Archives par mot-clé : Afrique

Démographie africaine et migrations : entre alarmisme et déni

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Christian Bouquet, Université Bordeaux Montaigne

Il en est des chiffres de la population comme de ceux de l’abstention dans un scrutin démocratique : on peut leur faire dire ce que l’on veut entendre. Sur la démographie africaine, le spectre est très large entre ceux qui agitent l’épouvantail de la « croissance exponentielle » et ceux qui se réjouissent de toute cette jeunesse, symbole des dynamiques à venir. Dans ce débat, la voie du chercheur est étroite.

Des statistiques problématiques, mais qui vont toutes dans le même sens

Naturellement, on pourrait s’en sortir par défaut, en soulignant que la plupart des statistiques africaines sont contestables en raison des difficultés rencontrées dans nombre de pays pour conduire des enquêtes crédibles.

Il n’empêche que même les fourchettes basses sont élevées, et les courbes de croissance – minimales, maximales et médianes – toujours fortement ascendantes. Selon The World Population Prospects : The 2017 Revision, émanant du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, l’Afrique compte 1,256 milliard d’habitants, contre 640 millions en 1990. Sa population a donc doublé en un quart de siècle.

Si l’on ne retient que les chiffres essentiels, on note que son taux moyen de fécondité est de 4,7 enfants par femme (contre 2,2 en Asie et 2,1 en Amérique latine). Mais il atteint 7,4 au Niger – ce qu’avait bien lu Emmanuel Macron – ou encore 6,6 en Somalie et 6,3 au Mali. La pyramide des âges affiche une base très évasée, puisque 60 % des Africains ont moins de 25 ans. À ce rythme, on estime que l’Afrique comptera 1,704 milliard d’habitants en 2030, 2,528 milliards en 2050 et 4,468 milliards en 2100. Soit à cet horizon 40 % de la population mondiale, contre 17 % en 2017.

Le courage des précurseurs

Toutes ces données sont connues et généralement admises, mais elles ont souvent été enfouies dans le non-dit parce qu’elles génèrent un malaise dans les opinions publiques, et plus particulièrement dans les milieux scientifiques. Il a donc fallu beaucoup de patience et un certain courage à quelques auteurs, et notamment – surtout ? – en France, pour commencer à tirer la sonnette d’alarme malgré la réprobation de nombre de chercheurs.

L’un de ces précurseurs, Jean‑Pierre Guengant, résumait très bien la controverse dans un article de 2011 cosigné avec le démographe belge de la Banque mondiale John F. May :

« Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les néo-malthusiens et les développementistes se sont violemment opposés, surtout dans les années 1960 et 1970. Les premiers présentaient le contrôle des naissances comme une condition indispensable au développement des pays qualifiés alors de “sous-développés”. Pour les seconds, seules des politiques vigoureuses en faveur du développement pouvaient permettre aux pays du Sud de sortir de leur situation, le développement socio-économique entraînant la réduction de leur fécondité, d’où le slogan “le développement est le meilleur contraceptif” ».

On se souvient des critiques récurrentes formulées – notamment en Europe – contre le Population Council, créé par John D. Rockefeller III en 1952 et financé par sa fondation, dans le but plus ou moins avoué d’encourager la contraception dans les pays « sous-développés ».

Parallèlement, les chercheurs et les politiques adoptaient, selon Stephen Smith (La Ruée vers l’Europe, Grasset, 2017, p. 61), trois types d’attitude dans la seconde moitié du XXe siècle : ce qu’il appelle avec bienveillance « l’inattention » (très peu d’études étaient consacrées au lien entre démographie et pauvreté au sud du Sahara), mais aussi le déni, et enfin la maladresse (wealth in people, la population est une richesse).

« Dans la chambre à coucher… »

Ces réactions demeurent d’actualité, ainsi qu’on a pu le constater lorsque Emmanuel Macron a déclaré, en marge du Sommet du G20 en juillet 2017 :

« Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Outre les commentaires indignés de ses opposants traditionnels, il s’attira les foudres d’Angélique Kidjo :

« Moi ça ne m’intéresse pas qu’un Président, d’où qu’il vienne, dise à des millions [d’Africains] ce qu’ils doivent faire dans leur chambre à coucher ». (TV5 Monde, 10 septembre 2017).

De la part de l’ambassadrice de l’UNICEF, cette déclaration montrait bien à quel point l’incompréhension demeurait grave sur les enjeux démographiques africains. En même temps, on pouvait comprendre que la crainte de la stigmatisation ait pu peser sur bon nombre d’auteurs soucieux de ne pas trop se marginaliser par rapport au mainstream.

Une série de malentendus

En fait, le premier grand malentendu porte sur la réalité de la transition démographique, dont le moins qu’on puisse dire concernant l’Afrique subsaharienne est qu’elle demeure inachevée, bloquée en fin d’étape 2, avec des taux de natalité qui ne baissent que très lentement.

Influencés (ou non) par les recommandations du Population Council, certains pays avaient pris conscience de la nécessité de mettre en place des politiques de planning familial, parfois assez tôt comme le Kenya (1967) et le Ghana (1970), parfois avec un peu de retard comme le Sénégal et le Nigeria (1988). Mais la plupart de ces campagnes de sensibilisation échouèrent face aux résistances des milieux religieux et faute de moyens, notamment lorsque les programmes d’ajustement structurels asséchèrent les budgets de la santé et de l’éducation.

Le second grand malentendu porte sur la notion de dividende démographique, que les opinions publiques associent souvent à un bénéfice garanti dès lors que la population dite active (comprise entre 20 et 65 ans) est plus nombreuse que la population dite dépendante (moins de 20 ans et plus de 65 ans). C’est évidemment le cas en Afrique, mais la situation est piégeuse.

Dans son ouvrage cité, Stephen Smith évoque Jean‑Michel Severino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010) et Serge Michaïlof (Africanistan, Fayard, 2015) qui, dit-il:

« ont vaillamment abordé la pyramide africaine des âges, le premier par l’adret, avec l’espoir que le continent bénéficiera d’un dividende démographique quand ses nombreux jeunes auront trouvé un travail rémunéré et le second par l’ubac, dans la crainte que cela n’arrive pas de sitôt et que l’Afrique en crise ne se retrouve dans nos banlieues. »

Il aurait dû ajouter à propos du dividende démographique : du travail dans le secteur formel.

