Archives par mot-clé : Mali

Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

Grâce à l’édition 2016 du Festival international du film d’Histoire de Pessac (Gironde, France), le grand public a pu littéralement toucher du doigt une réalité demeurée jusque-là plutôt virtuelle : l’Afrique a stocké depuis une dizaine de siècles des centaines de milliers de textes écrits, mais la plupart étaient restés cachés, et très peu d’entre eux ont été réellement exploités. L’idée selon laquelle l’Afrique subsaharienne est un continent de tradition orale avait donc pu prospérer, et elle a failli définitivement s’installer lorsque des groupes islamistes armés ont commencé à détruire, à Tombouctou notamment, tout ce qui pouvait ressembler à une trace historique écrite des peuples vivant dans les zones occupées.

Il aura donc fallu ce « sauvetage » pour que le regard commence à se décentrer. Certes, il fallait aussi qu’il soit médiatisé – voire dramatisé – pour que l’attention soit attirée vers ce fait divers sensationnel plutôt que vers un autre. Mais force est bien d’admettre que les actions entreprises par Abdelkader Haïdara sortaient de l’ordinaire et méritaient qu’on souligne le courage physique et la détermination dont le « sauveur des manuscrits de Tombouctou » avait fait preuve pendant les quelques mois terribles des années 2012 et 2013.

Jusque-là, des dizaines de milliers de manuscrits dormaient dans des maisons familiales ou dans le centre Ahmed Baba de Tombouctou. À vrai dire, ceux qui étaient stockés chez l’habitant étaient réellement cachés, parfois même « murés » derrière des fausses cloisons, parce que dans la mémoire collective on n’avait pas oublié que les Marocains d’abord, aux 17ème et 18ème siècles, et les Français ensuite, pendant la conquête et la colonisation, avaient la fâcheuse habitude de dérober ces pièces historiques et d’en masquer l’existence.

http://danslerush.ijba.u-bordeaux-montaigne.fr/on-prepare-le-retour-a-tombouctou/

Ainsi qu’il l’a raconté au public du FIFH de Pessac le 15 novembre dernier, Abdelkader Haïdara était lui-même dépositaire, depuis plusieurs générations, d’une bibliothèque familiale regroupée dans la Mamma Haïdara. Mais la prise de contrôle par des groupes islamistes armés de toute la région nord du Mali (l’Azawad des Touareg) et le début de destruction des signes « païens » de l’islam, à Tombouctou notamment, l’a incité à entreprendre une vaste opération d’exfiltration des manuscrits stockés dans la ville. Pour ce faire, il a noué des contacts étroits avec les autres familles, acheté des centaines de cantines métalliques, loué des véhicules tout-terrain et, pendant des mois, trompé la vigilance de la police islamique qui bloquait les issues de Tombouctou en masquant les précieux colis sous des grappes de réfugiés autorisés à quitter les lieux.

Au total, 377 491 manuscrits ont été transférés de Tombouctou à Bamako entre 2012 et 2013. On estime à environ 20 000 le nombre de ceux qui ont été perdus, notamment quand ils ont été découverts par les occupants et immédiatement brûlés. Toutefois, certains témoignages laissent supposer que seules les couvertures ont été calcinées devant les caméras, et que les feuillets intérieurs ont été conservés pour être revendus sur les marchés parallèles

J’ai retrouvé Abdelkader Haïdara à Bamako début décembre, et j’ai pu visiter la grande bâtisse du quartier Baco Djicoroni qui abrite son ONG (SAVAMA-DCI, Sauvegarde et Valorisation des Manuscrits pour la Défense de la Culture Islamique). Le bâtiment est protégé par sa discrétion et par des portes métalliques solides. À l’intérieur, c’est une ruche : 112 personnes y sont employées pour nettoyer les feuillets, les numéroter, les répertorier, les numériser, les ranger dans des boîtes protectrices fabriquées sur place et sur mesure, et les stocker sur des étagères dans des salles à l’hygrométrie contrôlée. Le local étant trop petit malgré ses deux étages, une partie des boîtes sont rangées dans d’autres maisons, tout aussi sécurisées et maintenues à température et hygrométrie constantes.

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

La sauvegarde de tous ces documents est assurée par douze postes de numérisation, d’une capacité totale d’environ 500 pages par jour, qui transfèrent leurs données sur plusieurs disques durs externes, mettant ainsi définitivement à l’abri tous ces textes dont le monde entier – et pas seulement celui des historiens – attend avec impatience qu’ils soient exploités et livrent des informations négligées pendant des siècles. Continuer la lecture de Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

Boubacar Haïdara

Chercheur associé à LAM

La situation d’Etat d’urgence qui a prévalu au Mali après l’attentat du 20 novembre 2015 du Radisson Blue a justifié le choix du gouvernement malien d’interdire tout rassemblement public, en l’occurrence la célébration du Maouloud1 de décembre 2015. En réalité, il s’agissait d’une prolongation de 10 jours décidée lors du Conseil des ministres du 21 décembre 2015, qui visait à prévenir tout risque sécuritaire, dans une période faste en manifestations publiques : 23 décembre et 30 décembre (cérémonies de naissance et d’Al-‘aqiqa2 du  Prophète) ; 25 décembre et 31 décembre (Noël et Saint Sylvestre). Chérif Ousmane Madani Haïdara, célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, l’association islamique qui compte le plus grand nombre de membres au Mali, et ses disciples ont vu dans cet acte une démarche délibérée du pouvoir  en vue de « saboter » cet événement religieux, extrêmement important pour les sympathisants du « Guide » de ce mouvement.

Le Maouloud est en effet l’un des événements, sinon le principal événement qui mobilise un très grand nombre de Maliens. Chérif Ousmane Madani Haïdara est le prêcheur qui a fait de l’anniversaire du prophète Muhammad un rendez-vous annuel majeur, un événement pourtant considéré par la communauté wahhabite comme une innovation dans l’islam ; elle ne s’associe d’ailleurs guère à sa célébration. La cérémonie du Maouloud avait lieu auparavant dans le stade Modibo Keïta de Bamako, de 25 000 places. Depuis quelques années, l’affluence des fidèles du ‘’Guide’’ Haïdara est telle qu’il se déroule désormais dans le stade du 26 mars, d’une capacité de 60 000 places. Celui-ci peine d’ailleurs à accueillir la totalité des fidèles. Un grand nombre d’entre eux est contraint de rester aux abords du stade, où sont installées des enceintes permettant de suivre l’intervention du ‘’Guide’’ de l’extérieur.

Nonobstant les efforts de sensibilisation et de dissuasion des autorités, la célébration du Maouloud, dans un stade du 26 mars saturé ne fut pas déprogrammée et s’est tenue à la date préalablement indiquée. L’attitude des autorités étatiques a été interprétée comme étant antimusulmane, et Chérif Ousmane Madani Haïdara s’est empressé de mettre en garde le pouvoir contre les intimidations et menaces qui auraient été formulées à son endroit. Il expliqua aux dirigeants maliens qu’aucune menace ne saurait constituer un frein à l’islam. Devant une foule surexcitée, dans un stade du 26 mars comble, il rejeta les recommandations des autorités maliennes, en les qualifiant d’intimidations, et enjoignit ses très nombreux soutiens de les dénoncer. L’occasion était belle pour le « Guide » d’Ançar Dine de charger les autorités, accusées de prévarication. Paradoxalement, comme pour banaliser l’événement, et faisant fi de son ampleur, les mesures de sécurité adéquates semblent n’avoir pas été mises en place par les pouvoirs publics. Ce fut ainsi l’occasion pour Haïdara de rappeler les incidents3  de février 2011, dont la responsabilité avait été imputée à l’Etat. Les différends autour de l’événement ont semblé affaiblir le président Kéita, et renforcé davantage l’engouement autour du Maouloud 2015. La participation a été décrite comme l’une des plus importantes avec 75 000 participants. Tout comme au Sénégal où « les religieux font et défont les rois »4, désormais, au Mali, un homme politique qui ambitionne d’accéder à la magistrature suprême doit au préalable s’assurer du soutien des leaders religieux. Continuer la lecture de Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

  1. Le Maouloud est la fête qui commémore la naissance du Prophète de l’islam []
  2. La cérémonie d’Al-‘aqiqa (célébrée au septième jour de la naissance) consiste à raser la tête de l’enfant, les cheveux du nouveau-né étant considérés comme impurs, donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux en poudre d’or ou la valeur en argent (monnaie), faire des prières appropriées pour le nouveau-né, rendre public le prénom qu’on lui a choisi et, enfin, faire un sacrifice, un mouton si le nouveau-né est une fille, deux si c’est un garçon. Celui-ci peut également être circoncis au septième jour de sa naissance ou ultérieurement []
  3. A la fin du prêche tenu par le ‘’Guide’’ Haïdara,  en février 2011, trente-six personnes avaient trouvé la mort, et soixante-quatre autres blessées dans une bousculade. Ces incidents sont survenus malgré une sécurité assurée par l’Etat. Chérif Ousmane Madani Haïdara, en réaction au drame, a expliqué que les huit années qui ont précédé, la question de la sécurité avaient été prise en charge par son mouvement, qui faisait appel à des membres de la police nationale (moyennant rétribution), sans qu’il ne se produise aucun incident. Il a ainsi pointé du doigt les membres de la sécurité nationale, en expliquant qu’il est plus difficile de maîtriser 50 jeunes dans une boîte de nuit que des milliers de fidèles sur un lieu de prêche. Ces derniers, selon lui, « sont strictement attentifs à notre écoute, ils agissent conformément à nos recommandations, et ne sauraient donc être la source d’aucun débordement ». []
  4. Wane B., 2010, L’islam au Sénégal, le poids des confréries ou l’émiettement de l’autorité spirituelle, Thèse de doctorat de l’université  de Paris-Est, (Sociologie/Anthropologie), 579 p. []