Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines de ce début du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité.

La forme de désespoir « masculin », la haine et la violence auxquelles on a pu assister sont des sentiments ancrés dans le temps. À courte échéance, on peut rappeler en 2015 les pillages à Johannesburg et à Durban visant des commerces tenus par des étrangers (7 morts) et en 2008, des émeutes faisant 62 morts dans tout le pays. Avec un peu de recul, on peut situer le contexte dans lequel ces violences interviennent : post-apartheid[1] et néolibéral[2]. Alors, certes cette période conduit à des actes xénophobes, faisant écho aux inégalités sociales et aux élitisme et crises politiques qui structurent le pays.

Des violences diversifiées

Mais là ne s’arrête pas l’expression de la violence. En même temps que ces dernières émeutes racistes, se tenait à l’Assemblée un débat sur les violences de genre, manifestation particulièrement monstrueuse de cette situation : une femme est violée toutes les minutes et une femme est tuée toutes les six heures (majoritairement des Noires). Continuer la lecture de Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Le « vol » des tambours du Burundi

Par Jean-Pierre Chrétien, chercheur associé à LAM

Le 25 aout dernier, une manifestation de plusieurs centaines de personnes a parcouru les rues du centre de Bujumbura pour dénoncer le Rwanda, qui aurait « volé et utilisé les tambours burundais en violation des lois burundaises et même internationales”. Etait visé le fait qu’une troupe de jeunes tambourinaires constituée au sein de la communauté des quelque 70000 réfugiés burundais installés au Rwanda depuis 2015 ait participé au Kenya, le 18 aout précédent, au concours régional télévisé East Africa’s got talent. On peut y voir une nouvelle tentative du régime de Pierre Nkurunziza pour mobiliser contre le voisin rwandais des passions nationalistes (voire « ethniques »), susceptibles d’être utiles lors du futur scrutin présidentiel de 2020. Cet incident rappelle la mobilisation du régime Habyarimana dans les années 1980 contre les manifestations culturelles rwandaises organisées à l’étranger par la diaspora tutsi. La culture est cette fois encore un enjeu politique.

Un spectacle fascinant

Mais de quoi s’agit-il dans le cas des « tambourinaires du Burundi ». La réputation internationale de ces percussionnistes est connue. Depuis des décennies ils ont été invités dans des festivals tenus en Europe : par exemple en France au « Festival du bout du monde » à Crozon en aout 2004, au concert de « l’Afrique sacrée » à la Cité de la musique de Paris en octobre 2007, à Africolor à Stains en décembre 2008… Leur rythmique a inspiré des spectacles de Maurice Béjart depuis les années 1990 et a été un modèle pour les « Tambours du Bronx » dans les années 1980, non sans tomber dans divers contresens.

Le spectacle est effectivement fascinant. Bien que ces tambours de 90 cm de haut soient de lourds futs de bois couverts d’une peau de vache, ils se transfigurent en objets d’une danse éblouissante. Disposés en arc de cercle, face à un tambour central, onze joueurs (nombre impair susceptible de varier) font alterner les rythmes et les sons selon la mesure donnée par les solistes successifs. Les tambourinaires jouent non seulement avec leurs baguettes, mais avec tout leur corps, bondissant, se déhanchant, mimant des scènes, parfois graves, parfois comiques. Le sol vibre et le public est partenaire de cette fête. C’est un spectacle total exprimant avant tout un enthousiasme collectif, la joie sans contrainte d’appartenir au Burundi.

Un héritage politico-religieux

On le voit, il ne s’agit ni d’un banal tam-tam, ni d’une parade militaire. C’est précisément cette dimension mystique, et pas simplement artistique, que l’Unesco a choisi d’honorer et de préserver en novembre 2014 en inscrivant « la danse rituelle du tambour royal du Burundi », au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cet intitulé renvoie à la réalité traditionnelle de ces tambours. En kirundi, ingoma signifie à la fois « tambour » et « royaume ». Jadis, lors d’une succession royale, le nouveau mwami ne montait pas au trône, il « accédait au tambour ». Des tambours sacrés, objets d’un véritable culte, étaient gardés à l’abri des regards, deux près des résidences royales, d’autres dans des bois sacrés (ibigabiro) disséminés au centre du pays.

Des lignages attitrés, les batimbo, issus de clans hutu bien précis, géraient ce réseau de sites rituels. C’était eux aussi qui fabriquaient, chaque année, une centaine de nouveaux tambours destinés à être acheminés jusqu’au lieu de célébration de la fête des semailles du sorgho, le muganuro. Cette cérémonie agraire représentait pour le roi le moment de garantir les futures récoltes, en effectuant, sous le contrôle de devins, des rituels secrets de consommation alimentaire et sexuelle. Le mwami « mangeait l’année ». Mais cette fête était aussi l’occasion de manifester l’adhésion de tout le pays à son mwami. Tous les chefs y envoyaient des délégations, sinon ils entraient en dissidence. Les offrandes de bétail, de miel, de bières, de houes, etc. affluaient à la cour. En échange, le roi redistribuait aussi des cadeaux. Pendant des semaines, durant la petite saison sèche de décembre, tout le centre du pays, autour des grands enclos royaux situés sur les hautes collines de Bukeye, Muramvya et Kiganda, et même au-delà, résonnait du grondement des tambours. Le calendrier agricole était ainsi calé et les récoltes étaient garanties, en même temps que la puissance royale s’en trouvait revigorée.

Le vocabulaire des parties du tambour (inda, amabere, umukondo, icahi, « ventre, seins, cordon ombilical, lange) indique une symbolique féminine de fécondité. Ingoma (tambour/royaume) ne va donc pas en principe sans muganuro (rituel des semailles). C’était le secret vital du pays, son porte-bonheur : le premier Européen qui traversa le pays, en septembre 1892, l’Autrichien Oscar Baumann affirme que, dans ce pays, « le tambour est inconnu » ! Ce n’est donc pas simplement un instrument en bois qui a été inscrit au patrimoine culturel de l’humanité, c’est l’héritage visible et fascinant d’une tradition populaire en connivence intime avec ce qu’il faut bien appeler un sentiment national.

Or la dimension religieuse et politique portée par ce rituel est morte en 1929. Cette année-là, un dernier muganuro, édulcoré de son « paganisme », est célébré. Il est remplacé en fait par une bénédiction des semailles à la messe de Noël. Les missionnaires catholiques, appuyés par l’administration coloniale belge, ont mis fin à ce rituel. « Civilisation » et « évangélisation » devaient aller de pair. Le jeune roi Mwambutsa, intronisé en 1915, est éduqué dans cet esprit. En 1936, la revue des Pères blancs Grands lacs pourra écrire : « A Bukeye, devant l’enclos royal, les tambours qui, pour la dernière fois en 1929, annoncèrent les fêtes du sorgho dans toute leur abomination païenne, pourrissent aujourd’hui, abandonnés dans la déréliction générale du paganisme ». On ne peut être plus clair. Continuer la lecture de Le « vol » des tambours du Burundi

Sekota, Ethiopie : une ville révélatrice d’enjeux qui la dépassent

Alice Corbet, chercheure à LAM

Carte : Alice Corbet, à partir de © 2018 GADM

Sekota, petite ville du Nord de l’Éthiopie, sur les hauts plateaux. En région Amhara, elle se situe tout près de la frontière du Tigré. Dans un pays déchiré par des tensions ethniques récurrentes, malgré son organisation en fédération de régions depuis 1994, Sekota se trouve au cœur des conflits politiques. En effet, les 11 régions (ou « nations ») qui composent l’Ethiopie ont été établies sur des critères linguistiques censés définir des espaces sociaux, ethniques et historiques. Or, la région Tigré, limitrophe de l’Erythrée et éloignée de la capitale (elle-même encastrée au sein de la région Oromo), est assimilée au lieu du pouvoir, notamment parce que la partie la plus influente des membres de l’Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF), qui dirige le pays depuis 1991, en est originaire. Le Tigré est d’ailleurs économiquement très actif, et récipiendaire de nombreuses aides publiques, lui permettant par exemple d’avoir un réseau de routes asphaltées de qualité, et un apport en électricité plus fiable que dans de nombreuses autres régions. Ces privilèges lui ont été reprochés lors des contestations de 2017, alors qu’une révolte rassemblant les populations amharas et oromos au sujet, notamment, de l’inégalité des conditions de vie à travers le pays, allait mener à un changement de Premier ministre (Abiy Ahmed, en avril 2018).

Une ville isolée

Alors que la capitale de la région Amhara est Bahir Dar, située à l’Ouest, Sekota est quelque peu isolée : elle est très mal reliée aux autres villes, que ce soit Mekelle (capitale du Tigré) au Nord, ou Lalibela (site touristique majeur) au Sud. Les pistes ne sont pas asphaltées, et les lignes de bus difficilement assurées, que ce soit parce que trop peu de personnes les empruntent (le bus ne part qu’une fois rempli), ou parce que la saison des pluies engendre de trop gros dégâts sur la piste.

L’histoire de Sekota explique-t-elle son isolement, entretenu par le manque d’investissements publics qui lui sont consacrés ? La ville, pourtant forte de 25 000 habitants, est capitale de la zone Wag Hemra (une des 12 zones administratives qui organisent la région amhara). En grande majorité chrétienne orthodoxe – le poids social assumé par les Eglises est primordial en Ethiopie -, la population y est principalement d’origine Agaw, même si les Amharas y occupent une place croissante. Alors que la langue amharique y est parlée couramment, sauf parmi les plus pauvres, la langue agaw s’entend dans les campagnes du Wag Hemra : le xamtanga a pour particularité d’être couchitique (le tigréen et l’amhara étant de racine sémitique).

