Chronologie de la Côte d’Ivoire

 

Cet article propose une chronologie évènementielle de la Côte d’Ivoire sur les années 1999 – 2019. Il s’agit d’une version actualisée de la chronologie précédemment tenue jusqu’à l’année 2011 sur le site personnel de l’auteur hébergé par l’Université de Bordeaux, site aujourd’hui disparu.
Par Bernard CONTE
Chercheur associé au LAM

Côte d’Ivoire : 1960 – 1993 : de l’indépendance au décès d’Houphouët-Boigny

Côte d’Ivoire : 1994 – 1998, la dévaluation du franc CFA et l’ajustement néolibéral

Côte d’Ivoire : 1999 – 2000, le coup d’État prélude à l’instabilité

2001-2002 : le début de la période trouble

Côte d’Ivoire 2003 : la crise s’amplifie

Côte d’Ivoire 2004 : la situation s’aggrave

 

Côte d’Ivoire : 1960 – 1993 : de l’indépendance au décès d’Houphouët-Boigny

Côte d'Ivoire 1960-1993

1960 1960
7 août Proclamation de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.
20 septembre La Côte d’Ivoire est admise à l’ONU.
3 novembre Promulgation de la Constitution qui établit un régime de type présidentiel.
27 novembre Félix Houphouët-Boigny est élu premier président. Première Assemblée nationale (70 députés). Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), restera jusqu’en 1990 un parti unique.
1961 1961
24 avril Signature d’un traité de coopération entre la Côte d’Ivoire et la France. Ce traité comporte plusieurs volets : économique, monétaire et financier – assistance militaire technique – coopération en matière judiciaire – coopération en matière d’enseignement supérieur et culturelle.
1962 1962
24 avril Signature d’un accord de défense et d’un accord d’assistance militaire technique entre la France et la Côte d’Ivoire.
août Création de l’Union Générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire (UGTCI) devant regrouper les syndicats dans une unique centrale pour assurer une « participation responsable ».
1963 1963
11 janvier L’Assemblée nationale vote une loi portant création d’une Cour de sûreté de l’État.
14 janvier Début de l’affaire dite des faux complots. Houphouët-Boigny lance publiquement des accusations de complot contre un certain nombre de personnalités.
9 avril 89 inculpés sont jugés par la cour de sûreté de l’État qui prononce cinq condamnations à mort (les peines ne seront pas exécutées).
août Houphouët-Boigny déclenche le « complot d’août 1963 » dit « complot Mockey ».
octobre Création de l’Union Nationale des Etudiants de Côte d’Ivoire (UNECI).
1964 1964
17 août La Caisse de stabilisation et de soutien des prix des produits agricoles (CSSPPA – Caistab) devient une société d’État.
30 décembre La cour de sûreté de l’État juge 96 inculpés et prononce six condamnations à mort, dont celle de Jean-Baptiste Mockey, qui sera gracié par la suite.
1965 1965
7 novembre Réélection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
Élection des 85 députés du PDCI à l’Assemblée nationale.
1967 1967
7 novembre La Côte d’Ivoire et l’URSS établissent des relations diplomatiques. Elles seront rompues en mai 1969, en raison de l’immixtion de Moscou dans les affaires intérieures, puis rétablies en février 1986.
1968 1968
14 mai Au cours de la guerre civile au Nigeria, la Côte d’Ivoire reconnaît le régime sécessionniste du Biafra, lors de la guerre civile au Nigeria. Lagos rompt ses relations avec Abidjan (rétablies en 1971). En janvier 1970, le Général Ojukwu, ancien chef du Biafra, trouve refuge en Côte d’Ivoire.
1970 1970
octobre Répression d’un soulèvement de l’ethnie Bété, dans la région de Gagnoa, contre la domination économique exercée par les Baoulés, ethnie à laquelle appartient Félix Houphouët-Boigny (le massacre du Gébié).
novembre Nouvelle réélection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République et élection de 100 députés présentés par le parti unique, le PCDI.
4 novembre Houphouët-Boigny est le premier chef d’État noir à préconiser le dialogue avec l’Afrique du Sud. Cette politique de rapprochement aboutira à une rencontre historique, le 21 septembre 1974 à Yamoussoukro, entre le Premier ministre sud-africain John Vorster et le président ivoirien.
1973 1973
juin Tentative de coup d’Etat.
1975 1975
16 novembre Troisième élection de Félix Houphouët-Boigny. Élections législatives (120 députés).
1977 1977
juillet Création du ministère chargé de la réforme des sociétés d’État et de la direction des participations au ministère des finances. En application de « l’esprit de juillet », Houphouët-Boigny procède à un remaniement ministériel qui se traduit par le départ de 4 ministres soupçonnés d’enrichissement personnel.
1978 1978
18-19 mars Sommet de la réconciliation au Liberia entre la Côte d’Ivoire, le Sénégal et la Guinée. Dakar et Abidjan avaient refusé de livrer des Guinéens impliqués dans l’attaque contre Conakry en novembre 1970, menée par l’armée portugaise et des éléments hostiles au régime guinéen.
1979 1979
février Visite de Sékou Touré en Côte d’Ivoire.
24 septembre Après avoir recueilli à maintes reprises des chefs d’État renversés, la Côte d’Ivoire, accueille pendant quatre ans l’ancien empereur de Centrafrique Bokassa.
1980 1980
12 juillet Réforme du secteur parapublic : réorganisation et réforme juridique des règles de fonctionnement et du contrôle de l’État.
1er octobre Suppression du poste de secrétaire général du PDCI, détenu depuis 15 ans par Philippe Yacé, longtemps considéré comme le “dauphin” d’Houphouët-Boigny qui assume désormais la présidence du parti.
12 octobre Quatrième élection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
novembre Elections législatives (147 députés).
1981 1981
  Premier programme d’ajustement mené sous l’égide du FMI et la Banque mondiale.
9-13 juillet Houphouët-Boigny est le premier chef d’État africain à être reçu à Paris par le président Mitterrand, nouvellement élu.
1982 1982
9 février Manifestations étudiantes, fermeture de l’Université et des grandes écoles. Laurent Gbagbo le leader de la contestation crée l’embryon de ce qui deviendra le Front populaire ivoirien (FPI), principal opposant au PDCI, puis il s’exile en France.
1983 1983
21 mars Yamoussoukro, village natal d’Houphouët-Boigny, devient la capitale du pays.
1984 1984
4 mai Traitement de 224 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
3 août Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand by d’un montant de 82,750 millions de DTS.
1985 1985
3 juin Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand by d’un montant de 66,2 millions de DTS.
25 juin Traitement de 215 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
12 octobre Le poste de vice-Président, jamais pourvu, est supprimé. En cas de vacance du pouvoir, l’intérim sera désormais assuré par le président de l’Assemblée nationale.
27 octobre Cinquième élection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
10 novembre Elections législatives (175 députés).
18 décembre La Côte-d’Ivoire renoue ses relations diplomatiques avec Israël.
1986 1986
11 février Etablissement de relations diplomatiques avec Cuba.
20 février Rétablissement des relations diplomatiques avec l’URSS.
23 juin Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand-by d’un montant de 100 millions de DTS.
27 juin Traitement de 380 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
11 août Mini-sommet à Abidjan des chefs d’Etat de quatre pays (Côte d’Ivoire, Gabon, Togo, Zaïre) sur les problèmes de défense et de sécurité intérieure.
1987 1987
27 mai Abidjan annonce la cessation du paiement de sa dette.
9 juillet Devant l’effondrement des cours du cacao, la Côte d’Ivoire décide un embargo sur ses exportations qui durera 18 mois, jusqu’au 2 janvier 1989.
3 septembre Le gouvernement fait incarcérer plusieurs responsables du Syndicat national des enseignants du secondaire (SYNESCI) dont le secrétaire général, Laurent Akoun. Ils seront condamnés le 4 décembre de quatre à six mois de prison ferme pour détournements et recel de fonds et de biens sociaux.
18 décembre Traitement de 600 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
1988 1988
29 février Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand-by d’un montant de 94 millions de DTS.
29 avril Accord de rééchelonnement avec le Club de Londres, reportant en 1993 le remboursement du principal de la dette privée ivoirienne courant sur les années 1985-1995 et son étalement sur quinze ans.
septembre Retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire après six ans d’exil. En novembre, se déroule le Congrès constitutif du FPI.
1989 1989
3 janvier La Côte d’Ivoire annonce officiellement avoir vendu 400 000 tonnes au groupe français “Sucres et Denrées”, c’est la fin de la « guerre du cacao ».
2 juin Constitution de la Ligue ivoirienne des Droits de l’homme (LIDHO).
5 juin Le prix officiel d’achat du cacao aux planteurs passe de 400 FCFA le kilo à 250 FCFA (puis à 200 FCFA en 1990).
20 novembre Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand-by d’un montant de 146,5 millions de DTS.
18 décembre Traitement de 881 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
1990 1990
février-mai Manifestations étudiantes et troubles sociaux.
mars Application du plan d’austérité décidé en 1989 avec la Banque Mondiale et la FMI prévoyant, notamment, la baisse des salaires du service public et le prélèvement d’une contribution de solidarité dans le secteur privé. Mais, dès avril, le plan est suspendu à la suite de manifestations à Abidjan.
5 mai Houphouët-Boigny accepte l’instauration du multipartisme après trente années de pouvoir absolu du PDCI-RDA, 14 nouvelles formations politiques sont légalisées.
10 septembre Le pape Jean Paul II consacre la Basilique de Yamoussoukro.
28 octobre Élection présidentielle opposant pour la première fois deux candidats. Félix Houphouët-Boigny est réélu pour un septième mandat avec 82 % des voix devant Laurent Gbagbo.
6 novembre Modification de l’article 11 de la constitution : « en cas de vacance de la présidence de la République par décès, démission ou empêchement absolu constaté par la Cour suprême saisie par le gouvernement, les fonctions de président de la République sont dévolues de plein droit au président de l’Assemblée nationale ». La version précédente de cet article ne prévoyait qu’un intérim de quarante-cinq à soixante jours, le temps d’organiser des élections générales.
7 novembre Alassane Ouattara est nommé Premier ministre, poste nouvellement créé.
25 novembre Premières élections législatives sous le signe du multipartisme (175 députés, dont 9 pour le FPI, le parti d’opposition).
1991 1991
mai Manifestations étudiantes violemment réprimées.
17-18 mai Intervention de l’armée (sous le commandement du Général Gueï) sur le campus universitaire après des affrontements entre policiers et étudiants.
31 mai 20.000 personnes manifestent pour protester contre cette intervention, à l’appel du Front populaire ivoirien (FPI). Les manifestants, avec à leur tête Laurent Gbagbo, député et leader du FPI, scandent notamment « Houphouët démission ! ».
20 septembre Lancement du programme global à moyen terme 1991-1995 par le gouvernement Ouattara et approuvé par les bailleurs de fonds internationaux. Les objectifs généraux du programme visent le retour aux grands équilibres macro-économiques, sans pour autant recourir à la manipulation du taux de change du franc CFA. Le lancement du programme est notamment appuyé par le FMI (crédit stand-by d’un montant de 82,750 millions de DTS) et la Banque Mondiale (3 programmes sectoriels : ajustement financier (Pasfi), compétitivité (Pasco) et ressources humaines (Pasrh).
16 octobre Adhésion au pacte de l’ONU sur les droits civils et politiques, et à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples de l’OUA (Organisation de l’unité africaine).
20 novembre Traitement de 724 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes de Houston).
1992 1992
29-30 janvier Manifestations étudiantes. Flambée de violence dans les cités universitaires, au lendemain des déclarations du président Houphouët-Boigny, affirmant qu’il n’y aurait « aucune sanction » contre le chef d’état-major de l’armée, considéré comme principal responsable des exactions commises en mai 1991, selon le rapport d’une commission d’enquête.
18 février Arrestation de Laurent Gbagbo à la suite d’une violente manifestation de l’opposition.
6 mars Laurent Gbagbo ainsi qu’un certain nombre de personnalités de l’opposition  sont été condamnés à deux ans de prison ferme et 300 000 francs CFA d’amende.
1er avril L’aile progressiste du PDCI propose à toutes les formations politiques « un contrat politique et social » afin de « vivre ensemble la démocratie ».
7 avril Établissement de relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud. La Côte d’Ivoire est le premier pays africain à prendre cette initiative.
11 avril Un non-lieu est accordé à 52 personnes arrêtées lors de la manifestation de février.
30 avril 45 militants ou sympathisants de l’opposition sont condamnés à un an de prison et 300 000 francs CFA d’amende pour leur participation aux destructions commises le 18 février.
20 juin Le président Félix Houphouët-Boigny est de retour après 4 mois et demi d’absence passés en France et en Suisse.
29 juillet L’Assemblée nationale une loi d’amnistie en faveur des dirigeants de l’opposition emprisonnés, qui accorde le « pardon pour toutes les infractions liées à l’activité politique depuis l’instauration du multipartisme dans le pays en avril 1990 ».
30 juillet Félix Houphouët-Boigny gracie 2 443 détenus qui avaient été condamnés à des peines de prison d’un an ou moins.
31 juillet Libération du leader de l’opposition, Laurent Gbagbo, président du groupe parlementaire du Front populaire ivoirien (FPI), et de près d’une centaine de démocrates dont René Dégni Ségui, le dirigeant de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (LIDHO) condamnés suite à la manifestation du 18 février 1992.
28 août Ouverture du premier congrès du Parti ivoirien des travailleurs (PIT), sous la présidence de son secrétaire général Francis Wodié.
septembre À l’appel de la FESCI, les étudiants boycottent les examens.
15 octobre Fermeture des cités universitaires d’Abidjan.
23 décembre Création du Conseil constitutionnel.
1993 1993
9 mars Les députés ivoiriens demandent au Président de surseoir au programme de privatisations. Cette démarche révèle au grand jour la “guerre des chefs” pour la succession à la tête de l’État qui, bien qu’officiellement niée, oppose le président de l’assemblée, M. Konan Bédié, au Premier ministre Alassane Ouattara.
28 mars Le président Houphouët-Boigny renouvelle sa confiance au chef du gouvernement Alassane Ouattara.
avril Répondant à une demande du FMI, le gouvernement annonce une réduction de près d’un quart du nombre de ses fonctionnaires.
3 mai Démission du Président de la cour suprême, Lanzeni Coulibaly, accusé dans la presse locale d’émission de chèques sans provisions.
19 août Touré Saliou est nommé ministre de l’éducation nationale.
9 octobre Hospitalisation à Paris du Président Félix Houphoët-Boigny.
7 décembre Décès du Président Félix Houphouët-Boigny. Henri Konan Bédié, président de l’Assemblée nationale, est chargé de terminer son mandat.
9 décembre Le premier ministre Alassane Outtara annonce sa démission et celle de son gouvernement.
11 décembre Konan Bédié désigne Daniel Kablan Duncan comme Premier ministre.
31 décembre Laurent Gbagbo lance un appel au rassemblement des « forces politiques et sociales démocratiques » autour d’un « programme commun de gouvernement ».

