Archives par mot-clé : migrations

Des Sri Lankais à La Réunion

Par Anthony Goreau-Ponceaud, LAM

Depuis quelques semaines, la presse réunionnaise est en émoi face à ce qui peut, pour certains, passer pour un phénomène difficilement explicable, si ce n’est tout au moins insolite. Il est vrai que d’ordinaire, lorsqu’il s’agit d’évoquer des flux de migrations illégales, les médias se focalisent plus volontiers sur l’autre région française de l’océan Indien : Mayotte. Sans doute parce que l’archipel voisine avec un des Etats parmi les plus pauvres de la planète, les Comores (au 159ème rang de l’Indice de développement humain) et que les migrations y sont très importantes. Selon le rapport de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et des apatrides), les demandes d’asile en provenance des Comores ont représenté en 2017 la majeure partie des demandes déposées (43,5 %). Les médias ont d’ailleurs progressivement fait des kwassa-kwassa, ces canots utilisés par les Comoriens pour rejoindre illégalement l’archipel, une image d’Epinal de ces flux.

Des tensions intercommunautaires à l’origine d’une immigration massive

Un phénomène aussi soudain qu’inattendu secoue donc l’île de la Réunion. Il s’agit d’une immigration en provenance d’une autre île voisine…de plus de 4 000 Km : Sri Lanka. Les faits s’égrènent sur le tableau noir du malheur : 21 mars 2018, 6 sri-lankais ont été retrouvés en mer au large de Saint-Gilles ; 11 septembre 2018, la marine sri-lankaise arrête 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination du territoire français ; 6 octobre 2018, ce sont huit Sri Lankais qui sont interceptés au large de la commune du Port (Pointe des Galets) avant d’être expulsés, via Maurice, à Sri Lanka. Comment expliquer cette situation alors même que la Réunion est classée parmi les départements français recevant le moins de demandes d’asile (selon l’OFPRA, en 2016, l’île ne recevait que deux nouvelles demandes)[1] ?

Pour le comprendre il faut rappeler que Sri Lanka, île de l’océan Indien de plus de 20 millions d’habitants, dont les trois-quarts ont pour langue maternelle le cinghalais (une langue issue du fonds indo-aryen) et le cinquième, le tamoul (langue dravidienne)[2], a été marqué par une guerre qui a opposé de juillet 1983 à mai 2009, l’armée sri-lankaise aux militants séparatistes tamouls des LTTE[3] (Liberation Tigers of Tamil Eelam). Ce conflit a eu de larges répercussions dans les logiques migratoires des Sri Lankais : terre d’immigration depuis les débuts de son histoire, le Sri Lanka est devenu progressivement, au cours des années 1970, une terre d’émigration massive. La mise en place de lois discriminantes (Sinhala only Act en 1956, faisant de la langue cingalaise la seule langue officielle au détriment des locuteurs de tamoul et donnant au bouddhisme une place prééminente dans l’État, tournant ainsi le dos à des décennies de sécularisme), a lancé sur les routes de l’exil, de manière sporadique dans un premier temps, des élites anglophones vers les pays du Commonwealth. Néanmoins, après les pogroms anti tamouls de juillet 1983, correspondant également à la montée en puissance des LTTE et à la substitution d’une idéologie de défense des droits des minorités par une idéologie de libération nationale, les flux de réfugiés et de demandeurs d’asile en direction des pays du Nord, d’Asie (Malaisie et Inde en particulier) et du Moyen-Orient sont devenus significatifs, conduisant à la formation d’une diaspora et à une diversification des profils migratoires. Comme le notent Éric Meyer et Delon Madavan : « l’émigration sri-lankaise temporaire ou durable a concerné au cours de cette période 8 % à 10 % de la population de l’île, et les diasporas principalement tamoules représentent plus d’un million de personnes si l’on compte les descendants des migrants »[4].

Une paix toute relative

Dans ce petit pays de plus de 65 600km², le conflit, selon différentes sources, aurait généré le déplacement forcé de plus de 300 000 personnes ; il y aurait 40 000 veuves de guerre dans la seule ville de Jaffna, située à la pointe nord du pays (majoritairement peuplée par les Tamouls). Selon les chiffres de l’ONU, les cinq derniers mois de la guerre auraient causé la disparition de plus de 100 000 personnes. Depuis la fin du conflit en 2009, des centaines de millions de dollars ont été investis dans la province Nord (où la communauté tamoule formait traditionnellement une majorité), mais les populations locales, pour la plupart démunies et dépossédées par le conflit, n’ont vu que de légères améliorations dans leurs vies. Au lieu d’insuffler un processus de développement inclusif et responsable en lien avec un début de réconciliation et une justice transitionnelle, le gouvernement n’a fait qu’accroître le pouvoir de l’armée. Le rôle économique de celle-ci est indéniable. Elle est l’un des plus gros propriétaires fonciers de l’île et s’est établie comme une force d’occupation permanente sur des terres spoliées aux populations civiles. En 2012, Frances Harrison recensait dans la province Nord un soldat sri-lankais pour onze citoyens[5]. Continuer la lecture de Des Sri Lankais à La Réunion

Démographie africaine et migrations : entre alarmisme et déni

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Christian Bouquet, Université Bordeaux Montaigne

Il en est des chiffres de la population comme de ceux de l’abstention dans un scrutin démocratique : on peut leur faire dire ce que l’on veut entendre. Sur la démographie africaine, le spectre est très large entre ceux qui agitent l’épouvantail de la « croissance exponentielle » et ceux qui se réjouissent de toute cette jeunesse, symbole des dynamiques à venir. Dans ce débat, la voie du chercheur est étroite.

Des statistiques problématiques, mais qui vont toutes dans le même sens

Naturellement, on pourrait s’en sortir par défaut, en soulignant que la plupart des statistiques africaines sont contestables en raison des difficultés rencontrées dans nombre de pays pour conduire des enquêtes crédibles.

