Archives par mot-clé : Nigeria

Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques

Décidemment, la surprise en politique reste difficile à intégrer à l’analyse. Ni les chercheurs ni les médias n’ont vu venir l’évènement le plus improbable de l’histoire politique récente du Nigeria : la victoire du principal parti d’opposition, le All Progressive Congress (APC) emmené par Muhammad Buhari, contre le président sortant Goodluck Jonathan et le parti présidentiel (le People’s Democratic Party, PDP) au pouvoir depuis 1999. L’APC l’a emporté avec 15,4 millions de voix (53,9% des voix) contre 12,8 millions de voix pour le PDP (44,9%). Au Nigeria, alors que les sondages des derniers mois donnaient les résultats les plus contradictoires, de nombreux commentaires affirmaient que Jonathan ne pouvait pas gagner les élections. Ayant suivi les élections présidentielles précédentes, j’avais quelques difficultés à accorder un peu de crédit à ce genre de déclarations qui prophétisent la victoire de l’opposition pour découvrir au lendemain des élections que le PDP tient toujours le pays. Si les analyses ex post vont bientôt fleurir, tentons ici de voir comment les effets de loupe médiatique grossissant à l’excès la focale sur ce qui constituerait l’essence du Nigeria – Boko Haram, une violence et une corruption endémique, la désorganisation administrative, l’opposition d’un nord islamique à un sud chrétien – ont escamoté des transformations sociales et politiques moins visibles mais plus durables du champ politique.

Les élections présidentielles de 2015 constituent peut être une énigme à trois questions. Comment un pays qui, au cours de l’année passée, a connu un conflit d’une ampleur considérable parvient à organiser une élection crédible ? Comment un pays connu pour son incapacité chronique à fournir des services de base parvient à organiser la plus grande élection par carte biométrique du monde ? Comment un ancien dictateur de 72 ans qui n’a jamais réussi à se faire élire en vient à incarner l’espoir d’une alternance démocratique ? Continuer la lecture de Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques

Boko Haram : le double jeu du président Déby ?

L’année 2015 a commencé de manière bien sinistre sur les bords du lac Tchad, où Boko Haram a massacré plusieurs centaines de civils dans la petite ville de Baga, au Nigeria, et incendié une quinzaine de villages à ses alentours. La barbarie de ces actes – sans doute le pire crime de masse commis par la milice dirigée par Abubakar Shekau – pourrait peut-être s’expliquer par le fait que Baga abritait le quartier général de la Force multinationale conjointe de sécurité (FMCS) censée combattre le banditisme et le terrorisme dans la région. Ses soldats nigériens et tchadiens l’avaient désertée quelques semaines plus tôt et les derniers militaires nigérians restés sur place n’ont guère résisté à l’assaut de Boko Haram.

Le 17 janvier, l’armée tchadienne faisait une entrée remarquée au nord du Cameroun, en accord avec les autorités de ce pays, et avec comme objectif déclaré, notamment, de reprendre Baga1. Cependant, les autorités nigérianes – jusque-là davantage préoccupées par de très prochaines élections que par la déliquescence de leur armée face au groupe djihadiste – affirmaient n’avoir pas été consultées et demandaient le respect de l’intégrité territoriale de leur pays par les forces tchadiennes. Et le 21 janvier, avec le transfert du siège de la FMCS de Baga à N’Djamena, le Tchad et son inamovible président, Idriss Déby, semblaient prendre la main dans la lutte contre Boko Haram et manifester une exemplaire solidarité envers ses deux voisins, le Cameroun et le Nigeria, dont les forces armées rencontrent les plus grandes difficultés pour maîtriser la progression des hommes de Shekau. Deux ans après avoir été le premier soutien de la France pour expulser les groupes djihadistes du nord du Mali, le président Déby semble s’ériger en irremplaçable rempart antiterroriste dans le Sahel.

À y regarder de plus près, la réalité pourrait être plus complexe. Depuis plusieurs mois, des questions contradictoires, souvent troublantes, se posent sur le rôle du Tchad dans la lutte contre Boko Haram.

Tout d’abord, il faut constater qu’en dépit de sa proximité géographique avec les zones sous contrôle de Boko Haram au Nigeria, aucune attaque n’avait, jusqu’au 13 février 20152, frappé le territoire tchadien. Pourtant, certaines zones de ses voisins, à quelques dizaines de kilomètres de la capitale tchadienne, N’Djamena, subissent des raids et attentats de Boko Haram presque au quotidien, et ce depuis près de trois ans, dans le cas du Cameroun, et encore davantage au nord-est du Nigeria. Continuer la lecture de Boko Haram : le double jeu du président Déby ?

  1. Pourtant, c’est l’armée nigériane qui a finalement repris la cité le 21 février 2015. []
  2. Boko Haram attaque pour la première fois le Tchad, La Libre Belgique, citant AFP, 13 février 2015. []

Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

Once again, Nigerians are going to the polls for the 2015 general elections scheduled to hold on February 14, 21 and 28. This is yet another milestone for Nigeria that will be celebrating 16 years of uninterrupted democracy since 1999; that is if probable disruptions in these elections do not have the barrack boys running to Aso Rock1 to take over power. In fact, Nigeria’s political history is replete with several coup d’état that saw various military regimes in power for 30 years out of the 40 years of independence between 1960 and 1999.

Transition to civilian rule indeed?

The first civilian regime lasted from 1960 to 1966, when the first coup d’état took place within a context of mutual suspicion and allegations of marginalisation based on ethnicity and regional block. The military stayed in power until 1979 when the Second Republic was ushered in under President Shagari. This regime was overthrown in 1983 by no other person than Rtd Gen. Muhamadu Buhari, who now turns out to be the major contender to the presidency in 2015 elections. He was overthrown shortly afterwards by Rtd Gen. Ibrahim B. Babangida, who attempted a transition to a civilian regime in 1993. Continuer la lecture de Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

  1. The presidential villa. []