Archives par mot-clé : Côte d’Ivoire

L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

Christian BOUQUET

Géographe. LAM


Après les violences qui avaient suivi la dernière élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire, faisant officiellement 3000 morts et probablement beaucoup plus en cinq mois de guerre civile, on attendait avec inquiétude le rendez-vous de 2015.

Présent sur place pendant toute la campagne électorale (9-23 octobre) et observateur attentif le jour du vote (25 octobre), j’ai pu recueillir les quelques notes qui suivent et lister les éléments qui mériteront une analyse plus approfondie1.

Cocody ADO

Cette photo était inimaginable pendant la campagne électorale de 2010 : planté au matin du 9 octobre en plein campus universitaire de Cocody, un gigantesque panneau électoral appelait à voter pour Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ainsi l’ancien fief de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, autrefois bras armé de Laurent Gbagbo) semblait aujourd’hui anesthésié au point que personne n’a même songé à vandaliser l’affiche. Personne ne s’est davantage posé la question de savoir si un campus universitaire pouvait légalement accueillir la propagande électorale nationale.

En fait, les Ivoiriens avaient sans doute encore quelques sujets de mécontentement ou de frustration, mais ils avaient encore davantage envie que tout se passe calmement. Dans la capitale économique, les activités laborieuses et festives n’avaient pas diminué à l’approche du scrutin et, à l’intérieur du pays, la situation sécuritaire était si peu inquiétante que le départ du 22ème Tour cycliste de la Côte d’Ivoire avait été donné début octobre à Dabakala, pour une première étape qui devait conduire la soixantaine de coureurs venus d’Afrique et d’Europe à Katiola. Il n’y a pas si longtemps, la piste empruntée était l’axe préféré des coupeurs de route.

Et le climat des affaires ? Contrairement aux tendances enregistrées habituellement à la veille d’une élection importante, rien ne semblait avoir été mis en sommeil en attendant les résultats, et les investisseurs étrangers continuaient à remplir les avions qui desservent Abidjan, notamment l’énorme A380 qui se pose trois fois par semaine dans la capitale économique ivoirienne.

Mois de tous les dangers, octobre 2015 allait-il accoucher d’une souris ? Continuer la lecture de L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

  1. Pour une analyse de la préparation de ces élections, cf. http://lamenparle.hypotheses.org/20 []

Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Pancarte C Bouquet
Pancarte C Bouquet

En condamnant l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire à vingt ans de prison le 9 mars 2015, le tribunal d’Assises d’Abidjan a rendu un verdict paradoxal. En effet, si la peine n’a pas semblé trop lourde aux familles des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, elle est apparue démesurée aux yeux des pro-Gbagbo. Elle était surtout disproportionnée par rapport à la réquisition de l’avocat général (qui avait réclamé dix ans) et plus encore par rapport au procès, au cours duquel les charges et les témoignages étaient si minces que de nombreux observateurs entrevoyaient une relaxe générale.

En fait, ce procès a reposé sur plusieurs malentendus. D’abord – et l’opinion publique l’a compris très tard –, il ne portait que sur les accusations d’atteinte à la sécurité de l’Etat, et non pas sur les crimes de sang, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou génocide. Ces chefs d’inculpation demeuraient apparemment du ressort de la Cour pénale internationale, sauf si la justice ivoirienne pouvait démontrer qu’elle était en capacité d’en juger elle-même. Or, à l’évidence, la justice ivoirienne a plutôt montré dans ce premier procès son manque de professionnalisme. Le tribunal avait déjà reporté de deux mois les audiences faute de bien maîtriser le processus de désignation des jurés. Puis la partie civile, uniquement représentée par l’avocat du gouvernement, n’a pas été en mesure de produire des preuves tangibles et encore moins des témoins fiables, laissant ainsi accréditer l’idée que tous les prévenus étaient quasiment innocents. De son côté, la défense a joué sur du velours en « rappelant » que le chef de l’Etat de l’époque était, selon la Cour constitutionnelle, Laurent Gbagbo et non pas Alassane Ouattara. Continuer la lecture de Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

Comme si de rien n’était, la date de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été fixée exactement cinq ans après la précédente (25 octobre et 22 novembre 2015). On se souvient que la contestation des résultats de 2010 avait déclenché une violente crise post-électorale, conduisant l’actuel président de la République Alassane Ouattara à prêter serment deux fois : le 4 décembre 2010 après la certification des résultats par l’ONU, puis le 7 mai 2011 après la reddition du vaincu Laurent Gbagbo (11 avril 2011).

 Depuis cet épisode, la Côte d’Ivoire donne l’impression d’avoir retrouvé la sérénité nécessaire pour affronter de nouveau ce scrutin majeur. C’est ainsi que les élections intermédiaires se sont déroulées aux dates normales (décembre 2011 pour les législatives1, avril 2013 pour les municipales et les régionales2) et sans difficultés particulières si ce n’est qu’elles ont été boycottées par le FPI (Front populaire ivoirien, parti de l’ancien président Gbagbo), arc-bouté sur le refus des résultats de 2010.

 Sérénité nécessaire, mais peut-être pas suffisante. En effet, plusieurs pierres d’achoppement subsistent et sont de nature soit à compromettre le processus pré-électoral, soit à en allonger la durée. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

  1. http://echogeo.revues.org/13017 []
  2. http://echogeo.revues.org/13697 []