Archives par mot-clé : Elections

GAMBIE : LE ROI EST NU !

« Je préviens cette vermine maléfique qui s’appelle l’opposition : si vous voulez déstabiliser ce pays, je vous enterrerai neuf pieds sous terre ».

Yahya Jammeh, mai 2016

« Allah m’a élu ; seul Allah peut me retirer le pouvoir » 

Yahya Jammeh, novembre 2016

 

Tenus avant l’élection présidentielle du 1er décembre dernier, ces propos de Yahya Jammeh éclairent d’une lumière crue la nature de son régime. Mais ils n’ont rien de surprenant : au pouvoir depuis 22 ans, on se doutait bien que le dictateur gambien entendait y rester par tous les moyens. La surprise est ailleurs : voir un dictateur battu dans les urnes, et, plus encore, de le voir reconnaître sa défaite, allant jusqu’à féliciter son vainqueur, Adama Barrow, un quasi-inconnu présenté par la coalition des partis d’opposition ! Mais l’euphorie de ses adversaires est de courte durée : quelques jours après l’annonce des résultats, le camp présidentiel les rejette et demande un nouveau scrutin, tandis que le président sortant n’entend pas céder sa place. A quelques jours de la passation de pouvoir, fixée par la Constitution au 19 janvier, l’impasse est totale à Banjul, avec le risque d’une confrontation violente.

Comment expliquer cette défaite de la dictature ? Comment expliquer ensuite le revirement de Jammeh ? Enfin, que peut-il se passer maintenant ? Telles sont les trois questions auxquelles cet article tente ici, brièvement, de répondre.

Un régime en crise

Une défaite électorale

Même si elle n’atteint pas son record de 2011, la participation à la présidentielle est importante – près de deux électeurs sur trois ont voté -, signe de l’intérêt pour le scrutin. Sur un total de plus de 520 000 voix, l’écart entre les deux premiers candidats est peu important, de l’ordre de 19 000 voix. Mais ce résultat n’en marque pas moins un effondrement de Jammeh : par rapport à 2006, il perd 50 000 voix. Par rapport à 2011, il en perd 260 000, passant de 470 000 à moins de 210 000. C’est énorme ! De 72% des suffrages en 2011, il tombe ainsi à moins de 40%. Même s’il n’est battu que de justesse, le désaveu est clair pour le président sortant.

L’effondrement de Jammeh profite à l’un de ses anciens partisans, qui obtient près de 90 000 voix. Mais il profite surtout au candidat de la coalition d’opposition, Adama Barrow. Celui-ci ne gagne cependant que 40 000 voix par rapport au total des voix de l’opposition en 2011. Contrairement à ce qu’une lecture superficielle pourrait laisser penser, ce n’est donc pas un raz-de marée en sa faveur. Mais c’est suffisant pour assurer son élection, avec 43% des suffrages exprimés (le scrutin gambien étant à un seul tour, c’est le candidat arrivé en tête qui est élu).

Une crise multiforme

Les raisons de ce désaveu du sortant sont connues1. Si les réalisations dont s’enorgueillit le régime sont incontestables (écoles, dispensaires, routes…), elles ne parviennent pas, en effet, à masquer une crise qui s’est brutalement aggravée, et dont on ne rappellera ici que les principaux aspects. La crise est économique et financière (la Gambie l’un des pays les plus endettés du continent par rapport à son PIB), renvoyant à des facteurs extérieurs (le ralentissement économique mondial, le virus Ebola) mais aussi, et surtout, à des facteurs intérieurs (les choix du régime). Ces derniers sont prépondérants, et pointent  la responsabilité du régime : par son  choix d’un modèle économique extraverti (tourisme, Etat-entrepôt), donc vulnérable, mais aussi par le choix d’un modèle politique autoritaire et prédateur, sur fond de népotisme, avec des violations répétées des droits de l’Homme à l’origine du gel de l’aide occidentale. Il en résulte une crise sociale qui touche de plein fouet des populations laminées par la baisse de l’activité et la hausse des prix. Incapable d’apporter des réponses satisfaisantes à cette crise dont il est en grande partie responsable, le pouvoir accentue les menaces et durcit la répression. Ce durcissement ne fait qu’amplifier le rejet dont il est l’objet aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, et qu’accélérer les évolutions : la crise est désormais ouvertement politique, avec des signaux forts envoyés au pouvoir.

Les signaux

L’exit option est la première réponse spontanée à la crise : avant le scrutin de décembre, de nombreux Gambiens avaient déjà voté avec leurs pieds. Fuyant la dictature ou la crise économique, ou les deux à la fois, ils sont des dizaines de milliers2 à avoir quitté le pays. Bien que peu peuplée (moins de deux millions d’habitants), la Gambie est ainsi rapidement devenue l’un des principaux pourvoyeurs de migrants africains vers l’Europe. En 2016, 12 000 de ses ressortissants ont été officiellement enregistrés à leur entrée en Italie, principal point d’arrivée des migrants subsahariens. En nombre, ils y occupent le 5e rang derrière les Nigérians, les Erythréens, les Guinéens et les Ivoiriens3. Mais, en pourcentage de la population de leur pays d’origine, ils occupent le premier rang.

Quant à ceux qui restent, ils s’enhardissent. Sans doute encouragés par la réprobation internationale croissante à l’égard du régime, des Gambiens osent pour la première fois défier le régime en avril 2016. Le 14, à l’appel du principal parti d’opposition, l’UDP (United Democratic Party), ils sont plusieurs centaines à manifester contre le durcissement de la loi électorale qui vise à écarter des candidats, à commencer par Ousseynou Darboe, secrétaire général de l’UDP et principal opposant au régime, exclu de la compétition en raison de son âge. C’est l’occasion pour le régime de l’arrêter, en compagnie d’autres responsables du parti, dont l’un meurt peu après en prison. Le 16, une nouvelle manifestation, cette fois contre la répression, amène Jammeh à écourter un voyage en Turquie et à rentrer précipitamment à Banjul.

Même si les participants sont peu nombreux et même si ce type de protestation n’est pas nouveau en Gambie4, il provoque la colère de Jammeh (voir citation en exergue), qui durcit la répression. Avec une conséquence inédite : pour la première fois, l’opposition décide de se rassembler autour d’un candidat unique à la présidentielle (issu des rangs de l’UDP). Dans un contexte de crise aggravée, tous les espoirs lui sont permis…

La surdité du régime

Jammeh ne voit pas ces signaux, ou n’en tient pas compte. Sans doute parce qu’il pense qu’il est le seul à même de pouvoir faire le bonheur des Gambiens : assumant la nature de son régime, il se présente comme un « dictateur du développement et du progrès ». Mais aussi parce qu’il est confiant dans des pratiques qui lui assurent la victoire depuis 20 ans : une forte dose de clientélisme, notamment en direction de son groupe ethnique, les Diola, qu’ils soient d’origine gambienne ou sénégalaise (il fait venir ces derniers par milliers de Casamance lors des élections), et une propagande omniprésente du pouvoir et la mise à disposition de ses candidats des moyens financiers, matériels et humains de l’Etat. A l’inverse, tout est fait pour étouffer les voix discordantes : parallèlement aux purges dans l’appareil d’Etat, le régime compte sur l’intimidation et la répression de l’opposition, de la presse, des organisations de défense des droits de l’Homme… arrestations, tortures, disparitions sont ainsi de nature à réfréner les velléités de résistance. S’y ajoutent les pressions sur les électeurs, avec notamment des menaces pour les localités ou les quartiers qui voteraient mal. Après quoi, le vote peut se dérouler à peu près normalement… La contradiction n’est donc qu’apparente entre dictature et élection : on peut même dire que c’est paradoxalement grâce à la dictature que le régime peut se permettre d’organiser des élections libres. Car, comme le remarque judicieusement Niklas Hultin5, tout se joue en amont de l’élection.

Le problème, est que, cette fois, Jammeh s’est trompé : il a surestimé sa capacité à peser sur le scrutin. La surprise (mauvaise) est donc d’abord pour lui : Jammeh est pris à son propre piège ! C’est ce qui peut expliquer sa première réaction : sans doute désarçonné, il ne peut qu’accepter sa défaite, faute d’une alternative qu’il n’a visiblement pas prévue. D’autant qu’en jouant jusqu’au bout la carte de la légalité, il peut espérer échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires. Et peut-être trouver avant la fin de son mandat un moyen de rebondir : c’est exactement ce qui se produit !

