Archives par mot-clé : cinéma

« Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako : on n’arrête pas l’Histoire

"La Justice" selon Boubacar TANGARA dit Kokè, artiste de Segou 1

« La justice » selon Boubacar Tangara dit Koke, artiste de Ségou1

Sans doute la ville ouest-africaine la plus connue en raison des imaginaires et des récits qu’elle a suscités dans le monde musulman et en Europe depuis au moins le XIVe siècle, Tombouctou et ses habitants ont été portés à l’écran par le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako. Il y dresse le portrait d’une cité sous occupation djihadiste. Pour mémoire, en pleine rébellion touareg laïque animée par Mouvement national de l’Azawad (MNLA) – du nom de la zone nord prise à l’armée malienne –, les troupes d’Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), partisans d’un Etat islamique, évincent le MNLA de Tombouctou le 2 avril 2012. Elles l’occupent jusqu’au 28 janvier 2013, date de sa « libération » dans le cadre de l’opération Serval de l’armée française. Ces mois d’occupation donnent à voir le quotidien des habitants de Tombouctou qui n’ont pu quitter la ville, faute de moyens matériels ou de relais à l’extérieur, comme dans la capitale Bamako. L’occupation est marquée par une violence (physique, politique et morale) des djihadistes originaires de la zone (Touareg, Arabes, Peul, Songhaï…) ou venus du reste de l’Afrique (Mauritanie, Nigeria), du Maghreb (Algérie, Tunisie, Libye) et même d’Europe (France). Le cinéaste ne les réduit cependant pas à l’état de « méchants », car ils sont pétris de contradictions dans leur rapport ambigu à la cigarette, au ballon rond, aux femmes. Continuer la lecture de « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako : on n’arrête pas l’Histoire

  1. Une lecture de l’œuvre par l’artiste : « La main tenant le marteau symbolise à la fois le pouvoir mais aussi la justice et la conscience. Il faut donner force à la loi; que tous ceux qui ont commis des atrocités soient jugés équitablement. Il faut recoudre le tissu social car des femmes ont été violées, des gens se sont enfuis, des mains ont été coupées, des cœurs sont meurtris.

    Les ressources destinées au Nord sont détournées par une minorité de gens pour le seul bien-être de leur famille et non pour le développement de la région. Chacun doit jouir de ses droits légitimes. Que toutes les régions du pays bénéficient du même traitement et que la crise au Nord soit résolue durablement. Aujourd’hui, les populations doivent se parler, s’entendre et se pardonner. Après, c’est la paix et la réconciliation entre les composantes de la nation malienne » Janet Goldner et groupe Bogolan Kasobane, Kawral. Paix, réconcilitation, cohésion sociale. Peace, Reconciliation, Social Cohesion, Bamako, USAID, 2014, p. 33. []

Hommage à René Vautier (1928-2015)

            Des très nombreux films tournés par René Vautier, qui vient de disparaître le 4 janvier dernier à 86 ans, on ne retient le plus souvent que Avoir vingt ans dans les Aurès (1972). Cette fiction construite à partir d’événements réels retrace la vie d’un commando de jeunes appelés, hostiles à la guerre mais conduits à participer à la répression, occasion de rappeler, dix ans seulement après les accords d’Évian, l’horreur de ce conflit, les violences qu’avaient subies les populations algériennes arabes et berbères mais aussi les « appelés du contingent », comme on disait alors. Convaincus ou forcés de se battre, certains d’entre eux ont résisté, comme le héros du film qui déserte en faisant évader un combattant de l’ALN prisonnier des Français. Ils ont, dans leur ensemble, contribué à l’échec du « putsch des généraux » de 1961, ce que montre également Avoir vingt ans dans les Aurès. On y saisit clairement la conception qu’avait René Vautier du cinéma, ce pourquoi il a réalisé de 1950 à 1995 quelque 180 films, de longueurs et de genres divers, dont un certain nombre furent censurés, perdus ou tellement projetés qu’ils finirent par s’effriter sous les dents des projecteurs1). L’historienne du cinéma Nicole Brenez résume dans le livre qui accompagne la réédition en DVD de Afrique 50, ce que visait René Vautier : argumenter « […] une vérité critique dans un débat visuel sans fin dont l’horizon serait un état plus juste du monde. »2 Cela impliquait pour lui « […] une autonomie des images, dont l’existence, le sens et la liberté qu’elles instaurent en propre doivent être protégés avec la plus vigilante intransigeance : un territoire symbolique et inaliénable installé dans le temps à partir duquel l’histoire pourra être établie. »3  Continuer la lecture de Hommage à René Vautier (1928-2015)

  1. Comme l’un de ses premiers, Un homme est mort, documentaire retraçant les luttes ouvrières de Brest en avril 1950, dont l’histoire est racontée dans la belle bande dessinée que Kris et Étienne Advodeau ont publiée sous le même titre (Paris, Futuropolis, 2006 []
  2. Nicole Brenez, « René Vautier, devoirs, droits et passion des images », dans  René Vautier, Michel Le Thomas, Afrique 50, des massacres de la colonisation / De sable et de sang, aux naufragés des temps modernes, Paris, Les mutins de Pangée, 2013 : 94-106 ; citation p. 106. []
  3. Id., p. 103. []