Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?

Par Boubacar Haidara, Chercheur associé à LAM

 

Dans les lignes qui suivent, on essaye de fournir des éléments de réponse à la principale interrogation à l’origine de cette note : en sus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)[1], et de la force française Barkhane[2], respectivement fortes de 15 209 (13 289 soldats et 1 920 policiers) et 4000 membres, la création d’une structure militaire supplémentaire, dans la situation qui prévaut actuellement dans le Sahel, était-elle nécessaire ? Continuer la lecture de « Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ? »

Que fait l’armée française au Sahel ?

Par Mathieu Rigouste1 2

C’est en janvier 2013 que la France a décidé d’intervenir militairement au Mali. Près de cinq ans plus tard, l’instabilité s’est accrue dans tout le Sahel, et les groupes radicaux étendent leur influence. Si Paris renforce son pré carré et ses intérêts économiques, les peuples de la région paient le prix d’une guerre sans fin.

Continuer la lecture de « Que fait l’armée française au Sahel ? »

  1. Chercheur indépendant en sciences sociales. Auteur notamment de L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine (La Découverte, 2009​). Projet en cours autour du 11 décembre 1960 en Algérie : « Un seul héros le peuple ». []
  2. Article paru surOrient XXI. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction. []

Écrire, sensibiliser, diffuser, vendre… mais quoi ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Continuer la lecture de « Écrire, sensibiliser, diffuser, vendre… mais quoi ? Autour d’Africanistan »

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []

La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel

            Une nouvelle région est-elle née ? Une ancienne région a-t-elle été ressuscitée ? La manière dont étaient envisagées, jusque-là, les aires du Maghreb et du Sahel1 a fortement évolué ces dix dernières années. Les circulations d’idées, de biens et de personnes traversant ces deux régions les ont finalement réunies après que l’économie politique et symbolique coloniale les ait longtemps séparées, voire opposées.

            Les circulations dans l’aire maghrébo-sahélienne oscillent entre légal et illégal, formel et informel, centres et périphéries. Trop souvent traitées sur le plan normatif du droit, elles mettent surtout en mouvement les groupes sociaux et les économies qu’elles relient, influençant au passage les dynamiques internes des États comme leurs relations extérieures. Le trafic de biens illicites n’est pas la contrebande, et les mouvements transfrontaliers n’échappent pas entièrement aux États ; la régionalisation des échanges entre Maghreb et Sahel se déroule, au contraire, à partir des opportunités créées par les frontières et l’absence de régionalisme renvoie aux stratégies de concentration des groupes dominant les appareils d’Etat (Bach, 2003). Continuer la lecture de « La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel »

  1. Il sera question, ici, du Sahel car les circulations  évoquées excèdent l’espace saharien stricto-sensu. []