Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Pancarte C Bouquet
Pancarte C Bouquet

En condamnant l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire à vingt ans de prison le 9 mars 2015, le tribunal d’Assises d’Abidjan a rendu un verdict paradoxal. En effet, si la peine n’a pas semblé trop lourde aux familles des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, elle est apparue démesurée aux yeux des pro-Gbagbo. Elle était surtout disproportionnée par rapport à la réquisition de l’avocat général (qui avait réclamé dix ans) et plus encore par rapport au procès, au cours duquel les charges et les témoignages étaient si minces que de nombreux observateurs entrevoyaient une relaxe générale.

En fait, ce procès a reposé sur plusieurs malentendus. D’abord – et l’opinion publique l’a compris très tard –, il ne portait que sur les accusations d’atteinte à la sécurité de l’Etat, et non pas sur les crimes de sang, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou génocide. Ces chefs d’inculpation demeuraient apparemment du ressort de la Cour pénale internationale, sauf si la justice ivoirienne pouvait démontrer qu’elle était en capacité d’en juger elle-même. Or, à l’évidence, la justice ivoirienne a plutôt montré dans ce premier procès son manque de professionnalisme. Le tribunal avait déjà reporté de deux mois les audiences faute de bien maîtriser le processus de désignation des jurés. Puis la partie civile, uniquement représentée par l’avocat du gouvernement, n’a pas été en mesure de produire des preuves tangibles et encore moins des témoins fiables, laissant ainsi accréditer l’idée que tous les prévenus étaient quasiment innocents. De son côté, la défense a joué sur du velours en « rappelant » que le chef de l’Etat de l’époque était, selon la Cour constitutionnelle, Laurent Gbagbo et non pas Alassane Ouattara. Continuer la lecture de « Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs) »

Boko Haram : le double jeu du président Déby ?

L’année 2015 a commencé de manière bien sinistre sur les bords du lac Tchad, où Boko Haram a massacré plusieurs centaines de civils dans la petite ville de Baga, au Nigeria, et incendié une quinzaine de villages à ses alentours. La barbarie de ces actes – sans doute le pire crime de masse commis par la milice dirigée par Abubakar Shekau – pourrait peut-être s’expliquer par le fait que Baga abritait le quartier général de la Force multinationale conjointe de sécurité (FMCS) censée combattre le banditisme et le terrorisme dans la région. Ses soldats nigériens et tchadiens l’avaient désertée quelques semaines plus tôt et les derniers militaires nigérians restés sur place n’ont guère résisté à l’assaut de Boko Haram.

Le 17 janvier, l’armée tchadienne faisait une entrée remarquée au nord du Cameroun, en accord avec les autorités de ce pays, et avec comme objectif déclaré, notamment, de reprendre Baga1. Cependant, les autorités nigérianes – jusque-là davantage préoccupées par de très prochaines élections que par la déliquescence de leur armée face au groupe djihadiste – affirmaient n’avoir pas été consultées et demandaient le respect de l’intégrité territoriale de leur pays par les forces tchadiennes. Et le 21 janvier, avec le transfert du siège de la FMCS de Baga à N’Djamena, le Tchad et son inamovible président, Idriss Déby, semblaient prendre la main dans la lutte contre Boko Haram et manifester une exemplaire solidarité envers ses deux voisins, le Cameroun et le Nigeria, dont les forces armées rencontrent les plus grandes difficultés pour maîtriser la progression des hommes de Shekau. Deux ans après avoir été le premier soutien de la France pour expulser les groupes djihadistes du nord du Mali, le président Déby semble s’ériger en irremplaçable rempart antiterroriste dans le Sahel.

À y regarder de plus près, la réalité pourrait être plus complexe. Depuis plusieurs mois, des questions contradictoires, souvent troublantes, se posent sur le rôle du Tchad dans la lutte contre Boko Haram.

Tout d’abord, il faut constater qu’en dépit de sa proximité géographique avec les zones sous contrôle de Boko Haram au Nigeria, aucune attaque n’avait, jusqu’au 13 février 20152, frappé le territoire tchadien. Pourtant, certaines zones de ses voisins, à quelques dizaines de kilomètres de la capitale tchadienne, N’Djamena, subissent des raids et attentats de Boko Haram presque au quotidien, et ce depuis près de trois ans, dans le cas du Cameroun, et encore davantage au nord-est du Nigeria. Continuer la lecture de « Boko Haram : le double jeu du président Déby ? »

  1. Pourtant, c’est l’armée nigériane qui a finalement repris la cité le 21 février 2015. []
  2. Boko Haram attaque pour la première fois le Tchad, La Libre Belgique, citant AFP, 13 février 2015. []

Le « port colonial », un concept opératoire pour les historiens des périodes moderne et contemporaine ?

Quelques semaines avant que ne se tienne, à Sciences Po Bordeaux1, un colloque sur les représentations des villes portuaires, colloque qui fait une place importante aux ports non européens et à leurs représentations, il semble intéressant pour l’historien de se poser la question de la pertinence du concept de port colonial ou plus exactement, de port en situation coloniale, d’autant que, alors que se développent les approches d’histoire globale et connectée, la nouvelle histoire impériale démontre les liens organiques existant entre ports en situation coloniale et globalisation. Continuer la lecture de « Le « port colonial », un concept opératoire pour les historiens des périodes moderne et contemporaine ? »

  1. Les 11 et 12 mai prochain. []

Traduire Mofolo

tombe Mofolo
tombe Mofolo

La tombe de Thomas Mofolo (1876-1948) est située à Teyateyaneng, une ville près du pont de Peka, poste frontière très fréquenté par les travailleurs migrants du Lesotho. Sa famille y gère un supermarché. Mofolo repose derrière le supermarché, au milieu des détritus. L’auteur du roman Chaka (Galimard, 1939, 1982), célébré encore il y a peu dans son discours de Nobel par Le Clézio, n’est pas vraiment reconnu chez lui : mais comment “reconnaître” un écrivain ? Il y a bien un prix Mofolo…

Antjie Krog est née non loin de là, à Kroonstadt, en 1952. En 1972, elle a publié son premier volume de poèmes en afrikaans. Georges Lory en a donné un recueil en français, traduit directement de l’afrikaans. Entre 1996 et 1998, elle a couvert, en tant que journaliste de radio, les auditions de la commission « Vérité et Réconciliation ». Elle en a tiré un livre bouleversant en 1998, Country of my skull, devenu un best-seller international (en français : La douleur des mots, 2004) et un film. Elle continue à écrire des poèmes; elle a traduit Mandela en afrikaans, a réfléchi sur ce que c’était que traduire en ” africain” (afrikaans) la prose et la pensée de ce grand Africain. Son travail de poète est aujourd’hui tout entier tourné vers la question de la traduction, qui est pour elle un geste politique dans la situation sud- africaine (et je dirai africaine).

supermarché Roma
supermarché Roma

Continuer la lecture de « Traduire Mofolo »

Que cache le pagne du 8 mars ?

Marche
copyright Jocelyne Gendrin, Présidente de Genre en Action

Il y a dix ans, j’ai écrit mon premier billet pour le 8 mars. Je venais de prendre la coordination du réseau Genre en Action, ce réseau francophone international (porté depuis 2009 par l’association du même nom) qui est hébergé depuis ses débuts en 2003 par LAM (et son prédécesseur le CEAN)1.

 En relisant celui-ci et d’autres, l’évidence de l’actualité de certains extraits s’impose. Par exemple de celui de 2007, intitulé « Le blues du 8 mars… » : et si le 8 mars n’était qu’une farce et en fin de compte plutôt contreproductif pour les femmes, notamment pour les plus vulnérables, les travailleuses pauvres, les femmes chefs de famille, les victimes de violences, les exclues des postes décisionnels, celles qui se cassent tous les jours la tête pour savoir comment jongler avec leurs charges et responsabilités trop nombreuses, un budget trop réduit ? Celles qui risquent de ne pas se trouver dans les auditoires pour écouter les paroles d’espoir du 8 mars…

J’ai souvent rappelé que le 8 mars reste une journée où notamment ceux qui ne font pas grande chose pour les femmes le reste de l’année se donnent bonne presse et une bonne conscience et où on renforce beaucoup de stéréotypes sur les femmes, prises à part, avec des arguments très essentialistes sur les vertus de « la femme », sans que les rapports de domination entre hommes et femmes soient au centre des considérations… Continuer la lecture de « Que cache le pagne du 8 mars ? »

  1. Pour en savoir plus : www.genreenaction.net []

Jours (trop) tranquilles en Haïti

La capitale haïtienne, Port-au-Prince, est bercée nuit et jour de chansons de bruits. La nuit se partage entre aboiements intempestifs et coqs en concurrence. L’aube se lève au son des prières et des balais qui s’activent près des cuisines déjà en ébullition. Puis, la chaleur du jour laisse se déployer, à travers la tentaculaire agglomération, les engins motorisés de toutes sortes, pétaradant, klaxonnant, diffusant souvent des décibels : moto taxis, tap-taps (petits transports collectifs), voitures particulières, camions citernes d’eau, blindés de la Minustah (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti), 4X4 blancs des ONG… Le nuage de poussière et de pollution s’élève alors au-dessus de la ville, et enveloppe tout un monde humain foisonnant dans les interstices de la ville : petites marchandes de rue, vendeurs ambulants, écoliers en costume, porteurs d’eau… Ce rythme trépidant semble ne s’arrêter jamais, écrasé de chaleur, bruyant, dynamique, jusqu’à ce que la soirée amène un peu de fraîcheur et de repos.

Mais ces lundi 9 et mardi 10 février 2015, tout est calme. Grève générale, ville morte. Pas de klaxons, pas de sourde rumeur de la ville, pas de nuage de pollution. Seuls les piétons se risquent dans les rues. Quelques voitures s’aventurent dehors mais rentrent bien vite au bercail. La ville semble retenir son souffle. Pourquoi cette grève, pourquoi cette crainte ? Continuer la lecture de « Jours (trop) tranquilles en Haïti »

« Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako : on n’arrête pas l’Histoire

"La Justice" selon Boubacar TANGARA dit Kokè, artiste de Segou 1

« La justice » selon Boubacar Tangara dit Koke, artiste de Ségou1

Sans doute la ville ouest-africaine la plus connue en raison des imaginaires et des récits qu’elle a suscités dans le monde musulman et en Europe depuis au moins le XIVe siècle, Tombouctou et ses habitants ont été portés à l’écran par le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako. Il y dresse le portrait d’une cité sous occupation djihadiste. Pour mémoire, en pleine rébellion touareg laïque animée par Mouvement national de l’Azawad (MNLA) – du nom de la zone nord prise à l’armée malienne –, les troupes d’Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), partisans d’un Etat islamique, évincent le MNLA de Tombouctou le 2 avril 2012. Elles l’occupent jusqu’au 28 janvier 2013, date de sa « libération » dans le cadre de l’opération Serval de l’armée française. Ces mois d’occupation donnent à voir le quotidien des habitants de Tombouctou qui n’ont pu quitter la ville, faute de moyens matériels ou de relais à l’extérieur, comme dans la capitale Bamako. L’occupation est marquée par une violence (physique, politique et morale) des djihadistes originaires de la zone (Touareg, Arabes, Peul, Songhaï…) ou venus du reste de l’Afrique (Mauritanie, Nigeria), du Maghreb (Algérie, Tunisie, Libye) et même d’Europe (France). Le cinéaste ne les réduit cependant pas à l’état de « méchants », car ils sont pétris de contradictions dans leur rapport ambigu à la cigarette, au ballon rond, aux femmes. Continuer la lecture de « « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako : on n’arrête pas l’Histoire »

  1. Une lecture de l’œuvre par l’artiste : « La main tenant le marteau symbolise à la fois le pouvoir mais aussi la justice et la conscience. Il faut donner force à la loi; que tous ceux qui ont commis des atrocités soient jugés équitablement. Il faut recoudre le tissu social car des femmes ont été violées, des gens se sont enfuis, des mains ont été coupées, des cœurs sont meurtris.

    Les ressources destinées au Nord sont détournées par une minorité de gens pour le seul bien-être de leur famille et non pour le développement de la région. Chacun doit jouir de ses droits légitimes. Que toutes les régions du pays bénéficient du même traitement et que la crise au Nord soit résolue durablement. Aujourd’hui, les populations doivent se parler, s’entendre et se pardonner. Après, c’est la paix et la réconciliation entre les composantes de la nation malienne » Janet Goldner et groupe Bogolan Kasobane, Kawral. Paix, réconcilitation, cohésion sociale. Peace, Reconciliation, Social Cohesion, Bamako, USAID, 2014, p. 33. []

Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

Once again, Nigerians are going to the polls for the 2015 general elections scheduled to hold on February 14, 21 and 28. This is yet another milestone for Nigeria that will be celebrating 16 years of uninterrupted democracy since 1999; that is if probable disruptions in these elections do not have the barrack boys running to Aso Rock1 to take over power. In fact, Nigeria’s political history is replete with several coup d’état that saw various military regimes in power for 30 years out of the 40 years of independence between 1960 and 1999.

Transition to civilian rule indeed?

The first civilian regime lasted from 1960 to 1966, when the first coup d’état took place within a context of mutual suspicion and allegations of marginalisation based on ethnicity and regional block. The military stayed in power until 1979 when the Second Republic was ushered in under President Shagari. This regime was overthrown in 1983 by no other person than Rtd Gen. Muhamadu Buhari, who now turns out to be the major contender to the presidency in 2015 elections. He was overthrown shortly afterwards by Rtd Gen. Ibrahim B. Babangida, who attempted a transition to a civilian regime in 1993. Continuer la lecture de « Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria »

  1. The presidential villa. []

Les TIC : terrain des rapports de domination de genre et de leur transgression

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) forment un ensemble d’outils, d’infrastructures et de logiciels qui structurent autant qu’elles sont le produit des politiques et fonctionnements de la société de l’information. Ces technologies, qui regroupent les ordinateurs, les mobiles et l’Internet permettent autant la circulation de savoirs que celle de corps humains par organisation du trafic interposée. L’hypothèse de cet article est qu’en Afrique les impacts néfastes des TIC et les inégalités de genre se conjuguent, aggravent les rapports de domination, les accélèrent et peuvent, paradoxalement, créer des espaces où des savoirs non dominés de femmes émergent.

Des résultats de recherche ont été mobilisés afin de nourrir cette hypothèse qui émane d’observations réalisées en 2004 dans la province du Cap Occidental en Afrique du Sud auprès de deux organisations de femmes, et entre 2006 et 2008 en Afrique de l’Ouest auprès de trois associations de jeunes. Ils découlent également d’entretiens menés en décembre 2008 et en janvier 2009 au Cap en Afrique du Sud et à Dakar au Sénégal auprès de 31 personnes appartenant à 28 organisations de femmes ou féministes, d’instituts de recherche travaillant sur le genre, ayant accès à l’Internet, disposant ou non des sites Web, et d’organisations centrées sur la création numérique, le soutien aux droits des paysans ou à la trithérapie mais ne travaillant pas dans une perspective de genre. Continuer la lecture de « Les TIC : terrain des rapports de domination de genre et de leur transgression »

La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel

            Une nouvelle région est-elle née ? Une ancienne région a-t-elle été ressuscitée ? La manière dont étaient envisagées, jusque-là, les aires du Maghreb et du Sahel1 a fortement évolué ces dix dernières années. Les circulations d’idées, de biens et de personnes traversant ces deux régions les ont finalement réunies après que l’économie politique et symbolique coloniale les ait longtemps séparées, voire opposées.

            Les circulations dans l’aire maghrébo-sahélienne oscillent entre légal et illégal, formel et informel, centres et périphéries. Trop souvent traitées sur le plan normatif du droit, elles mettent surtout en mouvement les groupes sociaux et les économies qu’elles relient, influençant au passage les dynamiques internes des États comme leurs relations extérieures. Le trafic de biens illicites n’est pas la contrebande, et les mouvements transfrontaliers n’échappent pas entièrement aux États ; la régionalisation des échanges entre Maghreb et Sahel se déroule, au contraire, à partir des opportunités créées par les frontières et l’absence de régionalisme renvoie aux stratégies de concentration des groupes dominant les appareils d’Etat (Bach, 2003). Continuer la lecture de « La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel »

  1. Il sera question, ici, du Sahel car les circulations  évoquées excèdent l’espace saharien stricto-sensu. []

Voyage au pays de la Sape

« L’homme Blanc a inventé le costume, nous l’avons transformé en art »

Papa Wemba, Sapeur du groupe Viva la Musica de Brazzaville

  S.A.P.E Héctor Mediavilla

S.A.P.E. Ces quatre lettres imprimées en doré sur le fond noir de l’ouvrage d’Hector Mediavilla sont les seuls indices laissés aux lecteurs. S.A.P.E serait-il le sigle d’une société secrète ? Il faut alors retourner l’épais volume pour lire : « Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes ». Impossible de ne pas sourire, ou du moins, d’être interloqué, par l’appellation de ce mouvement qui affirme sa philosophie avec un certain sérieux. Continuer la lecture de « Voyage au pays de la Sape »

Liberté d’expression ici, liberté de réprimer là…

Les attentats terroristes du 7 janvier dernier et la visite de François Hollande en Arabie saoudite, le 24 janvier, à l’occasion du décès du roi Abdallah ont illustré, à deux semaines d’intervalle, les incohérences et les limites du discours sur la liberté d’expression et la laïcité orchestré par l’ensemble de la classe politique et la plupart des médias, français et européens, au lendemain de ces attaques sanglantes. Rien, absolument rien, ne saurait  justifier celles-ci et leur condamnation doit être totale. Mais une fois passé le temps de l’émotion et de l’indignation doit venir celui de la réflexion et de l’analyse. Les manifestations massives du 11 janvier ont sans doute montré l’attachement des Français aux valeurs qui sont au fondement de la République mais il y avait une certaine hypocrisie dans le fait de voir défiler au nom de la liberté (d’expression) des représentants de pays, européens, asiatiques ou arabes, qui la bafouent au quotidien. Hypocrisie également de voir ces mêmes représentants entonner l’hymne de la laïcité quand, chez eux, ils font adopter des lois réprimant le blasphème, comme c’est le cas de la Russie par exemple, ou qu’ils condamnent, comme l’a fait l’Arabie saoudite, à 1000 ( !) coups de fouet et dix ans de prison un jeune blogueur, Raïf Badawi,  « coupable » de s’être moqué de l’establishment religieux saoudien et d’avoir proclamé avec courage que musulmans, juifs, chrétiens ou athées sont tous égaux. Il était sans doute inévitable que François Hollande allât présenter ses condoléances au nouveau roi Salmane mais qu’est ce qui justifie le silence dont font preuve les démocraties occidentales sur les atteintes aux droits humains en Arabie saoudite mais aussi au Qatar et dans les autres pétromonarchies ? Si la liberté d’expression et le droit de moquer la religion sont des valeurs universelles, alors elles ne doivent pas s’appliquer uniquement à Paris, à Copenhague ou à Amsterdam mais aussi à Ryad, à Moscou et…aux Etats-Unis où le respect des croyances religieuses est un principe aussi fondamental que celui de la liberté d’expression. Continuer la lecture de « Liberté d’expression ici, liberté de réprimer là… »

L’apartheid en France : une comparaison excessive au regard de la réalité historique

Il est tout à fait compréhensible que le Premier ministre veuille, par des mots forts, donner des signes clairs de reconnaissance officielle de l’état de malaise, de déclassement, de marginalisation dans lequel se trouve une partie de la population française.

Manuel Valls a raison de ne pas user d’euphémismes car c’est sur le terreau de l’indifférence comme de la misère que poussent les graines de l’intolérance qui sont à l’origine de la semaine dramatique que nous avons vécue début janvier. Raison, oui. Car, par la loi, dans le discours, avec les mots, c’est la raison qu’il faut avant tout opposer au sang, au feu, aux rafales des fusils d’assaut.

Or, quand Manuel Valls dit dans ses vœux à la presse le 20 janvier que la France connaît un « apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays », il se trompe. Et si voilà dix ans qu’il le dit comme il s’en revendique, et bien cela fait une erreur vieille d’une décennie. On ne peut pas prendre le mot sans la réalité qu’il définit. Car, loin d’être un concept flou ou la pièce d’un meccano sociologique mondialisé, l’apartheid est une réalité précise. Continuer la lecture de « L’apartheid en France : une comparaison excessive au regard de la réalité historique »

“Se nos roubar, vamos queimar!”* Vers une nouvelle guerre civile au Mozambique?

Mozambique1

En 1994, la COFACE (Compagnie française pour l’assurance du commerce extérieur) voulait savoir si la Mozal, une électrométallurgie de la bauxite fondée sur la main d’œuvre bon marché mozambicaine, l’électricité importée d’Afrique du Sud, le minerai venant d’Australie et l’aluminium revendu immédiatement au Japon – bref, un schéma parfaitement colonial – serait viable et si la guerre civile allait reprendre dans les douze ans. Telle était la durée de sa garantie. Avec un autre collègue de LAM (qui se reconnaîtra), nous avions garanti que la guerre civile ne reprendrait pas au cours de ce délai et que l’environnement régional serait favorable. Nous ne nous sommes pas trompés. Même si la Renamo (Resistência nacional de Moçambique), l’ancienne rébellion appuyée par l’apartheid pour combattre le Frelimo (Frente de libertação de Moçambique) “marxiste-léniniste” pendant la terrible guerre civile de 1977 à 1992 estime avoir toujours perdu les élections par la fraude – ce qui me semble au moins partiellement vrai, notamment en 1999 – et n’a jamais rien obtenu du gouvernement par la négociation pendant des années, il aurait été suicidaire pour elle de recourir à nouveau aux armes grâce aux quelques centaines de soldats qu’elle n’avait jamais démobilisés. La société mozambicaine voulait vivre dans la paix et, plutôt que d’amnistie, avait besoin d’amnésie. Continuer la lecture de « “Se nos roubar, vamos queimar!”* Vers une nouvelle guerre civile au Mozambique? »

Die Antwoord : une réponse à d’infinies questions

            Die Antwoord, c’est un trio de rappeurs sud-africains composé de Ninja (Watkin Tudor Jones), Yolandi Vi$$er (Anri du Toit) et DJ Hi-Tek (Justin de Nobrega). Die Antwoord, en afrikaans, signifie la réponse. Mais la réponse à quelle question ? « À tout ce que vous voulez », répond Ninja, pierre angulaire du groupe et réalisateur de la plupart de ses clips. C’est sans doute pourquoi sa popularité s’est étendue au monde entier. Pourtant, il ne faut pas oublier qu’ils sont Sud-africains, que le trio s’est formé au Cap en 2008, après que Ninja et Yolandi ont collaboré dans d’autres formations, et que le premier a effectué un long parcours dans le hip-hop (notamment dans MaxNormal.TV et The Constructus Corporation) avant de créer Die Antwoord. Ils sont blancs, de différentes origines ; ils sont basés au Cap, ville à l’histoire particulièrement cosmopolite ; ils rappent dans les trois langues qui y sont le plus parlées : l’afrikaans, l’anglais et l’isiXhosa. Continuer la lecture de « Die Antwoord : une réponse à d’infinies questions »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search