Archives par mot-clé : Burundi

Le « vol » des tambours du Burundi

Par Jean-Pierre Chrétien, chercheur associé à LAM

Le 25 aout dernier, une manifestation de plusieurs centaines de personnes a parcouru les rues du centre de Bujumbura pour dénoncer le Rwanda, qui aurait « volé et utilisé les tambours burundais en violation des lois burundaises et même internationales”. Etait visé le fait qu’une troupe de jeunes tambourinaires constituée au sein de la communauté des quelque 70000 réfugiés burundais installés au Rwanda depuis 2015 ait participé au Kenya, le 18 aout précédent, au concours régional télévisé East Africa’s got talent. On peut y voir une nouvelle tentative du régime de Pierre Nkurunziza pour mobiliser contre le voisin rwandais des passions nationalistes (voire « ethniques »), susceptibles d’être utiles lors du futur scrutin présidentiel de 2020. Cet incident rappelle la mobilisation du régime Habyarimana dans les années 1980 contre les manifestations culturelles rwandaises organisées à l’étranger par la diaspora tutsi. La culture est cette fois encore un enjeu politique.

Un spectacle fascinant

Mais de quoi s’agit-il dans le cas des « tambourinaires du Burundi ». La réputation internationale de ces percussionnistes est connue. Depuis des décennies ils ont été invités dans des festivals tenus en Europe : par exemple en France au « Festival du bout du monde » à Crozon en aout 2004, au concert de « l’Afrique sacrée » à la Cité de la musique de Paris en octobre 2007, à Africolor à Stains en décembre 2008… Leur rythmique a inspiré des spectacles de Maurice Béjart depuis les années 1990 et a été un modèle pour les « Tambours du Bronx » dans les années 1980, non sans tomber dans divers contresens.

Le spectacle est effectivement fascinant. Bien que ces tambours de 90 cm de haut soient de lourds futs de bois couverts d’une peau de vache, ils se transfigurent en objets d’une danse éblouissante. Disposés en arc de cercle, face à un tambour central, onze joueurs (nombre impair susceptible de varier) font alterner les rythmes et les sons selon la mesure donnée par les solistes successifs. Les tambourinaires jouent non seulement avec leurs baguettes, mais avec tout leur corps, bondissant, se déhanchant, mimant des scènes, parfois graves, parfois comiques. Le sol vibre et le public est partenaire de cette fête. C’est un spectacle total exprimant avant tout un enthousiasme collectif, la joie sans contrainte d’appartenir au Burundi.

Un héritage politico-religieux

On le voit, il ne s’agit ni d’un banal tam-tam, ni d’une parade militaire. C’est précisément cette dimension mystique, et pas simplement artistique, que l’Unesco a choisi d’honorer et de préserver en novembre 2014 en inscrivant « la danse rituelle du tambour royal du Burundi », au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cet intitulé renvoie à la réalité traditionnelle de ces tambours. En kirundi, ingoma signifie à la fois « tambour » et « royaume ». Jadis, lors d’une succession royale, le nouveau mwami ne montait pas au trône, il « accédait au tambour ». Des tambours sacrés, objets d’un véritable culte, étaient gardés à l’abri des regards, deux près des résidences royales, d’autres dans des bois sacrés (ibigabiro) disséminés au centre du pays.

Des lignages attitrés, les batimbo, issus de clans hutu bien précis, géraient ce réseau de sites rituels. C’était eux aussi qui fabriquaient, chaque année, une centaine de nouveaux tambours destinés à être acheminés jusqu’au lieu de célébration de la fête des semailles du sorgho, le muganuro. Cette cérémonie agraire représentait pour le roi le moment de garantir les futures récoltes, en effectuant, sous le contrôle de devins, des rituels secrets de consommation alimentaire et sexuelle. Le mwami « mangeait l’année ». Mais cette fête était aussi l’occasion de manifester l’adhésion de tout le pays à son mwami. Tous les chefs y envoyaient des délégations, sinon ils entraient en dissidence. Les offrandes de bétail, de miel, de bières, de houes, etc. affluaient à la cour. En échange, le roi redistribuait aussi des cadeaux. Pendant des semaines, durant la petite saison sèche de décembre, tout le centre du pays, autour des grands enclos royaux situés sur les hautes collines de Bukeye, Muramvya et Kiganda, et même au-delà, résonnait du grondement des tambours. Le calendrier agricole était ainsi calé et les récoltes étaient garanties, en même temps que la puissance royale s’en trouvait revigorée.

