Archives par mot-clé : Elections

A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?

            Les élections présidentielles et législatives prévues en octobre prochain seront les cinquièmes depuis le retour au multipartisme en Tanzanie : si l’ancien parti unique CCM (Chama Cha Mapinduzi, le parti de la révolution), est de nouveau quasi assuré de garder la mainmise sur la présidence et le Bunge (l’Assemblée Nationale), elles seront sans aucun doute les plus disputées depuis la première édition de 1995. De nombreux acteurs internationaux, de l’opposition et de la société civile n’hésitent plus aujourd’hui à exprimer ouvertement leur inquiétude quant à la tenue d’un scrutin pacifique et sincère, à défaut d’être libre et équitable. La Commission Nationale Electorale (NEC) peine en effet à enregistrer les 24 millions d’électeurs potentiels et les atteintes aux libertés se sont multipliées depuis quelques mois. Après avoir rassemblé près de 40% des suffrages en 2010 – un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis les premières élections multi partisanes de 1995 – l’opposition a triplé son score aux élections locales de décembre 2014 en emportant 24% des suffrages. Cette dynamique est parallèle depuis 2010 à l’effritement de l’hégémonie électorale du CCM et une forme d’épuisement des mécanismes de mobilisation sociale traditionnellement utilisés par le parti pour se maintenir au pouvoir.

 Les récents évènements méritent d’être lus à la lumière des dynamiques et contradictions du régime politique tanzanien : la situation est aujourd’hui caractérisée par l’incertitude et il est pour l’instant difficile de savoir si l’année 2015 marquera une étape dans l’habituation à la compétition politique en Tanzanie ou sera au contraire l’occasion du raidissement d’un système de parti hégémonique.

  1. L’échec du processus constitutionnel & contrôle de l’environnement institutionnel

             Les 18 derniers mois ont été marqués en Tanzanie par les déboires du processus de réforme constitutionnelle : prenant son propre parti par surprise, le Président Kikwete avait annoncé début 2011 vouloir remplacer la Constitution de 1977, fondée sur le triptyque de la suprématie du parti, de la présidence « impériale » et d’une Union à deux gouvernements (Shivji, 2008 : 181). Les amendements constitutionnels du début des années 1990 n’ont pas fondamentalement remis en cause la fusion « de facto » entre l’Etat et le parti (Makulilo, 2008) et le contrôle du processus de transition par le CCM et son « gradualisme prudent » ont rendu possible une situation monopole politique en contexte multipartisan (Nyirabu, 2002 : 105).

La commission de réforme constitutionnelle Warioba (du nom de son président), après avoir recueilli les avis de près d’un million de citoyens, avait proposé des aménagements substantiels, dont l’adoption d’une structure fédérale à trois gouvernements (un pour la République Unie, un pour le Tanganyika et un pour Zanzibar). S’emportant contre cette solution qu’ils considèrent comme un danger à l’existence même de l’Union, le gouvernement et le parti au pouvoir sont restés fermement accrochés au statu quo à deux gouvernements, au nom de l’héritage du père de la Nation Julius Nyerere. L’Assemblée constituante, composée des membres du Bunge et de la chambre des représentants de Zanzibar ainsi que d’un tiers de membres de la société civile nommés par le Président, a adopté le 2 octobre 2014 une proposition de loi fondamentale : après un long et laborieux processus, elle a rejeté la quasi totalité des propositions de la commission Warioba et finalement conservé intacte la structure institutionnelle de la République et la répartition des pouvoirs en son sein. Continuer la lecture de A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?

Impression pré-électorale. Burundi mars 2015

Cette note sur l’actualité politique au Burundi, au regard d’une mission effectuée du 9 au 13 mars à Bujumbura, est bien plus un ressenti qu’une analyse. Elle est un arrêt sur propos reprenant les analyses et hypothèses faites en octobre 2014 (cf. notes Observatoire des Grands Lacs en Afrique d’octobre 2014 et de 2012 : voir http://observatoire-grands-lacs.org ) ; elle est bien plus un arrêt sur image, tant l’actualité politique s’accélère ces derniers temps.