Le coup de poker de Jammeh

La menace judiciaire

Sans doute prématurées, certaines déclarations, dont celles de son vainqueur, ont dû inquiéter sérieusement le président sortant : à l’instar d’Hissène Habré, Yahya Jammeh se voyait menacé d’être traîné en justice pour ses graves atteintes aux droits de l’Homme. Une perspective de nature à inquiéter également son entourage, à commencer par les chefs de l’armée et de la police : il est possible que ces derniers aient aidé Jammeh à changer de stratégie en contestant ce qu’il avait d’abord reconnu. Démentis et mises au point se multiplient alors, assurant qu’il ne serait pas inquiété, qu’il pourrait retourner vivre paisiblement dans son ranch de Kanilaye, mais il est trop tard : Jammeh a franchi le Rubicon ! En reconnaissant le résultat de l’élection, l’ancien président avait certes une petite chance d’échapper à des poursuites, mais au prix de la perte du pouvoir. En contestant le résultat, il peut espérer gagner sur les deux tableaux, garder le pouvoir et (donc) échapper aux poursuites. Encore fallait-il une occasion pour cette contestation. Cette occasion, c’est, sans doute bien involontairement, la CEI (Commission électorale indépendante) qui la lui a fournie.

Une opportunité

Un nouveau décompte effectué par la CEI réduit l’écart entre les deux premiers candidats à la présidentielle. Ce rectificatif est tout à l’honneur de la CEI, qui y trouve un surcroît de respectabilité. Mais il offre surtout une formidable opportunité pour Jammeh, lui permettant de jeter le doute sur les travaux de la Commission, de demander l’annulation du vote et, dans la foulée, l’organisation d’un nouveau scrutin. Un nouveau scrutin qu’il peut évidemment espérer remporter en améliorant sa préparation en amont (par exemple en agissant sur les abstentionnistes6). Continuer la lecture de GAMBIE : LE ROI EST NU !

  1. Voir mon article  « République islamique de Gambie : toujours Jammeh… », Lamenparle, avril 2016 []
  2. Selon certaines sources, près d’un quart de la population vivrait ainsi à l’étranger. Une estimation difficile à vérifier en l’absence de données fiables. []
  3. Source : https://missingmigrants.iom.int/ []
  4. En avril 2000, 14 étudiants avaient été tués lors d’une marche de protestation contre le meurtre d’un des leurs par des policiers. []
  5. Professeur à l’université George Mason de Virginie et spécialiste de la Gambie. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/gambie-yahya-jammeh-isole-choisit-l-epreuve-de-force_5051821_3212.html#UR6x7LUHRtWufgr6.99 []
  6. Il pourrait notamment corriger une erreur tactique qui, selon des sources concordantes, lui aurait coûté des voix en décembre : l’annonce de la fermeture de la frontière par les autorités gambiennes, quelques jours avant le vote avait permis aux autorités sénégalaises de bloquer le passage de Casamançais binationaux, les empêchant ainsi de voter pour le dictateur. []

Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

Une « victoire écrasante » : non, ce n’est pas le titre d’un article traitant des élections locales sud-africaines tenues le 3 août 2016, mais d’un papier concernant les élections législatives russes organisées quelques jours plus tard, le 18 septembre. Le parti Russie unie y obtint 54,18 % des voix. Avec un résultat similaire, de 53,91 à 54,49 % des suffrages exprimés, selon le type de vote pris en compte[1], le score du Congrès national africain (ANC) s’est vu, lui, qualifier dans la presse de « défaite historique »[2], la « pire depuis la fin de l’apartheid »[3]. Comment expliquer cette différence d’appréciation ? Ces élections n’étaient pas de même type et leurs conséquences ne furent pas identiques et, en Afrique du Sud, ce qui a compté fut la comparaison des élections locales de 2016 avec les précédentes. Cinq ans auparavant, l’ANC avait recueilli 61,95 % des suffrages, contre 53,91 % cette année ; depuis le sommet atteint aux élections locales de 2004 (69,7 % des suffrages), le score du parti de Nelson Mandela a fait une chute rapide : 62,12 % aux élections nationales de 2014 et, donc, 53,91 %[4] aujourd’hui[5].

A l’inverse, la principale force d’opposition, l’Alliance démocratique (DA) a vu s’accroître sa part de l’électorat : de 23,94 % en 2011 à 26,90 % en 2016, en passant par 22,23 % aux élections nationales de 2014. Enfin, les Combattants de la liberté économique (EFF) créés par Justus Malema, ancien dirigeant de la Ligue de jeunesse de l’ANC, après qu’il a été exclu de cette organisation, ont fait un score intéressant pour leur première participation à des élections locales en obtenant 8,19 % des voix, après avoir recueilli 6,35 % des suffrages aux élections nationales de 2014. L’augmentation du nombre des voix obtenues par les partis d’opposition semble minime (+ 2,96 % pour la DA ; + 1,84 % pour les EFF depuis 2014) mais elle a des implications importantes en ce qui concerne la gestion des principales métropoles du pays et ouvre des perspectives inédites pour l’avenir politique de l’Afrique du Sud. Le premier enseignement à tirer de ce scrutin est qu’il représente une victoire de la démocratie sud-africaine : plus de 200 partis (dont beaucoup d’organisations locales) ont présenté des candidats, même si seulement trois d’entre eux ont obtenu au niveau national plus de 5 % des voix. Les élections ont confirmé que la Commission électorale indépendante avait le savoir-faire et la neutralité nécessaires pour organiser des élections libres et honnêtes ainsi que pour collationner efficacement et rapidement leurs résultats.

La montée des oppositions

Généralement parlant, la DA a pénétré des territoires naguère fidèles à l’ANC ; la participation électorale a été plus élevée là où la DA a obtenu de bons résultats, alors qu’elle a été plus faible dans de nombreux fiefs de l’ANC. Celui-ci a perdu de l’influence dans toutes les provinces, à l’exception du KwaZulu-Natal. Il semble que beaucoup d’électeurs déçus par le gouvernement, surtout depuis l’élection de Jacob Zuma à la présidence de la République en 2009, ont préféré l’abstention à un vote en faveur des partis d’opposition. De fait, bien des habitants des townships africains ne se sont pas déplacés pour voter, mais le parti voit aussi ses soutiens diminuer dans des provinces largement rurales telles que le Free State, le North West, le Limpopo et le Northern Cape. La direction de l’ANC semble désormais vivre dans un monde à part, loin de la majorité de la population, préoccupée surtout de ses querelles internes et de ses stratégies d’enrichissement personnel. Jacob Zuma symbolise cette déconnexion corrompue : il a été condamné pour avoir consacré des deniers de l’État à l’aménagement de sa résidence privée de Nkandla[6] et demeure fortement soupçonné de favoriser les entreprises de ses amis, notamment celles d’une famille indienne, les Gupta[7], non sans en tirer lui-même quelque profit. Ses comportements, et ceux de plusieurs dirigeants, contrastent avec la situation que connaissent de nombreux citoyens dont les besoins de base ne sont pas satisfaits par les politiques mises en œuvre par le gouvernement, en dépit de l’importance des aides sociales. Les déclarations pré-électorales de Jacob Zuma ont montré à quel point il ne parvenait plus à comprendre l’évolution de la société sud-africaine : « Nous [l’ANC] gouvernerons jusqu’au retour de Jésus », « les ancêtres seront en colère contre vous si vous ne votez pas ANC », a-t-il, entre autres, proclamé[8].