Revenir en haut de page.

Côte d’Ivoire : 1994 – 1998, la dévaluation du franc CFA et l’ajustement néolibéral

Côte d'Ivoire 1994 - 1998

1994 1994
10 janvier Annonce de la création de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) qui se substitue à l’UMOA et à la CEAO.
12 janvier Dévaluation du Franc CFA de 50%.
25 janvier Signature d’une lettre d’intention avec le FMI pour un plan triennal (1994-1996), d’un montant global de 333,5 millions de DTS, soit 281 milliards de francs CFA.
26 janvier Le quotidien gouvernemental Fraternité-Matin lance une virulente attaque contre l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara qu’il accuse de « troubler l’ordre public » en l’avertissant que le pouvoir disposait « des moyens pour écraser la chienlit ». L’accusation de Fraternité-Matin se réfère aux incidents qui ont marqué le retour au pays, le 22 janvier, de M. Ouattara après trois semaines de vacances en France. Plusieurs centaines de ses partisans avaient voulu l’accueillir à l’aéroport mais en avaient été empêchés par les forces de sécurité.
7 février Les funérailles de Félix Houphouët-Boigny se déroulent à Yamoussoukro en la présence de 27 chefs d’Etat et de représentants de 120 autres pays. Le nombre total d’invités s’élevait à 7000 et le coût de la manifestation a représenté environ 630 millions de francs CFA.
8 février La Banque Mondiale annonce une assistance immédiate 90 milliards de francs CFA, premier volet des 250 milliards de décaissements prévus pour 1994. De plus, ces financements bénéficieront des conditions concessionnelles attachées aux crédits de l’Association internationale de développement (IDA).
11 mars Le FMI approuve une facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (PRGF). Cet accord se situe dans le cadre d’une Facilité d’Ajustement Structurel Renforcé (FASR), il marque la reprise des relations entre la Côte d’Ivoire et les bailleurs de fonds internationaux après quasiment deux ans de suspension.
23 mars Traitement de 881 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes de Londres).
30 avril Henri Konan Bédié est élu à la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).
5 mai Création d’un comité de soutien (le Cercle national Bédié) à la candidature d’Henri Konan Bédié à la présidence de la République.
24 mai Alassane Ouattara est nommé directeur adjoint du Fonds monétaire international et quitte la Côte d’Ivoire.
27 juin Un certain nombre de dissidents du PDCI, se réclamant de ‘l’enseignement de l’ancien premier ministre Alassane Ouattara’, constituent le 27 juin leur propre parti : le Rassemblement des républicains (RDR). Parti modéré, centriste, situé dans l’opposition, le RDR revendique 50 000 adhérents et se réclame de ‘l’houphouëtisme’. Son secrétaire général M. Djeny Kobina est un ancien du comité central du PDCI.
14 juillet Le président Bédié est invité au défilé officiel à Paris. Dans un entretien avec le quotidien Le Monde, il évoque la double nationalité ivoiro-burkinabe d’Alassane Ouattara.
23 août Henri Konan Bédié préside à Abidjan une cérémonie de réconciliation avec les habitants de Gagnoa (en pays Bété) où, en 1970, la répression d’un mouvement de contestation politique par l’armée avait fait 4 000 morts.
22 octobre Environ 10 000 personnes assistent à Abidjan au premier meeting public organisé par le Rassemblement des Républicains (RDR), la nouvelle formation politique née en juin d’une scission au sein du PDCI. À la tribune d’honneur siégeaient quatre anciens ministres du gouvernement d’Alassane Ouattara.
25 novembre L’opposition dénonce le projet de loi modifiant les conditions d’éligibilité  à l’élection présidentielle visant à exclure Alassane Ouattara.
3 décembre Neuf des 165 élus du PDCI se constituent en groupe parlementaire sous la bannière du RDR.
8 décembre Vote de la loi sur le code électoral par l’Assemblée Nationale à une très large majorité (109 voix contre 13). Ce nouveau code électoral apparaît plus restrictif que le précédent. Le texte comporte 139 articles et les principales innovations concernent le droit de vote et les conditions d’éligibilité. Désormais, les candidats à l’élection présidentielle doivent être « ivoiriens de naissance », « nés de père et de mère eux-mêmes ivoiriens de naissance ». Ils doivent avoir résidé dans le pays de façon continue pendant les cinq années précédant la date de l’élection et ne jamais avoir renoncé à la nationalité ivoirienne.
décembre La Banque mondiale constate l’insuffisance des incitations à l’investissement privé en Côte d’Ivoire.
1995 1995
4 janvier Le président Henri Konan Bédié, aussi président du PDCI,  lance un appel à la mobilisation des militants du parti en vue des élections générales prévues en fin d’année.
13 janvier Alassane Ouattara adhère au RDR.
8 mars Le FMI félicite la Côte d’Ivoire pour sa gestion de la dévaluation du franc CFA et pour ses résultats économiques encourageants.
5 avril Création du Front républicain regroupant le FPI, le RDR et l’UFD, avec pour principal objectif la transparence des élections.
18 avril L’opposition ivoirienne réunie au sein du front républicain (FR), entame une série de réunions publiques pour préparer à Abidjan une grande marche de protestation pour exiger le retrait du code électoral.
Début mai Manifestation de l’opposition qui rassemble environ 10 000 personnes.
27 mai Manifestation de soutien à Henri Konan Bédié à l’appel du PDCI qui rassemble environ 50 000 personnes selon la presse.
25 juin Le FPI désigne Laurent Gbagbo  comme son candidat officiel à l’élection présidentielle.
28 juin Le parti communiste ivoirien annonce la candidature de son représentant Denis Gueu Dro.
3 juillet Le rassemblement des républicains (RDR) désigne Alassane Ouattara comme son candidat à l’élection présidentielle.
8 juillet Manifestation de 20 000 personnes à Abidjan pour exiger à nouveau le retrait du code électoral.
26 juillet Le conseil des ministres fixe la date de l’élection présidentielle au 22 octobre, celle des législatives au 26 novembre et celle des municipales au 17 décembre.
juillet Accord avec la Banque mondiale sur la libéralisation des marchés du café et du cacao.
2 août Alassane Ouattara annonce qu’il souhaite répondre favorablement à la proposition du RDR qui l’a désigné pour le représenter aux présidentielles, mais le nouveau code électoral qu’il qualifie ‘d’inique’ ne lui permet pas de faire officiellement acte de candidature.
10 août Installation officielle du Conseil constitutionnel, qui aura notamment pour tâche d’arbitrer les éventuels litiges lors des élections présidentielles et législatives. Présidé par M. Noël Némin, ancien ministre de la justice et ancien directeur du cabinet du chef de l’Etat, ce conseil comporte 2 vice-présidents et 6 membres.
26 août Le PDCI investit officiellement Konan Bédié pour le représenter à l’élection présidentielle. Le même jour, malgré la mise en garde du gouvernement, se déroule à Abidjan une manifestation contre le code électoral réunissant environ 20000 personnes.
6 septembre Création d’une commission électorale nationale de ‘supervision et d’arbitrage’.
7 septembre Manifestation réunissant 400 femmes protestant contre l’utilisation abusive des médias officiels par le PDCI, une douzaine de manifestantes blessées par les forces de l’ordre.
20 septembre De nouveaux incidents éclatent à Abidjan entre forces de l’ordre et manifestants. Konan Bédié signe un décret interdisant toute manifestation sur la voie et dans les lieux publics (marches et sit-in).
28 septembre Alassane Ouattara déclare ne pas être candidat à l’élection présidentielle, le nouveau code électoral ne le lui permettant pas. L’Assemblée nationale adopte, à une large majorité, un projet de loi qui maintient le nombre de sièges à ladite Assemblée à 175.
1er – 2 octobre Manifestations et affrontements très violents avec les forces de l’ordre dans les quartiers populaires d’Abidjan et dans plusieurs villes de province. Selon des sources officielles, le bilan aurait été de 5 morts et 37 sept blessés.
3 octobre Devant le refus du président de revenir notamment sur la loi électorale, le Front Républicain (comprenant le FPI et le RDR) et l’alliance des partis d’opposition  appellent au boycott « actif » des prochaines élections.
7 octobre La société civile ivoirienne regroupée dans un ‘collectif pour la sauvegarde de la paix et de la démocratie’ débute sous la direction de l’évêque Mgr Paul Dacoury, une ‘mission de bons offices’ dans le but de servir de médiateur entre le gouvernement et les principales formations de l’opposition.
15 octobre Le collectif annonce le 15 octobre l’échec de sa mission.
16 octobre Des affrontements inter-ethniques débutent dans le centre-ouest
22 octobre Henri Konan Bédié est élu à la présidence de la République, avec 96,44 % des suffrages contre Francis Wodié du Parti ivoirien des travailleurs (PIT) seul adversaire de Bédié.
26 novembre Elections législatives marquées par l’exclusion de plusieurs candidats, dont le secrétaire général du RDR, Djeny Kobina, en raison de la nationalité. La participation au scrutin est restée faible, autour de 45%. Le PDCI remporte les élections avec 147 sièges sur les 171 attribués. Le RDR compte 14 élus et le FPI 10.
1996 1996
26 janvier Formation du nouveau gouvernement par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, reconduit à son poste, composé des 25 membres de son ancienne équipe et de 6 technocrates.
11 février Elections municipales : Le PDCI remporte 164 communes, contre 32 pour l’opposition.
16 mars Selon le FMI, la croissance économique de la Côte d’Ivoire serait de 6,5% en 1996 contre 7% en 1995.
30 avril Cinquantenaire du PDCI-RDA, au pouvoir depuis l’indépendance (le plus ancien parti au pouvoir du continent africain).
3 juillet Lancé le 25 avril 1996, le recensement des fonctionnaires et agents de l’Etat, en vue d’un dégraissage de la fonction publique, livre ses résultats ce jour : on dénombre 4 884 fonctionnaires fictifs, ce qui permet de réaliser une économie de plus de 1 milliard de franc CFA par mois.
31 juillet Mise en place d’un plan de lutte contre la criminalité et le grand banditisme chapoté par un Conseil national de sécurité (CNS) placé directement sous l’autorité du chef de l’État est présenté comme une réponse au souci de sécurité des ivoiriens.
10 août Remaniement ministériel : le nombre de ministères passe de 30 à 35, 23 ministres de l’ancienne équipe sont reconduits avec maintien ou modification de leurs affectations, 7 personnalités quittent le gouvernement tandis que l’on compte 13 nouveaux arrivants (dont 3 personnalités issues de l’opposition). Ce remaniement se traduit par l’éviction du général Guëi du gouvernement (il était ministre des sports).
14 août Le général Gueï est révoqué de l’armée, placé en résidence surveillée et interrogé sur son rôle éventuel dans une tentative de coup d’Etat présumé à la veille des élections présidentielles de 1995.
18 novembre Le gouvernement affirme avoir déjoué un complot contre l’autorité de l’état lors de la présidentielle de 1995. Six officiers et un sous-officier sont révoqués. Le chef d’état-major de l’armée au moment du scrutin présidentiel de 1995, le général Robert Gueï, avait été limogé à la veille de l’élection.
22 novembre Accord de principe sur le rééchelonnement de la dette bancaire ivoirienne au Club de Londres.
29 décembre Elections législatives partielles afin de pourvoir les sièges vacants de l’Assemblée nationale. Le PDCI compte 146 députés, le FPI et RDR, 14 chacun.
1997 1997
1er Janvier Après un an de détention, libération du secrétaire général du FPI Abou Drahamane Sangaré et de deux journalistes d’opposition (de la Voie-FPI).
22 janvier France Télécom acquiert 51% du capital de la compagnie ivoirienne de télécommunication.
28 mars Les militaires détenus depuis octobre 1995 sous l’accusation de ‘complot contre l’autorité de l’Etat’, sont remis en liberté.
17 avril Konan Bédié renouvelle son appel pour un gouvernement de dialogue incluant des membres de l’opposition.
mai Manifestations étudiantes menées par la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), théoriquement dissoute en 1991. Les cités universitaires sont fermées.
6 mai Signature d’un accord au Club de Londres, par l’ensemble des créanciers, réduisant l’encours de la dette bancaire ivoirienne de 6,8 à 2,6 milliards de dollars.
12 juin Le gouvernement adopte un plan de réduction de la pauvreté dont il confie le pilotage, en janvier 1998, à un comité permanent comprenant des représentants de l’administration, des ONG et du secteur privé.
1998 1998
6 mars La nomination d’Adama Coulibaly, numéro 2 du RDR, comme ministre des transports se solde par l’exclusion de ce dernier du RDR.
17 mars Après sept mois d’âpres négociations, le FMI et la Banque mondiale signent un accord triennal (1998-2000) sur la politique économique du pays. Le FMI approuve une facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (PGRF) d’une durée de 3 ans, d’un montant de 285,84 millions de DTS, (123,86 seront effectivement déboursés).
19 mars La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) sont convenus d’appuyer un plan de réduction de la dette de la Côte d’Ivoire dans le cadre de l’Initiative pour les pays pauvres très endettés (PPTE). Le volume total de l’aide que recevra la Côte d’Ivoire de ses créanciers extérieurs allégera la charge de sa dette extérieure de 345 millions de dollars en valeur actuelle nette (VAN) ce qui, selon les estimations, représente, à terme, une réduction du service de la dette de 800millions de dollars. La Banque mondiale et le FMI fourniront, respectivement, 91 millions de dollars et 22,5 millions de dollars en VAN. Le point d’achèvement pour le processus d’application du plan de réduction de la dette a été fixé à mars 2001.
avril Pour la première fois, la Côte d’Ivoire participe à une mission internationale de maintien de la paix (MINURCA), sous l’égide des Nations Unies, en envoyant un contingent de 233 hommes à Bangui en République Centrafricaine.
24 avril Traitement de 1 402 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes de Lyon).
2 juillet Malgré le refus de l’opposition, regroupée au sein du Front républicain, de participer au vote, Konan Bédié fait adopter par l’Assemblée nationale une révision de la Constitution. Cette révision, qualifiée de ‘coup d’Etat institutionnel’ par l’opposition, accroît la durée du mandat ainsi que les pouvoirs du chef de l’Etat.
11 août Konan Bédié procède à un remaniement ministériel qui se traduit par une augmentation du nombre de ministères de 30 à 35 (y compris le Premier Ministre), avec la création de 2 ministères d’Etat et de 3 ministères délégués. 23 ministres de l’ancienne équipe sont reconduits avec maintien ou modification de leurs affectations, 7 personnalités quittent le gouvernement, tandis que l’on compte 13 nouveaux arrivants.
16 septembre Ouverture à Abidjan de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM).
16 octobre Konan Bédié signe avec Laurent Gbagbo leader du FPI, un accord portant sur : (a) l’amnistie pour les prisonniers du boycott actif de 1995, (b) la reformulation de certaines dispositions de la Loi No 98-387 du 2 juillet 1998 portant révision de la Constitution, (c) la clarification et la transparence du processus électoral, (d) le financement des partis politiques et l’accès aux médias d’Etat.
5 novembre Un journal sud-africain met en cause le président Bédié dans un trafic pétrolier en faveur du régime d’apartheid entre 1989 et 1992. L’intéressé dément.
décembre Le FMI et la Banque Mondiale suspendent leur coopération financière avec la Côte d’Ivoire pour cause de « mauvaise gouvernance ».
15 décembre Adoption d’un document-cadre de partenariat et de développement entre la France et la Côte d’Ivoire.
16 décembre Sous la pression de la rue, Konan Bédié signe avec Laurent Gbagbo, leader du FPI, un accord portant sur : (a) l’amnistie pour les prisonniers du boycott actif de 1995, (b) la reformulation de certaines dispositions de la Loi No 98-387 du 2 juillet 1998 portant révision de la Constitution, (c) la clarification et la transparence du processus électoral, (d) le financement des partis politiques et l’accès aux médias d’État.
23 décembre Vote de la loi foncière (Loi n° 98750 du 23 décembre 1998). Dans une de ses dispositions, cette loi exclut les non-ivoiriens de la propriété foncière rurale et en ce sens constitue le volet rural de l’ivoirité.

