Urbanisme hyper-moderniste et renouveau autoritaire à Zanzibar

Par Marie-Aude Fouéré

photographie Marie-Aude Fouéré

Zanzibar connaît un boom urbanistique et immobilier qui devrait radicalement modifier sa physionomie dans les années à venir. La population, de 1,3 millions d’habitants pour seulement 2654 km2, dépassera 2 millions d’habitants en 2037 (recensement et prévisions de 2012). Près de 300 000 touristes visitent l’archipel chaque année, et le gouvernement souhaite porter ce chiffre à ½ million dès 2020, nécessitant donc tout un ensemble d’infrastructures adaptées. Ce boom est porté par l’État aussi bien que par le secteur privé.

Des projets surdimensionnés

Deux vastes projets émergent de terre à 50 km au sud de la capitale de Zanzibar, à Fumba. « Fuma Town Development » est une ville en miniature avec ses maisonnettes pour les classes supérieures, ses magasins, ses espaces verts, ses accès à la plage et ses zones récréatives (http://www.fumba.town). Ce projet est le fruit d’un partenariat privé-public (PPP) associant CPS Live Ltd, un promoteur immobilier privé allemand, et le gouvernement de Zanzibar via la banque nationale et la Zanzibar Investment Promotion Authority (ZIPA). Des portes ouvertes organisées le 19 août 2017 ont permis aux curieux ou intéressés de découvrir l’état d’avancement de cette ville nouvelle. Le second projet est « Fumba Uptown Living », lancé par le magnat zanzibarite Said Salim Bakhresa. Il s’agit aussi d’une vaste ville nouvelle qui, avec ses 700 maisonnettes et quelques immeubles modernes en bord de mer, cible les classes moyennes. Une large promenade bordée de palmiers récemment plantés et de hauts lampadaires avec leurs néons bleus est déjà accessible aux badauds. Une usine de transformation de lait a été installée à l’entrée de la ville et un nouveau port privé est en construction pour gérer le fret de l’entreprise sans avoir à dépendre du port principal de Zanzibar, encombré et dysfonctionnel. Un troisième projet se prépare dans la même zone, appelé la « Fumba Satellite City », encore peu publicisé.

L’entreprise AzamAzamBakhresa se déploie aussi au nord de la ville de Zanzibar, à Mtoni, où le « Mtoni Marine Water Park », gigantesque projet immobilier, comprendra des logements, des hôtels luxueux, une marina, un parc d’attraction et une île artificielle, « Chapwani Paradise Island », aussi prévue pour accueillir de cossus cabanons pour les touristes. La plage originelle a déjà été entièrement remodelée et des caméras filment régulièrement les avancées du projet, dont les images sont rediffusées sur des écrans géants sur le site même de construction mais aussi dans les ferry qui font la traversées entre Zanzibar et Dar es Salaam, propriété du groupe AzamAzamBakhresa. Enfin, au nord-est de l’île, près du village de Matemwe, le gigantisme va atteindre son comble puisqu’un projet de méga-resort a été lancé, le « Zanzibar Amber Resort ». Au coût prévu de 1,6 milliards de dollars (les chiffres varient), ce grand chantier touristique de l’entrepreneur Pennyroyal Limited, entreprise de Gibraltar, fait intervenir le constructeur chinois MCC Overseas pour édifier « 1900 villas de luxe, 3500 appartements, des hôtels 5 étoiles, un golf de luxe et 100 000 m2 de boutiques » (Daily News, 17 décembre 2016) dont une partie conquise sur la mer sera modelée en forme de palmier.

Le gouvernement de Zanzibar ne s’associe pas seulement à des projets venus de l’extérieur au sein desquels il s’impose comme un acteur central, grâce à des PPP, ou comme simple supporter enthousiaste de chantiers privés qui auront un impact important sur l’industrie touristique de l’archipel, donc sur le produit intérieur brut, et entraînent l’amélioration du réseau routier. Il conçoit et impulse aussi ses propres projets de développement et planification urbaine, bien qu’il dépende toujours de fonds privés ou de prêts d’agences publiques ou paraétatiques pour les réaliser. Ainsi, dans le quartier de Bwawani qui jouxte le vieux centre urbain de Stone Town, un hôtel à cinq étoiles doit voir le jour, ainsi que des grands centres commerciaux, une salle de conférence de standard international et des espaces de jeux, sur financement de Quality Group Ltd, un conglomérat tanzanien. D’autres grands projets actuels relèvent d’une planification urbaine de plus grande ampleur, qui vise à favoriser la décentralisation du développement économique, aujourd’hui centré sur la capitale de l’archipel, notamment dans le but de contrer les méfaits d’une urbanisation sauvage ou faiblement contrôlée. Quatorze villes ont été identifiées, dans les deux principales îles de l’archipel, Unguja et Pemba, et inscrites dans la National Spatial Development Strategy de 2015. Les projets pilotes mis en place dans ces villes associeront renouveau économique et valorisation du patrimoine historique bâti. Les périphéries proches de la vieille ville, notamment le quartier de barres d’immeubles de Michenzani, doivent également donner lieu à des mesures de protection et de valorisation pour le rendre plus attrayant pour les visiteurs mais aussi pour les activités commerciales. Michenzani, « pièce maîtresse d’un programme visant à faire de Zanzibar une société et une ville socialiste »[1], est un ensemble d’habitat collectif érigé à Zanzibar après la Révolution de 1964 suivant des plans d’urbanisme empruntés à l’Allemagne de l’Est. Un grand centre commercial est en construction, grâce aux prêts de la ZSSF (Zanzibar Social Security Fund), face à la nouvelle Tour de la Révolution[2] érigée dans le cadre des commémorations du cinquantenaire de la Révolution.

Urbanisme mondialisé et réussite individuelle

Des études récentes sur les politiques de grands travaux en Afrique de l’Est soulignent combien le nouveau capitalisme d’État s’inscrit dans la continuité des projets adoptés au sortir de l’indépendance, qui s’appuyaient sur une foi dans le progrès technologique pour transformer radicalement les sociétés africaines au plan économique, social et moral. Elles mobilisent les travaux de James Scott, dans son ouvrage Seeing Like a State[3], pour montrer que les nouvelles infrastructures ne sont pas des outils neutres mais les véhicules de représentations et des instruments de contrôle. Ces « infrastructures enchantées »[4] incarnent certaines conceptions de la modernité et du progrès arrimées au pouvoir de la science et de la technologie, et permettent aux régimes en place d’accentuer leur contrôle sur un territoire, des populations et des imaginaires.

Les différents chantiers en cours à Zanzibar s’inscrivent dans ces réflexions sur la politique des grands travaux en Afrique de l’Est, même s’ils laissent deviner une multiplicité de conceptions et d’attentes. Par exemple, le Fuma Town Development s’accompagne d’une « vision » qui associe rhétorique du développement personnel, idéal familial et esprit néolibéral. La ville nouvelle est décrite comme un lieu où chacun peut réaliser « l’histoire de sa vie », « voir grandir ses enfants, entourés d’une famille aimante » mais aussi « trouver sa vocation », « réaliser ses rêves » et « vivre l’entrepreneur que l’on porte en soi » dans un espace avec « des opportunités illimitées ». C’est à Fumba que « votre histoire commence ! », affirme un slogan du site internet. Il s’agit d’un discours censé être adapté aux classes supérieures que cible ce projet immobilier.

Construire, c’est faire la nation

Les projets portés par l’Etat adoptent quant à eux le langage de la construction de la nation qui associe progrès économique et social, et renforcement de l’idée nationale. Parce que le régime en place est issu du parti au pouvoir depuis l’indépendance, les représentants du gouvernement ravivent la rhétorique révolutionnaire qui, depuis 1964, fait de la Révolution le mythe de fondation de la nation zanzibarite. Par exemple, les bénéfices du chantier de Bwawani ne sont pas vus comme strictement financiers, mais aussi politiques et idéologiques. Dans son discours à la Chambre des Représentants le 5 avril 2016, le président Ali Mohamed Shein présenta la revitalisation de Bwawani en ces termes : « Cet hôtel sera mis en valeur comme exemple de réussites de la Révolution Sainte de Zanzibar de 1964 ». En effet, après la Révolution de 1964, le nouveau régime s’engagea dans des politiques de modernisation urbaine plaquées sur les standards occidentaux, notamment avec l’aide d’experts est-allemands. Le président Abeid Karume (1964-1972) fit construire à Bwawani le premier hôtel de standard international de l’archipel, avec piscine et ascenseur, où les quelques visiteurs étrangers autorisés à se rendre dans l’archipel devaient résider et qui fut brandi comme le symbole de cette nouvelle modernité. En termes esthétiques, Dubai est le modèle ultime, comme ailleurs en Afrique de l’Est. On sait qu’au Kenya, le projet Vision 2013[5] affirme que les nouveaux chantiers vont « amener Dubai au Kenya ». À Zanzibar, pendant la campagne présidentielle de 2015, le président sortant Ali Mohamed Shein, candidat pour un second mandat, mobilisait aussi Dubai comme exemple à suivre. La Tour de la Révolution construite dans le quartier de Michenzani s’inspire de cette esthétique moderniste arabisante, comme son architecte l’explique, affirmant que la Tour est  le symbole d’une modernité capable de rivaliser avec des édifices construits ailleurs dans le monde. Continuer la lecture de Urbanisme hyper-moderniste et renouveau autoritaire à Zanzibar

Instituts Confucius : l’atout charme de la Chine

Article paru dans « Repenser l’Afrique », France Forum, n o66, juillet 2017. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction. https://www.institutjeanlecanuet.org/content/repenser-afrique

Par Ellina Chhay, membre du programme géopolitique de l’Asie de l’Institut Open Diplomacy

 

Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent !

 

L’analyse des liens entre la Chine et l’Afrique se fonde essentiellement sur l’économie et la politique abordées de manière géostratégique et notamment sur l’exploitation et le contrôle des ressources naturelles comme le pétrole et les matières premières. Ce type d’approche reste classique et ne prend pas en compte les particularités de la présence chinoise en Afrique, si décriée par les occidentaux qui ne voient pas d’un bon œil la mainmise de Pékin sur le continent africain. Afin d’asseoir son influence et de conforter son statut de puissance internationale, la Chine met l’accent sur la promotion du mandarin à travers les instituts Confucius (IC). Quels sont les objectifs de ce soft power chinois ? Dans quelle mesure les instituts Confucius d’Afrique servent-ils les intérêts chinois ?

UN SOFT POWER BIEN CHINOIS… Le concept de soft power a été popularisé par Joseph Nye qui le définit comme « la capacité d’une nation à obtenir d’autres nations ce qu’elle souhaite par l’attrait de ses valeurs, de sa culture et de ses politiques plutôt que d’utiliser la coercition ». Lors de la tenue du 16e Congrès national du Parti communiste chinois en 2002, la Chine a érigé le soft power comme fondement de sa politique étrangère afin de renforcer son attractivité. Ce concept appliqué à la Chine se caractérise par une approche confucéenne visant à « construire une société harmonieuse », à « développer le multiculturalisme » et à « créer un environnement international pacifique » dans lequel le développement économique de la Chine se poursuivrait. En outre, ce soft power ne s’applique pas seulement aux états, mais aussi aux régions, aux organisations et aux individus.

La langue chinoise peut alors être vue comme un outil de soft power permettant d’étendre le pouvoir du Parti-état. Ainsi, les instituts Confucius répondent à cette mission de rayonnement de la Chine en faisant de sa culture un des piliers de son développement économique. Les IC sont des établissements culturels à but non lucratif dont la vocation est de diffuser le mandarin et de promouvoir la culture chinoise en facilitant les échanges culturels. Ils sont dirigés et financés par le Hanban, bureau national pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, qui relève du ministère chinois de l’éducation. Depuis l’ouverture, en 2004, du premier institut à Séoul, en Corée du sud, les IC se sont multipliés à travers le monde. Selon le Hanban, on compterait actuellement plus de 500 IC au total, dont 46 en Afrique. Ce nombre devrait passer à 100 d’ici à 2020.

Au cours des dernières années, la présence chinoise s’est accentuée en Afrique en raison d’un besoin en ressources naturelles. Premier partenaire commercial de l’Afrique, la Chine aime à rappeler les liens d’amitié qui l’unissent au continent africain depuis la conférence de Bandung, en 1955. Elle réaffirme son soutien dans la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme et porte un discours prônant la coopération sud-sud et le respect de la souveraineté pour chercher à obtenir l’adhésion des dirigeants africains. Alors que sa politique économique et commerciale génère des frictions côté africain, sa politique culturelle est bien accueillie. L’empire du Milieu voit en les IC un moyen d’améliorer son image auprès des populations locales, mais aussi de former et de sensibiliser les élites africaines de demain à une meilleure compréhension historique, politique et culturelle de la société chinoise. Grâce au mandarin, les apprenants africains jouent le rôle d’intermédiaires avec les acteurs chinois présents en Afrique. Dans le cadre du plan d’action 2016-2018 du Forum de coopération sino-africaine (FOCAC), la Chine a prévu d’offrir 30 000 bourses à des étudiants africains.

Depuis une décennie, leur nombre augmente de 35 % par an. D’après le ministère chinois de l’éducation, ils étaient, en 2014, 41 677 en Chine. Former de futures générations d’intellectuels, en particulier dans les pays en voie de développement, constitue une subtile forme de soft power.