Le regard avec ses limites sera celui d’un historien avec ses deux obsessions : la mise en perspective, la pesanteur des durées sur l’actualité d’une part, le poids de la contingence et des ruptures d’autre part. Il se situe entre recherche des causalités et observation des nouvelles logiques en construction dans le présent. Il s’interroge sur les événements et leur portée éventuelle.

Rappelons qu’au cours de ces cinq dernières années, le Burundi a vécu une crise politique rentrée, sans crise de régime et sans remise en cause de sa stabilité géopolitique. Mais les travers qui se sont alors accumulés (violences politiques et autoritarisme, division des oppositions, contentieux et conflits), se cristallisent comme un boomerang sur la période pré-électorale et électorale : dans ces conditions, il est difficile de penser celle-ci hors de ces tensions et pressions. La dramatisation, de basse intensité, de la période préélectorale le confirme sous les traits de « bras de fer » (entre le pouvoir et les oppositions, puis au sein du parti au pouvoir…), et ce climat va se renforcer, confronté dans le court terme à des épreuves de force attendues (en particulier quelle réaction à la déclaration annoncée d’une troisième candidature de P. Nkurunziza, quelle mobilisation et contre-mobilisation des jeunesses des partis, le choix et la proclamation des candidatures, quels rapports de force au sein du parti présidentiel le CNDD FDD (Conseil national pour le défense de la démocratie, forces de défense de la démocratie) ; plus encore, en raison des inconnues de cette situation qui rappellent les contextes historiques des crises passées, un combat sans chefs ou avec des chefs délégitimés ou discriminés. En effet, la faiblesse du leadership politique, d’abord au sein de l’opposition parlementaire et non parlementaire, en partie provoquée par le pouvoir et sa « nuisance politique », ensuite au sein du parti au pouvoir – un vide peut être calculé avant l’annonce des candidatures et le dévoilement des stratégies partisanes – fait le lit des options radicales ; elle offre une marge d’actions aux partisans d’un usage de la violence, présents dans chaque camp, qui surestiment leurs capacités de mobilisation de la société urbaine, d’encadrement du monde rural, leurs relais médiatiques ou institutionnels, mais qui connaissent l’impact de la violence sur la bipolarisation de l’arène politique et sur la société burundaise. Continuer la lecture de Impression pré-électorale. Burundi mars 2015

Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques

Décidemment, la surprise en politique reste difficile à intégrer à l’analyse. Ni les chercheurs ni les médias n’ont vu venir l’évènement le plus improbable de l’histoire politique récente du Nigeria : la victoire du principal parti d’opposition, le All Progressive Congress (APC) emmené par Muhammad Buhari, contre le président sortant Goodluck Jonathan et le parti présidentiel (le People’s Democratic Party, PDP) au pouvoir depuis 1999. L’APC l’a emporté avec 15,4 millions de voix (53,9% des voix) contre 12,8 millions de voix pour le PDP (44,9%). Au Nigeria, alors que les sondages des derniers mois donnaient les résultats les plus contradictoires, de nombreux commentaires affirmaient que Jonathan ne pouvait pas gagner les élections. Ayant suivi les élections présidentielles précédentes, j’avais quelques difficultés à accorder un peu de crédit à ce genre de déclarations qui prophétisent la victoire de l’opposition pour découvrir au lendemain des élections que le PDP tient toujours le pays. Si les analyses ex post vont bientôt fleurir, tentons ici de voir comment les effets de loupe médiatique grossissant à l’excès la focale sur ce qui constituerait l’essence du Nigeria – Boko Haram, une violence et une corruption endémique, la désorganisation administrative, l’opposition d’un nord islamique à un sud chrétien – ont escamoté des transformations sociales et politiques moins visibles mais plus durables du champ politique.

Les élections présidentielles de 2015 constituent peut être une énigme à trois questions. Comment un pays qui, au cours de l’année passée, a connu un conflit d’une ampleur considérable parvient à organiser une élection crédible ? Comment un pays connu pour son incapacité chronique à fournir des services de base parvient à organiser la plus grande élection par carte biométrique du monde ? Comment un ancien dictateur de 72 ans qui n’a jamais réussi à se faire élire en vient à incarner l’espoir d’une alternance démocratique ? Continuer la lecture de Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques

Jours (trop) tranquilles en Haïti

La capitale haïtienne, Port-au-Prince, est bercée nuit et jour de chansons de bruits. La nuit se partage entre aboiements intempestifs et coqs en concurrence. L’aube se lève au son des prières et des balais qui s’activent près des cuisines déjà en ébullition. Puis, la chaleur du jour laisse se déployer, à travers la tentaculaire agglomération, les engins motorisés de toutes sortes, pétaradant, klaxonnant, diffusant souvent des décibels : moto taxis, tap-taps (petits transports collectifs), voitures particulières, camions citernes d’eau, blindés de la Minustah (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti), 4X4 blancs des ONG… Le nuage de poussière et de pollution s’élève alors au-dessus de la ville, et enveloppe tout un monde humain foisonnant dans les interstices de la ville : petites marchandes de rue, vendeurs ambulants, écoliers en costume, porteurs d’eau… Ce rythme trépidant semble ne s’arrêter jamais, écrasé de chaleur, bruyant, dynamique, jusqu’à ce que la soirée amène un peu de fraîcheur et de repos.

Mais ces lundi 9 et mardi 10 février 2015, tout est calme. Grève générale, ville morte. Pas de klaxons, pas de sourde rumeur de la ville, pas de nuage de pollution. Seuls les piétons se risquent dans les rues. Quelques voitures s’aventurent dehors mais rentrent bien vite au bercail. La ville semble retenir son souffle. Pourquoi cette grève, pourquoi cette crainte ? Continuer la lecture de Jours (trop) tranquilles en Haïti

Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

Once again, Nigerians are going to the polls for the 2015 general elections scheduled to hold on February 14, 21 and 28. This is yet another milestone for Nigeria that will be celebrating 16 years of uninterrupted democracy since 1999; that is if probable disruptions in these elections do not have the barrack boys running to Aso Rock1 to take over power. In fact, Nigeria’s political history is replete with several coup d’état that saw various military regimes in power for 30 years out of the 40 years of independence between 1960 and 1999.

Transition to civilian rule indeed?

The first civilian regime lasted from 1960 to 1966, when the first coup d’état took place within a context of mutual suspicion and allegations of marginalisation based on ethnicity and regional block. The military stayed in power until 1979 when the Second Republic was ushered in under President Shagari. This regime was overthrown in 1983 by no other person than Rtd Gen. Muhamadu Buhari, who now turns out to be the major contender to the presidency in 2015 elections. He was overthrown shortly afterwards by Rtd Gen. Ibrahim B. Babangida, who attempted a transition to a civilian regime in 1993. Continuer la lecture de Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

  1. The presidential villa. []

« Se nos roubar, vamos queimar! »* Vers une nouvelle guerre civile au Mozambique?

Mozambique1

En 1994, la COFACE (Compagnie française pour l’assurance du commerce extérieur) voulait savoir si la Mozal, une électrométallurgie de la bauxite fondée sur la main d’œuvre bon marché mozambicaine, l’électricité importée d’Afrique du Sud, le minerai venant d’Australie et l’aluminium revendu immédiatement au Japon – bref, un schéma parfaitement colonial – serait viable et si la guerre civile allait reprendre dans les douze ans. Telle était la durée de sa garantie. Avec un autre collègue de LAM (qui se reconnaîtra), nous avions garanti que la guerre civile ne reprendrait pas au cours de ce délai et que l’environnement régional serait favorable. Nous ne nous sommes pas trompés. Même si la Renamo (Resistência nacional de Moçambique), l’ancienne rébellion appuyée par l’apartheid pour combattre le Frelimo (Frente de libertação de Moçambique) « marxiste-léniniste » pendant la terrible guerre civile de 1977 à 1992 estime avoir toujours perdu les élections par la fraude – ce qui me semble au moins partiellement vrai, notamment en 1999 – et n’a jamais rien obtenu du gouvernement par la négociation pendant des années, il aurait été suicidaire pour elle de recourir à nouveau aux armes grâce aux quelques centaines de soldats qu’elle n’avait jamais démobilisés. La société mozambicaine voulait vivre dans la paix et, plutôt que d’amnistie, avait besoin d’amnésie. Continuer la lecture de « Se nos roubar, vamos queimar! »* Vers une nouvelle guerre civile au Mozambique?

Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

Comme si de rien n’était, la date de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été fixée exactement cinq ans après la précédente (25 octobre et 22 novembre 2015). On se souvient que la contestation des résultats de 2010 avait déclenché une violente crise post-électorale, conduisant l’actuel président de la République Alassane Ouattara à prêter serment deux fois : le 4 décembre 2010 après la certification des résultats par l’ONU, puis le 7 mai 2011 après la reddition du vaincu Laurent Gbagbo (11 avril 2011).

 Depuis cet épisode, la Côte d’Ivoire donne l’impression d’avoir retrouvé la sérénité nécessaire pour affronter de nouveau ce scrutin majeur. C’est ainsi que les élections intermédiaires se sont déroulées aux dates normales (décembre 2011 pour les législatives1, avril 2013 pour les municipales et les régionales2) et sans difficultés particulières si ce n’est qu’elles ont été boycottées par le FPI (Front populaire ivoirien, parti de l’ancien président Gbagbo), arc-bouté sur le refus des résultats de 2010.

 Sérénité nécessaire, mais peut-être pas suffisante. En effet, plusieurs pierres d’achoppement subsistent et sont de nature soit à compromettre le processus pré-électoral, soit à en allonger la durée. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

  1. http://echogeo.revues.org/13017 []
  2. http://echogeo.revues.org/13697 []

Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?

Le 24 mai 2015, les Ethiopien.ne.s se rendront aux urnes à l’occasion des cinquièmes élections générales depuis l’instauration du régime fédéral en 1995. Il s’agit d’élire au suffrage universel direct les 547 représentants des woreda qui siégeront à la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse), la plus haute autorité législative du régime (Constitution 1995). Ces élections représentent le moment fort de la vie électorale éthiopienne. La majorité parlementaire détermine en effet l’appartenance politique du Premier ministre qui est aussi la plus haute autorité exécutive du pays. Depuis 1995 et jusqu’à sa mort en 2012, Meles Zenawi occupait cette fonction centrale. Depuis sa disparition, l’hégémonique Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (qu’il présidait également) a confirmé son dauphin Hailé Mariam Dessalegn à la tête du régime. Mai 2015 est donc inédite puisque, pour la première fois, l’élection aura lieu sans l’architecte du régime.

Sur une population totale avoisinant officiellement les 90 millions, le gouvernement attend 33 millions d’inscriptions d’ici le 19 février. C’est deux millions de plus qu’en 2010, date des dernières élections générales qui avaient laissé un goût amer aux partis d’opposition qui n’avaient décroché qu’un seul siège à la Chambre basse (un second siège étant occupé par un candidat indépendant). Girma Seifu, représentant l’Union for Democracy and Justice (UDJ), est ainsi l’unique opposant parmi les 547 députés actuels. Voyons comment se présente, schématiquement, la scène politique éthiopienne à la veille des élections de 2015.

Continuer la lecture de Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?