Mais, au-delà de la responsabilité du Président, c’est l’ensemble de la direction de l’ANC qui se trouve mise en cause : arrogante[9], corrompue, divisée, incompétente, incapable d’améliorer les conditions de vie des gens ordinaires et de vaincre le chômage, étalant son aisance dans des comportements à la limite de la bouffonnerie, tels sont quelques-uns des reproches que lui ont adressés les commentateurs sud-africains[10]. Dans cette perspective, la victoire en chiffres de l’ANC ne le préserve pas des pronostics y détectant paradoxalement « le commencement de la fin »[11]. La DA a consolidé son électorat dans les « nouvelles classes moyennes » urbaines et parmi les born free, nés après 1994. Elle bénéficie toujours d’une large popularité dans le Western Cape (où elle emporte 63,33 % des suffrages) et sa part de l’électorat dans les élections locales ne cesse d’augmenter[12]. Ces résultats marquent le succès de la stratégie mise en place par son ancienne leader Helen Zille. Autrefois militante du Black Sash[13], celle-ci a entrepris de dissiper l’image de parti conservateur attaché à la préservation des privilèges blancs qui collait à la DA depuis sa fondation en 2000. Elle a accéléré la promotion de cadres « non-blancs » jusqu’à l’élection à sa tête de Mmusi Maimane en  2015 et a choisi de faire du Western Cape une vitrine de la probité et de l’efficacité de ses élus, tout en continuant à défendre des positions « libérales » en matière économique et sociale. Cette combinaison a séduit une partie des nouvelles « élites non-blanches » qui refusent de continuer à soutenir l’ANC sur la seule base de son rôle historique. Comme le constatait un éditorial de l’influent hebdomadaire The Mail and Guardian : « La DA atteint tous les objectifs les uns après les autres, tant et si bien qu’il est possible de prendre au sérieux sa prétention à devenir le parti dominant en 2024. Elle a montré dans le Western Cape comment elle pouvait passer de partenaire dans un gouvernement de coalition provincial à une position principale puis hégémonique, et elle se trouve maintenant en situation d’appliquer le même plan dans plusieurs importantes métropoles sud-africaines. »[14]

Continuer la lecture de Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

GABON présidentielle 2016

GABON présidentielle 2016

Notice explicative

__________________

Sur  627 805 électeurs inscrits, 373 310 se sont rendus aux urnes, soit une participation de 59,46 %, lors du vote du 27 août 2016 (l’élection présidentielle ne comporte qu’un seul tour).

Les résultats officiels communiqués par la CENAP (Commission électorale nationale autonome et permanente), validés par la Cour constitutionnelle, ont désigné Ali BONGO comme vainqueur avec 49,80 % des suffrages. Son challenger Jean PING aurait obtenu 48,23 % des voix.

Ces résultats sont contestés à la fois par le perdant, par la coalition d’opposition qui l’a soutenu, et par une partie de la communauté internationale

Le présent dossier comprend trois cartes

  • Une carte « Participation » par province, où les chiffres font apparaître une mobilisation exceptionnelle (plus de 99 %) dans le Haut-Ogooué, fief d’Ali BONGO, qui y a obtenu 95,46 % des suffrages, alors que la participation moyenne pour l’ensemble du pays est de 59,46 %.
  • Une carte « En tête » par province, sur laquelle nous avons utilisé des nuances proportionnelles de bleu pour Ali BONGO et de jaune pour Jean PING.
  • Une carte « Répartition des voix » par province qui met en évidence un vote massif (95,46 %) en faveur d’Ali BONGO dans le Haut-Ogooué, ce qui alimente les suspicions.

Cet exercice de cartographie électorale pourra être complété par des cartes « dissidentes » dès que nous disposerons de comptages parallèles fiables

Libre à chacun de construire sa propre analyse à partir de ces essais de représentation graphique./.

Contacts : bouquet@u-bordeaux-montaigne.fr ou  v.alfaurt@sciencespobordeaux.fr

Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

gabon_participation1tour_presidentielle

gabon_entete_presidentielle

gabon_resultats_presidentielle

 

Chronique d’un coup de force à Zanzibar. Résistance non violente et répression post-électorale

Maïlys Chauvin, Docteure en géographie, chercheure associée à LAM

Contact the author for an english version of the paper.

Après Washington, New-York et Toronto, le candidat aux élections présidentielles à Zanzibar Seif Shariff Hamad (Civic United Front, CUF) est cette semaine à Londres dans le cadre d’une campagne d’information sur la crise démocratique qui frappe Zanzibar après l’annulation du scrutin insulaire le 28 octobre 20151. Accueilli par les membres et associations de la diaspora postrévolutionnaire zanzibarie de Grande Bretagne qui a fait montre de mobilisation tout au long du processus électoral, à l’instar de la Zanzibar Welfare Society, il sera à Chatham House le 15 juillet 2016.

Sérieusement contesté pour la première fois depuis 1964 par un front uni dans les deux territoires qui forment la Tanzanie2, le Chama cha Mapinduzi (Parti de la Révolution, CCM) a redoublé cette année d’agressivité face à la mobilisation de l’électorat urbain et des partis de la coalition UKAWA3. L’accentuation de la dimension sécuritaire du processus électoral illustre les résistances de fin d’hégémonie d’un parti-État qui, bien qu’il conserve une domination institutionnelle et territoriale, a perdu son hégémonie culturelle (pour parler comme Antonio Gramsci) dans les représentations de nombreux citoyens en rupture ouverte avec l’héritage des pères fondateurs, Julius Nyerere (ex-Tanganyika) et Abeid Karume (Zanzibar). Caractérisé par une importante présence des forces armées et par l’usage de la nouvelle loi Cybercrimes dans des villes comme Mwanza, Arusha mais aussi dans la capitale Dar es Salaam, le déploiement autoritaire du parti-État a recouvré le plus de radicalité à Zanzibar. En effet, les élections présidentielles et celles des représentants de la chambre de l’archipel autonome ont été annulées par une opération qui revêt tous les aspects d’un coup de force alors que la victoire de l’opposition était pressentie.

Dimanche 25 octobre 2015 à 7h00, de longues files d’électeurs sont déjà visibles aux bureaux de vote. Certains cherchent leurs noms disparus des listes vérifiées quelques jours plus tôt ou déplacés dans celles de circonscriptions voisines au dernier moment. Ailleurs, le même visage d’électeurs apparaît dans des circonscriptions et sous des noms différents. 24 heures avant le scrutin, le redécoupage des circonscriptions électorales n’avait pas abouti à la cartographie définitive de leurs limites contrairement à ce que le site de la Zanzibar Electoral Commission (Commission électorale de Zanzibar, ZEC), présidée par Jecha Salum Jecha, annoncait.

Lundi 26 octobre matin, alors que la vérification des résultats de l’élection présidentielle à Zanzibar est en cours à la ZEC, dans le bâtiment de l’enceinte Bwawani, quartier de Malindi, Seif Shariff Hamad annonce à la presse, depuis le bureau du CUF, quartier de Mtendeni, un score de 200 077 voix contre 178 363 votes pour son adversaire Ali Mohammed Shein, suggérant une victoire à 52,87 % contre 47,13 %. Peu de temps après,  alors que des diplomates européens et des journalistes est-africains viennent de quitter le bâtiment, des tirs de lacrymogènes résonnent aux abords du siège du parti, dispersant les supporters rassemblés depuis le matin. Quelques-uns, parmi les plus jeunes, construisent en quelques minutes de petits murs de pierres pour empêcher l’incursion potentielle des voitures des forces armées. Leur déploiement s’impose alors dans la ville tandis que les boutiques ferment une à une dans le quartier commerçant Darajani. Continuer la lecture de Chronique d’un coup de force à Zanzibar. Résistance non violente et répression post-électorale

  1. Voir M. CHAUVIN The nullification of the elections in Zanzibar :  A coup against the victory of the opposition and Maridhiano process. Contacter l’auteur pour un rapport détaillé de l’ensemble du processus électoral et sa future publication dans une revue britannique de sciences sociales.

    Les élections générales en Tanzanie et dans l’archipel autonome de Zanzibar sont sous l’autorité de deux commissions électorales : la NEC (National Electoral Commission) pour les élections nationales du Président de la Tanzanie et des membres du parlement tanzanien, et la ZEC (Zanzibar Electoral Commission) pour les élections locales, des représentants de la chambre et du président de Zanzibar. Ce sont ces dernières qui ont été annulées par le Président de la ZEC. []

  2. Ex-Tanganyika et archipel de Zanzibar []
  3. UKAWA Umoja wa Katiba ya Wananchi, Coalition pour une constitution du peuple, composée de quatre partis CHADEMA, CUF, NLD, NCCR-Mageuzi. Les deux premiers sont respectivement les partis qui reçoivent le plus de soutien dans le territoire continental de l’ex-Tanganyika et archipélagique de Zanzibar. []

Élections présidentielles 2016 en Centrafrique. Comment faire parler les cartes ?