Revenir en haut de page.

Côte d’Ivoire : 1999 – 2000, le coup d’État prélude à l’instabilité

La Côte d’Ivoire, jusqu’alors havre de paix et de sécurité en Afrique de l’Ouest, a connu, en décembre 1999, un coup d’État militaire qui a profondément changé la trajectoire politique, économique et sociale du pays.

Côte d'Ivoire
Montage Bernard Conte
1999 1999
janvier Démantèlement de la Caisse de stabilisation, notamment sous la pression de la Banque mondiale.
février Le FMI suspend ses décaissements pour mauvaise gestion des affaires publiques.
mai Une évaluation de l’Union européenne (UE) met à jour des détournements de fonds et de la corruption liés à son budget d’aide, ce qui la conduit à suspendre ses décaissements au titre de l’appui à l’ajustement structurel.
18 juin Le Japon et la Côte d’Ivoire ont procédé vendredi à Abidjan à un échange de notes concernant l’allègement sous forme de consolidation de la dette ivoirienne à l’égard du Japon, indique un communiqué de l’ambassade nipponne en Côte d’Ivoire. Le montant total des dettes qui font ainsi l’objet de consolidations s’élève à 13,418 milliards de francs CFA (134,18 millions de FF), précise le communiqué. Ces dettes avaient été contractées en 1982 et 1989 dans le cadre du Projet d’entretien routier et du programme d’ajustement du secteur agricole.
29 juin Le Japon a décidé d’octroyer une aide de 16 millions de dollars environ à la Côte d’Ivoire pour lui permettre de promouvoir ses réformes économiques et augmenter sa production alimentaire, a-t-on appris mardi de source officielle à Tokyo.
19 juillet Les Emirats Arabes Unis ont accordé ce week-end un don de 3,8 milliards de F CFA (38 millions de FF) à la Côte d’Ivoire pour le “financement des travaux” d’une mosquée au Plateau.
21 juillet Le gouvernement allemand a accordé un don de 3,8 milliards de F CFA (38 millions de FF) à la Côte d’Ivoire pour le “financement d’un projet de santé dans le pays”.
29 juillet Alassane Ouattara rentre en Côte d’Ivoire et le 1er août, au cours d’un congrès extraordinaire au Palais des sports d’Abidjan, il est élu président du RDR et déclare accepter d’être candidat à la présidence de la République.
10 août Remaniement du gouvernement annoncé depuis le mois de mars : le nombre de ministères passe de 36 à 35, trois ministres quittent le gouvernement.
12 août Le gouvernement ivoirien libéralise totalement le marché du cacao. Le prix d’achat aux producteurs fixé jusqu’alors par l’Etat est désormais libre.
18 septembre Konan Bédié reçoit Alassane Ouattara.
28 septembre A Dimbokro, le juge Zoro Bi ballo délivre un certificat de nationalité ivoirienne à Alassane Outtara.
6 octobre Alassane Ouattara se voit retirer la nationalité ivoirienne.
29 octobre Les principaux responsables du RDR sont arrêtés, puis condamnés au nom de la loi « anticasseurs », en novembre (10-12), à des peines de prison ferme, ceci à la suite d’une manifestation violente.
18 novembre Selon le gouvernement du Burkina Faso, 12 000 burkinabés ont été expulsés de Côte d’Ivoire en deux semaines.
29 novembre Alassane Ouattara qui séjourne en France est inculpé de ‘faux commis dans des documents administratifs, usage de faux et complicité’ et un mandat d’arrêt est lancé contre lui.
24 décembre Une mutinerie débouche sur un coup d’EtatLe président Henri Konan Bédié est destitué. Le général Robert Gueï, ancien chef d’état-major, est présenté comme le nouveau président de la RépubliqueDissolution de toutes les institutions de la République. Création du Comité national de salut public (CNSP).
29 décembre Alassane Ouattara est de retour au pays et les poursuites judiciaires à son encontre sont levées.

