Archives par mot-clé : Ethiopie

Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

par Seble Menberu [1]

Ce billet présente une recherche de Master menée en 2015 à l’Université panafricaine (à l’Institut de la gouvernance, des sciences humaines et sociales, Yaoundé), consacrée aux femmes dans l’armée éthiopienne servant sous casque bleu dans l’opération de paix des Nations Unies à Abyei, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le terrain ainsi réalisé à Abyei a permis une immersion dans le quotidien de ces femmes. Il offre certaines pistes de réflexion sur les défis qu’elles rencontrent, concernant en particulier les préjugés auxquelles elles font face dans la vie civile, dans les familles, également les conditions de vie sur le terrain, les relations avec leurs « frères d’armes » masculins, ou encore les logiques d’assignation des missions par leur hiérarchie. L’auteure, Seble Menberu, a réalisé ce travail académique en anglais, en utilisant des citations collectées en amharique. Elle est aujourd’hui une chercheure associée à un think tank éthiopien basé à Addis-Abeba.

In May 1991, victorious rebel forces led by the Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF) toppled the military regime (known as the Derg, meaning, “the Council”) of Col. Mengistu Haile Mariam and seized power. What followed was a fundamental restructuring of the old imperial unitary centralized state into an ethnic-based federal government. The new EPRDF regime disbanded the entire armed forces of the state, which were initially built after 1941 liberation from Italian occupation along modern principles with modern, imported armaments by Emperor Haile Selassie. A new national force was reformed from scratch. The former liberation fighters served as the core of the army. In addition, new recruits proportionally representing diverse ethnic groups in the country were added.

In 2000, the government also opened recruitment in the army to women. During the 1990s, some women were already part of the new army. They had been integrated as former members of the rebel movement, in which women played an important role[2]. But they were only few. The current government does not release information about the current numbers of the newly reconstructed force nor about the exact female representation in it. However, it has policy directives designed to attract and enhance female participation. Nevertheless, it is not at all clear that these directives are seriously followed up in practice. There is no statistical data available to the public to allow an examination of the gradual increase in female composition. Concerned officials only state that the national defense forces guidelines allow up to ten percent (10%) of female representation. What remains a fact is that women representation in the armed forces is woefully low. Nevertheless, during 2010, Ethiopia has attained the top position by the UN for the number of troop contribution for peacekeeping missions worldwide.

Concerning the role of women, scholars have advocated an increase in their participation in peacekeeping operations as a response to increasing reports of operational inefficiency including accusations of sexual exploitation, rape of locals by male peacekeepers, etc. These demands have resulted in the adoption of a policy of gender balance in peacekeeping operations by the United Nations Security Council Resolution (UNSCR) 1325 on 31 October 2000. It is also often argued that, in addition to minimizing sexual-related abuses by UN missions, increasing the number of women serving in peacekeeping operations can make some unique contributions to improve the operational effectiveness of a peacekeeping unit and guarantee the human security of vulnerable groups. However, in spite of the strong case made and efforts by the United Nations Department for Peacekeeping Operations in order to increase women involvement, troop contributing countries remain reluctant to do so.

A case study: The United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)

This study, conducted in 2015, was aimed at describing and analyzing the factors that have affected the participation of Ethiopian women in United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)[3]. The Abyei Area covers about 4,000 square miles of desert, farmland, and oil fields located along the ill-defined border between Sudan and South Sudan. Abyei is claimed by both countries and has been a source of conflict for over 50 years. Its rich oil reserves make the region economically desirable to both Sudan and South Sudan. Its border location has also led to conflicting ethnic, cultural, and linguistic claims. On 20 June 2011, the belligerents signed a peace agreement to demilitarize Abyei and allow a peacekeeping mission under the UN to monitor the area. In July 2011, the UN established the UNISFA. Ethiopia has been the sole troop contributor of this mission. Continuer la lecture de Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

élections Ethiopie JNBDimanche 24 mai, les Ethiopiens se sont rendus aux urnes à l’occasion de la cinquième élection générale depuis l’instauration de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en 1995. Il s’agissait d’élire les représentants des 9 Conseils régionaux, des deux villes-régions (Addis-Abeba et Diré Dawa) et les 547 députés de la Chambre des Représentants du Peuple, Chambre basse du régime bicaméral. Dans la journée, l’atmosphère de la capitale était calme et les habitants qui étaient sortis semblaient sereins. Certains heurts ont eu lieu dans la circonscription de Bonga, suite auxquels les élections ont été reportées. De même, la tenue du scrutin s’est vue repoussée dans certaines Universités et circonscriptions en raison d’un manque de bulletins de vote.

Près de soixante partis se disputaient les sièges des Conseils régionaux et de la Chambre basse, pour un total respectif de 3 993 et 1 826 candidats – 27,9 % de ces 5 819 candidats étaient des femmes. Du côté des votants, les campagnes gouvernementales incitants vivement les électeurs potentiels à s’inscrire sur les listes électorales, notamment par du porte-à-porte et d’actives campagnes sur la télévision nationale, semblent avoir porté leurs fruits puisque la quasi-totalité d’entre eux s’était inscrit. En effet, 36,8 millions d’électeurs devaient se rendre aux urnes dans plus de 45 000 bureaux de vote répartis dans le pays (pour une population d’environ 90 millions d’habitants).

L’Union africaine : seul observateur extérieur

L’Union européenne avait dépêché des Missions d’Observation électorale lors des précédentes échéances, en 2005 et en 2010. Les rapports critiques de ces missions à l’égard des autorités éthiopiennes et du National Electoral Board of Ethiopia (NEBE, autorité en charge de l’organisation des élections) avaient engendré de vives réactions du gouvernement éthiopien. L’ancien premier ministre Meles Zenawi (1995-2012) n’avait pas hésité à prendre la plume et à envoyer une longue lettre de réponse peu diplomatique à la mission d’Observation de 2005 et à sa responsable Ana Gomes. En 2010, bien qu’invitée à la dernière minute par le gouvernement éthiopien, l’UE avait tout de même dépêché en urgence une mission d’Observation dont le rapport final fut également critique à l’égard du processus, en particulier le resserrement de l’espace politique durant les mois, voire les années précédant le vote. En 2015 néanmoins, l’UE ne viendra pas. Selon le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn (2012-), cette absence s’expliquerait par des restrictions financières de l’UE1, mais pour les cercles diplomatiques européens et Ana Gomes, il n’y a aucun doute : « Nous avons décidé que nous ne devions pas y aller (…) car nous savons que cette élection sera une farce », a récemment déclaré Ana Gomes. Toujours selon l’ancienne responsable de la mission d’Observation de 2005, les dires du gouvernement quant à l’absence de financements de l’UE seraient « totalement infondés ».2 L’Union africaine sera par conséquent la seule organisation extérieure à dépêcher 59 observateurs qui contrôleront 356 des… 45 000 bureaux de vote. Continuer la lecture de La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

  1. Déclaration d’Hailemariam Desalegn au Parlement éthiopien le 22 mai 2015 : http://www.ethpress.gov.et/herald/index.php/news/national-news/item/716premierwarns-of-takinglegal-actions-against-bellicose-political-leaders, consulté le 23 mai. []
  2. Entretien sur Deutsche Welle : http://www.dw.de/ethiopie-un-score-à-la-soviétique-en-vue/a-18467068, Consulté le 23 mai 2015. []

Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?

Le 24 mai 2015, les Ethiopien.ne.s se rendront aux urnes à l’occasion des cinquièmes élections générales depuis l’instauration du régime fédéral en 1995. Il s’agit d’élire au suffrage universel direct les 547 représentants des woreda qui siégeront à la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse), la plus haute autorité législative du régime (Constitution 1995). Ces élections représentent le moment fort de la vie électorale éthiopienne. La majorité parlementaire détermine en effet l’appartenance politique du Premier ministre qui est aussi la plus haute autorité exécutive du pays. Depuis 1995 et jusqu’à sa mort en 2012, Meles Zenawi occupait cette fonction centrale. Depuis sa disparition, l’hégémonique Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (qu’il présidait également) a confirmé son dauphin Hailé Mariam Dessalegn à la tête du régime. Mai 2015 est donc inédite puisque, pour la première fois, l’élection aura lieu sans l’architecte du régime.

Sur une population totale avoisinant officiellement les 90 millions, le gouvernement attend 33 millions d’inscriptions d’ici le 19 février. C’est deux millions de plus qu’en 2010, date des dernières élections générales qui avaient laissé un goût amer aux partis d’opposition qui n’avaient décroché qu’un seul siège à la Chambre basse (un second siège étant occupé par un candidat indépendant). Girma Seifu, représentant l’Union for Democracy and Justice (UDJ), est ainsi l’unique opposant parmi les 547 députés actuels. Voyons comment se présente, schématiquement, la scène politique éthiopienne à la veille des élections de 2015.

Continuer la lecture de Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?