… MAIS CONTESTÉ DANS LE MONDE ENTIER. Calqué sur le modèle des Alliances françaises ou des Goethe Institute allemands, le fonctionnement des IC en diffère néanmoins. Ces derniers sont implantés au sein même d’une structure étrangère (bien souvent une université) et rattachés à une université partenaire chinoise. Chaque IC est géré et financé par le Hanban à hauteur de 100 000 dollars par an. Ce soutien financier pose la question de la liberté académique des programmes dispensés. Des universités comme l’université d’état de Pennsylvanie ont qualifié les IC d’outil de propagande servant les intérêts chinois et s’opposent à en accueillir au sein de leur campus. Des pressions sont exercées de la part des officiels chinois pour éviter les controverses comme la question du Tibet ou pour entraver la venue d’opposants politiques. Au Canada, par exemple, l’attribution d’un doctorat honorifique au dalaï-lama par l’université de Calgary a été sanctionnée par son retrait de la liste des établissements accrédités. Certaines universités comme celle de Stockholm, première à accueillir un IC en Europe en 2005, ont décidé de fermer les IC de leur campus. Toutefois, en Afrique, on considère que la restriction académique est propre au domaine culturel chinois.

L’objectif du soft power est d’améliorer l’image de la Chine, de créer une perception positive de sa politique à l’échelle internationale et de lutter contre l’idée d’une « menace chinoise », notamment en Afrique. Pour cela, la Chine se sert des IC qui deviennent un outil essentiel de son soft power en participant à sa stratégie d’expansion culturelle. Son succès dépend de la capacité du pays à vendre son image à l’Afrique, mais aussi de la capacité de cette dernière à acheter cette image. En outre, l’intérêt suscité par les IC auprès des Africains est, sans aucun doute, lié à des perspectives économiques, plus qu’à une réelle envie d’apprendre le mandarin.

Selling Brazilian fashions, the women of Angola’s ‘suitcase trade’ spot trends and pedal dreams

Article précédemment paru sur The Conversation
An Angolan importer buying Havaianas in the market of Brás, São Paulo, Brazil. Léa Barreau Tran, Author provided

 


Angola, a Portuguese-speaking country, is strongly influenced by the cultural output of Brazil, the world’s Lusophone powerhouse. Brazil is often represented as a land of hope in Angola. Angolans can’t get enough of its telenovelas, the intrigue-filled television dramas that are broadcast daily on Angolan channels, or of the glamorous styles worn by soap opera stars. To satisfy women’s fashion demands, a growing number of female entrepreneurs in Angola’s capital Luanda are hitting the road, travelling by plane to Brazil, among other fashion hubs, to buy up coveted Brazilian styles. They return with suitcases full of clothing, Havaianas flip-flops and accessories to sell to eager consumers in Luanda’s informal markets.

The once-industrial district of Brás in downtown São Paulo is known for its sweatshops, clothing stores and informal markets. Diego Torres Silvestre/Flickr, CC BY-SA

The Brazil-Angola connection

This woman-led, pop culture-driven South-South fashion trade, which has been largely overlooked in research on African gender mobility, results from Angola’s struggling post-war economy. Since the end of the 26-year Angolan civil war in 2002, the country has had high unemployment and an undiversified market, compelling entrepreneurs to look abroad for opportunity. The textile trade’s “suitcase traders”, or moambeiras, as the female importers are often called, are mainly mothers and heads of households aged 30 to 50, who live in Luanda’s poor periphery. Independently but as part of a network, they organise regular buying trips on one of four weekly flights between Luanda and São Paulo, Brazil, a global fashion centre. Though there is no official data on the subject, the number of Angolan women travelling to Brazil is estimated at around 400 per week.

An African restaurant in São Paulo’s Brás district. Léa Barreau Tran, Author provided

 

To reduce costs and to make them feel less isolated on business trips, which may last a few days or a week, the moambeiras stay in hostels in São Paulo that specialise in housing African traders. In Brazilian markets, though, the Angolan women will mix with other buyers and retailers from across the world. Each year 11 million people come to São Paulo from Latin America, Africa, Asia, and Europe to shop.

African communities in São Paulo

Because of its low production costs and large night markets, São Paulo is also an important place for informal or illegal commerce. For the moambeiras, there is no better place to shop than the Feira da Madrugada, located in the megacity’s Brás district, which has thriving African networks.

The large night market of São Paulo.

 

Restaurants and hostels that specialise in African clientele offer places to socialise, make connections and, for many, spaces where black Africans in Brazil, a multi-ethnic society with prevalent racial discrimination, can feel comfortable. “Here it’s ours,” claimed one moambeira during my doctoral research in Brazil in 2013, referring to São Paulo’s African enclaves. As the manager of the Victoria hotel, where many Angola women are housed, told me, “They made the hotel their home here in Brazil! They feel at home, [they] have a certain level of intimacy with us, in terms of freedom.”

Brazil has long held an ambiguous power of attraction in Africa, especially for Portuguese-speaking countries, such as Angola and Mozambique. The country has high crime and violence rates that may strike fear into the hearts of travellers, but the Brazilian TV series so popular at home also show the country as a land of hope and opportunity. In 2011, about 15,000 Africans from 55 different countries were officially registered in Brazil, and sources report the number of Angolan residents of Brazil at around 1,100. Some of them are refugees, though exact numbers are unknown.

For Portuguese speakers, Brazil also offers unparalleled opportunity for economic and educational advancement. Because fashion is by its nature an aspirational industry and telenovelas have a demonstrated impact on women’s behaviour and world views, for Angolese female consumers, wearing Brazilian clothes may represent something more than just good style. It may feel like an act of empowerment.

An episode of the Brazilian TV show ‘Salve Jorge’.

The end of hope?

Joana, a 36-year-old Angolan, travels to Brazil once a month to buy clothes and Havaianas. She explained to me how she selects clothing according to the characters played by Brazilian actresses.

The first place people look is telenovelas for the latest trends, you see people imitate them: ‘Oh, she dressed like that’! So they call the clothing after the actress or character. Like, if it’s someone from Xica da Silva, everyone starts calling it the ‘Xica da Silva’. When you buy…you [want to] bring back a Xica da Silva, this is what we [do].

Angolan female trader selling wares from Brazil and China in Luanda’s Africampo market. Léa Barreau Tran, Author provided

 

As 42-year-old Mariazinha said of Brazil:

I like that country. It’s a bit hectic, but I like it…because I don’t need to learn a new language…. So I decided to go to a country where we have the same language, even if their Portuguese is slightly different. This way I don’t waste much time.

This ease of access motivates female traders to continue travelling to Brazil despite the cost of plane tickets and high Angolan customs taxes that take a bite out of their bottom line. But trade destinations are shifting quickly. Today, Brazil is in the midst of a severe economic crisis. Austerity and political collapse are hurting its image as a land of opportunity for African migrants and entrepreneurs. Meanwhile, China’s fortunes are on the rise, as is its investment in Africa. For Angolan textile traders, as for other segments of the global clothing trade, it is quickly becoming one of Brazil’s main competitors.

In 2013, Joana mentioned to me that she was considering going to China to pursue business, but was concerned about her ability to navigate there considering that she lacked a local network.

By 2014, when I met her back in Luanda, that hurdle had evidently been cleared. Joana showed me the Chinese clothing she was already selling.

Chinese wholesale aimed at African consumers in Guangzhou, China. Léa Barreau Tran, Author provided

 

As the Chinese market swiftly adapts to offer clothing in colours and styles that appeal to African tastes, its competitive edge over Brazil is sharpening for Angola’s moambeiras. Linguistic and cultural challenges aside, Chinese businesses have demonstrated a willingness to engage in trade with Africans, and the low price of Chinese goods helps to offset the higher cost of airline tickets. This informal garment trade is one small part of the growing commercial relationship between China and Angola. Still, not all female entrepreneurs can pull off such a trip, especially given Angola’s current economic crisis. In the long run, whether the entrepreneurial moambeiras of Luanda set their sights on China or keep business focused on Brazil, these women will continue to reveal the global origins of Angola’s informal trade – and its fashion style.

 

Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

C. BOUQUET
Les Afriques dans le monde
23 juin 2017

La mondialisation ne cesse d’étonner. On savait que les fluctuations du cours du riz au Chicago Board of Trade pouvaient se répercuter en moins de 24 heures sur les marchés d’Antananarivo. Mais on n’avait pas encore imaginé que l’effondrement du cours du cacao pourrait avoir un rapport avec la colère des soldats ivoiriens, alors même que les planteurs se résignent à leur sort.

Il est vrai que la Côte-d’Ivoire est bien placée pour illustrer cet apparent paradoxe : c’est, d’une part, le premier producteur mondial de cacao et, d’autre part, c’est un État qui n’a jamais été porté sur la chose militaire. On se souvient que le président Félix Houphouët-Boigny, au moment des indépendances en 1960, avait préféré déléguer la défense de son pays à l’armée française plutôt que prendre le risque de nourrir chez ses compatriotes en treillis l’ambition de le renverser.

Cinquante ans après, le camp de Port-Bouët abrite encore plus de 1000 militaires français, censés servir de base arrière à l’opération anti-terroriste Barkhane, tandis que l’armée ivoirienne compte environ 22 000 hommes dont le comportement récurrent semble donner raison aux inquiétudes du « Vieux », puisqu’ils passent beaucoup plus de temps à se rebeller qu’à effectuer, sinon des opérations militaires orthodoxes, du moins des manœuvres d’entrainement de routine.

Il convient aussi de rappeler que cette armée n’a guère de passé fondateur. La maigre troupe tolérée par Houphouët-Boigny s’était embourgeoisée depuis la fin des années 1970 en échappant aux mesures d’austérité exigées par le FMI. Ainsi, les militaires avaient fait partie des « décrochés » de la grille indiciaire de la fonction publique, c’est-à-dire qu’ils continuaient à toucher des salaires confortables pendant que les « raccrochés » voyaient leurs revenus fondre au rythme des mesures d’austérité des PAS (programmes d’ajustement structurel).

Puis les soldats, comme les autres, ont été confrontés à la corruption des élites, et c’est pour protester contre des primes non payées à ceux qui avaient servi en 1998 comme casques bleus en Centrafrique (la MINURCA) qu’ils étaient sortis dans les rues en décembre 1999. Ils ont ainsi découvert l’ivresse du racket et des pillages, puis celle du pouvoir puisque le général Robert Gueï profita de la situation pour renverser le président élu Henri Konan Bédié.

La débandade – au sens militaire du terme – s’accentua en 2002 lorsque certains choisirent de soutenir Guillaume Soro, ex-leader du syndicat étudiant, dans sa révolte du nord qui provoqua une partition du pays pendant près de cinq ans. Lors de l’Accord politique de Ouagadougou (2007) qui réunifia la Côte-d’Ivoire, il fut admis qu’un certain nombre de ces soldats perdus, ainsi qu’un nombre plus grand encore de civils armés pendant la rébellion (soit 8 400 hommes au total) seraient intégrés à l’armée régulière. Mais l’application de cette disposition n’ayant jamais été claire, les intéressés finirent par se signaler lors d’une première « mutinerie » en novembre 2014.

Ceux qui avaient effectivement été intégrés dans l’armée « régulière » réclamaient le paiement de leurs arriérés de salaires pour la période 2009-2011. La promesse de règlement n’ayant pas été tenue, de nouvelles mutineries éclatèrent en janvier 2017, aggravées par des exigences supplémentaires : aux 5 millions de Fcfa (7 600 €) dus au titre de la régularisation, les ex-combattants ajoutaient 7 millions de Fcfa (10 600 €) qu’ils justifiaient par d’autres promesses aussi peu étayées que surréalistes (une villa et une prime dite Ecomog correspondant à des opérations imaginaires).

Et, pendant ce temps-là, plusieurs facteurs se combinaient dans l’ombre de l’économie de marché pour faire dégringoler les cours du cacao : d’abord une surproduction ivoirienne (1,9 million de tonnes, contre 1,5 lors de la précédente campagne) mal compensée par une faible augmentation de la demande, puis une réorientation des spéculateurs qui abandonnèrent certaines matières premières agricoles pour aller faire du profit ailleurs. S’ajoutèrent quelques rumeurs sur le vieillissement des vergers ivoiriens, ou sur la menace du swallen shoot (maladie des cacaoyers), et la tonne de cacao passa de 2 600 livres sterling en juillet 2016 à 1 400 livres en janvier 2017, au moment où les ex-combattants recommençaient à s’énerver.

De telle sorte que l’État ivoirien, privé de l’essentiel de ses recettes budgétaires, n’était plus en mesure de remplir ses promesses et dut proposer un échelonnement des versements : 5 millions en janvier 2017 et 7 millions en mai 2017.