Pour que les 30 millions de jeunes Africains qui arrivent chaque année sur le marché du travail rendent le dividende démographique bénéficiaire, il faudrait créer autant d’emplois dans le secteur formel, soit 30 millions par an d’ici à 2035. Pourquoi sommes-nous aussi sûrs de ces chiffres ? Parce que ces jeunes ne relèvent pas de la virtualité des projections démographiques : ils sont déjà nés.

Certes, on peut y croire, comme la Banque africaine de développement (BAD) ou l’Institut allemand du développement (DIE), qui pensent qu’un chiffre de l’ordre de 20 millions d’emplois créés annuellement est tenable. Mais on peut aussi en douter, ne serait-ce que parce que nulle amorce de ce processus n’est actuellement visible dans le paysage économique africain, qui continue à être largement dominé par l’informel. Alors la tentation de la migration risque d’être forte.

L’inévitable soupape migratoire

L’hypothèse de la soupape migratoire a longtemps été considérée comme inutilement alarmiste, et les auteurs qui osaient en parler à la fin du XXe siècle restaient très prudents. Jean‑Pierre Guengant lui-même soulignait, dès 2002, que la conjugaison « des arrivées massives sur le marché de l’emploi des pays du Sud, qui ne seront pas capables de les absorber, des facilités de déplacement, des informations sur les lieux de destination, etc. » conduirait inévitablement à des migrations internationales. Mais il restait sur le terrain du « développement » et ne se hasardait pas (encore) sur celui de la démographie.

En 2015 (Africanistan), Serge Michaïlof s’est affranchi du déni, au risque de la provocation affichée dans son sous-titre (« L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? »). En reprenant les courbes de la démographie africaine, il rappelait que si l’on ne faisait rien, au plan de la démographie et du développement, on s’exposerait aux migrations massives vers l’Europe. Surfant entre les tabous, son ouvrage illustrait l’étroitesse du chemin qui s’ouvre actuellement aux chercheurs, parce que son argumentaire pouvait servir – bien involontairement – la cause de l’extrême droite.

Dans son dernier essai (La Ruée vers l’Europe, 2017), fort bien documenté et solidement argumenté, Stephen Smith va encore plus loin. L’ancien journaliste de Libération et du Monde, actuellement enseignant-chercheur à Duke University (États-Unis), affiche les chiffres cités supra (l’Afrique comptera 2 milliards d’habitants en 2050) et établit un parallèle avec la situation européenne au XIXe siècle : entre 1850 et 1914, alors que la population de l’Europe passait de 200 à 300 millions, plus de 60 millions d’Européens migraient vers les États-Unis (43 millions), l’Amérique latine (11 millions), l’Australie (3,5 millions) et l’Afrique du Sud (1 million).

Sur cette base, Stephen Smith fait l’hypothèse qu’une vague migratoire analogue entre l’Afrique et l’Europe pourrait atteindre des proportions telles qu’on compterait 150 à 200 millions d’Afro-Européens en 2050. Pour lui, ce mouvement massif de population ne serait donc pas un événement exceptionnel dans l’histoire du monde : il suffit juste de ne pas rejeter l’hypothèse a priori, au motif que celle-ci risque d’être brandie comme un épouvantail par les populistes européens.

Dans un débat publié en février par L’Obs, Stephen Smith était d’ailleurs interpellé sur ce sujet par Michel Agier en ces termes : « À qui faites-vous signe en écrivant cela ? À qui faites-vous peur ? »

« Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique »

Tout est dit dans ces deux questions. Faut-il alors avoir peur d’écrire, ou bien faut-il passer sous silence des données qu’on regrettera peut-être, dans dix ou quinze ans, d’avoir occultées ? Faut-il négliger ce sondage Gallup (2016) indiquant que 42 % des Africains âgés de 15 à 24 ans (et 32 % des diplômés du supérieur) déclaraient vouloir émigrer ? En intitulant sa chronique du 8 février 2018 dans Le Monde : « Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique », Alain Frachon a pris bien soin d’ajouter : « que nous le voulions ou non ».

Il semble de plus en plus clair que les opinions publiques européennes « ne le veulent pas », si l’on en juge par les résultats des élections les plus récentes en Italie, en Pologne, en Grande Bretagne, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie. « La crise migratoire a retourné l’opinion publique européenne », écrit Sylvie Kauffmann (Le Monde), dans sa chronique du 7 mars 2018. Et elle insiste un mois plus tard : « La droite identitaire devient mainstream. Elle évince la droite classique, et pas seulement en Europe centrale » (4 avril 2018).

Traiter l’immigration africaine en Europe à sa juste dimension

Pour autant, les chercheurs qui ne partagent pas cette idéologie de rejet doivent-ils laisser le champ libre aux auteurs qui ont théorisé cette « menace migratoire », s’inscrivant dans la filiation de Jean Raspail, dont Le Camp des Saints (Robert Laffont, 1973) était devenu le livre de chevet de Steve Bannon, l’ex-conseiller anti-immigration de Donald Trump ? Nous avons laissé passer Bat Yé’or (Eurabia, Godefroy, 2006) et Renaud Camus (Le Grand Remplacement, Chez l’auteur, 2011) sans opposer de contre-feu digne de la recherche universitaire française en sciences sociales.

En 1991 pourtant, Jean‑Christophe Rufin – au-dessus de tout soupçon dans le présent débat – nous avait prévenus dans L’Empire et les nouveaux barbares : un nouveau limes était insidieusement en train de se dresser entre un Nord trop riche et un Sud trop pauvre. En 2001, il avait insisté dans la nouvelle édition de son livre prémonitoire sur la nécessité de regarder les choses en face. Mais, là encore, nous avions préféré regarder ailleurs.

Ainsi la démographie africaine doit-elle être abordée dans sa profondeur et dans son intégralité, sans tabou, en rappelant que deux des plus grandes puissances mondiales actuelles ne le seraient sans doute pas aujourd’hui si elles n’avaient pas conduit, en temps utile, des politiques de population drastiques.

The ConversationDe même, l’immigration africaine en Europe doit être traitée à sa juste dimension, en tenant compte à la fois de tous les paramètres chiffrés qui la sous-tendent, des obligations humanitaires qui sont celles des pays d’accueil, et des équilibres socio-économiques qu’il conviendra d’ajuster sans passion. Donc en évitant l’alarmisme et le déni, et sans craindre « l’approbation venue du mauvais côté », pointée par Hans-Magnus Enzensberger (Culture et mise en condition, Le Goût des idées, 2012) à propos des schémas totalitaires de la pensée.