Christian BOUQUET (et Valérie ALFAURT)

La cartographie électorale en Afrique a pris autant de retard que la démocratie, mais elle progresse à grands pas au rythme des consultations populaires, dont on observe la multiplication depuis quelques années. En outre, la régularité et la transparence des opérations électorales sont en amélioration sensible, au point que tenter des représentations cartographiques des résultats commence à prendre du sens.

Toutefois, l’exercice n’est pas aussi simple que dans les pays du nord. Il faut d’abord avoir accès à des données complètes et détaillées, notamment dans leurs déclinaisons régionale et sous-régionale. Il faut ensuite disposer des fonds de carte correspondant aux découpages retenus pour l’élection.

LAM a décidé d’entreprendre une première expérience avec les élections présidentielles en Centrafrique, malgré l’accumulation des difficultés : pays en sortie de crise, organisation souvent improvisée des scrutins, liste électorale douteuse, validation étonnante du 1er tour de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015 alors que le 1er tour des élections législatives (qui s’étaient tenues le même jour) avait été invalidé en raison de fraudes multiples. Quant à l’entité chargée d’organiser les élections à la place du ministère de l’Intérieur – une Autorité nationale des élections (ANE), faisant fonction de Commission électorale indépendante – elle a montré ses limites, notamment en matière de communication lisible des résultats.

C’est donc à partir d’une capture d’écran sur un compte Facebook affichant des résultats provisoires (officialisés depuis) qu’une carte du 1er tour a pu être réalisée. Elle représente les candidats arrivés en tête au premier tour par région.

CENTRAFRICAINEpresidentielle_enteteaupremiertour2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

On rappelle que la participation à l’échelle nationale pour le 1er tour (30 décembre 2015) a été de 60,44 %. Est arrivé en tête Dologuélé (23,74 %), qui a obtenu sur son nom les ralliements de Kolingba (12,04 %) et de Mandaba (3,06 %). Est arrivé second Touadéra (19,05 %) auquel se sont ralliés Ziguélé (11,43 %), Bokassa (6,06 %) et Doubane (3,33 %).

Aucune autre information n’a pu être cartographiée faute de données, notamment celle des inscrits qui aurait permis de calculer les taux de participation par région, ainsi que le pourcentage des suffrages obtenus par rapport aux inscrits pour chaque candidat.

Si l’on considère comme recevables les données du 1er tour, les résultats du second tour sont sans surprise. Les reports de voix se sont apparemment effectués normalement, et Archange Faustin Touadéra l’a emporté avec 62,71 % des suffrages, contre 37,29 % à Anicet Martin Dologuélé, avec une participation en légère baisse (56,71 %).

CENTRAFRICAINEpresidentielle_adm-2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Cette carte n’est pas exactement la représentation qu’il aurait été souhaitable de réaliser, faute de données sur le nombre d’inscrits par région. En effet, le pourcentage de suffrages obtenus par rapport aux inscrits est un indicateur beaucoup plus « parlant » que le score calculé à partir du nombre des votants.

Ainsi, au plan national – pour lequel on connaît le nombre global d’inscrits – Touadéra est passé de 11,75 % (229 764 voix sur 1 954 433 inscrits) à 35,56 % (695 059 voix sur 1 954 433 inscrits). Sa légitimité ne peut être mesurée qu’à l’aune de ces chiffres.

Nous proposons de livrer ces données brutes, assorties de quelques conseils de prudence liés au cas particulier de la Centrafrique, à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs analyses (acteurs politiques locaux, politistes internationaux, diplomates, journalistes).

Dans les prochaines semaines, nous tenterons de « couvrir » cartographiquement les élections africaines dont les données nous sembleront fiables et les enjeux pertinents.

Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

On peut se demander si le franco-béninois Lionel Zinsou, plus connu à Paris qu’à Cotonou, nommé le 19 juin 2015 Premier ministre (PM) du gouvernement du Bénin, n’est pas entré dans une zone de fortes turbulences. Dans le pays de son père qui est pour lui «plus touristique que familier »1, puisqu’il le connaît à peine, il pensait se mouvoir dans un écosystème politique tranquille comme un long fleuve, capable de gagner haut la main la présidentielle initialement fixée au 28 février et reportée au 6 mars pour laquelle il a été désigné comme le candidat de la coalition au pouvoir, les FCBE (Forces Cauris pour un Bénin émergent). Brillant normalien de 60 ans, banquier de son état, nègre2 et protégé de Laurent Fabius, ayant fait toute sa carrière en France, son deal avec le très contesté et controversé président sortant Boni Yayi au lourd passif (mal-gouvernance économique, incompétence, fossoiement de la démocratie et des libertés, multiples scandales érigés en modalités d’action gouvernementale) a surpris plus d’un, et son crash le 26 décembre 2015 n’a pas laissé les Béninois indifférents à sa « stratégie de communication ».

Lionel Zinsou : un Éyadéma au petit pied?

C’est le moment où les chrétiens soignaient leur gueule de bois post-fête de la Nativité que Lionel Zinsou choisit pour mater la mort le 26 décembre dans le crash de son hélicoptère à Djougou, dans le nord-ouest du Bénin, après un déjeuner avec le président togolais Faure Gnassingbé, successeur de son père. Sept passagers sortirent indemnes, excepté deux d’entre eux victimes de quelques légères commotions. Près de quarante ans plus tôt, le 24 janvier 1974, dans le même périmètre géographique, le DC-3 d’Éyadéma Gnassingbé, alors tout-puissant président du Togo, se crasha à Sarakawa (nord-est du Togo), localité située à une heure à peine de route de Djougou. Celui-ci surexploita en termes magico-religieux et mythificateurs, avec une habileté machiavélique rare, cet accident d’avion au point qu’il en fit la pierre angulaire de son pouvoir, alors fondé sur un État de foi plutôt que sur un État de droit3. En dépit de leur distance temporelle, ces deux événements se lisent néanmoins dans un miroir réfléchissant des proximités très congruentes. Deux pays limitrophes : le Bénin et le Togo ; deux localités voisines : Djougou et Sarakawa ; Lionel Zinsou et Faure Gnassingbé, respectivement neveu et fils d’anciens présidents ; deux aéronefs : l’hélicoptère et l’avion ; etc. Le crash de l’hélicoptère donnera-t-il une densité légitimante à la candidature contestée de Zinsou en établissant une filiation symbolique avec la figure de l’ancien président togolais Éyadéma Gnassingbé ? Cette lecture-là, ni Zinsou lui-même, ni les Béninois ni les états-majors des partis politiques ne la font, bien sûr. Dans ce pays comme ailleurs où pratiques religieuses et pratiques politiques sont d’une grande porosité, il n’est pas impossible que l’inconscient collectif, défiant les dogmes catholiques, imagine un Lionel Zinsou en frère jumeau de Jésus en train de naître avec un jour de retard dans un hameau au nord du pays vaudou, alors que l’annonce du crash ne suscita qu’ironie et moqueries générales sous la plume par exemple de Roger Gbégnonvi4, ou sous celle anticipatrice de Martin Mateto5.

Au pays des veaux-doux (vaudous), il y a aussi des bœufs-durs (des crocodiles), Monsieur Zinsou !

Ce furent des coups de feu nourris qui accueillirent la candidature de Zinsou. Ont été vite dénoncées la manœuvre et la stratégie de Paris pour l’imposer6 et surtout celles de Boni Yayi qui l’a positionné comme son dauphin. Hermann Boko et Serge Michel montrent comment cette candidature déchaîna des passions au sein de l’opposition, dans la presse locale (La Nouvelle Tribune), les réseaux sociaux7 et la diaspora béninoise dont certains membres l’ont interpellé par des lettres ouvertes, comme celle du 20 décembre 2015 de Patient Gandaho8, un Béninois résidant en France. Son père René Zinsou, docteur en médecine, et son oncle Emile Derlin Zinsou, ancien président du Bénin, dissuadèrent en vain « l’homme qui n’écoute que son devoir ». Son père (un peu de plus de 90 ans) roule maintenant pour lui et il l’amène avec lui de meeting en meeting comme son interprète en fon. La plupart des réactions ont insisté sur l’identité du candidat perçu comme « un étranger »,    « un venu de France » ou comme « un homme seul » et voient en lui un « néophyte » de la politique ou un « ouvrier de la 25ème heure » à qui l’on prédit « un échec cuisant » quand on ne moque pas « ses boubous en bazins bien brodés et taillés sur mesure ». On souligne son exceptionnalité comme étant « le seul Français à la tête d’un pays d’Afrique » chargé de mission de pérennisation de la Françafrique. On lui fait observer qu’il a intérêt à suivre l’exemple de Barack Obama, né de père kényan et de mère américaine, qui n’a jamais songé briguer la présidence du pays de son père et qu’il rendrait un grand service au Bénin en devenant président en France. Continuer la lecture de Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

  1. Roger Gbégnonvi, « Lionel Zinsou ou Jésus des jours mauvais », http://www.24haubenin.info/?Lionel-Zinsou-ou-Jesus-des-jours> consulté le 30 mars 2016. []
  2. Il écrivait les discours de Laurent Fabius, PM puis ministre dont il était un très proche collaborateur. []
  3. Lire Comi Toulabor, Le Togo sous Eyadéma, Paris, Karthala, 1986. []
  4. Roger Gbégnonvi, art. cit. []
  5. Martin Mateso, « Bénin-Présidentielle : Lionel Zinsou, «le messie surdoué» ou «l’imposteur»? c’est selon… » <http://geopolis.francetvinfo.fr/benin-lionel-zinsou-le-messie-surdoue-ou-l-imposteur-c-est-selon-89451> publié le 22 décembre 2015, consulté le 30 mars 2016 []
  6. Cf. La Lettre du continent du 19 juin 2015 []
  7. Cf. Le Monde Afrique du 30 novembre 2015 []
  8. Patient Gandaho, « Monsieur le Premier Ministre sans polémique, j’ai quelques questions à vous poser », <http://www.sen360.fr/actualite/lettre-ouverte-a-lionel-zinsou-par-patient-gandaho-390050.html>, consulté le 30 mars 2016. []

Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

Il n’y aura donc pas eu d’état de grâce pour Roch Marc Christian Kaboré, le nouveau président du Burkina Faso. A peine élu, et confortablement, à la magistrature suprême le 29 novembre dernier, le voilà brutalement confronté à la pire des situations qu’il pouvait sans doute imaginer, l’extension de la violence djihadiste au cœur même de son pays. Les attaques terroristes qui ont ensanglanté Ouagadougou le 15 janvier, entraînant la mort de trente personnes (Burkinabè, Européens, Canadiens), l’ont sans doute surpris, comme elles ont surpris tous les observateurs, même si plusieurs signes avant-coureurs pouvaient les laisser présager, en particulier les attaques dont les forces de l’ordre burkinabè ont été l’objet à plusieurs reprises ces dernières semaines, à la frontière avec le Mali ou quelques kilomètres à l’intérieur du territoire national. Ces dernières – armée, police et gendarmerie – étaient d’autant moins préparées à affronter cette violence terroriste qu’elles sortent à peine d’une longue période d’incertitude politique marquée par le soulèvement populaire d’octobre 2014 qui a eu raison du régime de Blaise Compaoré, une transition délicate présidée par Michel Kafando et, surtout, la tentative avortée de coup d’Etat menée par l’ancien bras droit de Compaoré et commandant du redouté RSP (Régiment de Sécurité présidentielle), le général Gilbert Diendéré. Rien d’étonnant dès lors à ce que le Président élu ait mis la question sécuritaire au centre de ses préoccupations, s’octroyant le ministère de la Défense et des Anciens combattants dans le premier gouvernement de son mandat, dirigé par Paul Kaba Thieba, pour bien montrer qu’il ne laissait à personne d’autre le soin de gérer ce dossier. La stabilité de son pouvoir en dépend en grande partie, sans parler des autres défis qui l’attendent.

Nouveau venu dans la politique ou vieux cheval de retour ?

S’il est une chose qu’on ne peut reprocher à Roch Kaboré, c’est bien la régularité des élections, présidentielle et législatives, qui l’ont porté à la présidence du Faso et ont donné à son parti, le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), une majorité relative (55 sièges sur 127) à l’Assemblée nationale mais néanmoins suffisante pour gouverner avec l’apport de petits partis alliés. De l’avis général, ces élections ont été « exemplaires », dégageant une opposition crédible dotée de 33 sièges pour l’UPC (Union pour le progrès et le changement) de Zéphirin Diabré, le principal challenger de Kaboré, qui a recueilli 29,62% des suffrages exprimés au scrutin présidentiel, un score plus qu’honorable mais qui n’a pas empêché Roch Kaboré d’être élu dès le premier tour avec 53,46% des voix1. A noter que le CDP (Congrès pour la démocratie et la progrès), l’ancien parti de Blaise Compaoré, qui écrasait tous ses rivaux dans les précédentes assemblées, a été réduit à la portion congrue, se contentant de 18 élus, et qu’il a été empêché, par décision du Conseil constitutionnel, de présenter un candidat à l’élection présidentielle. Cet épilogue signe-t-il pour autant la fin du « système Compaoré » ?

Si, d’évidence, un retour de l’ancien chef de l’Etat est désormais exclu, il faudra bien plus que des élections, même « exemplaires », pour solder son héritage autoritaire, et redonner à Roch Kaboré la virginité politique derrière laquelle il court depuis qu’il a rompu avec le CDP, en janvier 2014. Il entendait protester ainsi contre la décision de Compaoré de modifier la Constitution pour solliciter un nouveau mandat présidentiel, entraînant dans son sillage deux anciens piliers du régime déchu, Salif Diallo et Simon Compaoré, ainsi que plusieurs dizaines de cadres du parti. Continuer la lecture de Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

  1. Le taux de participation à l’élection présidentielle, assez significatif, a été de 59,87% selon le Conseil constitutionnel du Burkina Faso. Le nombre d’inscrits s’élevait à un peu plus de 5,5 millions d’électeurs pour 3 122 463 de suffrages exprimés (Décision n° 2015-28/CC/EPF portant proclamation des résultats définitifs de l’élection du Président du Faso du 29 novembre 2015). Le nombre d’inscrits eût été bien plus élevé si les Burkinabè installés en Côte-d’Ivoire, un peu plus de 1,8 millions d’individus âgés de plus de 18 ans selon les résultats du dernier recensement (RGPH 2014), ajoutés à ceux de Guinée et du Ghana, avaient pu voter, ce qui n’a pas été le cas (source : Christian Bouquet, enseignant chercheur à LAM, que je remercie pour ces précisions). []

L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

Christian BOUQUET

Géographe. LAM


Après les violences qui avaient suivi la dernière élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire, faisant officiellement 3000 morts et probablement beaucoup plus en cinq mois de guerre civile, on attendait avec inquiétude le rendez-vous de 2015.

Présent sur place pendant toute la campagne électorale (9-23 octobre) et observateur attentif le jour du vote (25 octobre), j’ai pu recueillir les quelques notes qui suivent et lister les éléments qui mériteront une analyse plus approfondie1.

Cocody ADO

Cette photo était inimaginable pendant la campagne électorale de 2010 : planté au matin du 9 octobre en plein campus universitaire de Cocody, un gigantesque panneau électoral appelait à voter pour Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ainsi l’ancien fief de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, autrefois bras armé de Laurent Gbagbo) semblait aujourd’hui anesthésié au point que personne n’a même songé à vandaliser l’affiche. Personne ne s’est davantage posé la question de savoir si un campus universitaire pouvait légalement accueillir la propagande électorale nationale.

En fait, les Ivoiriens avaient sans doute encore quelques sujets de mécontentement ou de frustration, mais ils avaient encore davantage envie que tout se passe calmement. Dans la capitale économique, les activités laborieuses et festives n’avaient pas diminué à l’approche du scrutin et, à l’intérieur du pays, la situation sécuritaire était si peu inquiétante que le départ du 22ème Tour cycliste de la Côte d’Ivoire avait été donné début octobre à Dabakala, pour une première étape qui devait conduire la soixantaine de coureurs venus d’Afrique et d’Europe à Katiola. Il n’y a pas si longtemps, la piste empruntée était l’axe préféré des coupeurs de route.

Et le climat des affaires ? Contrairement aux tendances enregistrées habituellement à la veille d’une élection importante, rien ne semblait avoir été mis en sommeil en attendant les résultats, et les investisseurs étrangers continuaient à remplir les avions qui desservent Abidjan, notamment l’énorme A380 qui se pose trois fois par semaine dans la capitale économique ivoirienne.

Mois de tous les dangers, octobre 2015 allait-il accoucher d’une souris ? Continuer la lecture de L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

  1. Pour une analyse de la préparation de ces élections, cf. http://lamenparle.hypotheses.org/20 []

Un mois avant les élections générales : la Tanzanie à la croisée des chemins ?

Le 25 octobre prochain, la Tanzanie tiendra ses cinquièmes élections générales – présidentielles, législatives et au niveau des districts – depuis le retour au multipartisme en 1992. La situation, déjà évoquée précédemment 1, a beaucoup évolué ces dernières semaines, rebattant les cartes du jeu politique. Si les tensions pendant cette campagne sont fortes, c’est parce que jamais la compétition n’avait été aussi serrée entre le parti au pouvoir depuis 1961 – le Chama Cha Mapinduzi (CCM) – et son opposition, dont les composantes principales sont désormais unies sous la bannière d’Ukawa. Si l’incertitude est aujourd’hui de mise, d’aucuns estiment que le déroulement du scrutin et ses résultats auront un impact déterminant sur les évolutions à venir du système politique tanzanien.

  1. Nominations, démissions et réalignements partisans

Le processus de nomination interne au CCM a provoqué, à la sortie de l’été, des remous qui ont conduit à un réalignement du système partisan tanzanien : après une campagne interne menée par les deux favoris, l’ancien Premier ministre Edward Lowassa et l’actuel ministre des Affaires étrangères Bernard Membe, c’est finalement un outsider, le ministre des constructions John Pombe Magufuli, qui a été désigné comme le candidat à la présidentielle par le parti au pouvoir.

Ce choix, que de nombreux partisans d’Edward Lowassa ont qualifié de malhonnête et de truqué, a provoqué quelques semaines plus tard la défection de ce dernier vers le principal parti d’opposition – le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema) – qui en a immédiatement fait son candidat à la présidentielle. L’ancien Premier ministre est soutenu par la coalition Ukawa, composée de quatre partis politiques et créée au printemps après le refus de l’opposition de participer au processus de réforme constitutionnelle, et accompagné par Juma Duni Haji comme candidat à la vice-présidence, l’ancien vice-président du parti Civic United Front (CUF) et le ministre des Infrastructures du gouvernement de Zanzibar : il a lui aussi rejoint Chadema puisque la loi électorale tanzanienne oblige les deux membres du ticket présidentiel à appartenir au même parti. Après celle d’Edward Lowassa, les défections se sont multipliées aux échelons inférieurs du CCM, décimant parfois les hiérarchies locales, comme dans la région d’Arusha (d’où vient Edward Lowassa), de Manyara ou de Singida. Au niveau national pourtant, les ralliements sont restés peu nombreux, à l’exception notable de celui de l’ancien Premier ministre Frederick Sumaye, qui est depuis très impliqué dans la campagne de l’opposition.

La nomination d’Edward Lowassa a également eu pour conséquence des démissions au sein même de l’opposition et les deux principaux partis de la coalition ont chacun perdu leur candidat à la présidentielle de 2010. Wilbrod Slaa, l’ancien secrétaire général de Chadema, a tenu une conférence de presse incendiaire le 1er septembre, accusant l’opposition d’avoir vendu son âme au diable en choisissant un candidat impliqué dans le scandale majeur de corruption Richmond2. De son côté, Ibrahim Lipumba, président du CUF et qui avait d’abord joué un rôle important dans le ralliement de l’ancien Premier ministre, a ensuite exprimé ses remords et ses craintes que les projets d’une nouvelle constitution et d’un système à trois gouvernements soient abandonnés par un ancien membre du CCM qui ne s’est rallié à cette solution institutionnelle que tardivement. S’il est resté plus discret sur son opinion personnelle à l’égard d’Edward Lowassa, sa démission a semé le trouble chez certains militants du CUF parmi lesquels il était très populaire. Continuer la lecture de Un mois avant les élections générales : la Tanzanie à la croisée des chemins ?

  1. http://lamenparle.hypotheses.org/247 []
  2. Lors de la sécheresse de 2006, le gouvernement signe un contrat avec la compagnie américaine Richmond concernant la production d’électricité. Dix ans plus tard, des dizaines de millions de dollars ont été payés par la Tanzanie pour un service sans qu’aucun watt n’ait été produit et les ramifications de cette saga judiciaire ont provoqué un nouveau scandale en 2011 dont les conséquences se font sentir jusqu’à aujourd’hui (voir l’article http://lamenparle.hypotheses.org/247. Edward Lowassa, alors Premier ministre de Jakaya Kikwete, avait été forcé à la démission en février 2008 : il estime aujourd’hui qu’il n’a été que la victime d’une vengeance politique et accuse le Président d’être l’acteur central de ce scandale, en lui ayant forcé la main pour poursuivre la collaboration déjà incertaine entre le gouvernement et Richmond. []

La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

élections Ethiopie JNBDimanche 24 mai, les Ethiopiens se sont rendus aux urnes à l’occasion de la cinquième élection générale depuis l’instauration de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en 1995. Il s’agissait d’élire les représentants des 9 Conseils régionaux, des deux villes-régions (Addis-Abeba et Diré Dawa) et les 547 députés de la Chambre des Représentants du Peuple, Chambre basse du régime bicaméral. Dans la journée, l’atmosphère de la capitale était calme et les habitants qui étaient sortis semblaient sereins. Certains heurts ont eu lieu dans la circonscription de Bonga, suite auxquels les élections ont été reportées. De même, la tenue du scrutin s’est vue repoussée dans certaines Universités et circonscriptions en raison d’un manque de bulletins de vote.

Près de soixante partis se disputaient les sièges des Conseils régionaux et de la Chambre basse, pour un total respectif de 3 993 et 1 826 candidats – 27,9 % de ces 5 819 candidats étaient des femmes. Du côté des votants, les campagnes gouvernementales incitants vivement les électeurs potentiels à s’inscrire sur les listes électorales, notamment par du porte-à-porte et d’actives campagnes sur la télévision nationale, semblent avoir porté leurs fruits puisque la quasi-totalité d’entre eux s’était inscrit. En effet, 36,8 millions d’électeurs devaient se rendre aux urnes dans plus de 45 000 bureaux de vote répartis dans le pays (pour une population d’environ 90 millions d’habitants).