Il n’empêche que même les fourchettes basses sont élevées, et les courbes de croissance – minimales, maximales et médianes – toujours fortement ascendantes. Selon The World Population Prospects : The 2017 Revision, émanant du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, l’Afrique compte 1,256 milliard d’habitants, contre 640 millions en 1990. Sa population a donc doublé en un quart de siècle.

Si l’on ne retient que les chiffres essentiels, on note que son taux moyen de fécondité est de 4,7 enfants par femme (contre 2,2 en Asie et 2,1 en Amérique latine). Mais il atteint 7,4 au Niger – ce qu’avait bien lu Emmanuel Macron – ou encore 6,6 en Somalie et 6,3 au Mali. La pyramide des âges affiche une base très évasée, puisque 60 % des Africains ont moins de 25 ans. À ce rythme, on estime que l’Afrique comptera 1,704 milliard d’habitants en 2030, 2,528 milliards en 2050 et 4,468 milliards en 2100. Soit à cet horizon 40 % de la population mondiale, contre 17 % en 2017.

Le courage des précurseurs

Toutes ces données sont connues et généralement admises, mais elles ont souvent été enfouies dans le non-dit parce qu’elles génèrent un malaise dans les opinions publiques, et plus particulièrement dans les milieux scientifiques. Il a donc fallu beaucoup de patience et un certain courage à quelques auteurs, et notamment – surtout ? – en France, pour commencer à tirer la sonnette d’alarme malgré la réprobation de nombre de chercheurs.

L’un de ces précurseurs, Jean‑Pierre Guengant, résumait très bien la controverse dans un article de 2011 cosigné avec le démographe belge de la Banque mondiale John F. May :

« Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les néo-malthusiens et les développementistes se sont violemment opposés, surtout dans les années 1960 et 1970. Les premiers présentaient le contrôle des naissances comme une condition indispensable au développement des pays qualifiés alors de “sous-développés”. Pour les seconds, seules des politiques vigoureuses en faveur du développement pouvaient permettre aux pays du Sud de sortir de leur situation, le développement socio-économique entraînant la réduction de leur fécondité, d’où le slogan “le développement est le meilleur contraceptif” ».

On se souvient des critiques récurrentes formulées – notamment en Europe – contre le Population Council, créé par John D. Rockefeller III en 1952 et financé par sa fondation, dans le but plus ou moins avoué d’encourager la contraception dans les pays « sous-développés ».

Parallèlement, les chercheurs et les politiques adoptaient, selon Stephen Smith (La Ruée vers l’Europe, Grasset, 2017, p. 61), trois types d’attitude dans la seconde moitié du XXe siècle : ce qu’il appelle avec bienveillance « l’inattention » (très peu d’études étaient consacrées au lien entre démographie et pauvreté au sud du Sahara), mais aussi le déni, et enfin la maladresse (wealth in people, la population est une richesse).

« Dans la chambre à coucher… »

Ces réactions demeurent d’actualité, ainsi qu’on a pu le constater lorsque Emmanuel Macron a déclaré, en marge du Sommet du G20 en juillet 2017 :

« Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Outre les commentaires indignés de ses opposants traditionnels, il s’attira les foudres d’Angélique Kidjo :

« Moi ça ne m’intéresse pas qu’un Président, d’où qu’il vienne, dise à des millions [d’Africains] ce qu’ils doivent faire dans leur chambre à coucher ». (TV5 Monde, 10 septembre 2017).

De la part de l’ambassadrice de l’UNICEF, cette déclaration montrait bien à quel point l’incompréhension demeurait grave sur les enjeux démographiques africains. En même temps, on pouvait comprendre que la crainte de la stigmatisation ait pu peser sur bon nombre d’auteurs soucieux de ne pas trop se marginaliser par rapport au mainstream.

Une série de malentendus

En fait, le premier grand malentendu porte sur la réalité de la transition démographique, dont le moins qu’on puisse dire concernant l’Afrique subsaharienne est qu’elle demeure inachevée, bloquée en fin d’étape 2, avec des taux de natalité qui ne baissent que très lentement.

Influencés (ou non) par les recommandations du Population Council, certains pays avaient pris conscience de la nécessité de mettre en place des politiques de planning familial, parfois assez tôt comme le Kenya (1967) et le Ghana (1970), parfois avec un peu de retard comme le Sénégal et le Nigeria (1988). Mais la plupart de ces campagnes de sensibilisation échouèrent face aux résistances des milieux religieux et faute de moyens, notamment lorsque les programmes d’ajustement structurels asséchèrent les budgets de la santé et de l’éducation.

Le second grand malentendu porte sur la notion de dividende démographique, que les opinions publiques associent souvent à un bénéfice garanti dès lors que la population dite active (comprise entre 20 et 65 ans) est plus nombreuse que la population dite dépendante (moins de 20 ans et plus de 65 ans). C’est évidemment le cas en Afrique, mais la situation est piégeuse.

Dans son ouvrage cité, Stephen Smith évoque Jean‑Michel Severino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010) et Serge Michaïlof (Africanistan, Fayard, 2015) qui, dit-il:

« ont vaillamment abordé la pyramide africaine des âges, le premier par l’adret, avec l’espoir que le continent bénéficiera d’un dividende démographique quand ses nombreux jeunes auront trouvé un travail rémunéré et le second par l’ubac, dans la crainte que cela n’arrive pas de sitôt et que l’Afrique en crise ne se retrouve dans nos banlieues. »

Il aurait dû ajouter à propos du dividende démographique : du travail dans le secteur formel.