Christian Bouquet, Chercheur au LAM (Sciences-Po Bordeaux), professeur émérite de géographie politique, Université Bordeaux Montaigne

DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []

L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Par Matthieu FAU-NOUGARET[1]
Maître de Conférences HDR en Droit Public
Université de Bordeaux/Les Afriques dans le monde

 

Dans son discours du 28 novembre à l’Université de Ouagadougou, le Président français Emmanuel Macron a évoqué l’épineuse question de l’éducation, au moment où un rapport parlementaire burkinabè pointe les défaillances du système d’enseignement. Les universités publiques francophones en Afrique subsaharienne sont dans leur majorité des paquebots à la dérive : massification estudiantine, déficit chronique d’encadrement, budget insuffisant, quasi inexistence de ressources financières propres, manque de documentation papier et numérique, etc… L’Université de Ouagadougou (et plus largement l’enseignement supérieur burkinabè) n’y fait malheureusement pas exception.

L’Afrique subsaharienne, selon les projections démographiques du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, sera peuplée de plus de 2 milliards de personnes en 2050 dont près de 55% aura moins de 30 ans. L’Afrique subsaharienne francophone, selon les mêmes projections, devrait être peuplée de 725 millions d’habitants dont près de 60% aura moins de 30 ans. Tous ces jeunes n’iront peut-être pas à l’université, mais « gouverner c’est prévoir ».

Comment en est-on arrivé à ce point de dysfonctionnement de l’enseignement supérieur?

Etat des lieux

Les responsabilités sont partagées entre les trois principaux acteurs de cette pièce concernant l’enseignement supérieur.

La « Communauté internationale »

Les plans d’ajustements structurels et structurels renforcés développés par le Fonds monétaire international ont incité les Etats à réduire de manière drastique l’investissement dans l’éducation de manière générale, et dans l’enseignement supérieur en particulier. Les Etats devaient réduire leur budget « éducation », considéré comme secteur non productif, s’ils souhaitaient pouvoir bénéficier d’aides économiques de la part des grands bailleurs de fonds multinationaux. A la suite du recul de l’Etat dans ses propres politiques éducatives, un nouveau paradigme a émergé à la suite des « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) que l’on peut simplifier par  « l’éducation pour tous ». L’OMD 2 vise plus spécifiquement l’école primaire mais très rapidement les partenaires techniques et financiers l’ont étendu à l’école secondaire et l’enseignement professionnel (il en est de même dans les Objectifs de développement durable, ODD). Mais rien sur l’enseignement supérieur…

Or les Universités se retrouvent complètement débordées par un afflux, en croissance régulière, d’étudiants pour lesquels l’enseignement supérieur est un droit. Dans le cas burkinabè, nous sommes ainsi passés de 9 000 bacheliers au début des années 2000 à près de 28 000 bacheliers en 2016.

Les investissements dans l’enseignement supérieur ne sont pas pour autant nuls (coopérations bi ou multilatérales). Mais ils sont ponctuels, peu concertés, non coordonnés et répondent avant tout aux paradigmes du donateur et non aux besoins réels du récipiendaire.

Les Etats

Nombreux sont les Etats d’Afrique francophone à avoir faillit en matière d’enseignement supérieur. Depuis très longtemps, l’investissement dans le système universitaire est très en deçà de ce qui serait nécessaire.  Sur de nombreux campus, les constructions parcellaires ou les rénovations répondent essentiellement à un souci d’apaisement devant une crise universitaire naissante ou existante.

Pendant très longtemps, les recrutements dans la fonction publique universitaire ont été insuffisants. Actuellement, de nombreuses universités sont confrontées aux défis d’une double courbe ascendante : celle des départs à la retraite des enseignants chercheurs (notamment les enseignants de rang A) et celle de la hausse exponentielle du nombre d’étudiants.

Enfin, devant les risques connus et vécus de révoltes estudiantines, les Etats ont aussi failli à prendre des décisions politiques courageuses (et donc risquées) concernant des œuvres sociales estudiantines, plus particulièrement le système de bourses. Conçu pour un nombre d’étudiants réduit, il ne peut plus faire face à la hausse croissante de  leurs effectifs. Il doit être réformé, plus particulièrement dans le sens d’une plus grande transparence dans l’octroi des bourses.

La Communauté universitaire

La communauté universitaire a aussi sa part de responsabilité. Les enseignants, tout d’abord, car nombreux sont ceux qui n’ont pas joué le rôle que leurs aînés avaient joué : encadrer la future relève universitaire. Jaloux de leur statut confortable, en partie du à la rareté, nombre d’enseignants n’ont pas encadré de thèse de doctorat ou de manière insuffisante. De plus, un certain nombre d’enseignants – chercheurs sont devenus des « intermittents » ou « vacataires » de l’université. Ce phénomène est connu mais pas assez dénoncé et sanctionné par réflexe corporatiste. Les enseignants – chercheurs tirent de leur statut de nombreux avantages, notamment honorifiques mais aussi pécuniaires (revenus annexes parfois plus lucratifs que leur salaire).

Les syndicats étudiants ont leur part de responsabilité aussi. Plus politisés (et donc plus susceptibles d’être instrumentalisés par certains partis politiques) que représentants des intérêts des étudiants, ils peuvent prendre des positions schizophréniques en adoptant une posture de refus de principe (grève des examens, blocage des campus ou des cités universitaires, etc.) avant même que le dialogue ne débute (LMD, bourses, etc.).

Les personnels administratifs et de soutien sont le dernier maillon de cette chaîne de responsabilité, car souvent ils ont intégré l’administration universitaire, sous une forme contractuelle, grâce à une cooptation « parentale », ce qui n’est pas forcément un gage d’implication dans la fonction et de compétence.

Devant cette situation d’explosion programmée (et retardée grâce à des mesures conjoncturelles), que faire ?

Perspectives

Les autorités burkinabè ont plusieurs fois analysé avec beaucoup de clairvoyance les dysfonctionnements de leur système universitaire et élaboré des plans de sortie de crise (Travaux du Comité Ad Hoc de Réflexion – CAR – en 2012, Etats généraux de l’Enseignement supérieur en 2013), sans pour autant passer à l’action….

La Communauté internationale

Il faut que celle-ci arrête de faire preuve d’hypocrisie. Tout le monde sait que les universités publiques en Afrique subsaharienne francophone sont des « bombes à retardement », facteurs de déstabilisation des Etats. Pourtant, rares sont les bailleurs de fonds intervenant dans ce domaine. Tant que ces interventions resteront épisodiques et souvent, malheureusement, non concertées, rien ne changera.

Tant qu’il n’y aura pas au niveau national de cadre de concertation sur l’enseignement supérieur, rien n’évoluera de manière positive structurellement. Tant que les bailleurs de fonds n’auront pas une approche holistique de l’enseignement (du primaire à l’universitaire), ils pourront s’enorgueillir d’avoir fait avancer favorablement les statistiques de la scolarisation dans les deux premiers niveaux de l’éducation, tout en se cachant le drame qui se prépare à l’Université.

La facilitation de l’octroi de visas promise par le Président Macron est une bonne chose, mais elle ne touche pas la majorité des étudiants qui n’ont pas les moyens financiers de poursuivre des études ailleurs que dans leur pays.

Les Etats

Il convient d’être lucide sur les limites financières de ces Etats, car nombreux sont les Etats d’Afrique francophones qui sont confrontés à des urgences économiques quotidiennes. Cela étant, certaines réformes peu onéreuses mais politiquement risquées devraient être entreprises.

Ainsi, les Etats, au premier rang desquels le Burkina Faso, devraient revoir le modèle économique de l’enseignement supérieur. Concernant l’épineuse question des frais de scolarité, il y a un constat simple : l’enseignement supérieur a un coût. Or, lorsque les frais de scolarité sont de 15 000 FCFA par an (soit environ 23 euros) comme c’est le cas au Burkina Faso, il est difficile d’envisager quelque investissement que ce soit. Les parents sont prêts à payer des frais de scolarité plus élevés pour le primaire ou le secondaire, pourquoi ne le font-t-ils pas pour le supérieur ?

Mais cette hausse n’est pas en soi satisfaisante si elle ne s’accompagne pas d’une hausse des services offerts aux étudiants : locaux suffisants, équipements informatiques, documentation. Les syndicats étudiants, plutôt que de se réfugier dans une posture, devraient peut-être en faire un préalable.

Les Etats doivent aussi revoir leur schéma de gouvernance de l’enseignement supérieur  et ce sur deux points au moins : la multiplication des établissements publics et l’offre privée d’enseignement supérieur. Pour faire face à la massification estudiantine et l’engorgement corrélatif des universités traditionnelles, le Burkina Faso, comme d’autres Etats, a opté pour la solution de la création d’universités publiques en province. Cette solution de prime abord satisfaisante montre, en pratique, de nombreuses limites. En effet, l’ouverture de ces nouveaux établissements ne s’est pas accompagnée d’une hausse significative du recrutement d’enseignants. Ainsi, les nouvelles formations offertes sont souvent sous perfusion d’enseignants venant de l’Université historique, ce qui créé de nombreux déséquilibres.

Depuis plus de vingt ans se sont développés de manière assez anarchique, dans un premier temps, puis plus structurée dans un second temps, les établissements d’enseignement supérieur privés (Universités, Écoles ou Instituts). Or, force est de constate que la majorité de ces établissements, à l’exception de quelques-uns sérieux, sont créés de manière opportuniste afin d’enrichir leurs promoteurs (notamment pour les formations paramédicales) et qu’ils ne délivrent pas toujours des diplômes reconnus par l’Etat. Les établissements privés doivent être une offre complémentaire et non parasitaire des établissements publics.

La Communauté universitaire

Même si l’on entend et comprend, les plaintes concernant le manque de moyens financiers des universités, tout n’est pas question d’argent. La démarche qualité, dans laquelle s’inscrivent de nombreuses universités actuellement (et qui correspond à une attente des bailleurs), nécessite, une nouvelle fois, plus une volonté politique que des moyens financiers. Elle nécessite une remise en ordre au sein des universités. Celle-ci passe par l’édition d’un certain nombre de documents dont l’objectif est de renforcer la transparence à la fois en interne et en externe. Il est indispensable que toutes les universités disposent d’un catalogue de leur offre de formation. Il est aussi primordial, dans cette démarche qualité, que les autorités universitaires adoptent un guide des procédures administratives et financières afin d’attirer des investissements externes. Continuer la lecture de L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Liberia : élection présidentielle 2017 (1er tour)

Le Liberia a organisé une élection présidentielle dont les résultats du premier tour nous ont semblé crédibles. Nous vous proposons donc ce dossier, en attendant (et en espérant) qu’il sera bientôt complété par les résultats du second tour.

A découvrir ici http://lam.sciencespobordeaux.fr/page/liberia

Comme d’habitude, les données vous sont fournies sans commentaire. À chacun d’y trouver les éléments qui l’intéressent. Toute remarque ou critique reste bienvenue.

Assassinat de Thomas Sankara : enfin la vérité ?

File 20171212 9416 11n5xsz.jpg?ixlib=rb 1.1
Thomas Sankara, un tribun qui a marqué l’histoire du Burkina Faso.
Muigwithania/Wikimedia, CC BY-NC

René Otayek, Sciences Po Bordeaux

Cet article est publié simultanément sur The Conversation.

La passe d’armes sur la climatisation défectueuse entre Emmanuel Macron et les étudiants burkinabè réunis, le 28 novembre, dans un amphithéâtre de l’Université de Ouagadougou pour écouter son discours à la « jeunesse africaine », et la polémique relative à la familiarité à tout le moins déplacée avec laquelle il s’est alors adressé au président Kaboré ont quelque peu éclipsé les autres aspects de la tournée africaine du chef de l’État français.

Non pas que celle-ci ait réellement renouvelé ce genre très prisé des présidents français, nonobstant l’affirmation pour la énième fois de la fin de la « Françafrique », mais parce qu’elle a donné lieu à une annonce attendue depuis longtemps par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire politique du Burkina Faso au cours des trente-cinq dernières années : la déclassification prochaine de tous les documents français concernant l’assassinat, le 15 octobre 1987, de Thomas Sankara, le président du Conseil national de la révolution (CNR) qui a dirigé durant quatre ans le « Pays des hommes intègres ».

Le mythe vivace de Sankara

Trente ans après, la disparition brutale de l’homme qui incarnait la révolution burkinabè demeure un sujet extrêmement sensible au Burkina mais également sur tout le continent africain, et même en France. Non seulement parce que les circonstances exactes de sa mort et de celle de la douzaine de collaborateurs qui se trouvaient à ses côtés au Conseil de l’Entente, ce jour-là, restent mystérieuses, mais aussi parce que l’identité et les responsabilités des exécutants du massacre et de ses commanditaires n’ont jamais été entièrement éclaircies.

