Archives par mot-clé : Sénégal

Casamance : la stratégie de l’araignée

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM, CNRS-Sciences Po Bordeaux)

Hommage au réalisateur italien Bernardo Bertolucci, qui vient de nous quitter, ce titre de film pourrait s’appliquer à la stratégie non dite de l’Etat sénégalais dans l’interminable conflit de Casamance : 36 ans en décembre prochain. Après l’échec initial d’une solution purement militaire, le rapport de forces n’a en effet cessé d’évoluer ces vingt dernières années en faveur du gouvernement sénégalais, qui a patiemment tissé sa toile, combinant divers registres de la répression et de la séduction. Jusqu’à paraître céder récemment à la tentation d’en finir par la force avec une rébellion indépendantiste qui n’a jamais paru aussi faible. Une tentation qui s’inscrit dans une double perspective, militaire et politique : l’évolution du rapport de forces dans le conflit et les échéances électorales au Sénégal (élection présidentielle de février-mars 2019), qui peuvent inciter le pouvoir en place à chercher à marquer des points dans l’opinion. L’étau s’est en effet resserré depuis le début de l’année autour des différents groupes de maquisards.

C’est vrai au sud de la Casamance où, imprudemment négociés par les chefs maquisards ces dernières années, la réalisation d’infrastructures routières par les Américains (routes et pistes de production), voire le déminage, menaçaient déjà la sécurité des positions rebelles. En ce début d’année 2018, prenant prétexte d’un massacre de coupeurs de bois attribué aussitôt au MFDC (Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance), l’armée a franchi le pas en investissant la zone, conquérant ou reconquérant de nombreuses positions rebelles. Et, même si les maquisards peuvent toujours se replier en Guinée-Bissau, il y a longtemps qu’ils n’y trouvent plus les soutiens qu’ils y trouvaient dans les années 1990, lorsque Bissau les instrumentalisait dans un litige territorial avec Dakar. L’annonce officielle d’une reprise du déminage va dans le même sens : déminer autour des bases rebelles revient à les livrer à l’armée sénégalaise. Ce que ne peuvent accepter les chefs maquisards, dont certains ont déjà, par le passé, agité la menace d’une « ligne rouge » à ne pas franchir : des démineurs en avaient fait les frais, enlevés et retenus plusieurs mois par les rebelles. C’est pourquoi toute tentative de reprise du déminage peut aujourd’hui apparaître comme une provocation.

Mais l’étau s’est aussi resserré au nord de la Casamance, le long de la frontière gambienne. En début d’année, sous couvert de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), l’armée sénégalaise a largement contribué à éliminer le régime dictatorial de Banjul, qui s’appuyait sur des éléments du MFDC pour sa sécurité intérieure comme extérieure, en échange de la protection et du soutien qu’il leur accordait[1]. Conséquence : privés de positions de repli et de sources de ravitaillement, les maquis de la zone sont désormais pris en tenaille par les forces sénégalaises. Et rien n’interdit de penser qu’un scénario du même type qu’au sud y est envisagé : plusieurs projets (exploitation minière littorale) ou réalisations (usine de farine de poisson) auxquels s’oppose une partie de la population, avec le soutien de la rébellion, pourraient servir de prétextes à une intervention militaire contre les derniers bastions rebelles.

Cette tentation d’un retour à une solution militaire pour hâter la fin de la rébellion, si elle se confirme, peut apparaître comme l’aboutissement d’une stratégie non dite de l’Etat sénégalais depuis les années 1990. En dépit du discours officiel, tout s’est passé comme si Dakar n’avait eu d’autre objectif que d’affaiblir suffisamment la rébellion par tous les moyens pour ne pas avoir à négocier avec elle. Cette stratégie du pourrissement a été rendue possible par une armée de plus en plus expérimentée et de mieux en mieux équipée par les alliés du Sénégal (France et Etats-Unis pour l’essentiel). Elle est manifestement payante : jamais la perspective d’une indépendance n’a paru aussi éloignée. Privé de soutiens extérieurs, coupé d’une partie de sa base sociale, affaibli par ses divisions et ses exactions, et surtout par son incapacité à proposer ou accepter des compromis, le mouvement indépendantiste est moins que jamais en mesure d’imposer quoi que ce soit à une table de négociation.