Pour que les 30 millions de jeunes Africains qui arrivent chaque année sur le marché du travail rendent le dividende démographique bénéficiaire, il faudrait créer autant d’emplois dans le secteur formel, soit 30 millions par an d’ici à 2035. Pourquoi sommes-nous aussi sûrs de ces chiffres ? Parce que ces jeunes ne relèvent pas de la virtualité des projections démographiques : ils sont déjà nés.

Certes, on peut y croire, comme la Banque africaine de développement (BAD) ou l’Institut allemand du développement (DIE), qui pensent qu’un chiffre de l’ordre de 20 millions d’emplois créés annuellement est tenable. Mais on peut aussi en douter, ne serait-ce que parce que nulle amorce de ce processus n’est actuellement visible dans le paysage économique africain, qui continue à être largement dominé par l’informel. Alors la tentation de la migration risque d’être forte.

L’inévitable soupape migratoire

L’hypothèse de la soupape migratoire a longtemps été considérée comme inutilement alarmiste, et les auteurs qui osaient en parler à la fin du XXe siècle restaient très prudents. Jean‑Pierre Guengant lui-même soulignait, dès 2002, que la conjugaison « des arrivées massives sur le marché de l’emploi des pays du Sud, qui ne seront pas capables de les absorber, des facilités de déplacement, des informations sur les lieux de destination, etc. » conduirait inévitablement à des migrations internationales. Mais il restait sur le terrain du « développement » et ne se hasardait pas (encore) sur celui de la démographie.

En 2015 (Africanistan), Serge Michaïlof s’est affranchi du déni, au risque de la provocation affichée dans son sous-titre (« L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? »). En reprenant les courbes de la démographie africaine, il rappelait que si l’on ne faisait rien, au plan de la démographie et du développement, on s’exposerait aux migrations massives vers l’Europe. Surfant entre les tabous, son ouvrage illustrait l’étroitesse du chemin qui s’ouvre actuellement aux chercheurs, parce que son argumentaire pouvait servir – bien involontairement – la cause de l’extrême droite.

Dans son dernier essai (La Ruée vers l’Europe, 2017), fort bien documenté et solidement argumenté, Stephen Smith va encore plus loin. L’ancien journaliste de Libération et du Monde, actuellement enseignant-chercheur à Duke University (États-Unis), affiche les chiffres cités supra (l’Afrique comptera 2 milliards d’habitants en 2050) et établit un parallèle avec la situation européenne au XIXe siècle : entre 1850 et 1914, alors que la population de l’Europe passait de 200 à 300 millions, plus de 60 millions d’Européens migraient vers les États-Unis (43 millions), l’Amérique latine (11 millions), l’Australie (3,5 millions) et l’Afrique du Sud (1 million).

Sur cette base, Stephen Smith fait l’hypothèse qu’une vague migratoire analogue entre l’Afrique et l’Europe pourrait atteindre des proportions telles qu’on compterait 150 à 200 millions d’Afro-Européens en 2050. Pour lui, ce mouvement massif de population ne serait donc pas un événement exceptionnel dans l’histoire du monde : il suffit juste de ne pas rejeter l’hypothèse a priori, au motif que celle-ci risque d’être brandie comme un épouvantail par les populistes européens.

Dans un débat publié en février par L’Obs, Stephen Smith était d’ailleurs interpellé sur ce sujet par Michel Agier en ces termes : « À qui faites-vous signe en écrivant cela ? À qui faites-vous peur ? »

« Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique »

Tout est dit dans ces deux questions. Faut-il alors avoir peur d’écrire, ou bien faut-il passer sous silence des données qu’on regrettera peut-être, dans dix ou quinze ans, d’avoir occultées ? Faut-il négliger ce sondage Gallup (2016) indiquant que 42 % des Africains âgés de 15 à 24 ans (et 32 % des diplômés du supérieur) déclaraient vouloir émigrer ? En intitulant sa chronique du 8 février 2018 dans Le Monde : « Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique », Alain Frachon a pris bien soin d’ajouter : « que nous le voulions ou non ».

Il semble de plus en plus clair que les opinions publiques européennes « ne le veulent pas », si l’on en juge par les résultats des élections les plus récentes en Italie, en Pologne, en Grande Bretagne, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie. « La crise migratoire a retourné l’opinion publique européenne », écrit Sylvie Kauffmann (Le Monde), dans sa chronique du 7 mars 2018. Et elle insiste un mois plus tard : « La droite identitaire devient mainstream. Elle évince la droite classique, et pas seulement en Europe centrale » (4 avril 2018).

Traiter l’immigration africaine en Europe à sa juste dimension

Pour autant, les chercheurs qui ne partagent pas cette idéologie de rejet doivent-ils laisser le champ libre aux auteurs qui ont théorisé cette « menace migratoire », s’inscrivant dans la filiation de Jean Raspail, dont Le Camp des Saints (Robert Laffont, 1973) était devenu le livre de chevet de Steve Bannon, l’ex-conseiller anti-immigration de Donald Trump ? Nous avons laissé passer Bat Yé’or (Eurabia, Godefroy, 2006) et Renaud Camus (Le Grand Remplacement, Chez l’auteur, 2011) sans opposer de contre-feu digne de la recherche universitaire française en sciences sociales.

En 1991 pourtant, Jean‑Christophe Rufin – au-dessus de tout soupçon dans le présent débat – nous avait prévenus dans L’Empire et les nouveaux barbares : un nouveau limes était insidieusement en train de se dresser entre un Nord trop riche et un Sud trop pauvre. En 2001, il avait insisté dans la nouvelle édition de son livre prémonitoire sur la nécessité de regarder les choses en face. Mais, là encore, nous avions préféré regarder ailleurs.

Ainsi la démographie africaine doit-elle être abordée dans sa profondeur et dans son intégralité, sans tabou, en rappelant que deux des plus grandes puissances mondiales actuelles ne le seraient sans doute pas aujourd’hui si elles n’avaient pas conduit, en temps utile, des politiques de population drastiques.

The ConversationDe même, l’immigration africaine en Europe doit être traitée à sa juste dimension, en tenant compte à la fois de tous les paramètres chiffrés qui la sous-tendent, des obligations humanitaires qui sont celles des pays d’accueil, et des équilibres socio-économiques qu’il conviendra d’ajuster sans passion. Donc en évitant l’alarmisme et le déni, et sans craindre « l’approbation venue du mauvais côté », pointée par Hans-Magnus Enzensberger (Culture et mise en condition, Le Goût des idées, 2012) à propos des schémas totalitaires de la pensée.

Christian Bouquet, Chercheur au LAM (Sciences-Po Bordeaux), professeur émérite de géographie politique, Université Bordeaux Montaigne

Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe.

Salim Chena, chercheur associé à LAM

« Maroc: plus de 850 migrants entrent dans l’enclave espagnole de Ceuta ». Depuis, une quinzaine de jours, la presse rapporte la multiplication des tentatives collectives de passages de migrants subsahariens irréguliers sur le sol européen. Cette route migratoire, celle de la seule frontière terrestre entre Afrique et Europe, n’est pourtant pas nouvelle ; plus encore, ce fut par elle que le « scandale » arriva tant cette route a représenté, il y a presque vingt ans maintenant, le péril ultime menaçant l’Europe face à des « clandestins » organisés et solidaires (Laacher, 2007 ; Alioua, 2011).

En effet, au début des années 2000, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne ont lancé la politique dite d’externalisation des frontières de l’Union européenne, aujourd’hui largement banalisée au travers des hotspots. Il s’agit, en réalité, d’une gestion déterritorialisée de l’immigration et de l’asile dans laquelle le candidat est sélectionné, vetted, avant même d’entrer dans l’espace européen selon une logique à la fois utilitaire et sécuritaire (Valluy, 2009). Le Maroc fut le premier pays maghrébin à transposer juridiquement les exigences européennes – restrictives et répressives – en matière de politique migratoire dans la loi 02-03 du 11 novembre 2003 (Belguendouz, 2005)1, puis il a abrité la Conférence euro-africaine sur les migrations de 2006. A l’origine de ces inquiétudes, pour dire le moins, européennes, se trouvent les enclaves espagnoles dans le nord du Maroc : les villes de Ceuta et Mellila – considérées comme des colonies par Rabat. Puis, après les évènements de l’automne 2005, ce fut la route des Canaries – bien plus longue et dangereuse – qui se développait, puis s’est déplacée de Laayoune (Maroc) à Nouadhibou (Mauritanie) jusqu’à Saint-Louis (Sénégal). Cette nouvelle route – parmi d’autres à venir – avait donné à la jeune agence Frontex l’occasion de prouver son utilité avec les Opérations conjointes Hera – chargées de surveiller les îles Canaries et les côtes d’Afrique de l’Ouest – qui en ont finalement eu raison.

Mais, au-delà d’une conception étriquée de la sécurité2, il y a une réalité politique et sociale de la migration irrégulière. Depuis le début du XXIè siècle, le Maghreb redécouvre son africanité par intermédiaire des études sahariennes et que l’économie politique des grandes découvertes, puis les frontières et l’éducation coloniales avaient occultée ; le tropisme européen du Maghreb méditerranéen n’a été remis en cause qu’après la fermeture progressive de l’espace européen aux maghrébins dès les années 1980 et 1990 et l’intériorisation de l’espace saharo-sahélien comme limes stratégique – autant à l’échelle régionale dans le triangle relationnel Maroc-Algérie-Libye qu’à l’échelle globale avec l’introduction du Sahara comme théâtre périphérique de la Global War on Terror américaine. Surtout, le rôle d’entrainement des politiques publiques des Etats pétroliers dans le développement du Sahara a contribué à urbaniser le désert et à revitaliser des activités traditionnelles (transport, commerce) à l’heure de la mondialisation.

Avant de tenter de passer les barrières de sécurité, il faut attendre dans les montagnes adjacentes, s’y replier en cas d’échec ou s’y cacher des forces de sécurité marocaines. L’organisation de la vie dans les montagnes remontent au début des années 2000, lorsque le nombre de candidats au passage nécessita une organisation pour se cacher, passer et survivre. Sous plusieurs formes, noms et structures, ces systèmes de solidarité se sont autonomisés, spécialisés et perfectionnés autour de l’économie du passage – parallèlement aux moyens physiques, technologiques et humains sécurisant la frontières. L’expérience de l’exil se trouvait structurée par les rapports de la marchandisation de l’exil. La rationalisation du passage mettait en jeu des techniques de plus en plus audacieuses, mais impliquant aussi plus d’investissements ; les rôles, les tours et les sanctions positives ou négatives associées au passage en faisait la principale ressource commune. D’un passage aux coûts modestes, les prix pouvaient aller de 800 à 3000 euros, voire plus si l’intermédiaire appliquait des marges supplémentaires ou ne rendaient pas le service attendu L’autonomisation de l’exil des exilés, sous la forme marchande, illustre la réification de l’exil par l’extraction d’une plus-value par une multitude d’acteurs (Chena, 2016 : 83-131).

Les tentatives collectives de passage, appelées « attaques forcées » par les premiers concernés, répondent à plusieurs facteurs. Il faut d’abord accepter une évidence que seule une approche d’une trop rapide ne pourrait voir : pour un migrant irrégulier désireux d’entrer en Europe, la voie des grillages n’est pas la meilleure. Elle est extrêmement difficile étant donné le niveau de sécurisation de la frontière, d’autant que les forces de sécurité aussi bien marocaines qu’espagnoles sont connues pour ne pas faire dans la nuance pour ceux qui se blesseraient en escaladant les barrières ou auraient la mauvaise idée de se faire attraper. Autrement dit, les chances de succès sont maigres, les risques d’arrestation, d’emprisonnement et de refoulement (vers l’Algérie ou le sud marocain) sont importants, mais l’absence de moyens, associée au faible coût de la procédure, viennent équilibrer ce calcul rationnel. Elle implique souvent plusieurs tentatives car il est possible de se faire refouler ou éloigner sans procédure. Ensuite, comprendre la marchandisation de l’exil nécessite de saisir que ce mode de passage – le moins coûteux au Maroc – est parfois celui de la dernière chance3); non seulement la vie en forêt est physiquement et moralement difficile, mais la pression sécuritaire rend indispensable une organisation resserrée – celle bien connue aujourd’hui des chairmen – pour assurer la cohabitation des communautés, se protéger des forces de sécurité, survivre (se nourrir, dormir, se laver…) et, bien entendu, passer. Or, prévarication et abus de pouvoir existent contre les ressources communautaires (issues des « droits de ghetto ») ou les plus vulnérables – notamment les femmes. Vivre en foyer dans un quartier populaire de Rabat ou Casablanca, même dans l’attente d’un hypothétique passage, est logiquement préférable ; d’où l’existence d’un va-et-vient entre villes et forêts de certains migrants selon les opportunités de passage et les moyens disponibles par l’intermédiaire d’une circulation de l’information. Enfin, la pression sécuritaire et la pression sur les ressources communautaires amènent à tenter le tout pour le tout, en réduisant le nombre d’exilés en attente de passage, souvent las d’être les boucs émissaires de la xénophobie européenne et maghrébine quand eux se sont engagés dans une démarche volontariste à l’heure de la mondialisation néolibérale.

Aujourd’hui, le Maroc n’est plus la panacée de ceux – une minorité – qui souhaitent tenter la migration irrégulière vers l’Europe : au début des années 2000, « l’Espagne, c’était gratos » disait un exilé en souvenir d’un temps où l’absence de sécurisation de la frontière et la faible demande de passage rendaient « l’aventure » plus facile. De même, la migration transsaharienne depuis l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale vers le Maghreb, au début des années 2000, ne se déploie plus dans l’économie politique de cette période avec l’apaisement de la situation ivoirienne et l’émergence d’une « croissance africaine ». Pour atteindre l’Europe, la Libye est aujourd’hui privilégiée – en dépit des risques immenses que la traversée du pays puis de la Méditerranée impliquent4 – grâce aux entrepreneurs de groupes criminels organisés égyptiens, libyens et italiens. Cependant, la nationalité des ressortissants (Erythrée, Soudan, Somalie…) indique des « migrations de crise », alors que les nouveaux modèles individualisés et non-linéaires des circulations sahariennes contemporaines relèvent de logiques d’individuation. En termes purement quantitatifs, en réalité, le Maroc n’a jamais été la passerelle vers l’Europe qui a été vendue aux opinions publiques pour justifier la politique migratoire européenne restrictive et répressive. En outre, depuis 2015, le Maroc a lancé une politique de régularisation des migrants irréguliers – une première dans la région. Elle a permis – malgré plusieurs limites – de sortir du no rights’ land de l’exil 25 000 personnes (selon les chiffres officiels), notamment du Sénégal, de Syrie, du Nigeria et de Côte d’Ivoire. Il ne resterait que 10 à 15 000 « clandestins » au Maroc selon Hicham Rachidi du Gadem (association marocaine de protection des migrants). L’opération reprend, d’ailleurs, en 2017.

Néanmoins, ce n’est peut-être pas vers le contexte interne de la communauté migrante qu’il faut se tourner pour comprendre l’importance prise par ces attaques forcées, mais éventuellement vers l’actualité régionale et internationale. La rivalité algéro-marocaine, qui se projette de Washington à Bruxelles pour l’hégémonie au Maghreb, connaît de nouveaux soubresauts par presse et institutions interposées, tandis que plusieurs manœuvres militaires ont eu lieu ces derniers mois par les protagonistes du plus ancien conflit irrésolu du continent. La décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de ne pas intégrer à l’accord agricole les produits provenant du Sahara occidental, en décembre 2016, est le premier recul significatif pour le lobbying marocain à Bruxelles. La réaction du ministre de l’Agriculture marocain a été de menacer de se tourner vers d’autres partenaires (Russie, pays émergents, Afrique subsaharienne), puis de s’interroger sur l’utilité d’être le sous-traitant de l’UE pour la gestion des frontières : « Comment voulez-vous que nous continuions à empêcher l’émigration africaine et même marocaine si l’Europe refuse de travailler avec nous ? Pourquoi continuer de servir de gendarmes ? ». Car les fameux « migrants » sont au coeur d’un marchandage diplomatique euro-maghrébin depuis le lancement de la Politique européenne de voisinage (PEV) : surveillance des frontières, répression des migrants et réadmissions en échange de transferts de fonds et de technologie, d’approfondissement des partenariats stratégiques et de promesses d’une plus grande influence dans la politique extérieure européenne ; d’ailleurs, les régularisations lancées au Maroc s’intègrent aussi à la politique africaine du Royaume. Le retour du Maroc dans l’Union africaine apparaît pour l’instant comme un succès en demi-teinte, et il s’adapte à un nouvel environnement régional et international. L’instrumentalisation réaliste des mobilités humaines – bref, une des formes de la réification des exilés – avait déjà été utilisée lors de la crise de l’îlot de Persil voyant s’opposer les souverainetés marocaine et espagnole en 2003. Elle l’a tout autant été lors de la révolution libyenne en 2011 : un Kadhafi aux abois forçant – littéralement – des migrants raflés à embarquer sur des chalutiers à destination de Lampedusa pour déstabiliser l’ancien allié Berlusconi et ses partenaires français et anglais, tandis que les rebelles promettaient de reprendre le flambeau de la sous-traitance du contrôle des frontières européennes dans les eaux territoriales maghrébines. L’exemple de l’accord passé entre en l’UE et la Turquie en mai 2016 est le plus récent, avec un régime en situation de dérive autoritaire ayant largement exploité les ressources qu’il pouvait tirer de ses frontières avec le Proche-Orient.

Ceuta et Melilla exemplifient également, à l’échelle locale, la guerre déclarée aux migrants. La sécurisation des frontières, fondée sur la transformation discursive des migrations en problème de sécurité (Waever, 1995), y a trouvé un laboratoire de choix, depuis la mise en place du Système de vigilance intégré espagnol (SIVE) en 2004, mettant en évidence le nouveau triangle de la répression : recherche scientifique, industries militaires de hautes technologies et Etats au tournant du populisme. Caméras thermiques, détecteurs de mouvements, barbelés rasoirs, installation d’une barrière de sécurité puis doublement (Ceuta) et triplement (Melilla), extension de leur hauteur de trois à six mètres, creusement de fossé et installation de barrières du côté marocain… Le tout en moins de quinze ans, pour des résultats plutôt contrastés quant à l’efficacité du dispositif mais broyant de l’humain à la chaine pour décourager les importuns.

Quel futur pour les frontières européennes ? Les recherches menées dans le cadre du 7e Framework Programme (2007-2013) de l’Union européenne annoncent la couleur, notamment dans l’espoir de développer des outils unmanned – sans pilote – pour détecter et appréhender les migrants. Ces nouvelles technologies sont pensées et développées avec un soutien financier venant pour moitié, voire pour les deux tiers, des institutions européennes au profit de firmes multinationales (Thales, Dassault-Aviation, BAE Systems, ADS Defence…) et de centres de recherches académiques5. Il ne s’agit pas de gadgets hi-tech, de drones de jardins ou de jouets 3.0. Trois grands axes structurent ces projets devant aboutir à des frontières panoptiques mobiles. En premier lieu, le recours à de hautes technologies devant renforcer la position et la compétitivité européenne sur le marché international des technologies de surveillance et de sécurité ; en second lieu, la tendance à la militarisation de la surveillance et du contrôle des frontières extérieures ; en dernier lieu, le nexus entre industries militaires, institutions politiques et recherches académiques dans le triple objectif de commercialisation profitable, de maîtrise des frontières et d’ »excellence » scientifique et technologique. Le déplacement de la frontière extérieure de l’UE vers la Méditerranée et le Sahara s’appuie sur une capacité de mobilisation de moyens de surveillance et de contrôle coercitifs et modulables permettant le découplage définitif entre frontière physique et contrôles aux frontières. Cette nouvelle forme d’extraterritorialité, qui n’est possible qu’avec la complicité des Etats partenaires piégés dans un échange inégal, mais satisfaits de disposer de moyens, d’outils et de la complaisance nécessaire pour assurer la résilience des autoritarismes, éclaire de façon originale la notion de souveraineté qui ne repose plus sur la territorialité du pouvoir mais sur sa capacité à l’omniscience et à l’omniprésence. Big brother, s’il est désormais installé, est d’abord passé par les frontières.

Références citées :

Mehdi ALIOUA, L’étape marocaine des transmigrants subsahariens en route vers l’Europe : l’épreuve de la construction des réseaux et de leurs territoires, thèse de sociologie, sous la direction d’Alain Tarrius, soutenue le 29 juin 2011, Université Toulouse II Le Mirail (UT2 Le Mirail).

Abdelkrim BELGUENDOUZ, « Expansion et sous-traitance des logiques d’enfermement de l’Union européenne : l’exemple du Maroc », Cultures & Conflits, n°57, 2005, pp. 155-219.

Ken BOOTH, « Security and Emancipation », Review of International Studies, vol. 17, n°4, 1991, pp. 313-326.

Salim CHENA, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil, Paris, Karthala, 2016.

Smaïn LAACHER, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, 2007.

Jérôme VALLUY, Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Broissieux, Editions Le Croquant, 2009.

Ole Wæver (1995),  »Securitization and Desecuritization », in Ronnie D. Lipschutz (ed.) On Security, New York, Columbia University Press, 1995, pp. 46-86.

  1. Il sera suivi par la Tunisie et la Libye en 2004, puis par l’Algérie avec deux lois en 2008 et 2009. La première  restreint l’entrée et le séjour des étrangers (et prévoit la création de centres de rétention); la seconde pénalise la sortie illégale du territoire dans le contexte du développement de la harga (émigration irrégulière en arabe maghrébin). []
  2. Par opposition aux débats théoriques (épistémologiques et ontologiques) autour de la notion même de sécurité au sens militaire qui animent la discipline des Relations internationales : voir par exemple Booth, 1991. []
  3. Avec les enclaves, le détroit de Gibraltar rapproche de 15 km au mieux les territoires marocain et espagnol , par exemple : « Un exilé ivoirien interrogé à Maghnia [en Algérie] avait tenté de passer, depuis Tanger vers l’Espagne, par ce moyen en s’accrochant à un bidon lui servant de bouée : sans grand espoir ni argent, et épuisé moralement, ce fut pour lui une tentative de la dernière chance avant de devoir rebrousser chemin pour rester en vie » (Chena, 2016 : 100, note 38 []
  4. Là encore, l’échec de la stratégie européenne de surveillance des frontières est patent tant les sept vaisseaux de guerre, les quatre hélicoptères et les trois avions de surveillance maritime mobilisés peinent à freiner le nombre de départs depuis le lancement de l’Opération Sophia il y a près de deux ans maintenant. Un rapport parlementaire français à paraître confirme les informations parues dans la presse : les passeurs des côtes libyennes ne donnent aux bateaux que le minimum de carburant nécessaire pour sortir des eaux territoriales (interdites aux navires européens), et chargent ensuite les migrants de contacter les secours pour être pris en charge et entrer en Europe par une demande d’asile – auparavant, quand ils le pouvaient, les bateaux étaient renvoyés vers la Libye empêchant les migrants de déposer une demande d’asile, ce qui constituait une violation du droit international ; Le Canard enchaîné, 22 février 2017. A titre de comparaison, l’Opération Mare Nostrum qu’avait menée seule l’Italie, entre 2013 et 2014, apparaît comme un succès, notamment sur le plan humanitaire. []
  5. Pour prendre la pleine mesure des objectifs poursuivis par les subventions européennes à la recherche sur la sécurité des frontières, il est vivement conseillé de se reporter à la brochure Investing into security research for the benefits of European citizens de septembre 2011 entre les pages 94 et 123 avec des projets comme le « Sea Border Surveillance » (Seabilla), le « Transportable autonomous patrol for land border surveillance system » (Talos) ou le « Wide maritime area airborne surveillance » (Wima²). []

Cartographier les récits de migrants : Autour de The Mapping Journey Project de Bouchra Khalili

L’exode de ces femmes et ces hommes venus principalement du Moyen-Orient ou d’Afrique se presser aux portes de l’Europe, ceux désignés par l’appellation « migrants » dans la doxa, génère, depuis quelques mois, une effervescence de réactions qui se donnent à lire et à entendre dans la presse. Les journalistes et intellectuels ne sont toutefois pas les seuls à traiter de cette actualité. Les artistes s’en emparent également, à leur manière. Voici quelques années que certains écrivains nous parlent, dans leurs romans, de ce phénomène migratoire de grande ampleur qui semble s’adresser à tout le monde : les pays d’où fuient en masse ces nouveaux réfugiés et ceux qui les accueillent, ou plus précisément, ceux que l’on sollicite pour les accueillir. Laurent Gaudé l’évoquait déjà en 2006 dans son roman Eldorado1 tandis que Mathias Énard y a consacré l’un de ses derniers livres, Rue des voleurs (2012)2. Et parmi le flot de romans parus lors de la rentrée littéraire 2015, émergent celui de Maylis de Kerangal, À ce stade de la nuit3, dont l’histoire se déroule à Lampedusa, ainsi que Encore, du romancier turc Hakan Günday, centré sur la figure du passeur et trafiquant de migrants. Particulièrement remarqué, il est déjà salué par la critique et en lice pour le Prix Médicis étranger4.

Les arts de la scène ne sont pas en reste, comme les Bordelais pourront le constater dès vendredi 16 octobre, s’ils se rendent au Rocher de Palmer voir la performance du chorégraphe béninois et bordelais Vincent Harisdo qui s’inspire, pour son nouveau spectacle, de la situation des clandestins qui échouent sur les côtes espagnoles5.


Dans la même perspective, le travail de certains plasticiens est singulièrement mis à l’honneur dans les espaces d’exposition, par exemple par le FRAC6 Lorraine où vient de se terminer une exposition intitulée « Tous les chemins mènent à Shengen » dans laquelle l’œuvre de Bouchra Khalili occupait une place centrale7.

Voilà quinze ans que cette artiste franco-marocaine travaille le sujet, quinze années aux côtés desdits migrants à les écouter, les enregistrer et traduire leur parole pour la donner à entendre, à les filmer pour faire voir leurs trajectoires au public des galeries et autres centres d’art contemporain de par le monde. Tandis qu’un livre monographique lui étant consacré paraissait en 2010, son œuvre était exposée en 2013 par le FRAC Bretagne au Centre d’art Passerelle de Brest, dans le cadre d’une exposition régionale centrée sur la figure d’Ulysse, symbole du voyageur dans toutes ses acceptions, le migrant compris.


Quoique le texte qui suit ait été rédigé suite à cette exposition qui date de deux ans, le propos est, hélas, plus que jamais d’actualité.

Passerelle. Centre d’art de Brest du 22 juin au 24 août 2013. Dans le cadre de l’exposition « Ulysses, l’autre mer. Un itinéraire d’art contemporain en Bretagne ».

Bouchra Khalili, Story Mapping. Textes de Philippe Azoury et Pascale Cassagnau. Entretien de Bouchra Khalili avec Omar Berrada. Marseille, Bureau des Compétences et désirs / Paris, Les presses du réel, 2010.

Site de l’artiste : http://www.bouchrakhalili.com/


Réalisée pour le trentenaire des FRAC en collaboration avec le FRAC PACA et le FRAC Poitou-Charente, l’exposition itinérante « Ulysses, l’autre mer…. » du FRAC Bretagne, offre au public un ensemble d’œuvres très diverses, voire disparates en apparence, mais qui toutes ensemble suggèrent, parfois plus que figurent, la diversité des modes de déplacement et du voyage. La migration comme la promenade, le vagabondage, la déambulation ou la marche initiatique sont convoqués à travers la figure d’Ulysse dans toutes ses variations contemporaines : du marin au flâneur, du marcheur au voyageur, du migrant à l’exilé. Continuer la lecture de Cartographier les récits de migrants : Autour de The Mapping Journey Project de Bouchra Khalili

  1. Laurent Gaudé, Eldorado, Arles, Actes Sud, 2006. []
  2. Mathias Énard, Rue des voleurs, Arles, Actes Sud, 2012. []
  3. Maylis de Kerangal, À ce stade de la nuit, Paris, Gallimard, coll. Verticales, 2015. []
  4. Hakan Günday, Encore, Paris, Galaade, 2015. Traduit du turc par Jean Descat. []
  5. http://www.horsjeuenjeu.blogspot.fr/ []
  6. FRAC : Fonds Régional d’Art Contemporain. []
  7. http://www.fraclorraine.org/explorez/artsvisuels/355 []

Marée migratoire vers l’Europe, la permanence de coefficients élevés

Depuis plusieurs mois, l’actualité se focalise sur le flux, sans cesse croissant et renouvelé, de boat people affluant vers l’Europe du Sud. Les medias qualifient de « migrants », de « réfugiés »1… les personnes composant ces flux. La différence entre les deux qualificatifs apparaît ténue car « un migrant est une personne qui effectue une migration qui est l’action de passer d’un pays à un autre » et « un réfugié est une personne qui a cherché refuge dans un pays étranger »2. Nous définirons la grande majorité des migrants comme des personnes qui fuient un « ici » hostile pour un « ailleurs » plus clément.

Les chiffres de l’immigration sont souvent discutables et souvent discutés car il s’agit d’un domaine politiquement sensible. En tout état de cause les flux sont importants et en croissance, semble-t-il. Dans ce texte, nous tenterons de mettre en lumière les incitations économiques qui déterminent le migrant à venir en Europe et particulièrement en France, parfois au prix de mille dangers. Nous montrerons que pour le candidat à l’émigration, la décision de migrer peut se révéler un acte tout à fait rationnel, fruit d’un calcul économique3. Dans ces conditions, « toutes choses étant égales par ailleurs »4, la nature de l’environnement économique et social mondial, actuel et prévisible à terme, devrait maintenir des coefficients élevés à la marée migratoire (à caractère économique) entrant en Europe et en particulier en France.

Les estimations des flux d’immigration

« En sept mois seulement, l’année 2015 établit déjà une triste record : 340 000 migrants ont déjà tenté de franchir les frontières extérieures de l’Union européenne, d’après les chiffres de l’agence Frontex. Rien qu’en juillet 2015, 107 500 entrées illégales ont été recensées: c’est plus que le total de l’année 2013.5 »

clandestins2Le graphique met en lumière l’explosion du nombre d’entrées illégales dans l’Union européenne. Aux chiffres de l’immigration illégale, il convient, au moins pour la France, d’ajouter : les visas, l’immigration familiale, le séjour des étudiants étrangers, les étrangers malades et leurs accompagnants, les autres types de droit au séjour6.

Malgré l’absence de données statistiques réellement fiables, il apparaît que les flux d’immigration, notamment extra-européenne, sont importants. A l’intérieur de l’Union européenne, il y aurait selon l’OCDE, 21 millions d’étrangers non européens7.

Au total, l’importance des flux migratoires à destination de l’Europe révèlent un attrait certain de cette région. Au-delà du climat tempéré, des arts et de la culture, de la gastronomie, de la sécurité, de la démocratie… l’attrait peut résulter d’un calcul économique mettant en concurrence des territoires et leurs caractéristiques politiques, économiques et sociales, à l’instar des décisions de délocalisation de leurs activités par les firmes multinationales. Continuer la lecture de Marée migratoire vers l’Europe, la permanence de coefficients élevés

  1. Le dictionnaire tv5monde propose au mot « réfugié » les synonymes suivants : étranger, déplacé, expatrié, fuyard, dissident, immigrant, immigréallogènemétèque [péj], résident, apatridesinistré, émigré, victime. http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaire/synonymes/refugie Au terme « migrant », le Centre national de ressources textuelles et lexicales indique le synonymes suivants : immigré, immigrant, émigré. http://www.cnrtl.fr/synonymie/migrant/substantif []
  2. Source : http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaire/definition/migration []
  3. Il s’agit d’une approche micro (individuelle) et non macro qui envisagerait les mécanismes et les effets globaux de l’immigration. []
  4. (ceteris paribus) Dans un contexte donné, la variation d’un seul paramètre est étudiée tandis que les autres facteurs ne sont pas pris en compte. http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/14713/toutes-choses-egales-par-ailleurs/ []
  5. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/le-drame-des-migrants-en-cinq-graphiques-edifiants_1707803.html Source du graphique : idem. Nous avons prolongé la tendance pour l’estimation de l’ensemble de l’année 2015. []
  6. http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Immigration []
  7. http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/24/migrants-europe-chiffres-immigration_n_7133634.html []

La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique

            Les évolutions concomitantes des régimes migratoires vers davantage de restrictions à la mobilité, et des routes migratoires qui se renouvellent et se ravivent à la fois, ont contribué à redéfinir le système migratoire eurafricain. À l’image de l’Italie et de l’Espagne à la fin du XXe siècle, le Maghreb réalise sa transition d’un espace d’émigration à un espace d’immigration. Le territoire algérien ne fait pas exception à ces recompositions.

            L’Algérie a longtemps été vue comme une terre d’émigration et, pour ses gouvernements successifs, celle-ci a été une ressource économique et politique (Haute-Ville, 1995). Cependant, d’une part, la limitation de l’immigration dans l’espace Schengen et, d’autre part, les investissements publics ont eu une double conséquence sur les mouvements migratoires vers et depuis l’Algérie : d’abord, les ressortissants des périphéries de l’Europe ont trouvé de nouveaux débouchés à leur circulation ; ensuite, les secteurs du bâtiment et travaux publics, mais aussi ceux du commerce et des services, ont absorbé des travailleurs étrangers. Associée à l’Union européenne depuis 2005, l’Algérie s’est alignée sur les politiques migratoires du Nord de la Méditerranée par le vote de deux lois en 2008 et 20091. La première durcit les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en Algérie, criminalise l’immigration irrégulière et le soutien aux « clandestins » ; la seconde pénalise la sortie du territoire hors des points de passage officiels, criminalisant ainsi l’émigration irrégulière. Continuer la lecture de La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique

  1. Le Maroc en 2003, puis la Tunisie et la Libye en 2004, l’avaient précédée dans l’externalisation de la politique d’immigration et d’asile de l’Union. []