L’Union africaine : seul observateur extérieur

L’Union européenne avait dépêché des Missions d’Observation électorale lors des précédentes échéances, en 2005 et en 2010. Les rapports critiques de ces missions à l’égard des autorités éthiopiennes et du National Electoral Board of Ethiopia (NEBE, autorité en charge de l’organisation des élections) avaient engendré de vives réactions du gouvernement éthiopien. L’ancien premier ministre Meles Zenawi (1995-2012) n’avait pas hésité à prendre la plume et à envoyer une longue lettre de réponse peu diplomatique à la mission d’Observation de 2005 et à sa responsable Ana Gomes. En 2010, bien qu’invitée à la dernière minute par le gouvernement éthiopien, l’UE avait tout de même dépêché en urgence une mission d’Observation dont le rapport final fut également critique à l’égard du processus, en particulier le resserrement de l’espace politique durant les mois, voire les années précédant le vote. En 2015 néanmoins, l’UE ne viendra pas. Selon le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn (2012-), cette absence s’expliquerait par des restrictions financières de l’UE1, mais pour les cercles diplomatiques européens et Ana Gomes, il n’y a aucun doute : « Nous avons décidé que nous ne devions pas y aller (…) car nous savons que cette élection sera une farce », a récemment déclaré Ana Gomes. Toujours selon l’ancienne responsable de la mission d’Observation de 2005, les dires du gouvernement quant à l’absence de financements de l’UE seraient « totalement infondés ».2 L’Union africaine sera par conséquent la seule organisation extérieure à dépêcher 59 observateurs qui contrôleront 356 des… 45 000 bureaux de vote. Continuer la lecture de La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

  1. Déclaration d’Hailemariam Desalegn au Parlement éthiopien le 22 mai 2015 : http://www.ethpress.gov.et/herald/index.php/news/national-news/item/716premierwarns-of-takinglegal-actions-against-bellicose-political-leaders, consulté le 23 mai. []
  2. Entretien sur Deutsche Welle : http://www.dw.de/ethiopie-un-score-à-la-soviétique-en-vue/a-18467068, Consulté le 23 mai 2015. []

Élections en Tanzanie : deux points de vue

L’activité électorale est très importante en Afrique cette année, comme elle l’est depuis plusieurs années maintenant. Ce phénomène traduit une certaine routinisation des pratiques électorales sur le continent, à défaut de produire toujours de l’alternance. Lamenparle lui a déjà consacré plusieurs articles et les mois à venir confirmeront cette tendance. Dernier cas en date, la Tanzanie qui se prépare à des élections présidentielle et législatives prévues en octobre prochain, dans un climat politique et social tendu et incertain. Les deux articles qui suivent en décryptent les enjeux et en analysent les perspectives. Ils apportent un éclairage fouillé et argumenté, au plus près du terrain, à partir de deux angles disciplinaires différents, la géographie et la science politique, qui, loin de s’exclure, au contraire se complètent et se répondent mutuellement.

Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

Dr Maïlys Chauvin, géographe associée à LAM-CNRS, Sciences Po Bordeaux, France

La cartographie présentée ici est issue des résultats officiels affichés par le gouvernement tanzanien et la Commission électorale de Zanzibar. La production de ces statistiques étant fortement critiqué par la société civile et les médias – en particulier à Zanzibar -, les cartes doivent être interprétées avec prudence.

2015 est une année charnière en République Unie de Tanzanie, née de l’union, en 1964, de deux états indépendants, le Tanganyika (qualifié de mainland depuis) et l’archipel de Zanzibar. Les élections générales d’octobre 2015 constituent un enjeu important qui devrait confirmer la fin de l’hégémonie du Chama Cha Mapinduzi (Parti de la révolution), ancien parti unique toujours dominant depuis la mise en place du multipartisme en 1992, dans les deux entités. Elles seront en effet certainement influencées par les déceptions du processus de réforme constitutionnelle qui a mobilisé les citoyens et l’ensemble des acteurs tanzaniens pendant le quinquennat du président Jakaya Kikwete. La tentative de passage en force d’un texte ne restituant pas les vœux des Tanzaniens en faveur d’une Fédération à trois gouvernements pour le Tanganyika, Zanzibar et l’Union, s’est traduit il y a quelques semaines par le report du référendum de validation du texte prévu à l’origine pour le 30 avril dernier. Cette évolution jouera certainement en faveur de l’opposition et, plus particulièrement, du parti de Freeman Mbowe, le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (CHADEMA), Parti de la démocratie et du progrès , sur le mainland, et du Civic Union Front (CUF) de Seif Shariff Hamad, à Zanzibar. Empêchera-t-elle pour autant la domination électorale du CCM et l’amorce d’un véritable tournant dans l’évolution politique du pays ? Menace-t-elle la réconciliation inédite (Maridhiano, kisw.) qui avait donné naissance à un gouvernement d’unité nationale (GNU) à Zanzibar en 2010 ?

Réforme de l’Union  ou inertie constitutionnelle ?

En 2011, dans le cadre de son second mandat, le président de la République Unie de Tanzanie Jakaya Kikwete, issu du parti historique CCM et inscrit dans l’héritage de Julius Nyerere, a présenté un projet de réforme constitutionnelle et nommé une Commission de réforme constitutionnelle présidé par Joseph Warioba, ancien ministre et procureur général. Lors du second semestre 2012, une consultation populaire nationale conduite dans l’ensemble des régions et des départements du pays, a montré que les Tanzaniens tant sur le mainland qu’à Zanzibar, étaient favorables à un changement de structure de l’Union allant dans le sens d’une Union fédérale à trois gouvernements. La légitimité de la structure de l’État tanzanien, au départ temporaire, fondée sur un gouvernement et un parlement pour l’Union (Muungano, kiws.) contrôlant les pouvoirs régaliens sur l’ensemble du territoire, ainsi qu’un gouvernement et un parlement pour l’archipel autonome de Zanzibar, aménagée ensuite pour accueillir un système de parti unique commun aux deux entités1 a en effet toujours été contestée dans les îles mais aussi sur le mainland, où par réaction, plus récemment, on a assisté à la montée d’un nationalisme « tanganyikais ». Ce modèle temporaire devait en effet évoluer et avait été soumis dans ce sens, à une série de réformes, en particulier à partir de 1992 pendant la présidence d’Ali Hassan Mwinyi, sous l’autorité de Francis Nyalali et sous celle de Benjamin Mkapa, avec Robert Kisanga. Il n’a cependant abouti à aucune réforme de fond en faveur du projet fédéral à trois gouvernements. Les membres du CCM, majoritaires au parlement depuis les premières élections multipartisanes de 1995, se sont en effet employés à entretenir une inertie constitutionnelle garantissant la pérennité du système initial. Tout au long du quinquennat de Jakaya Kikwete, les citoyens et les acteurs tanzaniens se sont mobilisés autour d’un nouveau processus de réforme constitutionnelle qui laissait espérer chez certains une réelle évolution vers un système fédéral à trois entités. Mais depuis le travail de l’assemblée constituante en 2014, ces espoirs ont commencé à faiblir et l’histoire semble aujourd’hui se répéter alors que l’électorat et la culture politique, en rupture avec l’héritage nyerériste, évoluent rapidement. En effet, une première proposition de constitution a été présentée par la CRC en juin 2013 à partir des vœux exprimés lors de la consultation populaire de 2012. Elle prévoyait, dans le chapitre 6, une Union à trois gouvernements : un gouvernement et un parlement pour le Tanganyika, un gouvernement et un parlement pour Zanzibar (qui existent déjà dans l’archipel) et un parlement réduit pour l’Union. Cette première mouture a été débattue dans le cadre d’une assemblée constituante à partir de février 2014 pour soixante jours, à Dodoma, capitale de l’Union où siège le parlement. Elle était présidée par Samuel Sitta et constituée de 640 membres (357 députés de l’Union, 82 membres du parlement de Zanzibar et 201 membres de la société civile). La structure de l’Union s’est imposée comme pierre d’achoppement de l’examen de la première version de la constitution. Le CCM défendait le maintien du système en cours tandis que l’opposition soutenait la proposition de la CRC d’une fédération à trois gouvernements. Par ailleurs, les manœuvres partisanes et les irrégularités dans le fonctionnement de l’Assemblée constituante ont suscité les critiques de la société civile et des partis d’opposition. Deux mois plus tard, les membres des deux principaux partis d’opposition (CHADEMA, CUF) et de deux partis minoritaires (NCCR-Mageuzi, National Convention for Construction and Reform – Mageuzi ; et NLD, National League for Democracy) ainsi que des représentants des organisations la société civile ont décidé de se rassembler au sein de la coalition UKAWA (Umoja wa Katiba ya Wananchi ou Coalition des défenseurs de la constitution des citoyens) et de boycotter l’Assemblée constituante. Mais en septembre 2014, les manœuvres du CCM au sein de l’Assemblée constituante ont abouti à la validation d’un texte constitutionnel fortement différent de celui proposé par la CRC et au maintien de la structure actuelle. Continuer la lecture de Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

  1.      La fusion entre la Tanganyika African National Union (TANU) de Julius Nyerere, sur le continent, et l’Afro Shirazi Party (ASP) d’Abeid Karume, à Zanzibar, a permis la création du CCM, en 1977. []

A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?