On peut donc affirmer, pour conclure, que le conflit ne trouve pas d’issue parce que l’un des protagonistes est trop fort et l’autre trop faible pour négocier… Mais la stratégie gouvernementale est lourde de dangers. Avec le risque (apparemment calculé) de rebondissements à partir de micro-conflits non réglés ou réglés unilatéralement par l’Etat, comme l’ont été les conflits fonciers à l’origine de l’escalade de la violence au début des années 1980. Mais aussi avec le risque de connexions avec d’autres sources de violence à l’échelle sous-régionale (trafics de drogue, terrorisme…). C’est d’ailleurs cet enjeu sécuritaire qui sous-tend l’intérêt que la diplomatie américaine porte au conflit casamançais…

[1] Voir J.-C. Marut : « Gambie : le roi est nu ! », LAMenparle, 10  janvier 2017

Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Berrou Jean-Philippe (Economiste à LAM, CNRS, Sciences Po Bordeaux) et Kevin Mellet (Sociologue à Orange Labs, Orange Digital Society Forum)

François Combarnous (GREThA CNRS, Université de Bordeaux), Thomas Eekhout (GREThA CNRS, Université de Bordeaux) et Georges Vivien HOUNGBONON (Orange Labs) ont participé à la rédaction de cet article.

Le continent africain connaît depuis le début des années 2000 une transformation numérique sans précédent, qui modifie en profondeur le quotidien de ses populations et l’environnement des affaires. La diffusion rapide du téléphone mobile et des usages d’internet traduit un véritable saut technologique pour le continent. Le nombre d’abonnés uniques à la téléphonie mobile en Afrique est passé de quelques milliers au début des années 2000 à 420 millions en 2016, et le nombre d’utilisateurs de smartphones devrait passer de 200 millions en 2016 à 500 millions en 2020.[1]

Pour autant, cette révolution se déroule dans un contexte économique caractérisé par une prépondérance des activités informelles. Celui-ci invite dès lors à s’interroger sur les usages spécifiques du téléphone mobile par ces entrepreneurs de l’informel : quels types d’usages professionnels du mobile privilégient-ils dans le cadre de leurs activités ? Quel est l’impact de cette nouvelle technologie sur la productivité et les performances de leurs unités de production ?

C’est l’objet d’un projet de recherche ambitieux lancé en 2016 par le laboratoire « Les Afriques dans le Monde » (LAM – CNRS – Sciences Po Bordeaux), avec le soutien d’Orange Labs et dont les premiers résultats ont été présentés à Dakar lors d’un séminaire de recherche organisé récemment par l’OIT. Nous restituons ici quelques-uns de ces résultats.

Révolution numérique en contexte informel

La révolution numérique que connaît le continent africain nourrit beaucoup d’espoirs quant à ses potentielles retombées en termes de croissance, d’innovation et de changement structurel pour les économies du continent. Pour l’heure, elle s’inscrit dans un contexte économique singulier, avec des structures productives et un marché du travail dominés par l’informalité. Selon le Bureau International du Travail, près de 70 à 80 % des emplois non agricoles s’exercent dans le secteur informel, avec une prépondérance d’indépendants et de microentreprises. Partiellement conduites en dehors des règlementations publiques, ces activités informelles extrêmement hétérogènes (artisanat, réparation, restauration, petit commerce, etc.) ont connu une croissance rapide au cours des dernières décennies, en particulier en milieu urbain. Elles représenteraient aujourd’hui de 25 à 65% du PIB des économies subsahariennes selon le FMI.

Le Sénégal illustre bien cet entrelacement entre informel et numérique, avec d’une part un nombre de lignes de téléphonie mobile actives équivalent à la population du pays, et d’autre part un secteur informel qui regroupe 97% des unités de production.[2] C’est pourquoi nous avons choisi d’y réaliser, en 2017, une enquête quantitative inédite, sur échantillon représentatif de 500 entreprises du secteur informel de la région de Dakar.[3] Cette enquête a permis notamment de reconstituer de manière détaillée le chiffre d’affaires, la main d’œuvre et le capital d’entreprises dépourvues de comptabilité formelle. Les enquêtés ont par ailleurs été interrogés longuement sur leur équipement et leurs usages en matière de téléphonie et d’internet. En plus du questionnaire administré à ces 500 entreprises, des entretiens qualitatifs individuels et collectifs (focus groups) ont également été menés auprès d’une cinquantaine d’entre elles. Les premières analyses nous ont permis d’identifier et de caractériser les différents segments du secteur informel dakarois et les différents profils d’usages du mobile par les entrepreneurs de l’informel.