Le tigrinya y est également parlé. Cela s’explique notamment par l’influence historique héritée de la guérilla contre le régime du Derg de Mengistu (avant qu’il ne soit renversé en 1991) menée dans le Wag Hemra par le Tigray People’s Liberation Front (TPLF, un des partis fondateurs de l’EPRDF). Les liens de solidarité alors entretenus entre le parti et des acteurs locaux – amplifiés par le fait que les victimes furent nombreuses – expliquent encore le pouvoir politique de certains leaders locaux. Mais Sekota, ancienne ville fortifiée, s’est aussi souvent opposée à ses voisins tigréens, que ce soit pour préserver ses particularités culturelles, ou en tant que ville-frontière lors des oppositions entre Amharas et Tigréens. La différenciation économique et infrastructurelle avec le voisin tigréen, ainsi que le difficile développement de la région, ont accru le sentiment de mise à l’écart de nombreux habitants du Wag Hemra, jusqu’à ce que plusieurs d’entre eux revendiquent leur opposition au pouvoir en place lors des mouvements contestataires de 2016-2017.

Continuer la lecture de Sekota, Ethiopie : une ville révélatrice d’enjeux qui la dépassent

L’économie et la fin de l’esclavage

Par Bernard Conte, chercheur associé à LAM

La très grande majorité des économistes considère que le capitalisme s’adapte pleinement aux variations, parfois erratiques, de son environnement. Ainsi, le système s’ajusterait aux « chocs » tant internes qu’externes dans une stratégie essentiellement défensive. Au contraire, j’affirme que pour atteindre son objectif d’exploitation maximale à moindre coût, le système capitaliste déploie une stratégie offensive de façonnage de son environnement. Il impose un ajustement structurel permanent à la société dans son ensemble[1]. Dans sa recherche du profit maximal et de l’asservissement du plus grand nombre, il procède par étapes successives qui façonnent les structures de la société. Chaque phase correspond à une configuration spécifique du rapport social qui prépare la suivante.

Lorsqu’une configuration d’exploitation donnée se révèle moins profitable qu’une autre option, le système modifie l’organisation initiale. Pour ce faire, il mobilise ses agents (ses auxiliaires) dans les domaines politique, littéraire, médiatique, juridique… pour rendre le changement plausible pour les populations. Bien souvent, les raisons mises en avant pour justifier l’ajustement des structures sont d’ordre moral, philosophique, humanitaire… plutôt qu’économique.

La fin du système esclavagiste, objet de ce texte, semble bien répondre à la logique capitaliste de recherche du profit maximal.

 L’abolition de l’esclavage dictée par la recherche du profit

Une configuration d’exploitation à la longévité plus que séculaire a été l’esclavage. De nos jours, l’Histoire focalise sur la traite des noirs, surtout atlantique. Souvent présentée comme une victoire des défenseurs des droits de l’homme et de la philosophie des Lumières, l’abolition de l’esclavage apparaît à certains comme un simple ajustement de structure en vue de réduire les coûts d’exploitation pour rehausser les profits.

Le système esclavagiste se caractérise par une faible productivité et des coûts de reproduction élevés qui obèrent sa rentabilité par rapport à un recours à de la main-d’œuvre « libre ». Par exemple, au XVIIIème siècle, la majorité des physiocrates[2] condamne l’esclavage pour des raisons économiques en comparant les « coûts économiques selon que l’on a recours à l’esclavage ou à une main d’œuvre libre[3] ». Sur le plan économique, l’abolition de l’esclavage s’imposait.

La faible productivité du système esclavagiste

 « La faible productivité de l’esclave tient, en effet à sa paresse, mais cette paresse nous dit Dupont de Nemours est : “son unique jouissance, et le seul moyen de reprendre en détail à son maître une partie de sa personne, que le maître a volée en gros. L’esclave est inepte, parce qu’il n’a aucun intérêt de perfectionner son intelligence. L’esclave est mal intentionné, parce qu’il est dans son véritable état de guerre toujours subsistant avec son maître[4] ». Outre sa productivité basse, le système de production esclavagiste se caractérise par des coûts de reproduction élevés.

Continuer la lecture de L’économie et la fin de l’esclavage

« Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Par Fernando A. Chinchilla, chercheur associé LAM/Sciences Po Bordeaux

J’ai eu l’occasion de m’entretenir récemment avec deux femmes mauritaniennes. Amy Sow est photographe, artiste plasticienne et peintre. Elle a fondé il y a quelque temps un espace culturel unique à Nouakchott, capitale de ce pays de l’Afrique de l’Ouest autrefois connu comme le « territoire des Maures ». Dieynaba Andiom, à Nouakchott aussi, est étudiante en doctorat au Sénégal. Elle s’intéresse à la « santé reproductive » des jeunes, un domaine lié à la santé sexuelle des jeunes et des adolescents, qui inclut la planification familiale, qui œuvre en matière d’infections sexuellement transmissibles, et qui travaille en prévention des violences basées sur le genre (VBG)[1]. Elle a fondé une ONG spécialisée en la matière. Malgré des parcours de vie fort différents, les deux femmes ont naturellement convergé vers un sujet commun : la situation des femmes dans leur pays. En Mauritanie, une femme peut recevoir jusqu’à cent coups de fouets pour avoir pratiqué la « Zina » – des relations sexuelles hors-mariage – et cela même en cas de viol[2]. Elle peut aussi être jetée en prison.

Dénoncer la violence faite aux femmes

 La convergence est compréhensible car les deux femmes partagent un regard sociétal critique. « Il fallait arrêter de peindre des dunes et des chameaux. Nous vivons dans un monde pervers, où il y a trop de violence. J’ai donc décidé de lancer un cri d’alarme. Il fallait alerter, dénoncer la violence faite aux femmes… il fallait passer à l’essentiel », affirme Sow en toute confiance. En 2002, elle donc a créé l’Union des artistes plasticiens mauritaniens, un système d’ateliers interconnectés aux instituts marocain et français, grâce auquel divers artistes ont pu organiser des expositions collectives à caractère sociopolitique. « Les femmes subissent en Mauritanie toute sorte de violence », affirme l’artiste. De plus, les victimes n’osent pas parler. Il a donc fallu s’improviser en porteuse de la voix de tous ceux et celles vivant dans la précarité des quartiers périphériques de Nouakchott.

Le combat d’Andiom n’est pas si différent. En matière de santé reproductive, le constat est le suivant : « Les jeunes sont actifs sexuellement depuis un très jeune âge, mais le sujet demeure tabou. De plus, en Mauritanie on se marie à 14-15 ans. Donc, quand on parle de « jeunes », on fait plutôt référence à des adolescents. Ce qui se passe [souvent, mais pas nécessairement] hors-mariage – par exemple les grossesses non-désirées ou le fait de contracter des maladies sexuellement transmissibles (MST) – est refoulé. De surcroit, puisque les hommes refusent souvent d’aller chez le médecin, ce sont les femmes qui le font. Et quand cela devient public, la société les culpabilise. Que ça soit par leur façon de s’habiller ou de se maquiller, la sexualité hors-mariage est toujours la « faute des femmes », signale la jeune activiste sociale[3]. Elle explique ainsi que les avortements clandestins et l’automédication sont des pratiques sociales fort dangereuses[4].

Que faire ? Comment sensibiliser ? D’une part, toute action au plan socioculturel, se heurte à un mur. Le Mauritanien moyen, affirme Sow, « n’est pas intéressé par l’art. On ne décore pas les murs et quand on le fait, on achète des bagatelles chinoises. Selon les perceptions locales, notre métier n’apporte rien; nous sommes presque des délinquants. Si les artistes mâles sont socialement étiquetés… imaginez maintenant les femmes! ». Si ce n’était pas grâce aux ventes faites aux expatriés, ni elle, ni ses collègues (femmes ou pas) ne survivraient financièrement. Si, d’autre part, l’engagement est au niveau de la société civile, les femmes activistes se heurtent également à des obstacles de taille. On a déjà demandé à Andiom comment elle osait parler de sexualité en public, à un auditoire plus âgé qu’elle. Non seulement la voix des jeunes n’est pas souvent entendue en Mauritanie, mais il s’agit aussi d’une société patriarcale où la « supériorité masculine » est glorifiée et où la vie des femmes est toujours conditionnée à la famille, à la vie de son époux, etc. Il s’agit aussi d’un système de castes, où les filles – souvent déscolarisées – ne peuvent pas choisir leur mari. Lorsqu’elles peuvent le faire, il doit être issu de la même caste. Le défi est donc de contourner, de dépasser la société.

L’art comme outil politique

La santé reproductive est un sujet large, tout comme la créativité dans l’art. Il n’empêche, les deux femmes vont de l’avant. Pour Andiom, le pari « …est de mettre les jeunes à travailler pour eux-mêmes, car il y a des questions qui ne peuvent pas être traitées par des tranches d’âge différentes. Nous y travaillons depuis 2017, de façon bénévole, par exemple en définissant une charte de valeurs pour doter de sens notre organisation. Maintenant, nous devons regarder le lien entre les besoins potentiels des usagers et notre offre de services en matière de référencement et de suivi. Éventuellement, nous pourrons aussi faire du plaidoyer ». Quant à Sow, elle a toujours voulu ouvrir une galerie d’art en Mauritanie, pays qui n’est pas doté d’école de beaux-arts. « Je voulais perturber car l’art, lorsqu’il est politique, éveille les consciences, multiplie la connaissance, stimule l’intelligence et raffine la pensée ». Il y a quelques années, elle s’est donc décidée à monter un projet. Elle a débuté en achetant un terrain avec ses propres moyens et en construisant un modeste immeuble. Plus tard, l’Ambassade des États-Unis a accepté de financer le projet, ce qui lui a permis d’achever la bâtisse. Continuer la lecture de « Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

par Seble Menberu [1]

Ce billet présente une recherche de Master menée en 2015 à l’Université panafricaine (à l’Institut de la gouvernance, des sciences humaines et sociales, Yaoundé), consacrée aux femmes dans l’armée éthiopienne servant sous casque bleu dans l’opération de paix des Nations Unies à Abyei, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le terrain ainsi réalisé à Abyei a permis une immersion dans le quotidien de ces femmes. Il offre certaines pistes de réflexion sur les défis qu’elles rencontrent, concernant en particulier les préjugés auxquelles elles font face dans la vie civile, dans les familles, également les conditions de vie sur le terrain, les relations avec leurs « frères d’armes » masculins, ou encore les logiques d’assignation des missions par leur hiérarchie. L’auteure, Seble Menberu, a réalisé ce travail académique en anglais, en utilisant des citations collectées en amharique. Elle est aujourd’hui une chercheure associée à un think tank éthiopien basé à Addis-Abeba.

In May 1991, victorious rebel forces led by the Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF) toppled the military regime (known as the Derg, meaning, “the Council”) of Col. Mengistu Haile Mariam and seized power. What followed was a fundamental restructuring of the old imperial unitary centralized state into an ethnic-based federal government. The new EPRDF regime disbanded the entire armed forces of the state, which were initially built after 1941 liberation from Italian occupation along modern principles with modern, imported armaments by Emperor Haile Selassie. A new national force was reformed from scratch. The former liberation fighters served as the core of the army. In addition, new recruits proportionally representing diverse ethnic groups in the country were added.

In 2000, the government also opened recruitment in the army to women. During the 1990s, some women were already part of the new army. They had been integrated as former members of the rebel movement, in which women played an important role[2]. But they were only few. The current government does not release information about the current numbers of the newly reconstructed force nor about the exact female representation in it. However, it has policy directives designed to attract and enhance female participation. Nevertheless, it is not at all clear that these directives are seriously followed up in practice. There is no statistical data available to the public to allow an examination of the gradual increase in female composition. Concerned officials only state that the national defense forces guidelines allow up to ten percent (10%) of female representation. What remains a fact is that women representation in the armed forces is woefully low. Nevertheless, during 2010, Ethiopia has attained the top position by the UN for the number of troop contribution for peacekeeping missions worldwide.

Concerning the role of women, scholars have advocated an increase in their participation in peacekeeping operations as a response to increasing reports of operational inefficiency including accusations of sexual exploitation, rape of locals by male peacekeepers, etc. These demands have resulted in the adoption of a policy of gender balance in peacekeeping operations by the United Nations Security Council Resolution (UNSCR) 1325 on 31 October 2000. It is also often argued that, in addition to minimizing sexual-related abuses by UN missions, increasing the number of women serving in peacekeeping operations can make some unique contributions to improve the operational effectiveness of a peacekeeping unit and guarantee the human security of vulnerable groups. However, in spite of the strong case made and efforts by the United Nations Department for Peacekeeping Operations in order to increase women involvement, troop contributing countries remain reluctant to do so.

A case study: The United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)

This study, conducted in 2015, was aimed at describing and analyzing the factors that have affected the participation of Ethiopian women in United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)[3]. The Abyei Area covers about 4,000 square miles of desert, farmland, and oil fields located along the ill-defined border between Sudan and South Sudan. Abyei is claimed by both countries and has been a source of conflict for over 50 years. Its rich oil reserves make the region economically desirable to both Sudan and South Sudan. Its border location has also led to conflicting ethnic, cultural, and linguistic claims. On 20 June 2011, the belligerents signed a peace agreement to demilitarize Abyei and allow a peacekeeping mission under the UN to monitor the area. In July 2011, the UN established the UNISFA. Ethiopia has been the sole troop contributor of this mission. Continuer la lecture de Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

Le Gabon, entre coup d’Etat avorté et incertitudes politiques

Par Bergès Mietté, LAM/Sciences Po Bordeaux.

Le lundi 7 janvier 2019 à 5 heures 30 GMT, rapporte Jeune Afrique, le sous-lieutenant Kelly Ondo Obiang, membre de la Compagnie d’honneur et président d’un groupe dénommé MPJFDS (Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon), « neutralise » le personnel de Gabon Télévision et prend possession des locaux abritant ce média à Libreville. Assisté de deux de ses compagnons tous vêtus aux effigies de la Garde républicaine, il annonce, sur les ondes de la télévision nationale, la mise en place prochaine d’un « Conseil national de la restauration » afin « de sauver la démocratie, préserver l’intégrité du territoire national et la cohésion nationale. […]. » Et de poursuivre : « une fois encore, une fois de trop, les conservateurs écharnés du pouvoir, dans leur basse besogne, continuent d’instrumentaliser et de chosifier la personne d’Ali Bongo Ondimba en mettant en scène un homme dépourvu de plusieurs de ses facultés physiques et mentales […] » Puis de conclure : le MPJFDS « […] a décidé, ce jour, de prendre ses responsabilités afin de mettre en déroute toutes les manœuvres en cours, de confiscation du pouvoir par ceux qui, dans la nuit du 31 août 2016, ont lâchement fait assassiner nos jeunes compatriotes avec le soutien des illégitimes et des illégales […] Le jour tant attendu est arrivé où l’armée a décidé de se mettre aux côtés de son peuple afin de sauver le Gabon du chaos. […] Si vous êtes en train de manger, arrêtez ! Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez ! Si vous dormez, réveillez-vous ! Réveillez vos voisins […] Levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue ! »

Un échec annoncé

Moins de trois heures après ces déclarations fracassantes, Guy Bertrand Mapangou, le ministre de la Communication, joint par France 24, déclare qu’il s’agit « d’un feu de paille », que le pays est « sous contrôle », que Kelly Ondo Obiang est en cavale (il sera interpellé dans l’après-midi), que deux de ses complices ont été tués, et les deux autres placés en détention. L’acte a été « fortement condamné » par l’Union africaine, et les autorités gabonaises disent qu’« une enquête sera ouverte. » Cependant, alors qu’on s’interroge désormais sur les principaux commanditaires de cette énième tentative de coup d’État au Gabon, il y a lieu de se demander pourquoi les membres d’un corps chargé d’assurer la sécurité personnelle de l’Institution présidentielle incarnée par Ali Bongo, en viennent à se rebeller, au point d’annoncer « la restauration de l’État » ? Les institutions ne fonctionneraient-elles plus ? Mais qui sont-ils, ces insurgés ? D’où viennent-ils ? Quels sont leurs parcours ? Entretiennent-ils des relations particulières avec leurs hiérarchies, les élites politiques au pouvoir ou celles de l’opposition ? Quelle est la symbolique de leur acte ? Autant de questions que l’on se pose au regard de la situation actuelle. Dans cet article, il ne s’agit pas d’apporter des réponses à une crise en cours, mais plutôt de s’interroger sur la situation politique actuelle du Gabon, la tentative en question témoignant sans doute d’un profond « dysfonctionnement au sommet de l’État » et ce, en dépit des déclarations officielles visant à rassurer l’opinion nationale et internationale.

Depuis l’accession du Gabon à l’indépendance le 17 août 1960, la vie politique nationale semble rythmée par des tentatives de coup d’État, présentant plusieurs points symétriques : par exemple, les motivations des putschistes, et le caractère éphémère de leur acte. Ainsi, dans la nuit du 17 au 18 février 1964, un groupe d’officiers conduits par les lieutenants Valère Essono et Jacques Mombo, assistés des sous-lieutenants Daniel Mbene et Daniel Edou déposent le président Léon Mba[1]. Les putschistes entendaient restaurer la démocratie et l’autorité de l’État mises à mal par les velléités autoritaires de Léon Mba. Jean Hilaire Aubame, son principal adversaire politique, est porté à la tête d’un gouvernement mort-né. Se fondant sur les accords de coopération militaires signés le 17 juillet 1960 avec le Gabon, la France dépêche alors à Libreville un commando de parachutistes[2] qui « rétablit l’ordre. » De retour au pouvoir, et sans en tirer les enseignements, Léon Mba poursuit son œuvre : du 25 août au 9 septembre 1964, un procès présidé par Léon Augé est organisé à Lambaréné, la ville même où le président déchu avait été déporté et « placé sous une escorte commandée par le sergent Amiar Nyanga. »[3] Soupçonné d’être le principal commanditaire de ce coup de force, la participation de Jean Hilaire Aubame au gouvernement provisoire marque, historiquement, la fin de sa carrière politique : il sera condamné à 10 ans de réclusion et 10 ans d’interdiction de séjour au Gabon[4]. Gracié en 1972 par Albert Bernard Bongo, il s’exile en France où il vivra jusqu’à son décès, en 1989.

Une armée sous contrôle mais frondeuse

Le rétablissement au pouvoir de Léon Mba par les troupes françaises a amené nombre de Gabonais à s’interroger sur « le degré d’indépendance de leur pays » mais il a aussi rendu exécrables les rapports entre l’armée nationale et le pouvoir politique. Cette inimitié a été telle que pour « se venger », Léon Mba nourrissait l’idée de dissoudre toutes les forces de sécurité et de défense du pays. Mais il en est dissuadé par ses conseillers français qui lui proposent plutôt la création d’une garde présidentielle. Une fois créée, celle-ci à la particularité de ne compter alors que très peu de nationaux : on y trouve surtout des Équato-guinéens et des Tchadiens[5]. Et, à leur tête, Bob Maloubier, un officier français de renseignement du SDECE[6]. C’est ainsi qu’en marge de l’armée régulière, l’élite au pouvoir au Gabon s’est dotée d’une armée « totalement » acquise à sa cause. Elle semble disposer d’ailleurs de moyens de dissuasion impressionnants. Le 28 novembre 1967, Léon Mba décède à Paris où il est hospitalisé depuis plusieurs mois et Albert Bernard Bongo, qui deviendra Omar Bongo en 1973 après sa conversion à l’islam, accède au pouvoir le 2 décembre 1967 conformément à la Constitution modifiée le 17 février 1967[7]. S’inscrivant dans la continuité de la politique amorcée par son prédécesseur, Omar Bongo modernise et ethnicise la Garde présidentielle qu’il transformera, plus tard, en Garde républicaine[8]. Mais contrairement à son prédécesseur, Omar Bongo sait que l’armée est un maillon essentiel du pouvoir. Elle ne peut, par conséquent, être reléguée au second plan. Il entretiendra donc tout au long de son règne de « bons rapports » avec les officiers des forces de sécurité et de défense. Certains seront d’ailleurs nommés à des postes ministériels quand d’autres sont promus à des échelons plus élevés.

Ceci n’empêchera cependant pas d’autres tentatives de coup d’État de se produire entre 1967 et 2009. Aucune cependant n’ébranlera le pouvoir d’Omar Bongo. Parmi celles-ci, deux méritent d’être mentionnées. Il s’agit du putsch qu’aurait fomenté le capitaine Alexandre Mandza Ngokouta, en 1985. Les raisons de ce putsch restent encore méconnues. Condamné à perpétuité, ce saint-cyrien a été exécuté publiquement le 11 août 1985 à la place Hollando de Libreville. Sous le parti unique, elle servait de lieu d’exécution des « hors la loi. » Plus proche de nous, Jean Philippe Ntumpa Lebani, formé à l’Académie royale de Meknès (Maroc) puis à l’École d’application des officiers en Virginie (États-Unis), est soupçonné d’« atteinte à la sureté de l’État » alors qu’il occupait, depuis 2004, le poste de Secrétaire permanent du CNS (Conseil national de sureté.) Peu avant cette promotion, il était commandant en second de la Garde républicaine. Le 9 septembre 2009, selon le quotidien l’Union, il est arrêté puis incarcéré au Gros bouquet (prison centrale de Libreville.) Son procès, diffusé à la télévision nationale en 2010, confirmera, pour certains, les propos d’Aimery Bhongo Mavoungou, son avocat. Continuer la lecture de Le Gabon, entre coup d’Etat avorté et incertitudes politiques

Casamance : la stratégie de l’araignée

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM, CNRS-Sciences Po Bordeaux)

Hommage au réalisateur italien Bernardo Bertolucci, qui vient de nous quitter, ce titre de film pourrait s’appliquer à la stratégie non dite de l’Etat sénégalais dans l’interminable conflit de Casamance : 36 ans en décembre prochain. Après l’échec initial d’une solution purement militaire, le rapport de forces n’a en effet cessé d’évoluer ces vingt dernières années en faveur du gouvernement sénégalais, qui a patiemment tissé sa toile, combinant divers registres de la répression et de la séduction. Jusqu’à paraître céder récemment à la tentation d’en finir par la force avec une rébellion indépendantiste qui n’a jamais paru aussi faible. Une tentation qui s’inscrit dans une double perspective, militaire et politique : l’évolution du rapport de forces dans le conflit et les échéances électorales au Sénégal (élection présidentielle de février-mars 2019), qui peuvent inciter le pouvoir en place à chercher à marquer des points dans l’opinion. L’étau s’est en effet resserré depuis le début de l’année autour des différents groupes de maquisards.

C’est vrai au sud de la Casamance où, imprudemment négociés par les chefs maquisards ces dernières années, la réalisation d’infrastructures routières par les Américains (routes et pistes de production), voire le déminage, menaçaient déjà la sécurité des positions rebelles. En ce début d’année 2018, prenant prétexte d’un massacre de coupeurs de bois attribué aussitôt au MFDC (Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance), l’armée a franchi le pas en investissant la zone, conquérant ou reconquérant de nombreuses positions rebelles. Et, même si les maquisards peuvent toujours se replier en Guinée-Bissau, il y a longtemps qu’ils n’y trouvent plus les soutiens qu’ils y trouvaient dans les années 1990, lorsque Bissau les instrumentalisait dans un litige territorial avec Dakar. L’annonce officielle d’une reprise du déminage va dans le même sens : déminer autour des bases rebelles revient à les livrer à l’armée sénégalaise. Ce que ne peuvent accepter les chefs maquisards, dont certains ont déjà, par le passé, agité la menace d’une « ligne rouge » à ne pas franchir : des démineurs en avaient fait les frais, enlevés et retenus plusieurs mois par les rebelles. C’est pourquoi toute tentative de reprise du déminage peut aujourd’hui apparaître comme une provocation.

Mais l’étau s’est aussi resserré au nord de la Casamance, le long de la frontière gambienne. En début d’année, sous couvert de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), l’armée sénégalaise a largement contribué à éliminer le régime dictatorial de Banjul, qui s’appuyait sur des éléments du MFDC pour sa sécurité intérieure comme extérieure, en échange de la protection et du soutien qu’il leur accordait[1]. Conséquence : privés de positions de repli et de sources de ravitaillement, les maquis de la zone sont désormais pris en tenaille par les forces sénégalaises. Et rien n’interdit de penser qu’un scénario du même type qu’au sud y est envisagé : plusieurs projets (exploitation minière littorale) ou réalisations (usine de farine de poisson) auxquels s’oppose une partie de la population, avec le soutien de la rébellion, pourraient servir de prétextes à une intervention militaire contre les derniers bastions rebelles.

Cette tentation d’un retour à une solution militaire pour hâter la fin de la rébellion, si elle se confirme, peut apparaître comme l’aboutissement d’une stratégie non dite de l’Etat sénégalais depuis les années 1990. En dépit du discours officiel, tout s’est passé comme si Dakar n’avait eu d’autre objectif que d’affaiblir suffisamment la rébellion par tous les moyens pour ne pas avoir à négocier avec elle. Cette stratégie du pourrissement a été rendue possible par une armée de plus en plus expérimentée et de mieux en mieux équipée par les alliés du Sénégal (France et Etats-Unis pour l’essentiel). Elle est manifestement payante : jamais la perspective d’une indépendance n’a paru aussi éloignée. Privé de soutiens extérieurs, coupé d’une partie de sa base sociale, affaibli par ses divisions et ses exactions, et surtout par son incapacité à proposer ou accepter des compromis, le mouvement indépendantiste est moins que jamais en mesure d’imposer quoi que ce soit à une table de négociation.

On peut donc affirmer, pour conclure, que le conflit ne trouve pas d’issue parce que l’un des protagonistes est trop fort et l’autre trop faible pour négocier… Mais la stratégie gouvernementale est lourde de dangers. Avec le risque (apparemment calculé) de rebondissements à partir de micro-conflits non réglés ou réglés unilatéralement par l’Etat, comme l’ont été les conflits fonciers à l’origine de l’escalade de la violence au début des années 1980. Mais aussi avec le risque de connexions avec d’autres sources de violence à l’échelle sous-régionale (trafics de drogue, terrorisme…). C’est d’ailleurs cet enjeu sécuritaire qui sous-tend l’intérêt que la diplomatie américaine porte au conflit casamançais…

[1] Voir J.-C. Marut : « Gambie : le roi est nu ! », LAMenparle, 10  janvier 2017

Des Sri Lankais à La Réunion

Par Anthony Goreau-Ponceaud, LAM

Depuis quelques semaines, la presse réunionnaise est en émoi face à ce qui peut, pour certains, passer pour un phénomène difficilement explicable, si ce n’est tout au moins insolite. Il est vrai que d’ordinaire, lorsqu’il s’agit d’évoquer des flux de migrations illégales, les médias se focalisent plus volontiers sur l’autre région française de l’océan Indien : Mayotte. Sans doute parce que l’archipel voisine avec un des Etats parmi les plus pauvres de la planète, les Comores (au 159ème rang de l’Indice de développement humain) et que les migrations y sont très importantes. Selon le rapport de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et des apatrides), les demandes d’asile en provenance des Comores ont représenté en 2017 la majeure partie des demandes déposées (43,5 %). Les médias ont d’ailleurs progressivement fait des kwassa-kwassa, ces canots utilisés par les Comoriens pour rejoindre illégalement l’archipel, une image d’Epinal de ces flux.

Des tensions intercommunautaires à l’origine d’une immigration massive

Un phénomène aussi soudain qu’inattendu secoue donc l’île de la Réunion. Il s’agit d’une immigration en provenance d’une autre île voisine…de plus de 4 000 Km : Sri Lanka. Les faits s’égrènent sur le tableau noir du malheur : 21 mars 2018, 6 sri-lankais ont été retrouvés en mer au large de Saint-Gilles ; 11 septembre 2018, la marine sri-lankaise arrête 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination du territoire français ; 6 octobre 2018, ce sont huit Sri Lankais qui sont interceptés au large de la commune du Port (Pointe des Galets) avant d’être expulsés, via Maurice, à Sri Lanka. Comment expliquer cette situation alors même que la Réunion est classée parmi les départements français recevant le moins de demandes d’asile (selon l’OFPRA, en 2016, l’île ne recevait que deux nouvelles demandes)[1] ?

Pour le comprendre il faut rappeler que Sri Lanka, île de l’océan Indien de plus de 20 millions d’habitants, dont les trois-quarts ont pour langue maternelle le cinghalais (une langue issue du fonds indo-aryen) et le cinquième, le tamoul (langue dravidienne)[2], a été marqué par une guerre qui a opposé de juillet 1983 à mai 2009, l’armée sri-lankaise aux militants séparatistes tamouls des LTTE[3] (Liberation Tigers of Tamil Eelam). Ce conflit a eu de larges répercussions dans les logiques migratoires des Sri Lankais : terre d’immigration depuis les débuts de son histoire, le Sri Lanka est devenu progressivement, au cours des années 1970, une terre d’émigration massive. La mise en place de lois discriminantes (Sinhala only Act en 1956, faisant de la langue cingalaise la seule langue officielle au détriment des locuteurs de tamoul et donnant au bouddhisme une place prééminente dans l’État, tournant ainsi le dos à des décennies de sécularisme), a lancé sur les routes de l’exil, de manière sporadique dans un premier temps, des élites anglophones vers les pays du Commonwealth. Néanmoins, après les pogroms anti tamouls de juillet 1983, correspondant également à la montée en puissance des LTTE et à la substitution d’une idéologie de défense des droits des minorités par une idéologie de libération nationale, les flux de réfugiés et de demandeurs d’asile en direction des pays du Nord, d’Asie (Malaisie et Inde en particulier) et du Moyen-Orient sont devenus significatifs, conduisant à la formation d’une diaspora et à une diversification des profils migratoires. Comme le notent Éric Meyer et Delon Madavan : « l’émigration sri-lankaise temporaire ou durable a concerné au cours de cette période 8 % à 10 % de la population de l’île, et les diasporas principalement tamoules représentent plus d’un million de personnes si l’on compte les descendants des migrants »[4].

Une paix toute relative

Dans ce petit pays de plus de 65 600km², le conflit, selon différentes sources, aurait généré le déplacement forcé de plus de 300 000 personnes ; il y aurait 40 000 veuves de guerre dans la seule ville de Jaffna, située à la pointe nord du pays (majoritairement peuplée par les Tamouls). Selon les chiffres de l’ONU, les cinq derniers mois de la guerre auraient causé la disparition de plus de 100 000 personnes. Depuis la fin du conflit en 2009, des centaines de millions de dollars ont été investis dans la province Nord (où la communauté tamoule formait traditionnellement une majorité), mais les populations locales, pour la plupart démunies et dépossédées par le conflit, n’ont vu que de légères améliorations dans leurs vies. Au lieu d’insuffler un processus de développement inclusif et responsable en lien avec un début de réconciliation et une justice transitionnelle, le gouvernement n’a fait qu’accroître le pouvoir de l’armée. Le rôle économique de celle-ci est indéniable. Elle est l’un des plus gros propriétaires fonciers de l’île et s’est établie comme une force d’occupation permanente sur des terres spoliées aux populations civiles. En 2012, Frances Harrison recensait dans la province Nord un soldat sri-lankais pour onze citoyens[5]. Continuer la lecture de Des Sri Lankais à La Réunion

Réunion de la Zone franc à Paris : commedia dell’arte

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Le 8 octobre s’est déroulée à Paris la réunion des ministres des Finances des pays de la Zone franc. À l’ordre du jour, la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, et la mobilisation des recettes fiscales.

La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme sont des sujets d’affichage, qui donnent lieu à des déclarations solennelles généralement suivies de peu d’effets. L’augmentation des recettes fiscales, en lien avec l’accroissement de l’endettement externe, signifie une ponction accrue sur les revenus des populations au profit de la finance internationale. Malgré les dispositifs pour la rendre « soutenable », mais surtout pas l’effacer, la dette est toujours présente car nécessaire pour justifier l’imposition des politiques néolibérales qui organisent la prédation du surplus par la finance internationale et ses agents.

Les participants à la réunion se sont aussi penchés sur la convergence des politiques économiques et sociales nationales au sein de la Zone Franc. La convergence néolibérale dont il s’agit vise à réduire les coûts de fonctionnement des États membres, notamment en abaissant la dépense publique, afin de générer un surplus croissant qui sera exporté.

Les participants ont souligné les performances des pays de la Zone franc dans le domaine de la croissance économique. Il faut savoir qu’en Afrique, la croissance économique suit les cycles d’évolution des prix des matières premières et de l’énergie. Lorsque les cours internationaux des produits de base sont élevés, les experts, les politiques et les medias célèbrent la croissance retrouvée : «  l’Afrique re-décolle ».  Lorsque le marché se retourne, ces mêmes agents déplorent la fatalité des crises en Afrique. En fait, après presque 60 ans d’indépendance, les pays africains de la Zone franc ont des économies peu diversifiées. Ils restent globalement exportateurs de produits bruts et importateurs de produits transformés. La spécialisation coloniale se poursuit.

Les vraies questions n’ont donc pas été évoquées. Par exemple, comment diversifier la production dans un contexte de libre-échange débridé ? Ou encore, serait-il utile que les pays de la Zone recouvrent leur souveraineté monétaire ?

Encore une fois, cette réunion n’a été que de la commedia dell’arte.

Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Berrou Jean-Philippe (Economiste à LAM, CNRS, Sciences Po Bordeaux) et Kevin Mellet (Sociologue à Orange Labs, Orange Digital Society Forum)

François Combarnous (GREThA CNRS, Université de Bordeaux), Thomas Eekhout (GREThA CNRS, Université de Bordeaux) et Georges Vivien HOUNGBONON (Orange Labs) ont participé à la rédaction de cet article.

Le continent africain connaît depuis le début des années 2000 une transformation numérique sans précédent, qui modifie en profondeur le quotidien de ses populations et l’environnement des affaires. La diffusion rapide du téléphone mobile et des usages d’internet traduit un véritable saut technologique pour le continent. Le nombre d’abonnés uniques à la téléphonie mobile en Afrique est passé de quelques milliers au début des années 2000 à 420 millions en 2016, et le nombre d’utilisateurs de smartphones devrait passer de 200 millions en 2016 à 500 millions en 2020.[1]

Pour autant, cette révolution se déroule dans un contexte économique caractérisé par une prépondérance des activités informelles. Celui-ci invite dès lors à s’interroger sur les usages spécifiques du téléphone mobile par ces entrepreneurs de l’informel : quels types d’usages professionnels du mobile privilégient-ils dans le cadre de leurs activités ? Quel est l’impact de cette nouvelle technologie sur la productivité et les performances de leurs unités de production ?

C’est l’objet d’un projet de recherche ambitieux lancé en 2016 par le laboratoire « Les Afriques dans le Monde » (LAM – CNRS – Sciences Po Bordeaux), avec le soutien d’Orange Labs et dont les premiers résultats ont été présentés à Dakar lors d’un séminaire de recherche organisé récemment par l’OIT. Nous restituons ici quelques-uns de ces résultats.

Révolution numérique en contexte informel

La révolution numérique que connaît le continent africain nourrit beaucoup d’espoirs quant à ses potentielles retombées en termes de croissance, d’innovation et de changement structurel pour les économies du continent. Pour l’heure, elle s’inscrit dans un contexte économique singulier, avec des structures productives et un marché du travail dominés par l’informalité. Selon le Bureau International du Travail, près de 70 à 80 % des emplois non agricoles s’exercent dans le secteur informel, avec une prépondérance d’indépendants et de microentreprises. Partiellement conduites en dehors des règlementations publiques, ces activités informelles extrêmement hétérogènes (artisanat, réparation, restauration, petit commerce, etc.) ont connu une croissance rapide au cours des dernières décennies, en particulier en milieu urbain. Elles représenteraient aujourd’hui de 25 à 65% du PIB des économies subsahariennes selon le FMI.

Le Sénégal illustre bien cet entrelacement entre informel et numérique, avec d’une part un nombre de lignes de téléphonie mobile actives équivalent à la population du pays, et d’autre part un secteur informel qui regroupe 97% des unités de production.[2] C’est pourquoi nous avons choisi d’y réaliser, en 2017, une enquête quantitative inédite, sur échantillon représentatif de 500 entreprises du secteur informel de la région de Dakar.[3] Cette enquête a permis notamment de reconstituer de manière détaillée le chiffre d’affaires, la main d’œuvre et le capital d’entreprises dépourvues de comptabilité formelle. Les enquêtés ont par ailleurs été interrogés longuement sur leur équipement et leurs usages en matière de téléphonie et d’internet. En plus du questionnaire administré à ces 500 entreprises, des entretiens qualitatifs individuels et collectifs (focus groups) ont également été menés auprès d’une cinquantaine d’entre elles. Les premières analyses nous ont permis d’identifier et de caractériser les différents segments du secteur informel dakarois et les différents profils d’usages du mobile par les entrepreneurs de l’informel.

Entre informel de survie et « top performers », des gazelles au potentiel non exploité ?

Une première analyse statistique, centrée sur les caractéristiques des entrepreneurs et des établissements, nous a permis de mettre en évidence la grande hétérogénéité du secteur informel dakarois. Plus spécifiquement, quatre segments d’unités de production informelles ont été identifiés.

Une première distinction oppose très clairement le « petit informel de survie » (29 % de l’échantillon) aux « top performers » de l’informel (22 %). Le premier groupe, très présent dans la vente de produits alimentaires, est constitué majoritairement d’indépendants peu performants (en termes de chiffre d’affaire ou de rentabilité) et disposant de locaux très précaires. Le second segment regroupe des établissements de grande taille et disposant d’un niveau de capital élevé. On les retrouve surtout dans le secteur de la production. Ce sont des établissements bien établis, qui tiennent souvent une comptabilité relativement élaborée et atteignent des performances économiques élevées. Les chefs de ces établissements ne disposent pas forcément d’un niveau d’éducation élevé, mais ils ont réalisé les meilleurs scores aux tests cognitifs et de comportement entrepreneuriaux effectués dans le cadre de l’enquête.

Entre ces deux extrêmes, l’analyse statistique révèle l’existence d’un segment intermédiaire de « gazelles »[4], évoluant avec un niveau de capital comparable à celui des top performers, mais avec des niveaux de performance bien moindres. Ce segment intermédiaire se divise en deux sous-groupes. Le premier, celui des « gazelles inexpérimentées » (21%), est caractérisé par des entrepreneurs plus jeunes et moins expérimentés mais aux niveaux d’éducation élevés. Leurs activités sont plus récentes et on les retrouve souvent dans le commerce. Le second sous-groupe, celui des « gazelles matures » (28%), est constitué d’entrepreneurs plus âgés avec des activités plus stabilisées et anciennes. Si leur niveau d’éducation est plus faible, leur réussite aux tests cognitifs est élevée et leur comportement entrepreneurial est très marqué. On les retrouve le plus souvent dans les activités de services.

 

Quatre profils d’usages professionnels du mobile dans l’informel de Dakar

Nous avons mené séparément, sur notre échantillon de 500 entreprises de l’informel dakarois, une analyse statistique des usages du mobile. La diversité des usages professionnels du mobile a été appréhendée à partir de plusieurs dimensions :

  • l’équipement (téléphone GSM simple ou téléphone tactile et smartphone) ;
  • les grandes fonctions professionnelles pour lesquelles le mobile est utilisé[5]: i) coordination bilatérale (en one-to-one avec les fournisseurs, clients,  partenaires) ou multilatérale (one-to many sur internet : recherche et partage d’information, promotion et vente); ii) recours aux services de mobile money (paiement – envoi et réception d’argent – et épargne) ; iii) utilisation du mobile pour la gestion interne (comptabilité, gestion des comptes et des stocks, gestion du personnel) ;
  • la diversité des usages qui est appréhendée par le nombre d’applications et d’interfaces qu’un entrepreneur utilise (voix, messagerie instantanée, réseaux sociaux, appels vidéo, etc.).
  • l’intensité des usages qui correspond à la fréquence des usages des différentes fonctions identifiées (usage quotidien, régulier, occasionnel, rare).

L’analyse statistique des variables associées à chacune de ces dimensions a permis d’identifier quatre profils d’usagers bien distincts, illustrés sur le graphique ci-dessous.

Graphique : les profils d’usagers du mobile dans l’informel de Dakar

Sur le premier axe du graphique on distingue nettement l’opposition entre les « usagers simples » du mobile et les « entrepreneurs digitaux de l’informel ». Les entrepreneurs du premier groupe ne disposent que très rarement d’un smartphone (moins d’un sur quatre) et n’utilisent que très peu leur mobile pour des fins professionnelles. A l’opposé, les « entrepreneurs digitaux » ont des usages extrêmement avancés et intensifs de leur mobile dans le cadre de leur activité. Pour ce faire, ils disposent tous d’un portable tactile ou d’un smartphone. Près des deux tiers d’entre eux vont même jusqu’à promouvoir leur activité et vendre leurs biens et services sur internet.

En position intermédiaire en termes d’intensité et de diversité des usages, nous identifions les « entrepreneurs réseauteurs » et les « entrepreneurs connectés », qui s’opposent sur le second axe du graphique. Les premiers sont particulièrement dynamiques en ce qui concerne la coordination avec leurs clients, fournisseurs et leurs partenaires. Autrement dit, ils utilisent leur téléphone quotidiennement pour communiquer, en one-to-one, par voix ou par écrit, avec leurs interlocuteurs professionnels. Les entrepreneurs connectés sont largement équipés en téléphones tactiles. Ils se distinguent surtout par l’utilisation d’internet à des fins professionnelles : 90% d’entre eux l’utilisent pour s’informer, vendre et promouvoir leur activité. A cet effet, leurs usages de Facebook et de WhatsApp sont particulièrement développés.

La téléphonie mobile au secours des gazelles ?  

Pour conclure, ces premiers résultats apportent finalement quelques éléments de réponse concernant l’articulation entre usages du mobile et performances des micro et petites entreprises informelles dans un contexte africain. Lorsque l’on croise nos deux typologies (tableau 1), on observe une forte polarisation avec d’un côté des usagers simples très représentés au sein de l’informel de survie et, de l’autre, des entrepreneurs digitaux qui se retrouvent principalement parmi les top performers.

Tableau 1 : profils d’usagers et segments de l’informel[6]

Cela suggère donc que tout le monde ne bénéficie pas de la même façon du potentiel que représente le téléphone mobile, ne serait-ce que parce que des barrières existent dans la capacité d’adoption des différentes fonctions offertes par ce dernier (financière – accès au smartphone -; cognitive – maîtrise des savoirs et compétences pour l’utiliser pleinement-). Ensuite, les usages du mobile sont plus contrastés parmi les gazelles. On retrouve chez nos jeunes gazelles inexpérimentées, marquées par leur jeunesse et leur relatif haut niveau d’éducation, autant d’entrepreneurs connectés que d’entrepreneurs digitaux. Et du côté des gazelles expérimentées il n’est pas non plus surprenant que le profil des entrepreneurs réseauteurs y apparaissent plus souvent compte tenu de leur insertion plus avancée sur le marché. Mais il n’en demeure pas moins que ces gazelles souffrent de performances économiques qui les éloignent nettement des top performers. Preuve s’il en faut que le mobile à lui seul ne fournit pas de solutions miracles pour accroître les performances économiques des entreprises de l’informel.

Ainsi, la capacité des technologies mobiles à permettre aux « gazelles » de surmonter les obstacles à leur développement reste à interroger, tant au regard des contraintes externes que ces entreprises doivent affronter qu’au niveau de l’(in)adaptation des services mobiles proposés dans le contexte spécifique de leur activité. Des travaux complémentaires en cours cherchent à répondre à ces interrogations.

[1] GSMA, 2017, “The Mobile Economy. Sub-Saharan Africa 2017” [https://www.gsma.com/mobileeconomy/sub-saharan-africa-2017/]

[2] ARTP Sénégal pour le numérique et Recensement Général des Entreprises (ANSD, 2017) pour le poids de l’informel.

[3] Sont considérées comme informelles, les unités de productions non enregistrées et/ou dépourvues de comptabilité formelle écrite respectant les normes du système comptable ouest africain (SYSCOA).

[4] Grimm, M., Knorringa, P. et Lay, J. 2012. “Constrained gazelles: High potentials in West Africa’s informal economy.” World Development, n°40(7), pp. 1352-1368.

[5] Pour une présentation détaillée, voir notre état de l’art sur le sujet : https://recherche.orange.com/les-petites-entreprises-informelles-africaines-au-defi-des-technologies-numeriques/.

[6] Ce tableau présente de manière simplifiée et schématique les résultats d’un test de Khi2 par case. Le signe + traduit le fait qu’une case est statistiquement significativement surreprésentée (seuil à 5%).

Samir Amin, économiste du Sud (1931 – 2018)

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Samir Amin, l’économiste incontournable pour qui s’intéresse aux pays du Sud, nous a quittés en août 2018. J’ai eu le privilège de le rencontrer pour la première fois en 1986 à Ouagadougou, lors d’un colloque d’économistes au cours duquel nous avions été reçus par Thomas Sankara, alors Président du Burkina Faso.

Pour moi, Samir Amin est le parangon de l’analyse du sous-développement en termes d’exploitation. Pour la majorité des économistes néoclassiques ou structuralistes du développement, le sous-développement du Tiers Monde s’expliquait par des causes internes. Pour les premiers, il s’agissait principalement d’une insuffisance de capital ; pour les seconds, le dualisme sociétal, caractérisé par la coexistence d’un secteur traditionnel et d’un secteur moderne, bloquait le processus de développement. L’aide extérieure, un effort d’investissement important dans tous les domaines, les transferts de technologies et de savoir-faire,… devaient permettre d’accéder au développement et de rattraper, à terme, les pays du Nord.

Samir Amin fait partie des économistes qui ont remis en cause cette vision politiquement neutre des causes du sous-développement. Pour lui, c’est le développement du capitalisme dans les pays du Nord (du centre) qui serait à l’origine et qui maintiendrait le Sud (la périphérie) dans un état de sous-développement, par le biais de l’échange inégal. Dans un tel contexte, le seul moyen pour les pays du Sud d’accéder au développement, dont il s’agit de redéfinir le contenu, serait la déconnexion avec le système capitaliste mondial. Bien entendu, cette stratégie ne pouvait être efficace que dans le cadre de grands ensembles impliquant l’intégration régionale.

L’analyse de Samir Amin a le mérite de la simplicité. A travers l’opposition centre-périphérie, elle a permis d’éclairer les évolutions des trajectoires des différents pays sous un angle ouvrant la voie à d’autres analyses hétérodoxes du fonctionnement de notre monde.

Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?

Boubacar Haïdara, chercheur associé à LAM

« Cartes sur table », le programme hebdomadaire que Ras Bath présente le mardi, de 21 heures à minuit, sur la radio « Renouveau Fm », diffusée en bamanankan[1], est l’un des plus écoutés au Mali. Parmi les abonnés à l’émission, on trouve de nombreux jeunes Maliens désœuvrés, en manque de tout (d’éducation, d’emplois, d’avenir), qui s’abreuvent de ses discours et voient en lui le « Guide »[2] de leur révolution, celle qu’ils préparent au Mali.

Ras Bath, de son vrai nom Mohamed Youssouf Bathily, qui se présente lui-même comme « le fruit d’une faillite du politique et de la société civile »[3], reproche à la jeunesse malienne sa grande passiveté et le fait de s’être résignée à se laisser faire. Le rôle qu’il s’est attribué, à travers son programme radiophonique, n’est pas uniquement à but d’information, mais consiste surtout à provoquer chez son auditoire une prise de conscience, d’où le slogan « choquer pour éduquer » qu’il a fait sien. Il s’attèle à éveiller les consciences à travers la dénonciation d’actes de corruption et d’abus de pouvoir.

Ras Bath rompt totalement avec cette tradition essentielle et fortement ancrée dans la société malienne, qui impose aux plus jeunes le respect des anciens, qu’il n’hésite pas à qualifier de voleurs, corrompus, incompétents[4] … Sa conception de la bonne gouvernance va au-delà de la lutte, pourtant prioritaire pour lui, contre la corruption et l’enrichissement illicite. « Elle touche au développement socio-économique, à la responsabilité régalienne de l’État à assurer un cadre de vie décent et à l’accès aux services sociaux de base »[5]. Seul problème, s’il critique beaucoup les actions des gouvernants, il formule très peu (ou pas) de propositions ou solutions alternatives aux faits qu’il dénonce, chose qui lui est souvent reprochée. Toutefois, ses diatribes gagnent d’autant plus en crédibilité et impartialité que son père, Mohamed Aly Bathily[6], fut ministre dans les différents gouvernements d’Ibrahim Boubacar Kéita (connu par ses initiales IBK), le président de la république en exercice.

Chacune de ses émissions donne lieu à des révélations fracassantes, qu’il justifie toujours par des preuves, de telle sorte que son auditoire s’est aujourd’hui étendu à toutes les couches de la société. La gravité des faits qu’il dénonce – qui ne donnent lieu ni à démenti de la part des personnes accusées, ni à poursuite judiciaire à son encontre – conforte sa notoriété et instaure une certitude au sein de la société : celle qu’il dit la vérité et qu’il dispose certainement de personnes ressources – autrement dit d’informateurs, un peu partout au sein des structures administratives – qui trouveraient peut-être un intérêt à la fragilisation du pouvoir.

Ses préoccupations consistant à vouloir conscientiser la jeunesse malienne semblent apparemment avoir en partie porté leurs fruits. Fort de son important pouvoir de mobilisation, Ras Bath apparait indiscutablement comme le principal artisan de l’abandon par le gouvernement du projet controversé de réforme constitutionnelle. C’est la jeunesse malienne qui, sous l’impulsion de la plateforme[7] « An tè A Bana ! Touche pas à ma constitution », est parvenue à bout de ce projet en 2017.

Les tentatives de musellement de Ras Bath

Le 16 août 2016, Ras Bath est mis aux arrêts pour cause de « déclarations qui offensent la pudeur »[8]. Pendant que les agents venus l’appréhender le conduisaient au Camp I de Bamako, il eut le temps de publier un message sur son compte Facebook : « Au moment où je publie ces notes, je devrais être en route pour la radio, mais malheureusement, je suis en route pour le camp I… Des militaires sont venus… Votre émission « Cartes sur table » n’aura pas lieu ce soir ou n’aura plus jamais lieu ».

Son arrestation a été perçue comme une tentative de musellement. Son message posté sur le réseau social fut suffisant pour déclencher une émeute à Bamako, sur la rive gauche du fleuve Niger, précisément dans le quartier de Sébénicoro où se trouve la résidence du président IBK. Le jour de sa comparution, le tribunal de la commune IV du district de Bamako a été pris d’assaut par une foule immense exigeant sa libération immédiate. Les manifestants commirent de multiples dégradations aux abords des lieux et allèrent jusqu’à incendier le tribunal. Un manifestant fut tué et une dizaine d’autres furent blessés. Le lendemain, soit deux jours après son arrestation, les autorités se voyaient contraintes de le libérer. Sa popularité n’a dès lors cessé de croitre, ainsi qu’en témoignent les importants mouvements de foule qui se forment à chacun de ses déplacements, comme s’il s’agissait d’un président.

Suite à une de ses émissions polémiques, en 2017, une décision de justice du tribunal de la commune IV avait condamné l’activiste à un an d’emprisonnement ferme et 100 000 FCFA (152 euros) d’amende pour « incitation à la désobéissance des troupes en temps de guerre ». Ras Bath avait alors dénoncé les mauvaises conditions matérielles dans lesquelles les militaires maliens se trouvaient au front ; il faisait aussi état du « détournement de leurs primes » par la hiérarchie. Pourtant, compte tenu de la mobilisation de ses partisans contre la peine prononcée, et des grandes manifestations organisées à cet effet, le tribunal préféra renoncer à l’incarcération de Ras Bath. Ces démêlés avec la justice ont, à n’en pas douter, largement contribué à hisser Ras Bath au rang d’icône de la société civile malienne.

« Tout sauf IBK »

Celui-ci se présente aujourd’hui comme l’épine dans le pied d’IBK, dans la perspective de sa réélection, à la présidentielle de juillet 2018. L’opposition l’a bien compris et use de tous les stratagèmes pour s’assurer du soutien du « Guide de la révolution » malienne. En témoignent sa présence et sa prise de parole lors de l’investiture du chef de file de l’opposition malienne et candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Soumaïla Cissé, dans un stade du 26 mars plein à craquer. L’annonce de la présence de Ras Bath à cette investiture a clairement contribué à la réussite de l’évènement, en termes d’affluence.

Mohamed Youssouf Bathily et le mouvement qu’il préside, le Comité de défense de la République (CDR), comptent bien soutenir un candidat en juillet 2018. Si le choix pour ce dernier ne s’est pas encore clairement exprimé, ils sont néanmoins explicitement engagés dans une démarche du « Tout sauf IBK ». Selon eux, son bilan montre qu’il a échoué à tous égards. C’est donc précisément en cette période pré-électorale que Ras Bath entre sérieusement en jeu, et de plain-pied dans l’arène politique ; et le procédé qui est le sien en rappelle un autre, identique, observé pendant l’élection présidentielle de 2013 remportée par IBK.

L’attitude de Ras Bath et du CDR sur la scène politique, une impression de déjà-vu

On se rappelle que pendant la présidentielle de 2013, le mouvement islamique « Sabati 2012 » avait œuvré à la mobilisation des masses musulmanes en faveur de son candidat. Ce mouvement, dont le président Moussa Boubacar Bah est membre du bureau exécutif du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), est une émanation de l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA), affiliée au HCIM, dont le siège est situé dans les locaux de ce dernier.

Une liste de revendications, constituant « les conditions à remplir pour obtenir le soutien des musulmans maliens », avait été remise aux vingt-sept candidats à la présidentielle de 2013. Ceux-ci avaient tous bien compris, dans le contexte qui prévalait, qu’il leur serait difficile d’accéder à la magistrature suprême sans l’aide de personnages charismatiques, écoutés et influents, parmi lesquels on compte les élites musulmanes. Plusieurs d’entre eux ont été reçus au siège de « Sabati 2012 » et ont accepté de se soumettre à un ‘’grand oral’’. Le procédé était le suivant : quand un candidat était reçu, le président de « Sabati 2012 » prenait en premier lieu la parole afin d’expliquer à l’hôte les raisons de la création du mouvement et ses aspirations. Le candidat, à son tour, était invité à exposer les raisons de sa candidature et à détailler son programme. En dernier lieu, la parole était accordée à l’auditoire, qui pouvait interpeller directement le candidat. Au terme des interpellations des candidats, « Sabati 2012 » appela les musulmans maliens à voter en faveur d’Ibrahim Boubacar Kéita, et alla jusqu’à faire campagne pour lui dans les mosquées.

A la manière de « Sabati 2012 », en 2013, le CDR a tenu le week-end du 24 mars 2018 son congrès au « Carrefour des Jeunes » à Bamako, afin de décider des directives à suivre pour l’échéance électorale de juillet 2018. La plupart des leaders[9] de l’opposition, parmi lesquels le principal opposant à IBK, Soumaïla Cissé, étaient présents. À l’issue de cette rencontre, le CDR a décidé de ne pas formuler de candidature, mais de soutenir le candidat qui adhérera aux valeurs et répondra aux critères définis par le mouvement. « Le choix sera fait en fonction du degré de la vision partagée entre le CDR et le candidat ». Tous sont désormais avertis : Ras Bath et le CDR ne placent plus leur « espoir sur le président de la République mais en la capacité du peuple à surveiller le président ».

Le CDR participe désormais de ces organisations de la société civile pleinement investies dans le champ politique, avec pour ambition d’impliquer les citoyens dans les choix et l’application des orientations politiques. Il s’est fixé pour objectif d’exercer le pouvoir sans le prendre et, à cet effet, affirme travailler à une plateforme de propositions qu’il désigne sous le terme de « Manifeste pour le renforcement de la démocratie au Mali ». Il s’agit d’une liste de propositions qui sera portée à l’attention des seuls candidats aspirant à l’alternance. Parmi ceux-ci, le CDR, sûr de son pouvoir de mobilisation, annonce qu’il en sélectionnera un qu’il soutiendra et fera élire à la magistrature suprême. Continuer la lecture de Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?

Démographie africaine et migrations : entre alarmisme et déni

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Christian Bouquet, Université Bordeaux Montaigne

Il en est des chiffres de la population comme de ceux de l’abstention dans un scrutin démocratique : on peut leur faire dire ce que l’on veut entendre. Sur la démographie africaine, le spectre est très large entre ceux qui agitent l’épouvantail de la « croissance exponentielle » et ceux qui se réjouissent de toute cette jeunesse, symbole des dynamiques à venir. Dans ce débat, la voie du chercheur est étroite.

Des statistiques problématiques, mais qui vont toutes dans le même sens

Naturellement, on pourrait s’en sortir par défaut, en soulignant que la plupart des statistiques africaines sont contestables en raison des difficultés rencontrées dans nombre de pays pour conduire des enquêtes crédibles.

Il n’empêche que même les fourchettes basses sont élevées, et les courbes de croissance – minimales, maximales et médianes – toujours fortement ascendantes. Selon The World Population Prospects : The 2017 Revision, émanant du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, l’Afrique compte 1,256 milliard d’habitants, contre 640 millions en 1990. Sa population a donc doublé en un quart de siècle.

Si l’on ne retient que les chiffres essentiels, on note que son taux moyen de fécondité est de 4,7 enfants par femme (contre 2,2 en Asie et 2,1 en Amérique latine). Mais il atteint 7,4 au Niger – ce qu’avait bien lu Emmanuel Macron – ou encore 6,6 en Somalie et 6,3 au Mali. La pyramide des âges affiche une base très évasée, puisque 60 % des Africains ont moins de 25 ans. À ce rythme, on estime que l’Afrique comptera 1,704 milliard d’habitants en 2030, 2,528 milliards en 2050 et 4,468 milliards en 2100. Soit à cet horizon 40 % de la population mondiale, contre 17 % en 2017.

Le courage des précurseurs

Toutes ces données sont connues et généralement admises, mais elles ont souvent été enfouies dans le non-dit parce qu’elles génèrent un malaise dans les opinions publiques, et plus particulièrement dans les milieux scientifiques. Il a donc fallu beaucoup de patience et un certain courage à quelques auteurs, et notamment – surtout ? – en France, pour commencer à tirer la sonnette d’alarme malgré la réprobation de nombre de chercheurs.

L’un de ces précurseurs, Jean‑Pierre Guengant, résumait très bien la controverse dans un article de 2011 cosigné avec le démographe belge de la Banque mondiale John F. May :

« Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les néo-malthusiens et les développementistes se sont violemment opposés, surtout dans les années 1960 et 1970. Les premiers présentaient le contrôle des naissances comme une condition indispensable au développement des pays qualifiés alors de “sous-développés”. Pour les seconds, seules des politiques vigoureuses en faveur du développement pouvaient permettre aux pays du Sud de sortir de leur situation, le développement socio-économique entraînant la réduction de leur fécondité, d’où le slogan “le développement est le meilleur contraceptif” ».

On se souvient des critiques récurrentes formulées – notamment en Europe – contre le Population Council, créé par John D. Rockefeller III en 1952 et financé par sa fondation, dans le but plus ou moins avoué d’encourager la contraception dans les pays « sous-développés ».

Parallèlement, les chercheurs et les politiques adoptaient, selon Stephen Smith (La Ruée vers l’Europe, Grasset, 2017, p. 61), trois types d’attitude dans la seconde moitié du XXe siècle : ce qu’il appelle avec bienveillance « l’inattention » (très peu d’études étaient consacrées au lien entre démographie et pauvreté au sud du Sahara), mais aussi le déni, et enfin la maladresse (wealth in people, la population est une richesse).

« Dans la chambre à coucher… »

Ces réactions demeurent d’actualité, ainsi qu’on a pu le constater lorsque Emmanuel Macron a déclaré, en marge du Sommet du G20 en juillet 2017 :

« Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Outre les commentaires indignés de ses opposants traditionnels, il s’attira les foudres d’Angélique Kidjo :

« Moi ça ne m’intéresse pas qu’un Président, d’où qu’il vienne, dise à des millions [d’Africains] ce qu’ils doivent faire dans leur chambre à coucher ». (TV5 Monde, 10 septembre 2017).

De la part de l’ambassadrice de l’UNICEF, cette déclaration montrait bien à quel point l’incompréhension demeurait grave sur les enjeux démographiques africains. En même temps, on pouvait comprendre que la crainte de la stigmatisation ait pu peser sur bon nombre d’auteurs soucieux de ne pas trop se marginaliser par rapport au mainstream.

Une série de malentendus

En fait, le premier grand malentendu porte sur la réalité de la transition démographique, dont le moins qu’on puisse dire concernant l’Afrique subsaharienne est qu’elle demeure inachevée, bloquée en fin d’étape 2, avec des taux de natalité qui ne baissent que très lentement.

Influencés (ou non) par les recommandations du Population Council, certains pays avaient pris conscience de la nécessité de mettre en place des politiques de planning familial, parfois assez tôt comme le Kenya (1967) et le Ghana (1970), parfois avec un peu de retard comme le Sénégal et le Nigeria (1988). Mais la plupart de ces campagnes de sensibilisation échouèrent face aux résistances des milieux religieux et faute de moyens, notamment lorsque les programmes d’ajustement structurels asséchèrent les budgets de la santé et de l’éducation.

Le second grand malentendu porte sur la notion de dividende démographique, que les opinions publiques associent souvent à un bénéfice garanti dès lors que la population dite active (comprise entre 20 et 65 ans) est plus nombreuse que la population dite dépendante (moins de 20 ans et plus de 65 ans). C’est évidemment le cas en Afrique, mais la situation est piégeuse.

Dans son ouvrage cité, Stephen Smith évoque Jean‑Michel Severino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010) et Serge Michaïlof (Africanistan, Fayard, 2015) qui, dit-il:

« ont vaillamment abordé la pyramide africaine des âges, le premier par l’adret, avec l’espoir que le continent bénéficiera d’un dividende démographique quand ses nombreux jeunes auront trouvé un travail rémunéré et le second par l’ubac, dans la crainte que cela n’arrive pas de sitôt et que l’Afrique en crise ne se retrouve dans nos banlieues. »

Il aurait dû ajouter à propos du dividende démographique : du travail dans le secteur formel.

Pour que les 30 millions de jeunes Africains qui arrivent chaque année sur le marché du travail rendent le dividende démographique bénéficiaire, il faudrait créer autant d’emplois dans le secteur formel, soit 30 millions par an d’ici à 2035. Pourquoi sommes-nous aussi sûrs de ces chiffres ? Parce que ces jeunes ne relèvent pas de la virtualité des projections démographiques : ils sont déjà nés.

Certes, on peut y croire, comme la Banque africaine de développement (BAD) ou l’Institut allemand du développement (DIE), qui pensent qu’un chiffre de l’ordre de 20 millions d’emplois créés annuellement est tenable. Mais on peut aussi en douter, ne serait-ce que parce que nulle amorce de ce processus n’est actuellement visible dans le paysage économique africain, qui continue à être largement dominé par l’informel. Alors la tentation de la migration risque d’être forte.

L’inévitable soupape migratoire

L’hypothèse de la soupape migratoire a longtemps été considérée comme inutilement alarmiste, et les auteurs qui osaient en parler à la fin du XXe siècle restaient très prudents. Jean‑Pierre Guengant lui-même soulignait, dès 2002, que la conjugaison « des arrivées massives sur le marché de l’emploi des pays du Sud, qui ne seront pas capables de les absorber, des facilités de déplacement, des informations sur les lieux de destination, etc. » conduirait inévitablement à des migrations internationales. Mais il restait sur le terrain du « développement » et ne se hasardait pas (encore) sur celui de la démographie.

En 2015 (Africanistan), Serge Michaïlof s’est affranchi du déni, au risque de la provocation affichée dans son sous-titre (« L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? »). En reprenant les courbes de la démographie africaine, il rappelait que si l’on ne faisait rien, au plan de la démographie et du développement, on s’exposerait aux migrations massives vers l’Europe. Surfant entre les tabous, son ouvrage illustrait l’étroitesse du chemin qui s’ouvre actuellement aux chercheurs, parce que son argumentaire pouvait servir – bien involontairement – la cause de l’extrême droite.

Dans son dernier essai (La Ruée vers l’Europe, 2017), fort bien documenté et solidement argumenté, Stephen Smith va encore plus loin. L’ancien journaliste de Libération et du Monde, actuellement enseignant-chercheur à Duke University (États-Unis), affiche les chiffres cités supra (l’Afrique comptera 2 milliards d’habitants en 2050) et établit un parallèle avec la situation européenne au XIXe siècle : entre 1850 et 1914, alors que la population de l’Europe passait de 200 à 300 millions, plus de 60 millions d’Européens migraient vers les États-Unis (43 millions), l’Amérique latine (11 millions), l’Australie (3,5 millions) et l’Afrique du Sud (1 million).

Sur cette base, Stephen Smith fait l’hypothèse qu’une vague migratoire analogue entre l’Afrique et l’Europe pourrait atteindre des proportions telles qu’on compterait 150 à 200 millions d’Afro-Européens en 2050. Pour lui, ce mouvement massif de population ne serait donc pas un événement exceptionnel dans l’histoire du monde : il suffit juste de ne pas rejeter l’hypothèse a priori, au motif que celle-ci risque d’être brandie comme un épouvantail par les populistes européens.

Dans un débat publié en février par L’Obs, Stephen Smith était d’ailleurs interpellé sur ce sujet par Michel Agier en ces termes : « À qui faites-vous signe en écrivant cela ? À qui faites-vous peur ? »

« Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique »

Tout est dit dans ces deux questions. Faut-il alors avoir peur d’écrire, ou bien faut-il passer sous silence des données qu’on regrettera peut-être, dans dix ou quinze ans, d’avoir occultées ? Faut-il négliger ce sondage Gallup (2016) indiquant que 42 % des Africains âgés de 15 à 24 ans (et 32 % des diplômés du supérieur) déclaraient vouloir émigrer ? En intitulant sa chronique du 8 février 2018 dans Le Monde : « Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique », Alain Frachon a pris bien soin d’ajouter : « que nous le voulions ou non ».

Il semble de plus en plus clair que les opinions publiques européennes « ne le veulent pas », si l’on en juge par les résultats des élections les plus récentes en Italie, en Pologne, en Grande Bretagne, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie. « La crise migratoire a retourné l’opinion publique européenne », écrit Sylvie Kauffmann (Le Monde), dans sa chronique du 7 mars 2018. Et elle insiste un mois plus tard : « La droite identitaire devient mainstream. Elle évince la droite classique, et pas seulement en Europe centrale » (4 avril 2018).

Traiter l’immigration africaine en Europe à sa juste dimension

Pour autant, les chercheurs qui ne partagent pas cette idéologie de rejet doivent-ils laisser le champ libre aux auteurs qui ont théorisé cette « menace migratoire », s’inscrivant dans la filiation de Jean Raspail, dont Le Camp des Saints (Robert Laffont, 1973) était devenu le livre de chevet de Steve Bannon, l’ex-conseiller anti-immigration de Donald Trump ? Nous avons laissé passer Bat Yé’or (Eurabia, Godefroy, 2006) et Renaud Camus (Le Grand Remplacement, Chez l’auteur, 2011) sans opposer de contre-feu digne de la recherche universitaire française en sciences sociales.

En 1991 pourtant, Jean‑Christophe Rufin – au-dessus de tout soupçon dans le présent débat – nous avait prévenus dans L’Empire et les nouveaux barbares : un nouveau limes était insidieusement en train de se dresser entre un Nord trop riche et un Sud trop pauvre. En 2001, il avait insisté dans la nouvelle édition de son livre prémonitoire sur la nécessité de regarder les choses en face. Mais, là encore, nous avions préféré regarder ailleurs.

Ainsi la démographie africaine doit-elle être abordée dans sa profondeur et dans son intégralité, sans tabou, en rappelant que deux des plus grandes puissances mondiales actuelles ne le seraient sans doute pas aujourd’hui si elles n’avaient pas conduit, en temps utile, des politiques de population drastiques.

The ConversationDe même, l’immigration africaine en Europe doit être traitée à sa juste dimension, en tenant compte à la fois de tous les paramètres chiffrés qui la sous-tendent, des obligations humanitaires qui sont celles des pays d’accueil, et des équilibres socio-économiques qu’il conviendra d’ajuster sans passion. Donc en évitant l’alarmisme et le déni, et sans craindre « l’approbation venue du mauvais côté », pointée par Hans-Magnus Enzensberger (Culture et mise en condition, Le Goût des idées, 2012) à propos des schémas totalitaires de la pensée.

Christian Bouquet, Chercheur au LAM (Sciences-Po Bordeaux), professeur émérite de géographie politique, Université Bordeaux Montaigne

DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []