Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Joëlle Palmieri, chercheure associée à LAM. Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines de ce début du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité.

Continuer la lecture de « Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt »

« Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Par Fernando A. Chinchilla, chercheur associé LAM/Sciences Po Bordeaux. J’ai eu l’occasion de m’entretenir récemment avec deux femmes mauritaniennes. Amy Sow est photographe, artiste plasticienne et peintre. Elle a fondé il y a quelque temps un espace culturel unique à Nouakchott, capitale de ce pays de l’Afrique de l’Ouest autrefois connu comme le « territoire des Maures ». Dieynaba Andiom, à Nouakchott aussi, est étudiante en doctorat au Sénégal. Elle s’intéresse à la « santé reproductive » des jeunes, un domaine lié à la santé sexuelle des jeunes et des adolescents, qui inclut la planification familiale, qui œuvre en matière d’infections sexuellement transmissibles, et qui travaille en prévention des violences basées sur le genre (VBG) Continuer la lecture de « « Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes) »

Women in Peacekeeping Missions in Africa: The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

par Seble Menberu [1]

Ce billet présente une recherche de Master menée en 2015 à l’Université panafricaine (à l’Institut de la gouvernance, des sciences humaines et sociales, Yaoundé), consacrée aux femmes dans l’armée éthiopienne servant sous casque bleu dans l’opération de paix des Nations Unies à Abyei, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le terrain ainsi réalisé à Abyei a permis une immersion dans le quotidien de ces femmes. Continuer la lecture de « Women in Peacekeeping Missions in Africa: The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border) »

Selling Brazilian fashions, the women of Angola’s ‘suitcase trade’ spot trends and pedal dreams

Article précédemment paru sur The Conversation

Angola, a Portuguese-speaking country, is strongly influenced by the cultural output of Brazil, the world’s Lusophone powerhouse. Brazil is often represented as a land of hope in Angola. Angolans can’t get enough of its telenovelas, the intrigue-filled television dramas that are broadcast daily on Angolan channels, or of the glamorous styles worn by soap opera stars. Continuer la lecture de « Selling Brazilian fashions, the women of Angola’s ‘suitcase trade’ spot trends and pedal dreams »

Que cache le pagne du 8 mars ?

Marche
copyright Jocelyne Gendrin, Présidente de Genre en Action

Il y a dix ans, j’ai écrit mon premier billet pour le 8 mars. Je venais de prendre la coordination du réseau Genre en Action, ce réseau francophone international (porté depuis 2009 par l’association du même nom) qui est hébergé depuis ses débuts en 2003 par LAM (et son prédécesseur le CEAN)1.

 En relisant celui-ci et d’autres, l’évidence de l’actualité de certains extraits s’impose. Par exemple de celui de 2007, intitulé « Le blues du 8 mars… » : et si le 8 mars n’était qu’une farce et en fin de compte plutôt contreproductif pour les femmes, notamment pour les plus vulnérables, les travailleuses pauvres, les femmes chefs de famille, les victimes de violences, les exclues des postes décisionnels, celles qui se cassent tous les jours la tête pour savoir comment jongler avec leurs charges et responsabilités trop nombreuses, un budget trop réduit ? Celles qui risquent de ne pas se trouver dans les auditoires pour écouter les paroles d’espoir du 8 mars…

J’ai souvent rappelé que le 8 mars reste une journée où notamment ceux qui ne font pas grande chose pour les femmes le reste de l’année se donnent bonne presse et une bonne conscience et où on renforce beaucoup de stéréotypes sur les femmes, prises à part, avec des arguments très essentialistes sur les vertus de « la femme », sans que les rapports de domination entre hommes et femmes soient au centre des considérations… Continuer la lecture de « Que cache le pagne du 8 mars ? »

  1. Pour en savoir plus : www.genreenaction.net []