Chronologie de la Côte d’Ivoire

 

Cet article propose une chronologie évènementielle de la Côte d’Ivoire sur les années 1999 – 2019. Il s’agit d’une version actualisée de la chronologie précédemment tenue jusqu’à l’année 2011 sur le site personnel de l’auteur hébergé par l’Université de Bordeaux, site aujourd’hui disparu.
Par Bernard CONTE
Chercheur associé au LAM

Côte d’Ivoire : 1960 – 1993 : de l’indépendance au décès d’Houphouët-Boigny

Côte d’Ivoire : 1994 – 1998, la dévaluation du franc CFA et l’ajustement néolibéral

Côte d’Ivoire : 1999 – 2000, le coup d’État prélude à l’instabilité

2001-2002 : le début de la période trouble

Côte d’Ivoire 2003 : la crise s’amplifie

Côte d’Ivoire 2004 : la situation s’aggrave

Côte d’Ivoire 2005 : La médiation Mbeki

Côte d’Ivoire 2006 : l’affaire du Probo Koala – le processus de paix patine

 

Côte d’Ivoire : 1960 – 1993 : de l’indépendance au décès d’Houphouët-Boigny

Côte d'Ivoire 1960-1993

1960 1960
7 août Proclamation de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.
20 septembre La Côte d’Ivoire est admise à l’ONU.
3 novembre Promulgation de la Constitution qui établit un régime de type présidentiel.
27 novembre Félix Houphouët-Boigny est élu premier président. Première Assemblée nationale (70 députés). Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), restera jusqu’en 1990 un parti unique.
1961 1961
24 avril Signature d’un traité de coopération entre la Côte d’Ivoire et la France. Ce traité comporte plusieurs volets : économique, monétaire et financier – assistance militaire technique – coopération en matière judiciaire – coopération en matière d’enseignement supérieur et culturelle.
1962 1962
24 avril Signature d’un accord de défense et d’un accord d’assistance militaire technique entre la France et la Côte d’Ivoire.
août Création de l’Union Générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire (UGTCI) devant regrouper les syndicats dans une unique centrale pour assurer une « participation responsable ».
1963 1963
11 janvier L’Assemblée nationale vote une loi portant création d’une Cour de sûreté de l’État.
14 janvier Début de l’affaire dite des faux complots. Houphouët-Boigny lance publiquement des accusations de complot contre un certain nombre de personnalités.
9 avril 89 inculpés sont jugés par la cour de sûreté de l’État qui prononce cinq condamnations à mort (les peines ne seront pas exécutées).
août Houphouët-Boigny déclenche le « complot d’août 1963 » dit « complot Mockey ».
octobre Création de l’Union Nationale des Etudiants de Côte d’Ivoire (UNECI).
1964 1964
17 août La Caisse de stabilisation et de soutien des prix des produits agricoles (CSSPPA – Caistab) devient une société d’État.
30 décembre La cour de sûreté de l’État juge 96 inculpés et prononce six condamnations à mort, dont celle de Jean-Baptiste Mockey, qui sera gracié par la suite.
1965 1965
7 novembre Réélection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
Élection des 85 députés du PDCI à l’Assemblée nationale.
1967 1967
7 novembre La Côte d’Ivoire et l’URSS établissent des relations diplomatiques. Elles seront rompues en mai 1969, en raison de l’immixtion de Moscou dans les affaires intérieures, puis rétablies en février 1986.
1968 1968
14 mai Au cours de la guerre civile au Nigeria, la Côte d’Ivoire reconnaît le régime sécessionniste du Biafra, lors de la guerre civile au Nigeria. Lagos rompt ses relations avec Abidjan (rétablies en 1971). En janvier 1970, le Général Ojukwu, ancien chef du Biafra, trouve refuge en Côte d’Ivoire.
1970 1970
octobre Répression d’un soulèvement de l’ethnie Bété, dans la région de Gagnoa, contre la domination économique exercée par les Baoulés, ethnie à laquelle appartient Félix Houphouët-Boigny (le massacre du Gébié).
novembre Nouvelle réélection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République et élection de 100 députés présentés par le parti unique, le PCDI.
4 novembre Houphouët-Boigny est le premier chef d’État noir à préconiser le dialogue avec l’Afrique du Sud. Cette politique de rapprochement aboutira à une rencontre historique, le 21 septembre 1974 à Yamoussoukro, entre le Premier ministre sud-africain John Vorster et le président ivoirien.
1973 1973
juin Tentative de coup d’Etat.
1975 1975
16 novembre Troisième élection de Félix Houphouët-Boigny. Élections législatives (120 députés).
1977 1977
juillet Création du ministère chargé de la réforme des sociétés d’État et de la direction des participations au ministère des finances. En application de « l’esprit de juillet », Houphouët-Boigny procède à un remaniement ministériel qui se traduit par le départ de 4 ministres soupçonnés d’enrichissement personnel.
1978 1978
18-19 mars Sommet de la réconciliation au Liberia entre la Côte d’Ivoire, le Sénégal et la Guinée. Dakar et Abidjan avaient refusé de livrer des Guinéens impliqués dans l’attaque contre Conakry en novembre 1970, menée par l’armée portugaise et des éléments hostiles au régime guinéen.
1979 1979
février Visite de Sékou Touré en Côte d’Ivoire.
24 septembre Après avoir recueilli à maintes reprises des chefs d’État renversés, la Côte d’Ivoire, accueille pendant quatre ans l’ancien empereur de Centrafrique Bokassa.
1980 1980
12 juillet Réforme du secteur parapublic : réorganisation et réforme juridique des règles de fonctionnement et du contrôle de l’État.
1er octobre Suppression du poste de secrétaire général du PDCI, détenu depuis 15 ans par Philippe Yacé, longtemps considéré comme le “dauphin” d’Houphouët-Boigny qui assume désormais la présidence du parti.
12 octobre Quatrième élection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
novembre Elections législatives (147 députés).
1981 1981
  Premier programme d’ajustement mené sous l’égide du FMI et la Banque mondiale.
9-13 juillet Houphouët-Boigny est le premier chef d’État africain à être reçu à Paris par le président Mitterrand, nouvellement élu.
1982 1982
9 février Manifestations étudiantes, fermeture de l’Université et des grandes écoles. Laurent Gbagbo le leader de la contestation crée l’embryon de ce qui deviendra le Front populaire ivoirien (FPI), principal opposant au PDCI, puis il s’exile en France.
1983 1983
21 mars Yamoussoukro, village natal d’Houphouët-Boigny, devient la capitale du pays.
1984 1984
4 mai Traitement de 224 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
3 août Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand by d’un montant de 82,750 millions de DTS.
1985 1985
3 juin Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand by d’un montant de 66,2 millions de DTS.
25 juin Traitement de 215 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
12 octobre Le poste de vice-Président, jamais pourvu, est supprimé. En cas de vacance du pouvoir, l’intérim sera désormais assuré par le président de l’Assemblée nationale.
27 octobre Cinquième élection de Félix Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
10 novembre Elections législatives (175 députés).
18 décembre La Côte-d’Ivoire renoue ses relations diplomatiques avec Israël.
1986 1986
11 février Etablissement de relations diplomatiques avec Cuba.
20 février Rétablissement des relations diplomatiques avec l’URSS.
23 juin Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand-by d’un montant de 100 millions de DTS.
27 juin Traitement de 380 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
11 août Mini-sommet à Abidjan des chefs d’Etat de quatre pays (Côte d’Ivoire, Gabon, Togo, Zaïre) sur les problèmes de défense et de sécurité intérieure.
1987 1987
27 mai Abidjan annonce la cessation du paiement de sa dette.
9 juillet Devant l’effondrement des cours du cacao, la Côte d’Ivoire décide un embargo sur ses exportations qui durera 18 mois, jusqu’au 2 janvier 1989.
3 septembre Le gouvernement fait incarcérer plusieurs responsables du Syndicat national des enseignants du secondaire (SYNESCI) dont le secrétaire général, Laurent Akoun. Ils seront condamnés le 4 décembre de quatre à six mois de prison ferme pour détournements et recel de fonds et de biens sociaux.
18 décembre Traitement de 600 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
1988 1988
29 février Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand-by d’un montant de 94 millions de DTS.
29 avril Accord de rééchelonnement avec le Club de Londres, reportant en 1993 le remboursement du principal de la dette privée ivoirienne courant sur les années 1985-1995 et son étalement sur quinze ans.
septembre Retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire après six ans d’exil. En novembre, se déroule le Congrès constitutif du FPI.
1989 1989
3 janvier La Côte d’Ivoire annonce officiellement avoir vendu 400 000 tonnes au groupe français “Sucres et Denrées”, c’est la fin de la « guerre du cacao ».
2 juin Constitution de la Ligue ivoirienne des Droits de l’homme (LIDHO).
5 juin Le prix officiel d’achat du cacao aux planteurs passe de 400 FCFA le kilo à 250 FCFA (puis à 200 FCFA en 1990).
20 novembre Accord de confirmation du FMI assorti d’un crédit Stand-by d’un montant de 146,5 millions de DTS.
18 décembre Traitement de 881 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes classiques).
1990 1990
février-mai Manifestations étudiantes et troubles sociaux.
mars Application du plan d’austérité décidé en 1989 avec la Banque Mondiale et la FMI prévoyant, notamment, la baisse des salaires du service public et le prélèvement d’une contribution de solidarité dans le secteur privé. Mais, dès avril, le plan est suspendu à la suite de manifestations à Abidjan.
5 mai Houphouët-Boigny accepte l’instauration du multipartisme après trente années de pouvoir absolu du PDCI-RDA, 14 nouvelles formations politiques sont légalisées.
10 septembre Le pape Jean Paul II consacre la Basilique de Yamoussoukro.
28 octobre Élection présidentielle opposant pour la première fois deux candidats. Félix Houphouët-Boigny est réélu pour un septième mandat avec 82 % des voix devant Laurent Gbagbo.
6 novembre Modification de l’article 11 de la constitution : « en cas de vacance de la présidence de la République par décès, démission ou empêchement absolu constaté par la Cour suprême saisie par le gouvernement, les fonctions de président de la République sont dévolues de plein droit au président de l’Assemblée nationale ». La version précédente de cet article ne prévoyait qu’un intérim de quarante-cinq à soixante jours, le temps d’organiser des élections générales.
7 novembre Alassane Ouattara est nommé Premier ministre, poste nouvellement créé.
25 novembre Premières élections législatives sous le signe du multipartisme (175 députés, dont 9 pour le FPI, le parti d’opposition).
1991 1991
mai Manifestations étudiantes violemment réprimées.
17-18 mai Intervention de l’armée (sous le commandement du Général Gueï) sur le campus universitaire après des affrontements entre policiers et étudiants.
31 mai 20.000 personnes manifestent pour protester contre cette intervention, à l’appel du Front populaire ivoirien (FPI). Les manifestants, avec à leur tête Laurent Gbagbo, député et leader du FPI, scandent notamment « Houphouët démission ! ».
20 septembre Lancement du programme global à moyen terme 1991-1995 par le gouvernement Ouattara et approuvé par les bailleurs de fonds internationaux. Les objectifs généraux du programme visent le retour aux grands équilibres macro-économiques, sans pour autant recourir à la manipulation du taux de change du franc CFA. Le lancement du programme est notamment appuyé par le FMI (crédit stand-by d’un montant de 82,750 millions de DTS) et la Banque Mondiale (3 programmes sectoriels : ajustement financier (Pasfi), compétitivité (Pasco) et ressources humaines (Pasrh).
16 octobre Adhésion au pacte de l’ONU sur les droits civils et politiques, et à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples de l’OUA (Organisation de l’unité africaine).
20 novembre Traitement de 724 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes de Houston).
1992 1992
29-30 janvier Manifestations étudiantes. Flambée de violence dans les cités universitaires, au lendemain des déclarations du président Houphouët-Boigny, affirmant qu’il n’y aurait « aucune sanction » contre le chef d’état-major de l’armée, considéré comme principal responsable des exactions commises en mai 1991, selon le rapport d’une commission d’enquête.
18 février Arrestation de Laurent Gbagbo à la suite d’une violente manifestation de l’opposition.
6 mars Laurent Gbagbo ainsi qu’un certain nombre de personnalités de l’opposition  sont été condamnés à deux ans de prison ferme et 300 000 francs CFA d’amende.
1er avril L’aile progressiste du PDCI propose à toutes les formations politiques « un contrat politique et social » afin de « vivre ensemble la démocratie ».
7 avril Établissement de relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud. La Côte d’Ivoire est le premier pays africain à prendre cette initiative.
11 avril Un non-lieu est accordé à 52 personnes arrêtées lors de la manifestation de février.
30 avril 45 militants ou sympathisants de l’opposition sont condamnés à un an de prison et 300 000 francs CFA d’amende pour leur participation aux destructions commises le 18 février.
20 juin Le président Félix Houphouët-Boigny est de retour après 4 mois et demi d’absence passés en France et en Suisse.
29 juillet L’Assemblée nationale une loi d’amnistie en faveur des dirigeants de l’opposition emprisonnés, qui accorde le « pardon pour toutes les infractions liées à l’activité politique depuis l’instauration du multipartisme dans le pays en avril 1990 ».
30 juillet Félix Houphouët-Boigny gracie 2 443 détenus qui avaient été condamnés à des peines de prison d’un an ou moins.
31 juillet Libération du leader de l’opposition, Laurent Gbagbo, président du groupe parlementaire du Front populaire ivoirien (FPI), et de près d’une centaine de démocrates dont René Dégni Ségui, le dirigeant de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (LIDHO) condamnés suite à la manifestation du 18 février 1992.
28 août Ouverture du premier congrès du Parti ivoirien des travailleurs (PIT), sous la présidence de son secrétaire général Francis Wodié.
septembre À l’appel de la FESCI, les étudiants boycottent les examens.
15 octobre Fermeture des cités universitaires d’Abidjan.
23 décembre Création du Conseil constitutionnel.
1993 1993
9 mars Les députés ivoiriens demandent au Président de surseoir au programme de privatisations. Cette démarche révèle au grand jour la “guerre des chefs” pour la succession à la tête de l’État qui, bien qu’officiellement niée, oppose le président de l’assemblée, M. Konan Bédié, au Premier ministre Alassane Ouattara.
28 mars Le président Houphouët-Boigny renouvelle sa confiance au chef du gouvernement Alassane Ouattara.
avril Répondant à une demande du FMI, le gouvernement annonce une réduction de près d’un quart du nombre de ses fonctionnaires.
3 mai Démission du Président de la cour suprême, Lanzeni Coulibaly, accusé dans la presse locale d’émission de chèques sans provisions.
19 août Touré Saliou est nommé ministre de l’éducation nationale.
9 octobre Hospitalisation à Paris du Président Félix Houphoët-Boigny.
7 décembre Décès du Président Félix Houphouët-Boigny. Henri Konan Bédié, président de l’Assemblée nationale, est chargé de terminer son mandat.
9 décembre Le premier ministre Alassane Outtara annonce sa démission et celle de son gouvernement.
11 décembre Konan Bédié désigne Daniel Kablan Duncan comme Premier ministre.
31 décembre Laurent Gbagbo lance un appel au rassemblement des « forces politiques et sociales démocratiques » autour d’un « programme commun de gouvernement ».

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire : 1994 – 1998, la dévaluation du franc CFA et l’ajustement néolibéral

Côte d'Ivoire 1994 - 1998

1994 1994
10 janvier Annonce de la création de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) qui se substitue à l’UMOA et à la CEAO.
12 janvier Dévaluation du Franc CFA de 50%.
25 janvier Signature d’une lettre d’intention avec le FMI pour un plan triennal (1994-1996), d’un montant global de 333,5 millions de DTS, soit 281 milliards de francs CFA.
26 janvier Le quotidien gouvernemental Fraternité-Matin lance une virulente attaque contre l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara qu’il accuse de « troubler l’ordre public » en l’avertissant que le pouvoir disposait « des moyens pour écraser la chienlit ». L’accusation de Fraternité-Matin se réfère aux incidents qui ont marqué le retour au pays, le 22 janvier, de M. Ouattara après trois semaines de vacances en France. Plusieurs centaines de ses partisans avaient voulu l’accueillir à l’aéroport mais en avaient été empêchés par les forces de sécurité.
7 février Les funérailles de Félix Houphouët-Boigny se déroulent à Yamoussoukro en la présence de 27 chefs d’Etat et de représentants de 120 autres pays. Le nombre total d’invités s’élevait à 7000 et le coût de la manifestation a représenté environ 630 millions de francs CFA.
8 février La Banque Mondiale annonce une assistance immédiate 90 milliards de francs CFA, premier volet des 250 milliards de décaissements prévus pour 1994. De plus, ces financements bénéficieront des conditions concessionnelles attachées aux crédits de l’Association internationale de développement (IDA).
11 mars Le FMI approuve une facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (PRGF). Cet accord se situe dans le cadre d’une Facilité d’Ajustement Structurel Renforcé (FASR), il marque la reprise des relations entre la Côte d’Ivoire et les bailleurs de fonds internationaux après quasiment deux ans de suspension.
23 mars Traitement de 881 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes de Londres).
30 avril Henri Konan Bédié est élu à la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).
5 mai Création d’un comité de soutien (le Cercle national Bédié) à la candidature d’Henri Konan Bédié à la présidence de la République.
24 mai Alassane Ouattara est nommé directeur adjoint du Fonds monétaire international et quitte la Côte d’Ivoire.
27 juin Un certain nombre de dissidents du PDCI, se réclamant de ‘l’enseignement de l’ancien premier ministre Alassane Ouattara’, constituent le 27 juin leur propre parti : le Rassemblement des républicains (RDR). Parti modéré, centriste, situé dans l’opposition, le RDR revendique 50 000 adhérents et se réclame de ‘l’houphouëtisme’. Son secrétaire général M. Djeny Kobina est un ancien du comité central du PDCI.
14 juillet Le président Bédié est invité au défilé officiel à Paris. Dans un entretien avec le quotidien Le Monde, il évoque la double nationalité ivoiro-burkinabe d’Alassane Ouattara.
23 août Henri Konan Bédié préside à Abidjan une cérémonie de réconciliation avec les habitants de Gagnoa (en pays Bété) où, en 1970, la répression d’un mouvement de contestation politique par l’armée avait fait 4 000 morts.
22 octobre Environ 10 000 personnes assistent à Abidjan au premier meeting public organisé par le Rassemblement des Républicains (RDR), la nouvelle formation politique née en juin d’une scission au sein du PDCI. À la tribune d’honneur siégeaient quatre anciens ministres du gouvernement d’Alassane Ouattara.
25 novembre L’opposition dénonce le projet de loi modifiant les conditions d’éligibilité  à l’élection présidentielle visant à exclure Alassane Ouattara.
3 décembre Neuf des 165 élus du PDCI se constituent en groupe parlementaire sous la bannière du RDR.
8 décembre Vote de la loi sur le code électoral par l’Assemblée Nationale à une très large majorité (109 voix contre 13). Ce nouveau code électoral apparaît plus restrictif que le précédent. Le texte comporte 139 articles et les principales innovations concernent le droit de vote et les conditions d’éligibilité. Désormais, les candidats à l’élection présidentielle doivent être « ivoiriens de naissance », « nés de père et de mère eux-mêmes ivoiriens de naissance ». Ils doivent avoir résidé dans le pays de façon continue pendant les cinq années précédant la date de l’élection et ne jamais avoir renoncé à la nationalité ivoirienne.
décembre La Banque mondiale constate l’insuffisance des incitations à l’investissement privé en Côte d’Ivoire.
1995 1995
4 janvier Le président Henri Konan Bédié, aussi président du PDCI,  lance un appel à la mobilisation des militants du parti en vue des élections générales prévues en fin d’année.
13 janvier Alassane Ouattara adhère au RDR.
8 mars Le FMI félicite la Côte d’Ivoire pour sa gestion de la dévaluation du franc CFA et pour ses résultats économiques encourageants.
5 avril Création du Front républicain regroupant le FPI, le RDR et l’UFD, avec pour principal objectif la transparence des élections.
18 avril L’opposition ivoirienne réunie au sein du front républicain (FR), entame une série de réunions publiques pour préparer à Abidjan une grande marche de protestation pour exiger le retrait du code électoral.
Début mai Manifestation de l’opposition qui rassemble environ 10 000 personnes.
27 mai Manifestation de soutien à Henri Konan Bédié à l’appel du PDCI qui rassemble environ 50 000 personnes selon la presse.
25 juin Le FPI désigne Laurent Gbagbo  comme son candidat officiel à l’élection présidentielle.
28 juin Le parti communiste ivoirien annonce la candidature de son représentant Denis Gueu Dro.
3 juillet Le rassemblement des républicains (RDR) désigne Alassane Ouattara comme son candidat à l’élection présidentielle.
8 juillet Manifestation de 20 000 personnes à Abidjan pour exiger à nouveau le retrait du code électoral.
26 juillet Le conseil des ministres fixe la date de l’élection présidentielle au 22 octobre, celle des législatives au 26 novembre et celle des municipales au 17 décembre.
juillet Accord avec la Banque mondiale sur la libéralisation des marchés du café et du cacao.
2 août Alassane Ouattara annonce qu’il souhaite répondre favorablement à la proposition du RDR qui l’a désigné pour le représenter aux présidentielles, mais le nouveau code électoral qu’il qualifie ‘d’inique’ ne lui permet pas de faire officiellement acte de candidature.
10 août Installation officielle du Conseil constitutionnel, qui aura notamment pour tâche d’arbitrer les éventuels litiges lors des élections présidentielles et législatives. Présidé par M. Noël Némin, ancien ministre de la justice et ancien directeur du cabinet du chef de l’Etat, ce conseil comporte 2 vice-présidents et 6 membres.
26 août Le PDCI investit officiellement Konan Bédié pour le représenter à l’élection présidentielle. Le même jour, malgré la mise en garde du gouvernement, se déroule à Abidjan une manifestation contre le code électoral réunissant environ 20000 personnes.
6 septembre Création d’une commission électorale nationale de ‘supervision et d’arbitrage’.
7 septembre Manifestation réunissant 400 femmes protestant contre l’utilisation abusive des médias officiels par le PDCI, une douzaine de manifestantes blessées par les forces de l’ordre.
20 septembre De nouveaux incidents éclatent à Abidjan entre forces de l’ordre et manifestants. Konan Bédié signe un décret interdisant toute manifestation sur la voie et dans les lieux publics (marches et sit-in).
28 septembre Alassane Ouattara déclare ne pas être candidat à l’élection présidentielle, le nouveau code électoral ne le lui permettant pas. L’Assemblée nationale adopte, à une large majorité, un projet de loi qui maintient le nombre de sièges à ladite Assemblée à 175.
1er – 2 octobre Manifestations et affrontements très violents avec les forces de l’ordre dans les quartiers populaires d’Abidjan et dans plusieurs villes de province. Selon des sources officielles, le bilan aurait été de 5 morts et 37 sept blessés.
3 octobre Devant le refus du président de revenir notamment sur la loi électorale, le Front Républicain (comprenant le FPI et le RDR) et l’alliance des partis d’opposition  appellent au boycott « actif » des prochaines élections.
7 octobre La société civile ivoirienne regroupée dans un ‘collectif pour la sauvegarde de la paix et de la démocratie’ débute sous la direction de l’évêque Mgr Paul Dacoury, une ‘mission de bons offices’ dans le but de servir de médiateur entre le gouvernement et les principales formations de l’opposition.
15 octobre Le collectif annonce le 15 octobre l’échec de sa mission.
16 octobre Des affrontements inter-ethniques débutent dans le centre-ouest
22 octobre Henri Konan Bédié est élu à la présidence de la République, avec 96,44 % des suffrages contre Francis Wodié du Parti ivoirien des travailleurs (PIT) seul adversaire de Bédié.
26 novembre Elections législatives marquées par l’exclusion de plusieurs candidats, dont le secrétaire général du RDR, Djeny Kobina, en raison de la nationalité. La participation au scrutin est restée faible, autour de 45%. Le PDCI remporte les élections avec 147 sièges sur les 171 attribués. Le RDR compte 14 élus et le FPI 10.
1996 1996
26 janvier Formation du nouveau gouvernement par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, reconduit à son poste, composé des 25 membres de son ancienne équipe et de 6 technocrates.
11 février Elections municipales : Le PDCI remporte 164 communes, contre 32 pour l’opposition.
16 mars Selon le FMI, la croissance économique de la Côte d’Ivoire serait de 6,5% en 1996 contre 7% en 1995.
30 avril Cinquantenaire du PDCI-RDA, au pouvoir depuis l’indépendance (le plus ancien parti au pouvoir du continent africain).
3 juillet Lancé le 25 avril 1996, le recensement des fonctionnaires et agents de l’Etat, en vue d’un dégraissage de la fonction publique, livre ses résultats ce jour : on dénombre 4 884 fonctionnaires fictifs, ce qui permet de réaliser une économie de plus de 1 milliard de franc CFA par mois.
31 juillet Mise en place d’un plan de lutte contre la criminalité et le grand banditisme chapoté par un Conseil national de sécurité (CNS) placé directement sous l’autorité du chef de l’État est présenté comme une réponse au souci de sécurité des ivoiriens.
10 août Remaniement ministériel : le nombre de ministères passe de 30 à 35, 23 ministres de l’ancienne équipe sont reconduits avec maintien ou modification de leurs affectations, 7 personnalités quittent le gouvernement tandis que l’on compte 13 nouveaux arrivants (dont 3 personnalités issues de l’opposition). Ce remaniement se traduit par l’éviction du général Guëi du gouvernement (il était ministre des sports).
14 août Le général Gueï est révoqué de l’armée, placé en résidence surveillée et interrogé sur son rôle éventuel dans une tentative de coup d’Etat présumé à la veille des élections présidentielles de 1995.
18 novembre Le gouvernement affirme avoir déjoué un complot contre l’autorité de l’état lors de la présidentielle de 1995. Six officiers et un sous-officier sont révoqués. Le chef d’état-major de l’armée au moment du scrutin présidentiel de 1995, le général Robert Gueï, avait été limogé à la veille de l’élection.
22 novembre Accord de principe sur le rééchelonnement de la dette bancaire ivoirienne au Club de Londres.
29 décembre Elections législatives partielles afin de pourvoir les sièges vacants de l’Assemblée nationale. Le PDCI compte 146 députés, le FPI et RDR, 14 chacun.
1997 1997
1er Janvier Après un an de détention, libération du secrétaire général du FPI Abou Drahamane Sangaré et de deux journalistes d’opposition (de la Voie-FPI).
22 janvier France Télécom acquiert 51% du capital de la compagnie ivoirienne de télécommunication.
28 mars Les militaires détenus depuis octobre 1995 sous l’accusation de ‘complot contre l’autorité de l’Etat’, sont remis en liberté.
17 avril Konan Bédié renouvelle son appel pour un gouvernement de dialogue incluant des membres de l’opposition.
mai Manifestations étudiantes menées par la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), théoriquement dissoute en 1991. Les cités universitaires sont fermées.
6 mai Signature d’un accord au Club de Londres, par l’ensemble des créanciers, réduisant l’encours de la dette bancaire ivoirienne de 6,8 à 2,6 milliards de dollars.
12 juin Le gouvernement adopte un plan de réduction de la pauvreté dont il confie le pilotage, en janvier 1998, à un comité permanent comprenant des représentants de l’administration, des ONG et du secteur privé.
1998 1998
6 mars La nomination d’Adama Coulibaly, numéro 2 du RDR, comme ministre des transports se solde par l’exclusion de ce dernier du RDR.
17 mars Après sept mois d’âpres négociations, le FMI et la Banque mondiale signent un accord triennal (1998-2000) sur la politique économique du pays. Le FMI approuve une facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (PGRF) d’une durée de 3 ans, d’un montant de 285,84 millions de DTS, (123,86 seront effectivement déboursés).
19 mars La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) sont convenus d’appuyer un plan de réduction de la dette de la Côte d’Ivoire dans le cadre de l’Initiative pour les pays pauvres très endettés (PPTE). Le volume total de l’aide que recevra la Côte d’Ivoire de ses créanciers extérieurs allégera la charge de sa dette extérieure de 345 millions de dollars en valeur actuelle nette (VAN) ce qui, selon les estimations, représente, à terme, une réduction du service de la dette de 800millions de dollars. La Banque mondiale et le FMI fourniront, respectivement, 91 millions de dollars et 22,5 millions de dollars en VAN. Le point d’achèvement pour le processus d’application du plan de réduction de la dette a été fixé à mars 2001.
avril Pour la première fois, la Côte d’Ivoire participe à une mission internationale de maintien de la paix (MINURCA), sous l’égide des Nations Unies, en envoyant un contingent de 233 hommes à Bangui en République Centrafricaine.
24 avril Traitement de 1 402 millions de dollars de dette extérieure publique au Club de Paris (selon les termes de Lyon).
2 juillet Malgré le refus de l’opposition, regroupée au sein du Front républicain, de participer au vote, Konan Bédié fait adopter par l’Assemblée nationale une révision de la Constitution. Cette révision, qualifiée de ‘coup d’Etat institutionnel’ par l’opposition, accroît la durée du mandat ainsi que les pouvoirs du chef de l’Etat.
11 août Konan Bédié procède à un remaniement ministériel qui se traduit par une augmentation du nombre de ministères de 30 à 35 (y compris le Premier Ministre), avec la création de 2 ministères d’Etat et de 3 ministères délégués. 23 ministres de l’ancienne équipe sont reconduits avec maintien ou modification de leurs affectations, 7 personnalités quittent le gouvernement, tandis que l’on compte 13 nouveaux arrivants.
16 septembre Ouverture à Abidjan de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM).
16 octobre Konan Bédié signe avec Laurent Gbagbo leader du FPI, un accord portant sur : (a) l’amnistie pour les prisonniers du boycott actif de 1995, (b) la reformulation de certaines dispositions de la Loi No 98-387 du 2 juillet 1998 portant révision de la Constitution, (c) la clarification et la transparence du processus électoral, (d) le financement des partis politiques et l’accès aux médias d’Etat.
5 novembre Un journal sud-africain met en cause le président Bédié dans un trafic pétrolier en faveur du régime d’apartheid entre 1989 et 1992. L’intéressé dément.
décembre Le FMI et la Banque Mondiale suspendent leur coopération financière avec la Côte d’Ivoire pour cause de « mauvaise gouvernance ».
15 décembre Adoption d’un document-cadre de partenariat et de développement entre la France et la Côte d’Ivoire.
16 décembre Sous la pression de la rue, Konan Bédié signe avec Laurent Gbagbo, leader du FPI, un accord portant sur : (a) l’amnistie pour les prisonniers du boycott actif de 1995, (b) la reformulation de certaines dispositions de la Loi No 98-387 du 2 juillet 1998 portant révision de la Constitution, (c) la clarification et la transparence du processus électoral, (d) le financement des partis politiques et l’accès aux médias d’État.
23 décembre Vote de la loi foncière (Loi n° 98750 du 23 décembre 1998). Dans une de ses dispositions, cette loi exclut les non-ivoiriens de la propriété foncière rurale et en ce sens constitue le volet rural de l’ivoirité.