 

2000 2000
3 janvier En provenance de Lomé où il s’était réfugié, Henri Konan Bédié s’exile à Paris.
4 janvier La junte militaire annonce la composition du gouvernement de transition composé de 22 ministères.
5 janvier Le général Gueï annonce un moratoire sur le paiement de la dette extérieure de la Côte d’Ivoire.
10 janvier Le général Gueï annonce que la Côte d’Ivoire honorera sa dette extérieure.
11 janvier La France annonce qu’elle suspend une partie de sa coopération militaire.
16 janvier Le gouvernement est remodelé pour y insérer deux ministres supplémentaires pour le FPI.
21 janvier Un décret présidentiel crée une Commission consultative constitutionnelle et électorale (CCCE) chargée de préparer le nouveau cadre et les nouvelles règles du jeu politique.
26 janvier Le général Gueï annonce l’amnistie des dirigeants et militants du RDR et la libération des derniers dignitaires de l’ancien régime.
10 février La presse ivoirienne publie un document du FMI selon lequel la situation des finances publiques ivoiriennes est plus grave que prévu.
mars Suspension du processus de privatisation de la Société ivoirienne de raffinage (SIR).
10 mars La Suisse bloque, à titre provisoire, les comptes de l’ancien chef de l’Etat Konan Bédié.
15 mars Le parlement européen adopte une directive sur l’introduction de matières grasses végétales dans le chocolat.
30 mars Le Fonds africain de développement (FAD, groupe Banque africaine de développement) a accordé un prêt de 38,598 millions de dollars à la Côte d’Ivoire, Ce prêt, au titre du “mécanisme de financement supplémentaire” (MFS), est destiné à financer une partie des intérêts dûs par la Côte d’Ivoire pour 1999 sur des prêts précédemment contractés auprès de la BAD.
18 mai Le gouvernement d’union nationale vole en éclats avec le départ des ministres RDR. Le nouveau gouvernement compte 21 ministères, Seydou Diarra devient premier ministre, le FPI conserve ses six postes, deux membres du PDCI entrent dans le gouvernement à titre individuel, Henriette Diabaté est le seul ministre RDR.
31 mai Alassane Ouattara appelle à voter en faveur de la nouvelle constitution tout en regrettant que « ce texte renferme certaines ambiguïtés et incohérences concernant les conditions d’éligibilité du président de la République ».
28 juin La France va accorder une aide d’un million de francs (100 millions de francs CFA, 152.000 euros) pour l’organisation des élections devant “permettre le retour à des institutions démocratiques en Côte d’Ivoire” L’Agence française de développement (AFD) a accordé deux prêts de 19,9 milliards de francs CFA (199 millions FF, 30,3 millions euros) à la Côte d’Ivoire, indique mercredi un communiqué de cette institution. Le premier projet d’un montant de 6,2 milliards de F CFA vise à “réhabiliter la centrale hydroélectrique de Buyo” (400 Km au sud-ouest d’Abidjan).Le second projet, de 13,7 milliards de F CFA, concerne la réfection et la construction de ponts dans 12 départements du sud et du sud-est du pays.
4-5 juillet Des centaines de soldats investissent les rues de plusieurs villes pour réclamer un ‘trésor de guerre’ pour leur participation au coup d’Etat du 24 décembre. Nombreux pillages surtout à Bouaké. Robert Gueï dénonce une tentative de coup d’État.
23 juillet Les Ivoiriens se prononcent sur les projets de constitution et de code électoral. Le ‘oui’ remporte 87% des suffrages (avec une participation de 56%). La nouvelle constitution dispose que le candidat à l’élection présidentielle “doit être ivoirien de père et de mère eux-mêmes ivoiriens et qu’il ne doit pas s’être prévalu d’une autre nationalité”, ce qui élimine Alassane Ouattara. Ce dernier se déclare néanmoins candidat le 29 juillet.
septembre L’Agence française de développement (AFD) arrête ses décaissements en Côte d’Ivoire en vertu de l’application de la politique de sanction pour arriérés de remboursement de la dette.
18 septembre Attaque de la résidence de Robert Gueï qui aboutit au limogeage des numéros 2 et 3, les généraux Palenfo et Coulibaly.
6 octobre La Cour suprême déclare invalide les candidatures de 14 des 19 candidats à l’élection présidentielle dont celles de M. Ouattara et La Cour suprême déclare invalide la candidature de M. Ouattara ainsi que celle de Konan Bédié.
22 octobre A l’issue de ce premier tour de l’élection présidentielle, le général Gueï se déclare vainqueur et l’opposant Laurent Gbagbo, en tête dans les résultats partiels, se déclare chef de l’Etat de la Côte d’Ivoire. De graves émeutes éclatent. De très nombreux manifestants (25 octobre) réclament le départ des putschites. M. Ouattara, exclu de cette élection, réclame de nouvelles élections.
26 octobre Le général Gueï s’enfuit. Laurent Gbagbo est déclaré par la Cour suprême vainqueur avec 59, 36 % des voix devant Robert Guéï 32,7 %, Francis Wodié 5,7 %, Mel Théodore 1,5 % et Nicolas Dioulo 0,8 %. Laurent Gbagbo devient président de la 2ème République de Côte d’Ivoire. De violents affrontements ethniques ont lieu dans tout le pays.
27 octobre Récusant toute idée de nouvelles élections, Laurent Gbagbo forme son gouvernement, après la reconnaissance de sa victoire par le président de la Chambre constitutionnelle. Laurent Gbagbo nomme Pascal Affi N’guessan premier ministre.
28 octobre Découverte d’un charnier composé de 57 cadavres près de Yopougon, un quartier d’Abidjan. La responsabilité en est attribuée à la gendarmerie.
13 novembre Le général Gueï reconnaît la légitimité de Laurent Gbagbo.
4 décembre Suite à l’invalidation de la candidature d’Alassane. Ouattara aux élections législatives, de nombreuses et violentes manifestations éclatent à Abidjan.
10 décembre Elections législatives. A la suite du mot d’ordre de boycott lancé par le RDR, les élections n’ont pu se dérouler dans 29 circonscriptions du nord. Le taux de participation s’est élevé à 33.12%. Le FPI obtient 96 sièges de députés, le PDCI 77, les indépendants 16, le PIT 4, le MFA 1, l’UDCI 1 le RDR 1, les résultats concernent 196 sièges sur 225.

 

Revenir en haut de page.

Côte d’Ivoire 2001-2002 : le début de la période trouble

2001 2001
7 janvier Tentative de coup d’Etat.
14 janvier Élections législatives partielles dans le nord du pays marquées par une très faible participation.
31 janvier Reprise de la coopération économique, suspendue depuis janvier 2000, entre la France et la Côte d’Ivoire.
13 mars Procès des généraux Coulibaly et Palenfo. Le premier est acquitté, tandis que le général Palenfo est condamné à un an de prison. Le 31 juillet suivant, la Cour suprême casse le jugement et annule toutes les procédures engagées contre ce dernier.
25 mars Les élections municipales sont marquées par le retour du RDR dans le jeu politique. Le parti d’Alassane Ouattara remporte 64 communes (sur 197), notamment dans ses « bastions » nordistes.
24 avril Quatre conventions de coopération d’un montant total de 51 millions de FF (7,7 millions d’euros) ont été signées mardi à Abidjan entre les autorités ivoiriennes et françaises, a constaté l’AFP. Ces conventions concernent les domaines de la santé, de l’enseignement, de l’agriculture et du développement social.
14 juin Le gouvernement ivoirien et l’Agence française de développement (AFD) ont signé jeudi à Abidjan une convention de financement d’1,5 million d’euros (1 milliard de F CFA), selon un communiqué parvenu jeudi à l’AFP.
3 août Acquittement des huit gendarmes jugés dans l’affaire du « charnier de Yopougon », découvert après les violences d’octobre 2000.
10 septembre Le chef de la délégation de l’Union Européenne (UE) à Abidjan, Friedrich Nagel, et le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, Bohoun Bouabré, ont signé lundi un accord de transfert de fonds de 49,5 milliards de francs CFA (75,5 millions d’euros). Selon un communiqué de l’UE parvenu lundi soir à l’AFP à Abidjan, cet argent représente “une contribution de l’UE à la compensation des pertes de recettes d’exportation de café subies par la Côte d’Ivoire en 1999”. “La subvention accordée servira notamment à l’appui au secteur agricole ainsi qu’à l’amélioration des services et infrastructures de base offerts au monde rural dans les domaines sociaux”, ajoute le texte.
11 septembre Les autorités chinoises ont fait don de plus d’un million d’euros de matériel militaire à la Côte d’Ivoire a indiqué mardi le journal Fraternité Matin.
4 décembre Les présidents Compaoré et Gbagbo décident d'”intensifier les consultations à tous les niveaux”, après une visite du président ivoirien à Ouagadougou.
2001 (9 octobre-18 décembre) Un Forum de réconciliation nationale sous la présidence de Seydou Diarra réunissant tous les responsables politiques reconnaît la nationalité ivoirienne d’Alassane Ouattara ainsi que la légitimité du gouvernement de Laurent Gbagbo.

 

2002 2002
22-23 janvier Sommet de Yamoussoukro, réunissant Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Robert Gueï et Henri Konan Bédié.
1er février La Banque Mondiale reprend sa coopération financière avec la Côte d’Ivoire après l’apurement d’une dette de 40 millions de dollars.
20 février L’Union européenne décide la reprise totale de sa coopération, après presque trois ans de suspension. La France déclare que l’aide financière de 183 millions d’euros (120 milliards de francs CFA) qu’elle vient de débloquer en faveur de la Côte d’Ivoire, est « la plus importante qui ait été attribuée depuis 1995 à un pays africain ».
26 février La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un don de 6,5 millions d’euros (4,3 milliards FCFA) en faveur de la Côte d’Ivoire portant sur un programme de bonne gouvernance et des systèmes d’approvisionnement en eau potable.
1er mars Le Japon a octroyé un don d’un montant de 366 559 euros à la Côte d’Ivoire dans le cadre d’un programme d’aide non-remboursable pour les Petits projets locaux.
29 mars Le FMI approuve un programme tri-annuel de réduction de la pauvreté d’un montant de 366 millions de dollars.
4 avril La Banque africaine de développement (BAD) reprend sa coopération avec la Côte d’Ivoire avec la signature d’un accord de prêt de 21 milliards de FCFA au titre du Mécanisme de financement supplémentaire (MFS).
10 avril Traitement de 1 822 millions de dollars de dette extérieure publique (911 millions annulés et 911 rééchelonnés) au Club de Paris (selon les termes de Lyon).
19 avril La Banque africaine de développement (BAD) a accordé un prêt de 23 milliards de francs CFA (3,5 millions d’euros) à la Côte d’Ivoire pour financer un projet d’appui à la formation pour l’insertion des jeunes et à l’amélioration du système éducatif.
29 avril La Banque mondiale (BM) a accordé lundi un crédit de 1,2 million de dollars (environ 1,2 milliard de CFA) à la Côte d’Ivoire pour un soutien à l’éducation, Selon le texte, ce prêt permettra à la Côte d’Ivoire “d’assurer la formation continue de 4.200 fonctionnaires et agents de l’Etat, sur 4 ans”. Selon les officiels ivoiriens, ce prêt consacre la reprise totale des décaissements de la BM en faveur de la Côte d’Ivoire.
16 mai L’Agence française de développement (AFD) a octroyé un prêt d’ajustement structurel d’un montant de 120 milliards de FCFA à la Côte d’Ivoire.
28 juin La justice ivoirienne délivre un certificat de nationalité à Alassane Ouattara.
7 juillet Elections départementales marquées par de nombreuses anomalies et de la violence contre les opposants du FPI.
26 juillet La France a mis à la disposition de la Côte d’Ivoire 2,5 milliards de francs CFA (3,81 millions d’euros) pour financer la lutte contre le sida et la formation professionnelle.
1er août L’ex-ministre ivoirien Balla Kéïta, secrétaire général de l’UDPCI (parti de Robert Gueï), passé dans l’opposition et exilé depuis 2001 au Burkina Faso, est retrouvé tué à son domicile de Ouagadougou. Le procureur général affirme que la justice burkinabè privilégie la piste politique ivoirienne dans l’enquête.
5 août Formation d’un gouvernement réunissant toutes les forces politiques du pays, dont le RDR. La Banque africaine de développement (BAD) doit approuver mardi un prêt de 50 milliards de F CFA (76,22 millions d’euros) à la Côte d’Ivoire au titre du Fonds africain de développement (FAD).
12 août Neuf militaires proches du général Gueï sont incarcérés pour “atteinte à la sûreté de l’Etat”, selon l’entourage du général.
27 août Cambriolage du siège de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’ouest (BCEAO) à Abidjan : au moins deux milliards de francs CFA auraient été dérobés.
4 septembre Le Fonds africain de développement (FAD) a approuvé un don d’environ 727 millions de francs CFA (1,1 million d’euros) pour financer l’étude du plan de développement rural de la région de l’Agnéby, dans la zone forestière du sud-est de la Côte d’Ivoire.
11 septembre La Commission européenne décide d’octroyer 36 millions d’euros (23,6 milliards de FCFA) à la Côte d’Ivoire au titre du huitième Fonds européen de développement (FED) Ces sommes sont destinées “en large partie” à financer une aide renforcée au budget de l’Etat ivoirien pour l’exercice 2002, notamment dans les secteurs de la santé, l’agriculture, l’environnement, le planning régional et la décentralisation.
13 septembre Le général Gueï annonce la fin de l’alliance de son parti, l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), avec le FPI et dénonce la “complotite aiguë” du régime.
19 septembre Une tentative de coup d’Etat à Abidjan dégénère en soulèvement armé. Les villes de Bouaké et Korhogo, respectivement dans le centre et le nord du pays, passent sous contrôle rebelle. Le général Robert Gueï et le ministre de l’intérieur Emile Boga Doudou, sont tués.
22 septembre Arrivée des premiers renforts français pour assurer la sécurité des ressortissants étrangers (3 000 seront évacués). Le dispositif français est baptisé « Opération Licorne ».
24 septembre Le FPI accuse le Burkina Faso d’être impliqué dans la “déstabilisation” de la Côte d’Ivoire. Le Burkina Faso dément toute implication.
28 septembre Abidjan demande l’activation des accords de défense conclus avec la France qui annonce apporter son « soutien logistique ».
30 septembre La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) crée un groupe de contact et décide l’envoi d’une force de paix.
1er octobre Les mutins déclarent vouloir renverser le régime et invitent la France à respecter une « stricte neutralité ».
4-8 octobre Une première tentative de médiation de la CEDEAO échoue.
6-7 octobre De violents combats se déroulent à Bouaké mais les forces loyalistes sont finalement repoussées.
24 octobre Les forces loyalistes reprennent Daloa ,48 heures après sa capture par les forces rebelles.
15 octobre Le sergent-Chef Tuo Fozié révèle l’existence d’un dirigeant politique de la rébellion : Guillaume Soro, un temps sympathisant du FPI, puis plus récemment, proche du RDR, qui se présente lui-même comme le secrétaire général du MPCI.
17 octobre Signature par les rebelles à Bouaké d’un accord de cessation des hostilités. Le président Gbagbo l’accepte et demande à la France d’assurer le contrôle du cessez-le-feu.
22 octobre La France envoie des renforts pour contrôler le cessez-le-feu. Manifestation violente devant le 43ème BIMA à port-Bouët (banlieue d’Abidjan), les manifestants qu’on leur livre Alassane Ouattara.
23 octobre Le président togolais Gnassingbé Eyadéma est désigné par la CEDEAO coordinateur de la médiation.
26 octobre La CEDEAO décide de déployer une force pour contrôler le cessez-le-feu.
30 octobre Début à Lomé des premières négociations directes entre les délégations du gouvernement et des rebelles du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), conduite par Guillaume Soro.
1er novembre Le gouvernement accepte le principe d’une amnistie et d’une réintégration des rebelles dans l’armée.
16 novembre Abdoulaye Wade, président du Sénégal se déclare prêt à mener une nouvelle médiation.
19 novembre Le président Laurent Gbagbo propose d’organiser un référendum sur la constitution, une des revendications des rebelles.
27 novembre Visite à Abidjan du ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, marquée par l’exfiltration de Côte d’Ivoire du principal opposant Alassane Ouattara.
28 novembre Le Mouvement populaire ivoirien du grand ouest (MPIGO) et le Mouvement pour la justice et la paix (MJP), deux nouveaux groupes, revendiquent la prise de Man et de Danané
1er décembre Premiers affrontements meurtriers entre militaires français et rebelles lors d’une évacuation de 160 étrangers depuis Man : une dizaine de morts chez les rebelles et un blessé chez les militaires français.
3 décembre Rencontre à Bamako des présidents Laurent Gbagbo et Blaise Compaoré.
12 décembre Le MPCI demande “une neutralité totale” et le retrait de la France.
16 décembre Le ministre français des affaires étrangères, Dominique de Villepin, dénonce « les ingérences extérieures ».
18 décembre Un sommet extraordinaire de la CEDEAO à Dakar, marqué par l’absence de nombreux chefs d’Etat concernés, “fixe au 31 décembre la date limite du déploiement” des troupes de la CEDEAO.
19 décembre Amnesty International demande à l’ONU une enquête sur les exactions, après la découverte de charniers notamment à Bouaké.
20 décembre Les rebelles du MPIGO prennent Bangolo (sud de Man). L’ONU appuie le gouvernement légal. Les forces loyalistes bombardent le village de Menakro, en zone rebelle derrière la “ligne de cessez-le-feu” surveillée par les troupes françaises : plusieurs civils tués.

Revenir en haut de page.

Côte d’Ivoire 2003 : la crise s’amplifie

2003 2003
3 janvier Arrivée à Abidjan des premiers éléments de la force ouest-africaine de paix.
3-4 janvier Visite de Dominique de Villepin, les autorités d’Abidjan et du MPCI s’engagent au respect du cessez-le-feu et à participer à une table ronde politique le 15 janvier à Paris, suivie d’un sommet de chefs d’Etat africains le 27 janvier.
6 janvier Accrochage entre les rebelles de l’ouest et les militaires français aux environs de Duékoué: 30 morts chez les rebelles et 9 blessés côté français.
8 janvier Le MPIGO et le MJP concluent un accord de cessez-le-feu avec les troupes françaises et acceptent de participer à la table ronde de Paris.
9 janvier Des hélicoptères de l’armée régulière bombardent dans la région de Grabo (ouest), faisant, selon les rebelles, 15 morts civils.
13 janvier Le représentant du gouvernement et les chefs du MPIGO et du MJP signent un accord de cessation des hostilités à Lomé.
15 janvier Début de la table ronde à Linas-Marcoussis près de Paris.
24 janvier Signature d’un accord à Marcoussis, qui prévoit le maintien au pouvoir du président Gbagbo et un gouvernement ouvert à toutes les parties, y compris les rebelles.
25 janvier

Laurent Gbagbo annonce qu’il accepte l’accord de paix de Marcoussis et qu’il s’apprête à nommer Seydou Diarra premier ministre du gouvernement de réconciliation nationale chargé d’appliquer l’accord de paix en Côte d’Ivoire.

Début d’une série de manifestations anti-françaises organisées par des organisations proches du président pour dénoncer les accords signés à Marcoussis. Les manifestations dégénèrent en émeutes anti-françaises.

26 janvier Par décret, Seydou Diarra est nommé Premier ministre du gouvernement de réconciliation nationale chargé d’appliquer l’accord de paix. Liste du gouvernement : (i) Front populaire ivoirien (FPI, du président Gbagbo) : 12 postes : Ministère d’Etat, Ministère de l’Économie et des Finances : Bohoun Bouabré ; Ministère d’Etat, Ministère des Mines et de l’Energie : Léon Monnet ; Ministère de la Construction et de l’Urbanisme : Raymond N’Doli ; Ministère de la Fonction publique et de l’Emploi : Hubert Oulaï ; Ministère des Eaux et Forêts : Assoua Adou ; Ministère de l’Education nationale : Amani N’Guessan ; Ministère des Relations avec les Institutions de la République : Alphonse Douati ; Ministère de la Solidarité et de la Sécurité sociale : Clothilde Ohouchi ; Ministère de la lutte contre le sida : Christine Adjobi ; Ministère en charge de la Réconciliation nationale : Sébastien Danon Djé Djé ; Ministère d’Etat, Ministère des Infrastructures économiques : Léon Monnet (Interim suite au limogeage de M. Patrick Achi (PDCI) le 18 mai 2004) ; Ministère d’État, Ministère chargé de la Communication : Hubert Oulaï (Interim suite au limogeage de M. Guillaume Soro (SG du MPCI) le 18 mai 2004) ; Ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle : Amani N’Guessan (Interim suite au limogeage de M. Youssouf Soumahoro (MJP) le 18 mai 2004) ; (ii) Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ancien parti unique) : 6 postes : Ministère d’Etat, Ministère des Affaires étrangères : Bamba Mamadou ; Ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé : Ahoussou Kouadio ; Ministère de la Production animale et des Ressources halieutiques : Kouassi Adjoumani ; Ministère de la Culture et de la Francophonie : Mme Malan Messou ; Ministère du Plan et du Développement : Boniface Britto ; Ministère des Cultes : Désiré Gnonkonte ; (iii) Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire  (UDPCI – proche de l’ancien président Robert Gueï) : 2 postes : Ministère d’Etat, Ministère de la Santé et de la Population : Toikeusse Mabri ; Ministère de la réforme administrative : Eric Kahé ; (iv) Parti ivoirien des Travailleurs (PIT) : 2 postes : Ministère d’Etat, Ministère de l’Environnement : Angèle Gnonsoa ; Ministère des Droits de l’Homme : Victorine Wodié ; (v) Mouvement des forces d’avenir (MFA) : 1 poste : Ministère d’Etat, Ministère des Transports : Anaky Kobenan Innocent ; (vi) Union démocratique citoyenne (UDCY) : 1 poste : Ministère d’Etat, Ministère de l’Intégration régionale et de l’Union africaine: Théodore Mel Eg ; (vii) Rassemblement des Républicains (RDR, principal parti d’opposition) : 7 postes : Ministère d’État, Garde des Sceaux, Ministère de la Justice : Henriette Dagry Diabaté (numéro 2 du RDR) ; Ministère de la Femme de la Famille et de l’Enfant : Kandia Camara ; Ministère d’État, Ministère de l’Agriculture : Amadou Gon Coulibaly ; Ministère du Tourisme : Marcel Tanoh ; Ministère des Nouvelles technologies, de l’information et des Télécommunications : Hamed Bakayoko ; Ministère du Commerce : Amadou Soumahoro ; Ministère de l’Enseignement supérieur : Zémogo Fofana ; (viii) Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI) : 6 postes : Ministère d’État, Ministère de l’Administration du territoire : colonel-major Issa Diakité ; Ministère de la Recherche scientifique : Mamadou Koné ; Ministère de l’Artisanat et de l’Encadrement du secteur informel : Moussa Dosso ; Ministère de la Jeunesse et du Service civique : Tuo Fozié ; Ministère des Victimes de guerre, des déplacés et des exilés : Adjudant-chef Messamba Koné ; Ministère des Sports et des Loisirs : Colonel Michel Gueu ; (ix) Mouvement populaire ivoirien du Grand Ouest (MPIGO) : 1 poste : Ministère des Petites et moyennes entreprises : Roger Banchi.
31 janvier A Dakar, les chefs d’Etat de la Cedeao décident de reprendre l’initiative pour tenter de sauver les accords de Marcoussis. Le “groupe de contact” de la Cedeao (Ghana, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Nigeria, Togo) est élargi au Sénégal. Des centaines de “jeunes patriotes” envahissent les pistes de l’aéroport d’Abidjan provoquant l’intervention de l’armée française.
février Les opérations de la Banque africaine de développement (BAD) sont “temporairement” relocalisées à Tunis en raison de la crise en Côte d’Ivoire.
4 février Selon La Croix, les “escadrons de la mort” qui opèrent en Côte d’Ivoire sont proches du pouvoir en place à Abidjan. Le quotidien cite un rapport de l’ONU qui indique : « les escadrons de la mort en Côte d’Ivoire seraient constitués d’éléments proches du gouvernement, de la garde présidentielle et d’une milice tribale de l’ethnie du président »[1] Laurent Gbagbo.
7 février Laurent Gbagbo déclare qu’il accepte l’”esprit” des accords de Marcoussis comme “base de travail”. Arrivée de nouveaux renforts français, portant à plus de 3 000 les effectifs de l’opération Licorne.
10 février A l’issue d’un sommet de chefs d’Etat ouest-africains à Yamoussoukro en présence de Laurent Gbagbo, Seydou Diarra est chargé de former un gouvernement de réconciliation.
18 février A l’issue d’une tournée en Afrique de l’Ouest, Guillaume Soro se dit “assuré” du soutien des présidents ghanéen, nigérian, nigérien, malien et burkinabè sur Marcoussis.
20-21 février Lors du 22ème sommet Afrique-France, le président Jacques Chirac appelle à “l’application intégrale” de Marcoussis. Il déclare que les escadrons de la mort “sont une réalité” et “que tout cela pourrait se terminer devant les tribunaux internationaux”.
22 février Le ministre ivoirien de la Défense, Bertin Kadet rejette toute responsabilité concernant les “escadrons de la mort” sévissant à Abidjan, indiquant que son gouvernement continue à recevoir des armes et à recruter des soldats dans le seul but de « construire la paix ».
26 février Amnesty International accuse le MPCI d’avoir exécuté une soixantaine de gendarmes et une trentaine d’enfants à Bouaké du 6 au 9 octobre. Le MPCI dément.
2 mars Le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) déclare avoir dépensé environ 700 000 dollars US en deux mois pour ses interventions en faveur des réfugiés ivoiriens en Guinée.
6 mars Arrivée de 1100 soldats de la MICECI sous le commandement du général sénégalais Khalil Fall.
8 mars Rebelles et partis politiques s’accordent sur la composition du gouvernement de réconciliation, lors d’une table ronde à Accra. Les discussions se déroulent sous l’égide du chef de l’Etat ghanéen John Kufuor qui est le président en exercice de la Cedeao.
10 mars Laurent Gbagbo délègue certains de ses pouvoirs au Premier ministre dans 16 domaines bien précis et “pour une durée de six mois renouvelable”.
20 mars Présentation de la liste quasi-complète des membres du nouveau gouvernement de réconciliation lors du deuxième Conseil des ministres qui s’est réuni à Yamoussoukro.
26 mars Le président ivoirien Laurent Gbagbo a signé un décret nommant à “titre intérimaire” Adou Assoa au poste de ministre de la Défense et Fofana Zémogo, à celui de la sécurité.
2 avril Laurent Gbagbo accuse Alassane Ouattara d’être le cerveau de la tentative de coup d’Etat.
7 avril La présidence ivoirienne a démenti lundi soir avoir passé un contrat avec la société britannique de gardiennage et de sécurité Northbridge Services Group (NSG) pour le recrutement de mercenaires.
17 avril Conseil des ministres à Abidjan, avec la participation des ministres issus de la rébellion.
2 mai Mamadou Koulibaly, le président de l’Assemblée nationale, demande aux députés de ne pas légiférer avant le désarmement complet des rebelles.
3 mai Tous les belligérants impliqués dans la crise en Côte d’Ivoire concluent un cessez-le-feu complet pour l’ensemble du territoire de la Côte d’Ivoire. Le Port autonome d’Abidjan (PAA), a vu ses activités chuter de moitié en sept mois de crise politico-militaire.
5 mai Laurent Dona Fologo, le président du Conseil économique et social, annonce la création d’un mouvement baptisé Rassemblement pour la paix (RPP), dont l’objectif est de “lutter pour le retour de la paix”. Les Fanci et les “forces nouvelles”, regroupant les trois mouvements rebelles, acceptent le principe d’une “zone de confiance” où elles circuleront sans armes.
8 mai La Commission européenne adopte un programme d’aide humanitaire de 3,7 milliards de francs CFA pour subvenir aux besoins des groupes les plus vulnérables touchés par le conflit.
9 mai Visite à Abidjan du ministre burkinabé des Affaires étrangères, Youssouf Ouédraogo.
10 mai En vigueur depuis le début de la crise, le couvre-feu est levé.
13 mai Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1479, qui crée “pour une période initiale de six mois, une Mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (MINUCI) avec mandat de faciliter la mise en œuvre de l’Accord de Linas-Marcoussis et comprenant une composante militaire, en complément des opérations menées par les forces françaises et celles de la CEDEAO”.
20 mai Laurent Gbagbo juge que les accords de paix signés à sont “des commodités” et affirme qu’il reste le seul “arbitre” de la vie politique ivoirienne.
27 mai Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), la situation alimentaire en Côte d’Ivoire se dégrade après huit mois de crise, pour y faire face le PAM lance un programme d’aide d’urgence destiné à fournir une aide à quelque 500 000 personnes d’ici à la fin de l’année.
28 mai Le Premier ministre Seydou Diarra présente le programme de politique générale de son gouvernement de réconciliation à l’Assemblée nationale.
27 juin Guillaume Soro, ministre de la Communication et ancien chef rebelle, est séquestré pendant près de deux heures dans les locaux de la télévision nationale par une centaine de « jeunes ».
1er juillet Selon le FMI, en 2002, le PIB se serait réduit de -1,5 à -1,8%.
4 juillet A l’issue d’un conseil des ministres, le gouvernement ivoirien a adopté un projet de loi d’amnistie qui doit effacer toutes les infractions contre la sûreté de l’Etat de septembre 2000 au 19 septembre 2002. Fin officielle de la guerre annoncée par les rebelles et les loyalistes.
7 juillet La côte d’Ivoire annonce le retrait de la candidature d’Amara Essy à la présidence de l’Union Africaine.
11 juillet Installation officielle à Bouaké du quartier général international chargé de superviser le processus de désarmement et de démobilisation des combattants.
16 juillet Les Forces armées de Côte d’Ivoire (Fanci, forces régulières) et les “Forces nouvelles” (ex-rébellion) décident à Bouaké de créer un comité mixte d’état-major pour contrôler l’application de la décision de mettre fin à la guerre prise le 4 juillet.
4 août Le Conseil de sécurité des Nations Unies renouvelle pour six mois le mandat de la force franco-africaine déployée en Côte d’Ivoire.
6 août Adoption par l’assemblée nationale d’une loi amnistiant toutes les atteintes à la sûreté de l’Etat liées aux troubles politiques en Côte d’Ivoire entre le 17 septembre 2000 et le 19 septembre 2002.
11 août L’Unicef annonce le financement d’un programme de coopération avec la Côte d’Ivoire pour 2003/2007 à hauteur de 16 milliards de FCFA pour remédier à « la situation alarmante » des enfants et des femmes.
20 août Le Premier ministre Seydou Diarra réclame avec force au président Gbagbo les pouvoirs nécessaires pour mener à bien son programme de « réconciliation nationale ».
21 août Rencontre à Abidjan entre le président libérien Moses Blah et Laurent Gbagbo.
21 août Les planteurs de cacao de Côte d’Ivoire s’opposent à un audit international de la gestion de la filière demandé par la Banque Mondiale, le FMI et l’Union Européenne.
25 août Arrestation à Paris d’une dizaine de personnes dont Ibrahim Coulibaly (IB) pour tentative de déstabilisation de la Côte d’Ivoire. IB sera remis en liberté à la mi-septembre.
10 septembre Réouverture de la frontière terrestre entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, fermée depuis l’insurrection du 19 septembre 2002.
13 septembre Nomination contestée par les ex-rebelles de René Amani (ancien patron de la caisse de stabilisation du cacao) et Martin Bléou  (universitaire et ex-président de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (Lidho)) aux ministères de la Défense et de la Sécurité.
18 septembre Selon l’ONU, le conflit déclenché le 19 septembre 2002 a fait entre 500 000 et 600 000 déplacés et provoqué la fuite hors de Côte d’Ivoire de quelque 300 000 immigrés ouest-africains.
23 septembre Les ministres des forces nouvelles décident de ne plus participer au conseil de gouvernement.
24-26 septembre Attaque de la succursale de la BCEAO à Bouaké, le butin s’élèverait à environ 20 milliards de francs CFA.
2 octobre Manifestation à Abidjan de 20 000 à 30 000 « jeunes patriotes »  partisans du président Laurent Gbagbo.
4 octobre Manifestation à Bouaké pour demander la démission du président Laurent Gbagbo.
13 octobre Le Fonds africain de développement (FAD) accorde un don de 2,2 millions de dollars à l’Organisation inter-africaine du café pour renforcer ses capacités.
16 octobre Le conseil des ministres ivoirien interdit toute manifestation publique pour une durée de trois mois.
21 octobre Meurtre de Jean Hélène, correspondant de Radio France internationale (RFI) en Côte d’Ivoire. Un sergent de police sera condamné à 17 ans de prison.
30 octobre Visite à Abidjan des présidents ghanéen et nigérian : John Kufuor et Olusegun Obasanjo.
11 novembre Mini-sommet de la CEDEAO à Accra pour accélérer le règlement de la crise en Côte d’Ivoire.
13 novembre Le Conseil de sécurité par sa résolution 1514, proroge le mandat de la MINUCI pour une période de trois mois jusqu’au 4 février 2004.
15 novembre Le Chef d’état-major, le général Mathias Doué déclare : « la guerre peut redémarrer à tout instant ».
26 novembre Selon Human Rights Watch, des milices pro-gouvernementales ivoiriennes commettent « en toute impunité », des exactions à l’égard de civils, y compris des meurtres et des actes de torture.
29 novembre Des éléments de l’armée régulière (FANCI) se heurtent aux forces françaises près de M’Bahiakro, alors qu’ils tentaient de franchir la « zone de confiance » démilitarisée.
30 novembre Des militaires ivoiriens interviennent en direct à la télévision nationale pour exiger dans les 48 heures la démission de leur chef d’état-major et des principaux généraux ainsi que le départ des soldats français.
1er décembre Manifestations de « jeunes » devant la base militaire française d’Abidjan.
4 décembre Laurent Gbagbo se prononce pour l’application des accords de Marcoussis dans leur intégralité.
7 décembre Les Forces Nouvelles libèrent 40 membres des FANCI et de la police qui avaient été faits prisonniers de guerre.
18 décembre Le conseil des ministres adopte un projet de loi modifiant les conditions d’éligibilité à la présidence de la République.
22 décembre Les forces nouvelles décident au cours d’une réunion de leurs dirigeants politiques et militaires à Bouaké de reprendre leur participation au conseil des ministres après trois mois de boycott.

[1] La croix, article « Côte d’Ivoire » de Julia Ficatier, le 05/02/2003.

Revenir en haut de page.

Côte d’Ivoire 2004 : la situation s’aggrave

 

2004 2004
6 janvier Retour des ministres des forces nouvelles au sein du gouvernement après un boycott de 3 mois (Guillaume Soro absent).
22 janvier Le tribunal militaire d’Abidjan condamne à 17 ans de prison ferme le sergent de police Théodore Séri pour le meurtre du journaliste Jean Hélène.
24 janvier Fin du déploiement des militaires français pour sécuriser le nord du pays.
30 janvier Le groupe français Bolloré, à travers sa filiale la Société d’Exploitation du Terminal de Vridi (S.E.T.V), se voit attribuer (sur la base d’un accord de gré à gré) à partir du 1er mars 2004, la gestion et l’exploitation d’un important terminal à conteneurs du Port autonome d’Abidjan (PAA) pour une durée de 15 ans renouvelable pour 10 ans. Cette convention de concession assure à la société S.E.T.V le monopole de la manutention des conteneurs dans le port d’Abidjan.
3-8 février Visite de « réconciliation » à Paris de Laurent Gbagbo.
4 février Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la MINUCI jusqu’au 27 février 2004 et renouvelle jusqu’à la même date les mandats de l’ECOMICI et des forces françaises de l’opération Licorne.
8 février Le Sergent Coulibaly Adama, alias ‘Adam’s le tombeur’, commandant le secteur sud de Korhogo, est abattu aux environs de 1 heure du matin.
26 février Le secrétaire général des Forces nouvelles et ministre de la communication, Guillaume Soro, déclare que les Forces Nouvelles ne désarmeront pas avant des “élections crédibles et transparentes en Côte d’Ivoire”, prévues en 2005.
27 février Le conseil de sécurité de l’ONU vote la résolution 1528 qui autorise le déploiement de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) pour une durée de douze mois.
4 mars Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) décide de suspendre la participation de ses ministres (7) au gouvernement de réconciliation nationale.
8 mars Report du processus de désarmement.
9 mars Des magistrats sont molestés par des jeunes manifestants appartenant à des mouvements proches du chef de l’Etat au palais de justice d’Abidjan.
11 mars Le conseil des ministres décide l’interdiction de toute « manifestation de rue » jusqu’au 30 avril.
19 mars Le président Laurent Gbagbo confirme par décret l’interdiction de toute manifestation de rue jusqu’au 30 avril.
22 mars Remise au président de la République du mémorandum élaboré par l’opposition (PDCI, RDR, UDPCI, FN, MFA) sur les points de blocage de l’application des accords de Marcoussis. Laurent Gbagbo réquisitionne l’armée : « En vue de concourir au maintien de l’ordre public sur toute l’étendue du territoire national du lundi 22 mars au jeudi 15 avril 2004, les forces armées nationales font l’objet d’une réquisition générale ».
24 mars Echec d’une médiation initiée par le président Kufuor pour tenter de dénouer la crise entre le président Gbagbo et les partis d’opposition qui entendent manifester malgré l’interdiction.
25 mars Manifestation à l’appel des « Marcoussistes » (PDCI, UDPCI, RDR, Forces Nouvelles…) pour l’application des accords de Marcoussis. Manifestation interdite par Laurent Gbagbo et durement réprimée (37 morts selon le gouvernement, entre 350 et 500 selon l’opposition, plus de 120 selon l’ONU). Les forces nouvelles, le Rassemblement des républicains (RDR), l’UDPCI et le Mouvement des forces d’avenir (MFA) annoncent qu’ils suspendent leur participation au gouvernement de réconciliation nationale.
26 mars Selon Laurent Gbagbo : « A l’évidence, les événements du 25 mars n’ont rien à avoir avec une manifestation pacifique. En réalité, il s’agissait sous le couvert d’une marche, de faire rentrer la rébellion à Abidjan. De saper les bases de l’État c’est-à-dire de ruiner les efforts consentis par le peuple de Côte d’Ivoire, son armée et le chef de l’Etat depuis bientôt deux ans ».
29 mars Le RDR, le PDCI, le MFA, l’UDPCI et les Forces nouvelles déclinent la rencontre avec le chef de l’Etat prévue pour ce jour.
4 avril Début officiel de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) avec l’arrivée de quelques dizaines d’officiers onusiens.
16 avril Disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer.
23 avril Les députés adoptent la première réforme législative prévue par les accords de Marcoussis sur l’identification des personnes et le séjour des étrangers.
18-28 avril Enquête de l’ONU sur la répression de la manifestation du 25 mars et des exactions qui l’ont accompagnée.
14 mai Le ministre ivoirien des Transports Anaki Kobenan refuse d’accorder au groupe français Bolloré la concession de gestion et d’exploitation du terminal à conteneurs du port autonome d’Abidjan.
15-16 mai Laurent Gbagbo assiste à Bamako au 6ème sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad ou Comessa). À l’issue du sommet, la Côte d’Ivoire est admise comme membre de la Cen-Sad.
18 mai Dans un décret signé le 18 mai et lu à la télévision nationale le 19 mai, Laurent Gbagbo a mis fin aux fonctions de Soro Guillaume, ministre d’État chargé de la Communication et de Youssouf Soumahoro, ministre de l’Enseignement technique, tous deux issus des Forces Nouvelles ainsi que de Patrick Achi, ministre des infrastructures économiques, représentant le PDCI-RDA au gouvernement. Ces trois ministres ont été remplacés par trois autres membres du gouvernement, tous issus de la formation politique du chef de l’Etat, le FPI.
28 mai La Commission européenne annonce le décaissement d’une aide de 13,9 millions d’euros destinée au financement des services sociaux et à la réhabilitation d’infrastructures de base.
29 mai À Abidjan, environ 40 000 “jeunes patriotes”, partisans du président ivoirien Laurent Gbagbo, manifestent pour demander à l’Onu de “désarmer les rebelles” et appeler à la démission du premier ministre Seydou Diarra. À Bouaké, environ 40 000 personnes manifestent dans le calme à l’appel des Forces nouvelles pour demander le départ du pouvoir du président Laurent Gbagbo.
2 juin Le groupe français Bolloré, à travers sa filiale DAFCI, décide de se retirer totalement du négoce du café/cacao en Côte d’Ivoire.
6-15 juin Visite privée de Laurent Gbagbo à Washington.
7 juin Attaque de la sous-préfecture de Gohitafla et de la ville minière d’Ity, situées dans la zone de confiance démilitarisée, par des « éléments incontrôlés » des forces ex-rebelles. En réaction, des hélicoptères de combat des forces loyalistes ivoiriennes lancent une attaque dans la zone placée sous le contrôle de l’ex-rébellion. À Abidjan, plusieurs centaines de « jeunes patriotes » favorables à Laurent Gbagbo manifestent violemment contre la France et contre la mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).  Agressions contre une quarantaine de français.
15 juin La Banque mondiale suspend ses décaissements en faveur de la Côte d’Ivoire en raison d’arriérés impayés depuis plus de 6 mois.
20 juin Tenue d’un sommet organisé par la Cedeao au Nigeria, en présence des présidents nigérian, ivoirien, togolais et ghanéen.
20-21 juin Affrontements armés entre factions de l’ex-rébellion ivoirienne à Korhogo et à Bouaké opposant partisans du sergent-chef Ibrahim Coulibaly (IB) et combattants fidèles à Guillaume Soro, occasionnant une vingtaine de morts.
9 juillet Adoption en commission par les députés ivoiriens d’un amendement de la loi sur le domaine foncier rural, issu des accords de paix de Marcoussis, permettant désormais aux héritiers non-ivoiriens de détenir un titre de propriété.
13 juillet Publication du rapport de l’ONUCI (Division des droits de l’homme) sur les charniers de Korhogo.
29-30 juillet Accord d’Accra III, conclu entre tous les protagonistes de la crise ivoirienne et destiné à relancer le processus de paix en panne depuis 22 mois dans ce pays. L’accord précise que le début du processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) doit commencer au plus tard le 15 octobre.
9 août Réunion de tous les ministres du Conseil du gouvernement ivoirien de réconciliation nationale (avec la réintégration des 3 ministres limogés par Laurent Gbagbo), après plus de 4 mois de boycott, première application de l’accord d’Accra III.
11 août Ouverture d’une session extraordinaire de l’assemblée nationale ivoirienne à Abidjan afin d’examiner des projets de loi prévus par les accords de paix de Marcoussis et l’accord d’Accra III.
13 août Interdiction de l’importation de sucre pendant deux ans pour “lutter contre la fraude” qui “met en difficulté l’industrie sucrière du pays”. Création à Abidjan de la radio « ONUCI FM » conformément à la résolution 1528 du Conseil de sécurité pour « contribuer à faire comprendre le processus de paix et le rôle de l’ONUCI aux collectivités locales et aux parties ».
15 août Francis Wangah Romain Wodié est réélu premier président du parti ivoirien des travailleurs (PIT), à l’issue du 3è Congrès de ce parti.
1er septembre Le Comité de suivi sur la mise en œuvre des accords de Marcoussis et d’Accra déclare son « inquiétude » concernant la lenteur de leur examen par l’assemblée nationale.
8 septembre Le président Gbagbo retire « momentanément » le code de la nationalité soumis à l’examen des députés.
9 septembre Adoption de la loi sur le financement sur le financement public des partis politiques et des campagnes électorales.
17 septembre Les armes lourdes des protagonistes auraient été retirées de leurs “positions avancées” et stockées sur “des sites identifiés”.
18-22 septembre Visite du premier ministre Seydou Diarra au siège de la Banque mondiale (BM) puis du Fonds monétaire international (FMI) à Washington pour “engager des discussions” en vue de la reprise de la coopération de la Côte d’Ivoire avec ces deux institutions.
16 août-28 septembre Session extraordinaire de l’Assemblée nationale destinée à procéder à l’adoption des réformes constitutionnelles et législatives prévues dans les délais fixés par les accords d’Accra-Marcoussis. Seul le projet de loi relatif au financement public des partis et groupes politiques et des campagnes électorales a été approuvé au cours de la session. Les textes importants sur la nationalité, la Commission électorale indépendante (CEI) et la libre circulation des personnes restent en suspens.
6 octobre Ouverture d’une deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale.
11 octobre Les Fanci (loyalistes) et les FN (ex-rebelles), réaffirment leur “volonté” de débuter le processus de désarmement le 15 octobre comme prévu, mais font état de “doutes et d’inquiétudes” au sein des populations. La réunion, convoquée par le président Gbagbo, se tient en l’absence de responsables politiques des ex-rebelles.
13 octobre Le porte-parole des FN, Sidiki Konaté, affirme que le démarrage du processus de désarmement n’aura pas lieu chez les ex-rebelles, pour protester contre le blocage politique des réformes.
28 octobre Suspension de la participation des ministres des Forces nouvelles au Gouvernement de réconciliation nationale à la suite de la découverte à Bouaké (le 26 octobre) d’un camion transportant une grande quantité d’armes et de munitions. A l’intérieur de leur zone, les ex-rebelles ont instaurent un “couvre-feu” (de 21 heures à 6h) et décrètent l’‘alerte maximale’.
2 novembre La Banque mondiale place la Côte d’Ivoire dans la catégorie des pays dont la « dette est improductive » (elle n’a plus effectué de remboursement de crédits ou de prêts depuis plus de six mois). Les arriérés d’Abidjan envers la Banque internationale de reconstruction et de développement (BIRD) s’élèvent à 64,2 millions de dollars pour un encours total de crédits d’environ 443 millions hors intérêt. Les arriérés dus au titre de l’AID atteignent 16,7 millions de dollars sur un encours total de 1,8 milliards.
3 novembre Laurent Gbagbo préside à Abidjan un conseil des ministres extraordinaire, caractérisé par l’absence de son Premier ministre, Seydou Diarra et des ministres issus de l’opposition. Le conseil adopte deux projets de loi sur une “disposition spéciale en matière de naturalisation” et le “code de nationalité”.
4 novembre L’aviation des forces loyalistes bombarde Bouaké et Korhogo (85 morts et une centaine de blessés, selon les FN). Guillaume Soro, SG du MPCI, déclare que ces bombardements rendent “caducs les accords de paix”. Le général Mathias Doué, chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, affirme que la “Côte d’Ivoire sera demain une et indivisible”. De nombreuses manifestations violentes de “Jeunes patriotes” se déroulent à Abidjan. L’électricité et l’eau sont coupées dans la zone des ex-rebelles. À Abidjan, trois journaux proches de l’opposition sont attaqués (le Patriote, 24 Heures et le Nouveau Réveil), les locaux des deux premiers sont incendiés. Un sabotage interrompt la diffusion des émissions de Radio France Internationale (RFI), de la BBC et d’Africa N°1 sur la bande FM à Abidjan. Le siège du PDCI est saccagé. Dans la nuit, le siège du RDR est pillé puis incendié.
5 novembre Le ministre de la Sécurité annonce que les manifestations à Abidjan sont interdites pendant trois jours dans le “souci de préserver les vies humaines et les biens”. L’Onu suspend ses activités humanitaires.
6 novembre Raid de l’aviation gouvernementale sur une position des soldats français de la force Licorne à Bouaké : 9 morts et 34 blessés. En représailles, les soldats français « neutralisent » l’aviation ivoirienne. Premier affrontement terrestre entre troupes loyalistes et combattants des forces nouvelles (ex-rebelles) au sud de Bouaké. Les troupes françaises prennent le contrôle de l’aéroport d’Abidjan après des combats avec les forces armées ivoiriennes. L’Onu condamne l’attaque contre les forces françaises et exige « le respect complet du cessez-le-feu ».
6-7 novembre Violences anti-françaises à Abidjan, scènes de violence et de pillage… l’armée française intervient pour « sécuriser » sa communauté : une trentaine d’ivoiriens tués et une centaine de blessés selon Mamadou Koulibaly (Président de l’assemblée nationale) qui déclare que la Côte d’Ivoire sera un Viêtnam pour la France.
7 novembre La France renforce son contingent. Depuis Nice, Alassane Ouattara demande la démission de Gbagbo. Laurent Gbagbo exhorte les ivoiriens au calme, tandis que les médias nationaux sous contrôle attisent la violence. L’Union africaine (UA) mandate le président sud-africain Thabo Mbeki pour tenter une médiation dans le conflit ivoirien.
8 novembre Forte hausse des cours du cacao. Nouvel appel au calme des responsables civils et militaires ivoiriens. La France déclare ne pas vouloir renverser Gbagbo. Des patrouilles mixtes de casques bleus, de soldats français et de militaires ivoiriens sillonnent Abidjan.
9 novembre Les États-Unis apportent leur soutien à la France. Premières évacuations de civils français. Arrivée à Abidjan du président sud-africain Thabo Mbeki qui rencontre Laurent Gbagbo et invite à Pretoria les représentants de l’opposition ivoirienne.
10 novembre Début de l’évacuation massive d’européens vers Paris et d’une centaine de canadiens vers le Ghana.
11 novembre Alassane Ouattara, leader du RDR, déclare à son arrivée à Pretoria qu’il n’est pas question « de négocier un nouvel accord » de paix. Le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, condamne les “médias de la haine” qui ont attisé la violence en Côte d’Ivoire et appelle les parties au calme. L’électricité et l’eau sont rétablies à Korhogo après neuf jours d’interruption.
13 novembre Le colonel-major Philipe Mangou est nommé chef d’état-major de l’armée ivoirienne par le président ivoirien Laurent Gbagbo en remplacement du général Mathias Doué, appelé à “d’autres fonctions”.
14 novembre Le sommet extraordinaire de l’Union Africaine (auquel ne participait pas Laurent Gbagbo) soutient le projet français de résolution devant être examiné le lendemain par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Nouvelle rencontre en Afrique du Sud entre M. Thabo Mbeki et des dirigeants de l’opposition. Une nouvelle coupure d’électricité, effectuée depuis Abidjan, touche tout le nord de la Côte d’Ivoire.
15 novembre Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1572 comportant des sanctions à l’encontre de la Côte d’Ivoire avec notamment un embargo immédiat sur les armes pour 13 mois. De plus, la résolution prévoit la possibilité, à partir du 15 décembre et pour une durée de 12 mois, de l’interdiction de voyager et d’un gel des avoirs pour certaines personnes qui seront désignées comme constituant une menace pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire (blocage de l’application des accords d’Accra, violation des droits de l’homme ou incitation à la haine et à la violence). Ces mesures seront levées si des progrès substantiels dans la mise en œuvre des accords d’Accra sont constatés (réforme de l’article 35 de la Constitution sur l’éligibilité à la présidence de la république et le désarmement des forces nouvelles). Les « jeunes patriotes » demandent le départ des troupes françaises.
17 novembre 8 300 français et environ 600 étrangers ont quitté la Côte d’Ivoire. 10 000 ivoiriens seraient réfugiés au Liberia selon le HCR.
18 novembre Laurent Gbagbo décide le remplacement de tout ministre décidant de ne pas participer au conseil des ministres par un intérimaire jusqu’à son retour officiel. Le porte-parole du gouvernement ivoirien déclare que 63 personnes ont été tuées et plus de 1 300 blessées dans les manifestations antifrançaises qui se sont déroulées entre le 6 et le 9 novembre.
21 novembre Nouvelle rencontre à Pretoria entre le président sud-africain Thabo Mbeki et le secrétaire général des Forces nouvelles Guillaume Soro.
24 novembre Le nouveau chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, le colonel-major Philippe Mangou a procédé à de nouvelles nominations à la tête de du 1er Bataillon d’infanterie, du 1er Bataillon blindé, du Bataillon d’artillerie sol-air, et du Bataillon de commandement et de soutien, unités situées à Abidjan. Reprise de la diffusion des émissions de RFI et BBC-Afrique sur la bande FM à Abidjan. Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire en poste depuis le mois de février 2003, Albert Tévoédjrè démissionne de ses fonctions.
25 novembre Nouveau bilan officiel des évènements du début novembre : 57 morts et 2 226 blessés. Un rapport de l’IRIN révèle que “le secteur du cacao est de plus en plus contrôlé par des personnes qui prétendent se battre pour améliorer les conditions de vie des planteurs. En réalité, ces personnes ne sont intéressées que par le pouvoir et l’argent que leur organisation de type mafieuse et elles-mêmes tirent du cacao”[1]. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont prôné la libéralisation du secteur et la suppression de la Caistab, remplacée par «la Bourse du café et du cacao et d’autres organismes de gestion qui étaient censés mieux représenter les planteurs ». « Le nouveau système s’est avéré encore moins efficace. En 2003, le cabinet de consultant Arthur Andersen a indiqué que les nouveaux organismes de régulation coûtaient trois fois plus cher que la Caisse de stabilisation ».
27 novembre Le 10ème Sommet de la Francophonie qui rassemblait à Ouagadougou une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement dénonce dans une résolution spéciale les récentes attaques de l’armée ivoirienne et exige la “stricte application” des accords de paix de Marcoussis-Accra.
28 novembre La Côte d’Ivoire va déposer plainte contre la France auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) pour violation des accords de défense liant les deux pays et pour la destruction de l’aviation ivoirienne. Information démentie par M. Désiré Tagro, porte-parole du président Gbagbo. Le colonel Georges Guiai Bi Poin, qui commandait le détachement de gendarmes ivoiriens devant l’hôtel Ivoire, accuse les soldats français d’avoir tiré “directement sur la foule et sans aucune sommation” le 9 novembre.
30 novembre Le ministère français de la Défense estime à “une vingtaine” le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française du 6 au 9. Environ 80 soldats français blessés ont dû être rapatriés, selon le ministère. Celui-ci accuse les “corps habillés” ivoiriens (armée, police, gendarmerie) d’avoir multiplié les affrontements avec les forces françaises.
2 décembre Selon le MEDEF, au cours des évènements du début novembre, « 144 filiales de sociétés françaises ont été spoliées, pillées ou détruites » et « 73% % des cadres travaillant pour les entreprises françaises en Côte d’Ivoire » ont quitté le pays ces dernières semaines.
4 décembre A la suite des troubles du début novembre, le président de la Chambre de Commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, Jean Louis Billon, dresse le bilan : 78 entreprises sont en cessation totale d’activité (détruites), 11 entreprises ont vu leur activité partiellement perturbée et 106 ont provisoirement fermé leurs portes. Concernant les PME, le président du Mouvement des petites et moyennes entreprises (MPME), Daniel Bréchat, affirme que 120 établissements sur les 500 affiliés à sa structure n’ont pas survécu aux pillages. Les pertes d’emplois seraient de l’ordre de 20 000 à 30 000.
2-6 décembre Deuxième mission de médiation et de paix du président sud-africain Thabo Mbeki en Côte d’Ivoire qui se traduit par un accord de l’ensemble des parties sur un plan de sortie de crise comportant quatre propositions susceptibles d’accélérer la mise en œuvre des accords d’Accra-Marcoussis. Ces points portent sur l’adoption rapide par l’Assemblée nationale des réformes politiques prévues par Marcoussis, le début du processus de désarmement, le retour au gouvernement de “réconciliation nationale” des ministres de l’ex-rébellion et la nécessité d’un “retour à la sécurité” sur l’ensemble du pays.
8 décembre Vote à l’Assemblée nationale de la loi sur la Commission Electorale Indépendante (CEI). Les députés du PDCI ont voté contre. Le RDR qui n’a aucun député conteste vivement ce vote.
9 décembre La France décide d’étendre aux français « rapatriés » de Côte d’Ivoire, le bénéfice de la loi du 26 décembre 1961 relative à l’accueil et à la réinstallation des Français d’outre-mer, qui avait été adoptée pour les Français d’Algérie. La France allège son dispositif militaire qui avait été renforcé au cours de la récente crise, ramenant l’effectif des militaires français présents en Côte d’Ivoire à environ 5 000. La radio de la Mission de l’ONU en Côte d’Ivoire émet désormais aussi à partir de Bouaké.
9 décembre Selon M. Guédié Zadi, Directeur général de la société des Palaces de Cocody qui assure la gestion de L’Ivoire Golf club, de l’Hôtel du Golf et de l’Hôtel Ivoire, les dégâts occasionnés par les évènements du début novembre s’élèvent à 1,104 milliards de francs CFA. À l’intérieur du pays, les dégâts subis par l’Hôtel Président de Yamoussoukro et par l’Hôtel de la paix de Daoukro, se chiffreraient à 10 milliards.
10 décembre Laurent Gbagbo interdit par décret toute manifestation sur la voie publique pendant trois mois, jusqu’au 10 mars 2005. Adoption en commission à l’Assemblée nationale de l’amendement de l’article 35 de la constitution portant sur les conditions d’éligibilité à la présidence de la République (19 voix pour, 16 abstentions).
12 décembre Selon le ministre du Tourisme Amon Tanoh Lambert, à la suite des troubles du début novembre, le montant des travaux de réhabilitation des 5 grands hôtels de Côte d’Ivoire (hôtel Ivoire, Golf hôtel, Ivoire Golf club, hôtel de la paix de Daoukro et hôtel président de Yamoussoukro) pourraient élever 50 milliards de francs CFA. L’Association pour le Développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest (ADRAO) quitte son siège régional de Bouaké pour le Bénin.
14 décembre Adoption en commission à l’Assemblée nationale de la loi sur le code de la nationalité. Les points les plus discutés concernaient les modes d’acquisition de la nationalité ivoirienne et les conditions de sa perte.
15 décembre Le Conseil de sécurité de l’ONU décide le report des sanctions ciblées contre les personnalités ivoiriennes bloquant l’application des accords de Marcoussis–Accra après le 10 janvier 2005, date de la réunion extraordinaire du Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine sur la crise ivoirienne. Koffi Annan demande le renforcement du contingent (un millier d’hommes) et des moyens des Nations-Unies en Côte d’Ivoire. Les députés ivoiriens adoptent en commission le projet de loi sur la naturalisation.
17 décembre Vote à l’Assemblée nationale en plénière, des textes de loi sur la nationalité et les naturalisations et de la modification des articles 35 et 55 de la Constitution. Selon l’article 35 nouveau, ‘’le président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois. Le candidat doit jouir de ses droits civils et politiques et être âgé de trente-cinq ans au moins. Il doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoirien d’origine’’.
18 décembre Laurent Gbagbo rappelle que toute modification constitutionnelle doit être approuvée par référendum.
20 décembre Le porte-parole des Forces nouvelles, Sidiki Konaté, demande la promulgation immédiate de l’article 35 nouveau de la Constitution et réfute toute idée de référendum à ce propos.
22 décembre Début des patrouilles mixtes composées d’éléments des forces nationales (Fanci) et onusiennes pour la sécurisation d’Abidjan. Les forces françaises ne prennent pas part à ces opérations. Dans le cadre de la révision annuelle de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), les Etats-Unis retirent la Côte d’Ivoire de la liste des pays africains éligibles à l’aide économique et commerciale (la Côte d’Ivoire était éligible à l’AGOA depuis le 16 mai 2002). En 2003, les exportations ivoiriennes vers les Etats-Unis bénéficiant du régime de l’AGOA s’élevaient à 88 millions de dollars soit environ 18% du montant total des exportations vers ce pays. Le ministre de l’Economie et des Finances, Bohoun Bouabré affirme que les arriérés de paiements extérieurs de la Côte d’Ivoire dépassent 400 milliards de Fcfa.
23 décembre Réunis en séance plénière, les députés rejettent le projet de loi sur l’organisation de référendums en Côte d’Ivoire : 198 votants : 108 pour, 89 abstentions et 1 bulletin nul (une majorité des 2/3 était requise).
24 décembre 18 personnes ont trouvé la mort à la suite de violents affrontements entre des villageois Bété près de Gagnoa, et des allogènes originaires d’autres régions de Côte d’Ivoire et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.
31 décembre Dans son message de vœux à la nation, le président Gbagbo dresse un bilan sombre de la situation économique et sociale en Côte d’Ivoire, conséquence directe « de la guerre qui nous est imposée depuis deux ans ». Concernant la mise en œuvre des accords d’Accra-Marcoussis, le président déclare : « aujourd’hui, j’ai terminé ma part ». A propos de la modification de l’article 35 de la Constitution, Laurent Gbagbo réaffirme la nécessité d’un référendum. Enfin, pour lui, « le processus de paix dépend d’une chose et d’une seule chose : le désarmement des rebelles ». Les Nations Unies estiment que 44 % des 16 millions d’Ivoiriens vivent désormais en-dessous du seuil de pauvreté, contre 38 pour cent en 2002.

[1] « Malgré l’instabilité politique, le secteur du Cacao reste toujours aussi actif », The New Humanitarian, 15 mars 1999.

Revenir en haut de page.

Sources

Abidjan.net, AFP, Reuters, HRW, ICG, IRIN, GRIP, Nord-Sud export, L’Inter, Fraternité-Matin, Notre Voie, Le Patriote, Le Jour, Le Nouveau Réveil, 24 Heures, Le Front, l’Intelligent d’Abidjan, Panapress, Xinhua.