Écrire, sensibiliser, diffuser, vendre… mais quoi ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Continuer la lecture de « Écrire, sensibiliser, diffuser, vendre… mais quoi ? Autour d’Africanistan »

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier (La Découverte, 2015, 335 p.)

 

Parce qu’il couvre depuis trente ans l’actualité africaine et qu’il a interviewé des centaines d’acteurs de la vie politique dans son émission « L’Invité Afrique », le journaliste de RFI Christophe Boisbouvier dispose d’une connaissance profonde de son sujet. Son livre est donc riche d’informations parfois oubliées ou souvent ignorées, notamment par les chercheurs.

Il a choisi de confronter son corpus documentaire au parcours de François Hollande, en démarrant son étude au moment où la gauche arrivait au pouvoir avec François Mitterrand (1981), donc au moment où l’actuel président de la République a adhéré au parti socialiste (1980). Mais, au cours de ces trente-cinq années, François Hollande n’a pas toujours occupé des postes de responsabilité. Avant d’assumer les fonctions présidentielles, il a été tour à tour simple militant socialiste, député, premier secrétaire du PS, et jamais ministre. Son rôle dans les choix africains du PS est donc difficile à cerner, d’autant plus que l’homme n’a jamais brillé par la profondeur de ses convictions.

L’ « avant 2012 » occupe la première moitié de l’ouvrage. Christophe Boisbouvier rappelle qu’entre la gauche française au pouvoir et l’Afrique, tout semblait avoir bien commencé avec la nomination en 1981 au ministère de la Coopération et du Développement de Jean-Pierre Cot, celui dont on dit qu’il lisait les rapports d’Amnesty International avant tout déplacement dans un pays du continent africain.

Ensuite, il y a eu quelques bons discours de Mitterrand, quasiment tiers-mondistes comme celui de Cancun en 1981 (« Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre, qui veulent vivre et vivre libres… »), ou appelant à la démocratie comme celui de La Baule en 1990 (« La France liera tout effort de contribution aux efforts accomplis pour aller vers plus de liberté… »). On a également remarqué le slogan de rupture proclamé par Lionel Jospin en 1995 : « Ni ingérence ni indifférence ».

Mais il y a eu quelques actes négatifs, comme « l’autre Congrès de Berlin », celui de l’Internationale socialiste (contrôlée par le PS français) qui intégra en 1992 parmi les partis frères le RCD tunisien soutien de Ben Ali et le PND égyptien soutien de Moubarak. Il faudra attendre 2011 pour qu’ils soient exclus, en même temps que le FPI de Laurent Gbagbo.

Tout au long de cette période précédant son accession au pouvoir suprême, Hollande s’est contenté d’être un témoin discret des relations franco-africaines. Il n’a guère fait d’effort pour solder les comptes de la période Mitterrand, il ne s’est pas du tout mobilisé dans la commission d’enquête sur le Rwanda lancée par Jospin en 1998, et il a manqué de vigilance à propos de la loi de 2005 sur le « rôle positif de la colonisation ». En fait, il se tenait à l’écart et restait fidèle à sa doctrine selon laquelle « quand on n’a pas d’information, le mieux est de garder le silence ». Continuer la lecture de « Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier »

Georges Balandier, la crise et le détour

Un nouveau livre de Georges Balandier1 est — ou devrait être — toujours un événement. Aujourd’hui, celui qui a le mieux su saisir les mutations qui se produisaient dans les sociétés africaines des années 1950 se penche sur les changements que connaît la France ; il tire de son expérience des réflexions qui éclairent le présent et suggèrent des orientations pour penser l’avenir. Son constat de départ est que : « […] nous sommes parvenus au temps du politique caché, effacé, impuissant » (p. 7). Ce qui est aujourd’hui caché tient notamment à la perte de l’efficace symbolique qui magnifiait la puissance politique, non seulement dans les sociétés qu’il dit « anthropologisées » mais également dans celles des métropoles. L’impuissance du pouvoir politique découle en partie de cette dévaluation du pouvoir symbolique qui s’est amorcée depuis longtemps et a été bruyamment signalée par les événements de mai 1968. La technique et l’expertise ont comblé le vide laissé par le symbolique et n’ont fait que l’étirer en abandonnant les projets véritablement politiques et en négligeant l’exploration des lendemains. À cela, il faut ajouter que, au plan international, les rapports dominants-dominés n’ont pas été apurés ; ils continuent de peser en recyclant aujourd’hui les déséquilibres et les conflits de naguère.

 Il y a, constate Georges Balandier, une absence criante de « passeur d’époque » (p. 49). Les dirigeants actuels ne parviennent pas à résoudre les crises multiples qu’ils ont pourtant la charge d’affronter. Leurs échecs successifs entraînent une « rupture de croyance » (85) génératrice de sentiment de déréliction, un « agnosticisme général » (p. 102) qui tarit les désirs d’engagement citoyen en politique. Afin de comprendre cette situation, l’anthropologue prône un « détour » qu’il a déjà solidement argumenté voici trente ans2 et qui ne porte pas seulement sur les leçons tirées des « sociétés de la tradition » mais aussi, surtout sans doute, sur les transformations subies par celles qu’ont englobées les États issus de la décolonisation: « […] il faut comprendre en même temps comment la tradition politique s’altère pendant la période de domination coloniale, ensuite dans les turbulences postcoloniales, comment cette tradition est utilisée par l’État moderne et par les modernités spécifiques qui émergent. Par ce détour, il importe d’envisager autrement l’effacement du politique dans la modernité occidentale contemporaine, durant la Grande Transformation qui se poursuit en s’accélérant » (p. 19). Continuer la lecture de « Georges Balandier, la crise et le détour »

  1. Georges Balandier, Recherche du politique perdu, Paris, Fayard, 2015 ; l’auteur, rappelons-le, fêtera son quatre-vingt-quinzième anniversaire le 21 décembre prochain; il a retracé son parcours intellectuel lors d’un séminaire tenu à l’EHESS le 4 Avril 2014, dont l’enregistrement vidéo est disponible à : https://www.canal-u.tv/video/ehess/rencontre_avec_georges_balandier.16150 (consulté le 26 novembre 2015) ; voir aussi : Jean Copans, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris Presses universitaires de France, 2014. []
  2. Georges Balandier, Le détour, pouvoir et modernité, Paris, Fayard, 1985. []