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire : 1999 – 2000, le coup d’État prélude à l’instabilité

La Côte d’Ivoire, jusqu’alors havre de paix et de sécurité en Afrique de l’Ouest, a connu, en décembre 1999, un coup d’État militaire qui a profondément changé la trajectoire politique, économique et sociale du pays.

Côte d'Ivoire
Montage Bernard Conte
1999 1999
janvier Démantèlement de la Caisse de stabilisation, notamment sous la pression de la Banque mondiale.
février Le FMI suspend ses décaissements pour mauvaise gestion des affaires publiques.
mai Une évaluation de l’Union européenne (UE) met à jour des détournements de fonds et de la corruption liés à son budget d’aide, ce qui la conduit à suspendre ses décaissements au titre de l’appui à l’ajustement structurel.
18 juin Le Japon et la Côte d’Ivoire ont procédé vendredi à Abidjan à un échange de notes concernant l’allègement sous forme de consolidation de la dette ivoirienne à l’égard du Japon, indique un communiqué de l’ambassade nipponne en Côte d’Ivoire. Le montant total des dettes qui font ainsi l’objet de consolidations s’élève à 13,418 milliards de francs CFA (134,18 millions de FF), précise le communiqué. Ces dettes avaient été contractées en 1982 et 1989 dans le cadre du Projet d’entretien routier et du programme d’ajustement du secteur agricole.
29 juin Le Japon a décidé d’octroyer une aide de 16 millions de dollars environ à la Côte d’Ivoire pour lui permettre de promouvoir ses réformes économiques et augmenter sa production alimentaire, a-t-on appris mardi de source officielle à Tokyo.
19 juillet Les Emirats Arabes Unis ont accordé ce week-end un don de 3,8 milliards de F CFA (38 millions de FF) à la Côte d’Ivoire pour le “financement des travaux” d’une mosquée au Plateau.
21 juillet Le gouvernement allemand a accordé un don de 3,8 milliards de F CFA (38 millions de FF) à la Côte d’Ivoire pour le “financement d’un projet de santé dans le pays”.
29 juillet Alassane Ouattara rentre en Côte d’Ivoire et le 1er août, au cours d’un congrès extraordinaire au Palais des sports d’Abidjan, il est élu président du RDR et déclare accepter d’être candidat à la présidence de la République.
10 août Remaniement du gouvernement annoncé depuis le mois de mars : le nombre de ministères passe de 36 à 35, trois ministres quittent le gouvernement.
12 août Le gouvernement ivoirien libéralise totalement le marché du cacao. Le prix d’achat aux producteurs fixé jusqu’alors par l’Etat est désormais libre.
18 septembre Konan Bédié reçoit Alassane Ouattara.
28 septembre A Dimbokro, le juge Zoro Bi ballo délivre un certificat de nationalité ivoirienne à Alassane Outtara.
6 octobre Alassane Ouattara se voit retirer la nationalité ivoirienne.
29 octobre Les principaux responsables du RDR sont arrêtés, puis condamnés au nom de la loi « anticasseurs », en novembre (10-12), à des peines de prison ferme, ceci à la suite d’une manifestation violente.
18 novembre Selon le gouvernement du Burkina Faso, 12 000 burkinabés ont été expulsés de Côte d’Ivoire en deux semaines.
29 novembre Alassane Ouattara qui séjourne en France est inculpé de ‘faux commis dans des documents administratifs, usage de faux et complicité’ et un mandat d’arrêt est lancé contre lui.
24 décembre Une mutinerie débouche sur un coup d’EtatLe président Henri Konan Bédié est destitué. Le général Robert Gueï, ancien chef d’état-major, est présenté comme le nouveau président de la RépubliqueDissolution de toutes les institutions de la République. Création du Comité national de salut public (CNSP).
29 décembre Alassane Ouattara est de retour au pays et les poursuites judiciaires à son encontre sont levées.

 

2000 2000
3 janvier En provenance de Lomé où il s’était réfugié, Henri Konan Bédié s’exile à Paris.
4 janvier La junte militaire annonce la composition du gouvernement de transition composé de 22 ministères.
5 janvier Le général Gueï annonce un moratoire sur le paiement de la dette extérieure de la Côte d’Ivoire.
10 janvier Le général Gueï annonce que la Côte d’Ivoire honorera sa dette extérieure.
11 janvier La France annonce qu’elle suspend une partie de sa coopération militaire.
16 janvier Le gouvernement est remodelé pour y insérer deux ministres supplémentaires pour le FPI.
21 janvier Un décret présidentiel crée une Commission consultative constitutionnelle et électorale (CCCE) chargée de préparer le nouveau cadre et les nouvelles règles du jeu politique.
26 janvier Le général Gueï annonce l’amnistie des dirigeants et militants du RDR et la libération des derniers dignitaires de l’ancien régime.
10 février La presse ivoirienne publie un document du FMI selon lequel la situation des finances publiques ivoiriennes est plus grave que prévu.
mars Suspension du processus de privatisation de la Société ivoirienne de raffinage (SIR).
10 mars La Suisse bloque, à titre provisoire, les comptes de l’ancien chef de l’Etat Konan Bédié.
15 mars Le parlement européen adopte une directive sur l’introduction de matières grasses végétales dans le chocolat.
30 mars Le Fonds africain de développement (FAD, groupe Banque africaine de développement) a accordé un prêt de 38,598 millions de dollars à la Côte d’Ivoire, Ce prêt, au titre du “mécanisme de financement supplémentaire” (MFS), est destiné à financer une partie des intérêts dûs par la Côte d’Ivoire pour 1999 sur des prêts précédemment contractés auprès de la BAD.
18 mai Le gouvernement d’union nationale vole en éclats avec le départ des ministres RDR. Le nouveau gouvernement compte 21 ministères, Seydou Diarra devient premier ministre, le FPI conserve ses six postes, deux membres du PDCI entrent dans le gouvernement à titre individuel, Henriette Diabaté est le seul ministre RDR.
31 mai Alassane Ouattara appelle à voter en faveur de la nouvelle constitution tout en regrettant que « ce texte renferme certaines ambiguïtés et incohérences concernant les conditions d’éligibilité du président de la République ».
28 juin La France va accorder une aide d’un million de francs (100 millions de francs CFA, 152.000 euros) pour l’organisation des élections devant “permettre le retour à des institutions démocratiques en Côte d’Ivoire” L’Agence française de développement (AFD) a accordé deux prêts de 19,9 milliards de francs CFA (199 millions FF, 30,3 millions euros) à la Côte d’Ivoire, indique mercredi un communiqué de cette institution. Le premier projet d’un montant de 6,2 milliards de F CFA vise à “réhabiliter la centrale hydroélectrique de Buyo” (400 Km au sud-ouest d’Abidjan).Le second projet, de 13,7 milliards de F CFA, concerne la réfection et la construction de ponts dans 12 départements du sud et du sud-est du pays.
4-5 juillet Des centaines de soldats investissent les rues de plusieurs villes pour réclamer un ‘trésor de guerre’ pour leur participation au coup d’Etat du 24 décembre. Nombreux pillages surtout à Bouaké. Robert Gueï dénonce une tentative de coup d’État.
23 juillet Les Ivoiriens se prononcent sur les projets de constitution et de code électoral. Le ‘oui’ remporte 87% des suffrages (avec une participation de 56%). La nouvelle constitution dispose que le candidat à l’élection présidentielle “doit être ivoirien de père et de mère eux-mêmes ivoiriens et qu’il ne doit pas s’être prévalu d’une autre nationalité”, ce qui élimine Alassane Ouattara. Ce dernier se déclare néanmoins candidat le 29 juillet.
septembre L’Agence française de développement (AFD) arrête ses décaissements en Côte d’Ivoire en vertu de l’application de la politique de sanction pour arriérés de remboursement de la dette.
18 septembre Attaque de la résidence de Robert Gueï qui aboutit au limogeage des numéros 2 et 3, les généraux Palenfo et Coulibaly.
6 octobre La Cour suprême déclare invalide les candidatures de 14 des 19 candidats à l’élection présidentielle dont celles de M. Ouattara et La Cour suprême déclare invalide la candidature de M. Ouattara ainsi que celle de Konan Bédié.
22 octobre A l’issue de ce premier tour de l’élection présidentielle, le général Gueï se déclare vainqueur et l’opposant Laurent Gbagbo, en tête dans les résultats partiels, se déclare chef de l’Etat de la Côte d’Ivoire. De graves émeutes éclatent. De très nombreux manifestants (25 octobre) réclament le départ des putschites. M. Ouattara, exclu de cette élection, réclame de nouvelles élections.
26 octobre Le général Gueï s’enfuit. Laurent Gbagbo est déclaré par la Cour suprême vainqueur avec 59, 36 % des voix devant Robert Guéï 32,7 %, Francis Wodié 5,7 %, Mel Théodore 1,5 % et Nicolas Dioulo 0,8 %. Laurent Gbagbo devient président de la 2ème République de Côte d’Ivoire. De violents affrontements ethniques ont lieu dans tout le pays.
27 octobre Récusant toute idée de nouvelles élections, Laurent Gbagbo forme son gouvernement, après la reconnaissance de sa victoire par le président de la Chambre constitutionnelle. Laurent Gbagbo nomme Pascal Affi N’guessan premier ministre.
28 octobre Découverte d’un charnier composé de 57 cadavres près de Yopougon, un quartier d’Abidjan. La responsabilité en est attribuée à la gendarmerie.
13 novembre Le général Gueï reconnaît la légitimité de Laurent Gbagbo.
4 décembre Suite à l’invalidation de la candidature d’Alassane. Ouattara aux élections législatives, de nombreuses et violentes manifestations éclatent à Abidjan.
10 décembre Elections législatives. A la suite du mot d’ordre de boycott lancé par le RDR, les élections n’ont pu se dérouler dans 29 circonscriptions du nord. Le taux de participation s’est élevé à 33.12%. Le FPI obtient 96 sièges de députés, le PDCI 77, les indépendants 16, le PIT 4, le MFA 1, l’UDCI 1 le RDR 1, les résultats concernent 196 sièges sur 225.

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire 2001-2002 : le début de la période trouble

2001 2001
7 janvier Tentative de coup d’Etat.
14 janvier Élections législatives partielles dans le nord du pays marquées par une très faible participation.
31 janvier Reprise de la coopération économique, suspendue depuis janvier 2000, entre la France et la Côte d’Ivoire.
13 mars Procès des généraux Coulibaly et Palenfo. Le premier est acquitté, tandis que le général Palenfo est condamné à un an de prison. Le 31 juillet suivant, la Cour suprême casse le jugement et annule toutes les procédures engagées contre ce dernier.
25 mars Les élections municipales sont marquées par le retour du RDR dans le jeu politique. Le parti d’Alassane Ouattara remporte 64 communes (sur 197), notamment dans ses « bastions » nordistes.
24 avril Quatre conventions de coopération d’un montant total de 51 millions de FF (7,7 millions d’euros) ont été signées mardi à Abidjan entre les autorités ivoiriennes et françaises, a constaté l’AFP. Ces conventions concernent les domaines de la santé, de l’enseignement, de l’agriculture et du développement social.
14 juin Le gouvernement ivoirien et l’Agence française de développement (AFD) ont signé jeudi à Abidjan une convention de financement d’1,5 million d’euros (1 milliard de F CFA), selon un communiqué parvenu jeudi à l’AFP.
3 août Acquittement des huit gendarmes jugés dans l’affaire du « charnier de Yopougon », découvert après les violences d’octobre 2000.
10 septembre Le chef de la délégation de l’Union Européenne (UE) à Abidjan, Friedrich Nagel, et le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, Bohoun Bouabré, ont signé lundi un accord de transfert de fonds de 49,5 milliards de francs CFA (75,5 millions d’euros). Selon un communiqué de l’UE parvenu lundi soir à l’AFP à Abidjan, cet argent représente “une contribution de l’UE à la compensation des pertes de recettes d’exportation de café subies par la Côte d’Ivoire en 1999”. “La subvention accordée servira notamment à l’appui au secteur agricole ainsi qu’à l’amélioration des services et infrastructures de base offerts au monde rural dans les domaines sociaux”, ajoute le texte.
11 septembre Les autorités chinoises ont fait don de plus d’un million d’euros de matériel militaire à la Côte d’Ivoire a indiqué mardi le journal Fraternité Matin.
4 décembre Les présidents Compaoré et Gbagbo décident d'”intensifier les consultations à tous les niveaux”, après une visite du président ivoirien à Ouagadougou.
2001 (9 octobre-18 décembre) Un Forum de réconciliation nationale sous la présidence de Seydou Diarra réunissant tous les responsables politiques reconnaît la nationalité ivoirienne d’Alassane Ouattara ainsi que la légitimité du gouvernement de Laurent Gbagbo.

 

2002 2002
22-23 janvier Sommet de Yamoussoukro, réunissant Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Robert Gueï et Henri Konan Bédié.
1er février La Banque Mondiale reprend sa coopération financière avec la Côte d’Ivoire après l’apurement d’une dette de 40 millions de dollars.
20 février L’Union européenne décide la reprise totale de sa coopération, après presque trois ans de suspension. La France déclare que l’aide financière de 183 millions d’euros (120 milliards de francs CFA) qu’elle vient de débloquer en faveur de la Côte d’Ivoire, est « la plus importante qui ait été attribuée depuis 1995 à un pays africain ».
26 février La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un don de 6,5 millions d’euros (4,3 milliards FCFA) en faveur de la Côte d’Ivoire portant sur un programme de bonne gouvernance et des systèmes d’approvisionnement en eau potable.
1er mars Le Japon a octroyé un don d’un montant de 366 559 euros à la Côte d’Ivoire dans le cadre d’un programme d’aide non-remboursable pour les Petits projets locaux.
29 mars Le FMI approuve un programme tri-annuel de réduction de la pauvreté d’un montant de 366 millions de dollars.
4 avril La Banque africaine de développement (BAD) reprend sa coopération avec la Côte d’Ivoire avec la signature d’un accord de prêt de 21 milliards de FCFA au titre du Mécanisme de financement supplémentaire (MFS).
10 avril Traitement de 1 822 millions de dollars de dette extérieure publique (911 millions annulés et 911 rééchelonnés) au Club de Paris (selon les termes de Lyon).
19 avril La Banque africaine de développement (BAD) a accordé un prêt de 23 milliards de francs CFA (3,5 millions d’euros) à la Côte d’Ivoire pour financer un projet d’appui à la formation pour l’insertion des jeunes et à l’amélioration du système éducatif.
29 avril La Banque mondiale (BM) a accordé lundi un crédit de 1,2 million de dollars (environ 1,2 milliard de CFA) à la Côte d’Ivoire pour un soutien à l’éducation, Selon le texte, ce prêt permettra à la Côte d’Ivoire “d’assurer la formation continue de 4.200 fonctionnaires et agents de l’Etat, sur 4 ans”. Selon les officiels ivoiriens, ce prêt consacre la reprise totale des décaissements de la BM en faveur de la Côte d’Ivoire.
16 mai L’Agence française de développement (AFD) a octroyé un prêt d’ajustement structurel d’un montant de 120 milliards de FCFA à la Côte d’Ivoire.
28 juin La justice ivoirienne délivre un certificat de nationalité à Alassane Ouattara.
7 juillet Elections départementales marquées par de nombreuses anomalies et de la violence contre les opposants du FPI.
26 juillet La France a mis à la disposition de la Côte d’Ivoire 2,5 milliards de francs CFA (3,81 millions d’euros) pour financer la lutte contre le sida et la formation professionnelle.
1er août L’ex-ministre ivoirien Balla Kéïta, secrétaire général de l’UDPCI (parti de Robert Gueï), passé dans l’opposition et exilé depuis 2001 au Burkina Faso, est retrouvé tué à son domicile de Ouagadougou. Le procureur général affirme que la justice burkinabè privilégie la piste politique ivoirienne dans l’enquête.
5 août Formation d’un gouvernement réunissant toutes les forces politiques du pays, dont le RDR. La Banque africaine de développement (BAD) doit approuver mardi un prêt de 50 milliards de F CFA (76,22 millions d’euros) à la Côte d’Ivoire au titre du Fonds africain de développement (FAD).
12 août Neuf militaires proches du général Gueï sont incarcérés pour “atteinte à la sûreté de l’Etat”, selon l’entourage du général.
27 août Cambriolage du siège de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’ouest (BCEAO) à Abidjan : au moins deux milliards de francs CFA auraient été dérobés.
4 septembre Le Fonds africain de développement (FAD) a approuvé un don d’environ 727 millions de francs CFA (1,1 million d’euros) pour financer l’étude du plan de développement rural de la région de l’Agnéby, dans la zone forestière du sud-est de la Côte d’Ivoire.
11 septembre La Commission européenne décide d’octroyer 36 millions d’euros (23,6 milliards de FCFA) à la Côte d’Ivoire au titre du huitième Fonds européen de développement (FED) Ces sommes sont destinées “en large partie” à financer une aide renforcée au budget de l’Etat ivoirien pour l’exercice 2002, notamment dans les secteurs de la santé, l’agriculture, l’environnement, le planning régional et la décentralisation.
13 septembre Le général Gueï annonce la fin de l’alliance de son parti, l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), avec le FPI et dénonce la “complotite aiguë” du régime.
19 septembre Une tentative de coup d’Etat à Abidjan dégénère en soulèvement armé. Les villes de Bouaké et Korhogo, respectivement dans le centre et le nord du pays, passent sous contrôle rebelle. Le général Robert Gueï et le ministre de l’intérieur Emile Boga Doudou, sont tués.
22 septembre Arrivée des premiers renforts français pour assurer la sécurité des ressortissants étrangers (3 000 seront évacués). Le dispositif français est baptisé « Opération Licorne ».
24 septembre Le FPI accuse le Burkina Faso d’être impliqué dans la “déstabilisation” de la Côte d’Ivoire. Le Burkina Faso dément toute implication.
28 septembre Abidjan demande l’activation des accords de défense conclus avec la France qui annonce apporter son « soutien logistique ».
30 septembre La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) crée un groupe de contact et décide l’envoi d’une force de paix.
1er octobre Les mutins déclarent vouloir renverser le régime et invitent la France à respecter une « stricte neutralité ».
4-8 octobre Une première tentative de médiation de la CEDEAO échoue.
6-7 octobre De violents combats se déroulent à Bouaké mais les forces loyalistes sont finalement repoussées.
24 octobre Les forces loyalistes reprennent Daloa ,48 heures après sa capture par les forces rebelles.
15 octobre Le sergent-Chef Tuo Fozié révèle l’existence d’un dirigeant politique de la rébellion : Guillaume Soro, un temps sympathisant du FPI, puis plus récemment, proche du RDR, qui se présente lui-même comme le secrétaire général du MPCI.
17 octobre Signature par les rebelles à Bouaké d’un accord de cessation des hostilités. Le président Gbagbo l’accepte et demande à la France d’assurer le contrôle du cessez-le-feu.
22 octobre La France envoie des renforts pour contrôler le cessez-le-feu. Manifestation violente devant le 43ème BIMA à port-Bouët (banlieue d’Abidjan), les manifestants qu’on leur livre Alassane Ouattara.
23 octobre Le président togolais Gnassingbé Eyadéma est désigné par la CEDEAO coordinateur de la médiation.
26 octobre La CEDEAO décide de déployer une force pour contrôler le cessez-le-feu.
30 octobre Début à Lomé des premières négociations directes entre les délégations du gouvernement et des rebelles du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), conduite par Guillaume Soro.
1er novembre Le gouvernement accepte le principe d’une amnistie et d’une réintégration des rebelles dans l’armée.
16 novembre Abdoulaye Wade, président du Sénégal se déclare prêt à mener une nouvelle médiation.
19 novembre Le président Laurent Gbagbo propose d’organiser un référendum sur la constitution, une des revendications des rebelles.
27 novembre Visite à Abidjan du ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, marquée par l’exfiltration de Côte d’Ivoire du principal opposant Alassane Ouattara.
28 novembre Le Mouvement populaire ivoirien du grand ouest (MPIGO) et le Mouvement pour la justice et la paix (MJP), deux nouveaux groupes, revendiquent la prise de Man et de Danané
1er décembre Premiers affrontements meurtriers entre militaires français et rebelles lors d’une évacuation de 160 étrangers depuis Man : une dizaine de morts chez les rebelles et un blessé chez les militaires français.
3 décembre Rencontre à Bamako des présidents Laurent Gbagbo et Blaise Compaoré.
12 décembre Le MPCI demande “une neutralité totale” et le retrait de la France.
16 décembre Le ministre français des affaires étrangères, Dominique de Villepin, dénonce « les ingérences extérieures ».
18 décembre Un sommet extraordinaire de la CEDEAO à Dakar, marqué par l’absence de nombreux chefs d’Etat concernés, “fixe au 31 décembre la date limite du déploiement” des troupes de la CEDEAO.
19 décembre Amnesty International demande à l’ONU une enquête sur les exactions, après la découverte de charniers notamment à Bouaké.
20 décembre Les rebelles du MPIGO prennent Bangolo (sud de Man). L’ONU appuie le gouvernement légal. Les forces loyalistes bombardent le village de Menakro, en zone rebelle derrière la “ligne de cessez-le-feu” surveillée par les troupes françaises : plusieurs civils tués.

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire 2003 : la crise s’amplifie

2003 2003
3 janvier Arrivée à Abidjan des premiers éléments de la force ouest-africaine de paix.
3-4 janvier Visite de Dominique de Villepin, les autorités d’Abidjan et du MPCI s’engagent au respect du cessez-le-feu et à participer à une table ronde politique le 15 janvier à Paris, suivie d’un sommet de chefs d’Etat africains le 27 janvier.
6 janvier Accrochage entre les rebelles de l’ouest et les militaires français aux environs de Duékoué: 30 morts chez les rebelles et 9 blessés côté français.
8 janvier Le MPIGO et le MJP concluent un accord de cessez-le-feu avec les troupes françaises et acceptent de participer à la table ronde de Paris.
9 janvier Des hélicoptères de l’armée régulière bombardent dans la région de Grabo (ouest), faisant, selon les rebelles, 15 morts civils.
13 janvier Le représentant du gouvernement et les chefs du MPIGO et du MJP signent un accord de cessation des hostilités à Lomé.
15 janvier Début de la table ronde à Linas-Marcoussis près de Paris.
24 janvier Signature d’un accord à Marcoussis, qui prévoit le maintien au pouvoir du président Gbagbo et un gouvernement ouvert à toutes les parties, y compris les rebelles.
25 janvier

Laurent Gbagbo annonce qu’il accepte l’accord de paix de Marcoussis et qu’il s’apprête à nommer Seydou Diarra premier ministre du gouvernement de réconciliation nationale chargé d’appliquer l’accord de paix en Côte d’Ivoire.

Début d’une série de manifestations anti-françaises organisées par des organisations proches du président pour dénoncer les accords signés à Marcoussis. Les manifestations dégénèrent en émeutes anti-françaises.

26 janvier Par décret, Seydou Diarra est nommé Premier ministre du gouvernement de réconciliation nationale chargé d’appliquer l’accord de paix. Liste du gouvernement : (i) Front populaire ivoirien (FPI, du président Gbagbo) : 12 postes : Ministère d’Etat, Ministère de l’Économie et des Finances : Bohoun Bouabré ; Ministère d’Etat, Ministère des Mines et de l’Energie : Léon Monnet ; Ministère de la Construction et de l’Urbanisme : Raymond N’Doli ; Ministère de la Fonction publique et de l’Emploi : Hubert Oulaï ; Ministère des Eaux et Forêts : Assoua Adou ; Ministère de l’Education nationale : Amani N’Guessan ; Ministère des Relations avec les Institutions de la République : Alphonse Douati ; Ministère de la Solidarité et de la Sécurité sociale : Clothilde Ohouchi ; Ministère de la lutte contre le sida : Christine Adjobi ; Ministère en charge de la Réconciliation nationale : Sébastien Danon Djé Djé ; Ministère d’Etat, Ministère des Infrastructures économiques : Léon Monnet (Interim suite au limogeage de M. Patrick Achi (PDCI) le 18 mai 2004) ; Ministère d’État, Ministère chargé de la Communication : Hubert Oulaï (Interim suite au limogeage de M. Guillaume Soro (SG du MPCI) le 18 mai 2004) ; Ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle : Amani N’Guessan (Interim suite au limogeage de M. Youssouf Soumahoro (MJP) le 18 mai 2004) ; (ii) Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ancien parti unique) : 6 postes : Ministère d’Etat, Ministère des Affaires étrangères : Bamba Mamadou ; Ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé : Ahoussou Kouadio ; Ministère de la Production animale et des Ressources halieutiques : Kouassi Adjoumani ; Ministère de la Culture et de la Francophonie : Mme Malan Messou ; Ministère du Plan et du Développement : Boniface Britto ; Ministère des Cultes : Désiré Gnonkonte ; (iii) Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire  (UDPCI – proche de l’ancien président Robert Gueï) : 2 postes : Ministère d’Etat, Ministère de la Santé et de la Population : Toikeusse Mabri ; Ministère de la réforme administrative : Eric Kahé ; (iv) Parti ivoirien des Travailleurs (PIT) : 2 postes : Ministère d’Etat, Ministère de l’Environnement : Angèle Gnonsoa ; Ministère des Droits de l’Homme : Victorine Wodié ; (v) Mouvement des forces d’avenir (MFA) : 1 poste : Ministère d’Etat, Ministère des Transports : Anaky Kobenan Innocent ; (vi) Union démocratique citoyenne (UDCY) : 1 poste : Ministère d’Etat, Ministère de l’Intégration régionale et de l’Union africaine: Théodore Mel Eg ; (vii) Rassemblement des Républicains (RDR, principal parti d’opposition) : 7 postes : Ministère d’État, Garde des Sceaux, Ministère de la Justice : Henriette Dagry Diabaté (numéro 2 du RDR) ; Ministère de la Femme de la Famille et de l’Enfant : Kandia Camara ; Ministère d’État, Ministère de l’Agriculture : Amadou Gon Coulibaly ; Ministère du Tourisme : Marcel Tanoh ; Ministère des Nouvelles technologies, de l’information et des Télécommunications : Hamed Bakayoko ; Ministère du Commerce : Amadou Soumahoro ; Ministère de l’Enseignement supérieur : Zémogo Fofana ; (viii) Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI) : 6 postes : Ministère d’État, Ministère de l’Administration du territoire : colonel-major Issa Diakité ; Ministère de la Recherche scientifique : Mamadou Koné ; Ministère de l’Artisanat et de l’Encadrement du secteur informel : Moussa Dosso ; Ministère de la Jeunesse et du Service civique : Tuo Fozié ; Ministère des Victimes de guerre, des déplacés et des exilés : Adjudant-chef Messamba Koné ; Ministère des Sports et des Loisirs : Colonel Michel Gueu ; (ix) Mouvement populaire ivoirien du Grand Ouest (MPIGO) : 1 poste : Ministère des Petites et moyennes entreprises : Roger Banchi.
31 janvier A Dakar, les chefs d’Etat de la Cedeao décident de reprendre l’initiative pour tenter de sauver les accords de Marcoussis. Le “groupe de contact” de la Cedeao (Ghana, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Nigeria, Togo) est élargi au Sénégal. Des centaines de “jeunes patriotes” envahissent les pistes de l’aéroport d’Abidjan provoquant l’intervention de l’armée française.
février Les opérations de la Banque africaine de développement (BAD) sont “temporairement” relocalisées à Tunis en raison de la crise en Côte d’Ivoire.
4 février Selon La Croix, les “escadrons de la mort” qui opèrent en Côte d’Ivoire sont proches du pouvoir en place à Abidjan. Le quotidien cite un rapport de l’ONU qui indique : « les escadrons de la mort en Côte d’Ivoire seraient constitués d’éléments proches du gouvernement, de la garde présidentielle et d’une milice tribale de l’ethnie du président »[1] Laurent Gbagbo.
7 février Laurent Gbagbo déclare qu’il accepte l’”esprit” des accords de Marcoussis comme “base de travail”. Arrivée de nouveaux renforts français, portant à plus de 3 000 les effectifs de l’opération Licorne.
10 février A l’issue d’un sommet de chefs d’Etat ouest-africains à Yamoussoukro en présence de Laurent Gbagbo, Seydou Diarra est chargé de former un gouvernement de réconciliation.
18 février A l’issue d’une tournée en Afrique de l’Ouest, Guillaume Soro se dit “assuré” du soutien des présidents ghanéen, nigérian, nigérien, malien et burkinabè sur Marcoussis.
20-21 février Lors du 22ème sommet Afrique-France, le président Jacques Chirac appelle à “l’application intégrale” de Marcoussis. Il déclare que les escadrons de la mort “sont une réalité” et “que tout cela pourrait se terminer devant les tribunaux internationaux”.
22 février Le ministre ivoirien de la Défense, Bertin Kadet rejette toute responsabilité concernant les “escadrons de la mort” sévissant à Abidjan, indiquant que son gouvernement continue à recevoir des armes et à recruter des soldats dans le seul but de « construire la paix ».
26 février Amnesty International accuse le MPCI d’avoir exécuté une soixantaine de gendarmes et une trentaine d’enfants à Bouaké du 6 au 9 octobre. Le MPCI dément.
2 mars Le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) déclare avoir dépensé environ 700 000 dollars US en deux mois pour ses interventions en faveur des réfugiés ivoiriens en Guinée.
6 mars Arrivée de 1100 soldats de la MICECI sous le commandement du général sénégalais Khalil Fall.
8 mars Rebelles et partis politiques s’accordent sur la composition du gouvernement de réconciliation, lors d’une table ronde à Accra. Les discussions se déroulent sous l’égide du chef de l’Etat ghanéen John Kufuor qui est le président en exercice de la Cedeao.
10 mars Laurent Gbagbo délègue certains de ses pouvoirs au Premier ministre dans 16 domaines bien précis et “pour une durée de six mois renouvelable”.
20 mars Présentation de la liste quasi-complète des membres du nouveau gouvernement de réconciliation lors du deuxième Conseil des ministres qui s’est réuni à Yamoussoukro.
26 mars Le président ivoirien Laurent Gbagbo a signé un décret nommant à “titre intérimaire” Adou Assoa au poste de ministre de la Défense et Fofana Zémogo, à celui de la sécurité.
2 avril Laurent Gbagbo accuse Alassane Ouattara d’être le cerveau de la tentative de coup d’Etat.
7 avril La présidence ivoirienne a démenti lundi soir avoir passé un contrat avec la société britannique de gardiennage et de sécurité Northbridge Services Group (NSG) pour le recrutement de mercenaires.
17 avril Conseil des ministres à Abidjan, avec la participation des ministres issus de la rébellion.
2 mai Mamadou Koulibaly, le président de l’Assemblée nationale, demande aux députés de ne pas légiférer avant le désarmement complet des rebelles.
3 mai Tous les belligérants impliqués dans la crise en Côte d’Ivoire concluent un cessez-le-feu complet pour l’ensemble du territoire de la Côte d’Ivoire. Le Port autonome d’Abidjan (PAA), a vu ses activités chuter de moitié en sept mois de crise politico-militaire.
5 mai Laurent Dona Fologo, le président du Conseil économique et social, annonce la création d’un mouvement baptisé Rassemblement pour la paix (RPP), dont l’objectif est de “lutter pour le retour de la paix”. Les Fanci et les “forces nouvelles”, regroupant les trois mouvements rebelles, acceptent le principe d’une “zone de confiance” où elles circuleront sans armes.
8 mai La Commission européenne adopte un programme d’aide humanitaire de 3,7 milliards de francs CFA pour subvenir aux besoins des groupes les plus vulnérables touchés par le conflit.
9 mai Visite à Abidjan du ministre burkinabé des Affaires étrangères, Youssouf Ouédraogo.
10 mai En vigueur depuis le début de la crise, le couvre-feu est levé.
13 mai Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1479, qui crée “pour une période initiale de six mois, une Mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (MINUCI) avec mandat de faciliter la mise en œuvre de l’Accord de Linas-Marcoussis et comprenant une composante militaire, en complément des opérations menées par les forces françaises et celles de la CEDEAO”.
20 mai Laurent Gbagbo juge que les accords de paix signés à sont “des commodités” et affirme qu’il reste le seul “arbitre” de la vie politique ivoirienne.
27 mai Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), la situation alimentaire en Côte d’Ivoire se dégrade après huit mois de crise, pour y faire face le PAM lance un programme d’aide d’urgence destiné à fournir une aide à quelque 500 000 personnes d’ici à la fin de l’année.
28 mai Le Premier ministre Seydou Diarra présente le programme de politique générale de son gouvernement de réconciliation à l’Assemblée nationale.
27 juin Guillaume Soro, ministre de la Communication et ancien chef rebelle, est séquestré pendant près de deux heures dans les locaux de la télévision nationale par une centaine de « jeunes ».
1er juillet Selon le FMI, en 2002, le PIB se serait réduit de -1,5 à -1,8%.
4 juillet A l’issue d’un conseil des ministres, le gouvernement ivoirien a adopté un projet de loi d’amnistie qui doit effacer toutes les infractions contre la sûreté de l’Etat de septembre 2000 au 19 septembre 2002. Fin officielle de la guerre annoncée par les rebelles et les loyalistes.
7 juillet La côte d’Ivoire annonce le retrait de la candidature d’Amara Essy à la présidence de l’Union Africaine.
11 juillet Installation officielle à Bouaké du quartier général international chargé de superviser le processus de désarmement et de démobilisation des combattants.
16 juillet Les Forces armées de Côte d’Ivoire (Fanci, forces régulières) et les “Forces nouvelles” (ex-rébellion) décident à Bouaké de créer un comité mixte d’état-major pour contrôler l’application de la décision de mettre fin à la guerre prise le 4 juillet.
4 août Le Conseil de sécurité des Nations Unies renouvelle pour six mois le mandat de la force franco-africaine déployée en Côte d’Ivoire.
6 août Adoption par l’assemblée nationale d’une loi amnistiant toutes les atteintes à la sûreté de l’Etat liées aux troubles politiques en Côte d’Ivoire entre le 17 septembre 2000 et le 19 septembre 2002.
11 août L’Unicef annonce le financement d’un programme de coopération avec la Côte d’Ivoire pour 2003/2007 à hauteur de 16 milliards de FCFA pour remédier à « la situation alarmante » des enfants et des femmes.
20 août Le Premier ministre Seydou Diarra réclame avec force au président Gbagbo les pouvoirs nécessaires pour mener à bien son programme de « réconciliation nationale ».
21 août Rencontre à Abidjan entre le président libérien Moses Blah et Laurent Gbagbo.
21 août Les planteurs de cacao de Côte d’Ivoire s’opposent à un audit international de la gestion de la filière demandé par la Banque Mondiale, le FMI et l’Union Européenne.
25 août Arrestation à Paris d’une dizaine de personnes dont Ibrahim Coulibaly (IB) pour tentative de déstabilisation de la Côte d’Ivoire. IB sera remis en liberté à la mi-septembre.
10 septembre Réouverture de la frontière terrestre entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, fermée depuis l’insurrection du 19 septembre 2002.
13 septembre Nomination contestée par les ex-rebelles de René Amani (ancien patron de la caisse de stabilisation du cacao) et Martin Bléou  (universitaire et ex-président de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (Lidho)) aux ministères de la Défense et de la Sécurité.
18 septembre Selon l’ONU, le conflit déclenché le 19 septembre 2002 a fait entre 500 000 et 600 000 déplacés et provoqué la fuite hors de Côte d’Ivoire de quelque 300 000 immigrés ouest-africains.
23 septembre Les ministres des forces nouvelles décident de ne plus participer au conseil de gouvernement.
24-26 septembre Attaque de la succursale de la BCEAO à Bouaké, le butin s’élèverait à environ 20 milliards de francs CFA.
2 octobre Manifestation à Abidjan de 20 000 à 30 000 « jeunes patriotes »  partisans du président Laurent Gbagbo.
4 octobre Manifestation à Bouaké pour demander la démission du président Laurent Gbagbo.
13 octobre Le Fonds africain de développement (FAD) accorde un don de 2,2 millions de dollars à l’Organisation inter-africaine du café pour renforcer ses capacités.
16 octobre Le conseil des ministres ivoirien interdit toute manifestation publique pour une durée de trois mois.
21 octobre Meurtre de Jean Hélène, correspondant de Radio France internationale (RFI) en Côte d’Ivoire. Un sergent de police sera condamné à 17 ans de prison.
30 octobre Visite à Abidjan des présidents ghanéen et nigérian : John Kufuor et Olusegun Obasanjo.
11 novembre Mini-sommet de la CEDEAO à Accra pour accélérer le règlement de la crise en Côte d’Ivoire.
13 novembre Le Conseil de sécurité par sa résolution 1514, proroge le mandat de la MINUCI pour une période de trois mois jusqu’au 4 février 2004.
15 novembre Le Chef d’état-major, le général Mathias Doué déclare : « la guerre peut redémarrer à tout instant ».
26 novembre Selon Human Rights Watch, des milices pro-gouvernementales ivoiriennes commettent « en toute impunité », des exactions à l’égard de civils, y compris des meurtres et des actes de torture.
29 novembre Des éléments de l’armée régulière (FANCI) se heurtent aux forces françaises près de M’Bahiakro, alors qu’ils tentaient de franchir la « zone de confiance » démilitarisée.
30 novembre Des militaires ivoiriens interviennent en direct à la télévision nationale pour exiger dans les 48 heures la démission de leur chef d’état-major et des principaux généraux ainsi que le départ des soldats français.
1er décembre Manifestations de « jeunes » devant la base militaire française d’Abidjan.
4 décembre Laurent Gbagbo se prononce pour l’application des accords de Marcoussis dans leur intégralité.
7 décembre Les Forces Nouvelles libèrent 40 membres des FANCI et de la police qui avaient été faits prisonniers de guerre.
18 décembre Le conseil des ministres adopte un projet de loi modifiant les conditions d’éligibilité à la présidence de la République.
22 décembre Les forces nouvelles décident au cours d’une réunion de leurs dirigeants politiques et militaires à Bouaké de reprendre leur participation au conseil des ministres après trois mois de boycott.

[1] La croix, article « Côte d’Ivoire » de Julia Ficatier, le 05/02/2003.

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire 2004 : la situation s’aggrave

 