Hélas, comme dans toute fuite en avant, le temps que l’État croyait avoir gagné joua contre lui. Ces millions distribués aiguisèrent en effet les appétits, notamment ceux des ex-combattants qui n’avaient pas été intégrés dans l’armée mais qui avaient été insérés dans le programme DDR (Démobilisation, Désarmement, Réinsertion), c’est-à-dire plus de 60 000 individus. Et, de leur côté, les fonctionnaires rappelaient qu’il subsistait dans leur secteur un stock d’arriérés qu’il serait judicieux de ne pas oublier. Continuer la lecture de Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

Boubacar Haidara

Alors que les efforts de pacification du Mali s’enlisent dans le septentrion du pays, un nouveau foyer de tensions semble s’être durablement formé dans le centre, donnant régulièrement lieu à des affrontements armés, particulièrement mortels, entre les communautés peule et bambara. Le processus de sortie de crise et de stabilisation du Mali, entamé depuis plusieurs mois entre l’Etat et les groupes armés à l’issue de la crise de 2012, n’a visiblement eu que de très faibles effets jusqu’à présent. Ce qu’on remarque, en revanche, c’est la multiplication des groupes armés aujourd’hui plus nombreux qu’avant la signature des accords de paix, en 2015. En outre, le Mali n’a jamais perdu autant de soldats (victimes d’attaques terroristes) que sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Kéita, alors même que son accession au pouvoir, en 2013, avait été vue comme l’amorce de la sécurisation et de la stabilisation du Mali.

Le centre du Mali, un nouveau foyer de tensions

Depuis janvier 2015, 52 attaques (visant militaires et populations civiles, et faisant plusieurs morts) ont à ce jour été perpétrées dans le centre du Mali, par divers groupes armés1. La confusion sécuritaire au nord du pays, qui a abouti à la diffusion des menaces armées dans les régions centre et sud, apparait davantage préoccupante, dans la mesure où elle tend à revêtir des formes de « guerre civile », à savoir un conflit armé opposant diverses ethnies d’une même région. Le constat est qu’aujourd’hui le terrorisme djihadiste s’est durablement implanté dans des régions jusque-là épargnées, avec des communautés entières suspectées, à tort ou à raison, d’en être les bras armés, rendant parfois les rapports interethniques très conflictuels et meurtriers.

Entre le 1er et le 5 mai 2016, dans les localités de Koriguiri et Maleimana (région de Mopti, au centre du pays),  des affrontements intercommunautaires avaient opposé des membres des communautés peules (qui revendiquaient des pâturages) et bambara (qui défendaient des terres supposées être les leurs), faisant une soixantaine de morts parmi les Peuls. Ce conflit, comme d’autres de même nature intervenus précédemment, ont suscité au sein de la communauté peule un sentiment de frustration et d’injustice. Ce sentiment d’injustice, dont les Peuls s’estiment être victimes de la part des Bambaras, a été accentué par l’idée que ces derniers jouiraient du soutien manifeste des autorités administratives et militaires de la région. C’est dans ce contexte de fortes tensions interethniques qu’on assista, le 18 juin 2016, à la création d’une milice d’autodéfense peule dénommée l’Alliance pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ASIPRJ), rejoignant ainsi la liste (déjà très longue) des milices ethniques d’autodéfense qui opèrent un peu partout au Mali. L’ASIPRJ, dès sa création, se fixait pour objectif clair de « rendre justice aux paisibles populations peules du delta central du Mali »2 qui, depuis le début de la crise malienne de 2012, subiraient régulièrement, selon les propos de son leader Sidi Békaye Cissé, « des tortures et des exactions génocidaires » de la part de l’armée malienne.

Les Peuls, les nouveaux djihadistes maliens ?

Le 19 juillet 2016, un attentat contre la base militaire de Nampala faisait 17 morts et 38 blessés parmi les militaires maliens. Une attaque doublement revendiquée par la brigade Macina du groupe djihadiste Ansar Dine3 (Ansar Dine katiba sud) et par Sidi Bakaye Cissé, au nom de l’ASIPRJ. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, les deux groupes armés liés aux attentats de Nampala ne sont pas aussi distincts qu’ils ont pu paraitre au moment des faits. On se rappelle qu’avant son affiliation à la « maison-mère » Ansar Dine, l’actuel Ansar Dine katiba sud, qui opère dans le Macina, se dénommait Front de libération du Macina, et que son chef était le prédicateur peul Amadou Kouffa. Le mouvement se présentait alors comme une milice communautaire, à l’instar de l’ASIPRJ, et poursuivait le même objectif que ce dernier, à savoir la défense des populations peules contre les exactions des militaires maliens et d’autres milices ethniques.

Le Front de libération du Macina, ce groupe armé composé d’anciens membres du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et de quelques éléments d’Ansar Dine, a été lancé en janvier 2015. Sa création aurait pour objectif d’aboutir au rétablissement de l’empire peul du Macina4, cet État théocratique de la fin du XIXe siècle. Depuis sa formation, ses membres ont mené des attaques contre plusieurs localités au centre du Mali : Tenenkou, Dioura, Boulkessi, Gathi-Lemou, Dogofry… « On leur prête aussi une participation à l’attaque de l’hôtel Byblos à Sévaré, qui a fait 4 victimes dans les rangs du personnel onusien »5, le 8 août 2015. La plus emblématique de leur attaque reste cependant celle menée contre la base militaire de Nampala.

La transformation du Front de libération du Macina, une milice communautaire à l’origine, en mouvement djihadiste, combinée à l’apparition de l’ASIPRJ, et leur association dans l’attentat de Nampala, pourraient répondre aux objectifs d’Ansar Dine : d’une part, s’étendre dans le centre du Mali, d’autre part, réorganiser le djihadisme malien en s’appuyant sur les communautés locales à travers une répartition des « zones d’influence : Kidal aux Touaregs, Tombouctou aux Arabes et la région de Mopti-Sévaré aux Peuls »6. Ansar Dine semble y être aisément parvenu dans le centre du Mali, à travers l’instrumentalisation de frustrations communautaires peules. La conséquence en est qu’à l’instar des Touaregs qui ont souvent été, dans leur globalité, assimilés à des rebelles, les Peuls, notamment ceux du Macina, sont eux aussi, le plus souvent sans aucune distinction, suspectés de complicité avec les djihadistes. Fermement convaincus de cette idée, les militaires maliens opérant dans les localités concernées se seraient alors rendus coupables de nombreuses exactions : arrestations arbitraires, vols de bétails, exécutions sommaires… Après la reconquête du Nord-Mali avec l’aide de l’armée française, les soldats maliens « avides de revanche ont exprimé toutes leurs frustrations cédant à plusieurs amalgames, dans la première région réoccupée : le Macina (Centre). Ce qui a alimenté le ressentiment des Peuls à l’égard de tout ce qui représente l’Etat »7.

L’organisation des Peuls en divers mouvements armés est sans doute en partie liée à ce constat. Si certains parmi eux se sont très certainement affiliés au mouvement djihadiste de la Katiba sud d’Ansar Dine pour des raisons idéologiques, d’autres semblent avoir aussi été guidés par leur désir ardent de vengeance à l’encontre des Bambaras et des militaires maliens, faisant ainsi de leur combat « un hybride entre djihad et révolte sociale »8. Amadou Kouffa et les autres islamistes de la région invitent les Peuls à une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et des structures communautaires traditionnelles « quasi féodales »9. Ils parlent ainsi « de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts ».10

Le 11 février 2017, un affrontement sanglant a opposé des membres des communautés bambara et peul de Ké-Macina. Le bilan officiel a fait état de vingt morts et dix-huit blessés (il semblerait que les autorités maliennes aient largement minimisé le nombre de victime). A l’origine du conflit, l’attaque d’un commerce tenu par un Bambara par des éléments identifiés comme étant peuls, et fidèles du prédicateur Amadou Kouffa. Ils s’en seraient pris au commerçant qu’ils suspectaient d’être un informateur de l’armée malienne. C’est en représailles de cet incident que des Dozos (chasseurs traditionnels Bambaras) auraient pris pour cible la communauté peule de la commune, n’épargnant ni femmes ni enfants. Continuer la lecture de Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

  1. Source : rapport du Centre pour le dialogue humanitaire de l’Institut du Macina, mars 2017, 60 p. []
  2. Propos du leader de l’ASIPRJ, Sidi Bakaye Cissé, évoqués dans L’indicateur du Renouveau  du 20 juillet 2016. []
  3. Ansar Dine « Les défenseurs de la foi » est un groupe armé salafiste djihadistes opérant dans le nord du Mali, qui fut  fondé au début de l’année 2012 ; il est dirigé par Iyad Ag Ghaly. []
  4. En 1818, Sékou Amadou Barry, un modeste marabout peul guidé par sa foi, met en déroute à Nankouma une coalition de Bambara et d’Ardos (chefs traditionnels peuls). Il prend alors le nom de Cheikou Amadou et, par une série de guerres saintes, parvient à soustraire l’ensemble de la région à l’influence du royaume bambara de Ségou. Il en convertit la population et met en place le royaume théocratique de la Dina (royaume du Macina), qui s’étendit de Ségou à Tombouctou avant d’être finalement détruit par le conquérant toucouleur El Hadj Oumar Tall en 1862. []
  5. Airault, P. « Au Mali, en territoire peul, la naissance d’un futur Boko Haram », L’opinion, 30 août 2015, [En ligne]. http://www.lopinion.fr/edition/international/mali-en-territoire-peul-naissance-d-futur-boko-haram-56453 []
  6. Airault, P. Ibid. []
  7. Sangaré, B. « Le centre du Mali : épicentre du djihadisme ? », Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, 20 mai 2016, [En ligne]. http://www.grip.org/sites/grip.org/files/NOTES_ANALYSE/2016/NA_2016-05-20_FR_B-SANGARE.pdf []
  8. Sangaré, B. Ibid. []
  9. En guise d’illustration de ce propos, lorsque les bergers peuls traversent une terre avec leur bétail, ils doivent payer une redevance au proprietaire. Kouffa les enjoint à ne rien payer car, selon lui, la terre appartient à tout le monde. []
  10. B. Sangaré, propos évoqués dans Le Monde Afrique du 27 janvier 2017, [disponible sur internet] : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/27/apres-le-nord-le-centre-du-mali-menace-a-son-tour-de-s-enflammer_5069975_3212.html []

Les petites entreprises informelles africaines au défi des technologies numériques

La diffusion rapide du mobile et des usages d’internet sont-ils susceptibles de contribuer au développement des entreprises informelles dans les pays en développement et émergents ? LAM a lancé en 2016 un projet de recherche ambitieux, avec le soutien de la direction de la recherche d’Orange, dont l’objectif principal est de renforcer la compréhension des usages numériques des entrepreneurs informels en Afrique subsaharienne. Le projet prévoit plusieurs études, dont une enquête par questionnaire auprès de 500 micro et petites entreprises informelles dans l’agglomération de Dakar, et une enquête ethnographique complémentaire. En amont de ces enquêtes en cours de réalisation, nous avons réalisé un état de l’art détaillé de la littérature portant sur l’usage des TIC dans le monde en développement afin d’identifier les canaux à travers lesquels ces dernières peuvent avoir un impact sur la dynamique et les performances de micro et petites entreprises informelles. Nous en présentons dans cette note les principaux résultats. Le rapport complet est accessible sur : https://recherche.orange.com/les-petites-entreprises-informelles-africaines-au-defi-des-technologies-numeriques/

Jean-Philippe Berrou
Maître de conférences en économie à Sciences Po Bordeaux et chercheur au LAM (http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/users/jean-philippe-berrou)

et

Kevin Mellet
Sociologue au département de recherches en sciences sociales d’Orange (https://digital-society-forum.orange.com/fr/auteur/37-mellet_kevin)

 

Le continent africain connaît depuis 15 ans des transformations économiques et sociales rapides. Avec sur cette période des taux de croissance économique annuels moyens de plus de 5%, le continent a suscité de nombreux espoirs quant à ses perspectives d’émergence. Pour autant, l’essoufflement récent de cette croissance révèle la persistance de vulnérabilités structurelles importantes dans nombre des économies africaines. La place occupée par le secteur informel constitue l’un des aspects les plus visibles et emblématiques de cette fragilité caractéristique des économies des pays en développement.

Partiellement conduites en dehors des réglementations publiques et caractérisées par un ensemble d’activités économiques extrêmement hétérogènes et souvent précaires (artisanat, réparation, restauration, petit commerce, etc.), les activités économiques informelles ont connu une croissance rapide au cours des dernières décennies, notamment en milieu urbain. En Afrique subsaharienne, le secteur informel représente un poids considérable en concentrant entre 60 et 70% des emplois non agricoles et entre 25 et 50% du PIB, selon les pays (figure 1). En l’absence de création d’emplois rapides dans les activités dites « modernes », l’informel reste la principale source de revenus d’une grande partie de la population. Il s’agit manifestement d’une réalité avec laquelle il faudra donc compter au cours des prochaines décennies, et qui soulève de nombreux défis, tant du point de vue de leur modernisation et de l’accroissement de leur productivité que de leur formalisation et de leur mise en conformité avec un certain nombre de normes et de réglementations, notamment en matière de travail décent.

[Figure 1 : Emploi informel en pourcentage de l’emploi non agricole]

Source : Vanek et al. (2014) (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Face à ce double défi de la modernisation et de la formalisation des entreprises, le développement rapide des technologies de l’information et de la communication (TIC) sur le continent est de nature à offrir de nouvelles perspectives aux acteurs économiques (figure 2). L’explosion des usages numériques, et notamment du mobile, en Afrique, pourrait soutenir la dynamique des unités de production informelles de multiples manières (figure 3). Avec un mobile GSM simple, il est aujourd’hui possible de négocier avec des fournisseurs ou des clients, de recevoir des informations sur les prix des matières premières ou encore de transférer de l’argent et de recevoir des paiements. Avec un smartphone, il est possible d’animer une page Facebook ou une page web commerciale pour y présenter ses produits et services, de partager des photos et des vidéos, d’avoir des conversations avec des groupes d’utilisateurs via la messagerie instantanée, de consulter des vidéos de tutoriels ou de s’informer sur l’état du marché.

[Figure 2 : Pénétration des TIC en Afrique]

Source : ITU World Telecommunication/ICT Indicators database (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

[Figure 3 : Nombre de cartes SIM actives pour 100 habitants en 2014]

Source : Atelier LAMENCARTES – Sciences Po Bordeaux. http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/page/afrique-abonnes-la-telephonie-mobile (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

La littérature en sciences sociales montre que les effets des TIC sur les micro et petites entreprises relèvent schématiquement de quatre principales fonctions (Aker et Mbiti, 2010). Les TIC sont : (i) un instrument de coordination sur les marchés ou les filières en facilitant l’accès à l’information et en réduisant les coûts de transaction ; (ii) un instrument d’inclusion financière à travers le développement du mobile money, soit la fourniture de services financiers par le biais d’un appareil mobile1 ; (iii) un instrument de gestion pouvant assurer un usage et une allocation plus efficace des ressources dans l’entreprise ; (iv) un instrument de modernisation et d’amélioration de la gouvernance publique.

Le rôle des TIC en tant que dispositifs de coordination se manifeste essentiellement à travers deux mécanismes (Jensen, 2007). Premièrement, dans un contexte de fortes imperfections de marchés, l’usage des mobiles est de nature à réduire les coûts de transaction et à favoriser tant l’intégration aux marchés de petits producteurs auparavant marginalisés que le développement et le renforcement d’interactions marchandes en amont et en aval de leurs activités. Dès lors, les TIC participent de l’amélioration de l’efficience des marchés via un meilleur accès à l’information sur les prix et des arbitrages plus efficaces (avec des effets notables sur la formation et la stabilité des prix). Pour chacun de ces deux mécanismes, l’importance et la nature des effets restent toutefois à discuter au regard des spécificités des marchés en Afrique et, notamment, des effets potentiels sur les structures de ces marchés (pouvoir de marché, segmentation, renforcement des inégalités). Continuer la lecture de Les petites entreprises informelles africaines au défi des technologies numériques

  1. Cette définition large du mobile money – improprement traduit par « paiement mobile » – englobe un éventail de services, comprenant les paiements (comme les transferts pair-à-pair ou le paiement de factures et de salaires), la finance (tels que les produits d’assurance) et les services bancaires (tels que la consultation du solde du compte). Dans la pratique, une variété de techniques existe, comme l’envoi de SMS pour transférer de la valeur ou l’accès aux détails de comptes bancaires via l’Internet mobile. Bien que les téléphones mobiles soient au centre de toutes ces utilisations, le mobile money est davantage que cette simple technologie dans la mesure où, pour être mis en action, il nécessite une infrastructure de retrait et de dépôt de trésorerie, qui est habituellement prise en charge par un réseau d’agents locaux, qui reçoivent une commission pour convertir l’argent dans sa valeur électronique (et vice versa). []

Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

Les conclusions de l’article «En Afrique, le paludisme recule mais les fièvres de toutes origines tuent plus», paru dans Le Monde Afrique du 24 février 2017 (http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/24/en-afrique-le-paludisme-recule-mais-les-fievres-de-toutes-origines-tuent-plus_5085156_3212.html?xtmc=ghalia&xtcr=2) sont évidentes pour qui étudie les systèmes de santé en Afrique. L’article affirme que le paludisme commence à être enrayé en Afrique grâce aux efforts déployées depuis de nombreuses années par les différents acteurs internationaux, mais que cela s’accompagne d’une hausse de la mortalité due à d’autres maladies fébriles. En effet, la fièvre n’est pas considérée comme pouvant être symptomatique d’autres pathologies, ce qui mène à un traitement systématique de toute fièvre par des anti-paludéens. Les principaux coupables seraient d’une part les patients, pratiquant l’automédication et prenant automatiquement un traitement anti-paludéen dès l’apparition d’une fièvre, et d’autre part le personnel médical local, enclin à considérer toute fièvre comme indicatrice de paludisme.

Le sur-diagnostic de la malaria est en effet une réalité et il est bon que cela soit enfin pris en compte par les instances sanitaires mondiales afin non seulement de parvenir à une évaluation fine et adéquate de la prévalence des maladies fébriles et à une meilleure prise en charge de ces pathologies, mais aussi de rediriger les fonds consacrés au paludisme vers d’autres maladies tout aussi mortifères pour les populations africaines. Il n’en reste pas moins que blâmer les locaux, que ce soit les populations qui refuseraient de croire les médecins et de suivre le traitement qui leur est proposé, ou le personnel médical qui serait incapable de poser un diagnostic, est non seulement gênant mais aussi contre-productif. La lutte contre le paludisme s’inscrit dans une histoire et une économie spécifiques, et on ne peut les ignorer si on souhaite comprendre ce qui a conduit à cette situation.

Un bref rappel historique

Au moment de la colonisation, et alors que la médecine était utilisée comme instrument de propagande coloniale, la lutte contre cette maladie fut considérée comme cruciale car permettant d’obtenir rapidement des résultats probants, et donc des gains politiques. En focalisant les efforts d’éradication uniquement sur le vecteur de la maladie, le moustique Anopheles, par l’utilisation de moustiquaires imprégnées  d’insecticides, le combat était facile à mener. Ce modèle de contrôle de la maladie n’a par la suite pas été remis en cause, et la lutte contre le paludisme a continué à être considérée prioritaire car pouvant être menée sans remettre en question les conditions socio-économiques des populations atteintes tout en permettant d’obtenir rapidement des bénéfices économiques et politiques majeurs au profit d’une certaine idéologie. Ce fut notamment le cas au moment de la guerre froide, où l’Afrique fut un terrain d’affrontement entre les deux blocs. Les historiens de la médecine peuvent pourtant confirmer que le paludisme a pu être éradiqué en Europe et en Amérique du Nord grâce à des mesures fortes portant sur l’amélioration des conditions socio-économiques des populations atteintes, et par là par leur responsabilisation dans l’élimination de la maladie.

De plus, les projets médicaux dans les pays dits en développement s’articulent autour d’un expert externe, international, provenant des pays dits développés, apportant aux locaux, que ce soit les populations ou le personnel médical, des connaissances dont ils manqueraient à propos des traitements, des techniques de protection ou des moyens de diagnostic. Ceux-ci ont ainsi été placés dans un état de dépendance par rapport aux techniques venues des pays dits développés. Les échanges autour de la pathogénie et de la prophylaxie du paludisme en particulier, et des maladies tropicales en général, sont rendus inégalitaires de par une dissymétrie dans l’accès à l’information. Les experts “internationaux” obtiennent plus rapidement des informations sur les espèces locales de moustiques et leur distribution sur le territoire, de par leur position dominante d’”expert”, que les experts “locaux”, non reconnus comme tels, sur les dernières techniques de contrôle. On se trouve devant une situation classique de distribution des rôles entre l’expert “international” possédant la connaissance, le « comment faire », et l’expert local réduit au rôle d’ »informateur local ». Pas étonnant donc que le personnel médical se soit senti dépossédé de ses propres connaissances sur la maladie en particulier, et de son aptitude à poser un diagnostic de manière plus générale, ce qui a ensuite  eu, bien entendu, des conséquences sur . ses relations avec les patients.

Enfin, l’éradication des médecines « traditionnelles » afin d’asseoir la domination d’un modèle médical favorable aux intérêts politiques et économiques des pays dits développés, et notamment de trouver des marchés pour leurs firmes pharmaceutiques a non seulement mené à l’explosion du marché des contrefaçons, évidemment néfastes pour la santé publique car à l’efficacité nulle dans le meilleur des cas, mais aussi détruit la confiance placée dans des formes de médecine dite « traditionnelles » pour la placer toute entière dans la biomédecine. Les nombreuses campagnes de sensibilisation au paludisme ont bien évidemment permis une amélioration de l’utilisation des moustiquaires, mais aussi créé ce sentiment au sein des populations que le paludisme était la cause prédominante des symptômes fébriles.

Un enjeu politique et financier

Un article de PMI (President Malaria’s Initiative)1 de 2008 portant sur le diagnostic de la malaria parmi les enfants en milieu urbain en Angola était parvenu aux mêmes conclusions que l’étude menée au Kenya citée dans l’article plus haut cité. Quelles ont été les mesures prises à l’issue de ces résultats? Non pas une réévaluation des procédés de diagnostic de la maladie, mais simplement un redéploiement des moyens consacrés à la lutte contre la malaria dans les régions rurales. Qu’un programme tel que le PMI n’ait pas été capable de remettre en cause ses propres politiques en matière de lutte contre le paludisme indique que les préjugés quant à la prévalence du paludisme ont la vie dure. Continuer la lecture de Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

  1. President’s Malaria Initiative est un programme d’aide bilatérale créé en 2005 par George W. Bush, alors Président des Etats-Unis, et a pour objectif de diminuer la mortalité due au paludisme notamment des groupes  considérés comme particulièrement vulnérables (femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans) en Afrique sub-saharienne et dans trois pays de la région du Mékong. []

Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe.

Salim Chena, chercheur associé à LAM

« Maroc: plus de 850 migrants entrent dans l’enclave espagnole de Ceuta ». Depuis, une quinzaine de jours, la presse rapporte la multiplication des tentatives collectives de passages de migrants subsahariens irréguliers sur le sol européen. Cette route migratoire, celle de la seule frontière terrestre entre Afrique et Europe, n’est pourtant pas nouvelle ; plus encore, ce fut par elle que le « scandale » arriva tant cette route a représenté, il y a presque vingt ans maintenant, le péril ultime menaçant l’Europe face à des « clandestins » organisés et solidaires (Laacher, 2007 ; Alioua, 2011).

En effet, au début des années 2000, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne ont lancé la politique dite d’externalisation des frontières de l’Union européenne, aujourd’hui largement banalisée au travers des hotspots. Il s’agit, en réalité, d’une gestion déterritorialisée de l’immigration et de l’asile dans laquelle le candidat est sélectionné, vetted, avant même d’entrer dans l’espace européen selon une logique à la fois utilitaire et sécuritaire (Valluy, 2009). Le Maroc fut le premier pays maghrébin à transposer juridiquement les exigences européennes – restrictives et répressives – en matière de politique migratoire dans la loi 02-03 du 11 novembre 2003 (Belguendouz, 2005)1, puis il a abrité la Conférence euro-africaine sur les migrations de 2006. A l’origine de ces inquiétudes, pour dire le moins, européennes, se trouvent les enclaves espagnoles dans le nord du Maroc : les villes de Ceuta et Mellila – considérées comme des colonies par Rabat. Puis, après les évènements de l’automne 2005, ce fut la route des Canaries – bien plus longue et dangereuse – qui se développait, puis s’est déplacée de Laayoune (Maroc) à Nouadhibou (Mauritanie) jusqu’à Saint-Louis (Sénégal). Cette nouvelle route – parmi d’autres à venir – avait donné à la jeune agence Frontex l’occasion de prouver son utilité avec les Opérations conjointes Hera – chargées de surveiller les îles Canaries et les côtes d’Afrique de l’Ouest – qui en ont finalement eu raison.

Mais, au-delà d’une conception étriquée de la sécurité2, il y a une réalité politique et sociale de la migration irrégulière. Depuis le début du XXIè siècle, le Maghreb redécouvre son africanité par intermédiaire des études sahariennes et que l’économie politique des grandes découvertes, puis les frontières et l’éducation coloniales avaient occultée ; le tropisme européen du Maghreb méditerranéen n’a été remis en cause qu’après la fermeture progressive de l’espace européen aux maghrébins dès les années 1980 et 1990 et l’intériorisation de l’espace saharo-sahélien comme limes stratégique – autant à l’échelle régionale dans le triangle relationnel Maroc-Algérie-Libye qu’à l’échelle globale avec l’introduction du Sahara comme théâtre périphérique de la Global War on Terror américaine. Surtout, le rôle d’entrainement des politiques publiques des Etats pétroliers dans le développement du Sahara a contribué à urbaniser le désert et à revitaliser des activités traditionnelles (transport, commerce) à l’heure de la mondialisation.

Avant de tenter de passer les barrières de sécurité, il faut attendre dans les montagnes adjacentes, s’y replier en cas d’échec ou s’y cacher des forces de sécurité marocaines. L’organisation de la vie dans les montagnes remontent au début des années 2000, lorsque le nombre de candidats au passage nécessita une organisation pour se cacher, passer et survivre. Sous plusieurs formes, noms et structures, ces systèmes de solidarité se sont autonomisés, spécialisés et perfectionnés autour de l’économie du passage – parallèlement aux moyens physiques, technologiques et humains sécurisant la frontières. L’expérience de l’exil se trouvait structurée par les rapports de la marchandisation de l’exil. La rationalisation du passage mettait en jeu des techniques de plus en plus audacieuses, mais impliquant aussi plus d’investissements ; les rôles, les tours et les sanctions positives ou négatives associées au passage en faisait la principale ressource commune. D’un passage aux coûts modestes, les prix pouvaient aller de 800 à 3000 euros, voire plus si l’intermédiaire appliquait des marges supplémentaires ou ne rendaient pas le service attendu L’autonomisation de l’exil des exilés, sous la forme marchande, illustre la réification de l’exil par l’extraction d’une plus-value par une multitude d’acteurs (Chena, 2016 : 83-131).

Les tentatives collectives de passage, appelées « attaques forcées » par les premiers concernés, répondent à plusieurs facteurs. Il faut d’abord accepter une évidence que seule une approche d’une trop rapide ne pourrait voir : pour un migrant irrégulier désireux d’entrer en Europe, la voie des grillages n’est pas la meilleure. Elle est extrêmement difficile étant donné le niveau de sécurisation de la frontière, d’autant que les forces de sécurité aussi bien marocaines qu’espagnoles sont connues pour ne pas faire dans la nuance pour ceux qui se blesseraient en escaladant les barrières ou auraient la mauvaise idée de se faire attraper. Autrement dit, les chances de succès sont maigres, les risques d’arrestation, d’emprisonnement et de refoulement (vers l’Algérie ou le sud marocain) sont importants, mais l’absence de moyens, associée au faible coût de la procédure, viennent équilibrer ce calcul rationnel. Elle implique souvent plusieurs tentatives car il est possible de se faire refouler ou éloigner sans procédure. Ensuite, comprendre la marchandisation de l’exil nécessite de saisir que ce mode de passage – le moins coûteux au Maroc – est parfois celui de la dernière chance3); non seulement la vie en forêt est physiquement et moralement difficile, mais la pression sécuritaire rend indispensable une organisation resserrée – celle bien connue aujourd’hui des chairmen – pour assurer la cohabitation des communautés, se protéger des forces de sécurité, survivre (se nourrir, dormir, se laver…) et, bien entendu, passer. Or, prévarication et abus de pouvoir existent contre les ressources communautaires (issues des « droits de ghetto ») ou les plus vulnérables – notamment les femmes. Vivre en foyer dans un quartier populaire de Rabat ou Casablanca, même dans l’attente d’un hypothétique passage, est logiquement préférable ; d’où l’existence d’un va-et-vient entre villes et forêts de certains migrants selon les opportunités de passage et les moyens disponibles par l’intermédiaire d’une circulation de l’information. Enfin, la pression sécuritaire et la pression sur les ressources communautaires amènent à tenter le tout pour le tout, en réduisant le nombre d’exilés en attente de passage, souvent las d’être les boucs émissaires de la xénophobie européenne et maghrébine quand eux se sont engagés dans une démarche volontariste à l’heure de la mondialisation néolibérale.

Aujourd’hui, le Maroc n’est plus la panacée de ceux – une minorité – qui souhaitent tenter la migration irrégulière vers l’Europe : au début des années 2000, « l’Espagne, c’était gratos » disait un exilé en souvenir d’un temps où l’absence de sécurisation de la frontière et la faible demande de passage rendaient « l’aventure » plus facile. De même, la migration transsaharienne depuis l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale vers le Maghreb, au début des années 2000, ne se déploie plus dans l’économie politique de cette période avec l’apaisement de la situation ivoirienne et l’émergence d’une « croissance africaine ». Pour atteindre l’Europe, la Libye est aujourd’hui privilégiée – en dépit des risques immenses que la traversée du pays puis de la Méditerranée impliquent4 – grâce aux entrepreneurs de groupes criminels organisés égyptiens, libyens et italiens. Cependant, la nationalité des ressortissants (Erythrée, Soudan, Somalie…) indique des « migrations de crise », alors que les nouveaux modèles individualisés et non-linéaires des circulations sahariennes contemporaines relèvent de logiques d’individuation. En termes purement quantitatifs, en réalité, le Maroc n’a jamais été la passerelle vers l’Europe qui a été vendue aux opinions publiques pour justifier la politique migratoire européenne restrictive et répressive. En outre, depuis 2015, le Maroc a lancé une politique de régularisation des migrants irréguliers – une première dans la région. Elle a permis – malgré plusieurs limites – de sortir du no rights’ land de l’exil 25 000 personnes (selon les chiffres officiels), notamment du Sénégal, de Syrie, du Nigeria et de Côte d’Ivoire. Il ne resterait que 10 à 15 000 « clandestins » au Maroc selon Hicham Rachidi du Gadem (association marocaine de protection des migrants). L’opération reprend, d’ailleurs, en 2017.

Néanmoins, ce n’est peut-être pas vers le contexte interne de la communauté migrante qu’il faut se tourner pour comprendre l’importance prise par ces attaques forcées, mais éventuellement vers l’actualité régionale et internationale. La rivalité algéro-marocaine, qui se projette de Washington à Bruxelles pour l’hégémonie au Maghreb, connaît de nouveaux soubresauts par presse et institutions interposées, tandis que plusieurs manœuvres militaires ont eu lieu ces derniers mois par les protagonistes du plus ancien conflit irrésolu du continent. La décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de ne pas intégrer à l’accord agricole les produits provenant du Sahara occidental, en décembre 2016, est le premier recul significatif pour le lobbying marocain à Bruxelles. La réaction du ministre de l’Agriculture marocain a été de menacer de se tourner vers d’autres partenaires (Russie, pays émergents, Afrique subsaharienne), puis de s’interroger sur l’utilité d’être le sous-traitant de l’UE pour la gestion des frontières : « Comment voulez-vous que nous continuions à empêcher l’émigration africaine et même marocaine si l’Europe refuse de travailler avec nous ? Pourquoi continuer de servir de gendarmes ? ». Car les fameux « migrants » sont au coeur d’un marchandage diplomatique euro-maghrébin depuis le lancement de la Politique européenne de voisinage (PEV) : surveillance des frontières, répression des migrants et réadmissions en échange de transferts de fonds et de technologie, d’approfondissement des partenariats stratégiques et de promesses d’une plus grande influence dans la politique extérieure européenne ; d’ailleurs, les régularisations lancées au Maroc s’intègrent aussi à la politique africaine du Royaume. Le retour du Maroc dans l’Union africaine apparaît pour l’instant comme un succès en demi-teinte, et il s’adapte à un nouvel environnement régional et international. L’instrumentalisation réaliste des mobilités humaines – bref, une des formes de la réification des exilés – avait déjà été utilisée lors de la crise de l’îlot de Persil voyant s’opposer les souverainetés marocaine et espagnole en 2003. Elle l’a tout autant été lors de la révolution libyenne en 2011 : un Kadhafi aux abois forçant – littéralement – des migrants raflés à embarquer sur des chalutiers à destination de Lampedusa pour déstabiliser l’ancien allié Berlusconi et ses partenaires français et anglais, tandis que les rebelles promettaient de reprendre le flambeau de la sous-traitance du contrôle des frontières européennes dans les eaux territoriales maghrébines. L’exemple de l’accord passé entre en l’UE et la Turquie en mai 2016 est le plus récent, avec un régime en situation de dérive autoritaire ayant largement exploité les ressources qu’il pouvait tirer de ses frontières avec le Proche-Orient.

Ceuta et Melilla exemplifient également, à l’échelle locale, la guerre déclarée aux migrants. La sécurisation des frontières, fondée sur la transformation discursive des migrations en problème de sécurité (Waever, 1995), y a trouvé un laboratoire de choix, depuis la mise en place du Système de vigilance intégré espagnol (SIVE) en 2004, mettant en évidence le nouveau triangle de la répression : recherche scientifique, industries militaires de hautes technologies et Etats au tournant du populisme. Caméras thermiques, détecteurs de mouvements, barbelés rasoirs, installation d’une barrière de sécurité puis doublement (Ceuta) et triplement (Melilla), extension de leur hauteur de trois à six mètres, creusement de fossé et installation de barrières du côté marocain… Le tout en moins de quinze ans, pour des résultats plutôt contrastés quant à l’efficacité du dispositif mais broyant de l’humain à la chaine pour décourager les importuns.

Quel futur pour les frontières européennes ? Les recherches menées dans le cadre du 7e Framework Programme (2007-2013) de l’Union européenne annoncent la couleur, notamment dans l’espoir de développer des outils unmanned – sans pilote – pour détecter et appréhender les migrants. Ces nouvelles technologies sont pensées et développées avec un soutien financier venant pour moitié, voire pour les deux tiers, des institutions européennes au profit de firmes multinationales (Thales, Dassault-Aviation, BAE Systems, ADS Defence…) et de centres de recherches académiques5. Il ne s’agit pas de gadgets hi-tech, de drones de jardins ou de jouets 3.0. Trois grands axes structurent ces projets devant aboutir à des frontières panoptiques mobiles. En premier lieu, le recours à de hautes technologies devant renforcer la position et la compétitivité européenne sur le marché international des technologies de surveillance et de sécurité ; en second lieu, la tendance à la militarisation de la surveillance et du contrôle des frontières extérieures ; en dernier lieu, le nexus entre industries militaires, institutions politiques et recherches académiques dans le triple objectif de commercialisation profitable, de maîtrise des frontières et d’ »excellence » scientifique et technologique. Le déplacement de la frontière extérieure de l’UE vers la Méditerranée et le Sahara s’appuie sur une capacité de mobilisation de moyens de surveillance et de contrôle coercitifs et modulables permettant le découplage définitif entre frontière physique et contrôles aux frontières. Cette nouvelle forme d’extraterritorialité, qui n’est possible qu’avec la complicité des Etats partenaires piégés dans un échange inégal, mais satisfaits de disposer de moyens, d’outils et de la complaisance nécessaire pour assurer la résilience des autoritarismes, éclaire de façon originale la notion de souveraineté qui ne repose plus sur la territorialité du pouvoir mais sur sa capacité à l’omniscience et à l’omniprésence. Big brother, s’il est désormais installé, est d’abord passé par les frontières.

Références citées :

Mehdi ALIOUA, L’étape marocaine des transmigrants subsahariens en route vers l’Europe : l’épreuve de la construction des réseaux et de leurs territoires, thèse de sociologie, sous la direction d’Alain Tarrius, soutenue le 29 juin 2011, Université Toulouse II Le Mirail (UT2 Le Mirail).

Abdelkrim BELGUENDOUZ, « Expansion et sous-traitance des logiques d’enfermement de l’Union européenne : l’exemple du Maroc », Cultures & Conflits, n°57, 2005, pp. 155-219.

Ken BOOTH, « Security and Emancipation », Review of International Studies, vol. 17, n°4, 1991, pp. 313-326.

Salim CHENA, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil, Paris, Karthala, 2016.

Smaïn LAACHER, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, 2007.

Jérôme VALLUY, Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Broissieux, Editions Le Croquant, 2009.

Ole Wæver (1995),  »Securitization and Desecuritization », in Ronnie D. Lipschutz (ed.) On Security, New York, Columbia University Press, 1995, pp. 46-86.

  1. Il sera suivi par la Tunisie et la Libye en 2004, puis par l’Algérie avec deux lois en 2008 et 2009. La première  restreint l’entrée et le séjour des étrangers (et prévoit la création de centres de rétention); la seconde pénalise la sortie illégale du territoire dans le contexte du développement de la harga (émigration irrégulière en arabe maghrébin). []
  2. Par opposition aux débats théoriques (épistémologiques et ontologiques) autour de la notion même de sécurité au sens militaire qui animent la discipline des Relations internationales : voir par exemple Booth, 1991. []
  3. Avec les enclaves, le détroit de Gibraltar rapproche de 15 km au mieux les territoires marocain et espagnol , par exemple : « Un exilé ivoirien interrogé à Maghnia [en Algérie] avait tenté de passer, depuis Tanger vers l’Espagne, par ce moyen en s’accrochant à un bidon lui servant de bouée : sans grand espoir ni argent, et épuisé moralement, ce fut pour lui une tentative de la dernière chance avant de devoir rebrousser chemin pour rester en vie » (Chena, 2016 : 100, note 38 []
  4. Là encore, l’échec de la stratégie européenne de surveillance des frontières est patent tant les sept vaisseaux de guerre, les quatre hélicoptères et les trois avions de surveillance maritime mobilisés peinent à freiner le nombre de départs depuis le lancement de l’Opération Sophia il y a près de deux ans maintenant. Un rapport parlementaire français à paraître confirme les informations parues dans la presse : les passeurs des côtes libyennes ne donnent aux bateaux que le minimum de carburant nécessaire pour sortir des eaux territoriales (interdites aux navires européens), et chargent ensuite les migrants de contacter les secours pour être pris en charge et entrer en Europe par une demande d’asile – auparavant, quand ils le pouvaient, les bateaux étaient renvoyés vers la Libye empêchant les migrants de déposer une demande d’asile, ce qui constituait une violation du droit international ; Le Canard enchaîné, 22 février 2017. A titre de comparaison, l’Opération Mare Nostrum qu’avait menée seule l’Italie, entre 2013 et 2014, apparaît comme un succès, notamment sur le plan humanitaire. []
  5. Pour prendre la pleine mesure des objectifs poursuivis par les subventions européennes à la recherche sur la sécurité des frontières, il est vivement conseillé de se reporter à la brochure Investing into security research for the benefits of European citizens de septembre 2011 entre les pages 94 et 123 avec des projets comme le « Sea Border Surveillance » (Seabilla), le « Transportable autonomous patrol for land border surveillance system » (Talos) ou le « Wide maritime area airborne surveillance » (Wima²). []

ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Juste au-dessus du camion, une question : « L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? ». Vu de loin, cela pourrait ressembler à l’affiche d’un parti politique (en fait serait-il maintenant plus juste, dans le cas français, de mettre « partis » au pluriel) désireux d’alerter une fois de plus l’opinion des menaces conjuguées que constituent « la crise migratoire » et « la crise des banlieues », en partant du présupposé que celle-ci est alimentée par celle-là. Mais c’est la couverture d’un livre écrit par un chercheur enseignant à Sciences po et récemment invité à le présenter à LAM (Les Afriques dans le monde), le centre d’études africaines de Sciences Po Bordeaux. Un livre dont le titre, Africanistan, associé à ce qui précède, peut suggérer que le type de violence auquel a été confronté l’Afghanistan des Talibans est amené à se propager depuis l’Afrique jusqu’aux banlieues françaises par l’intermédiaire de camions bondés de migrants qui traversent le Sahara.

Pareille couverture suscite une simple réaction de malaise, pour ne pas dire plus, avant même que le livre ne soit ouvert : celui-ci, par son simple aspect extérieur, paraît de prime abord auréoler d’une caution intellectuelle les pires clichés qui peuvent être actuellement véhiculés sur les banlieues et les migrations en France. Supposer que les migrants qui traversent le Ténéré visent la France est démenti par tous les ouvrages qui ont sérieusement étudié les migrations transsahariennes (certes avant 2010), lesquels montrent qu’une petite partie des migrants transsahariens poursuivent leur trajet en Europe, au cours d’un projet qui se construit sur la route bien plus qu’il n’est défini au départ2. Supposer que les tensions politiques, sociales et économiques qui affectent actuellement des banlieues françaises sont directement produites par les migrations fait aussi l’objet de dénonciations régulières de la part de chercheurs, entre autres, engagés dans le débat public3. Supposer que l’on (« on » c’est-à-dire, souvent, les Européens) est confronté à une « crise migratoire » sans précédent, alimentée par la guerre et par la pauvreté que connaissent des pays d’Afrique ou du Proche-Orient, est tout autant mis en question par des chercheurs qui rappellent notamment que l’Europe ne constitue la destination que d’une petite minorité des migrants et des déplacés à travers le monde4. Loin de moi l’idée d’affirmer que ces différentes suppositions sont celles de l’auteur d’Africanistan, qui précise bien à la fin de l’ouvrage qu’il ne « souscrit en rien aux thèses populistes d’un parti et d’une famille bien connus » (p. 331). Mais elles n’en sont pas moins suggérées par l’étonnante association de la couverture et du sous-titre que j’imagine visibles dans un certain nombre de librairies, tout comme par le titre des interventions médiatiques destinées à faire la promotion de l’ouvrage.

Cette couverture suscite d’autant plus malaise et étonnement que, lorsqu’on ouvre l’ouvrage, on y trouve des idées dans le sens desquelles on peut, d’après moi, abonder. Le projet essentiel consiste à déconstruire l’évidence d’une « émergence de l’Afrique », sur laquelle titre régulièrement la presse occidentale comme un contre-point à cette autre évidence, par ailleurs toujours véhiculée, d’une Afrique qui n’a de cesse de mal partir5 : l’auteur vise à mettre à mal un « excessif afro-optimisme » qui n’est que le double en miroir de « l’excessif afro-pessimisme » (p. 21). L’idée selon laquelle la forte croissance que connaît actuellement l’Afrique ne va pas de pair avec une amélioration des conditions de vie dans l’ensemble des pays africains et, encore moins, à l’échelle de chaque pays, avec une amélioration des conditions de vie de l’ensemble de ses populations est difficilement contestable : on pourrait même la conforter en s’appuyant sur des travaux qui, analysant les conditions historiques de production  des statistiques macro-économiques, invitent à analyser la croissance (ou la récession) sous le prisme d’un gouvernement par les chiffres6. L’idée selon laquelle la question démographique représente un enjeu important en Afrique subsaharienne est tout aussi difficile à contester, même si elle peut être affinée par d’autres travaux qui invitent à l’appréhender sous le prisme des perceptions locales7. Continuer la lecture de ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []
  2. Julien Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009. []
  3. Véronique Le Goaziou et Laurent Mucchielli (dir.), Quand les banlieues brûlent : retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2007. []
  4. Cris Beauchemin et Mathieu Ichou, Décentrer le regardAu-delà de la crise des migrants, Paris, Karthala, 2016. []
  5. Cette question a fait l’objet d’un colloque récent coordonné par Didier Péclard et Anne Mayor, « L’Afrique émergente », Global Studies Institute de l’Université de Genève, 22 et 23 septembre 2016. []
  6. Vincent Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique. De la « réussite » économique du colonialisme tardif à la « faillite » des Etats africains (v.1930-v. 1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62, 2015, p. 33-63. []
  7. Barbara Cooper, « De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ? », Politique africaine, n°130, 2013, p. 69-88. []

Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

Grâce à l’édition 2016 du Festival international du film d’Histoire de Pessac (Gironde, France), le grand public a pu littéralement toucher du doigt une réalité demeurée jusque-là plutôt virtuelle : l’Afrique a stocké depuis une dizaine de siècles des centaines de milliers de textes écrits, mais la plupart étaient restés cachés, et très peu d’entre eux ont été réellement exploités. L’idée selon laquelle l’Afrique subsaharienne est un continent de tradition orale avait donc pu prospérer, et elle a failli définitivement s’installer lorsque des groupes islamistes armés ont commencé à détruire, à Tombouctou notamment, tout ce qui pouvait ressembler à une trace historique écrite des peuples vivant dans les zones occupées.

Il aura donc fallu ce « sauvetage » pour que le regard commence à se décentrer. Certes, il fallait aussi qu’il soit médiatisé – voire dramatisé – pour que l’attention soit attirée vers ce fait divers sensationnel plutôt que vers un autre. Mais force est bien d’admettre que les actions entreprises par Abdelkader Haïdara sortaient de l’ordinaire et méritaient qu’on souligne le courage physique et la détermination dont le « sauveur des manuscrits de Tombouctou » avait fait preuve pendant les quelques mois terribles des années 2012 et 2013.

Jusque-là, des dizaines de milliers de manuscrits dormaient dans des maisons familiales ou dans le centre Ahmed Baba de Tombouctou. À vrai dire, ceux qui étaient stockés chez l’habitant étaient réellement cachés, parfois même « murés » derrière des fausses cloisons, parce que dans la mémoire collective on n’avait pas oublié que les Marocains d’abord, aux 17ème et 18ème siècles, et les Français ensuite, pendant la conquête et la colonisation, avaient la fâcheuse habitude de dérober ces pièces historiques et d’en masquer l’existence.

http://danslerush.ijba.u-bordeaux-montaigne.fr/on-prepare-le-retour-a-tombouctou/

Ainsi qu’il l’a raconté au public du FIFH de Pessac le 15 novembre dernier, Abdelkader Haïdara était lui-même dépositaire, depuis plusieurs générations, d’une bibliothèque familiale regroupée dans la Mamma Haïdara. Mais la prise de contrôle par des groupes islamistes armés de toute la région nord du Mali (l’Azawad des Touareg) et le début de destruction des signes « païens » de l’islam, à Tombouctou notamment, l’a incité à entreprendre une vaste opération d’exfiltration des manuscrits stockés dans la ville. Pour ce faire, il a noué des contacts étroits avec les autres familles, acheté des centaines de cantines métalliques, loué des véhicules tout-terrain et, pendant des mois, trompé la vigilance de la police islamique qui bloquait les issues de Tombouctou en masquant les précieux colis sous des grappes de réfugiés autorisés à quitter les lieux.

Au total, 377 491 manuscrits ont été transférés de Tombouctou à Bamako entre 2012 et 2013. On estime à environ 20 000 le nombre de ceux qui ont été perdus, notamment quand ils ont été découverts par les occupants et immédiatement brûlés. Toutefois, certains témoignages laissent supposer que seules les couvertures ont été calcinées devant les caméras, et que les feuillets intérieurs ont été conservés pour être revendus sur les marchés parallèles

J’ai retrouvé Abdelkader Haïdara à Bamako début décembre, et j’ai pu visiter la grande bâtisse du quartier Baco Djicoroni qui abrite son ONG (SAVAMA-DCI, Sauvegarde et Valorisation des Manuscrits pour la Défense de la Culture Islamique). Le bâtiment est protégé par sa discrétion et par des portes métalliques solides. À l’intérieur, c’est une ruche : 112 personnes y sont employées pour nettoyer les feuillets, les numéroter, les répertorier, les numériser, les ranger dans des boîtes protectrices fabriquées sur place et sur mesure, et les stocker sur des étagères dans des salles à l’hygrométrie contrôlée. Le local étant trop petit malgré ses deux étages, une partie des boîtes sont rangées dans d’autres maisons, tout aussi sécurisées et maintenues à température et hygrométrie constantes.

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

La sauvegarde de tous ces documents est assurée par douze postes de numérisation, d’une capacité totale d’environ 500 pages par jour, qui transfèrent leurs données sur plusieurs disques durs externes, mettant ainsi définitivement à l’abri tous ces textes dont le monde entier – et pas seulement celui des historiens – attend avec impatience qu’ils soient exploités et livrent des informations négligées pendant des siècles. Continuer la lecture de Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

GAMBIE : LE ROI EST NU !

« Je préviens cette vermine maléfique qui s’appelle l’opposition : si vous voulez déstabiliser ce pays, je vous enterrerai neuf pieds sous terre ».

Yahya Jammeh, mai 2016

« Allah m’a élu ; seul Allah peut me retirer le pouvoir » 

Yahya Jammeh, novembre 2016

 

Tenus avant l’élection présidentielle du 1er décembre dernier, ces propos de Yahya Jammeh éclairent d’une lumière crue la nature de son régime. Mais ils n’ont rien de surprenant : au pouvoir depuis 22 ans, on se doutait bien que le dictateur gambien entendait y rester par tous les moyens. La surprise est ailleurs : voir un dictateur battu dans les urnes, et, plus encore, de le voir reconnaître sa défaite, allant jusqu’à féliciter son vainqueur, Adama Barrow, un quasi-inconnu présenté par la coalition des partis d’opposition ! Mais l’euphorie de ses adversaires est de courte durée : quelques jours après l’annonce des résultats, le camp présidentiel les rejette et demande un nouveau scrutin, tandis que le président sortant n’entend pas céder sa place. A quelques jours de la passation de pouvoir, fixée par la Constitution au 19 janvier, l’impasse est totale à Banjul, avec le risque d’une confrontation violente.

Comment expliquer cette défaite de la dictature ? Comment expliquer ensuite le revirement de Jammeh ? Enfin, que peut-il se passer maintenant ? Telles sont les trois questions auxquelles cet article tente ici, brièvement, de répondre.

Un régime en crise

Une défaite électorale

Même si elle n’atteint pas son record de 2011, la participation à la présidentielle est importante – près de deux électeurs sur trois ont voté -, signe de l’intérêt pour le scrutin. Sur un total de plus de 520 000 voix, l’écart entre les deux premiers candidats est peu important, de l’ordre de 19 000 voix. Mais ce résultat n’en marque pas moins un effondrement de Jammeh : par rapport à 2006, il perd 50 000 voix. Par rapport à 2011, il en perd 260 000, passant de 470 000 à moins de 210 000. C’est énorme ! De 72% des suffrages en 2011, il tombe ainsi à moins de 40%. Même s’il n’est battu que de justesse, le désaveu est clair pour le président sortant.

L’effondrement de Jammeh profite à l’un de ses anciens partisans, qui obtient près de 90 000 voix. Mais il profite surtout au candidat de la coalition d’opposition, Adama Barrow. Celui-ci ne gagne cependant que 40 000 voix par rapport au total des voix de l’opposition en 2011. Contrairement à ce qu’une lecture superficielle pourrait laisser penser, ce n’est donc pas un raz-de marée en sa faveur. Mais c’est suffisant pour assurer son élection, avec 43% des suffrages exprimés (le scrutin gambien étant à un seul tour, c’est le candidat arrivé en tête qui est élu).

Une crise multiforme

Les raisons de ce désaveu du sortant sont connues1. Si les réalisations dont s’enorgueillit le régime sont incontestables (écoles, dispensaires, routes…), elles ne parviennent pas, en effet, à masquer une crise qui s’est brutalement aggravée, et dont on ne rappellera ici que les principaux aspects. La crise est économique et financière (la Gambie l’un des pays les plus endettés du continent par rapport à son PIB), renvoyant à des facteurs extérieurs (le ralentissement économique mondial, le virus Ebola) mais aussi, et surtout, à des facteurs intérieurs (les choix du régime). Ces derniers sont prépondérants, et pointent  la responsabilité du régime : par son  choix d’un modèle économique extraverti (tourisme, Etat-entrepôt), donc vulnérable, mais aussi par le choix d’un modèle politique autoritaire et prédateur, sur fond de népotisme, avec des violations répétées des droits de l’Homme à l’origine du gel de l’aide occidentale. Il en résulte une crise sociale qui touche de plein fouet des populations laminées par la baisse de l’activité et la hausse des prix. Incapable d’apporter des réponses satisfaisantes à cette crise dont il est en grande partie responsable, le pouvoir accentue les menaces et durcit la répression. Ce durcissement ne fait qu’amplifier le rejet dont il est l’objet aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, et qu’accélérer les évolutions : la crise est désormais ouvertement politique, avec des signaux forts envoyés au pouvoir.

Les signaux

L’exit option est la première réponse spontanée à la crise : avant le scrutin de décembre, de nombreux Gambiens avaient déjà voté avec leurs pieds. Fuyant la dictature ou la crise économique, ou les deux à la fois, ils sont des dizaines de milliers2 à avoir quitté le pays. Bien que peu peuplée (moins de deux millions d’habitants), la Gambie est ainsi rapidement devenue l’un des principaux pourvoyeurs de migrants africains vers l’Europe. En 2016, 12 000 de ses ressortissants ont été officiellement enregistrés à leur entrée en Italie, principal point d’arrivée des migrants subsahariens. En nombre, ils y occupent le 5e rang derrière les Nigérians, les Erythréens, les Guinéens et les Ivoiriens3. Mais, en pourcentage de la population de leur pays d’origine, ils occupent le premier rang.

Quant à ceux qui restent, ils s’enhardissent. Sans doute encouragés par la réprobation internationale croissante à l’égard du régime, des Gambiens osent pour la première fois défier le régime en avril 2016. Le 14, à l’appel du principal parti d’opposition, l’UDP (United Democratic Party), ils sont plusieurs centaines à manifester contre le durcissement de la loi électorale qui vise à écarter des candidats, à commencer par Ousseynou Darboe, secrétaire général de l’UDP et principal opposant au régime, exclu de la compétition en raison de son âge. C’est l’occasion pour le régime de l’arrêter, en compagnie d’autres responsables du parti, dont l’un meurt peu après en prison. Le 16, une nouvelle manifestation, cette fois contre la répression, amène Jammeh à écourter un voyage en Turquie et à rentrer précipitamment à Banjul.

Même si les participants sont peu nombreux et même si ce type de protestation n’est pas nouveau en Gambie4, il provoque la colère de Jammeh (voir citation en exergue), qui durcit la répression. Avec une conséquence inédite : pour la première fois, l’opposition décide de se rassembler autour d’un candidat unique à la présidentielle (issu des rangs de l’UDP). Dans un contexte de crise aggravée, tous les espoirs lui sont permis…

La surdité du régime

Jammeh ne voit pas ces signaux, ou n’en tient pas compte. Sans doute parce qu’il pense qu’il est le seul à même de pouvoir faire le bonheur des Gambiens : assumant la nature de son régime, il se présente comme un « dictateur du développement et du progrès ». Mais aussi parce qu’il est confiant dans des pratiques qui lui assurent la victoire depuis 20 ans : une forte dose de clientélisme, notamment en direction de son groupe ethnique, les Diola, qu’ils soient d’origine gambienne ou sénégalaise (il fait venir ces derniers par milliers de Casamance lors des élections), et une propagande omniprésente du pouvoir et la mise à disposition de ses candidats des moyens financiers, matériels et humains de l’Etat. A l’inverse, tout est fait pour étouffer les voix discordantes : parallèlement aux purges dans l’appareil d’Etat, le régime compte sur l’intimidation et la répression de l’opposition, de la presse, des organisations de défense des droits de l’Homme… arrestations, tortures, disparitions sont ainsi de nature à réfréner les velléités de résistance. S’y ajoutent les pressions sur les électeurs, avec notamment des menaces pour les localités ou les quartiers qui voteraient mal. Après quoi, le vote peut se dérouler à peu près normalement… La contradiction n’est donc qu’apparente entre dictature et élection : on peut même dire que c’est paradoxalement grâce à la dictature que le régime peut se permettre d’organiser des élections libres. Car, comme le remarque judicieusement Niklas Hultin5, tout se joue en amont de l’élection.

Le problème, est que, cette fois, Jammeh s’est trompé : il a surestimé sa capacité à peser sur le scrutin. La surprise (mauvaise) est donc d’abord pour lui : Jammeh est pris à son propre piège ! C’est ce qui peut expliquer sa première réaction : sans doute désarçonné, il ne peut qu’accepter sa défaite, faute d’une alternative qu’il n’a visiblement pas prévue. D’autant qu’en jouant jusqu’au bout la carte de la légalité, il peut espérer échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires. Et peut-être trouver avant la fin de son mandat un moyen de rebondir : c’est exactement ce qui se produit !

Le coup de poker de Jammeh

La menace judiciaire

Sans doute prématurées, certaines déclarations, dont celles de son vainqueur, ont dû inquiéter sérieusement le président sortant : à l’instar d’Hissène Habré, Yahya Jammeh se voyait menacé d’être traîné en justice pour ses graves atteintes aux droits de l’Homme. Une perspective de nature à inquiéter également son entourage, à commencer par les chefs de l’armée et de la police : il est possible que ces derniers aient aidé Jammeh à changer de stratégie en contestant ce qu’il avait d’abord reconnu. Démentis et mises au point se multiplient alors, assurant qu’il ne serait pas inquiété, qu’il pourrait retourner vivre paisiblement dans son ranch de Kanilaye, mais il est trop tard : Jammeh a franchi le Rubicon ! En reconnaissant le résultat de l’élection, l’ancien président avait certes une petite chance d’échapper à des poursuites, mais au prix de la perte du pouvoir. En contestant le résultat, il peut espérer gagner sur les deux tableaux, garder le pouvoir et (donc) échapper aux poursuites. Encore fallait-il une occasion pour cette contestation. Cette occasion, c’est, sans doute bien involontairement, la CEI (Commission électorale indépendante) qui la lui a fournie.

Une opportunité

Un nouveau décompte effectué par la CEI réduit l’écart entre les deux premiers candidats à la présidentielle. Ce rectificatif est tout à l’honneur de la CEI, qui y trouve un surcroît de respectabilité. Mais il offre surtout une formidable opportunité pour Jammeh, lui permettant de jeter le doute sur les travaux de la Commission, de demander l’annulation du vote et, dans la foulée, l’organisation d’un nouveau scrutin. Un nouveau scrutin qu’il peut évidemment espérer remporter en améliorant sa préparation en amont (par exemple en agissant sur les abstentionnistes6). Continuer la lecture de GAMBIE : LE ROI EST NU !

  1. Voir mon article  « République islamique de Gambie : toujours Jammeh… », Lamenparle, avril 2016 []
  2. Selon certaines sources, près d’un quart de la population vivrait ainsi à l’étranger. Une estimation difficile à vérifier en l’absence de données fiables. []
  3. Source : https://missingmigrants.iom.int/ []
  4. En avril 2000, 14 étudiants avaient été tués lors d’une marche de protestation contre le meurtre d’un des leurs par des policiers. []
  5. Professeur à l’université George Mason de Virginie et spécialiste de la Gambie. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/gambie-yahya-jammeh-isole-choisit-l-epreuve-de-force_5051821_3212.html#UR6x7LUHRtWufgr6.99 []
  6. Il pourrait notamment corriger une erreur tactique qui, selon des sources concordantes, lui aurait coûté des voix en décembre : l’annonce de la fermeture de la frontière par les autorités gambiennes, quelques jours avant le vote avait permis aux autorités sénégalaises de bloquer le passage de Casamançais binationaux, les empêchant ainsi de voter pour le dictateur. []

Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

Une « victoire écrasante » : non, ce n’est pas le titre d’un article traitant des élections locales sud-africaines tenues le 3 août 2016, mais d’un papier concernant les élections législatives russes organisées quelques jours plus tard, le 18 septembre. Le parti Russie unie y obtint 54,18 % des voix. Avec un résultat similaire, de 53,91 à 54,49 % des suffrages exprimés, selon le type de vote pris en compte[1], le score du Congrès national africain (ANC) s’est vu, lui, qualifier dans la presse de « défaite historique »[2], la « pire depuis la fin de l’apartheid »[3]. Comment expliquer cette différence d’appréciation ? Ces élections n’étaient pas de même type et leurs conséquences ne furent pas identiques et, en Afrique du Sud, ce qui a compté fut la comparaison des élections locales de 2016 avec les précédentes. Cinq ans auparavant, l’ANC avait recueilli 61,95 % des suffrages, contre 53,91 % cette année ; depuis le sommet atteint aux élections locales de 2004 (69,7 % des suffrages), le score du parti de Nelson Mandela a fait une chute rapide : 62,12 % aux élections nationales de 2014 et, donc, 53,91 %[4] aujourd’hui[5].

A l’inverse, la principale force d’opposition, l’Alliance démocratique (DA) a vu s’accroître sa part de l’électorat : de 23,94 % en 2011 à 26,90 % en 2016, en passant par 22,23 % aux élections nationales de 2014. Enfin, les Combattants de la liberté économique (EFF) créés par Justus Malema, ancien dirigeant de la Ligue de jeunesse de l’ANC, après qu’il a été exclu de cette organisation, ont fait un score intéressant pour leur première participation à des élections locales en obtenant 8,19 % des voix, après avoir recueilli 6,35 % des suffrages aux élections nationales de 2014. L’augmentation du nombre des voix obtenues par les partis d’opposition semble minime (+ 2,96 % pour la DA ; + 1,84 % pour les EFF depuis 2014) mais elle a des implications importantes en ce qui concerne la gestion des principales métropoles du pays et ouvre des perspectives inédites pour l’avenir politique de l’Afrique du Sud. Le premier enseignement à tirer de ce scrutin est qu’il représente une victoire de la démocratie sud-africaine : plus de 200 partis (dont beaucoup d’organisations locales) ont présenté des candidats, même si seulement trois d’entre eux ont obtenu au niveau national plus de 5 % des voix. Les élections ont confirmé que la Commission électorale indépendante avait le savoir-faire et la neutralité nécessaires pour organiser des élections libres et honnêtes ainsi que pour collationner efficacement et rapidement leurs résultats.

La montée des oppositions

Généralement parlant, la DA a pénétré des territoires naguère fidèles à l’ANC ; la participation électorale a été plus élevée là où la DA a obtenu de bons résultats, alors qu’elle a été plus faible dans de nombreux fiefs de l’ANC. Celui-ci a perdu de l’influence dans toutes les provinces, à l’exception du KwaZulu-Natal. Il semble que beaucoup d’électeurs déçus par le gouvernement, surtout depuis l’élection de Jacob Zuma à la présidence de la République en 2009, ont préféré l’abstention à un vote en faveur des partis d’opposition. De fait, bien des habitants des townships africains ne se sont pas déplacés pour voter, mais le parti voit aussi ses soutiens diminuer dans des provinces largement rurales telles que le Free State, le North West, le Limpopo et le Northern Cape. La direction de l’ANC semble désormais vivre dans un monde à part, loin de la majorité de la population, préoccupée surtout de ses querelles internes et de ses stratégies d’enrichissement personnel. Jacob Zuma symbolise cette déconnexion corrompue : il a été condamné pour avoir consacré des deniers de l’État à l’aménagement de sa résidence privée de Nkandla[6] et demeure fortement soupçonné de favoriser les entreprises de ses amis, notamment celles d’une famille indienne, les Gupta[7], non sans en tirer lui-même quelque profit. Ses comportements, et ceux de plusieurs dirigeants, contrastent avec la situation que connaissent de nombreux citoyens dont les besoins de base ne sont pas satisfaits par les politiques mises en œuvre par le gouvernement, en dépit de l’importance des aides sociales. Les déclarations pré-électorales de Jacob Zuma ont montré à quel point il ne parvenait plus à comprendre l’évolution de la société sud-africaine : « Nous [l’ANC] gouvernerons jusqu’au retour de Jésus », « les ancêtres seront en colère contre vous si vous ne votez pas ANC », a-t-il, entre autres, proclamé[8].

Mais, au-delà de la responsabilité du Président, c’est l’ensemble de la direction de l’ANC qui se trouve mise en cause : arrogante[9], corrompue, divisée, incompétente, incapable d’améliorer les conditions de vie des gens ordinaires et de vaincre le chômage, étalant son aisance dans des comportements à la limite de la bouffonnerie, tels sont quelques-uns des reproches que lui ont adressés les commentateurs sud-africains[10]. Dans cette perspective, la victoire en chiffres de l’ANC ne le préserve pas des pronostics y détectant paradoxalement « le commencement de la fin »[11]. La DA a consolidé son électorat dans les « nouvelles classes moyennes » urbaines et parmi les born free, nés après 1994. Elle bénéficie toujours d’une large popularité dans le Western Cape (où elle emporte 63,33 % des suffrages) et sa part de l’électorat dans les élections locales ne cesse d’augmenter[12]. Ces résultats marquent le succès de la stratégie mise en place par son ancienne leader Helen Zille. Autrefois militante du Black Sash[13], celle-ci a entrepris de dissiper l’image de parti conservateur attaché à la préservation des privilèges blancs qui collait à la DA depuis sa fondation en 2000. Elle a accéléré la promotion de cadres « non-blancs » jusqu’à l’élection à sa tête de Mmusi Maimane en  2015 et a choisi de faire du Western Cape une vitrine de la probité et de l’efficacité de ses élus, tout en continuant à défendre des positions « libérales » en matière économique et sociale. Cette combinaison a séduit une partie des nouvelles « élites non-blanches » qui refusent de continuer à soutenir l’ANC sur la seule base de son rôle historique. Comme le constatait un éditorial de l’influent hebdomadaire The Mail and Guardian : « La DA atteint tous les objectifs les uns après les autres, tant et si bien qu’il est possible de prendre au sérieux sa prétention à devenir le parti dominant en 2024. Elle a montré dans le Western Cape comment elle pouvait passer de partenaire dans un gouvernement de coalition provincial à une position principale puis hégémonique, et elle se trouve maintenant en situation d’appliquer le même plan dans plusieurs importantes métropoles sud-africaines. »[14]

Continuer la lecture de Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

À l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street

5th-avenue-42th-street

En découvrant cette scène à l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street, alors que l’été indien donnait à Manhattan des couleurs accueillantes, j’ai été saisi par une sorte de  contrariété. Pourtant, cette image de travailleurs noirs cirant les chaussures de cadres blancs est familière à ceux qui fréquentent les grandes capitales africaines. Mais quelques éléments supplémentaires donnaient à l’instantané une dimension nouvelle.

D’abord le « mobilier urbain » : contrairement aux modules Jean-Claude Decaux – qui ont aussi colonisé l’Amérique –, c’est une structure en bois massif, montée sur roulettes. Les marches ont été  agencées de manière à accueillir tous les produits nécessaires à la tâche et, au sommet de l’estrade, les sièges capitonnés comportent des accoudoirs moelleux. Il y a sûrement des meubles semblables ailleurs dans la ville, ce qui supposerait l’existence d’une petite entreprise, mais qui l’a imaginée et qui la contrôle ? On peut penser qu’un jour ce meuble sera vendu chez les antiquaires, comme les vieux confessionnaux. Le plus tôt sera le mieux.

Ensuite, le mur auquel s’adosse le bahut des cireurs : c’est le balcon du jardinet qui entoure la Public Library de New York, c’est-à-dire l’une des plus grandes bibliothèques du monde, ce qui donne à penser que l’esprit du lieu pourrait infuser et diffuser, à l’entour au moins, quelques bribes de conscience sociale. Mais ces deux personnages de type caucasien  lisent-ils encore les vieux textes, ou bien sont-ils déjà totalement absorbés par les messages en live de leurs smartphones ?

Enfin, il y a cette impression d’indifférence – le mot est terrible – qui caractérise les uns et les autres. Chacun est dans son monde et s’occupe de ses affaires. Apparemment du moins, car il est probable que les deux cireurs ont conscience de leur statut, ne serait-ce qu’à cause de l’estrade mais ils n’y voient qu’un support de gagne-pain et pas l’inscription dans l’éternel clivage entre riches blancs et pauvres noirs. Peut-être les deux autres font-ils mine d’être ailleurs tout en culpabilisant un peu, ou bien considèrent-ils cette petite séance matinale quotidienne comme une manière de redistribuer leur richesse. Mais on connaît l’adage : « la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ».

Le pire est peut-être que j’ai pris cette photo, comme un correspondant de guerre filmant des blessés à l’agonie, ou comme un reporter figeant pour son agence des morts de faim. Est-ce parce que j’ai été choqué ? Est-ce parce que j’ai été déstabilisé par un symbole des inégalités ? Est-ce que j’ai été contaminé par l’anthropologie, qui m’a fait percevoir d’abord une inégalité raciale plutôt qu’une inégalité sociale ? Est-ce parce que New York m’a rappelé que la question de la discrimination n’était pas encore réglée aux Etats-Unis ? Mais n’est-ce pas plutôt parce qu’en bon touriste je chassais le pittoresque ? Flagrant délit d’indécence dans tous les cas.

Il y avait pourtant beaucoup d’autres choses à voir au croisement de la 5th Avenue et de la 42th Street, souvent bien plus futiles. D’ailleurs, au départ, je cherchais la Maison Kayser, dont on m’avait dit qu’elle était la meilleure boulangerie française de NY.

Et puis en y repensant, je me suis souvenu qu’il y avait aussi, par exemple à Abidjan, des cireurs noirs pour cadres noirs, avec la même indifférence et la même hiérarchie des sièges. Avec un mobilier juste un peu moins élaboré.

Tout est donc rentré dans l’ordre des choses.

5th-avenue-42th-street-bis

Ch. BOUQUET

18/09/2016

Alain Ricard (1945-2016)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, samedi 27 août, de notre collègue, Alain Ricard, directeur de recherche émérite au CNRS en section 35 (sciences philosophiques, philologiques et sciences de l’art) et membre du CEAN (Centre d’études d’Afrique noire), devenu LAM (Les Afriques dans le monde) à Sciences Po Bordeaux.

Alain Ricard

Alain Ricard est l’une des figures majeures de la recherche mondiale sur les littératures de l’Afrique, un champ qu’il a participé à façonner et à reconfigurer, en fonction d’orientations qu’il a longtemps été le seul à porter en France : l’anthropologie des textes et la centralité des langues africaines. Il bénéficie pour cela d’une reconnaissance internationale, recevant le Prix Humboldt 2002 pour ses travaux sur les littératures de l’Afrique.

L’hommage scientifique qui lui sera ultérieurement rendu à LAM, au cours d’une journée consacrée à son œuvre, sera l’occasion de (re)découvrir les apports fondamentaux de ce chercheur hors-pair non seulement à l’étude des textes et de la « philologie » comme il aimait à le dire, mais plus encore, à la recherche sur l’Afrique en général. Car Alain Ricard était avant tout un passeur de frontières qui, inlassablement, s’employait, non sans provocation d’ailleurs, à briser les enclos disciplinaires en vue de fédérer l’ensemble des sciences humaines autour d’un objet : l’Afrique.

Alain Ricard occupa d’importantes responsabilités au CNRS où il fut directeur scientifique adjoint, puis chargé de mission au département des sciences de l’homme et de la société en 2002. Il fut surtout un pionnier de la recherche à de nombreux égards, à l’initiative de la création de bien des associations scientifiques et du lancement de manifestations diverses. Il a participé à l’invention du réseau européen d’études africaines (AEGIS) et a contribué à le faire vivre au travers de multiples collaborations scientifiques. Il a également été parmi les membres fondateurs de trois associations dans lesquelles il est resté engagé durant tout son parcours : l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines1) dont il fut le président entre 2010 et 2013, MC2a (Migrations culturelles Aquitaine Afrique) dont il fut le président entre 2009 et 2015 ; et l’ACPA (Association des chercheurs en politique africaine), occupant aussi bien le poste de rédacteur en chef de la revue Politique africaine que celui de directeur de la publication (1993-1996). Il était un contributeur régulier de Polaf et un membre actif de l’association. Il a par ailleurs été l’un des responsables, avec François Bart, de l’ANR « Dimensions de l’objet swahili : textes et terrains » (2008-2012), un important programme réunissant des chercheurs français, allemands, tchèques, kenyans, tanzaniens et congolais, à l’issue duquel ne parurent pas moins de 14 ouvrages.

Son dynamisme, son esprit d’initiative et sa force fédératrice s’étendaient aussi outre-Atlantique et bien-sûr en Afrique. Aux États-Unis où il a étudié, il est également très connu et inséré dans les réseaux scientifiques depuis très longtemps, notamment l’ALA (African Literature Association) et l’ASA (African Studies Association). Il compte parmi les membres fondateurs de l’ALA, lors du congrès inaugural qui se déroula à Austin, Texas, en 1975. Il était un habitué de ces congrès, participant également au dernier qui se déroula à Bayreuth en juin 2015. Il était par ailleurs membre du comité scientifique de la revue Research in African Literatures (Indiana University Press) et de la revue Black Renaissance Noire (New-York University).

Outre de très nombreux voyages et séjours en Afrique de l’Ouest (Togo, Nigeria surtout), en Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie, RD Congo) et en Afrique australe (Afrique du Sud et Lesotho entre autres), il enseigna, dans les années 1980, à l’Université de Lomé où il était aussi chercheur associé à l’IRD. Entre 1989 et 1991, il occupa les fonctions de direction au CREDU de Nairobi (aujourd’hui IFRA).

Chercheur infatigable jusqu’à ces quelques derniers mois, il était extrêmement prolixe et sur des sujets variés puisque ses publications concernent tant la question des langues (Le Kiswahili, une langue moderne, 2009 ; Le Sable de Babel, traduction et apartheid, 2011), que celle des récits de voyages et écrits missionnaires (édition de Excursion missionnaire dans les Montagnes bleues de Thomas Arbousset incluant Notice sur les Zulus, 2000 ; Voyages de découvertes en Afrique, 2000) ou encore celle du théâtre (Théâtre et nationalisme : Wole Soyinka et Leroi Jones, 1972 ; Mister Tameklor, suivi de Francis-le-Parisien, par le Happy Star Concert Band de Lomé, avec N. Akam, 1981 ; L’invention du théâtre. Le théâtre et les comédiens en Afrique noire, 1986 ; West African Popular Theater avec Karin Barber et John Collins, 1997 ; Ebrahim Hussein, théâtre swahili et nationalisme tanzanien, 1998 ; Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public, 2015).

Ses livres plus généralistes mais toujours novateurs, caractérisés par la volonté de briser la dichotomie oral/écrit, sont aujourd’hui des ouvrages de référence pour tous les étudiant-e-s, chercheur-e-s et curieux des littératures de l’Afrique : Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres (1995 et 2004 pour la traduction anglaise) et Histoire des littératures de l’Afrique subsaharienne (2006)2.

Alain Ricard était aussi cinéaste. Son premier film tourné dans les années 1980 et numérisé en 2011, Le Principe d’Asihu, porte sur le concert-party au Togo. Il est l’auteur de deux autres films tournés au Togo et a également participé, en tant que conseiller littéraire, au film de Bankolé Bello, Wole Soyinka, poète citoyen (ARTE/FR3/La Sept, 1993) où il apparaît en conversation avec l’écrivain Prix Nobel de Littérature en 1986. Ses deux films les plus récents ont été tournés à Bayreuth en Allemagne où il avait noué de fortes et durables relations dans le milieu africaniste : Aquitaine, Afriques : Contact, Zones : une visite de l’exposition d’Iwalewahaus (2012) et Nestor Zinsou à Bayreuth (2013).

Il enseigna par ailleurs l’anthropologie culturelle au département d’ethnologie de l’Université de Bordeaux (1993-2007), les littératures de l’Afrique à Sciences Po Bordeaux et co-anima des séminaires doctoraux (avec Xavier Garnier notamment) à Paris lorsqu’il était affilié au LLACAN (Langues, littératures, cultures d’Afrique noire, UMR 8135) entre 1999 et 2009.

Par sa conception de la recherche, qu’il voulait pour les africanistes « in-disciplinée », Alain Ricard est constitutif de l’essence même de LAM, qu’il a contribué à refonder en 2009 après avoir été membre du CEAN dès son retour d’Afrique, en 1992 jusqu’en 1999. Dans notre équipe pluridisciplinaire, son anthropologie des textes nous a permis de comprendre avec lui les réalités politiques, sociales et économiques des sociétés africaines, et les enjeux spécifiques de la production culturelle et littéraire dans ces pays d’Afrique et dans les langues d’Afrique.

Nous perdons un chercheur brillant et engagé, un enseignant passionnant et d’une immense culture, un ami chaleureux et généreux, une très belle personne, mais nous gardons son œuvre et le chemin qu’il a tracé. Invité à présenter la conférence inaugurale des 4e Rencontres des études africaines en France (REAF), le 5 juillet 2016 à l’INALCO à Paris, la dégradation subite de son état de santé ne lui avait pas permis d’y venir. Son très beau texte, intitulé Vertus de l’in-discipline : langues, textes, traductions y a été lu, vous pouvez le retrouver ici.

N.B. : ce texte à vocation biographique est provisoire et évolutif. Toutes celles et ceux qui y verraient des corrections, modifications, précisions ou autres compléments d’information à apporter sont invité-e-s à contacter Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr

 

  1. Voir l’hommage qui lui est rendu sur le blog de l’APELA, Carnets de recherche en littératures africaines : http://apela.hypotheses.org/ []
  2. Pour consulter la liste exhaustive de ses ouvrages, voir sa page sur le site du LAM : http://lam.sciencespobordeaux.fr/users/alain-ricard []

GABON présidentielle 2016

GABON présidentielle 2016

Notice explicative

__________________

Sur  627 805 électeurs inscrits, 373 310 se sont rendus aux urnes, soit une participation de 59,46 %, lors du vote du 27 août 2016 (l’élection présidentielle ne comporte qu’un seul tour).

Les résultats officiels communiqués par la CENAP (Commission électorale nationale autonome et permanente), validés par la Cour constitutionnelle, ont désigné Ali BONGO comme vainqueur avec 49,80 % des suffrages. Son challenger Jean PING aurait obtenu 48,23 % des voix.

Ces résultats sont contestés à la fois par le perdant, par la coalition d’opposition qui l’a soutenu, et par une partie de la communauté internationale

Le présent dossier comprend trois cartes

  • Une carte « Participation » par province, où les chiffres font apparaître une mobilisation exceptionnelle (plus de 99 %) dans le Haut-Ogooué, fief d’Ali BONGO, qui y a obtenu 95,46 % des suffrages, alors que la participation moyenne pour l’ensemble du pays est de 59,46 %.
  • Une carte « En tête » par province, sur laquelle nous avons utilisé des nuances proportionnelles de bleu pour Ali BONGO et de jaune pour Jean PING.
  • Une carte « Répartition des voix » par province qui met en évidence un vote massif (95,46 %) en faveur d’Ali BONGO dans le Haut-Ogooué, ce qui alimente les suspicions.

Cet exercice de cartographie électorale pourra être complété par des cartes « dissidentes » dès que nous disposerons de comptages parallèles fiables

Libre à chacun de construire sa propre analyse à partir de ces essais de représentation graphique./.

Contacts : bouquet@u-bordeaux-montaigne.fr ou  v.alfaurt@sciencespobordeaux.fr

Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

gabon_participation1tour_presidentielle

gabon_entete_presidentielle

gabon_resultats_presidentielle

 

L'actualité des Afriques vue par LAM