Entre informel de survie et « top performers », des gazelles au potentiel non exploité ?

Une première analyse statistique, centrée sur les caractéristiques des entrepreneurs et des établissements, nous a permis de mettre en évidence la grande hétérogénéité du secteur informel dakarois. Plus spécifiquement, quatre segments d’unités de production informelles ont été identifiés.

Une première distinction oppose très clairement le « petit informel de survie » (29 % de l’échantillon) aux « top performers » de l’informel (22 %). Le premier groupe, très présent dans la vente de produits alimentaires, est constitué majoritairement d’indépendants peu performants (en termes de chiffre d’affaire ou de rentabilité) et disposant de locaux très précaires. Le second segment regroupe des établissements de grande taille et disposant d’un niveau de capital élevé. On les retrouve surtout dans le secteur de la production. Ce sont des établissements bien établis, qui tiennent souvent une comptabilité relativement élaborée et atteignent des performances économiques élevées. Les chefs de ces établissements ne disposent pas forcément d’un niveau d’éducation élevé, mais ils ont réalisé les meilleurs scores aux tests cognitifs et de comportement entrepreneuriaux effectués dans le cadre de l’enquête.

Entre ces deux extrêmes, l’analyse statistique révèle l’existence d’un segment intermédiaire de « gazelles »[4], évoluant avec un niveau de capital comparable à celui des top performers, mais avec des niveaux de performance bien moindres. Ce segment intermédiaire se divise en deux sous-groupes. Le premier, celui des « gazelles inexpérimentées » (21%), est caractérisé par des entrepreneurs plus jeunes et moins expérimentés mais aux niveaux d’éducation élevés. Leurs activités sont plus récentes et on les retrouve souvent dans le commerce. Le second sous-groupe, celui des « gazelles matures » (28%), est constitué d’entrepreneurs plus âgés avec des activités plus stabilisées et anciennes. Si leur niveau d’éducation est plus faible, leur réussite aux tests cognitifs est élevée et leur comportement entrepreneurial est très marqué. On les retrouve le plus souvent dans les activités de services.

 

Quatre profils d’usages professionnels du mobile dans l’informel de Dakar

Nous avons mené séparément, sur notre échantillon de 500 entreprises de l’informel dakarois, une analyse statistique des usages du mobile. La diversité des usages professionnels du mobile a été appréhendée à partir de plusieurs dimensions :

  • l’équipement (téléphone GSM simple ou téléphone tactile et smartphone) ;
  • les grandes fonctions professionnelles pour lesquelles le mobile est utilisé[5]: i) coordination bilatérale (en one-to-one avec les fournisseurs, clients,  partenaires) ou multilatérale (one-to many sur internet : recherche et partage d’information, promotion et vente); ii) recours aux services de mobile money (paiement – envoi et réception d’argent – et épargne) ; iii) utilisation du mobile pour la gestion interne (comptabilité, gestion des comptes et des stocks, gestion du personnel) ;
  • la diversité des usages qui est appréhendée par le nombre d’applications et d’interfaces qu’un entrepreneur utilise (voix, messagerie instantanée, réseaux sociaux, appels vidéo, etc.).
  • l’intensité des usages qui correspond à la fréquence des usages des différentes fonctions identifiées (usage quotidien, régulier, occasionnel, rare).

L’analyse statistique des variables associées à chacune de ces dimensions a permis d’identifier quatre profils d’usagers bien distincts, illustrés sur le graphique ci-dessous.

Graphique : les profils d’usagers du mobile dans l’informel de Dakar

Sur le premier axe du graphique on distingue nettement l’opposition entre les « usagers simples » du mobile et les « entrepreneurs digitaux de l’informel ». Les entrepreneurs du premier groupe ne disposent que très rarement d’un smartphone (moins d’un sur quatre) et n’utilisent que très peu leur mobile pour des fins professionnelles. A l’opposé, les « entrepreneurs digitaux » ont des usages extrêmement avancés et intensifs de leur mobile dans le cadre de leur activité. Pour ce faire, ils disposent tous d’un portable tactile ou d’un smartphone. Près des deux tiers d’entre eux vont même jusqu’à promouvoir leur activité et vendre leurs biens et services sur internet.

