur de corruption Richmond2. De son côté, Ibrahim Lipumba, président du CUF et qui avait d’abord joué un rôle important dans le ralliement de l’ancien Premier ministre, a ensuite exprimé ses remords et ses craintes que les projets d’une nouvelle constitution et d’un système à trois gouvernements soient abandonnés par un ancien membre du CCM qui ne s’est rallié à cette solution institutionnelle que tardivement. S’il est resté plus discret sur son opinion personnelle à l’égard d’Edward Lowassa, sa démission a semé le trouble chez certains militants du CUF parmi lesquels il était très populaire. Continuer la lecture de Un mois avant les élections générales : la Tanzanie à la croisée des chemins ?

  1. http://lamenparle.hypotheses.org/247 []
  2. Lors de la sécheresse de 2006, le gouvernement signe un contrat avec la compagnie américaine Richmond concernant la production d’électricité. Dix ans plus tard, des dizaines de millions de dollars ont été payés par la Tanzanie pour un service sans qu’aucun watt n’ait été produit et les ramifications de cette saga judiciaire ont provoqué un nouveau scandale en 2011 dont les conséquences se font sentir jusqu’à aujourd’hui (voir l’article http://lamenparle.hypotheses.org/247. Edward Lowassa, alors Premier ministre de Jakaya Kikwete, avait été forcé à la démission en février 2008 : il estime aujourd’hui qu’il n’a été que la victime d’une vengeance politique et accuse le Président d’être l’acteur central de ce scandale, en lui ayant forcé la main pour poursuivre la collaboration déjà incertaine entre le gouvernement et Richmond. []

Élections en Tanzanie : deux points de vue

L’activité électorale est très importante en Afrique cette année, comme elle l’est depuis plusieurs années maintenant. Ce phénomène traduit une certaine routinisation des pratiques électorales sur le continent, à défaut de produire toujours de l’alternance. Lamenparle lui a déjà consacré plusieurs articles et les mois à venir confirmeront cette tendance. Dernier cas en date, la Tanzanie qui se prépare à des élections présidentielle et législatives prévues en octobre prochain, dans un climat politique et social tendu et incertain. Les deux articles qui suivent en décryptent les enjeux et en analysent les perspectives. Ils apportent un éclairage fouillé et argumenté, au plus près du terrain, à partir de deux angles disciplinaires différents, la géographie et la science politique, qui, loin de s’exclure, au contraire se complètent et se répondent mutuellement.

Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

Dr Maïlys Chauvin, géographe associée à LAM-CNRS, Sciences Po Bordeaux, France

La cartographie présentée ici est issue des résultats officiels affichés par le gouvernement tanzanien et la Commission électorale de Zanzibar. La production de ces statistiques étant fortement critiqué par la société civile et les médias – en particulier à Zanzibar -, les cartes doivent être interprétées avec prudence.

2015 est une année charnière en République Unie de Tanzanie, née de l’union, en 1964, de deux états indépendants, le Tanganyika (qualifié de mainland depuis) et l’archipel de Zanzibar. Les élections générales d’octobre 2015 constituent un enjeu important qui devrait confirmer la fin de l’hégémonie du Chama Cha Mapinduzi (Parti de la révolution), ancien parti unique toujours dominant depuis la mise en place du multipartisme en 1992, dans les deux entités. Elles seront en effet certainement influencées par les déceptions du processus de réforme constitutionnelle qui a mobilisé les citoyens et l’ensemble des acteurs tanzaniens pendant le quinquennat du président Jakaya Kikwete. La tentative de passage en force d’un texte ne restituant pas les vœux des Tanzaniens en faveur d’une Fédération à trois gouvernements pour le Tanganyika, Zanzibar et l’Union, s’est traduit il y a quelques semaines par le report du référendum de validation du texte prévu à l’origine pour le 30 avril dernier. Cette évolution jouera certainement en faveur de l’opposition et, plus particulièrement, du parti de Freeman Mbowe, le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (CHADEMA), Parti de la démocratie et du progrès , sur le mainland, et du Civic Union Front (CUF) de Seif Shariff Hamad, à Zanzibar. Empêchera-t-elle pour autant la domination électorale du CCM et l’amorce d’un véritable tournant dans l’évolution politique du pays ? Menace-t-elle la réconciliation inédite (Maridhiano, kisw.) qui avait donné naissance à un gouvernement d’unité nationale (GNU) à Zanzibar en 2010 ?

Réforme de l’Union  ou inertie constitutionnelle ?

En 2011, dans le cadre de son second mandat, le président de la République Unie de Tanzanie Jakaya Kikwete, issu du parti historique CCM et inscrit dans l’héritage de Julius Nyerere, a présenté un projet de réforme constitutionnelle et nommé une Commission de réforme constitutionnelle présidé par Joseph Warioba, ancien ministre et procureur général. Lors du second semestre 2012, une consultation populaire nationale conduite dans l’ensemble des régions et des départements du pays, a montré que les Tanzaniens tant sur le mainland qu’à Zanzibar, étaient favorables à un changement de structure de l’Union allant dans le sens d’une Union fédérale à trois gouvernements. La légitimité de la structure de l’État tanzanien, au départ temporaire, fondée sur un gouvernement et un parlement pour l’Union (Muungano, kiws.) contrôlant les pouvoirs régaliens sur l’ensemble du territoire, ainsi qu’un gouvernement et un parlement pour l’archipel autonome de Zanzibar, aménagée ensuite pour accueillir un système de parti unique commun aux deux entités1 a en effet toujours été contestée dans les îles mais aussi sur le mainland, où par réaction, plus récemment, on a assisté à la montée d’un nationalisme « tanganyikais ». Ce modèle temporaire devait en effet évoluer et avait été soumis dans ce sens, à une série de réformes, en particulier à partir de 1992 pendant la présidence d’Ali Hassan Mwinyi, sous l’autorité de Francis Nyalali et sous celle de Benjamin Mkapa, avec Robert Kisanga. Il n’a cependant abouti à aucune réforme de fond en faveur du projet fédéral à trois gouvernements. Les membres du CCM, majoritaires au parlement depuis les premières élections multipartisanes de 1995, se sont en effet employés à entretenir une inertie constitutionnelle garantissant la pérennité du système initial. Tout au long du quinquennat de Jakaya Kikwete, les citoyens et les acteurs tanzaniens se sont mobilisés autour d’un nouveau processus de réforme constitutionnelle qui laissait espérer chez certains une réelle évolution vers un système fédéral à trois entités. Mais depuis le travail de l’assemblée constituante en 2014, ces espoirs ont commencé à faiblir et l’histoire semble aujourd’hui se répéter alors que l’électorat et la culture politique, en rupture avec l’héritage nyerériste, évoluent rapidement. En effet, une première proposition de constitution a été présentée par la CRC en juin 2013 à partir des vœux exprimés lors de la consultation populaire de 2012. Elle prévoyait, dans le chapitre 6, une Union à trois gouvernements : un gouvernement et un parlement pour le Tanganyika, un gouvernement et un parlement pour Zanzibar (qui existent déjà dans l’archipel) et un parlement réduit pour l’Union. Cette première mouture a été débattue dans le cadre d’une assemblée constituante à partir de février 2014 pour soixante jours, à Dodoma, capitale de l’Union où siège le parlement. Elle était présidée par Samuel Sitta et constituée de 640 membres (357 députés de l’Union, 82 membres du parlement de Zanzibar et 201 membres de la société civile). La structure de l’Union s’est imposée comme pierre d’achoppement de l’examen de la première version de la constitution. Le CCM défendait le maintien du système en cours tandis que l’opposition soutenait la proposition de la CRC d’une fédération à trois gouvernements. Par ailleurs, les manœuvres partisanes et les irrégularités dans le fonctionnement de l’Assemblée constituante ont suscité les critiques de la société civile et des partis d’opposition. Deux mois plus tard, les membres des deux principaux partis d’opposition (CHADEMA, CUF) et de deux partis minoritaires (NCCR-Mageuzi, National Convention for Construction and Reform – Mageuzi ; et NLD, National League for Democracy) ainsi que des représentants des organisations la société civile ont décidé de se rassembler au sein de la coalition UKAWA (Umoja wa Katiba ya Wananchi ou Coalition des défenseurs de la constitution des citoyens) et de boycotter l’Assemblée constituante. Mais en septembre 2014, les manœuvres du CCM au sein de l’Assemblée constituante ont abouti à la validation d’un texte constitutionnel fortement différent de celui proposé par la CRC et au maintien de la structure actuelle. Continuer la lecture de Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

  1.      La fusion entre la Tanganyika African National Union (TANU) de Julius Nyerere, sur le continent, et l’Afro Shirazi Party (ASP) d’Abeid Karume, à Zanzibar, a permis la création du CCM, en 1977. []

A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?

            Les élections présidentielles et législatives prévues en octobre prochain seront les cinquièmes depuis le retour au multipartisme en Tanzanie : si l’ancien parti unique CCM (Chama Cha Mapinduzi, le parti de la révolution), est de nouveau quasi assuré de garder la mainmise sur la présidence et le Bunge (l’Assemblée Nationale), elles seront sans aucun doute les plus disputées depuis la première édition de 1995. De nombreux acteurs internationaux, de l’opposition et de la société civile n’hésitent plus aujourd’hui à exprimer ouvertement leur inquiétude quant à la tenue d’un scrutin pacifique et sincère, à défaut d’être libre et équitable. La Commission Nationale Electorale (NEC) peine en effet à enregistrer les 24 millions d’électeurs potentiels et les atteintes aux libertés se sont multipliées depuis quelques mois. Après avoir rassemblé près de 40% des suffrages en 2010 – un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis les premières élections multi partisanes de 1995 – l’opposition a triplé son score aux élections locales de décembre 2014 en emportant 24% des suffrages. Cette dynamique est parallèle depuis 2010 à l’effritement de l’hégémonie électorale du CCM et une forme d’épuisement des mécanismes de mobilisation sociale traditionnellement utilisés par le parti pour se maintenir au pouvoir.

 Les récents évènements méritent d’être lus à la lumière des dynamiques et contradictions du régime politique tanzanien : la situation est aujourd’hui caractérisée par l’incertitude et il est pour l’instant difficile de savoir si l’année 2015 marquera une étape dans l’habituation à la compétition politique en Tanzanie ou sera au contraire l’occasion du raidissement d’un système de parti hégémonique.

  1. L’échec du processus constitutionnel & contrôle de l’environnement institutionnel

             Les 18 derniers mois ont été marqués en Tanzanie par les déboires du processus de réforme constitutionnelle : prenant son propre parti par surprise, le Président Kikwete avait annoncé début 2011 vouloir remplacer la Constitution de 1977, fondée sur le triptyque de la suprématie du parti, de la présidence « impériale » et d’une Union à deux gouvernements (Shivji, 2008 : 181). Les amendements constitutionnels du début des années 1990 n’ont pas fondamentalement remis en cause la fusion « de facto » entre l’Etat et le parti (Makulilo, 2008) et le contrôle du processus de transition par le CCM et son « gradualisme prudent » ont rendu possible une situation monopole politique en contexte multipartisan (Nyirabu, 2002 : 105).

La commission de réforme constitutionnelle Warioba (du nom de son président), après avoir recueilli les avis de près d’un million de citoyens, avait proposé des aménagements substantiels, dont l’adoption d’une structure fédérale à trois gouvernements (un pour la République Unie, un pour le Tanganyika et un pour Zanzibar). S’emportant contre cette solution qu’ils considèrent comme un danger à l’existence même de l’Union, le gouvernement et le parti au pouvoir sont restés fermement accrochés au statu quo à deux gouvernements, au nom de l’héritage du père de la Nation Julius Nyerere. L’Assemblée constituante, composée des membres du Bunge et de la chambre des représentants de Zanzibar ainsi que d’un tiers de membres de la société civile nommés par le Président, a adopté le 2 octobre 2014 une proposition de loi fondamentale : après un long et laborieux processus, elle a rejeté la quasi totalité des propositions de la commission Warioba et finalement conservé intacte la structure institutionnelle de la République et la répartition des pouvoirs en son sein. Continuer la lecture de A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?