Le vocabulaire des parties du tambour (inda, amabere, umukondo, icahi, « ventre, seins, cordon ombilical, lange) indique une symbolique féminine de fécondité. Ingoma (tambour/royaume) ne va donc pas en principe sans muganuro (rituel des semailles). C’était le secret vital du pays, son porte-bonheur : le premier Européen qui traversa le pays, en septembre 1892, l’Autrichien Oscar Baumann affirme que, dans ce pays, « le tambour est inconnu » ! Ce n’est donc pas simplement un instrument en bois qui a été inscrit au patrimoine culturel de l’humanité, c’est l’héritage visible et fascinant d’une tradition populaire en connivence intime avec ce qu’il faut bien appeler un sentiment national.

Or la dimension religieuse et politique portée par ce rituel est morte en 1929. Cette année-là, un dernier muganuro, édulcoré de son « paganisme », est célébré. Il est remplacé en fait par une bénédiction des semailles à la messe de Noël. Les missionnaires catholiques, appuyés par l’administration coloniale belge, ont mis fin à ce rituel. « Civilisation » et « évangélisation » devaient aller de pair. Le jeune roi Mwambutsa, intronisé en 1915, est éduqué dans cet esprit. En 1936, la revue des Pères blancs Grands lacs pourra écrire : « A Bukeye, devant l’enclos royal, les tambours qui, pour la dernière fois en 1929, annoncèrent les fêtes du sorgho dans toute leur abomination païenne, pourrissent aujourd’hui, abandonnés dans la déréliction générale du paganisme ». On ne peut être plus clair. Continuer la lecture de Le « vol » des tambours du Burundi

La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

Le caractère dramatique de l’actualité, les inconnues sur le devenir de la crise actuelle (un politicide de basse intensité ou une crise pré génocidaire, une sortie arbitrée négociée ou une épreuve de force) incitent beaucoup plus à alerter qu’à analyser, au risque de se contenter d’une mise en perspective de longue durée et de se satisfaire d’une vision cyclique des crises enchâssées dans un décor de pressions croissantes (environnementales, démographiques, économiques, sociales..). Par ailleurs l’événement cristallise les analyses et émotions sur celui-ci au risque d’ignorer les changements au cours de ces dix dernières années1. Il convient de nuancer ce propos en s’arrêtant sur les crises et contextes des deux dernières décennies, sur la crise actuelle.

Il s’agit donc de revenir sur l’histoire immédiate des crises burundaises, des années 2005-2015 et, en se détachant de l’emprise des événements actuels, de s’interroger sur trois dimensions : le mémoire ou les mémoires, l’expérience ou les expériences et les horizons d’attente, c’est-à-dire le rapport au passé, au présent et au futur qu’ont les acteurs et les parties en présence et en conflit, leurs attitudes, comportements et stratégies, ce qui revient à s’interroger sur les régimes d’historicité2 auxquelles ils se réfèrent. Ce faisant, il convient d’approcher les perceptions de la crise dans la société burundaise.

La crise actuelle en mémoire des crises passées.

La crise en cours 2015-2016 réveille les démons du passé. Effectivement, et à première vue, elle a bien des points communs avec les précédentes et la succession des crises (1965, 1972-1973, 1988, 1993, 1994-2002-2003) d’allure décennale confirmerait la perception d’une répétition. Ces points communs sont : l’échec d’un projet politique gouvernemental délégitimé et la manifestation d’attentes, la radicalisation des comportements dont l’instrumentalisation ethnique, la montée aux extrêmes et l’évolution d’une crise politique en une « crise ouverte totale » sous l’effet de tensions structurelles3, le renouvellement générationnel des élites, les connexions régionales et internationales…des stratégies partisanes et des nœuds individuels dont le poids et la dimension psychologique des acteurs-clés. L’enchaînement de ces crises passées renforce l’image de leur dimension fatale, d’autant que chaque crise entretient des mémoires douloureuses et une culture autoritaire aux origines de la crise suivante, et réalimente le cycle de violences.

Cette perception-lecture de la crise actuelle correspond à une mise en mémoire, un rapport au passé que chaque période conflictuelle réveille. Cette mémoire est devenue obsessionnelle car elle s’est nourrie de l’absence de traitement politico-judiciaire ou du retard apporté à le faire (la Commission Vérité Réconciliation n’a été créée qu’en 2015), même si durant ces dix dernières années, la liberté d’opinion sur les questions des identités ethniques a désamorcé le discours ethniques, ses « non-dits » et ses tabous. Continuer la lecture de La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

  1. Ce thème a été abordé lors d’un séminaire tenu à Pau UPPA/LAM en novembre 2015 sur « Ou va le Burundi ? D’où vient le Burundi ? ». []
  2. Plusieurs de ces pistes ont été empruntées aux travaux de R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Editions de l’EHESS, Paris, 2016, et F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, La Librairie du XXIe siècle, Paris, 2003. []
  3. Tous les indicateurs, après une phase de reconstruction, sont au négatif : plafonnement des indicateurs démographiques, socio-culturels, dégradation économique et indice de pauvreté….. []

Impression pré-électorale. Burundi mars 2015

Cette note sur l’actualité politique au Burundi, au regard d’une mission effectuée du 9 au 13 mars à Bujumbura, est bien plus un ressenti qu’une analyse. Elle est un arrêt sur propos reprenant les analyses et hypothèses faites en octobre 2014 (cf. notes Observatoire des Grands Lacs en Afrique d’octobre 2014 et de 2012 : voir http://observatoire-grands-lacs.org ) ; elle est bien plus un arrêt sur image, tant l’actualité politique s’accélère ces derniers temps.

Le regard avec ses limites sera celui d’un historien avec ses deux obsessions : la mise en perspective, la pesanteur des durées sur l’actualité d’une part, le poids de la contingence et des ruptures d’autre part. Il se situe entre recherche des causalités et observation des nouvelles logiques en construction dans le présent. Il s’interroge sur les événements et leur portée éventuelle.

Rappelons qu’au cours de ces cinq dernières années, le Burundi a vécu une crise politique rentrée, sans crise de régime et sans remise en cause de sa stabilité géopolitique. Mais les travers qui se sont alors accumulés (violences politiques et autoritarisme, division des oppositions, contentieux et conflits), se cristallisent comme un boomerang sur la période pré-électorale et électorale : dans ces conditions, il est difficile de penser celle-ci hors de ces tensions et pressions. La dramatisation, de basse intensité, de la période préélectorale le confirme sous les traits de « bras de fer » (entre le pouvoir et les oppositions, puis au sein du parti au pouvoir…), et ce climat va se renforcer, confronté dans le court terme à des épreuves de force attendues (en particulier quelle réaction à la déclaration annoncée d’une troisième candidature de P. Nkurunziza, quelle mobilisation et contre-mobilisation des jeunesses des partis, le choix et la proclamation des candidatures, quels rapports de force au sein du parti présidentiel le CNDD FDD (Conseil national pour le défense de la démocratie, forces de défense de la démocratie) ; plus encore, en raison des inconnues de cette situation qui rappellent les contextes historiques des crises passées, un combat sans chefs ou avec des chefs délégitimés ou discriminés. En effet, la faiblesse du leadership politique, d’abord au sein de l’opposition parlementaire et non parlementaire, en partie provoquée par le pouvoir et sa « nuisance politique », ensuite au sein du parti au pouvoir – un vide peut être calculé avant l’annonce des candidatures et le dévoilement des stratégies partisanes – fait le lit des options radicales ; elle offre une marge d’actions aux partisans d’un usage de la violence, présents dans chaque camp, qui surestiment leurs capacités de mobilisation de la société urbaine, d’encadrement du monde rural, leurs relais médiatiques ou institutionnels, mais qui connaissent l’impact de la violence sur la bipolarisation de l’arène politique et sur la société burundaise. Continuer la lecture de Impression pré-électorale. Burundi mars 2015