En position intermédiaire en termes d’intensité et de diversité des usages, nous identifions les « entrepreneurs réseauteurs » et les « entrepreneurs connectés », qui s’opposent sur le second axe du graphique. Les premiers sont particulièrement dynamiques en ce qui concerne la coordination avec leurs clients, fournisseurs et leurs partenaires. Autrement dit, ils utilisent leur téléphone quotidiennement pour communiquer, en one-to-one, par voix ou par écrit, avec leurs interlocuteurs professionnels. Les entrepreneurs connectés sont largement équipés en téléphones tactiles. Ils se distinguent surtout par l’utilisation d’internet à des fins professionnelles : 90% d’entre eux l’utilisent pour s’informer, vendre et promouvoir leur activité. A cet effet, leurs usages de Facebook et de WhatsApp sont particulièrement développés.

La téléphonie mobile au secours des gazelles ?  

Pour conclure, ces premiers résultats apportent finalement quelques éléments de réponse concernant l’articulation entre usages du mobile et performances des micro et petites entreprises informelles dans un contexte africain. Lorsque l’on croise nos deux typologies (tableau 1), on observe une forte polarisation avec d’un côté des usagers simples très représentés au sein de l’informel de survie et, de l’autre, des entrepreneurs digitaux qui se retrouvent principalement parmi les top performers.

Tableau 1 : profils d’usagers et segments de l’informel[6]

Cela suggère donc que tout le monde ne bénéficie pas de la même façon du potentiel que représente le téléphone mobile, ne serait-ce que parce que des barrières existent dans la capacité d’adoption des différentes fonctions offertes par ce dernier (financière – accès au smartphone -; cognitive – maîtrise des savoirs et compétences pour l’utiliser pleinement-). Ensuite, les usages du mobile sont plus contrastés parmi les gazelles. On retrouve chez nos jeunes gazelles inexpérimentées, marquées par leur jeunesse et leur relatif haut niveau d’éducation, autant d’entrepreneurs connectés que d’entrepreneurs digitaux. Et du côté des gazelles expérimentées il n’est pas non plus surprenant que le profil des entrepreneurs réseauteurs y apparaissent plus souvent compte tenu de leur insertion plus avancée sur le marché. Mais il n’en demeure pas moins que ces gazelles souffrent de performances économiques qui les éloignent nettement des top performers. Preuve s’il en faut que le mobile à lui seul ne fournit pas de solutions miracles pour accroître les performances économiques des entreprises de l’informel.

Ainsi, la capacité des technologies mobiles à permettre aux « gazelles » de surmonter les obstacles à leur développement reste à interroger, tant au regard des contraintes externes que ces entreprises doivent affronter qu’au niveau de l’(in)adaptation des services mobiles proposés dans le contexte spécifique de leur activité. Des travaux complémentaires en cours cherchent à répondre à ces interrogations.

[1] GSMA, 2017, “The Mobile Economy. Sub-Saharan Africa 2017” [https://www.gsma.com/mobileeconomy/sub-saharan-africa-2017/]

[2] ARTP Sénégal pour le numérique et Recensement Général des Entreprises (ANSD, 2017) pour le poids de l’informel.

[3] Sont considérées comme informelles, les unités de productions non enregistrées et/ou dépourvues de comptabilité formelle écrite respectant les normes du système comptable ouest africain (SYSCOA).

[4] Grimm, M., Knorringa, P. et Lay, J. 2012. “Constrained gazelles: High potentials in West Africa’s informal economy.” World Development, n°40(7), pp. 1352-1368.

[5] Pour une présentation détaillée, voir notre état de l’art sur le sujet : https://recherche.orange.com/les-petites-entreprises-informelles-africaines-au-defi-des-technologies-numeriques/.

[6] Ce tableau présente de manière simplifiée et schématique les résultats d’un test de Khi2 par case. Le signe + traduit le fait qu’une case est statistiquement significativement surreprésentée (seuil à 5%).

DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []