Des Sri Lankais à La Réunion

Par Anthony Goreau-Ponceaud, LAM

Depuis quelques semaines, la presse réunionnaise est en émoi face à ce qui peut, pour certains, passer pour un phénomène difficilement explicable, si ce n’est tout au moins insolite. Il est vrai que d’ordinaire, lorsqu’il s’agit d’évoquer des flux de migrations illégales, les médias se focalisent plus volontiers sur l’autre région française de l’océan Indien : Mayotte. Sans doute parce que l’archipel voisine avec un des Etats parmi les plus pauvres de la planète, les Comores (au 159ème rang de l’Indice de développement humain) et que les migrations y sont très importantes. Selon le rapport de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et des apatrides), les demandes d’asile en provenance des Comores ont représenté en 2017 la majeure partie des demandes déposées (43,5 %). Les médias ont d’ailleurs progressivement fait des kwassa-kwassa, ces canots utilisés par les Comoriens pour rejoindre illégalement l’archipel, une image d’Epinal de ces flux.

Des tensions intercommunautaires à l’origine d’une immigration massive

Un phénomène aussi soudain qu’inattendu secoue donc l’île de la Réunion. Il s’agit d’une immigration en provenance d’une autre île voisine…de plus de 4 000 Km : Sri Lanka. Les faits s’égrènent sur le tableau noir du malheur : 21 mars 2018, 6 sri-lankais ont été retrouvés en mer au large de Saint-Gilles ; 11 septembre 2018, la marine sri-lankaise arrête 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination du territoire français ; 6 octobre 2018, ce sont huit Sri Lankais qui sont interceptés au large de la commune du Port (Pointe des Galets) avant d’être expulsés, via Maurice, à Sri Lanka. Comment expliquer cette situation alors même que la Réunion est classée parmi les départements français recevant le moins de demandes d’asile (selon l’OFPRA, en 2016, l’île ne recevait que deux nouvelles demandes)[1] ?

Pour le comprendre il faut rappeler que Sri Lanka, île de l’océan Indien de plus de 20 millions d’habitants, dont les trois-quarts ont pour langue maternelle le cinghalais (une langue issue du fonds indo-aryen) et le cinquième, le tamoul (langue dravidienne)[2], a été marqué par une guerre qui a opposé de juillet 1983 à mai 2009, l’armée sri-lankaise aux militants séparatistes tamouls des LTTE[3] (Liberation Tigers of Tamil Eelam). Ce conflit a eu de larges répercussions dans les logiques migratoires des Sri Lankais : terre d’immigration depuis les débuts de son histoire, le Sri Lanka est devenu progressivement, au cours des années 1970, une terre d’émigration massive. La mise en place de lois discriminantes (Sinhala only Act en 1956, faisant de la langue cingalaise la seule langue officielle au détriment des locuteurs de tamoul et donnant au bouddhisme une place prééminente dans l’État, tournant ainsi le dos à des décennies de sécularisme), a lancé sur les routes de l’exil, de manière sporadique dans un premier temps, des élites anglophones vers les pays du Commonwealth. Néanmoins, après les pogroms anti tamouls de juillet 1983, correspondant également à la montée en puissance des LTTE et à la substitution d’une idéologie de défense des droits des minorités par une idéologie de libération nationale, les flux de réfugiés et de demandeurs d’asile en direction des pays du Nord, d’Asie (Malaisie et Inde en particulier) et du Moyen-Orient sont devenus significatifs, conduisant à la formation d’une diaspora et à une diversification des profils migratoires. Comme le notent Éric Meyer et Delon Madavan : « l’émigration sri-lankaise temporaire ou durable a concerné au cours de cette période 8 % à 10 % de la population de l’île, et les diasporas principalement tamoules représentent plus d’un million de personnes si l’on compte les descendants des migrants »[4].

Une paix toute relative

Dans ce petit pays de plus de 65 600km², le conflit, selon différentes sources, aurait généré le déplacement forcé de plus de 300 000 personnes ; il y aurait 40 000 veuves de guerre dans la seule ville de Jaffna, située à la pointe nord du pays (majoritairement peuplée par les Tamouls). Selon les chiffres de l’ONU, les cinq derniers mois de la guerre auraient causé la disparition de plus de 100 000 personnes. Depuis la fin du conflit en 2009, des centaines de millions de dollars ont été investis dans la province Nord (où la communauté tamoule formait traditionnellement une majorité), mais les populations locales, pour la plupart démunies et dépossédées par le conflit, n’ont vu que de légères améliorations dans leurs vies. Au lieu d’insuffler un processus de développement inclusif et responsable en lien avec un début de réconciliation et une justice transitionnelle, le gouvernement n’a fait qu’accroître le pouvoir de l’armée. Le rôle économique de celle-ci est indéniable. Elle est l’un des plus gros propriétaires fonciers de l’île et s’est établie comme une force d’occupation permanente sur des terres spoliées aux populations civiles. En 2012, Frances Harrison recensait dans la province Nord un soldat sri-lankais pour onze citoyens[5]. Continuer la lecture de Des Sri Lankais à La Réunion

Réunion de la Zone franc à Paris : commedia dell’arte

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Le 8 octobre s’est déroulée à Paris la réunion des ministres des Finances des pays de la Zone franc. À l’ordre du jour, la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, et la mobilisation des recettes fiscales.

La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme sont des sujets d’affichage, qui donnent lieu à des déclarations solennelles généralement suivies de peu d’effets. L’augmentation des recettes fiscales, en lien avec l’accroissement de l’endettement externe, signifie une ponction accrue sur les revenus des populations au profit de la finance internationale. Malgré les dispositifs pour la rendre « soutenable », mais surtout pas l’effacer, la dette est toujours présente car nécessaire pour justifier l’imposition des politiques néolibérales qui organisent la prédation du surplus par la finance internationale et ses agents.

Les participants à la réunion se sont aussi penchés sur la convergence des politiques économiques et sociales nationales au sein de la Zone Franc. La convergence néolibérale dont il s’agit vise à réduire les coûts de fonctionnement des États membres, notamment en abaissant la dépense publique, afin de générer un surplus croissant qui sera exporté.

Les participants ont souligné les performances des pays de la Zone franc dans le domaine de la croissance économique. Il faut savoir qu’en Afrique, la croissance économique suit les cycles d’évolution des prix des matières premières et de l’énergie. Lorsque les cours internationaux des produits de base sont élevés, les experts, les politiques et les medias célèbrent la croissance retrouvée : «  l’Afrique re-décolle ».  Lorsque le marché se retourne, ces mêmes agents déplorent la fatalité des crises en Afrique. En fait, après presque 60 ans d’indépendance, les pays africains de la Zone franc ont des économies peu diversifiées. Ils restent globalement exportateurs de produits bruts et importateurs de produits transformés. La spécialisation coloniale se poursuit.

Les vraies questions n’ont donc pas été évoquées. Par exemple, comment diversifier la production dans un contexte de libre-échange débridé ? Ou encore, serait-il utile que les pays de la Zone recouvrent leur souveraineté monétaire ?

Encore une fois, cette réunion n’a été que de la commedia dell’arte.

Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Berrou Jean-Philippe (Economiste à LAM, CNRS, Sciences Po Bordeaux) et Kevin Mellet (Sociologue à Orange Labs, Orange Digital Society Forum)

François Combarnous (GREThA CNRS, Université de Bordeaux), Thomas Eekhout (GREThA CNRS, Université de Bordeaux) et Georges Vivien HOUNGBONON (Orange Labs) ont participé à la rédaction de cet article.

Le continent africain connaît depuis le début des années 2000 une transformation numérique sans précédent, qui modifie en profondeur le quotidien de ses populations et l’environnement des affaires. La diffusion rapide du téléphone mobile et des usages d’internet traduit un véritable saut technologique pour le continent. Le nombre d’abonnés uniques à la téléphonie mobile en Afrique est passé de quelques milliers au début des années 2000 à 420 millions en 2016, et le nombre d’utilisateurs de smartphones devrait passer de 200 millions en 2016 à 500 millions en 2020.[1]

Pour autant, cette révolution se déroule dans un contexte économique caractérisé par une prépondérance des activités informelles. Celui-ci invite dès lors à s’interroger sur les usages spécifiques du téléphone mobile par ces entrepreneurs de l’informel : quels types d’usages professionnels du mobile privilégient-ils dans le cadre de leurs activités ? Quel est l’impact de cette nouvelle technologie sur la productivité et les performances de leurs unités de production ?

C’est l’objet d’un projet de recherche ambitieux lancé en 2016 par le laboratoire « Les Afriques dans le Monde » (LAM – CNRS – Sciences Po Bordeaux), avec le soutien d’Orange Labs et dont les premiers résultats ont été présentés à Dakar lors d’un séminaire de recherche organisé récemment par l’OIT. Nous restituons ici quelques-uns de ces résultats.

Révolution numérique en contexte informel

La révolution numérique que connaît le continent africain nourrit beaucoup d’espoirs quant à ses potentielles retombées en termes de croissance, d’innovation et de changement structurel pour les économies du continent. Pour l’heure, elle s’inscrit dans un contexte économique singulier, avec des structures productives et un marché du travail dominés par l’informalité. Selon le Bureau International du Travail, près de 70 à 80 % des emplois non agricoles s’exercent dans le secteur informel, avec une prépondérance d’indépendants et de microentreprises. Partiellement conduites en dehors des règlementations publiques, ces activités informelles extrêmement hétérogènes (artisanat, réparation, restauration, petit commerce, etc.) ont connu une croissance rapide au cours des dernières décennies, en particulier en milieu urbain. Elles représenteraient aujourd’hui de 25 à 65% du PIB des économies subsahariennes selon le FMI.

Le Sénégal illustre bien cet entrelacement entre informel et numérique, avec d’une part un nombre de lignes de téléphonie mobile actives équivalent à la population du pays, et d’autre part un secteur informel qui regroupe 97% des unités de production.[2] C’est pourquoi nous avons choisi d’y réaliser, en 2017, une enquête quantitative inédite, sur échantillon représentatif de 500 entreprises du secteur informel de la région de Dakar.[3] Cette enquête a permis notamment de reconstituer de manière détaillée le chiffre d’affaires, la main d’œuvre et le capital d’entreprises dépourvues de comptabilité formelle. Les enquêtés ont par ailleurs été interrogés longuement sur leur équipement et leurs usages en matière de téléphonie et d’internet. En plus du questionnaire administré à ces 500 entreprises, des entretiens qualitatifs individuels et collectifs (focus groups) ont également été menés auprès d’une cinquantaine d’entre elles. Les premières analyses nous ont permis d’identifier et de caractériser les différents segments du secteur informel dakarois et les différents profils d’usages du mobile par les entrepreneurs de l’informel.

Entre informel de survie et « top performers », des gazelles au potentiel non exploité ?

Une première analyse statistique, centrée sur les caractéristiques des entrepreneurs et des établissements, nous a permis de mettre en évidence la grande hétérogénéité du secteur informel dakarois. Plus spécifiquement, quatre segments d’unités de production informelles ont été identifiés.

Une première distinction oppose très clairement le « petit informel de survie » (29 % de l’échantillon) aux « top performers » de l’informel (22 %). Le premier groupe, très présent dans la vente de produits alimentaires, est constitué majoritairement d’indépendants peu performants (en termes de chiffre d’affaire ou de rentabilité) et disposant de locaux très précaires. Le second segment regroupe des établissements de grande taille et disposant d’un niveau de capital élevé. On les retrouve surtout dans le secteur de la production. Ce sont des établissements bien établis, qui tiennent souvent une comptabilité relativement élaborée et atteignent des performances économiques élevées. Les chefs de ces établissements ne disposent pas forcément d’un niveau d’éducation élevé, mais ils ont réalisé les meilleurs scores aux tests cognitifs et de comportement entrepreneuriaux effectués dans le cadre de l’enquête.

Entre ces deux extrêmes, l’analyse statistique révèle l’existence d’un segment intermédiaire de « gazelles »[4], évoluant avec un niveau de capital comparable à celui des top performers, mais avec des niveaux de performance bien moindres. Ce segment intermédiaire se divise en deux sous-groupes. Le premier, celui des « gazelles inexpérimentées » (21%), est caractérisé par des entrepreneurs plus jeunes et moins expérimentés mais aux niveaux d’éducation élevés. Leurs activités sont plus récentes et on les retrouve souvent dans le commerce. Le second sous-groupe, celui des « gazelles matures » (28%), est constitué d’entrepreneurs plus âgés avec des activités plus stabilisées et anciennes. Si leur niveau d’éducation est plus faible, leur réussite aux tests cognitifs est élevée et leur comportement entrepreneurial est très marqué. On les retrouve le plus souvent dans les activités de services.

 

Quatre profils d’usages professionnels du mobile dans l’informel de Dakar

Nous avons mené séparément, sur notre échantillon de 500 entreprises de l’informel dakarois, une analyse statistique des usages du mobile. La diversité des usages professionnels du mobile a été appréhendée à partir de plusieurs dimensions :

  • l’équipement (téléphone GSM simple ou téléphone tactile et smartphone) ;
  • les grandes fonctions professionnelles pour lesquelles le mobile est utilisé[5]: i) coordination bilatérale (en one-to-one avec les fournisseurs, clients,  partenaires) ou multilatérale (one-to many sur internet : recherche et partage d’information, promotion et vente); ii) recours aux services de mobile money (paiement – envoi et réception d’argent – et épargne) ; iii) utilisation du mobile pour la gestion interne (comptabilité, gestion des comptes et des stocks, gestion du personnel) ;
  • la diversité des usages qui est appréhendée par le nombre d’applications et d’interfaces qu’un entrepreneur utilise (voix, messagerie instantanée, réseaux sociaux, appels vidéo, etc.).
  • l’intensité des usages qui correspond à la fréquence des usages des différentes fonctions identifiées (usage quotidien, régulier, occasionnel, rare).

L’analyse statistique des variables associées à chacune de ces dimensions a permis d’identifier quatre profils d’usagers bien distincts, illustrés sur le graphique ci-dessous.

Graphique : les profils d’usagers du mobile dans l’informel de Dakar

Sur le premier axe du graphique on distingue nettement l’opposition entre les « usagers simples » du mobile et les « entrepreneurs digitaux de l’informel ». Les entrepreneurs du premier groupe ne disposent que très rarement d’un smartphone (moins d’un sur quatre) et n’utilisent que très peu leur mobile pour des fins professionnelles. A l’opposé, les « entrepreneurs digitaux » ont des usages extrêmement avancés et intensifs de leur mobile dans le cadre de leur activité. Pour ce faire, ils disposent tous d’un portable tactile ou d’un smartphone. Près des deux tiers d’entre eux vont même jusqu’à promouvoir leur activité et vendre leurs biens et services sur internet.

En position intermédiaire en termes d’intensité et de diversité des usages, nous identifions les « entrepreneurs réseauteurs » et les « entrepreneurs connectés », qui s’opposent sur le second axe du graphique. Les premiers sont particulièrement dynamiques en ce qui concerne la coordination avec leurs clients, fournisseurs et leurs partenaires. Autrement dit, ils utilisent leur téléphone quotidiennement pour communiquer, en one-to-one, par voix ou par écrit, avec leurs interlocuteurs professionnels. Les entrepreneurs connectés sont largement équipés en téléphones tactiles. Ils se distinguent surtout par l’utilisation d’internet à des fins professionnelles : 90% d’entre eux l’utilisent pour s’informer, vendre et promouvoir leur activité. A cet effet, leurs usages de Facebook et de WhatsApp sont particulièrement développés.

La téléphonie mobile au secours des gazelles ?  

Pour conclure, ces premiers résultats apportent finalement quelques éléments de réponse concernant l’articulation entre usages du mobile et performances des micro et petites entreprises informelles dans un contexte africain. Lorsque l’on croise nos deux typologies (tableau 1), on observe une forte polarisation avec d’un côté des usagers simples très représentés au sein de l’informel de survie et, de l’autre, des entrepreneurs digitaux qui se retrouvent principalement parmi les top performers.

Tableau 1 : profils d’usagers et segments de l’informel[6]

Cela suggère donc que tout le monde ne bénéficie pas de la même façon du potentiel que représente le téléphone mobile, ne serait-ce que parce que des barrières existent dans la capacité d’adoption des différentes fonctions offertes par ce dernier (financière – accès au smartphone -; cognitive – maîtrise des savoirs et compétences pour l’utiliser pleinement-). Ensuite, les usages du mobile sont plus contrastés parmi les gazelles. On retrouve chez nos jeunes gazelles inexpérimentées, marquées par leur jeunesse et leur relatif haut niveau d’éducation, autant d’entrepreneurs connectés que d’entrepreneurs digitaux. Et du côté des gazelles expérimentées il n’est pas non plus surprenant que le profil des entrepreneurs réseauteurs y apparaissent plus souvent compte tenu de leur insertion plus avancée sur le marché. Mais il n’en demeure pas moins que ces gazelles souffrent de performances économiques qui les éloignent nettement des top performers. Preuve s’il en faut que le mobile à lui seul ne fournit pas de solutions miracles pour accroître les performances économiques des entreprises de l’informel.

Ainsi, la capacité des technologies mobiles à permettre aux « gazelles » de surmonter les obstacles à leur développement reste à interroger, tant au regard des contraintes externes que ces entreprises doivent affronter qu’au niveau de l’(in)adaptation des services mobiles proposés dans le contexte spécifique de leur activité. Des travaux complémentaires en cours cherchent à répondre à ces interrogations.

[1] GSMA, 2017, « The Mobile Economy. Sub-Saharan Africa 2017 » [https://www.gsma.com/mobileeconomy/sub-saharan-africa-2017/]

[2] ARTP Sénégal pour le numérique et Recensement Général des Entreprises (ANSD, 2017) pour le poids de l’informel.

[3] Sont considérées comme informelles, les unités de productions non enregistrées et/ou dépourvues de comptabilité formelle écrite respectant les normes du système comptable ouest africain (SYSCOA).

[4] Grimm, M., Knorringa, P. et Lay, J. 2012. “Constrained gazelles: High potentials in West Africa’s informal economy.” World Development, n°40(7), pp. 1352-1368.

[5] Pour une présentation détaillée, voir notre état de l’art sur le sujet : https://recherche.orange.com/les-petites-entreprises-informelles-africaines-au-defi-des-technologies-numeriques/.

[6] Ce tableau présente de manière simplifiée et schématique les résultats d’un test de Khi2 par case. Le signe + traduit le fait qu’une case est statistiquement significativement surreprésentée (seuil à 5%).

Samir Amin, économiste du Sud (1931 – 2018)

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Samir Amin, l’économiste incontournable pour qui s’intéresse aux pays du Sud, nous a quittés en août 2018. J’ai eu le privilège de le rencontrer pour la première fois en 1986 à Ouagadougou, lors d’un colloque d’économistes au cours duquel nous avions été reçus par Thomas Sankara, alors Président du Burkina Faso.

Pour moi, Samir Amin est le parangon de l’analyse du sous-développement en termes d’exploitation. Pour la majorité des économistes néoclassiques ou structuralistes du développement, le sous-développement du Tiers Monde s’expliquait par des causes internes. Pour les premiers, il s’agissait principalement d’une insuffisance de capital ; pour les seconds, le dualisme sociétal, caractérisé par la coexistence d’un secteur traditionnel et d’un secteur moderne, bloquait le processus de développement. L’aide extérieure, un effort d’investissement important dans tous les domaines, les transferts de technologies et de savoir-faire,… devaient permettre d’accéder au développement et de rattraper, à terme, les pays du Nord.

Samir Amin fait partie des économistes qui ont remis en cause cette vision politiquement neutre des causes du sous-développement. Pour lui, c’est le développement du capitalisme dans les pays du Nord (du centre) qui serait à l’origine et qui maintiendrait le Sud (la périphérie) dans un état de sous-développement, par le biais de l’échange inégal. Dans un tel contexte, le seul moyen pour les pays du Sud d’accéder au développement, dont il s’agit de redéfinir le contenu, serait la déconnexion avec le système capitaliste mondial. Bien entendu, cette stratégie ne pouvait être efficace que dans le cadre de grands ensembles impliquant l’intégration régionale.

L’analyse de Samir Amin a le mérite de la simplicité. A travers l’opposition centre-périphérie, elle a permis d’éclairer les évolutions des trajectoires des différents pays sous un angle ouvrant la voie à d’autres analyses hétérodoxes du fonctionnement de notre monde.

Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?

Boubacar Haïdara, chercheur associé à LAM

« Cartes sur table », le programme hebdomadaire que Ras Bath présente le mardi, de 21 heures à minuit, sur la radio « Renouveau Fm », diffusée en bamanankan[1], est l’un des plus écoutés au Mali. Parmi les abonnés à l’émission, on trouve de nombreux jeunes Maliens désœuvrés, en manque de tout (d’éducation, d’emplois, d’avenir), qui s’abreuvent de ses discours et voient en lui le « Guide »[2] de leur révolution, celle qu’ils préparent au Mali.

Ras Bath, de son vrai nom Mohamed Youssouf Bathily, qui se présente lui-même comme « le fruit d’une faillite du politique et de la société civile »[3], reproche à la jeunesse malienne sa grande passiveté et le fait de s’être résignée à se laisser faire. Le rôle qu’il s’est attribué, à travers son programme radiophonique, n’est pas uniquement à but d’information, mais consiste surtout à provoquer chez son auditoire une prise de conscience, d’où le slogan « choquer pour éduquer » qu’il a fait sien. Il s’attèle à éveiller les consciences à travers la dénonciation d’actes de corruption et d’abus de pouvoir.

Ras Bath rompt totalement avec cette tradition essentielle et fortement ancrée dans la société malienne, qui impose aux plus jeunes le respect des anciens, qu’il n’hésite pas à qualifier de voleurs, corrompus, incompétents[4] … Sa conception de la bonne gouvernance va au-delà de la lutte, pourtant prioritaire pour lui, contre la corruption et l’enrichissement illicite. « Elle touche au développement socio-économique, à la responsabilité régalienne de l’État à assurer un cadre de vie décent et à l’accès aux services sociaux de base »[5]. Seul problème, s’il critique beaucoup les actions des gouvernants, il formule très peu (ou pas) de propositions ou solutions alternatives aux faits qu’il dénonce, chose qui lui est souvent reprochée. Toutefois, ses diatribes gagnent d’autant plus en crédibilité et impartialité que son père, Mohamed Aly Bathily[6], fut ministre dans les différents gouvernements d’Ibrahim Boubacar Kéita (connu par ses initiales IBK), le président de la république en exercice.

Chacune de ses émissions donne lieu à des révélations fracassantes, qu’il justifie toujours par des preuves, de telle sorte que son auditoire s’est aujourd’hui étendu à toutes les couches de la société. La gravité des faits qu’il dénonce – qui ne donnent lieu ni à démenti de la part des personnes accusées, ni à poursuite judiciaire à son encontre – conforte sa notoriété et instaure une certitude au sein de la société : celle qu’il dit la vérité et qu’il dispose certainement de personnes ressources – autrement dit d’informateurs, un peu partout au sein des structures administratives – qui trouveraient peut-être un intérêt à la fragilisation du pouvoir.

Ses préoccupations consistant à vouloir conscientiser la jeunesse malienne semblent apparemment avoir en partie porté leurs fruits. Fort de son important pouvoir de mobilisation, Ras Bath apparait indiscutablement comme le principal artisan de l’abandon par le gouvernement du projet controversé de réforme constitutionnelle. C’est la jeunesse malienne qui, sous l’impulsion de la plateforme[7] « An tè A Bana ! Touche pas à ma constitution », est parvenue à bout de ce projet en 2017.

Les tentatives de musellement de Ras Bath

Le 16 août 2016, Ras Bath est mis aux arrêts pour cause de « déclarations qui offensent la pudeur »[8]. Pendant que les agents venus l’appréhender le conduisaient au Camp I de Bamako, il eut le temps de publier un message sur son compte Facebook : « Au moment où je publie ces notes, je devrais être en route pour la radio, mais malheureusement, je suis en route pour le camp I… Des militaires sont venus… Votre émission « Cartes sur table » n’aura pas lieu ce soir ou n’aura plus jamais lieu ».

Son arrestation a été perçue comme une tentative de musellement. Son message posté sur le réseau social fut suffisant pour déclencher une émeute à Bamako, sur la rive gauche du fleuve Niger, précisément dans le quartier de Sébénicoro où se trouve la résidence du président IBK. Le jour de sa comparution, le tribunal de la commune IV du district de Bamako a été pris d’assaut par une foule immense exigeant sa libération immédiate. Les manifestants commirent de multiples dégradations aux abords des lieux et allèrent jusqu’à incendier le tribunal. Un manifestant fut tué et une dizaine d’autres furent blessés. Le lendemain, soit deux jours après son arrestation, les autorités se voyaient contraintes de le libérer. Sa popularité n’a dès lors cessé de croitre, ainsi qu’en témoignent les importants mouvements de foule qui se forment à chacun de ses déplacements, comme s’il s’agissait d’un président.

Suite à une de ses émissions polémiques, en 2017, une décision de justice du tribunal de la commune IV avait condamné l’activiste à un an d’emprisonnement ferme et 100 000 FCFA (152 euros) d’amende pour « incitation à la désobéissance des troupes en temps de guerre ». Ras Bath avait alors dénoncé les mauvaises conditions matérielles dans lesquelles les militaires maliens se trouvaient au front ; il faisait aussi état du « détournement de leurs primes » par la hiérarchie. Pourtant, compte tenu de la mobilisation de ses partisans contre la peine prononcée, et des grandes manifestations organisées à cet effet, le tribunal préféra renoncer à l’incarcération de Ras Bath. Ces démêlés avec la justice ont, à n’en pas douter, largement contribué à hisser Ras Bath au rang d’icône de la société civile malienne.

« Tout sauf IBK »

Celui-ci se présente aujourd’hui comme l’épine dans le pied d’IBK, dans la perspective de sa réélection, à la présidentielle de juillet 2018. L’opposition l’a bien compris et use de tous les stratagèmes pour s’assurer du soutien du « Guide de la révolution » malienne. En témoignent sa présence et sa prise de parole lors de l’investiture du chef de file de l’opposition malienne et candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Soumaïla Cissé, dans un stade du 26 mars plein à craquer. L’annonce de la présence de Ras Bath à cette investiture a clairement contribué à la réussite de l’évènement, en termes d’affluence.

Mohamed Youssouf Bathily et le mouvement qu’il préside, le Comité de défense de la République (CDR), comptent bien soutenir un candidat en juillet 2018. Si le choix pour ce dernier ne s’est pas encore clairement exprimé, ils sont néanmoins explicitement engagés dans une démarche du « Tout sauf IBK ». Selon eux, son bilan montre qu’il a échoué à tous égards. C’est donc précisément en cette période pré-électorale que Ras Bath entre sérieusement en jeu, et de plain-pied dans l’arène politique ; et le procédé qui est le sien en rappelle un autre, identique, observé pendant l’élection présidentielle de 2013 remportée par IBK.

L’attitude de Ras Bath et du CDR sur la scène politique, une impression de déjà-vu

On se rappelle que pendant la présidentielle de 2013, le mouvement islamique « Sabati 2012 » avait œuvré à la mobilisation des masses musulmanes en faveur de son candidat. Ce mouvement, dont le président Moussa Boubacar Bah est membre du bureau exécutif du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), est une émanation de l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA), affiliée au HCIM, dont le siège est situé dans les locaux de ce dernier.

Une liste de revendications, constituant « les conditions à remplir pour obtenir le soutien des musulmans maliens », avait été remise aux vingt-sept candidats à la présidentielle de 2013. Ceux-ci avaient tous bien compris, dans le contexte qui prévalait, qu’il leur serait difficile d’accéder à la magistrature suprême sans l’aide de personnages charismatiques, écoutés et influents, parmi lesquels on compte les élites musulmanes. Plusieurs d’entre eux ont été reçus au siège de « Sabati 2012 » et ont accepté de se soumettre à un ‘’grand oral’’. Le procédé était le suivant : quand un candidat était reçu, le président de « Sabati 2012 » prenait en premier lieu la parole afin d’expliquer à l’hôte les raisons de la création du mouvement et ses aspirations. Le candidat, à son tour, était invité à exposer les raisons de sa candidature et à détailler son programme. En dernier lieu, la parole était accordée à l’auditoire, qui pouvait interpeller directement le candidat. Au terme des interpellations des candidats, « Sabati 2012 » appela les musulmans maliens à voter en faveur d’Ibrahim Boubacar Kéita, et alla jusqu’à faire campagne pour lui dans les mosquées.

A la manière de « Sabati 2012 », en 2013, le CDR a tenu le week-end du 24 mars 2018 son congrès au « Carrefour des Jeunes » à Bamako, afin de décider des directives à suivre pour l’échéance électorale de juillet 2018. La plupart des leaders[9] de l’opposition, parmi lesquels le principal opposant à IBK, Soumaïla Cissé, étaient présents. À l’issue de cette rencontre, le CDR a décidé de ne pas formuler de candidature, mais de soutenir le candidat qui adhérera aux valeurs et répondra aux critères définis par le mouvement. « Le choix sera fait en fonction du degré de la vision partagée entre le CDR et le candidat ». Tous sont désormais avertis : Ras Bath et le CDR ne placent plus leur « espoir sur le président de la République mais en la capacité du peuple à surveiller le président ».

Le CDR participe désormais de ces organisations de la société civile pleinement investies dans le champ politique, avec pour ambition d’impliquer les citoyens dans les choix et l’application des orientations politiques. Il s’est fixé pour objectif d’exercer le pouvoir sans le prendre et, à cet effet, affirme travailler à une plateforme de propositions qu’il désigne sous le terme de « Manifeste pour le renforcement de la démocratie au Mali ». Il s’agit d’une liste de propositions qui sera portée à l’attention des seuls candidats aspirant à l’alternance. Parmi ceux-ci, le CDR, sûr de son pouvoir de mobilisation, annonce qu’il en sélectionnera un qu’il soutiendra et fera élire à la magistrature suprême. Continuer la lecture de Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?

Démographie africaine et migrations : entre alarmisme et déni

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Christian Bouquet, Université Bordeaux Montaigne

Il en est des chiffres de la population comme de ceux de l’abstention dans un scrutin démocratique : on peut leur faire dire ce que l’on veut entendre. Sur la démographie africaine, le spectre est très large entre ceux qui agitent l’épouvantail de la « croissance exponentielle » et ceux qui se réjouissent de toute cette jeunesse, symbole des dynamiques à venir. Dans ce débat, la voie du chercheur est étroite.

Des statistiques problématiques, mais qui vont toutes dans le même sens

Naturellement, on pourrait s’en sortir par défaut, en soulignant que la plupart des statistiques africaines sont contestables en raison des difficultés rencontrées dans nombre de pays pour conduire des enquêtes crédibles.

Il n’empêche que même les fourchettes basses sont élevées, et les courbes de croissance – minimales, maximales et médianes – toujours fortement ascendantes. Selon The World Population Prospects : The 2017 Revision, émanant du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, l’Afrique compte 1,256 milliard d’habitants, contre 640 millions en 1990. Sa population a donc doublé en un quart de siècle.

Si l’on ne retient que les chiffres essentiels, on note que son taux moyen de fécondité est de 4,7 enfants par femme (contre 2,2 en Asie et 2,1 en Amérique latine). Mais il atteint 7,4 au Niger – ce qu’avait bien lu Emmanuel Macron – ou encore 6,6 en Somalie et 6,3 au Mali. La pyramide des âges affiche une base très évasée, puisque 60 % des Africains ont moins de 25 ans. À ce rythme, on estime que l’Afrique comptera 1,704 milliard d’habitants en 2030, 2,528 milliards en 2050 et 4,468 milliards en 2100. Soit à cet horizon 40 % de la population mondiale, contre 17 % en 2017.

Le courage des précurseurs

Toutes ces données sont connues et généralement admises, mais elles ont souvent été enfouies dans le non-dit parce qu’elles génèrent un malaise dans les opinions publiques, et plus particulièrement dans les milieux scientifiques. Il a donc fallu beaucoup de patience et un certain courage à quelques auteurs, et notamment – surtout ? – en France, pour commencer à tirer la sonnette d’alarme malgré la réprobation de nombre de chercheurs.

L’un de ces précurseurs, Jean‑Pierre Guengant, résumait très bien la controverse dans un article de 2011 cosigné avec le démographe belge de la Banque mondiale John F. May :

« Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les néo-malthusiens et les développementistes se sont violemment opposés, surtout dans les années 1960 et 1970. Les premiers présentaient le contrôle des naissances comme une condition indispensable au développement des pays qualifiés alors de “sous-développés”. Pour les seconds, seules des politiques vigoureuses en faveur du développement pouvaient permettre aux pays du Sud de sortir de leur situation, le développement socio-économique entraînant la réduction de leur fécondité, d’où le slogan “le développement est le meilleur contraceptif” ».

On se souvient des critiques récurrentes formulées – notamment en Europe – contre le Population Council, créé par John D. Rockefeller III en 1952 et financé par sa fondation, dans le but plus ou moins avoué d’encourager la contraception dans les pays « sous-développés ».

Parallèlement, les chercheurs et les politiques adoptaient, selon Stephen Smith (La Ruée vers l’Europe, Grasset, 2017, p. 61), trois types d’attitude dans la seconde moitié du XXe siècle : ce qu’il appelle avec bienveillance « l’inattention » (très peu d’études étaient consacrées au lien entre démographie et pauvreté au sud du Sahara), mais aussi le déni, et enfin la maladresse (wealth in people, la population est une richesse).

« Dans la chambre à coucher… »

Ces réactions demeurent d’actualité, ainsi qu’on a pu le constater lorsque Emmanuel Macron a déclaré, en marge du Sommet du G20 en juillet 2017 :

« Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Outre les commentaires indignés de ses opposants traditionnels, il s’attira les foudres d’Angélique Kidjo :

« Moi ça ne m’intéresse pas qu’un Président, d’où qu’il vienne, dise à des millions [d’Africains] ce qu’ils doivent faire dans leur chambre à coucher ». (TV5 Monde, 10 septembre 2017).

De la part de l’ambassadrice de l’UNICEF, cette déclaration montrait bien à quel point l’incompréhension demeurait grave sur les enjeux démographiques africains. En même temps, on pouvait comprendre que la crainte de la stigmatisation ait pu peser sur bon nombre d’auteurs soucieux de ne pas trop se marginaliser par rapport au mainstream.

Une série de malentendus

En fait, le premier grand malentendu porte sur la réalité de la transition démographique, dont le moins qu’on puisse dire concernant l’Afrique subsaharienne est qu’elle demeure inachevée, bloquée en fin d’étape 2, avec des taux de natalité qui ne baissent que très lentement.

Influencés (ou non) par les recommandations du Population Council, certains pays avaient pris conscience de la nécessité de mettre en place des politiques de planning familial, parfois assez tôt comme le Kenya (1967) et le Ghana (1970), parfois avec un peu de retard comme le Sénégal et le Nigeria (1988). Mais la plupart de ces campagnes de sensibilisation échouèrent face aux résistances des milieux religieux et faute de moyens, notamment lorsque les programmes d’ajustement structurels asséchèrent les budgets de la santé et de l’éducation.

Le second grand malentendu porte sur la notion de dividende démographique, que les opinions publiques associent souvent à un bénéfice garanti dès lors que la population dite active (comprise entre 20 et 65 ans) est plus nombreuse que la population dite dépendante (moins de 20 ans et plus de 65 ans). C’est évidemment le cas en Afrique, mais la situation est piégeuse.

Dans son ouvrage cité, Stephen Smith évoque Jean‑Michel Severino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010) et Serge Michaïlof (Africanistan, Fayard, 2015) qui, dit-il:

« ont vaillamment abordé la pyramide africaine des âges, le premier par l’adret, avec l’espoir que le continent bénéficiera d’un dividende démographique quand ses nombreux jeunes auront trouvé un travail rémunéré et le second par l’ubac, dans la crainte que cela n’arrive pas de sitôt et que l’Afrique en crise ne se retrouve dans nos banlieues. »

Il aurait dû ajouter à propos du dividende démographique : du travail dans le secteur formel.

Pour que les 30 millions de jeunes Africains qui arrivent chaque année sur le marché du travail rendent le dividende démographique bénéficiaire, il faudrait créer autant d’emplois dans le secteur formel, soit 30 millions par an d’ici à 2035. Pourquoi sommes-nous aussi sûrs de ces chiffres ? Parce que ces jeunes ne relèvent pas de la virtualité des projections démographiques : ils sont déjà nés.

Certes, on peut y croire, comme la Banque africaine de développement (BAD) ou l’Institut allemand du développement (DIE), qui pensent qu’un chiffre de l’ordre de 20 millions d’emplois créés annuellement est tenable. Mais on peut aussi en douter, ne serait-ce que parce que nulle amorce de ce processus n’est actuellement visible dans le paysage économique africain, qui continue à être largement dominé par l’informel. Alors la tentation de la migration risque d’être forte.

L’inévitable soupape migratoire

L’hypothèse de la soupape migratoire a longtemps été considérée comme inutilement alarmiste, et les auteurs qui osaient en parler à la fin du XXe siècle restaient très prudents. Jean‑Pierre Guengant lui-même soulignait, dès 2002, que la conjugaison « des arrivées massives sur le marché de l’emploi des pays du Sud, qui ne seront pas capables de les absorber, des facilités de déplacement, des informations sur les lieux de destination, etc. » conduirait inévitablement à des migrations internationales. Mais il restait sur le terrain du « développement » et ne se hasardait pas (encore) sur celui de la démographie.

En 2015 (Africanistan), Serge Michaïlof s’est affranchi du déni, au risque de la provocation affichée dans son sous-titre (« L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? »). En reprenant les courbes de la démographie africaine, il rappelait que si l’on ne faisait rien, au plan de la démographie et du développement, on s’exposerait aux migrations massives vers l’Europe. Surfant entre les tabous, son ouvrage illustrait l’étroitesse du chemin qui s’ouvre actuellement aux chercheurs, parce que son argumentaire pouvait servir – bien involontairement – la cause de l’extrême droite.

Dans son dernier essai (La Ruée vers l’Europe, 2017), fort bien documenté et solidement argumenté, Stephen Smith va encore plus loin. L’ancien journaliste de Libération et du Monde, actuellement enseignant-chercheur à Duke University (États-Unis), affiche les chiffres cités supra (l’Afrique comptera 2 milliards d’habitants en 2050) et établit un parallèle avec la situation européenne au XIXe siècle : entre 1850 et 1914, alors que la population de l’Europe passait de 200 à 300 millions, plus de 60 millions d’Européens migraient vers les États-Unis (43 millions), l’Amérique latine (11 millions), l’Australie (3,5 millions) et l’Afrique du Sud (1 million).

Sur cette base, Stephen Smith fait l’hypothèse qu’une vague migratoire analogue entre l’Afrique et l’Europe pourrait atteindre des proportions telles qu’on compterait 150 à 200 millions d’Afro-Européens en 2050. Pour lui, ce mouvement massif de population ne serait donc pas un événement exceptionnel dans l’histoire du monde : il suffit juste de ne pas rejeter l’hypothèse a priori, au motif que celle-ci risque d’être brandie comme un épouvantail par les populistes européens.

Dans un débat publié en février par L’Obs, Stephen Smith était d’ailleurs interpellé sur ce sujet par Michel Agier en ces termes : « À qui faites-vous signe en écrivant cela ? À qui faites-vous peur ? »

« Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique »

Tout est dit dans ces deux questions. Faut-il alors avoir peur d’écrire, ou bien faut-il passer sous silence des données qu’on regrettera peut-être, dans dix ou quinze ans, d’avoir occultées ? Faut-il négliger ce sondage Gallup (2016) indiquant que 42 % des Africains âgés de 15 à 24 ans (et 32 % des diplômés du supérieur) déclaraient vouloir émigrer ? En intitulant sa chronique du 8 février 2018 dans Le Monde : « Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique », Alain Frachon a pris bien soin d’ajouter : « que nous le voulions ou non ».

Il semble de plus en plus clair que les opinions publiques européennes « ne le veulent pas », si l’on en juge par les résultats des élections les plus récentes en Italie, en Pologne, en Grande Bretagne, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie. « La crise migratoire a retourné l’opinion publique européenne », écrit Sylvie Kauffmann (Le Monde), dans sa chronique du 7 mars 2018. Et elle insiste un mois plus tard : « La droite identitaire devient mainstream. Elle évince la droite classique, et pas seulement en Europe centrale » (4 avril 2018).

Traiter l’immigration africaine en Europe à sa juste dimension

Pour autant, les chercheurs qui ne partagent pas cette idéologie de rejet doivent-ils laisser le champ libre aux auteurs qui ont théorisé cette « menace migratoire », s’inscrivant dans la filiation de Jean Raspail, dont Le Camp des Saints (Robert Laffont, 1973) était devenu le livre de chevet de Steve Bannon, l’ex-conseiller anti-immigration de Donald Trump ? Nous avons laissé passer Bat Yé’or (Eurabia, Godefroy, 2006) et Renaud Camus (Le Grand Remplacement, Chez l’auteur, 2011) sans opposer de contre-feu digne de la recherche universitaire française en sciences sociales.

En 1991 pourtant, Jean‑Christophe Rufin – au-dessus de tout soupçon dans le présent débat – nous avait prévenus dans L’Empire et les nouveaux barbares : un nouveau limes était insidieusement en train de se dresser entre un Nord trop riche et un Sud trop pauvre. En 2001, il avait insisté dans la nouvelle édition de son livre prémonitoire sur la nécessité de regarder les choses en face. Mais, là encore, nous avions préféré regarder ailleurs.

Ainsi la démographie africaine doit-elle être abordée dans sa profondeur et dans son intégralité, sans tabou, en rappelant que deux des plus grandes puissances mondiales actuelles ne le seraient sans doute pas aujourd’hui si elles n’avaient pas conduit, en temps utile, des politiques de population drastiques.

The ConversationDe même, l’immigration africaine en Europe doit être traitée à sa juste dimension, en tenant compte à la fois de tous les paramètres chiffrés qui la sous-tendent, des obligations humanitaires qui sont celles des pays d’accueil, et des équilibres socio-économiques qu’il conviendra d’ajuster sans passion. Donc en évitant l’alarmisme et le déni, et sans craindre « l’approbation venue du mauvais côté », pointée par Hans-Magnus Enzensberger (Culture et mise en condition, Le Goût des idées, 2012) à propos des schémas totalitaires de la pensée.

Christian Bouquet, Chercheur au LAM (Sciences-Po Bordeaux), professeur émérite de géographie politique, Université Bordeaux Montaigne

DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []

Desconcentração, descentralização ou democratização? O olhar de Michel Cahen

Entrevue de Michel Cahen par Francisco Carmona, publiée dans l’hebdomadaire mozambicain Savana, n° 1259, 23 février 2018, pp. 1-4. Publié sur LAMenparle avec l’aimable autorisation de Savana.

Entrevista_Savana_230218
Entrevista_Savana_230218

 Conhecedor profundo da realidade moçambicana, o académico e historiador francês Michel Cahen não tem dúvidas, em entrevista ao SAVANA, de que foi a pressão política e militar exercida pela Renamo que obrigou o Presidente da República, Filipe Nyusi, a propor à Assembleia da República mudanças no processo de descentralização do país.
“Constato que é o facto de a Renamo ter adoptado uma estratégia político-militar que obrigou o poder da Frelimo a negociar. Era essa a única maneira? Penso que não”, defende Michel Cahen.
Sobre um dos aspectos mais polémicos da proposta de revisão constitucional apresentada por Filipe Nyusi à Assembleia da República, a eleição indirecta dos presidentes de município, o académico francês aplaude essa inovação, assinalando que a eleição directa de um dirigente por sufrágio directo não é obrigatoriamente democrática.
Michel Cahen descreve como “cancro da vida política de Moçambique” o facto de até agora o “vencedor ficar com tudo” nos processos eleitorais. Siga as reflexões de Cahen, numa entrevista feita electronicamente.

 

Quarenta e oito horas depois da comunicação à nação sobre os entendimentos com o líder da Renamo, Afonso Dhlakama, o Presidente da República (PR), Filipe Nyusi, submeteu, à Assembleia da República (AR) a proposta que cria um novo figurino de descentralização em Moçambique. Acha que esse novo figurino pode ajudar a reduzir os conflitos pós-eleitorais?

Numa entrevista dada em Outubro de 2016, tinha dito que “não haverá negociações antes de 2019”. Formalmente, errei e estou muito contente por ter errado! No entanto, o que queria dizer era que só a aproximação das eleições de 2019 poderia provocar discussões a sério entre o governo da Frelimo e a Renamo. Não tinha, então, em mente, a decisão da Renamo de participar, pela primeira vez desde 2003, nas eleições autárquicas de Outubro de 2018. O Presidente Filipe Nyusi submeteu à Assembleia da República uma proposta que cria, pelos menos oficialmente, um novo figurino de descentralização em Moçambique e você me pede para me pronunciar sobre se isso é capaz de reduzir os conflitos pós-eleitorais. Penso que pode ajudar a diminuir os conflitos pré-eleitorais. Com efeito, a proposta do Presidente Nyusi está muito longe de poder satisfazer a Renamo, é muito mais uma desconcentração do Estado do que uma descentralização democrática. Descentralização quer dizer que doravante haverá policentrismo, vários poderes. Não é o problema de a nação ser unitária, é o problema de o poder político ficar em grande medida único, embora com algumas novas concessões. É um compromisso: nem a Frelimo, nem a Renamo queriam o que o presidente Nyusi propôs. Mas do lado da Renamo, era o mínimo para permitir que – se que os assuntos militares fossem resolvidos também – o presidente Dhlakama saia do mato e que a Renamo participe activamente nas eleições autárquicas que, para ela, são um treino para as eleições gerais de 2019. Quero dizer: vejo só uma razão para o presidente Dhlakama ter aceite este compromisso minimalista: é a possibilidade de reintegração completa da Renamo na arena política. Isso porque, suponho, ele está certo de poder ganhar em 2019. Pois, tem mesmo que sair do mato. Se não houver mais esquadrões de morte, isto vai permitir uma intensificação de uma vida política civil e pacífica, a não ser que, vendo um verdadeiro perigo de perder em 2019, a Frelimo siga um caminho de “mugabização” e de violência pré-eleitoral. Mas como se diz em francês, minha língua: “o pior nunca é certo!”.

Sectores da sociedade civil rejeitam a pretensão de mudanças na eleição do presidente do conselho municipal de directa para indirecta. Entendem que se trata de um total retrocesso da democracia em Moçambique. O professor tem o mesmo entendimento?

Não concordo, acho isso muito bom. Moçambique manteve a tradição colonial portuguesa de, nas eleições autárquicas, haver um duplo processo: eleição da assembleia municipal e eleição da câmara municipal. Mas o dualismo que é indispensável ao topo do Estado (distinguindo o poder legislativo e o poder executivo) não faz sentido na base: um município não faz leis, faz editais que respeitem as leis. Pois a dualidade não só não é útil, mas provoca conflitos entre os dois corpos. Além disso, a eleição directa de um dirigente por sufrágio directo não é obrigatoriamente democrática. A tradição da esquerda francesa – meu campo de pensamento – foi sempre contra a eleição directa do presidente da República por sufrágio directo. Porquê? Porque isso dá a esse presidente – uma pessoa só – um peso tão importante como o das centenas de deputados da Assembleia e nutra a tendência que nós achamos de bonapartismo (de Napoleão Bonaparte, o nosso famoso imperador e ditador francês). É muito melhor um poder legislativo forte, que possa controlar o poder executivo. Como significa o termo, um poder executivo deve executar o que foi democraticamente concebido pela assembleia pluralista. No nível das autarquias, o perigo de “pequenos bonapartes” pode ser considerado como de pouca importância, mas não é o caso: nutra em particular o clientelismo. É possivelmente disso que morreu o presidente da câmara de Nampula (Mahamudo Amurane). Em França, os presidentes dos municípios são eleitos pelas assembleias, no seu seio (não há Câmara), e depois, o presidente nomeia, sempre no seio da Assembleia, os seus vereadores. O presidente está, por isso, sob o controlo da assembleia municipal em vez de constituir um poder paralelo. Neste ponto, acho a proposta do Presidente Nyusi excelente, é um progresso na democratização do país, sobretudo se o modelo municipal estar por se expandir à totalidade do país.

Mas uma eleição indirecta não “mata” figuras que valem por si só (acima dos partidos) como é o caso de Manuel de Araújo (Quelimane), Daviz Simango (Beira), Venâncio Mondlane (Maputo) e potenciais amuranes em Nampula? Não é uma estratégia da Frelimo para recuperar municípios sob gestão da oposição?

Se a lei que vai passar no Parlamento bem é que é a Assembleia municipal que elege o presidente do município, e não o partido vencedor que nomeia-o (mesmo como maioria relativa, como é proposto para os Governadores de província), penso que este perigo que você aponta não existe, até ao contrário. Sabendo da nova legislação, candidatos independentes, ou de pequenos partidos locais, organizar-se-ão, formando listas de cidadãos independentes e apresentaram-se às eleições com os mesmos direitos que as listas dos partidos. Se os partidos forem inteligentes – claro que não há garantia nisso… –, no caso de uma personalidade local que “vale mais que o partido” (você evoca o caso de Venâncio Mondlane em Maputo), vão ser obrigados a abrir largamente as suas listas a pessoas não membros deste partido. E muitas vezes, se um candidato, mesmo membro de um partido, for também mais potente localmente que o seu partido, este candidato vai influenciar a delegação local do partido, autonomizando-a parcialmente relativamente ao partido nacional. Acha que o MDM tem interesse em romper com Manuel de Araújo em Quelimane? Claro que não! Um Manuel de Araújo, em Quelimane não está em nada em perigo por causa do novo dispositivo e tem larga margem de manobra dentro do MDM. As últimas eleições na Beira comprovaram o que digo: nas autárquicas de 2013, Deviz Simango teve muitas mais votos para ser presidente da Câmara que, no ano a seguir, nas presidências. Os eleitores não são tontos: adaptam os seus votos consoante o objetivo. Neste caso, queriam Deviz Simango como presidente da Câmara mas não queriam Devis Simango candidato do MDM para presidência da República. Não vejo bem como é que a Frelimo aproveitava, mais que os outros partidos, este novo dispositivo.

Acha que caso passe a proposta de nomeação/eleição de governadores provinciais e administradores distritais pode acabar com a política do “the winner-takes-all”, que tem sido uma ameaça à democracia em Moçambique?

O conceito de “o vencedor leva tudo” foi o cancro da vida política de Moçambique pós Acordos de Roma (1992). Os eleitores da Zambézia bem podiam sempre votar a favor da oposição, sempre o governador era da Frelimo, a totalidade dos administradores de distrito eram da Frelimo, a totalidade dos chefes de posto, a totalidade das autoridades comunitárias reconhecidas eram da Frelimo (quantos chefes tradicionais abertamente pró-Renamo foram reconhecidos neste país?), os chefes dos departamentos eram da Frelimo, os 7 milhões eram para os amiguinhos da Frelimo, etc. Isso nutriu a exasperação e o absentismo eleitoral de massa e o perigo de nova guerra em 2014-2015, porque havia uma massa considerável de jovens muito pobres sem esperança alguma de poder mudar a situação pela via pacífica. Se o presidente Dhlakama levantava um dedo, podia haver uma revolta violentíssima em certas partes do país. Mas o que muita gente não entende é que o presidente Dhlakama é um moderado e ele não levantou o dedo.

Pois é preciso acabar com o “the winner-takes-all”. Num Estado unitário, isto é um Estado dentro do qual, em todo o país, vigora a mesma lei – não há “regiões autónomas” – municípios, distritos, regiões muito bem podem ser geridos pela oposição, porque essa oposição obviamente vai obedecer às leis do Estado unitário. A oposição não põe em perigo a unidade nacional pela simples razão de que a oposição faz parte da nação tal e qual como a Frelimo. Unidade da nação não é unicidade do poder político. É assim em todos os grandes países democráticos, incluídos os unitários como a França, sem falar dos federais como a Alemanha ou o Brasil.

Agora a proposta traz muitos problemas: o governador não é eleito pela assembleia provincial, é proposto pelo partido vencedor nela e é nomeado pelo Presidente da República. Nisso há conservadorismo: com efeito, continua a vigorar o velho conceito de que o governador não é o representante da população da província junto ao governo central, mas fica o representante do poder central junto à população da província. O Presidente da República pode exonerar um governador proposto por larga maioria por uma assembleia. O governador, é verdade, responde perante a assembleia, mas é nomeado pelo poder central, pois deve satisfazer também a ele. Vejo muito bem um governador da Renamo a fazer a política da Frelimo. Temos muitos conflitos em vista, incluindo dentro da própria Renamo.

No entanto, é preciso ver isso numa dinâmica: se houver um governador da Renamo, já nem todos os administradores de distritos ou chefes de posto vão ser da Frelimo. E isso vai mudar muito, as populações vão dizer: “as estruturas agora podem ser da Renamo?” Só isso já é uma potencial revolução cultural neste país.

Entende que o modelo de um governador proposto pelo partido vencedor na província e nomeado pelo Presidente da República é o ideal?

A meu ver, o governador não devia ser proposto pelo partido vencedor numa província, mas eleito pela Assembleia provincial. Não é a mesma coisa. Imaginemos uma província onde a Frelimo é vencedora com 45% dos deputados, depois vem a Renamo com 43%, depois vem o MDM com 12%. Se entendi bem a proposta actual, é a Frelimo que propõe o nome do governador. Se fosse a assembleia a fazer a proposta, uma aliança entre a Renamo e o MDM faria com que essa coligação fizesse a proposta. Num caso, haverá um governador da Frelimo, embora este partido não tenha a maioria na assembleia, com instabilidade, no outro caso, provavelmente, um governador da Renamo num executivo provincial de coligação, tendo a maioria na assembleia, com estabilidade.

Então o que deve prevalecer? Uma maioria absoluta para a assembleia propor um governador?

Sim, uma maioria absoluta, mas que pode provir de uma coligação dentro da Assembleia, mesmo que os partidos se tivessem apresentado separadamente ao escrutínio, como no exemplo teórico que acabei de frisar. E insisto: devia ser uma eleição, não uma mera “proposta”. Precisamente porque o novo dispositivo prevê que haja, em cada província, um Secretário de Estado diretamente nomeado pelo poder central, não se entende porquê é que o Governador também devia ser nomeado pelo mesmo poder central. O fato de o Governador ser realmente eleito pela Assembleia provincial não é antagônico ao Estado unitário, porque todos os Governadores, quaisquer que forem sua filiação partidária, deverão obedecer à mesma lei nacional.

A indicação de um Secretário de Estado não pode concorrer para a existência de conflitos institucionais, sobretudo, em províncias onde o governador não é do mesmo partido que o Secretário de Estado?

Claro que sim! Vejam-se os conflitos permanentes nos municípios vencidos pela oposição, mas nem só aqueles! A transferência das competências e das verbas correspondentes do governo do distrito para o município está sempre atrasada e parcial! Diz-se que os municípios não têm os funcionários qualificados para assumir isso. Mas aqui voltamos ao “o vencedor leva tudo”. Com efeito, a transferência de competências deveria ser acompanha pela transferência de funcionários públicos sempre assalariados pelo Estado, mas em regime de destacamento nos municípios. Não são eles pagos pelos impostos dos cidadãos? Porquê é que um funcionário do distrito não poderia ir trabalhar para o município, continuando recebendo o seu salário do Estado? Os funcionários públicos não são propriedade do Estado central, são propriedade do povo. O Estado continua a considerar os municípios como algo de estrangeiro, algo de exterior. Mas os municípios também são estruturas do Estado (pelo menos no sentido de Marx), são estruturas descentralizadas do Estado e não só desconcentradas. O Estado não é só o governo, é a totalidade das instituições públicas encarregadas de gerir o país.

Pois o que é previsto nas regiões, mais tarde nos distritos, e o que vai continuar nos municípios, isso é um perigo de guerrinhas permanentes entre o Estado central (cujos escalões desconcentrados terão os orçamentos e os funcionários) e as estruturas descentralizadas (que terão a legitimidade popular local).

Qual é o modelo ideal?

Não há. Mas penso que se deve sair da mera dicotomia centralização/descentralização para entrar numa dinâmica de democratização. A descentralização (mesmo se for bem disso que se trata e não somente de uma desconcentração) não é suficiente. Muitos países africanos já têm décadas de experiencias de descentralização, frequentemente imposta pelo Banco Mundial. Muitas vezes, isso permitiu antes de mais a recomposição do poder central e o fortalecimento do clientelismo. Um governador, um presidente de câmara, um gestor de distrito eleitos devem também poder ser exonerados. Por exemplo, se 10% dos eleitores o exigirem, deve haver novas eleições: vão me dizer que isso vai produzir uma instabilidade permanente e um custo enorme. Não é, pois na realidade concreta é muito difícil conseguir 10% dos habitantes num abaixo-assinado com identidades comprovadas por exemplo pelo cartão de eleitor (que, sendo gratuito, é muito mais generalizado que o bilhete de identidade). Continuer la lecture de Desconcentração, descentralização ou democratização? O olhar de Michel Cahen

Afrique du Sud : Les défis de Cyril Ramaphosa

Denis-Constant Martin
Chercheur associé, LAM

            Le 18 décembre 2017, Cyril Ramaphosa, vice-président du Congrès national africain (ANC) depuis 2012 et vice-président de l’Afrique du Sud depuis mai 2014, était élu président du parti par sa Conférence élective réunie à Nasrec, près de Johannesburg, l’emportant de peu sur Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la Commission de l’Union africaine, plusieurs fois ministre et, surtout, réputée soutenir son ex-mari, le président Jacob Zuma. Cette victoire annonçait la déchéance de ce dernier, devenu l’incarnation d’une corruption endémique, de la mise en coupe réglée de l’État et de ses sociétés nationales au profit de ses affidés politiques et d’une famille d’origine indienne, les Gupta. Des manœuvres furent aussitôt entreprises pour le chasser de la tête de l’État. Après d’intenses débats au sein de la direction du Congrès — pas totalement acquise à son nouveau président — elle décida finalement de « rappeler » Jacob Zuma.

Les turpitudes de Jacob Zuma

           Le président de la République, formellement élu par l’Assemblée nationale, est en effet considéré comme un militant « déployé » à ce poste par le parti et, comme tel, susceptible d’être sommé de le quitter. L’ancien Président Thabo Mbeki avait connu le même sort en 2008, lorsque, à la suite de l’élection de Jacob Zuma à la tête de l’ANC, il fut poussé à la démission sous prétexte de l’impossibilité pour le pays de fonctionner avec « deux centres de pouvoir » (direction du parti dominant et direction de l’État). Thabo Mbeki s’était rendu impopulaire par son style de gouvernement perçu comme hautain, éloigné de la base du parti et de la population en général et, principalement, à cause de son refus de considérer le SIDA comme un véritable problème de santé et de lutter sérieusement contre la pandémie. Il avait, en outre, été accusé d’intervention indue dans les procédures judiciaires visant Jacob Zuma. Celui-ci, soutenu par la gauche de l’ANC, ses organisations de femmes et de jeunesse, le Parti communiste (SAPC) et les syndicats, était supposé pouvoir rapprocher le Congrès du peuple et s’attaquer au SIDA. Sur ce dernier point, les progrès furent indéniables. Quant au reste, si sa faconde, ses talents d’orateur, de chanteur et de danseur lui assuraient un succès certain lors des rassemblements publics, si ses qualités de diplomate furent appréciés dans des forums internationaux, la multiplication des accusations de corruption et de prévarication lancées contre lui — dans la continuité de celles auxquelles il avait dû faire face en 2005 en raison de ce qu’un juge avait qualifié de « relation généralement corrompue » avec un homme d’affaire véreux, Schabir Shaik — contribuèrent à la dégradation de son image.

En 2014, un rapport du Protecteur public (organe indépendant chargé de veiller au respect de la démocratie) confirmait l’utilisation de fonds publics pour une « amélioration » outrancière de la résidence privée de Jacob Zuma à Nkandla (KwaZulu-Natal)[1]. Enfin, depuis 2003, ce dernier avait noué des liens étroits avec les frères Gupta. Nés en Inde, installés en Afrique du Sud en 1993, ils ont, à partir d’un magasin de vente d’ordinateurs, constitué un vaste réseau d’entreprises et acquis une fortune considérable, à un point tel que le cadet, Atul, était en 2016 classé comme la septième fortune d’Afrique du Sud. Leur ascension fut facilitée par Jacob Zuma, ce que démontrèrent en 2016 un nouveau rapport du Protecteur public[2], puis en 2017 la publication des « Guptaleaks »[3], milliers de courriels illustrant à la fois leur influence politique (jusqu’à faire et défaire des ministres) et les faveurs accordées au Président. Jusqu’en 2017, Jacob Zuma, par pressions et manœuvres, réussit à échapper à toute condamnation. Mais il était devenu un poids pour l’ANC, qui perdait régulièrement des voix lors des élections et dont les expressions de soutien diminuaient dans les sondages ; de sorte qu’il ne paraissait plus invraisemblable que le « parti de la libération » finisse par ne pas obtenir une majorité des suffrages lors des élections générales de 2019. La gauche avait déjà abandonné Jacob Zuma. Le Parti communiste avait avoué en 2015 avoir commis une « stupide erreur » (blunder) en le soutenant. Julius Malema, le président de la ligue de jeunesse de l’ANC, qui avait affirmé être prêt à « mourir », voire même à « tuer », pour Jacob Zuma, avait, après avoir été en 2012 exclu de tous les organes du parti, fondé en 2013 les Combattants de la liberté économique (Economic Freedom Fighters, EFF) et était devenu un de ses plus ardents contempteurs, allant maintenant jusqu’à déclarer : « Zuma ira en prison. Nous voulons le voir souffrir jusqu’à la fin […] »[4]. La fédération syndicale COSATU avait perdu toute confiance en celui dont elle avait accompagné l’ascension et l’Alliance tripartite qu’elle formait avec l’ANC et le SAPC avait interdit au Président de participer à ses réunions. Dans ces conditions, une partie des militants et des dirigeants de l’ANC en était venue à considérer qu’il était nécessaire de lui faire abandonner le pouvoir.

La longue marche de Cyril Ramaphosa

            En choisissant Cyril Ramaphosa pour lui succéder, les délégués à la Conférence élective de 2017 suivaient une certaine logique institutionnelle, puisqu’il était déjà vice-président du parti et de la République, appelé comme tel à assurer l’intérim de Jacob Zuma en cas de démission ou d’empêchement. Ils désignaient aussi un homme qui pouvait apparaître comme tout ce que le sortant n’était pas : riche mais réputé intègre, compétent et pondéré, diplômé et ayant lutté de l’intérieur contre l’apartheid. Étudiant proche du mouvement de la Conscience noire, emprisonné plusieurs fois pour ses activités militantes, il fut repéré par Clive Menell, un magnat sud-africain des mines, qui le fit entrer à l’Urban Foundation, une organisation lancée en 1977 pour améliorer le sort des Noirs vivant en ville. Cyril Ramaphosa put ainsi terminer ses études tout en se familiarisant avec le fonctionnement des cercles économiques influents. En 1982, à la demande du Conseil des syndicats d’Afrique du Sud (Council of Unions of South Africa), regroupement de syndicats noirs, il organisa l’Union nationale des mineurs (National Union of Mineworkers, NUM) dont il fit une puissante formation revendicative en même temps qu’un important acteur de la lutte anti-apartheid. Durant la même période, il rejoignit l’ANC. Lorsque Nelson Mandela, le jour de sa libération, s’adressa aux Sud-Africains rassemblés devant l’Hôtel de Ville du Cap, Cyril Ramaphosa lui tenait le micro. Devenu secrétaire-général de l’ANC, il joua un rôle central dans les négociations qui devaient aboutir en 1994 aux premières élections au suffrage universel. Puis il participa à la rédaction de la constitution qui devait entrer en vigueur en 1996. Lorsque Nelson Mandela devint président de la République, la direction de l’ANC désigna Thabo Mbeki pour être son second vice-président aux côtés de Frederik de Klerk ; de ce fait il devint seul vice-président lorsque ce dernier démissionna en 1996. Tout laisse à penser que Nelson Mandela lui aurait préféré Cyril Ramaphosa mais qu’il respecta les choix du parti.

L’ANC, toutefois « déploya » Cyril Ramaphosa dans les affaires où il mit en œuvre des opérations de promotion (empowerment deals) des entrepreneurs noirs qui, à la fois, bénéficièrent aux finances du parti et lui permirent de s’enrichir considérablement. En 2001, il créa sa propre holding, Shanduka, qui possède des parts dans un grand nombre de grandes entreprises, dont des mines et les filières sud-africaines de McDonald’s et de Coca Cola, mais abrite aussi des fondations qui financent des écoles et des incubateurs de petites et moyennes entreprises noires. Du fait de ses participations étendues, Cyril Ramaphosa s’est également trouvé actionnaire d’une compagnie minière qui fit face, en 2012, à une grève qualifiée de « sauvage » sur le carreau de Marikana (province du Nord-Ouest). Celle-ci fit l’objet d’une répression brutale qui causa quarante-sept morts. L’ancien dirigeant syndical, confronté à un mouvement lancé par une organisation issue d’une scission avec celle qu’il avait fondée, l’Association of Mineworkers and Construction Union (AMCU), fut accusé d’avoir demandé l’intervention de la police et, par conséquent, d’être responsable du massacre des mineurs[5]. En dépit de ce qui constitue sans doute la plus grave tache souillant sa marche à la gloire présidentielle, Cyril Ramaphosa fut élu vice-président de l’ANC en 2012, avec le soutien des partisans de Jacob Zuma, et vice-président de la République en mai 2014.

Les projets du nouveau Président

            Cyril Ramaphosa a finalement emporté le soutien d’une petite majorité des délégués à la Conférence de l’ANC dans l’espoir qu’il puisse redorer le blason du parti, redonner aux citoyens confiance en la politique et redresser l’économie. Le discours sur l’état de la nation qu’il prononça le 16 février 2018 trancha d’emblée avec la manière désinvolte dont Jacob Zuma avait coutume de se comporter lors de ce rituel annuel. Grave, concentré, semblant avoir réfléchi à chacun de ses mots, il présenta ce qui ressemblait non seulement à un projet de gouvernement mais aussi à un programme électoral pour 2019. Il commença par rappeler son attachement à Nelson Mandela, signifiant clairement qu’il entendait placer son action dans le droit fil des principes moraux de l’ANC historique, principes abandonnés par ses prédécesseurs. Ainsi affirma-t-il : « Nous sommes déterminés à construire une société définie par la décence et l’intégrité, qui ne tolère ni le pillage des ressources publiques, ni le vol par des entrepreneurs criminels de l’épargne durement mise de côté par les gens ordinaires. »[6] Il poursuivit en faisant l’inventaire des acquis sociaux résultant des politiques menées par les gouvernements de l’ANC depuis 1994 mais souligna qu’ils ne pouvaient être considérés comme suffisants. Il introduisit alors ce qui apparut au fil de son discours comme la méthode qu’il entendait privilégier : « Cette année, nous allons prendre des mesures pour mettre le pays sur un chemin nouveau de croissance, d’emploi et de transformation. Nous le ferons en favorisant la collaboration entre partenaires sociaux en vue d’établir un contrat social (social compact) sur la base duquel nous pourrons mettre en route le rétablissement de l’économie. »[7] Il proposa ensuite une liste d’objectifs touchant à presque tous les secteurs de la vie économique et sociale : l’emploi, surtout des jeunes, l’investissement, la ré-industrialisation, le soutien aux petites entreprises et aux entrepreneurs noirs, la révolution numérique, la réforme du secteur public et du gouvernement, la sécurité, la lutte contre la corruption. Continuer la lecture de Afrique du Sud : Les défis de Cyril Ramaphosa

George Weah ou la constance du jardinier

Par Fred Eboko

Chercheur associé à LAM
Directeur de Recherche IRD. CEPED : IRD – Université Paris Descartes
fred.eboko@ird.fr

C’est le parcours hors-normes et le destin exceptionnel d’un homme dont les talents multiples recouvrent une désarmante simplicité. Sur tous les terrains de football où il a montré l’éclat de ses qualités, comme dans les arènes politiques dans lesquelles il s’est lancé depuis 2005, le nouveau président élu du Libéria a déjoué tous les pronostics. Il a raflé partout la mise de la popularité et de l’affection liées à un tempérament d’une rare continuité : l’empathie. Dans les quartiers de Monrovia où il grandi, dans les souvenirs des habitants de Yaoundé où il a transité, puis de Monaco à Milan en passant par Paris, celles et ceux que George Weah a croisés décrivent à l’envi d’abord et surtout une qualité : une empathie, un regard attentif et un œil prêts à prendre le relais du moindre souci de l’autre. Le goleador parisien du Parc des Princes, où il a éclairé la coupe d’Europe des clubs champions de ses mémorables enjambées, était aussi l’homme au manteau gris qui allait intégralement compenser l’absence de salaires des employés de l’Ambassade du Libéria à Paris. A ce moment-là, dans les années 1990, il n’avait aucune intention de se lancer en politique. Juste une solidarité vis-à-vis des siens qui ont tous les visages de l’humanité dans le besoin. C’est encore lui qui supportait à ses frais les déplacements internationaux de l’équipe nationale de football du Libéria, si bien nommée en ces années de crise et de violences politiques au Libéria, la « Lone Star ».

Sous la simplicité, des talents atypiques d’un homme (presqu’) ordinaire

George Weah a reçu plus qu’il n’en attendait, il a donné de manière désintéressée, il a à chaque étape décroché la timbale. En réalité, ses talents se sont imposés à chacun de ses pas, au-delà de toutes les prévisions. En matière de football comme en matière d’ambition politique, les qualités évidentes de Weah ne faisaient pas de lui l’étoile inespérée sauf pour ses proches.

A l’aube de sa carrière à Monrovia, George est l’ami d’un orfèvre du ballon rond dont il est une sorte d’accompagnateur : James Debbah. Les deux compères tracent des sillons parallèles. James est l’artiste dont les fresques de dribbleur émérite promettent monts et merveilles, aux yeux des observateurs. George est le goleador qui achève le travail à la pointe de l’attaque. A 20 ans, George est champion du Libéria.

En ces années 1980 qui s’achèvent, le Libéria devient trop petit pour accueillir les promesses de l’aube que suscitent les exploits du duo en or massif. Les championnats ivoiriens et camerounais sont à l’affût. C’est George qui ouvre la voie à la faveur d’un recrutement au Tonnerre Kalara Club de Yaoundé. James suivra la filière camerounaise en rejoignant l’Union de Douala. George remporte le championnat du Cameroun et le sélectionneur français de l’équipe nationale du Cameroun, Claude Le Roy, est frappé par le profil de George. Il y voit un prototype unique d’attaquant mixte : très « européen », sans fioritures, et digne des magiciens du football africain dans la précision technique. Claude Le Roy le met en contact avec l’entraîneur de l’AS Monaco d’alors, Arsène Wenger. George Weah, 22 ans, arrive sur le Rocher en 1988, dans un club auréolé du titre de champion de France. Et il a déjà cette humilité qui contraste avec une volonté de fer et une foi qu’il décline moins en mots qu’en actes. Il marque 16 buts dans cette première saison en France. Il gagne une coupe de France, atteint une finale de Coupe d’Europe que le club de la Principauté perdra dans le contexte morose du « drame de Furiani » qui a endeuillé le football français la veille[i].

L’ascension d’un prodige

A l’issue de cette saison déjà remarquable en tous points, George Weah rejoint le Paris-Saint-Germain avec lequel il va encore franchir un palier dans la reconnaissance internationale de son talent. Au bout d’une saison de légende dans laquelle il devient un des meilleurs buteurs de la Coupe d’Europe des clubs champions, le vieux continent découvre la panoplie des ressources de l’attaquant libérien. Pour autant, le monde du football professionnel cède peu de place à la modestie, contrairement à ce que peuvent souhaiter les spectateurs. Le Parc des Princes a ses héros brésiliens Raï et Valdo, et voue un culte à sa figure de proue, le très individualiste David Ginola. Weah devient néanmoins Mister George par le respect qu’inspire justement l’alliage de sa puissance sur le terrain et de sa gentillesse en dehors des pelouses. Ce surnom « Mister George » est un hommage français à la respectabilité qu’inspire cet anglophone qui a appris le français dans les milieux populaires de Yaoundé. Le PSG élimine le majestueux Real de Madrid, George Weah et ses coéquipiers écrivent une des pages les plus prestigieuses de l’histoire du football de la capitale. George Weah cède aux sirènes d’un des plus grands clubs d’Europe, le Milan AC de Sivlio Berlusconi. Lors de sa dernière apparition à Paris, au bout de cette saison épique, au stade de la Porte d’Auteuil, une banderole affiche : « Weah, casse-toi ! ». L’enfant de Monrovia n’en dira pas un mot, ni sur le champ, ni plus tard.

Au sommet du monde

Les très intelligents supporters « Ultras » du PSG sont loin de se douter qu’ils saluent, avec la classe qu’on leur connaît, le futur premier ballon d’or non européen. En effet, en cette année 1995, le fameux trophée élisant le meilleur joueur européen change de formule après les longues critiques que cette récompense avait reçues, à savoir faire la distinction entre joueurs européens et non-européens évoluant pourtant dans les mêmes championnats. Le Ballon d’or peut donc être désormais attribué à tout joueur évoluant sur le continent. Et c’est George Weah qui l’emporte. Il le doit à sa saison parisienne mais aussi à l’effet des « derniers événements » sur la mémoire des électeurs qui sont appelés aux urnes du ballon rond en fin d’année calendaire et non pas à la fin de la saison footballistique qui se termine en juin. Mister George a eu le nez creux. Non content d’avoir caracolé en tête des plus belles figures des footballeurs en Europe de la saison 1994-1995, sous les couleurs parisiennes, il fait une entrée fracassante dans le championnat italien. Le Calcio découvre un homme simple et un footballeur au sommet de son art. Le 3 décembre 1995, contre la Lazio de Rome, George Weah inscrit un but de légende qui a pesé sur les votes des spécialistes. En une action, il étale une alchimie rare : puissance d’accélération, œil de lynx (il fait passer le ballon entre deux joueurs qu’il contourne) et finesse d’orfèvre grâce à un extérieur du pied droit qui désarçonne le portier romain.

Quelques jours plus tard, la légende s’écrit sous tous les superlatifs : premier joueur à remporter le ballon d’or sous sa nouvelle forme ; premier africain à être élu ballon d’or européen ; premier joueur de l’histoire à être sacré la même année ballon d’or européen et ballon d’or africain ;  deuxième joueur d’origine africaine à remporter le titre suprême après le portugais Eusébio (1942-2014), d’origine mozambicaine, qui fut sacré 30 ans plus tôt en 1965. Mais rien n’est trop beau pour George Weah. La FIFA va l’élire en 1996 joueur de l’année, autrement dit « meilleur joueur du monde » selon la fédération des fédérations. Mister George avait encore frappé les esprits, encore plus fort qu’en 1995.

Le 8 septembre 1996, il va accomplir un des exploits les plus saisissants de l’histoire du football de haut niveau. Une course de plus de 80 mètres, débutée dans sa surface de réparation, et conclue dans la surface adverse, en solitaire, comme une fusée qui slalome entre les joueurs du Hellas Verone, jusqu’à la frappe finale qui met le gardien hors de portée et le stade de San Siro en ébullition.

Au faîte de son art à 30 ans, George Weah vient de devenir un des joueurs les plus célèbres du monde et le footballeur africain du siècle, titre qui lui sera décerné quelques années plus tard par la Confédération africaine de football (CAF). La suite le mènera tout doucement vers une pré-retraite dorée. De Londres (Chelsea) à Manchester City, puis à Marseille et, enfin à Al-Jazira club, aux Emirats Arabes Unis. Il finira sa carrière sur la même note qu’il l’avait commencée au Libéria, en marquant plus de buts (13) que de matchs joués (8) lors de la saison 2000-2001, à 35 ans. Il n’aura pas disputé la compétition de trop et va engager une autre bataille.

L’apprentissage politique : reculer pour mieux sauter

En défiant, en 2005, la candidate de l’Unity Party (UP), Ellen Johnson Sirleaf, pour l’élection présidentielle libérienne, George Weah n’avait aucune chance de l’emporter pour les milieux politiques et médiatiques  occidentaux. Le novice en politique avait décidé de s’engager dans cette joute en ayant, comme sa rivale, « les mains propres », suite à la longue crise politique qui avait traversé le Libéria. En effet, entre le coup d’Etat mené par Samuel Doe le 12 avril 1980 et le départ de Charles Taylor en 2003, deux guerres civiles particulièrement meurtrières ont marqué la vie de ce pays dont la population est une des plus déshéritée d’Afrique, avec une espérance de vie à la naissance d’environ 44 ans (la moyenne africaine est de 60 ans en 2016). L’élection présidentielle de 2005 a ouvert une ère nouvelle à laquelle Mister George a lié son destin. En face de lui, Ellen Johnson affiche un CV digne des héritiers d’origine africaine-américaine dont elle fait partie. Diplômée en économie de l’Université du Colorado et de la très prestigieuse Kennedy School of Government de Harvard, ancienne secrétaire d’État aux Finances entre 1972 et 1978, puis ministre des Finances entre 1979 et 1980, ancienne cadre à la Banque mondiale et à l’ONU, la « Dame de Fer » libérienne est donnée favorite par toutes les intelligentsias. Au premier tour, le peuple de Libéria en décide autrement. George Weah arrive en tête avec 32,6% des suffrages contre 18,6% à la combattante de l’UP. Au second tour, une coalition entre Ellen Johnson et le troisième candidat, Charles Brumskine, qui a obtenu 10,6 % des voix au premier tour, permet à l’économiste de devenir la première femme élue présidente de la république en Afrique. La popularité n’a pas résisté à l’expérience politique et George Weah a appris de cet épisode à comprendre les jeux politiques qui font les victoires. Lors de l’élection de 2011, il est le colistier en second du candidat Winston Tubman. Leur ticket perd face à Ellen Johnson. Mister George poursuit son apprentissage avec l’abnégation qu’on lui a connu sur les terrains de football. Il recule pour mieux sauter et devient sénateur lors des élections sénatoriales de 2014. Continuer la lecture de George Weah ou la constance du jardinier

Implementation of the cessation clause : a useless mechanism, a motive of insecurity

Léocadie Malongo
Research associate LAM-Les Afriques dans le Monde

In April 2013, a Ministerial Meeting on the Comprehensive Solutions Strategy for Rwandan Refugees was held in Pretoria, South Africa, in order to « bring proper closure to the situation of Rwandan refugees (…) and to secure appropriate durable solutions for them »[1]. Several follow-up meetings aimed at implementing concrete procedures in that regard. In September 2016, a meeting between the UNHCR, delegations from African countries hosting Rwandan refugees and the African Union led to an agreement to conclude the process and implement the cessation clause[2] regarding refugee status held by Rwandans. Rwandan refugees who arrived in Uganda between 1959 and 31st December 1998 are affected by the cessation of their refugee status that was supposed to take place on the 31st December 2017. The other ones who arrived later are theoretically not concerned by it but this has created a huge concern among the Rwandan refugees with regards to the consequences this cessation clause can have on their own situation.

A hopeless situation

The history of Rwandans seeking refuge in Uganda dates back to several decades. In 1959-60, and then again in 1963-63 and 1972-73, Tutsis flew in order to escape persecution. The oldest Rwandan settlement in Uganda, Nakivale, was established in 1960. In the aftermath of the genocide, between 1994 and 1998, Rwandans arrived massively in Uganda and in the neighboring countries to seek asylum. Since then, Rwandans have continuously arrived and asked for asylum in Uganda, due to the constant political tensions in Rwanda. People flee the country in greater numbers before the elections, especially the ones belonging to groups that are specifically at high risk: journalists, human rights activists, or civil society activists. In the meanwhile, relations between Uganda and Rwanda have been going through ups and downs. Rwandans have been considered thorough the years as scapegoats by the Ugandan government, creating strong bitterness among the Ugandan population.

For the people concerned by the cessation clause, four different solutions have been proposed: voluntary repatriation, local integration, refugee status exemption for the ones who are still in need of international protection, and cessation of refugee status. Reality is de facto limited to two solutions: cessation clause for refugees who have obtained their status between 1959 and 31st of December, 2017, or refugee status exemption, for the ones who can prove that they are still at risk in case of return to Rwanda. To the ones concerned by the cessation clause, there are indeed few solutions available once they are not anymore under protection of UNHCR. They can either go back to Rwanda, which is not considered as a safe place by many Rwandan refugees or asylum seekers, or stay in Uganda, at the risk of being considered of alien.

For most of the Rwandans we spoke with, repatriation is not seen as a realistic solution. The reasons that have led to their flight are still not solved, starting with land issues which first feed resentment, bitterness and even violence among the population, and second prevent people to access their main subsistance means. In the aftermath of the genocide, land has been reallocated and internally displaced people, or people coming back to their origin village, have cultivated land that was belonging to people who flew the genocide. Once these latter ones came back, they had difficulties to prove the rightness of their claim regarding land belonging. Moreover, land issues are feeding disputes and using supposed responsibilities during genocide in order to grab land is common.

The second choice is a tricky one, it is indeed difficult to obtain Ugandan citizenship. The meeting leading to the decision of implementing the cessation clause was supposed to « proactively identify solutions ». The Ugandan government proposed to « provide an alternative legal status to those refugees choosing to locally integrate ». There is no such solution available for the Rwandan refugees who would like to stay in Uganda. They cannot access the right to obtain citizenship which would be the legal status to obtain once their refugee status is disclosed. Uganda is known to be « the best place to be a refugee ». Citizenship laws theoretically enable persons having been on the Ugandan soil for more than ten years to ask for citizenship. Persons having the refugee status are a special case as they are not allowed to become Ugandan citizen, neither by registration nor by naturalization. This is not only a denying of their rights as refugees, it also constitutes a clear discrimination as they do not access the same rights than foreigners living in Uganda. Together with the Ugandan government, UNHCR has to be sure that it is possible for the Rwandan refugees who decide to stay. This starts by the obtention of legal papers allowing full rights in Uganda and accessing full citizenship. Resettlement, often presented as an alternative solution by the signatories of the agreement, is not available to Rwandan refugees because their country of origin is not at war anymore. Nevertheless, the lack of security in Uganda for Rwandans should be taken seriously, and in that respect, resettlement should be enforced as a durable solution for them.

A thread extending to the whole Rwandan refugee community

Rwanda has been widely presented these last years as a success story regarding the way it has been able to pick itself up. It is considered as a booming economy, praised for its Parliament with the highest world percentage of women MP and at the spearhead of an ecological-oriented development. Safety is supposed to be secured, streets cleanness are highly spoken by the visitor, exemplified by the ban on plastic bags. Nevertheless, there are constantly important numbers of refugees fleeing the country, with peaks when presidential elections approach, linked with the repressive nature of the Rwandan State. All the refugees we met consider that Rwanda is not a safe place for them to return. Even if not concerned directly by the cessation clause, they all share fears regarding its implementation and the consequences it bears on their own lives, and consider that it misrepresents the political situation of Rwanda. Continuer la lecture de Implementation of the cessation clause : a useless mechanism, a motive of insecurity

L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Par Matthieu FAU-NOUGARET[1]
Maître de Conférences HDR en Droit Public
Université de Bordeaux/Les Afriques dans le monde

 

Dans son discours du 28 novembre à l’Université de Ouagadougou, le Président français Emmanuel Macron a évoqué l’épineuse question de l’éducation, au moment où un rapport parlementaire burkinabè pointe les défaillances du système d’enseignement. Les universités publiques francophones en Afrique subsaharienne sont dans leur majorité des paquebots à la dérive : massification estudiantine, déficit chronique d’encadrement, budget insuffisant, quasi inexistence de ressources financières propres, manque de documentation papier et numérique, etc… L’Université de Ouagadougou (et plus largement l’enseignement supérieur burkinabè) n’y fait malheureusement pas exception.

L’Afrique subsaharienne, selon les projections démographiques du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, sera peuplée de plus de 2 milliards de personnes en 2050 dont près de 55% aura moins de 30 ans. L’Afrique subsaharienne francophone, selon les mêmes projections, devrait être peuplée de 725 millions d’habitants dont près de 60% aura moins de 30 ans. Tous ces jeunes n’iront peut-être pas à l’université, mais « gouverner c’est prévoir ».

Comment en est-on arrivé à ce point de dysfonctionnement de l’enseignement supérieur?

Etat des lieux

Les responsabilités sont partagées entre les trois principaux acteurs de cette pièce concernant l’enseignement supérieur.

La « Communauté internationale »

Les plans d’ajustements structurels et structurels renforcés développés par le Fonds monétaire international ont incité les Etats à réduire de manière drastique l’investissement dans l’éducation de manière générale, et dans l’enseignement supérieur en particulier. Les Etats devaient réduire leur budget « éducation », considéré comme secteur non productif, s’ils souhaitaient pouvoir bénéficier d’aides économiques de la part des grands bailleurs de fonds multinationaux. A la suite du recul de l’Etat dans ses propres politiques éducatives, un nouveau paradigme a émergé à la suite des « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) que l’on peut simplifier par  « l’éducation pour tous ». L’OMD 2 vise plus spécifiquement l’école primaire mais très rapidement les partenaires techniques et financiers l’ont étendu à l’école secondaire et l’enseignement professionnel (il en est de même dans les Objectifs de développement durable, ODD). Mais rien sur l’enseignement supérieur…

Or les Universités se retrouvent complètement débordées par un afflux, en croissance régulière, d’étudiants pour lesquels l’enseignement supérieur est un droit. Dans le cas burkinabè, nous sommes ainsi passés de 9 000 bacheliers au début des années 2000 à près de 28 000 bacheliers en 2016.

Les investissements dans l’enseignement supérieur ne sont pas pour autant nuls (coopérations bi ou multilatérales). Mais ils sont ponctuels, peu concertés, non coordonnés et répondent avant tout aux paradigmes du donateur et non aux besoins réels du récipiendaire.

Les Etats

Nombreux sont les Etats d’Afrique francophone à avoir faillit en matière d’enseignement supérieur. Depuis très longtemps, l’investissement dans le système universitaire est très en deçà de ce qui serait nécessaire.  Sur de nombreux campus, les constructions parcellaires ou les rénovations répondent essentiellement à un souci d’apaisement devant une crise universitaire naissante ou existante.

Pendant très longtemps, les recrutements dans la fonction publique universitaire ont été insuffisants. Actuellement, de nombreuses universités sont confrontées aux défis d’une double courbe ascendante : celle des départs à la retraite des enseignants chercheurs (notamment les enseignants de rang A) et celle de la hausse exponentielle du nombre d’étudiants.

Enfin, devant les risques connus et vécus de révoltes estudiantines, les Etats ont aussi failli à prendre des décisions politiques courageuses (et donc risquées) concernant des œuvres sociales estudiantines, plus particulièrement le système de bourses. Conçu pour un nombre d’étudiants réduit, il ne peut plus faire face à la hausse croissante de  leurs effectifs. Il doit être réformé, plus particulièrement dans le sens d’une plus grande transparence dans l’octroi des bourses.

La Communauté universitaire

La communauté universitaire a aussi sa part de responsabilité. Les enseignants, tout d’abord, car nombreux sont ceux qui n’ont pas joué le rôle que leurs aînés avaient joué : encadrer la future relève universitaire. Jaloux de leur statut confortable, en partie du à la rareté, nombre d’enseignants n’ont pas encadré de thèse de doctorat ou de manière insuffisante. De plus, un certain nombre d’enseignants – chercheurs sont devenus des « intermittents » ou « vacataires » de l’université. Ce phénomène est connu mais pas assez dénoncé et sanctionné par réflexe corporatiste. Les enseignants – chercheurs tirent de leur statut de nombreux avantages, notamment honorifiques mais aussi pécuniaires (revenus annexes parfois plus lucratifs que leur salaire).

Les syndicats étudiants ont leur part de responsabilité aussi. Plus politisés (et donc plus susceptibles d’être instrumentalisés par certains partis politiques) que représentants des intérêts des étudiants, ils peuvent prendre des positions schizophréniques en adoptant une posture de refus de principe (grève des examens, blocage des campus ou des cités universitaires, etc.) avant même que le dialogue ne débute (LMD, bourses, etc.).

Les personnels administratifs et de soutien sont le dernier maillon de cette chaîne de responsabilité, car souvent ils ont intégré l’administration universitaire, sous une forme contractuelle, grâce à une cooptation « parentale », ce qui n’est pas forcément un gage d’implication dans la fonction et de compétence.

Devant cette situation d’explosion programmée (et retardée grâce à des mesures conjoncturelles), que faire ?

Perspectives

Les autorités burkinabè ont plusieurs fois analysé avec beaucoup de clairvoyance les dysfonctionnements de leur système universitaire et élaboré des plans de sortie de crise (Travaux du Comité Ad Hoc de Réflexion – CAR – en 2012, Etats généraux de l’Enseignement supérieur en 2013), sans pour autant passer à l’action….

La Communauté internationale

Il faut que celle-ci arrête de faire preuve d’hypocrisie. Tout le monde sait que les universités publiques en Afrique subsaharienne francophone sont des « bombes à retardement », facteurs de déstabilisation des Etats. Pourtant, rares sont les bailleurs de fonds intervenant dans ce domaine. Tant que ces interventions resteront épisodiques et souvent, malheureusement, non concertées, rien ne changera.

Tant qu’il n’y aura pas au niveau national de cadre de concertation sur l’enseignement supérieur, rien n’évoluera de manière positive structurellement. Tant que les bailleurs de fonds n’auront pas une approche holistique de l’enseignement (du primaire à l’universitaire), ils pourront s’enorgueillir d’avoir fait avancer favorablement les statistiques de la scolarisation dans les deux premiers niveaux de l’éducation, tout en se cachant le drame qui se prépare à l’Université.

La facilitation de l’octroi de visas promise par le Président Macron est une bonne chose, mais elle ne touche pas la majorité des étudiants qui n’ont pas les moyens financiers de poursuivre des études ailleurs que dans leur pays.

Les Etats

Il convient d’être lucide sur les limites financières de ces Etats, car nombreux sont les Etats d’Afrique francophones qui sont confrontés à des urgences économiques quotidiennes. Cela étant, certaines réformes peu onéreuses mais politiquement risquées devraient être entreprises.

Ainsi, les Etats, au premier rang desquels le Burkina Faso, devraient revoir le modèle économique de l’enseignement supérieur. Concernant l’épineuse question des frais de scolarité, il y a un constat simple : l’enseignement supérieur a un coût. Or, lorsque les frais de scolarité sont de 15 000 FCFA par an (soit environ 23 euros) comme c’est le cas au Burkina Faso, il est difficile d’envisager quelque investissement que ce soit. Les parents sont prêts à payer des frais de scolarité plus élevés pour le primaire ou le secondaire, pourquoi ne le font-t-ils pas pour le supérieur ?

Mais cette hausse n’est pas en soi satisfaisante si elle ne s’accompagne pas d’une hausse des services offerts aux étudiants : locaux suffisants, équipements informatiques, documentation. Les syndicats étudiants, plutôt que de se réfugier dans une posture, devraient peut-être en faire un préalable.

Les Etats doivent aussi revoir leur schéma de gouvernance de l’enseignement supérieur  et ce sur deux points au moins : la multiplication des établissements publics et l’offre privée d’enseignement supérieur. Pour faire face à la massification estudiantine et l’engorgement corrélatif des universités traditionnelles, le Burkina Faso, comme d’autres Etats, a opté pour la solution de la création d’universités publiques en province. Cette solution de prime abord satisfaisante montre, en pratique, de nombreuses limites. En effet, l’ouverture de ces nouveaux établissements ne s’est pas accompagnée d’une hausse significative du recrutement d’enseignants. Ainsi, les nouvelles formations offertes sont souvent sous perfusion d’enseignants venant de l’Université historique, ce qui créé de nombreux déséquilibres.

Depuis plus de vingt ans se sont développés de manière assez anarchique, dans un premier temps, puis plus structurée dans un second temps, les établissements d’enseignement supérieur privés (Universités, Écoles ou Instituts). Or, force est de constate que la majorité de ces établissements, à l’exception de quelques-uns sérieux, sont créés de manière opportuniste afin d’enrichir leurs promoteurs (notamment pour les formations paramédicales) et qu’ils ne délivrent pas toujours des diplômes reconnus par l’Etat. Les établissements privés doivent être une offre complémentaire et non parasitaire des établissements publics.

La Communauté universitaire

Même si l’on entend et comprend, les plaintes concernant le manque de moyens financiers des universités, tout n’est pas question d’argent. La démarche qualité, dans laquelle s’inscrivent de nombreuses universités actuellement (et qui correspond à une attente des bailleurs), nécessite, une nouvelle fois, plus une volonté politique que des moyens financiers. Elle nécessite une remise en ordre au sein des universités. Celle-ci passe par l’édition d’un certain nombre de documents dont l’objectif est de renforcer la transparence à la fois en interne et en externe. Il est indispensable que toutes les universités disposent d’un catalogue de leur offre de formation. Il est aussi primordial, dans cette démarche qualité, que les autorités universitaires adoptent un guide des procédures administratives et financières afin d’attirer des investissements externes. Continuer la lecture de L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Liberia : élection présidentielle 2017 (1er tour)

Le Liberia a organisé une élection présidentielle dont les résultats du premier tour nous ont semblé crédibles. Nous vous proposons donc ce dossier, en attendant (et en espérant) qu’il sera bientôt complété par les résultats du second tour.

A découvrir ici http://lam.sciencespobordeaux.fr/page/liberia

Comme d’habitude, les données vous sont fournies sans commentaire. À chacun d’y trouver les éléments qui l’intéressent. Toute remarque ou critique reste bienvenue.

Assassinat de Thomas Sankara : enfin la vérité ?

File 20171212 9416 11n5xsz.jpg?ixlib=rb 1.1
Thomas Sankara, un tribun qui a marqué l’histoire du Burkina Faso.
Muigwithania/Wikimedia, CC BY-NC

René Otayek, Sciences Po Bordeaux

Cet article est publié simultanément sur The Conversation.

La passe d’armes sur la climatisation défectueuse entre Emmanuel Macron et les étudiants burkinabè réunis, le 28 novembre, dans un amphithéâtre de l’Université de Ouagadougou pour écouter son discours à la « jeunesse africaine », et la polémique relative à la familiarité à tout le moins déplacée avec laquelle il s’est alors adressé au président Kaboré ont quelque peu éclipsé les autres aspects de la tournée africaine du chef de l’État français.

Non pas que celle-ci ait réellement renouvelé ce genre très prisé des présidents français, nonobstant l’affirmation pour la énième fois de la fin de la « Françafrique », mais parce qu’elle a donné lieu à une annonce attendue depuis longtemps par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire politique du Burkina Faso au cours des trente-cinq dernières années : la déclassification prochaine de tous les documents français concernant l’assassinat, le 15 octobre 1987, de Thomas Sankara, le président du Conseil national de la révolution (CNR) qui a dirigé durant quatre ans le « Pays des hommes intègres ».

Le mythe vivace de Sankara

Trente ans après, la disparition brutale de l’homme qui incarnait la révolution burkinabè demeure un sujet extrêmement sensible au Burkina mais également sur tout le continent africain, et même en France. Non seulement parce que les circonstances exactes de sa mort et de celle de la douzaine de collaborateurs qui se trouvaient à ses côtés au Conseil de l’Entente, ce jour-là, restent mystérieuses, mais aussi parce que l’identité et les responsabilités des exécutants du massacre et de ses commanditaires n’ont jamais été entièrement éclaircies.

L’annonce de Macron est incontestablement bienvenue. La déclassification des documents en question était attendue de longue date, aussi bien par les historiens de l’Afrique et des relations franco-africaines, que par les Burkinabè, notamment les jeunes générations, pour qui Thomas Sankara reste un mythe vivant.

Elle était peut-être même inévitable car comment le Président français pouvait-il se rendre au Burkina en visite officielle et prétendre s’adresser à la « jeunesse africaine » en faisant l’impasse sur cette épineuse question ? Ce d’autant que beaucoup d’Africains, jeunes et moins jeunes, et d’observateurs voient la main de la France et singulièrement celle de Jacques Foccart, à l’époque « Monsieur Afrique » de Jacques Chirac, premier ministre de la première cohabitation au moment des faits, derrière le complot ayant eu raison de Sankara. Son projet révolutionnaire dérangeait non seulement la France mais bon nombre de pays voisins du Burkina, à commencer par la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny.

Un enjeu de mémoire crucial

Nul doute donc que la levée du secret défense auquel se heurtait la justice burkinabè depuis la chute de Blaise Compaoré, en octobre 2014, satisfasse celles et ceux qui patientent depuis trente ans que soit connue la vérité et que justice soit enfin rendue. Si, comme le répètent à l’envi les officiels français et ceux qui ont eu à travailler avec Jacques Foccart dans l’ombre, la France n’a rien à voir avec l’assassinat de Sankara, pourquoi a-t-elle opposé une fin de non- recevoir à la commission rogatoire lancée par le juge burkinabè en octobre 2016 ?

Pour les admirateurs de Sankara en Afrique, et ils sont nombreux, il s’agit là d’un crucial enjeu de mémoire. « Tom », comme on l’appelait parfois familièrement, continue de fasciner une jeunesse africaine en mal de héros. Son aura n’a fait que se renforcer avec le temps alors même que le récit de son élimination sanglante – il s’est présenté de lui-même à ses meurtriers en pensant que son sacrifice épargnerait ses compagnons assiégés avec lui – revêt des allures de chemin de croix christique.

Il y a dans les circonstances mêmes de cette mort voulue une dimension rédemptrice qui continue d’entretenir puissamment les imaginaires. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter quelques-unes des chansons que lui ont consacré des chanteurs aussi connus que les Ivoiriens Tiken Jah Fakoly et Alpha Blondy, le Sénégalais Didier Awadi ou encore le Burkinabè Smokey, cofondateur du Balai citoyen, l’un des mouvements de la société civile dont la mobilisation, en octobre 2014, a contraint Blaise Compaoré à « dégager » avant d’être exfiltré vers la Côte-d’Ivoire par les forces françaises stationnées au Burkina dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le parfait négatif des dirigeants corrompus

La figure de Sankara nourrit donc incontestablement un culte relevant sans doute d’un romantisme révolutionnaire qu’on pourrait penser dépassé mais dont il faut bien voir qu’il fait sens pour une certaine jeunesse africaine qui aspire au changement. Le Président de l’ex-CNR est, pour elle, le symbole du Juste assassiné par son meilleur ami et successeur, Blaise Compaoré, mais aussi le parfait négatif de leurs chefs d’État qu’ils jugent corrompus et soumis aux intérêts étrangers.

On peut, toutefois, se demander si ce culte n’est pas plus vivace à l’extérieur qu’au Burkina même. Certes, il y existe, associé à une culture de la contestation sociale et politique qu’Emmanuel Macron a pu vérifier à l’occasion des manifestations, ponctuées d’un jet de grenade sur un véhicule militaires français, qui l’ont accueilli à son arrivée à Ouagadougou, avant de se confronter, non un certain succès, à la pugnacité des étudiants ouagalais.

Mais tous les Burkinabè, notamment parmi celles et ceux qui ont connu la révolution, n’ont pas oublié que, si le régime instauré par Sankara et ses compagnons a engagé et réussi un certain nombre de réformes salutaires en matière de santé, d’éducation, d’accès à l’eau, de lutte contre la corruption, il s’est aussi enfermé dans une logique autoritaire qui a détourné de lui une bonne partie de ses appuis sociaux initiaux.

Il y a donc incontestablement une part d’ombre dans le mythe Sankara, qui explique en partie l’incapacité des partis et mouvements politiques burkinabè se revendiquant de son héritage à convertir en influence politique ce capital symbolique. Leurs résultats plus que modestes aux différentes élections depuis des années confirment amplement le constat. Le souvenir de Sankara peine à mobiliser électoralement, d’autant que ses héritiers manquent cruellement de relais dans un certain nombre de réseaux sociaux (chefferie traditionnelle), économiques (milieux d’affaires) et religieux (Église catholique, mouvements protestants d’obédience pentecôtiste ou évangélique) très agissants.

Devoir de vérité

Blaise Compaore, l’ancien Président du Burkina Faso soupçonné d’avoir assassiné Thomas Sankara.
Agência Brasil/Wikimedia, CC BY-SA

 

Il n’en demeure pas moins qu’un devoir de vérité s’impose concernant l’assassinat de Thomas Sankara. Des présomptions de responsabilité existent. On a souvent évoqué, outre le rôle que la France aurait joué, celui du principal bénéficiaire du coup d’État d’octobre 1987, l’ami fidèle et le compagnon de route Blaise Compaoré, et les liens étroits qu’il entretenait avec Félix Houphouët-Boigny suite à son mariage avec une proche de celui-ci. Il y a aussi les ramifications régionales du complot, qui restent obscures : la Libye de Kadhafi y a-t-elle trempé ? Quid de l’ancien dirigeant du Liberia Charles Taylor ?

The ConversationLa levée du secret défense permettra-t-elle de répondre à toutes ces questions ? On est en droit d’en douter car, on le sait, dans ce genre de dossier, il y a rarement des traces écrites. L’affaire Thomas Sankara n’est peut-être pas près de connaître son épilogue.

René Otayek, Directeur de recherches (CNRS), Les Afriques dans le monde, Sciences Po Bordeaux

Une succession en faux-semblants

Par Daniel Compagnon, chercheur au Centre Émile-Durkheim, auteur de A Predictable Tragedy: Robert Mugabe and the Collapse of Zimbabwe (University of Pennsylvania Press, 2011, 333 p.).

 

Source de l’image : http://www.zimbabwesituation.com/news/zimbabwes-inauguration-best-black-friday/

Cette image anonyme, relayée sur les réseaux sociaux le week-end dernier, illustre avec ironie le scepticisme d’une partie des Zimbabwéens à l’égard du nouveau président, lequel proclame pourtant l’avènement d’une nouvelle ère pour ce pays d’Afrique australe ruiné par la mauvaise gestion et la corruption qui caractérisaient le gouvernement de Mugabe ; mais aussi, implicitement, elle traduit un regard critique quant à la nature du processus qui a mené à ce dénouement.

Beaucoup de médias occidentaux ont voulu voir dans les évènements déclenchés le 15 novembre un coup d’Etat militaire dirigé contre l’ancien président Mugabe. Ils ont en outre déduit des manifestations de rue à Harare et Bulawayo, le samedi 18, que l’armée avait le soutien de la population. Et c’est donc ce qui aurait conduit logiquement le vieux leader, lâché par tous, à jeter l’éponge le mardi 21 novembre, à l’orée d’une procédure de destitution par le Parlement devant sceller son sort. Certains journalistes ont même risqué une analogie sans fondement avec les révolutions « de couleur » dans l’est de l’Europe.

Lutte de factions et « révolution de palais »

Or, les faits ne concordent guère avec cette interprétation. Nous avons plutôt assisté à un épisode, plus violent que les précédents et cette fois décisif, de la lutte de factions au sein de la Zimbabwe African National Union- Patriotic Front (ZANU-PF), selon une dramaturgie politique qui dure depuis trois décennies et dont l’enjeu a toujours été la succession du leader historique du pays. C’est donc au mieux une « révolution de palais » qui a conduit Emmerson Mnangagwa, limogé de son poste de vice-président par Mugabe le 6 novembre, à prêter serment pour remplacer ce dernier le 24, devant l’ensemble des cadres civils et militaires du parti, y compris les généraux instigateurs du faux putsch, et d’une foule de militants – sans que le stade soit aussi rempli que les prises de vues de la Zimbabwe Broadscasting Corporation ? le laissaient croire. Le ralliement express de l’appareil ZANU-PF dès le 19 – une semaine après avoir tout aussi unanimement approuvé la disgrâce de Mnangagwa -, une fois les membres de la faction G40 de Grace Mugabe arrêtés ou en fuite, avait déblayé le terrain en actant la modification des rapports de force. En quittant le pays après son limogeage, soi-disant par crainte pour sa vie, Mnangagwa avait alors promis de revenir en triomphateur et il a manigancé depuis l’Afrique du Sud l’ensemble du processus avec le général Chiwenga, chef d’état major des forces de défense.

Les militaires n’ont d’ailleurs pas déposé Mugabe, ils l’ont assigné à résidence pour son bien.  Mais ils ont neutralisé les partisans de Grace Mugabe, y compris dans la police (en particulier dans les forces anti-émeutes et la police politique – CIO), tandis de leurs alliés de l’association des vétérans de la guerre de libération précisaient qu’il s’agissait de « rectifier » la ligne du parti. C’est le président de cette association Christopher Mutsvangwa, ancien ministre et ancien ambassadeur du Zimbabwe en Chine, homme lige de Mnangagwa depuis toujours, qui a le premier demandé publiquement la démission de Mugabe et appelé la population à manifester le samedi. Ce sont des caciques du parti, dont le sinistre Patrick Chinamasa, ancien Attorney Général ayant justifié toutes les violations des droits de l’Homme et toutes les violences des années 2000, qui tenaient la tribune à Harare et haranguaient la foule contre les « abus » de Mugabe et de la faction G40… Images surréalistes de piliers du régime depuis trente ans se donnant des airs de révolutionnaires !

L’ensemble de la « crise », qui démarra avec conférence de presse du général Chiwenga le 14, explicitement politique et menaçante – un fait sans précédent dans l’histoire du pays – et se termina avec la démission de « Bob », n’a duré qu’une quinzaine de jours. L’entêtement de ce dernier a été surmonté par de multiples pressions, mais aussi la garantie de l’immunité contre toute poursuite et un substantiel « package » financier resté secret. Mugabe et sa femme pourront couler une retraite heureuse dans leur ferme de Zvimba. Lui conserve son statut de héros national et reste pour Mnangagwa, « un père, un mentor, un frère d’armes et mon leader » (cf. son discours d’investiture), dont la date de naissance est érigée en jour férié chômé, dans le premier acte de gouvernement du nouveau président.

Purges et continuité

Officiellement, il n’y a donc pas eu de rupture de l’ordre constitutionnel. Le gouvernement sud-africain dûment briefé par Mnangagwa et assuré qu’il ne serait pas porté atteinte aux personnes du président et de sa femme, a gardé profil bas sur toute la séquence, dans une posture de médiateur. La Southern African Development Community (SADC) a avalisé le passage de témoin, la plupart des chefs d’Etat voisins étant soulagés d’être débarrassés d’un leader historique encombrant,  aussi imprévisible qu’intouchable. Il n’y a plus guère que les dirigeants namibiens qui aient voulu témoigner leurs regrets au président déchu…

Soulagement également dans les chancelleries occidentales, qui voyaient déjà dans le Mnangagwa ministre de la Justice du milieu des années 1990, un « modéré », un « réformiste », faisant un successeur très présentable et policé. A l’époque comme maintenant, le rôle éminent joué par l’ancien chef de la police politique de la guérilla puis du Zimbabwe indépendant, en tant que ministre de la Sécurité d’Etat ayant coordonné les forces de sécurité et donc supervisé les crimes contre l’humanité commis au Matabeleland entre 1982 et 1987, est balayé du revers de la main. La realpolitik est toujours le masque de la médiocrité.

La ZANU-PF est reprise en main, tandis que la purge se poursuit en mode mineur : l’ancien ministre des Finances, Ignatius Chombo, proche de Grace et parent de Mugabe, est détenu et poursuivi pour corruption – ce qui pourrait prêter à rire tant cette addiction est largement partagée par tous les cadres du parti y compris les vainqueurs du jour. Le leader de la Ligue de la jeunesse de la ZANU-PF, Kudzanai Chipanga, qui avait organisé les meetings où Mnangagwa était conspué et avait critiqué publiquement l’action de l’armée, subit le même sort. De plus, cette faction G40 réunissant de nombreux opportunistes, à l’instar du ministre de l’Information Jonathan Moyo en fuite – ancien allié de Mnangagwa en 2002-2004 – n’avait guère eu le temps de s’enraciner dans le parti, étant donné l’ascension éclair de Grace qui accéda à la tête de Ligue des femmes ZANU-PF en 2014 seulement. Sa grande force et son talon d’Achille était l’appui croissant de Mugabe. L’autre grande faction rivale menée par Joyce Mujuru, femme de l’ancien ministre de la Défense et ancien chef de la guérilla (Rex Nhongo pendant la guerre), ancienne présidente de la Ligue des femmes du parti et ex-vice-présidente de l’Etat, avant d’être déchue de toutes ses fonctions et expulsée ignominieusement du parti en 2014, a été purgée à cette époque avec l’approbation de Mnangagwa. Il ne subsiste donc guère d’obstacle à la prise de contrôle totale de la ZANU-PF par ce dernier, pour en faire l’instrument de son pouvoir personnel, à l’image de son modèle.

Comme l’a annoncé Chinamasa, pas besoin de gouvernement d’unité nationale avec l’opposition, puisque la ZANU-PF dispose d’une majorité écrasante au Parlement et que la grande majorité des ministres et des députés ont pris très vite le sens du vent. En revanche, l’inclusion de « technocrates » issus du secteur privé – souvent anciens compagnons de route du parti – serait du meilleur effet vis-à-vis des bailleurs de fonds pour obtenir l’aide étrangère et redresser les finances désastreuses du pays. Il s’agit en effet de tenter de relancer l’économie pour combattre le chômage massif, ou du moins d’en donner l’impression, et cela avant les élections de septembre 2018, pour pouvoir l’emporter avec un semblant d’adhésion populaire face à une opposition fragmentée, en réduisant ainsi, autant que possible, la part de l’inévitable fraude électorale. Une victoire nette et point trop contestée servirait la légitimation d’une ZANU-PF relookée. Pour le reste, la même culture politique de violence et d’impunité, le même réseau de pouvoir qui traverse l’appareil d’Etat et l’économie, le même discours selon lequel la participation à la guerre de libération vous donne droit de cuissage sur le pays, la même gouverne patrimoniale qui mine l’Etat qu’on est censé bâtir : Mnangagwa est l’héritier d’un système qu’il cherchera à maintenir en l’actualisant.

Il ne s’est donc (presque) rien passé au Zimbabwe dans les dernières semaines : un vieillard diminué, manipulé par son ambitieuse épouse, a commis une grossière erreur tactique qui a fait basculer ses soutiens. Une figure historique de la lutte nationaliste, qui avait depuis longtemps passé sa date de péremption, a été – enfin – mise au rancart sans coup férir. Le business peut reprendre et le nouveau PDG de ZANU-PF.Inc va tâcher de redresser le cash flow. Pour combien de temps ?

 

L'actualité des Afriques vue par LAM