L’annonce de Macron est incontestablement bienvenue. La déclassification des documents en question était attendue de longue date, aussi bien par les historiens de l’Afrique et des relations franco-africaines, que par les Burkinabè, notamment les jeunes générations, pour qui Thomas Sankara reste un mythe vivant.

Elle était peut-être même inévitable car comment le Président français pouvait-il se rendre au Burkina en visite officielle et prétendre s’adresser à la « jeunesse africaine » en faisant l’impasse sur cette épineuse question ? Ce d’autant que beaucoup d’Africains, jeunes et moins jeunes, et d’observateurs voient la main de la France et singulièrement celle de Jacques Foccart, à l’époque « Monsieur Afrique » de Jacques Chirac, premier ministre de la première cohabitation au moment des faits, derrière le complot ayant eu raison de Sankara. Son projet révolutionnaire dérangeait non seulement la France mais bon nombre de pays voisins du Burkina, à commencer par la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny.

Un enjeu de mémoire crucial

Nul doute donc que la levée du secret défense auquel se heurtait la justice burkinabè depuis la chute de Blaise Compaoré, en octobre 2014, satisfasse celles et ceux qui patientent depuis trente ans que soit connue la vérité et que justice soit enfin rendue. Si, comme le répètent à l’envi les officiels français et ceux qui ont eu à travailler avec Jacques Foccart dans l’ombre, la France n’a rien à voir avec l’assassinat de Sankara, pourquoi a-t-elle opposé une fin de non- recevoir à la commission rogatoire lancée par le juge burkinabè en octobre 2016 ?

Pour les admirateurs de Sankara en Afrique, et ils sont nombreux, il s’agit là d’un crucial enjeu de mémoire. « Tom », comme on l’appelait parfois familièrement, continue de fasciner une jeunesse africaine en mal de héros. Son aura n’a fait que se renforcer avec le temps alors même que le récit de son élimination sanglante – il s’est présenté de lui-même à ses meurtriers en pensant que son sacrifice épargnerait ses compagnons assiégés avec lui – revêt des allures de chemin de croix christique.

Il y a dans les circonstances mêmes de cette mort voulue une dimension rédemptrice qui continue d’entretenir puissamment les imaginaires. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter quelques-unes des chansons que lui ont consacré des chanteurs aussi connus que les Ivoiriens Tiken Jah Fakoly et Alpha Blondy, le Sénégalais Didier Awadi ou encore le Burkinabè Smokey, cofondateur du Balai citoyen, l’un des mouvements de la société civile dont la mobilisation, en octobre 2014, a contraint Blaise Compaoré à « dégager » avant d’être exfiltré vers la Côte-d’Ivoire par les forces françaises stationnées au Burkina dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le parfait négatif des dirigeants corrompus

La figure de Sankara nourrit donc incontestablement un culte relevant sans doute d’un romantisme révolutionnaire qu’on pourrait penser dépassé mais dont il faut bien voir qu’il fait sens pour une certaine jeunesse africaine qui aspire au changement. Le Président de l’ex-CNR est, pour elle, le symbole du Juste assassiné par son meilleur ami et successeur, Blaise Compaoré, mais aussi le parfait négatif de leurs chefs d’État qu’ils jugent corrompus et soumis aux intérêts étrangers.

On peut, toutefois, se demander si ce culte n’est pas plus vivace à l’extérieur qu’au Burkina même. Certes, il y existe, associé à une culture de la contestation sociale et politique qu’Emmanuel Macron a pu vérifier à l’occasion des manifestations, ponctuées d’un jet de grenade sur un véhicule militaires français, qui l’ont accueilli à son arrivée à Ouagadougou, avant de se confronter, non un certain succès, à la pugnacité des étudiants ouagalais.

Mais tous les Burkinabè, notamment parmi celles et ceux qui ont connu la révolution, n’ont pas oublié que, si le régime instauré par Sankara et ses compagnons a engagé et réussi un certain nombre de réformes salutaires en matière de santé, d’éducation, d’accès à l’eau, de lutte contre la corruption, il s’est aussi enfermé dans une logique autoritaire qui a détourné de lui une bonne partie de ses appuis sociaux initiaux.

Il y a donc incontestablement une part d’ombre dans le mythe Sankara, qui explique en partie l’incapacité des partis et mouvements politiques burkinabè se revendiquant de son héritage à convertir en influence politique ce capital symbolique. Leurs résultats plus que modestes aux différentes élections depuis des années confirment amplement le constat. Le souvenir de Sankara peine à mobiliser électoralement, d’autant que ses héritiers manquent cruellement de relais dans un certain nombre de réseaux sociaux (chefferie traditionnelle), économiques (milieux d’affaires) et religieux (Église catholique, mouvements protestants d’obédience pentecôtiste ou évangélique) très agissants.

Devoir de vérité

Blaise Compaore, l’ancien Président du Burkina Faso soupçonné d’avoir assassiné Thomas Sankara.
Agência Brasil/Wikimedia, CC BY-SA

 

Il n’en demeure pas moins qu’un devoir de vérité s’impose concernant l’assassinat de Thomas Sankara. Des présomptions de responsabilité existent. On a souvent évoqué, outre le rôle que la France aurait joué, celui du principal bénéficiaire du coup d’État d’octobre 1987, l’ami fidèle et le compagnon de route Blaise Compaoré, et les liens étroits qu’il entretenait avec Félix Houphouët-Boigny suite à son mariage avec une proche de celui-ci. Il y a aussi les ramifications régionales du complot, qui restent obscures : la Libye de Kadhafi y a-t-elle trempé ? Quid de l’ancien dirigeant du Liberia Charles Taylor ?

The ConversationLa levée du secret défense permettra-t-elle de répondre à toutes ces questions ? On est en droit d’en douter car, on le sait, dans ce genre de dossier, il y a rarement des traces écrites. L’affaire Thomas Sankara n’est peut-être pas près de connaître son épilogue.

René Otayek, Directeur de recherches (CNRS), Les Afriques dans le monde, Sciences Po Bordeaux

Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour

Salim Chena, LAM/Sciences Po Bordeaux

Le report du premier Sommet Afrique-Israël, qui aurait dû se tenir entre les 23 et 27 octobre à Lomé (Togo), éclaire une dimension peu traitée des relations de l’Afrique avec le reste du monde, tant sur les plans historiques que dans l’extraversion des politiques extérieures des Etats africains contemporains. La décision a été prise par Faure Gnassingbé mais aucune partie ne souhaite véritablement en assumer la responsabilité. Le chef d’Etat togolais a effectué une visite privée en Israël au début du mois d’août, avant d’ajourner indéfiniment l’évènement le 12 septembre. De prime abord, cela peut apparaître comme un revers pour la politique africaine d’Israël, qui tente comme d’autres pays d’obtenir une part de la  « croissance africaine » ; mais l’annonce de cette décision est aussi une nouvelle manifestation des turbulences diplomatiques liées à la position d’Israël dans la communauté et le système international. Le retrait conjoint d’Israël et des Etats Unis de l’Unesco illustre tout autant les difficultés d’Israël dans les institutions multilatérales qui, pour l’Etat hébreu, l’obligent à affronter l’hostilité des Etats estimant qu’une résolution du conflit israélo-palestinien est un préalable à sa pleine intégration aux relations internationales. Israël est reconnu par tous les Etats africains, excepté au Maghreb et dans la bande saharo-sahélienne ; un représentant de l’Organisation de Libération de la Palestine a souligné le rôle de ces derniers dans l’annulation du Sommet.

Reflux arabe, succès israéliens

Néanmoins, la décision du président togolais doit se lire également à l’aune de la situation intérieure du régime. Les 6 et 7 septembre dernier ont eu lieu d’importantes manifestations de l’opposition ; les rassemblements se sont poursuivis jusqu’à la fin du mois et une dynamique contestatrice semble s’être engagée avec les marches des 4 et 5 octobre. La contestation est venue d’un projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président de rester au pouvoir jusqu’en 2030 après cinq mandats successifs. Les autorités craignaient autant pour la sécurité de la délégation israélienne (si de nouvelles manifestations devaient avoir lieu) qu’elles appréhendaient la réaction d’autres Etats africains au sein de l’Union. D’une certaine manière, l’Afrique est prise entre le renouvellement et la diversification de ses relations extérieures en termes de coopération et d’investissement, et la position historique normatives de nombre de ses Etats et institutions – tirant son origine à l’apogée des politiques de non-alignement. Par l’intermédiaire des Etats maghrébo-sahéliens, reliant géographiquement et politiquement le continent aux Proche et Moyen Orients, et dans le cadre de l’internationalisme afro-asiatique, une partie du conflit israélo-palestinien – lui-même enjeu de la Guerre froide – a impliqué l’Afrique depuis le raid  des forces spéciales israéliennes sur l’aéroport d’Entebbe en 1978 au bombardement du quartier général de l’OLP de Yasser Arafat sur le sol tunisien en 1985.

Sous l’effet parallèle des mutations du conflit israélo-palestinien et de la mondialisation, les relations israélo-africaines s’étaient jusque-là plutôt dépolitisées : « L’achèvement de la « décennie arabe en Afrique subsaharienne » ne sonna pas le glas de la coopération arabo-africaine : il inaugura simplement une ère de pragmatisme politique et économique enjoignant aux pays africains de ménager et de cultiver leurs relations avec Israël tout en se rangeant, au besoin, dans le camp arabe, notamment à propos de la question palestinienne » estime Jean-Baptiste Onana (2006). Le chef de gouvernement israélien n’a pas non plus échappé à ses « tournées africaines » ces dernières années. Devant la Knesset, en juin 2016, M. Netanyahu a dévoilé une carte synthétisant le point de vue du gouvernement sur l’état des relations d’Israël avec le reste du monde. Parmi les pays présentés comme des succès de la politique étrangère du Premier ministre, dix étaient africains[1] : cela peut impliquer notamment la normalisation ou la reprise de relations diplomatiques (Guinée, Sénégal, Tanzanie, Soudan du Sud), des pas vers la reprise de relations diplomatiques (Tchad), la coopération sécuritaire et technologique (Kenya, Rwanda, Ethiopie, Côte d’Ivoire) ou le renvoi de réfugiés dans des pays tiers (Ouganda, Rwanda) ; au travers de sa relations privilégiée avec le Kenya et l’Ouganda, la sécurisation de la Corne de l’Afrique (menant à la mer Rouge) reste sa priorité sur le continent (Butime, 2014).

Les relations israélo-africaines se déploient également dans le domaine spirituel, et trouvent leurs racines dans la reconstruction des identités ethniques et religieuses selon des processus d’appropriation et d’identification culturelles. Du mythe de Noé aux évocations bibliques d’une présence juive oubliée en Afrique, cette dernière n’est pas étrangère à l’imaginaire religieux judéo-chrétien, tandis qu’ « en apportant l’Ancien Testament et en identifiant aux lointains Hébreux les populations qu’ils rencontraient, les missionnaires procurèrent aux Africains les points d’entrée d’une nouvelle histoire des origines. Les interprétations de la Bible fournirent la substance des nombreuses innovations qui conduisirent à l’évolution du monde religieux africain. » (Bruder, 2008, a). Parfois anciennes, des communautés religieuses revendiquent leur appartenance au judaïsme, construisant ainsi des « identités juives en Afrique » à partir de « la réactualisation du mythe de la tribu perdue et retrouvée qui fonde une ascendance et une histoire juive ; [de] la conversion au judaïsme fondée sur l’adoption de l’Ancien Testament ; [et de] l’appartenance à un groupe juif par la filiation physique et l’expérience de la souffrance et de la persécution » (Bruder, 2008b).

Résistible avancée israélienne

Le Sommet Afrique-Israël devait couronner, en l’institutionnalisant, la politique africaine de Benyamin Netanyahu, qui avait lancé, en février 2016, le slogan : « Israël est de retour en Afrique et l’Afrique revient en Israël ». L’annulation de l’événement reste cependant marginale pour un Premier ministre expérimenté mais en situation instable, pris entre les soupçons récurrents, la fragilité des coalitions parlementaires et la situation socio-économique précaire. L’Afrique reste périphérique dans l’univers stratégique israélien, dominé par la dépendance aux aides économique et militaire américaines et plus orienté vers le Golfe persique que la Méditerranée (suite à la normalisation des relations avec l’Egypte et la Turquie). La polarisation des positions internationales autour du conflit israélo-palestinien limite structurellement la politique extérieure de l’Etat hébreu. Or, ce sont les vagues de décolonisation successives de l’ancien Tiers-monde qui ont fait basculer, au sein des institutions multilatérales, les équilibres internationaux autour du conflit irrésolu le plus ancien[2]. La reconquête de cet espace diplomatique – qui lui était acquis avant la fin des années 1960 – s’annonce plus compliquée qu’espérée. Inversement, le conflit israélo-palestinien lui-même n’est pas influencé par les développements internes à l’Afrique, dans la mesure où il n’est plus internationalisé. Pour les relations extérieures africaines, Israël est un partenaire supplémentaire permettant de maximiser les gains relatifs de la coopération en officialisant l’entrée d’un nouvel acteur. Continuer la lecture de Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour

Instituts Confucius : l’atout charme de la Chine

Article paru dans « Repenser l’Afrique », France Forum, n o66, juillet 2017. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction. https://www.institutjeanlecanuet.org/content/repenser-afrique

Par Ellina Chhay, membre du programme géopolitique de l’Asie de l’Institut Open Diplomacy

 

Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent !

 

L’analyse des liens entre la Chine et l’Afrique se fonde essentiellement sur l’économie et la politique abordées de manière géostratégique et notamment sur l’exploitation et le contrôle des ressources naturelles comme le pétrole et les matières premières. Ce type d’approche reste classique et ne prend pas en compte les particularités de la présence chinoise en Afrique, si décriée par les occidentaux qui ne voient pas d’un bon œil la mainmise de Pékin sur le continent africain. Afin d’asseoir son influence et de conforter son statut de puissance internationale, la Chine met l’accent sur la promotion du mandarin à travers les instituts Confucius (IC). Quels sont les objectifs de ce soft power chinois ? Dans quelle mesure les instituts Confucius d’Afrique servent-ils les intérêts chinois ?

UN SOFT POWER BIEN CHINOIS… Le concept de soft power a été popularisé par Joseph Nye qui le définit comme « la capacité d’une nation à obtenir d’autres nations ce qu’elle souhaite par l’attrait de ses valeurs, de sa culture et de ses politiques plutôt que d’utiliser la coercition ». Lors de la tenue du 16e Congrès national du Parti communiste chinois en 2002, la Chine a érigé le soft power comme fondement de sa politique étrangère afin de renforcer son attractivité. Ce concept appliqué à la Chine se caractérise par une approche confucéenne visant à « construire une société harmonieuse », à « développer le multiculturalisme » et à « créer un environnement international pacifique » dans lequel le développement économique de la Chine se poursuivrait. En outre, ce soft power ne s’applique pas seulement aux états, mais aussi aux régions, aux organisations et aux individus.

La langue chinoise peut alors être vue comme un outil de soft power permettant d’étendre le pouvoir du Parti-état. Ainsi, les instituts Confucius répondent à cette mission de rayonnement de la Chine en faisant de sa culture un des piliers de son développement économique. Les IC sont des établissements culturels à but non lucratif dont la vocation est de diffuser le mandarin et de promouvoir la culture chinoise en facilitant les échanges culturels. Ils sont dirigés et financés par le Hanban, bureau national pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, qui relève du ministère chinois de l’éducation. Depuis l’ouverture, en 2004, du premier institut à Séoul, en Corée du sud, les IC se sont multipliés à travers le monde. Selon le Hanban, on compterait actuellement plus de 500 IC au total, dont 46 en Afrique. Ce nombre devrait passer à 100 d’ici à 2020.

Au cours des dernières années, la présence chinoise s’est accentuée en Afrique en raison d’un besoin en ressources naturelles. Premier partenaire commercial de l’Afrique, la Chine aime à rappeler les liens d’amitié qui l’unissent au continent africain depuis la conférence de Bandung, en 1955. Elle réaffirme son soutien dans la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme et porte un discours prônant la coopération sud-sud et le respect de la souveraineté pour chercher à obtenir l’adhésion des dirigeants africains. Alors que sa politique économique et commerciale génère des frictions côté africain, sa politique culturelle est bien accueillie. L’empire du Milieu voit en les IC un moyen d’améliorer son image auprès des populations locales, mais aussi de former et de sensibiliser les élites africaines de demain à une meilleure compréhension historique, politique et culturelle de la société chinoise. Grâce au mandarin, les apprenants africains jouent le rôle d’intermédiaires avec les acteurs chinois présents en Afrique. Dans le cadre du plan d’action 2016-2018 du Forum de coopération sino-africaine (FOCAC), la Chine a prévu d’offrir 30 000 bourses à des étudiants africains.

Depuis une décennie, leur nombre augmente de 35 % par an. D’après le ministère chinois de l’éducation, ils étaient, en 2014, 41 677 en Chine. Former de futures générations d’intellectuels, en particulier dans les pays en voie de développement, constitue une subtile forme de soft power.

… MAIS CONTESTÉ DANS LE MONDE ENTIER. Calqué sur le modèle des Alliances françaises ou des Goethe Institute allemands, le fonctionnement des IC en diffère néanmoins. Ces derniers sont implantés au sein même d’une structure étrangère (bien souvent une université) et rattachés à une université partenaire chinoise. Chaque IC est géré et financé par le Hanban à hauteur de 100 000 dollars par an. Ce soutien financier pose la question de la liberté académique des programmes dispensés. Des universités comme l’université d’état de Pennsylvanie ont qualifié les IC d’outil de propagande servant les intérêts chinois et s’opposent à en accueillir au sein de leur campus. Des pressions sont exercées de la part des officiels chinois pour éviter les controverses comme la question du Tibet ou pour entraver la venue d’opposants politiques. Au Canada, par exemple, l’attribution d’un doctorat honorifique au dalaï-lama par l’université de Calgary a été sanctionnée par son retrait de la liste des établissements accrédités. Certaines universités comme celle de Stockholm, première à accueillir un IC en Europe en 2005, ont décidé de fermer les IC de leur campus. Toutefois, en Afrique, on considère que la restriction académique est propre au domaine culturel chinois.

L’objectif du soft power est d’améliorer l’image de la Chine, de créer une perception positive de sa politique à l’échelle internationale et de lutter contre l’idée d’une « menace chinoise », notamment en Afrique. Pour cela, la Chine se sert des IC qui deviennent un outil essentiel de son soft power en participant à sa stratégie d’expansion culturelle. Son succès dépend de la capacité du pays à vendre son image à l’Afrique, mais aussi de la capacité de cette dernière à acheter cette image. En outre, l’intérêt suscité par les IC auprès des Africains est, sans aucun doute, lié à des perspectives économiques, plus qu’à une réelle envie d’apprendre le mandarin.

Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

Les conclusions de l’article «En Afrique, le paludisme recule mais les fièvres de toutes origines tuent plus», paru dans Le Monde Afrique du 24 février 2017 (http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/24/en-afrique-le-paludisme-recule-mais-les-fievres-de-toutes-origines-tuent-plus_5085156_3212.html?xtmc=ghalia&xtcr=2) sont évidentes pour qui étudie les systèmes de santé en Afrique. L’article affirme que le paludisme commence à être enrayé en Afrique grâce aux efforts déployées depuis de nombreuses années par les différents acteurs internationaux, mais que cela s’accompagne d’une hausse de la mortalité due à d’autres maladies fébriles. En effet, la fièvre n’est pas considérée comme pouvant être symptomatique d’autres pathologies, ce qui mène à un traitement systématique de toute fièvre par des anti-paludéens. Les principaux coupables seraient d’une part les patients, pratiquant l’automédication et prenant automatiquement un traitement anti-paludéen dès l’apparition d’une fièvre, et d’autre part le personnel médical local, enclin à considérer toute fièvre comme indicatrice de paludisme.

Le sur-diagnostic de la malaria est en effet une réalité et il est bon que cela soit enfin pris en compte par les instances sanitaires mondiales afin non seulement de parvenir à une évaluation fine et adéquate de la prévalence des maladies fébriles et à une meilleure prise en charge de ces pathologies, mais aussi de rediriger les fonds consacrés au paludisme vers d’autres maladies tout aussi mortifères pour les populations africaines. Il n’en reste pas moins que blâmer les locaux, que ce soit les populations qui refuseraient de croire les médecins et de suivre le traitement qui leur est proposé, ou le personnel médical qui serait incapable de poser un diagnostic, est non seulement gênant mais aussi contre-productif. La lutte contre le paludisme s’inscrit dans une histoire et une économie spécifiques, et on ne peut les ignorer si on souhaite comprendre ce qui a conduit à cette situation.

Un bref rappel historique

Au moment de la colonisation, et alors que la médecine était utilisée comme instrument de propagande coloniale, la lutte contre cette maladie fut considérée comme cruciale car permettant d’obtenir rapidement des résultats probants, et donc des gains politiques. En focalisant les efforts d’éradication uniquement sur le vecteur de la maladie, le moustique Anopheles, par l’utilisation de moustiquaires imprégnées  d’insecticides, le combat était facile à mener. Ce modèle de contrôle de la maladie n’a par la suite pas été remis en cause, et la lutte contre le paludisme a continué à être considérée prioritaire car pouvant être menée sans remettre en question les conditions socio-économiques des populations atteintes tout en permettant d’obtenir rapidement des bénéfices économiques et politiques majeurs au profit d’une certaine idéologie. Ce fut notamment le cas au moment de la guerre froide, où l’Afrique fut un terrain d’affrontement entre les deux blocs. Les historiens de la médecine peuvent pourtant confirmer que le paludisme a pu être éradiqué en Europe et en Amérique du Nord grâce à des mesures fortes portant sur l’amélioration des conditions socio-économiques des populations atteintes, et par là par leur responsabilisation dans l’élimination de la maladie.

De plus, les projets médicaux dans les pays dits en développement s’articulent autour d’un expert externe, international, provenant des pays dits développés, apportant aux locaux, que ce soit les populations ou le personnel médical, des connaissances dont ils manqueraient à propos des traitements, des techniques de protection ou des moyens de diagnostic. Ceux-ci ont ainsi été placés dans un état de dépendance par rapport aux techniques venues des pays dits développés. Les échanges autour de la pathogénie et de la prophylaxie du paludisme en particulier, et des maladies tropicales en général, sont rendus inégalitaires de par une dissymétrie dans l’accès à l’information. Les experts “internationaux” obtiennent plus rapidement des informations sur les espèces locales de moustiques et leur distribution sur le territoire, de par leur position dominante d’”expert”, que les experts “locaux”, non reconnus comme tels, sur les dernières techniques de contrôle. On se trouve devant une situation classique de distribution des rôles entre l’expert “international” possédant la connaissance, le « comment faire », et l’expert local réduit au rôle d’ »informateur local ». Pas étonnant donc que le personnel médical se soit senti dépossédé de ses propres connaissances sur la maladie en particulier, et de son aptitude à poser un diagnostic de manière plus générale, ce qui a ensuite  eu, bien entendu, des conséquences sur . ses relations avec les patients.

Enfin, l’éradication des médecines « traditionnelles » afin d’asseoir la domination d’un modèle médical favorable aux intérêts politiques et économiques des pays dits développés, et notamment de trouver des marchés pour leurs firmes pharmaceutiques a non seulement mené à l’explosion du marché des contrefaçons, évidemment néfastes pour la santé publique car à l’efficacité nulle dans le meilleur des cas, mais aussi détruit la confiance placée dans des formes de médecine dite « traditionnelles » pour la placer toute entière dans la biomédecine. Les nombreuses campagnes de sensibilisation au paludisme ont bien évidemment permis une amélioration de l’utilisation des moustiquaires, mais aussi créé ce sentiment au sein des populations que le paludisme était la cause prédominante des symptômes fébriles.

Un enjeu politique et financier

Un article de PMI (President Malaria’s Initiative)1 de 2008 portant sur le diagnostic de la malaria parmi les enfants en milieu urbain en Angola était parvenu aux mêmes conclusions que l’étude menée au Kenya citée dans l’article plus haut cité. Quelles ont été les mesures prises à l’issue de ces résultats? Non pas une réévaluation des procédés de diagnostic de la maladie, mais simplement un redéploiement des moyens consacrés à la lutte contre la malaria dans les régions rurales. Qu’un programme tel que le PMI n’ait pas été capable de remettre en cause ses propres politiques en matière de lutte contre le paludisme indique que les préjugés quant à la prévalence du paludisme ont la vie dure. Continuer la lecture de Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

  1. President’s Malaria Initiative est un programme d’aide bilatérale créé en 2005 par George W. Bush, alors Président des Etats-Unis, et a pour objectif de diminuer la mortalité due au paludisme notamment des groupes  considérés comme particulièrement vulnérables (femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans) en Afrique sub-saharienne et dans trois pays de la région du Mékong. []