            Les élections présidentielles et législatives prévues en octobre prochain seront les cinquièmes depuis le retour au multipartisme en Tanzanie : si l’ancien parti unique CCM (Chama Cha Mapinduzi, le parti de la révolution), est de nouveau quasi assuré de garder la mainmise sur la présidence et le Bunge (l’Assemblée Nationale), elles seront sans aucun doute les plus disputées depuis la première édition de 1995. De nombreux acteurs internationaux, de l’opposition et de la société civile n’hésitent plus aujourd’hui à exprimer ouvertement leur inquiétude quant à la tenue d’un scrutin pacifique et sincère, à défaut d’être libre et équitable. La Commission Nationale Electorale (NEC) peine en effet à enregistrer les 24 millions d’électeurs potentiels et les atteintes aux libertés se sont multipliées depuis quelques mois. Après avoir rassemblé près de 40% des suffrages en 2010 – un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis les premières élections multi partisanes de 1995 – l’opposition a triplé son score aux élections locales de décembre 2014 en emportant 24% des suffrages. Cette dynamique est parallèle depuis 2010 à l’effritement de l’hégémonie électorale du CCM et une forme d’épuisement des mécanismes de mobilisation sociale traditionnellement utilisés par le parti pour se maintenir au pouvoir.

 Les récents évènements méritent d’être lus à la lumière des dynamiques et contradictions du régime politique tanzanien : la situation est aujourd’hui caractérisée par l’incertitude et il est pour l’instant difficile de savoir si l’année 2015 marquera une étape dans l’habituation à la compétition politique en Tanzanie ou sera au contraire l’occasion du raidissement d’un système de parti hégémonique.

  1. L’échec du processus constitutionnel & contrôle de l’environnement institutionnel

             Les 18 derniers mois ont été marqués en Tanzanie par les déboires du processus de réforme constitutionnelle : prenant son propre parti par surprise, le Président Kikwete avait annoncé début 2011 vouloir remplacer la Constitution de 1977, fondée sur le triptyque de la suprématie du parti, de la présidence « impériale » et d’une Union à deux gouvernements (Shivji, 2008 : 181). Les amendements constitutionnels du début des années 1990 n’ont pas fondamentalement remis en cause la fusion « de facto » entre l’Etat et le parti (Makulilo, 2008) et le contrôle du processus de transition par le CCM et son « gradualisme prudent » ont rendu possible une situation monopole politique en contexte multipartisan (Nyirabu, 2002 : 105).

La commission de réforme constitutionnelle Warioba (du nom de son président), après avoir recueilli les avis de près d’un million de citoyens, avait proposé des aménagements substantiels, dont l’adoption d’une structure fédérale à trois gouvernements (un pour la République Unie, un pour le Tanganyika et un pour Zanzibar). S’emportant contre cette solution qu’ils considèrent comme un danger à l’existence même de l’Union, le gouvernement et le parti au pouvoir sont restés fermement accrochés au statu quo à deux gouvernements, au nom de l’héritage du père de la Nation Julius Nyerere. L’Assemblée constituante, composée des membres du Bunge et de la chambre des représentants de Zanzibar ainsi que d’un tiers de membres de la société civile nommés par le Président, a adopté le 2 octobre 2014 une proposition de loi fondamentale : après un long et laborieux processus, elle a rejeté la quasi totalité des propositions de la commission Warioba et finalement conservé intacte la structure institutionnelle de la République et la répartition des pouvoirs en son sein. Continuer la lecture de A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?

Impression pré-électorale. Burundi mars 2015

Cette note sur l’actualité politique au Burundi, au regard d’une mission effectuée du 9 au 13 mars à Bujumbura, est bien plus un ressenti qu’une analyse. Elle est un arrêt sur propos reprenant les analyses et hypothèses faites en octobre 2014 (cf. notes Observatoire des Grands Lacs en Afrique d’octobre 2014 et de 2012 : voir http://observatoire-grands-lacs.org ) ; elle est bien plus un arrêt sur image, tant l’actualité politique s’accélère ces derniers temps.

Le regard avec ses limites sera celui d’un historien avec ses deux obsessions : la mise en perspective, la pesanteur des durées sur l’actualité d’une part, le poids de la contingence et des ruptures d’autre part. Il se situe entre recherche des causalités et observation des nouvelles logiques en construction dans le présent. Il s’interroge sur les événements et leur portée éventuelle.

Rappelons qu’au cours de ces cinq dernières années, le Burundi a vécu une crise politique rentrée, sans crise de régime et sans remise en cause de sa stabilité géopolitique. Mais les travers qui se sont alors accumulés (violences politiques et autoritarisme, division des oppositions, contentieux et conflits), se cristallisent comme un boomerang sur la période pré-électorale et électorale : dans ces conditions, il est difficile de penser celle-ci hors de ces tensions et pressions. La dramatisation, de basse intensité, de la période préélectorale le confirme sous les traits de « bras de fer » (entre le pouvoir et les oppositions, puis au sein du parti au pouvoir…), et ce climat va se renforcer, confronté dans le court terme à des épreuves de force attendues (en particulier quelle réaction à la déclaration annoncée d’une troisième candidature de P. Nkurunziza, quelle mobilisation et contre-mobilisation des jeunesses des partis, le choix et la proclamation des candidatures, quels rapports de force au sein du parti présidentiel le CNDD FDD (Conseil national pour le défense de la démocratie, forces de défense de la démocratie) ; plus encore, en raison des inconnues de cette situation qui rappellent les contextes historiques des crises passées, un combat sans chefs ou avec des chefs délégitimés ou discriminés. En effet, la faiblesse du leadership politique, d’abord au sein de l’opposition parlementaire et non parlementaire, en partie provoquée par le pouvoir et sa « nuisance politique », ensuite au sein du parti au pouvoir – un vide peut être calculé avant l’annonce des candidatures et le dévoilement des stratégies partisanes – fait le lit des options radicales ; elle offre une marge d’actions aux partisans d’un usage de la violence, présents dans chaque camp, qui surestiment leurs capacités de mobilisation de la société urbaine, d’encadrement du monde rural, leurs relais médiatiques ou institutionnels, mais qui connaissent l’impact de la violence sur la bipolarisation de l’arène politique et sur la société burundaise. Continuer la lecture de Impression pré-électorale. Burundi mars 2015

Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques

Décidemment, la surprise en politique reste difficile à intégrer à l’analyse. Ni les chercheurs ni les médias n’ont vu venir l’évènement le plus improbable de l’histoire politique récente du Nigeria : la victoire du principal parti d’opposition, le All Progressive Congress (APC) emmené par Muhammad Buhari, contre le président sortant Goodluck Jonathan et le parti présidentiel (le People’s Democratic Party, PDP) au pouvoir depuis 1999. L’APC l’a emporté avec 15,4 millions de voix (53,9% des voix) contre 12,8 millions de voix pour le PDP (44,9%). Au Nigeria, alors que les sondages des derniers mois donnaient les résultats les plus contradictoires, de nombreux commentaires affirmaient que Jonathan ne pouvait pas gagner les élections. Ayant suivi les élections présidentielles précédentes, j’avais quelques difficultés à accorder un peu de crédit à ce genre de déclarations qui prophétisent la victoire de l’opposition pour découvrir au lendemain des élections que le PDP tient toujours le pays. Si les analyses ex post vont bientôt fleurir, tentons ici de voir comment les effets de loupe médiatique grossissant à l’excès la focale sur ce qui constituerait l’essence du Nigeria – Boko Haram, une violence et une corruption endémique, la désorganisation administrative, l’opposition d’un nord islamique à un sud chrétien – ont escamoté des transformations sociales et politiques moins visibles mais plus durables du champ politique.

Les élections présidentielles de 2015 constituent peut être une énigme à trois questions. Comment un pays qui, au cours de l’année passée, a connu un conflit d’une ampleur considérable parvient à organiser une élection crédible ? Comment un pays connu pour son incapacité chronique à fournir des services de base parvient à organiser la plus grande élection par carte biométrique du monde ? Comment un ancien dictateur de 72 ans qui n’a jamais réussi à se faire élire en vient à incarner l’espoir d’une alternance démocratique ? Continuer la lecture de Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques