Archives par mot-clé : franc CFA

Réunion de la Zone franc à Paris : commedia dell’arte

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Le 8 octobre s’est déroulée à Paris la réunion des ministres des Finances des pays de la Zone franc. À l’ordre du jour, la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, et la mobilisation des recettes fiscales.

La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme sont des sujets d’affichage, qui donnent lieu à des déclarations solennelles généralement suivies de peu d’effets. L’augmentation des recettes fiscales, en lien avec l’accroissement de l’endettement externe, signifie une ponction accrue sur les revenus des populations au profit de la finance internationale. Malgré les dispositifs pour la rendre « soutenable », mais surtout pas l’effacer, la dette est toujours présente car nécessaire pour justifier l’imposition des politiques néolibérales qui organisent la prédation du surplus par la finance internationale et ses agents.

Les participants à la réunion se sont aussi penchés sur la convergence des politiques économiques et sociales nationales au sein de la Zone Franc. La convergence néolibérale dont il s’agit vise à réduire les coûts de fonctionnement des États membres, notamment en abaissant la dépense publique, afin de générer un surplus croissant qui sera exporté.

Les participants ont souligné les performances des pays de la Zone franc dans le domaine de la croissance économique. Il faut savoir qu’en Afrique, la croissance économique suit les cycles d’évolution des prix des matières premières et de l’énergie. Lorsque les cours internationaux des produits de base sont élevés, les experts, les politiques et les medias célèbrent la croissance retrouvée : «  l’Afrique re-décolle ».  Lorsque le marché se retourne, ces mêmes agents déplorent la fatalité des crises en Afrique. En fait, après presque 60 ans d’indépendance, les pays africains de la Zone franc ont des économies peu diversifiées. Ils restent globalement exportateurs de produits bruts et importateurs de produits transformés. La spécialisation coloniale se poursuit.

Les vraies questions n’ont donc pas été évoquées. Par exemple, comment diversifier la production dans un contexte de libre-échange débridé ? Ou encore, serait-il utile que les pays de la Zone recouvrent leur souveraineté monétaire ?

Encore une fois, cette réunion n’a été que de la commedia dell’arte.

Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

Les débats sur l’avenir du franc CFA1 ne sont pas nouveaux. Mais ces dernières années on observe un regain, souvent passionné, de ces débats autour de questions relatives à la rupture avec la France, et à la création d’une monnaie alternative. Les notes qui suivent ont été, en partie, conçues autour de l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale, de Soumaïla Cissé (Éditions Éburnie, 2013, 206 p.). Ses qualités d’ancien ministre des Finances du Mali (1993-2000), et de président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) (2004-2011), donnent une grande importance à ses éclairages et orientations sur la question économique en général, et monétaire en particulier, de l’Afrique de l’Ouest. Les critiques négatives à l’égard de la gestion du franc CFA, le seul système monétaire au monde à avoir survécu à la décolonisation, et de ses liens avec la France, semblent contribuer au renforcement du sentiment panafricaniste, face à une forme de mise sous tutelle et d’injustice perpétuelle. Les opposants au franc CFA et à sa gestion actuelle, la plupart du temps des économistes (donc des experts de la question), déplorent souvent le fait que les débats restent confinés au sein des seuls cercles d’experts. Paradoxalement, leur argumentaire pour s’opposer, apparait, du fait de sa technicité, tout aussi difficilement perceptible auprès du grand public. L’intérêt qu’on peut porter à l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale tient au fait qu’il nous apparait comme un raisonnement synthétique (étayé par des arguments historiques, économiques, politiques et géopolitiques) de la situation du franc CFA, et de la question d’une nouvelle monnaie ouest-africaine.   Conçu pour faciliter l’intégration des anciennes colonies françaises dans le commerce international, le franc CFA confèrerait aux pays utilisateurs de la stabilité et de la confiance, en vue d’attirer les investisseurs étrangers. C’est du moins le point de vue de la France mais plusieurs économistes africains estiment, pour leur part, que la monnaie commune freinerait le développement des pays utilisateurs.

Un état des lieux du franc CFA

Dénommé franc des colonies françaises à sa création en décembre 1945, le franc CFA avait pour but de restaurer l’autorité monétaire française dans les territoires coloniaux qui avaient été isolés de la métropole pendant la Seconde Guerre mondiale. L’indépendance politique représentait l’occasion pour les responsables politiques d’Afrique francophone de conduire « en toute indépendance » les politiques économiques de leurs pays. Ils ont été confrontés à un dilemme, aussi décisif pour eux que pour les générations futures : pérenniser l’intégration monétaire qui avait caractérisé la période coloniale ou choisir la voie de la fragmentation monétaire. A l’indépendance, l’atmosphère qui régnait dans la zone franc n’était pas celle d’une rupture avec la métropole, et les liens entre les dirigeants français et ceux d’Afrique francophone dépassaient la seule sphère économique. Les seconds avaient par ailleurs occupé des postes à responsabilité durant la colonisation et n’avaient donc pas de difficultés à reproduire à l’identique un système qu’ils connaissaient déjà. En outre, l’aide apportée2 par la France étant assez significative, ses anciennes colonies ne voulaient pas s’en passer. Le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait donc naturel. D’ailleurs, l’implication de la France dans le pilotage des économies était dès le départ souhaitée par un groupe de dirigeants d’Afrique francophone. La plupart d’entre eux aurait même favorisé le maintien du lien monétaire avec la France, à travers un certain nombre de mesures : demande insistante de la participation de la France au conseil d’administration de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; acceptation que le siège se situe à Paris jusqu’en 1973 ; renoncement à une politique monétaire autonome ; demande du maintien de l’UMOA (créée en 1962) au moment de la création de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, qui comprend aussi des pays n’ayant pas été colonisés par la France) en 1975. Un constat qui pousse S. Cissé à évoquer l’expression d’une « indépendance surprise ». Contrairement aux Etats de la zone franc qui ont maintenu des banques centrales communes, d’autres Etats africains, à l’avènement des indépendances, ont choisi la voie de la fragmentation en créant leurs propres banques centrales. La désintégration aurait alors eu des effets désastreux pour le continent africain. Une majorité de pays a connu des crises de balance des paiements, des crises bancaires systémiques, des crises d’hyperinflation… Les principales causes seraient dues au décrochage du système monétaire international (« désintégration »), ayant forcément donné lieu à la création de monnaies nationales et de banques centrales distinctes. Continuer la lecture de Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

  1. Successivement « franc des colonies françaises d’Afrique », « franc de la communauté française d’Afrique », puis « franc de la communauté financière d’Afrique », le franc CFA est le nom de deux monnaies communes à plusieurs anciennes colonies françaises d’Afrique, réparties en deux zones : la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC), et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). []
  2. Sous la forme de contributions directes du budget français ; à travers des subventions aux budgets de fonctionnement ; à travers des investissements et la mise en place d’une assistance technique. []