2004 2004
6 janvier Retour des ministres des forces nouvelles au sein du gouvernement après un boycott de 3 mois (Guillaume Soro absent).
22 janvier Le tribunal militaire d’Abidjan condamne à 17 ans de prison ferme le sergent de police Théodore Séri pour le meurtre du journaliste Jean Hélène.
24 janvier Fin du déploiement des militaires français pour sécuriser le nord du pays.
30 janvier Le groupe français Bolloré, à travers sa filiale la Société d’Exploitation du Terminal de Vridi (S.E.T.V), se voit attribuer (sur la base d’un accord de gré à gré) à partir du 1er mars 2004, la gestion et l’exploitation d’un important terminal à conteneurs du Port autonome d’Abidjan (PAA) pour une durée de 15 ans renouvelable pour 10 ans. Cette convention de concession assure à la société S.E.T.V le monopole de la manutention des conteneurs dans le port d’Abidjan.
3-8 février Visite de « réconciliation » à Paris de Laurent Gbagbo.
4 février Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la MINUCI jusqu’au 27 février 2004 et renouvelle jusqu’à la même date les mandats de l’ECOMICI et des forces françaises de l’opération Licorne.
8 février Le Sergent Coulibaly Adama, alias ‘Adam’s le tombeur’, commandant le secteur sud de Korhogo, est abattu aux environs de 1 heure du matin.
26 février Le secrétaire général des Forces nouvelles et ministre de la communication, Guillaume Soro, déclare que les Forces Nouvelles ne désarmeront pas avant des “élections crédibles et transparentes en Côte d’Ivoire”, prévues en 2005.
27 février Le conseil de sécurité de l’ONU vote la résolution 1528 qui autorise le déploiement de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) pour une durée de douze mois.
4 mars Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) décide de suspendre la participation de ses ministres (7) au gouvernement de réconciliation nationale.
8 mars Report du processus de désarmement.
9 mars Des magistrats sont molestés par des jeunes manifestants appartenant à des mouvements proches du chef de l’Etat au palais de justice d’Abidjan.
11 mars Le conseil des ministres décide l’interdiction de toute « manifestation de rue » jusqu’au 30 avril.
19 mars Le président Laurent Gbagbo confirme par décret l’interdiction de toute manifestation de rue jusqu’au 30 avril.
22 mars Remise au président de la République du mémorandum élaboré par l’opposition (PDCI, RDR, UDPCI, FN, MFA) sur les points de blocage de l’application des accords de Marcoussis. Laurent Gbagbo réquisitionne l’armée : « En vue de concourir au maintien de l’ordre public sur toute l’étendue du territoire national du lundi 22 mars au jeudi 15 avril 2004, les forces armées nationales font l’objet d’une réquisition générale ».
24 mars Echec d’une médiation initiée par le président Kufuor pour tenter de dénouer la crise entre le président Gbagbo et les partis d’opposition qui entendent manifester malgré l’interdiction.
25 mars Manifestation à l’appel des « Marcoussistes » (PDCI, UDPCI, RDR, Forces Nouvelles…) pour l’application des accords de Marcoussis. Manifestation interdite par Laurent Gbagbo et durement réprimée (37 morts selon le gouvernement, entre 350 et 500 selon l’opposition, plus de 120 selon l’ONU). Les forces nouvelles, le Rassemblement des républicains (RDR), l’UDPCI et le Mouvement des forces d’avenir (MFA) annoncent qu’ils suspendent leur participation au gouvernement de réconciliation nationale.
26 mars Selon Laurent Gbagbo : « A l’évidence, les événements du 25 mars n’ont rien à avoir avec une manifestation pacifique. En réalité, il s’agissait sous le couvert d’une marche, de faire rentrer la rébellion à Abidjan. De saper les bases de l’État c’est-à-dire de ruiner les efforts consentis par le peuple de Côte d’Ivoire, son armée et le chef de l’Etat depuis bientôt deux ans ».
29 mars Le RDR, le PDCI, le MFA, l’UDPCI et les Forces nouvelles déclinent la rencontre avec le chef de l’Etat prévue pour ce jour.
4 avril Début officiel de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) avec l’arrivée de quelques dizaines d’officiers onusiens.
16 avril Disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer.
23 avril Les députés adoptent la première réforme législative prévue par les accords de Marcoussis sur l’identification des personnes et le séjour des étrangers.
18-28 avril Enquête de l’ONU sur la répression de la manifestation du 25 mars et des exactions qui l’ont accompagnée.
14 mai Le ministre ivoirien des Transports Anaki Kobenan refuse d’accorder au groupe français Bolloré la concession de gestion et d’exploitation du terminal à conteneurs du port autonome d’Abidjan.
15-16 mai Laurent Gbagbo assiste à Bamako au 6ème sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad ou Comessa). À l’issue du sommet, la Côte d’Ivoire est admise comme membre de la Cen-Sad.
18 mai Dans un décret signé le 18 mai et lu à la télévision nationale le 19 mai, Laurent Gbagbo a mis fin aux fonctions de Soro Guillaume, ministre d’État chargé de la Communication et de Youssouf Soumahoro, ministre de l’Enseignement technique, tous deux issus des Forces Nouvelles ainsi que de Patrick Achi, ministre des infrastructures économiques, représentant le PDCI-RDA au gouvernement. Ces trois ministres ont été remplacés par trois autres membres du gouvernement, tous issus de la formation politique du chef de l’Etat, le FPI.
28 mai La Commission européenne annonce le décaissement d’une aide de 13,9 millions d’euros destinée au financement des services sociaux et à la réhabilitation d’infrastructures de base.
29 mai À Abidjan, environ 40 000 “jeunes patriotes”, partisans du président ivoirien Laurent Gbagbo, manifestent pour demander à l’Onu de “désarmer les rebelles” et appeler à la démission du premier ministre Seydou Diarra. À Bouaké, environ 40 000 personnes manifestent dans le calme à l’appel des Forces nouvelles pour demander le départ du pouvoir du président Laurent Gbagbo.
2 juin Le groupe français Bolloré, à travers sa filiale DAFCI, décide de se retirer totalement du négoce du café/cacao en Côte d’Ivoire.
6-15 juin Visite privée de Laurent Gbagbo à Washington.
7 juin Attaque de la sous-préfecture de Gohitafla et de la ville minière d’Ity, situées dans la zone de confiance démilitarisée, par des « éléments incontrôlés » des forces ex-rebelles. En réaction, des hélicoptères de combat des forces loyalistes ivoiriennes lancent une attaque dans la zone placée sous le contrôle de l’ex-rébellion. À Abidjan, plusieurs centaines de « jeunes patriotes » favorables à Laurent Gbagbo manifestent violemment contre la France et contre la mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).  Agressions contre une quarantaine de français.
15 juin La Banque mondiale suspend ses décaissements en faveur de la Côte d’Ivoire en raison d’arriérés impayés depuis plus de 6 mois.
20 juin Tenue d’un sommet organisé par la Cedeao au Nigeria, en présence des présidents nigérian, ivoirien, togolais et ghanéen.
20-21 juin Affrontements armés entre factions de l’ex-rébellion ivoirienne à Korhogo et à Bouaké opposant partisans du sergent-chef Ibrahim Coulibaly (IB) et combattants fidèles à Guillaume Soro, occasionnant une vingtaine de morts.
9 juillet Adoption en commission par les députés ivoiriens d’un amendement de la loi sur le domaine foncier rural, issu des accords de paix de Marcoussis, permettant désormais aux héritiers non-ivoiriens de détenir un titre de propriété.
13 juillet Publication du rapport de l’ONUCI (Division des droits de l’homme) sur les charniers de Korhogo.
29-30 juillet Accord d’Accra III, conclu entre tous les protagonistes de la crise ivoirienne et destiné à relancer le processus de paix en panne depuis 22 mois dans ce pays. L’accord précise que le début du processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) doit commencer au plus tard le 15 octobre.
9 août Réunion de tous les ministres du Conseil du gouvernement ivoirien de réconciliation nationale (avec la réintégration des 3 ministres limogés par Laurent Gbagbo), après plus de 4 mois de boycott, première application de l’accord d’Accra III.
11 août Ouverture d’une session extraordinaire de l’assemblée nationale ivoirienne à Abidjan afin d’examiner des projets de loi prévus par les accords de paix de Marcoussis et l’accord d’Accra III.
13 août Interdiction de l’importation de sucre pendant deux ans pour “lutter contre la fraude” qui “met en difficulté l’industrie sucrière du pays”. Création à Abidjan de la radio « ONUCI FM » conformément à la résolution 1528 du Conseil de sécurité pour « contribuer à faire comprendre le processus de paix et le rôle de l’ONUCI aux collectivités locales et aux parties ».
15 août Francis Wangah Romain Wodié est réélu premier président du parti ivoirien des travailleurs (PIT), à l’issue du 3è Congrès de ce parti.
1er septembre Le Comité de suivi sur la mise en œuvre des accords de Marcoussis et d’Accra déclare son « inquiétude » concernant la lenteur de leur examen par l’assemblée nationale.
8 septembre Le président Gbagbo retire « momentanément » le code de la nationalité soumis à l’examen des députés.
9 septembre Adoption de la loi sur le financement sur le financement public des partis politiques et des campagnes électorales.
17 septembre Les armes lourdes des protagonistes auraient été retirées de leurs “positions avancées” et stockées sur “des sites identifiés”.
18-22 septembre Visite du premier ministre Seydou Diarra au siège de la Banque mondiale (BM) puis du Fonds monétaire international (FMI) à Washington pour “engager des discussions” en vue de la reprise de la coopération de la Côte d’Ivoire avec ces deux institutions.
16 août-28 septembre Session extraordinaire de l’Assemblée nationale destinée à procéder à l’adoption des réformes constitutionnelles et législatives prévues dans les délais fixés par les accords d’Accra-Marcoussis. Seul le projet de loi relatif au financement public des partis et groupes politiques et des campagnes électorales a été approuvé au cours de la session. Les textes importants sur la nationalité, la Commission électorale indépendante (CEI) et la libre circulation des personnes restent en suspens.
6 octobre Ouverture d’une deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale.
11 octobre Les Fanci (loyalistes) et les FN (ex-rebelles), réaffirment leur “volonté” de débuter le processus de désarmement le 15 octobre comme prévu, mais font état de “doutes et d’inquiétudes” au sein des populations. La réunion, convoquée par le président Gbagbo, se tient en l’absence de responsables politiques des ex-rebelles.
13 octobre Le porte-parole des FN, Sidiki Konaté, affirme que le démarrage du processus de désarmement n’aura pas lieu chez les ex-rebelles, pour protester contre le blocage politique des réformes.
28 octobre Suspension de la participation des ministres des Forces nouvelles au Gouvernement de réconciliation nationale à la suite de la découverte à Bouaké (le 26 octobre) d’un camion transportant une grande quantité d’armes et de munitions. A l’intérieur de leur zone, les ex-rebelles ont instaurent un “couvre-feu” (de 21 heures à 6h) et décrètent l’‘alerte maximale’.
2 novembre La Banque mondiale place la Côte d’Ivoire dans la catégorie des pays dont la « dette est improductive » (elle n’a plus effectué de remboursement de crédits ou de prêts depuis plus de six mois). Les arriérés d’Abidjan envers la Banque internationale de reconstruction et de développement (BIRD) s’élèvent à 64,2 millions de dollars pour un encours total de crédits d’environ 443 millions hors intérêt. Les arriérés dus au titre de l’AID atteignent 16,7 millions de dollars sur un encours total de 1,8 milliards.
3 novembre Laurent Gbagbo préside à Abidjan un conseil des ministres extraordinaire, caractérisé par l’absence de son Premier ministre, Seydou Diarra et des ministres issus de l’opposition. Le conseil adopte deux projets de loi sur une “disposition spéciale en matière de naturalisation” et le “code de nationalité”.
4 novembre L’aviation des forces loyalistes bombarde Bouaké et Korhogo (85 morts et une centaine de blessés, selon les FN). Guillaume Soro, SG du MPCI, déclare que ces bombardements rendent “caducs les accords de paix”. Le général Mathias Doué, chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, affirme que la “Côte d’Ivoire sera demain une et indivisible”. De nombreuses manifestations violentes de “Jeunes patriotes” se déroulent à Abidjan. L’électricité et l’eau sont coupées dans la zone des ex-rebelles. À Abidjan, trois journaux proches de l’opposition sont attaqués (le Patriote, 24 Heures et le Nouveau Réveil), les locaux des deux premiers sont incendiés. Un sabotage interrompt la diffusion des émissions de Radio France Internationale (RFI), de la BBC et d’Africa N°1 sur la bande FM à Abidjan. Le siège du PDCI est saccagé. Dans la nuit, le siège du RDR est pillé puis incendié.
5 novembre Le ministre de la Sécurité annonce que les manifestations à Abidjan sont interdites pendant trois jours dans le “souci de préserver les vies humaines et les biens”. L’Onu suspend ses activités humanitaires.
6 novembre Raid de l’aviation gouvernementale sur une position des soldats français de la force Licorne à Bouaké : 9 morts et 34 blessés. En représailles, les soldats français « neutralisent » l’aviation ivoirienne. Premier affrontement terrestre entre troupes loyalistes et combattants des forces nouvelles (ex-rebelles) au sud de Bouaké. Les troupes françaises prennent le contrôle de l’aéroport d’Abidjan après des combats avec les forces armées ivoiriennes. L’Onu condamne l’attaque contre les forces françaises et exige « le respect complet du cessez-le-feu ».
6-7 novembre Violences anti-françaises à Abidjan, scènes de violence et de pillage… l’armée française intervient pour « sécuriser » sa communauté : une trentaine d’ivoiriens tués et une centaine de blessés selon Mamadou Koulibaly (Président de l’assemblée nationale) qui déclare que la Côte d’Ivoire sera un Viêtnam pour la France.
7 novembre La France renforce son contingent. Depuis Nice, Alassane Ouattara demande la démission de Gbagbo. Laurent Gbagbo exhorte les ivoiriens au calme, tandis que les médias nationaux sous contrôle attisent la violence. L’Union africaine (UA) mandate le président sud-africain Thabo Mbeki pour tenter une médiation dans le conflit ivoirien.
8 novembre Forte hausse des cours du cacao. Nouvel appel au calme des responsables civils et militaires ivoiriens. La France déclare ne pas vouloir renverser Gbagbo. Des patrouilles mixtes de casques bleus, de soldats français et de militaires ivoiriens sillonnent Abidjan.
9 novembre Les États-Unis apportent leur soutien à la France. Premières évacuations de civils français. Arrivée à Abidjan du président sud-africain Thabo Mbeki qui rencontre Laurent Gbagbo et invite à Pretoria les représentants de l’opposition ivoirienne.
10 novembre Début de l’évacuation massive d’européens vers Paris et d’une centaine de canadiens vers le Ghana.
11 novembre Alassane Ouattara, leader du RDR, déclare à son arrivée à Pretoria qu’il n’est pas question « de négocier un nouvel accord » de paix. Le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, condamne les “médias de la haine” qui ont attisé la violence en Côte d’Ivoire et appelle les parties au calme. L’électricité et l’eau sont rétablies à Korhogo après neuf jours d’interruption.
13 novembre Le colonel-major Philipe Mangou est nommé chef d’état-major de l’armée ivoirienne par le président ivoirien Laurent Gbagbo en remplacement du général Mathias Doué, appelé à “d’autres fonctions”.
14 novembre Le sommet extraordinaire de l’Union Africaine (auquel ne participait pas Laurent Gbagbo) soutient le projet français de résolution devant être examiné le lendemain par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Nouvelle rencontre en Afrique du Sud entre M. Thabo Mbeki et des dirigeants de l’opposition. Une nouvelle coupure d’électricité, effectuée depuis Abidjan, touche tout le nord de la Côte d’Ivoire.
15 novembre Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1572 comportant des sanctions à l’encontre de la Côte d’Ivoire avec notamment un embargo immédiat sur les armes pour 13 mois. De plus, la résolution prévoit la possibilité, à partir du 15 décembre et pour une durée de 12 mois, de l’interdiction de voyager et d’un gel des avoirs pour certaines personnes qui seront désignées comme constituant une menace pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire (blocage de l’application des accords d’Accra, violation des droits de l’homme ou incitation à la haine et à la violence). Ces mesures seront levées si des progrès substantiels dans la mise en œuvre des accords d’Accra sont constatés (réforme de l’article 35 de la Constitution sur l’éligibilité à la présidence de la république et le désarmement des forces nouvelles). Les « jeunes patriotes » demandent le départ des troupes françaises.
17 novembre 8 300 français et environ 600 étrangers ont quitté la Côte d’Ivoire. 10 000 ivoiriens seraient réfugiés au Liberia selon le HCR.
18 novembre Laurent Gbagbo décide le remplacement de tout ministre décidant de ne pas participer au conseil des ministres par un intérimaire jusqu’à son retour officiel. Le porte-parole du gouvernement ivoirien déclare que 63 personnes ont été tuées et plus de 1 300 blessées dans les manifestations antifrançaises qui se sont déroulées entre le 6 et le 9 novembre.
21 novembre Nouvelle rencontre à Pretoria entre le président sud-africain Thabo Mbeki et le secrétaire général des Forces nouvelles Guillaume Soro.
24 novembre Le nouveau chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, le colonel-major Philippe Mangou a procédé à de nouvelles nominations à la tête de du 1er Bataillon d’infanterie, du 1er Bataillon blindé, du Bataillon d’artillerie sol-air, et du Bataillon de commandement et de soutien, unités situées à Abidjan. Reprise de la diffusion des émissions de RFI et BBC-Afrique sur la bande FM à Abidjan. Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire en poste depuis le mois de février 2003, Albert Tévoédjrè démissionne de ses fonctions.
25 novembre Nouveau bilan officiel des évènements du début novembre : 57 morts et 2 226 blessés. Un rapport de l’IRIN révèle que “le secteur du cacao est de plus en plus contrôlé par des personnes qui prétendent se battre pour améliorer les conditions de vie des planteurs. En réalité, ces personnes ne sont intéressées que par le pouvoir et l’argent que leur organisation de type mafieuse et elles-mêmes tirent du cacao”[1]. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont prôné la libéralisation du secteur et la suppression de la Caistab, remplacée par «la Bourse du café et du cacao et d’autres organismes de gestion qui étaient censés mieux représenter les planteurs ». « Le nouveau système s’est avéré encore moins efficace. En 2003, le cabinet de consultant Arthur Andersen a indiqué que les nouveaux organismes de régulation coûtaient trois fois plus cher que la Caisse de stabilisation ».
27 novembre Le 10ème Sommet de la Francophonie qui rassemblait à Ouagadougou une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement dénonce dans une résolution spéciale les récentes attaques de l’armée ivoirienne et exige la “stricte application” des accords de paix de Marcoussis-Accra.
28 novembre La Côte d’Ivoire va déposer plainte contre la France auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) pour violation des accords de défense liant les deux pays et pour la destruction de l’aviation ivoirienne. Information démentie par M. Désiré Tagro, porte-parole du président Gbagbo. Le colonel Georges Guiai Bi Poin, qui commandait le détachement de gendarmes ivoiriens devant l’hôtel Ivoire, accuse les soldats français d’avoir tiré “directement sur la foule et sans aucune sommation” le 9 novembre.
30 novembre Le ministère français de la Défense estime à “une vingtaine” le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française du 6 au 9. Environ 80 soldats français blessés ont dû être rapatriés, selon le ministère. Celui-ci accuse les “corps habillés” ivoiriens (armée, police, gendarmerie) d’avoir multiplié les affrontements avec les forces françaises.
2 décembre Selon le MEDEF, au cours des évènements du début novembre, « 144 filiales de sociétés françaises ont été spoliées, pillées ou détruites » et « 73% % des cadres travaillant pour les entreprises françaises en Côte d’Ivoire » ont quitté le pays ces dernières semaines.
4 décembre A la suite des troubles du début novembre, le président de la Chambre de Commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, Jean Louis Billon, dresse le bilan : 78 entreprises sont en cessation totale d’activité (détruites), 11 entreprises ont vu leur activité partiellement perturbée et 106 ont provisoirement fermé leurs portes. Concernant les PME, le président du Mouvement des petites et moyennes entreprises (MPME), Daniel Bréchat, affirme que 120 établissements sur les 500 affiliés à sa structure n’ont pas survécu aux pillages. Les pertes d’emplois seraient de l’ordre de 20 000 à 30 000.
2-6 décembre Deuxième mission de médiation et de paix du président sud-africain Thabo Mbeki en Côte d’Ivoire qui se traduit par un accord de l’ensemble des parties sur un plan de sortie de crise comportant quatre propositions susceptibles d’accélérer la mise en œuvre des accords d’Accra-Marcoussis. Ces points portent sur l’adoption rapide par l’Assemblée nationale des réformes politiques prévues par Marcoussis, le début du processus de désarmement, le retour au gouvernement de “réconciliation nationale” des ministres de l’ex-rébellion et la nécessité d’un “retour à la sécurité” sur l’ensemble du pays.
8 décembre Vote à l’Assemblée nationale de la loi sur la Commission Electorale Indépendante (CEI). Les députés du PDCI ont voté contre. Le RDR qui n’a aucun député conteste vivement ce vote.
9 décembre La France décide d’étendre aux français « rapatriés » de Côte d’Ivoire, le bénéfice de la loi du 26 décembre 1961 relative à l’accueil et à la réinstallation des Français d’outre-mer, qui avait été adoptée pour les Français d’Algérie. La France allège son dispositif militaire qui avait été renforcé au cours de la récente crise, ramenant l’effectif des militaires français présents en Côte d’Ivoire à environ 5 000. La radio de la Mission de l’ONU en Côte d’Ivoire émet désormais aussi à partir de Bouaké.
9 décembre Selon M. Guédié Zadi, Directeur général de la société des Palaces de Cocody qui assure la gestion de L’Ivoire Golf club, de l’Hôtel du Golf et de l’Hôtel Ivoire, les dégâts occasionnés par les évènements du début novembre s’élèvent à 1,104 milliards de francs CFA. À l’intérieur du pays, les dégâts subis par l’Hôtel Président de Yamoussoukro et par l’Hôtel de la paix de Daoukro, se chiffreraient à 10 milliards.
10 décembre Laurent Gbagbo interdit par décret toute manifestation sur la voie publique pendant trois mois, jusqu’au 10 mars 2005. Adoption en commission à l’Assemblée nationale de l’amendement de l’article 35 de la constitution portant sur les conditions d’éligibilité à la présidence de la République (19 voix pour, 16 abstentions).
12 décembre Selon le ministre du Tourisme Amon Tanoh Lambert, à la suite des troubles du début novembre, le montant des travaux de réhabilitation des 5 grands hôtels de Côte d’Ivoire (hôtel Ivoire, Golf hôtel, Ivoire Golf club, hôtel de la paix de Daoukro et hôtel président de Yamoussoukro) pourraient élever 50 milliards de francs CFA. L’Association pour le Développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest (ADRAO) quitte son siège régional de Bouaké pour le Bénin.
14 décembre Adoption en commission à l’Assemblée nationale de la loi sur le code de la nationalité. Les points les plus discutés concernaient les modes d’acquisition de la nationalité ivoirienne et les conditions de sa perte.
15 décembre Le Conseil de sécurité de l’ONU décide le report des sanctions ciblées contre les personnalités ivoiriennes bloquant l’application des accords de Marcoussis–Accra après le 10 janvier 2005, date de la réunion extraordinaire du Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine sur la crise ivoirienne. Koffi Annan demande le renforcement du contingent (un millier d’hommes) et des moyens des Nations-Unies en Côte d’Ivoire. Les députés ivoiriens adoptent en commission le projet de loi sur la naturalisation.
17 décembre Vote à l’Assemblée nationale en plénière, des textes de loi sur la nationalité et les naturalisations et de la modification des articles 35 et 55 de la Constitution. Selon l’article 35 nouveau, ‘’le président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois. Le candidat doit jouir de ses droits civils et politiques et être âgé de trente-cinq ans au moins. Il doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoirien d’origine’’.
18 décembre Laurent Gbagbo rappelle que toute modification constitutionnelle doit être approuvée par référendum.
20 décembre Le porte-parole des Forces nouvelles, Sidiki Konaté, demande la promulgation immédiate de l’article 35 nouveau de la Constitution et réfute toute idée de référendum à ce propos.
22 décembre Début des patrouilles mixtes composées d’éléments des forces nationales (Fanci) et onusiennes pour la sécurisation d’Abidjan. Les forces françaises ne prennent pas part à ces opérations. Dans le cadre de la révision annuelle de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), les Etats-Unis retirent la Côte d’Ivoire de la liste des pays africains éligibles à l’aide économique et commerciale (la Côte d’Ivoire était éligible à l’AGOA depuis le 16 mai 2002). En 2003, les exportations ivoiriennes vers les Etats-Unis bénéficiant du régime de l’AGOA s’élevaient à 88 millions de dollars soit environ 18% du montant total des exportations vers ce pays. Le ministre de l’Economie et des Finances, Bohoun Bouabré affirme que les arriérés de paiements extérieurs de la Côte d’Ivoire dépassent 400 milliards de Fcfa.
23 décembre Réunis en séance plénière, les députés rejettent le projet de loi sur l’organisation de référendums en Côte d’Ivoire : 198 votants : 108 pour, 89 abstentions et 1 bulletin nul (une majorité des 2/3 était requise).
24 décembre 18 personnes ont trouvé la mort à la suite de violents affrontements entre des villageois Bété près de Gagnoa, et des allogènes originaires d’autres régions de Côte d’Ivoire et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.
31 décembre Dans son message de vœux à la nation, le président Gbagbo dresse un bilan sombre de la situation économique et sociale en Côte d’Ivoire, conséquence directe « de la guerre qui nous est imposée depuis deux ans ». Concernant la mise en œuvre des accords d’Accra-Marcoussis, le président déclare : « aujourd’hui, j’ai terminé ma part ». A propos de la modification de l’article 35 de la Constitution, Laurent Gbagbo réaffirme la nécessité d’un référendum. Enfin, pour lui, « le processus de paix dépend d’une chose et d’une seule chose : le désarmement des rebelles ». Les Nations Unies estiment que 44 % des 16 millions d’Ivoiriens vivent désormais en-dessous du seuil de pauvreté, contre 38 pour cent en 2002.

[1] « Malgré l’instabilité politique, le secteur du Cacao reste toujours aussi actif », The New Humanitarian, 15 mars 1999.

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire 2005 : La médiation Mbeki

Thabo Mbeki, Mamadou Tanja, Olusegun Obasanjo

2005 2005
4 janvier Alassane Ouattara se prononce contre une candidature unique du G7 (qui regroupe quatre partis politiques (PDCI, RDR, UDPCI, MFA) et les trois ex-mouvements rebelles (MPCI, MPIGO, MJP)) aux futures présidentielles. La Bourse du café cacao (BCC) fixe le prix “indicatif d’achat bord champ” du cacao à 390 francs CFA le kilo pour la période de janvier à mars 2005. Le premier Conseil des ministres de l’année s’est ouvert à Abidjan, en l’absence des huit ministres issus des rangs des Forces nouvelles. En 2004, 17 cas de polio ont été enregistrés contre un seul en 2003 et la situation pourrait être bien plus alarmante compte tenu de l’absence de données dans les zones contrôlées par les Forces nouvelles, indique le ministre ivoirien de la Santé Albert Toikeusse.
5 janvier Laurent Gbagbo déclare au quotidien Fraternité-Matin : « si à la fin du mois d’octobre, les élections ne sont pas organisées, je reste Président de la République ». Le nouveau conseil d’administration de la Radio télévision ivoirienne (RTI) désigne son président, Oulaï Siéné, ancien ministre de la Justice et cadre du FPI. Ce « coup de force de Gbagbo » est dénoncé par Guillaume Soro, secrétaire général des Forces nouvelles. Pour les députés du G7, il s’agit d’une « violation fragrante et grave de la liberté d’expression et du pluralisme d’opinion… ».  Les sociétés sinistrées à la suite des évènements du 6-8 novembre 2004, réclament 150 milliards de FCFA d’indemnités à l’État ivoirien. Pour les entreprises ayant subi des préjudices et des dommages au cours de la période 1999-2003, les indemnités sollicitées sont estimées à 100 milliards de FCFA.
7 janvier Dans sa lettre de vœux aux ivoiriens, le sergent-chef Ibrahim Coulibaly (IB), un des principaux instigateurs de la rébellion, dresse un sombre bilan de la situation de crise en Côte d’Ivoire et n’épargne aucun protagoniste. Pour lui, « au Nord comme au Sud, les crimes économiques sont les mêmes, les massacres de populations civiles s’équivalent, les charniers humains se valent ». La « classe politique, toutes chapelles confondues, […] est collectivement responsable et solidairement comptable des multiples fractures qu’elle a infligées au pays » depuis 1994. Concernant le discours « indépendantiste » de Gbagbo, IB déclare : « les mêmes qui agitent l’étendard panafricaniste de lutte de libération économique contre la France, tout en se gardant bien de dire aux ivoiriens que dans le même temps, ils installent exclusivement des intérêts anglo-américains et néerlandais aux commandes des secteurs du café et du cacao ». Enfin, le plan Mbeki, légèrement amendé, « est notre espoir de sortie de crise ».
11 janvier Réuni à Libreville, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) admet, concernant la modification de l’article 35 de la constitution, « que le recours au référendum est une des options – qui n’est pas exclusive – auxquelles le Président de la République de Côte d’Ivoire pourrait avoir recours seulement si cette consultation est organisée dans le respect de l’esprit de Linas Marcoussis et d’Accra III… Le Conseil appelle à une solution rapide de cette question, et ce de manière à encourager la mise en œuvre du programme DDR et à permettre la tenue des élections dans les délais prévus, en octobre 2005 ». Le FPI au pouvoir interprète la déclaration du CPS comme un aval de l’UA pour le référendum, tandis que l’opposition préfère retenir que « le référendum n’est pas une voie exclusive. Et si il doit y avoir un référendum, il doit être organisé dans l’esprit de Marcoussis ». Le CPS  recommande un nouveau report des sanctions prévues par la résolution 1572 de l’ONU, visant les personnalités faisant obstacle au processus de paix ou responsables de violations des droits de l’homme pour donner plus de temps à la médiation conduite par Thabo Mbeki. Le corps criblé de balles du chef Ousmane Coulibaly, dit Ben Laden, est retrouvé à Bouaké. Ce nouvel assassinat semble traduire la persistance de dissensions au sein de l’ex-rébellion.
12 janvier Lors de sa troisième visite en Côte d’Ivoire, Thabo Mbeki  participe à Yamoussoukro à un Conseil des ministres du gouvernement, à nouveau boycotté par les rebelles des Forces Nouvelles (FN) qui déclarent préférer rencontrer, pour des raisons de sécurité, le médiateur en Afrique du Sud.
17 janvier Au cours d’une conférence de presse tenue au 43ème BIMA dans la banlieue d’Abidjan, le général Henri Poncet, commandant de la force Licorne, déclare que « la France dépense la somme de 10 milliards de FCFA par mois, soit environ 170 millions d’Euros, pour l’entretien de la force Licorne ».
21 janvier Décès à Bouaké de Drabo Modibo alias chef Mobio, l’une des figures emblématiques des Forces nouvelles.
22 janvier L’ONU autorise la Côte d’Ivoire à transférer de Yamoussoukro à Abidjan ses aéronefs « neutralisés » par la force Licorne le 6 novembre 2004.
23-25 janvier Rencontre à Pretoria entre le président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur de l’Union africaine dans la crise ivoirienne et l’opposition ivoirienne, représentée par Alassane Dramane Ouattara (RDR), Lambert Kouassi Konan (PDCI) et Guillaume Soro (Forces nouvelles), en vue de relancer le processus de paix. Quatre sujets sont abordés : (i) la sécurité des ministres issus des forces nouvelles, condition de la reprise de leur participation au Conseil des ministres, (ii) le fait que, selon Guillaume Soro, la grande majorité des lois qui ont été adoptées par l’Assemblée nationale ont été dénaturées (loi sur la presse, sur la commission électorale indépendante, la nationalité, l’identification et le séjour des étrangers), (iii) les conditions du démarrage du processus DDR, Soro estime que la Communauté internationale doit garantir la non reprise du conflit armé, (iv) la nécessité « d’élections démocratiques, transparentes et ouvertes à tous ». Le président Mbeki a prévu de s’entretenir séparément avec l’opposant Alassane Ouattara.
25 janvier Lors d’une réunion avec les responsables des sociétés cotonnières exerçant dans la zone des Forces nouvelles, Chérif Ousmane, commandant de la zone sud déclare : « jusqu’à nouvel ordre, les produits de la CIDT [Compagnie Ivoirienne de Distribution du Textile] ne sortiront plus de nos zones pour aller vers le sud ». En effet, « La CIDT est une société d’Etat. C’est en partie avec l’argent que rapporte cette société que Gbagbo achète des armes pour nous bombarder. Nous mettons fin à cela ». Les autres sociétés cotonnières privées  peuvent poursuivre leur activité mais elles doivent désormais payer des redevances aux Forces nouvelles et « payer leurs dettes envers les paysans ». La Compagnie cotonnière ivoirienne (LCCI), société d’égrenage, est sommée par les Forces Nouvelles de payer les arriérés qu’elle accumule depuis déjà trois à quatre campagnes et qui s’élèveraient à plus de cinq milliards de FCFA.
Selon le quotidien Le Front, « d’octobre 2004 au 9 janvier dernier, la récolte du cacao qui a atteint les deux ports de San-Pédro et d’Abidjan, se chiffrait à environ 600 855 tonnes » en baisse de plus de 100 000t par rapport à la même période de la campagne précédente. Les raisons de ces mauvais résultats seraient liées à la mauvaise pluviométrie, aux « remous qui secouent la filière », aux conséquences des troubles du début novembre 2004… Ces moindres performances obèrent sur les recettes de l’Etat largement alimentées par le Droit unique de sortie (Dus) fixé à 220 FCFA par kg.
30-31 janvier Quatrième sommet de l’Union Africaine (UA) à Abuja. Kofi Annan reconnaît l’existence d’une liste de 95 personnes censées être des obstacles au retour de la paix ou incitant à la haine et à la violence. Il déclare que cette liste ne sera pas publiée pour le moment, mais « sera remise à un procureur ».
31 janvier Albert Tévoédjrè, représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, quitte Abidjan au terme d’une mission de deux ans dans ce pays.
1er février Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1584 visant le renforcement de l’effectivité et du contrôle de l’embargo sur les armes. Ladite résolution prévoit la mise en place d’un comité d’experts de trois membres qui sera chargé de surveiller l’application de l’embargo sur le terrain.
Une mission d’experts composée d’émissaires du président sud-africain M.Thabo Mbeki, de la Banque mondiale, des forces impartiales (ONUCI et Licorne) du président de la CNDDR M. Charles Donwaï et de l’adjoint du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU Alan Doss se rend à Bouaké pour déterminer avec les Forces Nouvelles les modalités pratiques de la mise en œuvre du processus DDR et du retour des Forces nouvelles aux conseils des ministres et de gouvernement.
2 février En visite officielle au Sénégal, Jacques Chirac se déclare prêt à maintenir la force Licorne en Côte d’Ivoire « à condition que [le gouvernement ivoirien et]  les responsables africains nous le demandent ».
3 février Selon le directeur général des Impôts (DGI), M. Feh Kessé Lambert, en 2004 l’exécution du budget de l’Etat n’a pas été conforme aux prévisions : « Les folles journées de novembre ont entraîné un manque à gagner de ressources financières de près de 184,2 milliards » de FCFA.
7 février Le chef du gouvernement, Seydou Diarra annonce la reprise du processus d’identification des personnes, interrompu depuis septembre 2002, en vue des élections générales prévues en octobre 2005.
8 février Selon M. Olivier Tano, directeur de la conjoncture et de la prévision, la croissance en 2004, est estimée à 1% contre – 1,6% en 2002 et – 1,7% en 2003. Au niveau des échanges extérieurs, le solde du compte courant est positif de 157,3 milliards de FCFA (2,1% du PIB), permettant d’obtenir un solde global de 120 milliards de Fcfa. Exprimée en moyenne annuelle, l’inflation devrait s’établir à 1,4%. Concernant les finances publiques, les recettes globales sont estimées à 1451,6 milliards de FCFA. Le solde budgétaire ressort négatif à 126 milliards (1,5% du PIB). On constate une importante accumulation d’arriérés intérieurs et extérieurs respectivement de 85 et de 446,6 milliards. L’encours total de la dette ivoirienne hors arriérés en 2004 est de 5816,4 milliards de FCFA (155,4% des exportations) dont 5118,1 milliards au titre de la dette extérieure et 698,3 milliards pour la dette intérieure. La croissance du PIB réel pourrait être de 1% en 2005.
10 février Suite à une requête conjointe de quatre partis politiques (PDCI- RDA, RDR, UDPCI et MFA), le Président du Tribunal de Première Instance d’Abidjan, Madame Matto Loma Cissé, par l’ordonnance n° 56Q/2005, prononce la suspension immédiate de toute activité de la Commission électorale indépendante (CEI).
Le conseil des ministres adopte le projet de budget 2005 qui s’établit à 1 735 milliards de Fcfa en baisse de 12,7 % par rapport au budget de 2004. Alan Doss, le représentant spécial adjoint de Kofi Anann en Côte d’Ivoire, déclare que « les milices et toutes les autres branches armées non institutionnelles doivent être démantelées avant même le début du DDR ».
15 février La Côte d’Ivoire accepte que la Cour pénale internationale (CPI) exerce sa compétence concernant les crimes commis sur son territoire depuis les événements du 19 septembre 2002.
16 février Par le biais de Sangaré Aboudrahamane vice-Président du FPI, ancien ministre des Affaires étrangères, Laurent Gbagbo demande au roi Mohammed VI du Maroc de bien « vouloir mener des efforts de médiation appropriés pour la résolution de la crise en Côte d’Ivoire ». Le ministre français de la Défense Michèle Alliot-Marie déclare que les troupes françaises resteront en Côte d’Ivoire jusqu’au mois d’avril, date de la fin du mandat des Nations unies, et ne s’y maintiendront au-delà que si leur présence est souhaitée par l’ONU, l’Afrique et Abidjan. Dans la partie nord du pays, « la plupart des écoles, hôpitaux, tribunaux, perceptions et autres services publics sont fermés depuis le début du conflit en septembre 2002 ». Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), le conflit a mis fin à la scolarisation de quelque 700 000 enfants. Malgré tout, au cours de l’année 2004, 63 985 élèves des villes du nord de la Côte d’Ivoire étaient inscrits pour passer les examens marquant la fin de l’année scolaire 2003/2004 qui devaient se dérouler le 10 novembre. Mais début novembre, « suite à la reprise des hostilités entre les forces loyalistes du sud et les rebelles du nord, le gouvernement du président Laurent Gbagbo a décidé d’annuler les examens ».
17 février Dans un communiqué, la Présidence ivoirienne dément formellement avoir sollicité une médiation du roi Mohammed VI dans le cadre de la crise en Côte d’Ivoire. Le Maroc rappelle son ambassadeur à Abidjan. Une crise diplomatique s’ouvre entre les deux pays.
18 février La France restitue à la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’ouest (BCEAO) à Abidjan, les cent millions de francs CFA volés en septembre 2004 par douze de ses militaires dans une succursale de cette banque à Man.
19 février M. Alan Doss, le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Côte d’Ivoire, participe à Man au lancement du processus de prévention, démobilisation et réinsertion des ex-enfants associés aux forces et groupes armés (PDR) dans la zone Ouest.
20 février Une patrouille de la force Licorne intercepte un véhicule armé des Forces Nouvelles en zone de confiance, au Sud de Zoukouboué.
21 février Le vice-ministre des Affaires étrangères Sud-africain, Aziz Pahad déclare que son pays entend travailler « plus étroitement » avec la France sur le dossier ivoirien afin de s’assurer de la tenue des élections générales prévues en octobre 2005. Me Thimothy Simpson, appartenant au cabinet Fuller Thomas Solicitor, avocat des jeunes patriotes, déclare au cours d’une conférence de presse que « l’armée et l’Etat français seront poursuivis pour crime de guerre » en raison des affrontements de novembre 2004 devant l’hôtel ivoire. Ouverture de la première banque en zone rebelle à Bouaké, la Caisse d’épargne populaire et de crédit de Côte d’Ivoire (Cepc-ci) ayant pour « objectif d’aider les populations en préservant leur fonds et aussi lutter contre la pauvreté ».
28 février Un commando de miliciens se réclamant du mouvement ivoirien pour la libération de l’Ouest de la Côte d’Ivoire (MILOCI) lance un assaut contre une position des Forces nouvelles à Logoualé (région de Man). Cette attaque suscite l’intervention des forces de l’Onuci et de la Licorne qui procèdent à l’arrestation de 85 miliciens et à la saisie d’armes. Les Forces nouvelles déclarent « l’alerte maximale », dénoncent une « énième violation du cessez-le-feu » et annoncent que « ces actes de guerre » sonnent le glas de la médiation Mbéki. Nomination du Suédois Pierre Schori comme successeur d’Albert Tévoédjré à la tête de l’Organisation des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).
7 mars Les forces onusiennes de maintien de la paix en Côte d’Ivoire remettent aux autorités ivoiriennes les 85 combattants de la milice pro-Gbagbo arrêtés lors de l’attaque qu’ils ont lancée la semaine dernière sur Logoualé. La Cour suprême confirme la condamnation, prononcée lors du premier jugement, à 17 ans de prison du sergent de police Théodore Dago Séri qui avait tué par balle le journaliste français Jean Hélène. Dans la zone nord de la Côte d’Ivoire, « les taxes douanières ont disparu depuis l’arrivée des Forces Nouvelles ».
8 mars Entretiens à Abuja entre Laurent Gbagbo et le président nigérian Olusegun Obasanjo, actuel président de l’Union africaine (UA), au sujet de la crise ivoirienne.
10 mars Par décret, Laurent Gbagbo reconduit l’interdiction (initialement prise le 10 décembre 2004) des marches, des sit-in et des manifestations sur la voie publique sur toute l’étendue du District d’Abidjan sur la période du 11 mars 2005 au 11 juin 2005.
13 mars Rencontre à Lomé entre Laurent Gbagbo et Michel Barnier, le ministre français des Affaires étrangères.
14 mars Rencontre à Abidjan entre Laurent Gbagbo et une délégation de la médiation sud-africaine.
15 mars Le ministre de la Défense sud-africain, M. Mosiuoa Lekota, à la tête d’une délégation de huit personnes, composée essentiellement d’experts militaires et de juristes rencontre à Bouaké les Forces nouvelles dans le cadre du règlement de la crise ivoirienne.
16 mars L’ONUCI (Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire) demande l’ouverture d’une enquête sur la mort de 13 villageois (le 22 février 2005) que des gardes forestiers auraient torturés après les avoir arrêtés pour occupation illégale du parc national Marohoue, dans la région sud sous contrôle des forces gouvernementales.
17 mars Dans un courrier adressé au président de l’Assemblée nationale, Alan Doss, le président par intérim du comité de suivi des accords de Marcoussis, estime que « certaines lois récemment adoptées par le parlement posent problème en raison de leur non-conformité à l’objectif des accords de Marcoussis ».
18 mars Dans un rapport transmis aux membres du Conseil de sécurité, Kofi Annan souligne l’effondrement de l’économie ivoirienne qui s’est accentué après la crise de novembre 2004. « Il ressort de certaines données que le déficit ivoirien continue de se creuser et que la production économique reste sur le déclin. Ce recul est imputable à plusieurs facteurs intimement liés à la crise ivoirienne, tels que le démarrage tardif de la campagne d’exportation du cacao, l’impact préjudiciable des récentes poussées de violence et la diminution de l’aide extérieure ». La crise de novembre a « eu des incidences marquées sur la situation économique du pays. Le Président de la Chambre nationale de commerce a indiqué que la violence avait entraîné la perte de 60 millions d’euros et que, sur les 500 entreprises étrangères, 125 avaient fermé leurs portes, mettant au chômage 30 000 personnes »… « La situation se complique en raison des problèmes liés au service de la dette du pays. Depuis juin 2004, la Côte d’Ivoire a accumulé d’importants arriérés vis-à-vis de la Banque mondiale et, le 1er novembre 2004, ses emprunts ont été classés dans la catégorie des prêts improductifs. Le service de la dette s’élève actuellement à 115 millions de dollars par an. La combinaison de ces facteurs contribuera non seulement à maintenir la croissance économique négative projetée, mais aussi à accroître le risque de voir toute la région souffrir de conséquences préjudiciables si le franc de la Communauté financière africaine venait à perdre de sa valeur ».
19 mars Des manifestations pour et contre la présence de la force Licorne en Côte d’Ivoire se déroulent dans l’ouest (zone gouvernementale) et le nord (zone rebelle) du pays.
20 mars En visite en Côte d’Ivoire, Louis Michel, commissaire européen à la Coopération au développement et à l’aide humanitaire, affirme, à l’issue de ses entretiens avec les autorités, « le soutien total et sans réserve de l’Union européenne à la médiation Mbeki », mais également au référendum prévu sur l’article 35 de la Constitution, qui a déjà obtenu le soutien du Parlement européen.
21 mars Le siège de l’Organisation internationale du café et cacao (ICCO), est maintenu en Côte d’Ivoire, malgré le redéploiement à Londres d’une partie importante de son personnel pour une durée de trois ans.
22 mars Début des inscriptions à l’université de Bouaké. La reprise des cours devrait avoir lieu le 19 avril prochain.
23 mars Une épidémie de méningite entraîne 40 décès dans la région de Bouna.
24 mars L’International crisis group (ICG) publie un rapport intitulé : « Côte d’Ivoire : le pire est peut-être à venir ». Les « sept mois à venir (avant les élections) sont ceux de tous les dangers », car la pression « de l’échéance électorale… risque de trouver son épilogue dans une déflagration générale » dont la classe politique porterait la responsabilité. La résolution de la crise réside notamment dans une plus grande implication de la communauté internationale qui doit prendre en charge le processus électoral « comme l’a souhaité le Premier Ministre Seydou Diarra lors de sa rencontre avec le président Mbeki le 3 mars dernier ». En 2004, 20 479 cas de tuberculose ont été dépistés, soit une progression de 13% par rapport à l’année précédente.
28 mars Rendant compte devant le Conseil de sécurité d’un climat « volatile », M. Alan Doss, Vice-Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire « a engagé les parties à se montrer à la hauteur de leurs engagements et à se réunir à la même table de négociations. Il a aussi sollicité le renforcement de la Mission et rappelé que l’appel humanitaire de 39 millions de dollars n’avait été financé qu’à hauteur de 5% ».
29 mars Des policiers de la promotion 2002-2003 dont le nombre s’élève à 1094 manifestent en bloquant la circulation à Abidjan, pour exiger le paiement de leurs primes appelées « Haut les cœurs ».
30 mars A la suite d’une dispute apparemment anodine entre deux enfants, dont l’un appartient à l’ethnie Baoulé et l’autre à l’ethnie Dioula, dans le village Baoulé de Boli, s’est transformée en un véritable conflit ethnique entre les deux communautés faisant six blessés, et des centaines de déplacés.
31 mars Selon un rapport de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) publié ce jour, « de graves violations des droits de l’homme ont été constatées sur l’ensemble du territoire national », « malgré de légères améliorations durant les mois de janvier et de février ». « Ces violations ont été notamment l’œuvre des éléments de Forces de défense et de sécurité (FDS) et des milices armées ou non armées dans la partie sous contrôle du Gouvernement », mais également « des éléments des Forces Nouvelles dans la zone sous leur contrôle » ainsi que « des groupes armés et coupeurs des routes dans la zone de Confiance placée sous la supervision des forces impartiales ». Le gouvernement britannique recommande à ses citoyens présents en Côte d’Ivoire de quitter immédiatement le pays en raison de la détérioration de la situation sécuritaire. Les activités de l’ambassade britannique en Côte d’Ivoire sont suspendues.
3-6 avril Discussions à Pretoria entre les protagonistes du conflit ivoirien sous l’égide du Président Thabo Mbeki. Dans le communiqué final, ils « proclament solennellement la cessation immédiate et définitive des hostilités et la fin de la guerre sur toute l’étendue du territoire » et rejettent « sans équivoque l’usage de la force comme moyen de résoudre les divergences ». En outre, « les parties signataires… se sont accordées pour procéder immédiatement au désarmement et au démantèlement des milices sur l’ensemble du territoire national ». Une rencontre entre les chefs d’état-major des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) et des Forces armées des Forces nouvelles (FAFN) en vue « de s’assurer de la mise en œuvre du Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) » est prévue à Bouaké le 14 avril prochain. Enfin, dès que la sécurité de leurs ministres sera assurée à Abidjan, les Forces nouvelles acceptent de revenir au sein du gouvernement du « Premier ministre de consensus » Seydou Diarra. Par contre, le communiqué n’apporte aucune solution à la question centrale des conditions d’éligibilité à la Présidence de la République (article 35).
4 avril Le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité, la résolution 1594 par laquelle il proroge d’un mois, soit jusqu’au 4 mai 2005, le mandat de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et des forces françaises de l’Opération Licorne.
6 avril Pour la petite traite cacaoyère qui s’étale d’avril à juin, la bourse du café et du cacao (BCC) fixe le prix indicatif du kilogramme de cacao fèves bord champ à  390 FCFA, contre 385 FCFA pour la grande campagne qui vient de s’achever.
7 avril Publication du rapport du comité de convergence de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Selon ce rapport : « la situation économique a enregistré un redressement relatif en 2004 après cinq années de récession. Le taux de croissance du PIB, révisé à la lumière de l’évaluation des répercussions de la crise de novembre 2004, serait de 1,0 % contre -1,7 % en 2003. Cette reprise est basée notamment sur les impulsions attendues du secteur primaire… La reprise serait accompagnée d’un repli sensible de l’inflation en rapport avec l’abondance de l’offre des produits alimentaires. En effet, le taux d’inflation annuel moyen a été de 1,4 % contre 3,3 % en 2003… En dépit des difficultés de mobilisation des ressources extérieures, la situation des finances publiques s’améliorerait légèrement en 2004 ». Cette amélioration proviendrait de la « progression des recettes budgétaires » de 6,1 % et d’une moindre augmentation des dépenses publiques de 0,7 % (+3,0% pour les dépenses courantes et – 15,2% pour les dépenses en capital). « le solde budgétaire de base serait de -1,4% du PIB contre -2,0 % en 2003 ». « En ce qui concerne la situation de la dette publique, elle reste toujours préoccupante. A fin décembre 2004, l’encours de la dette publique totale est estimé à 6 454,6 milliards, soit 76,9 % du PIB nominal contre 80,9 % en 2003. Cette évolution s’expliquerait par les efforts déployés par le Gouvernement pour le paiement partiel de certaines échéances et l’évolution à la baisse du cours du dollar. En 2004, le montant des arriérés de la dette extérieure serait de 447,0 milliards et celui des arriérés de paiement intérieurs de 91,4 milliards. Dans le cadre de l’initiative PPTE, le point de décision prévu précédemment pour 2002, n’est toujours pas atteint ».
8 avril Affrontements à la frontière ivoiro-guinéenne entre un nombre indéterminé d’individus armés, présumés membres des Forces Nouvelles et des soldats guinéens.
11 avril Arrivée à Abidjan du nouveau représentant spécial de l’Onu en Côte d’Ivoire, le diplomate suédois Pierre Schori qui succède au Béninois Albert Tévoédjré.
13 avril Thabo Mbeki, dans une lettre adressée à tous les acteurs de la crise ivoirienne, déclare « que pour ce qui concerne les élections présidentielles de 2005, le Conseil constitutionnel devrait accepter l’éligibilité des candidats qui seraient présentés par les partis politiques signataires de l’accord de Linas-Marcoussis ».
14 avril Rencontre à Bouaké entre les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) et les Forces armées des Forces nouvelles (FAFN). Les discussions qui ont essentiellement porté sur l’élaboration d’un chronogramme pour le démarrage du processus de désarmement des ex-combattants, n’ont pu aboutir à un accord. Le dialogue devrait reprendre le 16 avril à Bouaké.  Selon M. Bohoun Bouabré, ministre de l’Economie et des finances, le total des dépenses de l’Etat pour faire face aux trois ans de « guerre » s’élèverait à 227 milliards de FCFA.
15 avril Premier conseil des ministres après le sommet de Pretoria, deux ministres issus des Forces nouvelles (Michel Gueu des Sports et Issa Diakité de l’Administration du territoire) étaient présents. Inhumation de 48 des 70 victimes des événements de mars 2004.
16 avril A l’issue d’une nouvelle réunion à Bouaké, les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) et les Forces armées des Forces nouvelles (FAFN) « conviennent de donner un signal fort en procédant au retrait des armes lourdes de la ligne de front à partir du 21 avril ». De plus, décision a été prise de tenir à Yamoussoukro, du 2 au 6 mai, un séminaire en vue de “l’élaboration et la validation” d’un Programme national de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) qui pourrait débuter le 14 mai.
18 avril Laurent Gbagbo entame une série de rencontres de consultation, qui dureront deux semaines, avec la société civile, les associations des jeunes et des femmes, les fonctionnaires, les forces armées et le Parlement, afin d’écouter leurs points de vue et leurs avis au sujet de l’accord de Pretoria.
21 avril Début du retrait des armes lourdes (calibres supérieurs à 20mm et mortiers) de la ligne de front. Tenue d’un Conseil des ministres (4 ministres des Forces nouvelles étaient présents) pour notamment réexaminer les lois issues de l’accord de Marcoussis et votées en décembre dernier par l’Assemblée nationale.
22 avril Assemblée nationale : adoption de la loi de finances 2005 par 104 voix pour et 53 abstentions (les députés du PDCI). Le budget, qualifié d’« irréaliste » par le PDCI, s’équilibre en recettes et en dépenses à hauteur de 1 734,97 milliards de FCFA.
26 avril Discours à la nation de Laurent Gbagbo : « j’ai décidé de mettre en œuvre l’article 48 de notre Constitution… je décide… Uniquement pour l’élection présidentielle d’octobre 2005, conformément à la lettre du Médiateur Sud-africain, les candidats présentés par les partis politiques signataires de l’Accord de Marcoussis sont éligibles. En conséquence, Monsieur Alassane Dramane Ouattara peut, s’il le désire, présenter sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2005 […] À compter de ce jour, et jusqu’à la fin de la crise, je prendrai, en vertu des pouvoirs que me confère l’article 48 de notre Constitution, toutes les mesures qui me paraîtront exigées par les circonstances ».
28 avril A l’issue du Conseil des ministres, le premier tour des élections présidentielles est fixé au 30 octobre 2005. Le Conseil adopte deux projets de lois dans l’esprit des accords de Pretoria : (i) modifiant la Commission électorale indépendante (CEI) et (ii) réglant la question du financement public des partis politiques signataires de l’accord de Marcoussis non représentés à l’Assemblée nationale.
29 avril – 1er mai Des affrontements inter-ethniques entre Dioulas et Guérés font 15 morts et près de 4 000 déplacés à Duékoué, située en zone loyaliste, à 480 km à l’ouest d’Abidjan.
3 mai Selon Human Rights Watch, « au moins sept principaux groupes de milices opèrent dans le sud et l’ouest de la Côte d’Ivoire », « la plupart de leurs recrues sont des supporters du parti du Président Gbagbo », l’effectif total de toutes les milices dans la zone gouvernementale serait « d’environ 31 000 ».
4 mai Le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte à l’unanimité la résolution 1600 qui proroge pour un mois (jusqu’au 4 juin 2005) le mandat de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et des forces françaises (la force Licorne) qui la soutiennent.
2-6 mai Echec du séminaire de Yamoussoukro consacré au Programme national de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (PNDDR). Les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les Forces armées des Forces Nouvelles (FAFN) n’ont pu aboutir à un accord sur les modalités pratiques du programme. Les discussions ont notamment achoppé sur la question de la date de démarrage du désarmement et son calendrier.
11 mai La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) et la Société de distribution d’eau en Côte d’Ivoire (SODECI) indiquent qu’à compter du 1er mai, les six millions d’Ivoiriens résidant au nord de la zone de confiance devront s’acquitter de leurs factures. En effet, en raison du conflit, depuis deux ans les habitants de la zone nord contrôlée par les rebelles consommaient gratuitement l’eau et l’électricité. Jules Kouadio, le directeur des ventes de la CIE, estime le préjudice financier subi par les deux fournisseurs d’électricité et d’eau à plus de 40 milliards de francs CFA (l’agence Xinhua estime le préjudice à 89 milliards de francs CFA soit 136 millions d’euros).
14 mai Signature à Yamoussoukro, entre les forces loyalistes et la rébellion ivoirienne, d’un accord fixant les modalités pratiques du désarmement des belligérants. Le processus de désarmement et de démobilisation devrait débuter le 27 juin pour se terminer le 10 août. Le coût de l’opération s’élèverait à 85 milliards de francs CFA (164 millions de dollars), pris en charge à hauteur de 47% par la Banque Mondiale, 29% par le gouvernement ivoirien, 13% par les Nations unies, l’Union européenne et d’autres donateurs. Le gouvernement devra trouver d’autres donateurs pour les 11% restants. Selon Alain Richard Donwahi, président de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR), les combattants recevront 500 000 francs CFA (963 dollars) pour se réinsérer dans la société civile, un processus qui devrait durer jusqu’en 2008.
17 mai Publication du rapport : Perspectives économiques en Afrique 2004/2005 – Quoi de nouveau en Afrique ? Concernant la Côte d’Ivoire, le rapport indique un taux de croissance du PIB réel de – 2% pour 2004 et une prévision de – 1,1% en 2005 « du fait des conséquences de la crise, notamment la délocalisation des entreprises ». « Compte tenu de la progression démographique, le PIB réel par tête baisserait de 5,2 pour cent en 2004 » (le PIB par habitant, en milliers de francs CFA courants, diminue chaque année : de 469,5 en 2002 à 455,2 en 2003 et 453,4 en 2004). Parallèlement la pauvreté s’accroît : « 38,5% des ménages vivaient en dessous du seuil de pauvreté, fixé à un dollar par jour, contre 36% en 1998 ». « Malgré les troubles, la Côte d’Ivoire est restée, en 2004, le premier producteur mondial de cacao, devant le Ghana et l’Indonésie ». La récolte s’est élevée à « 1,45 million de tonnes, soit 45 pour cent du marché mondial ». « L’extraction minière a été très dynamique en raison de l’exploitation de nouveaux gisements pétroliers. Elle affichait un taux de croissance de 29% en 2004. Le pays produit actuellement près de 20 000 barils par jour, mais la production pourrait prochainement atteindre 50 000 barils avec la mise en exploitation de nouveaux champs pétroliers ». « Le pays a des réserves prouvées de 100 millions de barils de pétrole et de 1 100 milliards de mètres cubes de gaz naturel ». Le secteur industriel a souffert de la crise : « pendant les neuf premiers mois de l’année 2004, il affichait encore un taux de croissance de 1 pour cent, contre -10.5 pour cent en 2003 et -5.8 pour cent en 2002. Mais 81 entreprises ont été détruites lors des émeutes à Abidjan en novembre 2004, ce qui devrait affecter fortement le secteur ». Les activités touristiques se sont effondrées et le commerce est marqué par une forte tendance à l’informalisation surtout dans les zones « rebelles ». Le taux global d’investissement est passé de « 9.6 pour cent du PIB en 2003 à 8.5 pour cent en 2004 » et « devrait à nouveau baisser en 2005 et en 2006, à environ 6.6 pour cent du PIB ». Les finances publiques se sont dégradées depuis 2002, « le déficit budgétaire, de -1,5 pour cent du PIB en 2002, est passé à -2,9 pour cent en 2003, puis à -3,9 pour cent en 2004 ». Pour financer ce déficit, l’Etat s’est endetté auprès du système bancaire (47 milliards au cours des neuf premiers mois de l’année 2004), il a « également émis des emprunts sur le marché financier (y compris les bons du Trésor) » et il a « continué à accumuler des arriérés intérieurs et extérieurs. Son déficit pourrait être de -4,7 pour cent en 2005 et de -5,3 pour cent en 2006 ». « En 2004, l’encours de la dette extérieure représentait 70,3 pour cent du PIB, et le service de la dette 17,5 pour cent des exportations totales ».
18 mai Quatre partis de l’opposition ivoirienne (le Parti démocratique de la Côte d’Ivoire (PDCI), le Rassemblement des républicains (RDR), l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) et le Mouvement des forces de le l’avenir (MFA)), signent à Paris un pacte visant à battre leur ennemi commun, le président Laurent Gbagbo, aux prochaines élections présidentielles. Ce pacte nommé l’alliance du « Rassemblement des Houphouëtiste pour la démocratie et la paix » permet aux différentes composantes de l’alliance de présenter leur candidat respectif à l’élection présidentielle prévue pour le 30 octobre de cette année. Si aucun candidat n’obtient la majorité des suffrages au premier tour et qu’un deuxième tour est organisé entre les candidats ayant réuni le plus de voix, les partis de l’alliance s’engagent à reporter leurs voix sur le candidat de l’opposition le mieux placé. 
22 mai Election de Serge Koffi au poste de secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) qui succède à Kuyo Serge.
25 mai A Guiglo, début de l’opération de démantèlement des milices de l’ouest de la Côte d’Ivoire favorables au président Laurent Gbagbo, prévue par l’accord de paix de Pretoria du 6 avril, en présence du chef d’état-major de l’armée ivoirienne, le colonel-major Philippe Mangou.
30 mai – 2 juin Des affrontements ethniques entre Dioula (musulmans originaires du nord de la Côte d’Ivoire ou de pays voisins) et autochtones Guéré en zone loyaliste, près de la ville de Duekoué (ouest de la Côte d’Ivoire) auraient fait 70 victimes.
3 juin Le Conseil de sécurité des Nations-Unies proroge le mandat de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire pour sept mois et prévoit son éventuel renforcement. Ainsi, par sa résolution 1603, adoptée à l’unanimité, le Conseil de sécurité autorise le Secrétaire général à « commencer à prendre les dispositions nécessaires, notamment pour la constitution de contingents et d’unités de police, en vue de faciliter un déploiement en temps voulu si le Conseil venait à décider d’augmenter les effectifs autorisés de l’ONUCI et d’en réaménager le mandat ». Le Conseil prie également le Secrétaire général, sur la base de l’Accord de Pretoria, de « désigner, à titre exceptionnel, après consultation de l’Union africaine et du Président Thabo Mbeki, un haut représentant pour les élections en Côte d’Ivoire, indépendant de l’ONUCI, qui apportera son concours notamment aux travaux de la Commission électorale indépendante et du Conseil constitutionnel sans porter atteinte aux responsabilités du Représentant spécial du Secrétaire général ». Enfin, la résolution « réaffirme » l’intention de mettre en œuvre le gel des avoirs financiers et l’interdiction de voyager à l’encontre de toute personne ou organisation entravant les efforts de paix.
17 juin À l’occasion d’un discours télévisé, Laurent Gbagbo annonce des mesures d’urgence « suite aux évènements sanglants de Duékoué ». Elles prévoient, entre autres, la nomination d’un gouverneur et de préfets militaires dans la région du Moyen Cavally. Le gouverneur  aura sous son autorité l’armée, la gendarmerie, les douanes et les eaux et forêts. Le chef d’état-major des Fanci, le Colonel-Major Philippe Mangou est promu au grade de général de Brigade.
18-25 juin Voyage privé de Laurent Gbagbo aux Etats-Unis à l’invitation du Corporate council on Africa.
23 juin Le lieutenant-colonel Yao Yao Jules porte-parole des Forces de défense et de sécurité (FDS) est remplacé à ce poste par le lieutenant-colonel Babi Gohourou Hilaire.
24 juin Le Conseil de sécurité adopte la résolution 1609 renforçant les effectifs (850 personnes pour la composante militaire et 725 civils) de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire et prolongeant son mandat, ainsi que celui des forces françaises “Licorne” qui la soutiennent, jusqu’au 24 janvier 2006, c’est-à-dire pendant toute la période pré et post-électorale. L’ONUCI s’acquittera notamment des missions suivantes : observation de la cessation des hostilités et des mouvements de groupes armés ; désarmement, démobilisation, réinsertion, rapatriement et réinstallation ; désarmement et démantèlement des milices; protection du personnel des Nations Unies, des institutions et des civils ; surveillance de l’embargo sur les armes; appui aux opérations humanitaires ; appui au redéploiement de l’administration ; appui à l’organisation d’élections ouvertes à tous, libres, justes et transparentes ; assistance dans le domaine des droits de l’homme ; information et ordre public. 
28-29 juin À Pretoria, à l’issue de la réunion d’évaluation de la mise en œuvre de l’accord conclu dans cette même ville le 6 avril dernier entre les divers protagonistes de la crise ivoirienne, il a été convenu que le désarmement des milices pro-gouvernementales doit débuter immédiatement et s’achever avant le 20 août. Par ailleurs, les représentants des rebelles et de l’armée se rencontreront à nouveau le 7 juillet pour finaliser le calendrier de désarmement. De plus, « l’ONUCI et la Médiation vont accorder la priorité à la mise au point d’un plan de protection et autres mesures nécessaires pour assurer la sécurité du Ministre d’État Guillaume Soro et des candidats à la Présidence, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ». Enfin, l’Assemblée nationale doit « adopter, d’ici le 15 juillet 2005, tous les amendements aux sept lois proposés par la Médiation » et « la législation relative à la Commission électorale indépendante (CEI) » qui « devrait commencer de fonctionner immédiatement après cette date et au plus tard le 31 juillet ».
30 juin Les représentants des Nations unies chargés du contrôle de l’embargo sur les importations d’armes révèlent avoir découvert 62 véhicules militaires et des caisses de munitions au port fruitier d’Abidjan. Il s’agit du premier cas de violation de l’embargo imposé à la Côte d’Ivoire ce pays depuis le 15 novembre 2004 par la résolution 1572 du Conseil de sécurité.
3 juillet Décès dans des circonstances troublantes après son interpellation par des militaires, du colonel major Bakassa Traoré, directeur de l’Office national de la protection civile.
4-5 juillet Laurent Gbagbo participe à la 5ème session ordinaire de l’Union Africaine (UA) à Syrte (Libye).
7 juillet La Bourse du café et du cacao (BCC) maintient le prix indicatif d’achat « bord champ » « du kilogramme de la fève de cacao bien fermenté et bien séché à 390 FCFA (0,59 euro) pour la période allant de juillet à septembre 2005 ».
9 juillet Après trois jours de négociations à Yamoussoukro, les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (Fanci) et les Forces nouvelles (FN, rébellion) sont parvenues ce jour à un nouvel accord sur le calendrier du désarmement. Les principales dates de l’accord sont les suivantes : (i) avant le 15 juillet 2005 : adoption des amendements des lois relatives au processus de paix ; (ii) 20 août : fin du désarmement et du démantèlement effectifs et complets des milices pro-gouvernementales ; (iii) 19 septembre : accueil de l’ensemble des combattants de façon concomitante et simultanée sur les sites de regroupement ; (iv) 26 septembre : début du désarmement et de la démobilisation qui prendront fin le 3 octobre.
10 juillet Selon le Général Elrick Irastorza, nouveau Commandant de la Force Licorne en Côte d’Ivoire,  « l’opération Licorne nous coûte au total 190 millions d’euros par an, soit environ 124 milliards de francs Cfa. Pour plus de détail, la Licorne coûte par jour 341 millions de francs CFA ».
15 juillet Dans un message à la nation, Laurent Gbagbo déclare : « en vertu des pouvoirs que me confère l’article 48 de notre Constitution », « je prends immédiatement des décisions qui portent sur : (i) Le financement sur fonds publics des partis et groupements politiques et des candidats à l’élection présidentielle ; (ii) L’identification des personnes et le séjour des étrangers en Côte d’Ivoire ; (iii) La Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ; (iv) La composition, l’organisation, les attributions et le fonctionnement de la Commission Electorale Indépendante (CEI) ; (v) Les dispositions spéciales en matière de naturalisation ; (vi) Le Code de la nationalité. Toutes ces Décisions, qui ont force de loi, prennent effet à compter de ce jour, 15 juillet 2005 ».
16 juillet Le Conseil National de la Communication Audiovisuelle suspend « jusqu’à nouvel ordre » les émissions de Radio France internationale (RFI) sur la bande FM pour « traitement non professionnel » de l’actualité ivoirienne.
23-24 juillet Attaque d’Agboville (70 km au nord d’Abidjan) et d’Anyama (banlieue d’Abidjan) par des éléments non identifiés. Selon le chef de l’armée ivoirienne, le bilan serait d’au moins 24 morts dont 7 militaires des forces de défense et de sécurité. Chez les assaillants, 17 morts auraient été enregistrés. Les assaillants auraient libéré 217 détenus de la prison d’Agboville. Selon que l’on se place du côté du pouvoir en place ou de l’opposition, ces attaques sont attribuées aux ex-rebelles ou aux milices pro-gouvernementales.
27 juillet Les principaux partis de l’opposition regroupés au sein du G7 rejettent une série de lois récemment promulguées (le 15 juillet) par le président Laurent Gbagbo (sur la nationalité, les droits à la citoyenneté, la composition de la commission électorale indépendante (CEI)…), affirmant qu’elles ne sont pas conformes au plan de paix de Pretoria II.
31 juillet Maintes fois reporté, le processus de désarmement échoue une nouvelle fois devant le refus des Forces nouvelles de respecter l’échéance à laquelle elles devaient envoyer 40 500 combattants rebelles dans des sites de cantonnement, étape qui précède le désarmement.
7 août Le président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur de la crise en Côte d’Ivoire, estime que les lois promulguées le 15 juillet par le président Gbagbo sont « conformes » aux accords de paix interivoiriens et n’ont pas à être révisées.
8 août Arrivée à Abidjan du Haut représentant de l’ONU pour les élections en Côte d’Ivoire. Il s’agit de l’ancien ministre portugais des affaires étrangères Antonio Monteiro.
17 août Nomination du tchadien Abou Moussa au poste de Représentant spécial adjoint pour la Côte d’Ivoire en remplacement du Britannique Alan Doss, muté au Liberia.
20 août Dans une interview à RFI, l’ancien chef d’état-major des FANCI, le général Mathias Doué, déclare vouloir obtenir le départ du président Laurent Gbagbo « par tous les moyens » si la communauté internationale ne prend pas les devants. Fin des entretiens à Pretoria entre le président sud-africain Thabo Mbeki et une délégation des Forces nouvelles (FN) conduite par Guillaume Soro. A l’issue des conventions éclatées de son parti, l’ancien président Henri Konan Bédié est plébiscité, avec 98,61% des suffrages exprimés, pour être le candidat officiel du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) aux élections présidentielles d’octobre 2005.
25 août A l’issue d’un séminaire tenu à Bouaké du 20 au 25 août, les forces nouvelles (Mpci, Mpigo, Mjp) déclarent qu’elles ne participeront pas à l’élection présidentielle prévue le 30 octobre et empêcheront le déroulement du scrutin sur la partie du territoire national qu’elles contrôlent. Les rebelles accusent Laurent Gbagbo d’avoir manipulé les conditions de l’élection pour s’assurer la victoire. Laurent Gbagbo signe un décret « interdisant l’usage de feux d’artifice, pétards et autres objets explosifs susceptibles de créer des situations de panique au sein des populations » en raison « du contexte socio-politique sensible ».
29 août Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) regroupant les principaux partis d’opposition (le PDCI-RDA, le RDR, l’UDPCI et le MFA) déclare que l’organisation de l’élection présidentielle prévue le 30 octobre est « impossible » et qu’une transition excluant Laurent Gbagbo doit être organisée en vue d’assurer les élections. En vertu de l’article 48 de la Constitution, Laurent Gbagbo rectifie les lois sur la commission électorale indépendante, la nationalité et la naturalisation, dont des versions promulguées le 15 juillet étaient contestées par l’opposition et la rébellion.
30 août Le vice-ministre sud-africain des Affaires étrangères, Aziz Pahad, déclare que « la médiation a terminé son travail, le Conseil de sécurité de l’ONU doit désormais prendre le relais ». Les autorités sud-africaines demandent à l’ONU et l’Union africaine (UA) de s’assurer que les accords signés sont appliqués, ce qui semble exprimer le désengagement de l’Afrique du sud dans le processus de règlement du conflit.
31 août A l’issue d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations-Unies, M. Kenzo Oshima, président dudit conseil, déclare que « la médiation sud-africaine a indiqué qu’elle poursuivra ses efforts, avec l’appui des Nations Unies et de l’Union africaine, pour assurer la tenue en Côte d’Ivoire d’élections libres, justes, transparentes dans les délais prévus, seule issue à la crise ». Le conseil brandit à nouveau la menace de sanctions individuelles contre les Ivoiriens qui bloquent le processus de paix en Côte d’Ivoire.
8 septembre Le secrétaire général de l’Onu Kofi Annan déclare à RFI que la tenue d’une élection présidentielle cruciale en Côte d’Ivoire ne « va pas être possible » à la date prévue du 30 octobre en raison du retard dans les préparatifs dû en grande partie à la mauvaise volonté des « leaders politiques et des partis ».
11 septembre Après un an passé en France, retour en Côte d’Ivoire du président du PDCI-RDA et ancien Chef de l’Etat ivoirien Henri Konan Bédié.
19 septembre Le ministre de l’Education nationale Michel Amani déclare que « les examens scolaires en zones Forces nouvelles sont suspendus jusqu’à l’obtention d’une solution pour leur sécurisation ».
20 septembre Suite à la proposition du président nigérian Olusegun Obasanjo (président en exercice de l’Union africaine) concernant l’éventualité d’une nouvelle médiation dans le conflit ivoirien qui pourrait se dérouler dans le cadre de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), Laurent Gbagbo exprime son « rejet par avance… en raison de l’implication directe de certains pays membres de cette organisation dans le conflit ivoirien ». A l’occasion du troisième anniversaire du déclenchement de la rébellion (le 19 septembre 2002), tous les combattants des Forces nouvelles ont été promus à un grade allant de « caporal » à « général de brigade ». Cette mesure toucherait les 42 500 combattants revendiqués par les Forces nouvelles.
22 septembre Laurent Gbagbo signe un décret sur la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI) qui sera composée de 31 membres : un représentant de la présidence de la République, un de l’Assemblée nationale, un du Conseil économique et social, quatre des ministères concernés (Administration du Territoire, Economie et Finances, Défense et sécurité), deux du Conseil supérieur de la Magistrature, deux du Barreau et vingt représentants des parties signataires des accords de Marcoussis. Sur les 31 membres de la nouvelle commission, seulement 22 ont voix délibérative, les 9 autres sont consultatives. Sur les 22 voix délibératives, le G7 compterait 14 voix contre 8 pour le camp présidentiel.
27 septembre Dans un discours à la nation, Laurent Gbagbo se dit opposé à  toute nouvelle médiation sur la Côte d’Ivoire, il déclare que les élections ne pourront se « tenir à l’évidence le 30 octobre 2005 puisque les rebelles n’auront pas désarmé à cette date », il n’y aura pas de transition et il demeura à son poste après le 30 octobre.
30 septembre Tenue à Abuja d’un sommet de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) consacré à la crise en Côte d’Ivoire, en l’absence de Laurent Gbagbo. Les recommandations issues du sommet seront présentées lors d’une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), prévue le 6 octobre à Addis Abeba.
6 octobre Réuni à Addis Abeba, le Conseil de Paix et Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), a statué sur la situation en Côte d’Ivoire. Le CPS prend acte de la fin du mandat du Président Laurent Gbagbo le 30 octobre 2005, ainsi que de l’impossibilité d’organiser les élections présidentielles à la date prévue. Le Conseil décide que les « arrangements conclus dans les accords de Linas-Marcoussis devront se poursuivre pour une période ne devant pas excéder 12 mois ». Pendant cette période de transition, Laurent Gbagbo reste chef de l’Etat, un « nouveau Premier ministre acceptable pour toutes les parties signataires de l’Accord de Linas-Marcousis sera nommé », il dirigera et « aura pleine autorité sur son gouvernement » « composé de personnalités proposées par les parties Ivoiriennes signataires de l’accord de Marcoussis ». Le « Premier ministre ne sera pas éligible aux élections qui seront organisées ». Par ailleurs, « il est créé un Groupe international de travail (GIT) qui se réunira une fois par mois en Côte d’Ivoire pour évaluer, contrôler et suivre le processus de paix, y compris la feuille de route convenue à Pretoria et tous autres accords subséquents » et qui rapportera et effectuera « les recommandations appropriées au Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA et au Conseil de Sécurité des Nations Unies ». Enfin, le CPS « décide que les parties Ivoiriennes seront Invitées le plus tôt possible à un Forum de dialogue national à Yamoussoukro » « ouvert à la société civile », « il sera présidé par le Président Olusegun Obasanjo du Nigeria et par le Président Thabo Mbeki d’Afrique du Sud ».
11 octobre Le président du conseil d’administration de la Bourse du café et du cacao (Bcc), Lucien Tapé Do annonce que le prix indicatif bord champ du kilogramme de cacao est fixé à 400 Fcfa, en augmentation de 15 Fcfa par rapport à la campagne précédente (le prix CAF à Londres était ce jour de 781 francs CFA).
12 octobre Publication du rapport de l’International crisis group : Côte d’Ivoire: Les demi-mesures ne suffiront pas. Dans ce rapport il est demandé au Conseil de sécurité de l’Onu : (i) « d’annoncer que les institutions » politiques « actuelles seront dissoutes le 31 octobre 2006 » et « si le scrutin présidentiel n’a pas eu lieu à cette date », une nouvelle équipe de transition, « composée exclusivement de membres de la société civile sera mise en place » ; (ii) « d’étendre le mandat du Haut représentant des Nations Unies pour les élections et mettre à sa disposition les ressources humaines et financières nécessaires pour organiser des élections crédibles et présider également à l’application des nouvelles lois récemment promulguées sur la nationalité, les naturalisations et l’identification des populations » ; (iii) « d’appliquer les sanctions individuelles prévues par la résolution 1572 pour contraindre les signataires de l’Accord à respecter leurs engagements » ; (iv) de « publier le rapport de la commission d’enquête internationale sur les violations des droits de l’homme depuis 2002, et d’encourager le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) à suivre attentivement la situation pour décider de l’ouverture éventuelle d’une enquête formelle » ; (v) « d’organiser, avant le 1er février 2006, le Forum de dialogue national préconisé par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ».
L’Etat de Côte d’Ivoire et le Groupe Bouygues renouvellent pour une durée de 15 ans, leur contrat de concession de service public de la distribution, de la production, de l’exploitation et du transport de l’énergie électrique en Côte d’Ivoire.
14 octobre Le Conseil de sécurité de l’Onu approuve le plan de l’union africaine (UA) prévoyant notamment le maintien de Laurent Gbagbo à son poste, l’organisation d’élections avant le 30 octobre 2006 et la nomination d’un Premier ministre de consensus aux pouvoirs étendus.
17 octobre Investiture des membres de la Commission électorale indépendante (CEI). Michèle Alliot-Marie, ministre français de la Défense, suspend le général Henri Poncet (ancien commandant de la force Licorne), un officier et un sous-officier ayant servi dans ladite force. Ils sont soupçonnés d’avoir couvert une « bavure » ayant entraîné le décès d’un Ivoirien Firmin Mahé, lors de son arrestation par des soldats français.
21 octobre Le Conseil de sécurité de l’Onu adopte à l’unanimité la résolution 1633 qui affirme que « le président Gbagbo demeurera chef de l’État à partir du 31 octobre 2005 pour une période n’excédant pas 12 mois » aux côtés d’un Premier ministre « acceptable pour tous », qui doit être désigné avant le 31 octobre. Le Premier ministre devra disposer « de tous les pouvoirs nécessaires », ainsi que de « toutes les ressources financières, matérielles et humaines voulues, en particulier dans les domaines de la sécurité, de la défense et des affaires électorales ». Le Conseil se déclare « favorable à l’établissement du Groupe de travail international (GTI)… prévu par une décision de l’Union africaine ». Le GTI est composé de : Afrique du Sud, Bénin, Etats-Unis, France, Ghana, Guinée, Grande-Bretagne, Niger et Nigeria. Il comprend aussi l’ONU, l’Union Africaine, la CEDEAO, l’Union Européenne, l’Organisation Internationale de la Francophonie, la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International.
26 octobre Publication du rapport d’Amnesty International : Côte d’Ivoire: Un avenir lourd de menaces. Dans ce rapport « l’organisation recense quelques-uns des principaux facteurs qui peuvent conduire à une détérioration rapide de la situation : blocage total du processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), ruptures du cessez-le-feu, conflits interethniques dans l’ouest du pays, appels à la xénophobie relayés par certains hommes politiques et médias se réclamant du président Gbagbo, utilisation d’enfants soldats et atteintes à la liberté d’expression ». Devant les risques de dérapage, l’organisation lance un double appel : (i) aux parties au conflit pour les inciter à appliquer les accords conclus et (ii) à la communauté internationale pour une implication plus forte dans le processus de résolution du conflit. Lors d’un discours prononcé lors d’une rencontre avec les forces de défense et de sécurité (FDS), Laurent Gbagbo tente de rassurer une partie des effectifs : « tous ceux qui ont droit à la prime qu’on appelle ‘hauts les cœurs’ pour la dernière quinzaine, seront payés aujourd’hui même. Sur 2004/2005, nous avions des arriérés de 135 251 822 938 francs (CFA). Nous avions payé 121 867 363 000 francs. Il nous reste à payer 15 milliards. Mais cela ne saurait être une raison pour que les gens prennent les armes ». « Pour ce qui est du sort des jeunes que Linas Marcoussis demande de faire sortir des rangs de l’armée, je tiens à préciser qu’aucun d’entre vous ne sera laissé pour compte».
27 octobre Tenue d’un Conseil des ministres boycotté par les ministres issus du G7 (PDCI-RDA, RDR, UDPCI, MFA, MPCI, MPIGO et MJP).
28 octobre Dans un communiqué, l’organisation Human Rights Watch (HRW) affirme que « le gouvernement ivoirien renforce son effectif d’hommes armés en recrutant des enfants qui ont combattu lors de la violente guerre civile du Libéria ». En conséquence, « la communauté internationale doit faire tout son possible pour garantir la démobilisation de ces enfants et la traduction en justice de ceux qui les ont recrutés ».
30 octobre Manifestations à Abidjan et à Bouaké de partisans de l’opposition à Laurent Gbagbo pour protester contre la prolongation d’un an du mandat présidentiel et pour réclamer la démission immédiate du président. Dans un discours à la radio et à la télévision Laurent Gbagbo confirme son maintien à la tête de l’Etat jusqu’aux prochaines élections.
14 novembre Malgré l’embargo sur les armes visant la Côte d’Ivoire depuis novembre 2004, un rapport d’un groupe d’experts de l’ONU souligne le niveau élevé des dépenses militaires du pays et recommande au Conseil de sécurité de renforcer sa surveillance sur le détournement des fonds liés à l’exportation du cacao, du coton et des diamants.
16 novembre Le Conseil de sécurité a pour la énième fois statué sur la situation en Côte d’Ivoire et a invité les acteurs ivoiriens à accorder leurs violons pour choisir le prochain chef du gouvernement. Et ce, dans un délai de 8 jours. « Le conseil demande instamment au gouvernement, à l’opposition et aux rebelles ivoiriens de se mettre d’accord pour désigner le prochain Premier ministre d’ici 8 jours », rapporte le confrère anglais, citant le président du comité des sanctions, M.Adamantios Vassilakis. « Faute de quoi, poursuit la source, le conseil de sécurité pourrait imposer de sévères sanctions à l’encontre de la Côte d’Ivoire » sans autre forme de commentaire. 4 ont été retenues par l’Union africaine, en l’occurrence M. Tiémoko Yadé du Rdr, Ouassénan Koné du Pdci, Coulibaly Gervais et Mme Lohoues Oble. A savoir deux émanant des formations politiques, le Général Ouassénan et M.Tiémoko Yadé, un technocrate, en la personne de M.Coulibaly Gervais et enfin un de la société civile, Mme Jacqueline Oble.
22 novembre Echec de la médiation africaine, conduite par les chefs d’Etat nigérian Olusegun Obasanjo, nigérien Mamadou Tandja et sud-africain Thabo Mbeki, à dégager un consensus sur un nom pour le poste de Premier ministre. Une première liste de 16 noms avait été établie, puis réduite à 4 noms : M. Gaston Ouassenan Koné (Parti démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI), M. Yadé Tiémoko Coulibaly (Rassemblement des Républicains, RDR), Mme Jacqueline Lohouès Oble, ancien ministre de la Justice et M. Gervais Coulibaly, directeur général de la décentralisation.
25 novembre La chambre administrative de la Cour Suprême annule l’élection du bureau de la commission électorale indépendante (CEI).
28 novembre Selon les propos de Jean-Louis Billon, président de la chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, recueillis par Fraternité Matin, « depuis six ans, depuis le coup d’Etat de décembre 1999, on est entré dans une période d’incertitudes en Côte d’Ivoire ». « La crise de novembre 2004 a frappé une classe fortement consommatrice, celle qui a le gros pouvoir d’achat, celle qui tire l’économie vers la classe moyenne. On pense que la destruction des écoles françaises n’a fait partir que des Français… Elle a fait partir plus d’Ivoiriens que de Français, qui se sont installés dans la sous-région. Des Ivoiriens ont inscrit leurs enfants à Niamey, Lomé, Bamako, Cotonou, Rabat… La crise de novembre a fait perdre, au bas mot, une trentaine de milliers d’emplois. Comment est-on arrivé à ce calcul ? D’abord, vous avez plus de 8000 familles françaises qui sont parties. Ensuite, vous avez 200 entreprises qui ont fermé entre-temps et autant d’autres qui ont été sinistrées… Donc novembre 2004 a été pour notre économie la pire des crises ».
30 novembre Le colonel Burgaud est mis en examen pour « complicité d’homicide volontaire » dans l’enquête sur la mort suspecte d’un civil ivoirien en mai 2005, Firmin Mahé.
28 novembre Les deux auteurs présumés du meurtre, l’adjudant-chef et un militaire du rang qui se trouvaient dans le véhicule blindé où a été tué Mahé, sont poursuivis eux pour « homicide volontaire ». Un quatrième homme qui conduisait est poursuivi pour “complicité”.
1er décembre Attaque de la caserne de gendarmerie d’Agban à Abidjan par des individus armés non identifiés.
4 décembre Les trois médiateurs de la crise ivoirienne (Olusegun Obasanjo, Thabo Mbeki et Mamadou Tanja) désignent Charles Konan Banny, gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), comme Premier ministre de la Côte d’Ivoire.
5 décembre Nomination par un décret du président Laurent Gbagbo de Charles Konan-Banny au poste de Premier ministre.
6 décembre L’ancien Premier ministre Alassane Dramane Ouattara, chef d’un des principaux partis d’opposition le Rassemblement des républicains (RDR) est de retour en Côte d’Ivoire pour les obsèques de sa mère, il met ainsi fin à un exil de trois ans à Paris.
7 décembre À l’issue d’une réunion du Groupe de travail international (GTI), Pierre Schori, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Côte d’Ivoire, déclare  que la résolution 1633 du Conseil de sécurité « prime sur les lois nationales ivoiriennes ».
8 décembre Prise de fonction officielle du nouveau Premier ministre ivoirien, Charles Konan-Banny succède à Seydou Elimane Diarra qui occupait ce poste depuis 2003.
21 décembre Publication d’un rapport de Human rights watch : Côte d’Ivoire : le coût de l’impasse politique pour les droits humains. Ce rapport indique que pour faciliter le processus de paix, « les initiatives soutenues internationalement et conçues pour contenir les auteurs d’abus et combattre l’impunité ont été mises en attente ». En conséquence, la situation de « ni guerre, ni paix » qui perdure depuis trois ans « a facilité des violations graves et répétées des droits humains commises par tous les côtés, mais elle a conduit à une dangereuse dégradation des institutions publiques conçues pour protéger et défendre les droits humains élémentaires ». « Pour commencer à répondre à ce retranchement persistant d’impunité en Côte d’Ivoire, la communauté internationale, principalement les Nations Unies, doit prendre des mesures clefs. Premièrement, afin d’identifier les personnes impliquées dans des atteintes passées aux droits humains, le Conseil de Sécurité des Nations Unies devrait rendre public le rapport de la commission d’enquête des Nations Unies sur les violations des droits humains et du droit international humanitaire (les lois de la guerre) depuis septembre 2002. Deuxièmement, pour empêcher les actions futures d’auteurs présumés d’atteintes aux droits humains, le Comité des sanctions pour la Côte d’Ivoire du Conseil de sécurité des Nations Unies devrait appliquer immédiatement des sanctions économiques et sur les déplacements, autorisées par la résolution 1572 du Conseil de Sécurité, contre les individus désignés comme responsables de violations graves des droits humains. Enfin, dans un effort pour exiger des comptes aux coupables de violations des droits humains, le procureur de la Cour Pénale Internationale devrait rapidement prendre des mesures concrètes pour poursuivre les investigations sur les crimes graves selon le droit international commis par toutes les parties depuis 2002 ».
28 décembre Charles Konan Banny constitue le gouvernement de transition. Ce gouvernement se compose comme suit : Premier ministre, Ministre de l’Economie et des Finances, Ministre de la Communication : Charles Konan Banny ; le FPI obtient 7 postes : (i) Ministre d’Etat, Ministre du Plan et du Développement : Antoine Bohoun Bouabré, (ii) Ministre des Mines et de l’Energie : Emmanuel Léon Monnet, (iii) Ministre de la Fonction publique, de l’Emploi et de la Réforme administrative : Hubert Oulaye, (iv) Ministre de la Production animale et des Ressources halieutiques : Alphonse Douati, (v) Ministre de la Réconciliation nationale et des Relations avec les Institutions : Sébastien Dano Djédjé, (vi) Ministre de l’Education nationale : Michel Amani N’Guessan, (vii) Ministre de la Lutte contre le Sida : Mme Christine Adjobi ; le PDCI compte 5 ministres : (i) Ministre des Affaires étrangères : Youssouf Bakayoko, (ii) Ministre des Infrastructures économiques : Patrick Achi, (iii) Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique : Rémi Allah Kouadio, (iv) Ministre de l’Industrie et de la Promotion du secteur privé : Mme Marie Téhoua Amah, (v) Ministre de la Jeunesse, de l’Education et des Sports : Dagobert Banzio ; le RDR obtient 5 portefeuilles : (i) Ministre de l’Agriculture : Amadou Gon Coulibaly, (ii) Ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat : Marcel Amon Tanoh, (iii) Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Cissé Ibrahima, (iv) Ministre des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication : Hamed Bakayoko, (v) Ministre de la Famille et des Affaires sociales : Mme Jeanne Brou Peuhmond ; les Forces nouvelles obtiennent 5 postes : (i) Ministre d’Etat, Ministre chargé du Programme de la Reconstruction et de la Réinsertion : Guillaume Soro, (ii) Ministre de la Solidarité et des Victimes de guerre : Louis André Dakoury-Tabley, (iii) Ministre du Commerce : Moussa Dosso, (iv) Ministre du Tourisme et de l’Artisanat Amadou Koné, (v) Ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle : Youssouf Soumahoro; le MFA compte un ministre : (i) Ministre des Transports : Innocent Anaky Kobenan ; l’UDPCI obtient un ministère : (i) Ministre de la Coopération et de l’Intégration africaine : Mabri Toikeusse ; l’UDC obtient un poste : (i) Ministre de la Culture et de la Francophonie : Théodore Mel Eg ; le PIT compte un ministre : (i) Ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts : Jacques Andoh ; la société civile enregistre 5 nominations : (i) Ministre de la Défense : René Aphing Kouassi, (ii) Ministre de l’Intérieur : Joseph Dja Blé, (iii) Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme : Mamadou Koné, (iv) Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie et des Finances : Charles Diby Koffi, (v) Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargé de la Communication : Mme Martine Coffi Studer.

 

Revenir en haut de page.

 

Côte d’Ivoire 2006 : l’affaire du Probo Koala – le processus de paix patine

Probo Koala
2006 2006
2 janvier Attaque du camp militaire d’Akouédo à l’est d’Abidjan par des assaillants non-identifiés. Selon le camp présidentiel cette attaque serait une tentative de coup d’Etat, tandis que pour le « porte-parole » des assaillants (Séry Gustave) il s’agirait simplement d’une mutinerie liée au non-paiement des primes des militaires (prime nommée «hauts-les-cœurs»).
6 janvier Le Secrétaire Général des Nations-unies Kofi Annan appelle au renforcement des effectifs des troupes de maintien de la paix onusiennes en Côte d’Ivoire. Il recommande le déploiement de 3 400 casques bleus supplémentaires et de 475 policiers.
14 janvier Alassane Ouattara, président du RDR, annonce sa candidature à la prochaine élection présidentielle.
15 janvier Le Groupe de travail international (GTI) estime que le mandat des députés qui a expiré le 16 décembre « n’a pas à être prolongé ». Cette recommandation va à l’encontre de la volonté du Conseil constitutionnel qui souhaite que l’Assemblée nationale demeure en fonction et conserve ses pouvoirs jusqu’à la tenue de nouvelles élections.
16 janvier Début de manifestations violentes des jeunes patriotes pro-Gbagbo contre la décision du GTI relative à la dissolution de l’Assemblée nationale. Les manifestations touchent Abidjan, Daloa, Guiglo, Gagnoa, Yamoussoukro et San Pedro.
17 janvier Pascal Affi N’Guessan, président du FPI,  annonce le retrait de son parti « du processus de paix et son refus de continuer encore plus longtemps le processus de recolonisation engagé sous l`égide de l`Onu » ainsi que le départ des ministres FPI siégeant au gouvernement. Enfin, « le FPI exige le départ du pays de toutes les forces onusiennes et Licorne, Forces d’exploitation, d’occupation et d’asservissement de la Côte d’Ivoire ».
18 janvier Rencontre à Abidjan entre Olusegun Obasanjo (président en exercice de l’Union africaine (UA)), Laurent Gbagbo et Charles Konan Banny. Le communiqué final stipule que le Groupe de travail international (GTI) n’a pas l’autorité pour dissoudre l’Assemblée nationale ivoirienne et incite MM. Gbagbo et Banny de trouver un accord politique en vue de l’organisation des élections.
20 janvier A la suite d’un appel à l’arrêt des manifestations, lancé la veille par Charles Blé Goudé, Chef des « patriotes », retour au calme après quatre jours d’émeutes dirigées contre la présence de « forces étrangères d’occupation » et, particulièrement, des Nations Unies.
21 janvier Annonce du retour du Front populaire ivoirien (FPI) « dans le processus de paix et en conséquence, du retour de ses ministres au sein du gouvernement ».
24 janvier A la suite des manifestations et des violences dirigées contre les Nations Unies, le Programme alimentaire mondial (PAM) annonce qu’il est dans l’obligation de stopper ses opérations humanitaires dont dépendent des milliers de personnes dans le pays.
25 janvier Retour en Côte d’Ivoire de Alassane Ouattara, Président du RDR, après 3 ans d’exil en France. Premier conseil des ministres du gouvernement Banny, Guillaume Soro (ministre d’État, chargé du Programme de la Reconstruction et de la Réinsertion) était absent. Le Conseil de sécurité de l’ONU prolonge jusqu’au 15 décembre 2006 les mandats respectifs de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire et des forces françaises de l’opération Licorne qui l’appuient pour participer au maintien de la paix, aider au désarmement et à l’organisation des élections (Résolution 1652 adoptée à l’unanimité). Dans cette résolution, le Conseil de sécurité rappelle  qu’il avait entériné le communiqué final du Groupe de travail international (GTI) du 15 janvier 2006, dont la recommandation de dissoudre l’Assemblée nationale ivoirienne avait servi de prétexte aux manifestations qui ont éclaté le 16 janvier dernier à Abidjan. Le Conseil de sécurité n’a pas suivi les recommandations de Kofi Annan qui demandait le déploiement de 4 000 casques bleus supplémentaires en Côte d’Ivoire.
26 janvier L’Onu annonce le retrait de 400 travailleurs civils de sa mission en Côte d’Ivoire (Onuci) par crainte de nouveaux débordements.
27 janvier Selon Désiré Tagro porte-parole de la présidence de la République : « Le président Laurent Gbagbo […] prend acte de ce que l’Assemblée nationale demeure en fonction avec tous ses pouvoirs ».
30 janvier Jean-Louis Billon président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, dénonce un climat des affaires délétère, en raison « des tracasseries administratives intempestives (barrages, rackets et autres…», de la récurrence des troubles, si bien que « la situation des agriculteurs en province est catastrophique par le fait de la perte des récoltes qui n’ont pu être commercialisées, que les transporteurs et les petits commerçants sont aussi en difficulté par le manque de liquidité et de stock ». Selon Le Patriote (du 28/01/2006), les émeutes du 16-19 janvier auraient entraîné « au moins 4 milliards (CFA) de pertes pour les opérateurs économiques». M. Billon dénonce également : « l’art de l’esquive verbale, de l’instrumentalisation d’une jeunesse en déshérence et du développement des différentes formes de violence sont devenus des sports nationaux qui repoussent les responsabilités bien au-delà de ceux qui les commettent, les utilisent et les animent ».
3 février La cour d’appel de Paris confirme la condamnation de deux mois à un an d’emprisonnement ferme à l’encontre de douze soldats français pour vol et recel, portant sur un total de 220 millions de francs CFA (environ 337 000 euros), commis dans l’agence de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’ouest (BCEAO) de Man, dont les dits soldats devaient assurer la surveillance de juillet à août 2004.
6 février Après les violentes manifestations anti-ONU du mois de janvier, le Conseil de sécurité des Nations unies décide d’envoyer en Côte d’Ivoire une compagnie de casques bleus de la MINUL (Mission des Nations unies au Liberia) qui seront prélevés sur le contingent nigérian. Ce renfort provisoire (jusqu’au 31 mars) représente 200 hommes, 14 véhicules blindés et 18 véhicules de soutien.
7 février Conformément à la résolution 1572 adoptée le 15 novembre 2004, le Conseil de sécurité des Nations unies décide de sanctionner Charles Blé Goudé (chef des Jeunes patriotes), Eugène Djué (président de l’Union des patriotes pour la libération totale de la Côte d’Ivoire) et Fofié Kouakou (commandant des Forces nouvelles à Korhogo) pour obstacle au processus de paix. Les sanctions portent sur l’interdiction de voyager et le gel des avoirs financiers de ces trois personnalités.
8 février Le président américain George W. Bush décide de geler les avoirs des trois opposants à la paix déjà visés par des sanctions des Nations unies.
9 février Ouverture à Yamoussoukro d’un « séminaire » de son gouvernement par le Premier ministre Charles Konan Banny. Les organisations humanitaires (la FAO, l’UNICEF, le PAM, le HCR, Save the Children, ASA, Caritas, Solidarités, GTZ et OIM) décident de reprendre l’aide humanitaire d’urgence dans l’ouest du pays (région de Guiglo). Faisant fi de la décision de la communauté internationale qui a « pris acte » de la fin du mandat des députés, le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly ouvre une « session extraordinaire » boycottée par la quasi-totalité des députés de l’opposition.
15 février Le gouvernement ivoirien a décidé de reprendre, de février à mars 2006, les examens scolaires suspendus depuis deux ans dans les zones rebelles pour sauvegarder l’année scolaire 2005-2006 dans les zones concernées, et envisager une rentrée unique nationale pour l’année scolaire 2006-2007.
16 février L’Assemblée nationale ivoirienne adopte une loi prorogeant le mandat des maires et des conseillers généraux jusqu’à la « proclamation des résultats de la prochaine élection les concernant ». Cette loi  a été adoptée à l’unanimité des 99 députés présents et des 8 « excusés », qui ont voté par procuration.
17 février Le Groupe de travail international (GTI) approuve l’arbitrage du Haut représentant de l’Onu pour les élections validant la composition du bureau de la commission électorale ivoirienne (CEI), contestée par le Font populaire ivoirien (FPI). L’Union européenne (UE) accorde une subvention de 22 milliards de francs CFA (33,2 millions d’euros) à l’appui de la « la feuille de route » du gouvernement de transition, et notamment pour le financement du processus d’identification des populations.
28 février Au cours d’une conférence de presse, Jean Louis Billon, président du groupe Sifcom, dénonce la fraude généralisée et les « centaines de barrages ». Il s’insurge contre l’impunité dont bénéficient les fraudeurs en Côte d’Ivoire, alors que des services compétents de lutte existent. La persistance de ce fléau s’explique car « dans la fraude, il y a des parrains politiques »…
1er mars Après un report d’une journée, dû à des « problèmes techniques », réunion à Yamoussoukro sous la conduite du Premier ministre Charles Konan Banny des principaux protagonistes de la crise ivoirienne : le président Laurent Gbagbo, les opposants Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié et le chef de la rébellion des Forces nouvelles (FN) Guillaume Soro. Les participants ont entériné les résultats de l’élection de la commission électorale indépendante (CEI) (élection annulée par la Cour suprême et contestée par le FPI). Cette concession de Laurent Gbagbo a été compensée par la décision de la création d’un quatrième poste de vice-président, pour « parvenir à une représentation équilibrée des forces politiques en présence», le bureau de la CEI passe ainsi de 12 à 13 membres. Concernant le désarmement, « les participants ont admis la nécessité de l’actualisation du chronogramme et de la reprise immédiate du dialogue » entre militaires loyalistes et rebelles. Les cinq dirigeants ont réaffirmé leur volonté de tout mettre en œuvre en vue de permettre la tenue des élections dans les délais prévus. Enfin, les participants ont souligné que la « Constitution et la résolution 1633 n’étaient pas antinomiques ».
2 mars Après une interruption de plus de deux ans, les examens scolaires débutent dans les zones sous contrôle de l’ex-rébellion.
7 mars Après plusieurs mois de blocage dû à des divergences politiques sur sa composition, la Commission électorale indépendante (CEI) ivoirienne a reprend ses activités à l’issue de la passation des charges entre l’ancien et le nouveau bureau. Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, déclare lors d’une conférence de presse, que la Côte d’Ivoire est redevable de plus de 340 millions de dollars à son institution.
9 mars L’Onuci annonce le retour en Côte d’Ivoire d’une partie de ses personnels civils évacués fin janvier en Gambie pour des raisons de sécurité.
11 mars Au cours d’une Convention de son parti au Parc des Sports de Treichville, l’ancien Président Henri Konan Bédié est désigné candidat officiel du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) à l’élection présidentielle.
13 mars A l’appel de divers syndicats (Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), SYNESCI …) débute une grève des enseignants qui devrait se prolonger jusqu’au 24 mars.
14 mars Arrivée à Abidjan de Guillaume Soro où il rencontre Laurent Gbagbo, Charles Konan Banny, Henri Konan Bédié et Alassane Outtara.
15 mars Guillaume Soro, secrétaire général des Forces nouvelles, ministre d’État chargé du programme de la reconstruction et de la réinsertion, participe à son premier conseil des ministres après 16 mois d’absence. Au cours de ce conseil, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a souligné la dégradation de la situation sanitaire en raison de la crise qui perdure. Les indicateurs sanitaires sont alarmants : (i) la couverture vaccinale se situe entre 3 à 60 %, au lieu de 80 %, (ii) la lèpre : 1000 nouveaux cas dont 659 formes graves, (iii) l’ulcère de Buruli : 22 000 cas enregistrés, (iv) la tuberculose : plus de 20 000 cas nouveaux dont 36 % de co-infection VIH/SIDA, (v) le VIH/SIDA : 7 % de prévalence avec 17 000 malades sous traitement sur les 39 000 prévus, (vi) le service d’urgence des grands hôpitaux : 30 % de mortalité, (vii) la mortalité maternelle : 690 décès pour 100 000 naissances. Concernant les foyers épidémiques actuels et les risques épidémiques, ont été relevés : (i) un foyer d’épidémie de choléra à Zouan Hounien (janvier 2006, maîtrisé), (ii) un foyer d’épidémie de méningite dans les régions de Boundiali, Korhogo et Séguéla (début 2006, un plan d’urgence est en cours), et (iii) des risques d’épidémies de fièvre jaune dans la région de Bouna (une campagne de vaccination a été organisée aux mois de janvier et février 2006, en vue d’endiguer le risque). Mouvement de grogne des « jeunes recrues » enrôlées dans les rangs des Fanci à la suite des évènements de septembre 2002 : « les soldats Blé Goudé », au nombre de 4000. Ces derniers réclament le paiement d’arriérés de primes ainsi que l’obtention du statut de militaire. Laurent Gbagbo a reçu les représentants des soldats contestataires pour tenter de désamorcer la crise.
21 mars Lors d’une rencontre avec les représentants des 4000 recrues de 2002 (« les soldats Blé Goudé »), Laurent Gbagbo annonce qu’il va satisfaire les principales revendications des soldats contestataires : (i) la transformation de la prime de guerre en salaire (100 000 FCFA mensuels), (ii) le paiement des arriérés de prime, (iii) le décaissement de 230 millions CFA pour couvrir les cotisations de santé non réalisées par les jeunes recrues, aux fins de bénéficier des soins médicaux tout comme les militaires engagés, (iv) concernant le réengagement des soldats dans l’armée ou leur réinsertion dans la vie civile, Laurent Gbagbo déclare que personne ne sera « laissé au bord de la route », (v) à propos du soutien aux familles des soldats tombés au front, le chef de l’Etat affirme qu’un décret est en préparation pour régler le problème.
1er avril Les résultats des examens scolaires dans les zones Forces nouvelles révèlent un taux de réussite de 20% au BEPC et 24,42% au baccalauréat. Première rencontre depuis le 19 juillet 2005, à Yamoussoukro, entre les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (Fanci) et les Forces armées des forces nouvelles (Fafn).
3 avril Le général Abdoulaye Fall, Commandant de la Force de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), qui a dirigé les troupes onusiennes dans ce pays pendant deux ans, quitte ses fonctions. L’intérim est assuré par le général béninois Fernand Marcel Amoussou. Nommé le 22 mars par décret présidentiel, le nouveau coordonnateur du Programme national de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (PNDDR), le Général de gendarmerie Gaston Ouassenan Koné prend officiellement ses fonctions en remplacement d’Alain Richard Donwahi.
Pour l’élection présidentielle, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) reconnaît à chaque parti le droit de présenter son candidat au premier tour. Cependant, les Partis du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) s’engagent à soutenir, au second tour, le candidat arrivé en tête des Partis signataires de la Plate-forme.
Concernant les élections législatives, les Partis du RHDP s’engagent à définir une stratégie de candidature concertée ou commune pour avoir une majorité confortable à l’Assemblée Nationale, en vue de la mise en œuvre de leur programme commun. Pour les élections municipales et des Conseils généraux, les Partis du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) s’engagent à arrêter une stratégie de liste concertée. Les Partis du Rassemblement des Houphouétistes s’engagent également à mettre en place une coordination de leurs structures en charge des élections pour le suivi des processus électoraux, jusqu’à la proclamation des résultats.
8 avril Au terme de sa visite en Côte d’Ivoire, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, président en exercice de l’Union africaine et nouveau médiateur de la crise ivoirienne, donne une conférence de presse après sa rencontre à huis clos avec Laurent Gbagbo, Alassane Dramane Ouattara, Henri Konan Bedié, Guillaume Soro et Charles Konan Banny.  Le médiateur déclare : « à la suite de la synthèse des entretiens que nous avons eu ici à Abidjan, nous avons retenu qu’il était important que les processus de désarmement et d’identification soient engagés concomitamment sans tarder. Nous ne pouvions permettre l’immobilisme sur ces questions ». Cette décision va à l’encontre des voeux du camp présidentiel qui souhaitait le désarmement avant l’identification, et les Forces nouvelles qui exigeaient l’inverse.
10-15 avril Visite en France du Premier ministre Charles Konan Banny.
20 avril Au cours de sa 6ème réunion, le Groupe de Travail International (GTI) exprime « sa vive préoccupation face aux retards pris dans le démarrage d’activités essentielles pour la mise en œuvre effective de la feuille de route ». Le GTI affirme son soutien à « l’organisation concomitante et immédiate des opérations de désarmement et d’identification ». La prochaine réunion du GTI se tiendra le 19 mai.
23 avril- 8 mai Visite aux Etats-Unis et en Belgique du Premier Ministre Charles K. Banny pour rechercher le soutien des bailleurs de fonds internationaux au processus de paix en Côte d’Ivoire.
23 mai Après l’annonce le 26 avril, par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), de la présence en Côte d’Ivoire de foyers de grippe aviaire sous sa forme hautement pathogène du virus H5N1, le gouvernement confirme officiellement la nouvelle. Au cours d’une conférence de presse donnée à l’issue de sa rencontre à Bruxelles avec Charles K. Banny, Louis Michel, Commissaire Européen chargé du Développement et de l’aide déclare : « l’Union européenne va donner une enveloppe de 198 millions d’euros, pour accompagner le processus de paix en Côte d’Ivoire »… si l’on ajoute le montant de « l’aide déjà promise » ou accordée, « cela fait un paquet de 268 millions d’euros, soit près de 175 milliards francs CFA ». « Bien entendu, cet argent sera décaissé dès que le processus d’identification des populations démarrera ».
13 mai Le Premier ministre Charles Konan Banny prend décision de lancer l’opération concomitante d’identification et de DDR. Cette décision fait suite à l’accord du 8 avril entre les « cinq grands » leaders politiques ivoiriens, confirmé lors de la réunion du GTI du 20 avril.
14 mai Lors d’une allocution radio-télévisée, Charles Konan Banny confirme le début des audiences foraines et du pré-regroupement des combattants dans une phase pilote. Au cours des audiences foraines, les magistrats et les fonctionnaires de l’état civil délivreront, après audition des notables locaux et sur la foi de témoins, des actes de naissance aux personnes de plus de 13 ans sans papiers ayant pu prouver leur naissance dans la localité concernée. Ces opérations-pilote se feront simultanément dans sept villes choisies (Bangolo, Botro, Bouna, Méagui, Port-Bouët, Sandégué et Tiapoum).
16 mai Dans une déclaration, les partisans du chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, regroupés au sein du  Congrès national de la résistance pour la démocratie (Cnrd), remettent en cause la concomitance des processus de DDR et d’identification et appellent à des actions pour « s’opposer de façon résolue à toute opération d’identification avant le désarmement et la réunification du pays ».
17 mai Publication du rapport de l’International crisis group (ICG) : Côte d’Ivoire: La paix comme option. L’ICG note que des progrès vers la paix ont été réalisés : « Le gouvernement a organisé les examens scolaires reportés depuis deux ans dans le nord. Le dialogue politique a été relancé par le sommet du 28 février 2006 qui a réuni les quatre acteurs majeurs du conflit autour du premier ministre. La Commission électorale indépendante (CEI) a débuté ses activités. Guillaume Soro, le leader des FN, est revenu à Abidjan pour assumer ses responsabilités ministérielles. Les partis politiques se préparent en vue d’une élection dont beaucoup doutent qu’elle puisse se tenir à bonne date. Et le dialogue militaire a finalement repris entre les forces belligérantes, avant d’être à nouveau suspendu ». Malgré tout il ne faut pas céder à « un optimisme excessif » car « les progrès sont loin d’être irréversibles ».
18-24 mai Déroulement de la phase pilote des audiences foraines sur les 7 sites initialement prévus: 3 137 personnes ont obtenu un certificat de nationalité.
25 mai Publication du rapport de Human rights watch (HRW) : « Parce qu’ils ont des fusils… il ne me reste rien ». Selon HRW, « ce rapport décrit les atteintes aux droits humains commises contre des civils par les forces de sécurité gouvernementales, les forces des milices et par les Forces Nouvelles entre novembre 2005 et mars 2006, et sert à illustrer le coût humain de l’échec à aborder l’impunité et l’anarchie en Côte d’Ivoire ».
31 mai Le dialogue entre les forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire (FDS-CI) et les Forces Armées des Forces nouvelles (FAFN) a repris, hier, à Yamoussoukro, après deux mois d’interruption suite à l’incident survenu à Tiébissou le 12 avril dernier.
1er juin A l’issue d’une réunion tenue à Yamoussoukro, les états-majors des forces armées loyaliste et des forces nouvelles annoncent le début du désarmement à partir du 8 juin.  Le « général » Soumaïla Bakayoko a en outre exigé « que tous les combattants (rebelles) soient identifiés » et que la carte nationale d’identité leur soit octroyée.
2 juin Le Conseil de sécurité des Nations unies approuve à l’unanimité l’envoi de 1500 casques bleus en renfort en Côte d’Ivoire, afin de garantir la sécurité en vue de l’élection présidentielle.
7 juin Un nouveau parti politique, l’Union nationale des Ivoiriens du Renouveau (UNIR) proche d’Ibrahim Coulibaly (IB), annonce sa volonté de mettre en place en Côte d’Ivoire une troisième République fondée sur une nouvelle Constitution moins conflictuelle.
13 juin Publication d’un décret présidentiel interdisant les marches, les sit-in et les autres manifestations sur la voie publique sur toute l’étendue du district d’Abidjan, pour la période du 14 juin au 14 décembre 2006. Néanmoins, les réunions et les manifestations organisées par les partis politiques ou associations légalement constituées échappent aux dispositions du décret, à condition toutefois, précise le texte, qu’elles se déroulent dans des lieux clos, après avoir été préalablement déclarées auprès du ministère de l’Intérieur.
14-15 juin Visite de Laurent Gbagbo au Tchad.
15 juin Le général de division Antoine Lecerf prend officiellement le commandement des soldats de la force française Licorne, en remplacement du général Elrick Irastorza, appelé à d’autres fonctions. Alfred Guéméné, président du Collectif des syndicats du secteur Education-Formation, annonce la mise en grève illimitée des enseignants du préscolaire, du primaire et du secondaire pour de meilleures conditions de travail et une augmentation des salaires. Le gouvernement adopte le projet de budget de l’Etat pour l’année 2006 qui s’élève à 1965,3 milliards de FCFA, en hausse de 13,3% par rapport à 2005.
20 juin Le gouvernement décide la réouverture des marchés de volailles fermés depuis la découverte le 3 mai de deux foyers de grippe aviaire à Abidjan et dans sa banlieue.
21 juin Conseil des ministres Le ministre chargé de la Lutte contre le SIDA a présenté, quant à elle, au Conseil les résultats de l’enquête sur les indicateurs du SIDA en Côte d’Ivoire. Il faut retenir de celle-ci les résultats encourageants suivants : Le taux de prévalence du VIH/SIDA est passé en Côte d’Ivoire de près de 10 % en 2001 à 4,7 % aujourd’hui. Néanmoins, ces indicateurs révèlent : 1- Que les femmes sont les plus touchées, 2 femmes pour 1 homme; 2. Que la tranche d’âge la plus affectée est celle des 30 à 34 ans; 3. Que les populations vivant en zone urbaine sont plus touchées que celles vivant en zone rurale; 4. Que la ville d’Abidjan est la plus affectée avec un taux de 6,1 % supérieur à la moyenne nationale, suivie du Centre Est 5,8 %. La zone la moins touchée est celle du Nord-Ouest avec 1,7 % de taux de prévalence. Malgré cette baisse de taux de prévalence, la Côte d’Ivoire reste le pays le plus affecté par cette pandémie dans la sous-région.
23 juin A l’issue de deux jours de concertation, les députés de l’opposition réunis au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) décident de siéger à nouveau à l’Assemblée nationale dont ils boycottaient les travaux depuis janvier 2006. Cette décision fait suite à celle du président de l’Assemblée nationale (Mamadou Koulibaly) de suspendre, au mois de mai, les émoluments des députés absents ainsi qu’à la menace de leur radiation le 1er juin, s’ils poursuivaient leur boycott.
27 juin Selon le Trésor public, la normalisation de la situation socio-politique et des financements externes devrait permettre d’atteindre des taux de croissance économique de 2,4 %, 3,5% et 5,1 % respectivement en 2007, 2008 et 2009.
30 juin Lancement à Yamoussoukro du Forum de dialogue national, par le Premier ministre Konan Banny, à la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix, en présence des membres du gouvernement et des principaux partis politiques, à l’exception du Front populaire ivoirien (FPI). Ce forum national se déroulera en trois phases : (i) la phase de lancement, (ii) la phase de terrain qui permettra d’expliquer et de recueillir les propositions et (iii) les assises du forum qui seront sanctionnées par la production d’un document contenant les recommandations des populations. Un comité de suivi sera mis sur pied pour veiller à l’application de toutes les décisions.
3 juillet En 2005, les recettes générées par le droit unique de sortie (DUS) (taxe à l’exportation sur le café, le cacao et le bois) se sont élevées à 262,7 milliards de FCFA contre 316 milliards en 2004, soit une chute de 17%. Le gouvernement prévoit une amélioration des recettes pour l’année 2006 grâce aux bonnes performances du secteur pétrolier. En effet, en 2005, pour la quatrième année consécutive, le secteur pétrolier a connu une forte progression (+83,2%), avec un niveau record de production de 14,5 millions de barils. Cette performance a permis à l’Etat d’engranger des recettes d’un montant de 47,9 milliards de FCFA au cours de l’année.
5 juillet Réunion à Yamoussoukro entre Kofi Anan secrétaire général de l’Onu, plusieurs dirigeants africains et les acteurs de la crise pour évaluer la situation en Côte d’Ivoire. Le communiqué final fixe le début des « audiences foraines » au plus tard le 15 juillet, demande « la publication d’un décret présidentiel d’ici le 15 juillet, autorisant la commission électorale indépendante à procéder à tout ajustement nécessaire du code électoral pour les élections de transition » et prévoit d’examiner mi-septembre une éventuelle prolongation du mandat du président Gbagbo après le 31 octobre.
7 juillet L’Union européenne (UE) accorde une subvention de 7,2 milliards de FCFA (11 millions d’euros) à l’appui de l’organisation des « audiences foraines » (le processus d’identification des populations).
11 juillet Redressement du trafic du port d’Abidjan dont le volume de manutention a atteint 18,6 millions de tonnes en 2005 contre 17,7 millions en 2004. Malgré une baisse du trafic navires de 8,8% (2928 escales en 2005, contre 3210 en 2004), le port d’Abidjan a réussi à maintenir ses principales activités d’exportation : cacao, coton, fruits, caoutchouc brut, sucre et bois. En revanche, le trafic conteneurisé est passé de 669 843 tonnes en 2004 à 571 674 en 2005, en baisse de 14,6%. Le transit a bénéficié de la réouverture de la ligne ferroviaire Abidjan-Ouagadougou et a atteint 750 000 tonnes en 2005, après être tombé à 200 000 tonnes en 2002. Les exportations de pétrole ont augmenté de 37% en 2005.
13 juillet Le Front populaire ivoirien (FPI) déclare son opposition au démarrage des « audiences foraines » dénonçant un « passage en force » du gouvernement pour organiser « la fraude électorale ». Mise en place du Groupe de Suivi de la mise en œuvre du programme Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) et Démantèlement, Désarmement des milices. Le Groupe est composé des Chefs d’Etat Major des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN) du Coordinateur Général du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (PNDDR) ainsi que des Commandants des Forces de l’ONUCI et de la Licorne.
19 juillet Les « jeunes patriotes », partisans de Laurent Gbagbo, paralysent Abidjan en érigeant des barricades pour protester contre les audiences foraines (destinées à identifier les populations) qui pourraient être entachées de fraudes. Par leur action, les patriotes lancent « un avertissement » au Premier ministre Charles Konan Banny. Le Conseil de sécurité de l’Onu adresse un nouvel avertissement à tous ceux qui feraient obstacle au processus de paix en Côte d’Ivoire en les menaçant de « sanctions ciblées ».
20 juillet Levée des barricades dressées la veille à Abidjan. Réunion du groupe de travail international (GTI) qui dénonce les oppositions et les entraves à l’organisation des « audiences foraines », et avertit qu’il transmettra ses conclusions « à l’appréciation du comité des sanctions (mis en place par l’Onu) afin qu’il puisse prendre les mesures appropriées contre les auteurs et les commanditaires de ces incidents ». Dans un communiqué, les partisans de Laurent Gbagbo, réunis au sein du Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD), dénoncent la fraude qui caractérise les audiences foraines, considérées comme « un nouveau coup d’Etat électoral ». Lors d’une réunion tenue à Paris, M. Habib Ouane (chef de Division chargé des PMA à la CNUCED) déclare : « la persistance de la crise a de lourdes conséquences sur l’économie ivoirienne. Au rythme où vont les choses, si rien n’est fait le pays devrait passer dans la catégorie des PMA ».
23 juillet Le président du directoire du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Alphonse Djédjé Mady demande aux militants de l’opposition de “débloquer les audiences foraines par tous les moyens”. Le Parti ivoirien des travailleurs (PIT) réclame une pause dans le processus des audiences foraines. Création d’un nouveau parti politique : l’Union républicaine pour la démocratie (URD) par l’ancienne ministre de la Communication, Danielle Boni Claverie. Ce parti demande que les audiences foraines soient différées. De violents affrontements, entre jeunes patriotes opposés à la tenue des audiences foraines et militants de l’opposition qui sont favorables à ladite tenue, se sont déroulés le 22 et le 23 juillet à Divo (2 morts et 36 blessés). Sur 50 sites devant accueillir les audiences foraines, 43 seraient opérationnels, 27 sites auraient fonctionné correctement, 16 sites auraient été perturbés par des violences et 7 sites doivent débuter leur activité le 24 juillet. Concernant les 27 sites dont l’activité s’est déroulée dans de bonnes conditions, 18 sont situés en zone « rebelle », 2 en zone de confiance et 7 en zone gouvernementale.
24 juillet Au cours d’une allocution télévisée, le Premier ministre Charles Konan Banny déplore les violences autour des audiences foraines : « rien ne justifie et ne justifiera qu’on puisse ôter la vie à son prochain. Surtout pas l’opération des audiences foraines ». Il tente de balayer les arguments du FPI et des jeunes patriotes concernant la fraude. A propos du processus DDR, Konan Banny informe que « du côté des Forces de défense et de sécurité, les 35 sites de pré-regroupement ont reçu des ex-combattants. Du côté des Forces Nouvelles, les Ivoiriens doivent savoir que les 50 sites de pré-regroupement ont aussi reçu des ex-combattants. Pour ce qui concerne les 50 sites, il s’agit d’un effectif de 33.000 ex-combattants. Donc le pré-regroupement est achevé ». Il affirme enfin sa détermination à poursuivre les audiences foraines.
26 juillet Désarmement des milices : 150 ex-combattants déposent les armes (sur 2000 recensés) dans la région ouest contrôlée par les forces gouvernementales. Ce sont les premiers miliciens à désarmer avant la date limite fixée au 7 août.
2 août Adoption en conseil des ministres du « Guide pratique des audiences foraines ». Dans son point 13 le guide stipule : « les personnes de nationalité ivoirienne bénéficiaires des jugements supplétifs d’acte de naissance obtenus dans le cadre des audiences foraines et celles de nationalité ivoirienne déjà en possession de leur acte de naissance, désireuses d’obtenir un certificat de nationalité, pourront s’adresser au Président du tribunal ou au juge de section, selon les modalités habituelles prévues par le Code de la Nationalité et la circulaire d’application N° 31/MJ/CAB3 du 25 avril 1962 ». En d’autres termes, les audiences foraines ne pourront plus délivrer de certificats de nationalité, elles ne délivreront que des jugements supplétifs d’acte de naissance.
4 août Les Nations unies et l’armée ivoirienne annoncent l’interruption du processus de désarmement des milices de l’ouest, en raison du faible nombre d’armes récupérées.
5 août Laurent Gbagbo signe un décret portant nomination de nouveaux présidents de juridictions (127 magistrats) notamment appelés à remplacer les magistrats désignés pour superviser les audiences foraines. Selon certains magistrats, cette décision viole la Constitution (article 106) ainsi que le statut de la magistrature : « ces nominations illégales, [sont] plutôt guidées par le souci de placer des hommes en mission politique que d’assurer une bonne administration de la Justice ». Il s’agit de « nommer des magistrats proches du régime, dans le cadre des opérations des audiences foraines ».
6 août A la veille de la fête de l’indépendance, Laurent Gbagbo prononce un discours dans lequel il déclare que les audiences foraines ne peuvent pas délivrer de certificats de nationalité : « aucun certificat de nationalité ne sera délivré […] au cours des présentes audiences foraines ». De plus, il n’est pas question de créer une nouvelle liste d’électeurs, mais simplement de mettre à jour l’ancienne (qui date de 2002) : « aucune liste nouvelle d’électeurs ne sera créée ». Cette mise à jour serait confiée à l’Institut national de la statistique (INS). Enfin, Laurent Gbagbo affirme qu’il restera au pouvoir jusqu’aux prochaines élections, quelle que soit leur date.
8 août En réaction au discours du Président, la rébellion décide de suspendre sa participation au dialogue militaire sur le désarmement pour protester contre le « changement des règles du jeu » sur l’identification des populations. Selon Guillaume Soro, « les Forces nouvelles n’entendent plus continuer de souscrire à un processus factice et hypocrite ». De plus, « il ne sera pas question pour les Forces nouvelles d’accepter une quelconque prolongation du mandat de M. Laurent Gbagbo ».
9 août M. Paolo Gomez, administrateur de la Banque mondiale pour l’Afrique, rencontre le chef de l’Etat et le Premier ministre à Abidjan. Au 15 juin, le cumul des arriérés de la Côte d’Ivoire vis-à-vis de la Banque mondiale s’élevait à de 310 millions de dollars (environ 155 milliards de FCFA).
14 août Lors d’une conférence de presse, Alphonse Djédjé Mady, Président du Directoire du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), « dénonce les tentatives de blocage du processus de paix par M. Laurent Gbagbo. Le RHDP dénonce et condamne la volonté affirmée par le Chef de l’Etat dans son discours à la nation (du 6 août), de confisquer le pouvoir d’Etat sans recourir à des élections »… « Le RHDP refuse toute idée de prorogation du mandat de Laurent Gbagbo au-delà du 31 octobre 2006 et exige la poursuite des audiences foraines ». Le RHDP « affirme qu’il n’acceptera pas de liste électorale, autre que, celle validée par la Commission électorale indépendante (CEI) » car si Laurent Gbagbo souhaite confier la mission de mettre à jour les listes électorales à l’Institut national de la statistique (INS) c’est parce que « le Président du Conseil d’Administration, le Directeur Général, le Directeur des Opérations de l’INS sont membres du Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) ». Selon la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), le nombre d’entreprises en activité est passé de 23476 à la fin décembre 2003, à 14 928 à la fin décembre 2005. Au cours de cette période, la production a connu une baisse de l’ordre de 35%. D’après la CNPS, les destructions d’emplois salariés sont passées de 23 476 en 2003 à 40 416 en 2004.
17 août Réunis à Daoukro les dirigeants du G7 (Henri Konan Bébié, Président du PDCI-RDA, Alassane Dramane Outtara, Président du RDR, Guillaume Soro, Secrétaire Général des Forces Nouvelles, Mabri Toikeuse, Président de l’UDPCI, Anaky Kobenan, Président du MFA) « dénoncent et condamnent avec fermeté les nombreuses entraves au processus de paix suscitées par le chef de l’État, Laurent Gbagbo, son Parti, le FPI et leurs partisans ». Ils « rejettent toute idée de prorogation du mandat de Monsieur Laurent Gbagbo au-delà du 31 octobre 2006 ». Ils exigent la poursuite des audiences foraines conformément aux modalités définies lors de la réunion du 5 juillet 2006.
18 août Obsèques du général Robert Guéï assassiné le 19 septembre 2002.
20 août Réunies en conclave à Bouaké, les forces nouvelles dénoncent “le tandem” Laurent Gabgbo et Charles Konan Banny et regrettent que ce dernier ne tienne pas son rôle « d’arbitre impartial » et fasse trop de « concessions » au pouvoir.
22 août Lancement officiel des missions de paix à l’intérieur du pays : « les missions de paix constituent la première étape du forum de dialogue national. Elles visent à écouter puis à rassurer les populations. Elles visent à les faire passer du statut de passifs à celui d’acteurs du processus de paix ». 5 équipes sur 70 ont effectivement « pris le départ ».
23 août À l’issue d’une rencontre avec Laurent Gbagbo, Pierre Schori, représentant spécial du secrétaire général de l’Onu, annonce le report probable de l’élection présidentielle pour des raisons techniques : « il n’est techniquement plus possible d’organiser ces élections, car l’identification et l’enregistrement des listes électorales ne sont pas terminés ». Pierre Schori précise que la réunion de l’Onu du 15 septembre qui doit envisager l’après 31 octobre 2006 : « n’est pas pour décider du départ ou du maintien du président Gbagbo au pouvoir ». « Cette rencontre permettra d’évaluer le progrès fait dans le processus de paix et si possible de donner un coup d’accélérateur à la feuille de route, si des blocages sont constatés ». Publication officielle d’une lettre (envoyée le 17 août) co-signée par Henri Konan Bédié et Alassane Dramane Ouattara à l’attention de Kofi Annan et Thabo Mbéki stipulant : « compte tenu des manquements répétés du chef de l’Etat aux différents accords et de sa volonté affichée d’entraver le processus de paix, nous sommes fondés » à demander « qu’il soit désormais explicitement interdit au chef de l’Etat de prendre tout acte engageant la vie de la nation ».
24 août En réponse à la lettre publiée la veille par l’opposition, Laurent Gbagbo rejette toute idée de limitation de ses pouvoirs par l’Onu.
26 août Les Forces nouvelles interdisent l’accès du territoire qu’ils contrôlent aux délégations des missions de paix dépêchées par le Premier ministre. Après un refus, le FPI accepte de participer aux missions de paix que Les responsables de la rébellion ont bouclé leur zone, en interdisant son accès aux délégations qui ont été constituées pour conduire les missions de paix.
28 août A l’issue de la conférence annuelle des ambassadeurs de France à l’étranger tenue à Paris, Jacques Chirac déclare : « en Côte d’Ivoire, il n’y a pas d’autre sortie de crise que des élections ouvertes et sincères fondées sur des listes électorales renouvelées ».
29 août Après une rencontre à Paris avec Jacques Chirac, le Président Omar Bongo propose un plan de sortie de crise pour la Côte d’Ivoire. Une transition de deux ans, gérée par un exécutif collégial : Laurent Gbagbo au poste de président de la République ; Alassane Ouattara, vice-président ; Henri Konan Bédié, président de l’Assemblée constituante et Guillaume Soro, Premier ministre. Laurent Gbagbo dévoile sa position concernant les listes électorales : « la liste électorale est déjà établie, mais on va la mettre à jour parce qu’une liste électorale, on ne la fait pas quand les élections arrivent. Elle est permanente. Donc, on ne fait pas une nouvelle liste électorale ».
31 août – 1er Septembre Violents affrontements au cours d’une expédition punitive menée par des policiers contre des étudiants sur le campus de l’université de Cocody (3 morts et plusieurs blessés graves).
25 Septembre Le sommet de Yamoussoukro réunissant le Premier ministre Charles Konan Banny, le président Laurent Gbagbo, ses opposants Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié et le chef de la rébellion, Guillaume Soro n’a pas abouti à un accord sur le désarmement et l’actualisation des listes électorales.
6 Septembre Démission du gouvernement suite au « scandale des déchets toxiques ». Dans la nuit du 19 au 20 août, au port d’Abidjan, 528 tonnes de déchets toxiques ont été déchargées du Probo Koala, un navire sous pavillon panaméen. Ces déchets ont été ensuite déversés dans des décharges par une société ivoirienne (Tommy). Le porte-parole du gouvernement, Hubert Oulaye annonce le décès d’une troisième personne et confirme que plus de 1500 personnes intoxiquées ont été reçues dans les différents établissements de santé d’Abidjan.
7 Septembre Dans un document publié ce jour, l’International Crisis Group déclare : « En l’absence de nouvelles règles pour l’après 31 octobre 2006 et sans la mise en œuvre simultanée de tous les moyens de pression individuels sur les responsables politiques qui s’efforcent d’entraver l’organisation d’élections “propres”, aucun gouvernement de transition ivoirien ne pourra organiser un scrutin présidentiel dans un avenir proche. Le règlement de la crise ne sera qu’une illusion et les 37 millions de dollars dépensés chaque mois pour l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) ne seront qu’un gâchis. À terme, la communauté internationale n’aura alors le choix qu’entre deux options : un retrait politique et militaire, qui laisserait aux ivoiriens le soin de résoudre leurs différends comme ils l’entendent (probablement par une violence qui n’épargnerait aucun des pays voisins) ou, au contraire, la prise en charge intégrale du processus électoral, dans ce qui ressemblerait à une mise sous tutelle temporaire ».
8 Septembre Au terme de sa réunion, le Groupe de travail international (GTI) reconnaît l’échec de la mise en œuvre de la résolution 1633 et demande au Conseil de sécurité de mettre en place « de nouveaux arrangements institutionnels et de gouvernance pour la période postérieure au 31 octobre ».
12 Septembre A l’issue d’une visite de 3 jours à Abidjan, Denis Sassou N’Guesso, président de l’Union Africaine, constate le désaccord persistant de la classe politique sur le mode de sortie de crise : « nous sommes au regret de dire qu’au moment où nous partons d’Abidjan, les questions d’identification qui sont elles-mêmes liées à celles du désarmement ne trouvent pas encore solution ». Trois semaines après le déversement de déchets toxiques dans des décharges autour d’Abidjan, on enregistre 7 morts et 10 000 consultations dans les établissements de santé pour vomissements, nausées, ou difficultés respiratoires.
14 Septembre Lors d’un discours devant les militaires, Laurent Gbagbo fustige la communauté internationale (particulièrement le GTI) en l’accusant d’être responsable de l’échec du processus de paix en Côte d’Ivoire. En conséquence Laurent Gbagbo déclare qu’il ne participera pas à la réunion prévue le 20 septembre au siège des Nations Unies à New York : « je n’irai pas à New York et n’y enverrai aucune délégation. Je ne veux pas cautionner la mascarade ».
16 Septembre Nomination d’un nouveau gouvernement : La plupart des membres de l’ancienne équipe sont reconduits. Seuls, deux ministres ne le sont pas : Anaky Kobenan, ministre des Transports (Mouvement des forces d’avenir, MFA), et Jacques Andoh (Parti ivoirien des travailleurs, PIT), ministre de l’Environnement, à la suite du scandale des déchets toxiques déversés à Abidjan. Ils sont respectivement remplacés par Abdel-aziz Thiam, directeur général de la Société ivoirienne des chemins de fer (Sitarail) et par Daniel Aka Ahizi (PIT). Le nombre de membres du gouvernement passe de 32 à 36 du fait de la création de deux ministères : des Droits de l’Homme (Joel N’Guessan) et de l’Administration du territoire (Cheik Daniel Bamba), issus de la scission du ministère de la Justice, pour le premier et du ministère de l`Intérieur, pour le second. On note la création de deux nouveaux secrétariats d’Etat : à la «bonne gouvernance» (Ginette Yoman) et à la protection civile (Yao Kouassi Noël).
19 Septembre Publication du rapport d’Amnesty international : Côte d’Ivoire. Affrontements entre forces de maintien de la paix et civils : leçons à tirer. Ce document tente de dresser le bilan et de dégager les responsabilités des « attaques dont ont été victimes les opposants politiques ivoiriens et les ressortissants français au cours des événements de novembre 2004 à Abidjan ainsi que celles dirigées contre les membres et les bâtiments de l’Onuci en janvier 2006 ». Amnesty recommande des suppléments d’enquête aux différentes parties intéressées : gouvernement ivoirien, France et Onu. Dans une interview au quotidien Le Monde, Laurent Gbagbo affirme que le temps des négociations « est terminé » et déclare ne plus attendre la paix des casques bleus de l’ONU et des soldats français de l’opération Licorne qu’il accuse de « légèreté » et de « parti pris » : « S’ils veulent partir, qu’ils partent ».
20 Septembre Après le mini-sommet de l’Onu, Jean-Marie Guéhenno, chargé des opérations de maintien de la paix, confirme que les élections en Côte d’Ivoire ne pourront avoir lieu avant le 31 octobre en raison de « l’existence de blocages graves ». Il déclare que « la réunion que nous avons tenue n’était pas une réunion de décision. Les décisions seront prises par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), l’Union africaine et en dernier ressort par le Conseil de sécurité ». Ainsi, la Cedeao devrait reprendre le dossier en main et transmettre son avis à l’Union Africaine qui se réunira le 4 octobre prochain. Enfin, vers la mi-octobre le Conseil de sécurité devrait se réunir pour proposer et adopter une nouvelle résolution.
6 Octobre Pour les chefs d’États de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), réunis à Abuja, la résolution 1633 constitue « le cadre idéal du règlement de la crise ivoirienne ». Devant les blocages dans son application, ils demandent au Conseil de sécurité de lOnu de « prendre les mesures appropriées ». La Cedeao exprime son soutien « à l’Onuci et aux forces françaises » de l’Opération Licorne. ainsi que sa « satisfaction » dans l’application de la « feuille de route » de la transition par le Groupe international de travail (GTI) chargé de veiller au bon déroulement de cette transition. Enfin, les chefs d’Etat ont décidé de soumettre leurs recommandations au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA) lors de sa réunion mi-octobre à Addis Abeba.
8 Octobre Le Front populaire ivoirien (FPI), par la voix de son président Pascal Affi N’Guessan, demande la dissolution du Groupe de travail international (GTI) et le départ des forces militaires françaises.
13 Octobre Le ministre de la santé fait état de 10 morts et de 69 hospitalisations suite à la pollution engendrée par le déversement de déchets toxiques en provenance du Probo-Koala.
14 Octobre Au titre du 10ème Fonds européen de développement (FED), l’Union européenne alloue à la Côte d’Ivoire une enveloppe de 143 milliards de francs CFA (218,4 millions d’euros) pour la période 2008-2013. Cette enveloppe est destinée à « promouvoir une bonne gouvernance économique et politique » (32,8 millions d’euros) et à « consolider la paix, la cohésion sociale et les infrastructures » (152 millions d’euros). Le solde (32,8 millions d’euros) doit appuyer plusieurs programmes : de développement des filières agricoles, de l’intégration régionale, de la coopération technique et du soutien à la société civile.
17 Octobre L’Union africaine (UA) décide de reconduire pour une période « n’excédant pas douze mois » le président ivoirien Laurent Gbagbo et le Premier ministre Charles Konan Banny qui bénéficiera de pouvoirs encore plus élargis. Ces décisions vont maintenant être transmises au Conseil de sécurité des Nations unies, qui se penchera le 25 octobre sur la crise en Côte d’Ivoire et décidera des modalités de la nouvelle transition dans ce pays coupé en deux depuis 2002. « Il est clairement établi que malgré tous les efforts déployés, il n’est pas possible d’organiser des élections en Côte d’Ivoire (d’ici le 31 octobre 2006), comme cela avait été prévu l’année dernière », a déclaré M. Sassou Nguesso lors d’une conférence de presse à Addis Abeba, au terme d’une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA, consacrée à la Côte d’Ivoire. « Nous avons décidé d’une autre période de transition n’excédant pas douze mois, au cours de laquelle Laurent Gbagbo est confirmé dans ses fonctions de chef d’État et le Premier ministre Charles Konan Banny dans ses fonctions de Premier ministre de la transition », a-t-il poursuivi. « Et puisque le CPS de l’UA a analysé les différents blocages constatés, il a pris une série de décisions, notamment de renforcer les pouvoirs et les moyens du Premier ministre pour qu’il conduise à bon port sa mission », a ajouté le président en exercice de l’UA et chef de l’Etat du Congo-Brazzaville.
Le mouvement de grève illimitée des producteurs de cacao, décrétée, jeudi dernier à Abidjan, par l’Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (ANAPROCI) et l’Union des coopératives exportatrices de Côte d’Ivoire (UCOOPEX), a été largement suivi dans la plupart des localités situées dans les principales zones de culture, selon un premier bilan, livré, lundi soir à la presse, par des responsables du mouvement.
18 Octobre L’Union africaine, par la voie de son président Denis Sassou-N’Guesso, annonce la fin de la médiation du président sud-africain Thabo Mbeki.
27 Octobre Paris annonce que les déchets toxiques ivoiriens seront traités en France.
31 Octobre A l’unanimité de ses quinze membres, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1721 qui proroge d’un an le mandat du chef de l’Etat Laurent Gbagbo, ainsi que celui du Premier ministre Charles Konan Banny qui devra disposer de « toutes les ressources financières, matérielles et humaines voulues et une autorité totale et sans entraves ».
2 Novembre Laurent Gbagbo réagit à la résolution 1721 : « toutes les atteintes contenues çà et là encore dans le texte de la Résolution et qui constituent des violations de la Constitution de la République de Côte de d’Ivoire ne seront pas appliquées ».
3 Novembre Philippe Mangou, chef d’Étaf-major de l’armée ivoirienne, réaffirme son soutien au président Laurent Gbagbo : « les Forces de défense et de sécurité (FDS) de Côte d’Ivoire vous apportent leur soutien en votre qualité de Président de la République, chef suprême des armées ». Cette déclaration va à l’encontre de la résolution de l’ONU qui affirme l’autorité du Premier ministre sur les forces de sécurité.
6 Novembre L’Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2006, publié par Transparency International (TI), place la Côte d’Ivoire en 151 ème position (avec un score de 2,1) sur 163 pays.
22 Novembre La Commission d’enquête sur l’affaire des déchets toxiques remet son rapport au Premier ministre Charles Konan Banny. Ce document met en lumière la chaîne des responsabilités tant au niveau étatique que privé.
23 Novembre Au cours d’une interview accordée à la Radio-télévision ivoirienne, Pierre Schori (représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Côte d’Ivoire) admet le relatif échec de la communauté internationale dans la résolution de la crise, malgré « 17 résolutions du Conseil de sécurité et une vingtaine de déclarations du président du Conseil de Sécurité ». Pierre Schori précise que la résolution 1721 prévoit un bilan de la situation « le 1er février, et un autre en mai/juin ». « Et, si la communauté internationale par le biais du GTI, de la CEDEAO et de l’Union Africaine [qui sont dans le GTI], voient que cela n’avance pas assez vite ou qu’il y a des problèmes, alors ils doivent envoyer des recommandations au Conseil de sécurité… pour faire accélérer ou prendre d’autres mesures ».
26 Novembre Laurent Gbagbo signe huit décrets et rétablit dans leurs fonctions trois hauts fonctionnaires suspendus au mois d’octobre par le Premier ministre, et mis en cause par le rapport de la commission d’enquête sur le scandale des déchets toxiques déversés à Abidjan en septembre dernier. Les trois hauts fonctionnaires qui seront officiellement réintégrés dans leurs fonctions le 16 décembre sont : Gnamien Konan, Marcel Gossio et Pierre Amondji, respectivement directeur général des Douanes, directeur du port autonome d’Abidjan et gouverneur du district d’Abidjan.
27 Novembre À Yamoussoukro, le premier ministre Konan Banny déclare rejeter la décision du président Gbagbo de réintégrer trois responsables mis en cause dans l’affaire des déchets toxiques. Les partis politiques d’opposition, soutenus par une partie de la population, dénoncent également cette décision.
28 Novembre Jugeant qu’en diffusant la veille le message “séditieux” de Konan Banny, la Radio-télévision ivoirienne (RTI) avait commis une “faute grave”, Laurent Gbagbo prend deux décrets révoquant son directeur général, Kébé Yacouba, et dissolvant son conseil d’administration. Le nouveau directeur général de la RTI est Pierre Brou Amessan.
30 Novembre Manifestations, rapidement dispersées par la police, à Abidjan, Toumodi, Yamoussoukro et Dabou, contre les décrets du Président Gbagbo. L’intervention des forces de l’ordre s’est soldée par un mort et une dizaine de blessés.
1er Décembre A l’issue de sa réunion, le Groupe de travail international (GTI) exprime sa « profonde inquiétude » en raison du « retard » du processus de paix et de la « détérioration du climat politique ». Le GTI apporte son soutien au Premier ministre Charles Konan Banny.
5 Décembre Pour disperser des manifestations de protestation contre l’obstruction faite par Laurent Gbagbo à l’action du premier ministre, les forces de sécurité tirent sur la foule et tuent deux personnes à Agnibilékrou et dans le quartier de Koumassi à Abidjan.
8 Décembre Konan Banny annonce la reprise prochaine des opérations d’identification des populations en vue des futures élections.
12 Décembre Le colonel Babri Gohourou, porte-parole des forces armées nationales de Côte d’Ivoire (Fanci), déclare que l’armée a déjoué une tentative imminente de coup d’Etat visant à assassiner le Président Laurent Gbagbo et plusieurs hauts responsables de la hiérarchie militaire.
13 Décembre Lors des festivités marquant le 46ème anniversaire de la Société des transports abidjanais (SOTRA), Laurent Gbagbo déclare sa détermination à rester à la tête de l’Etat malgré les tentatives de coups d’Etat : « Depuis quatre ans, vous avez essayé de faire des coups d’Etat, ça n’a pas marché ! ».   Par ailleurs, Laurent Gbagbo affirme qu’il veillera au strict respect de la Constitution, seule voie pour assurer la stabilité politique. Enfin, Laurent Gbagbo interdit par décret (n°2006-409), pour une période de 7 mois, les marches et les manifestations sur la voie publique. Le décret stipule : « les marches, sit-in et autres manifestations sur la voie publique sont interdits sur toute l’étendue du District d’Abidjan pour la période allant du 15 décembre 2006 au 15 juin 2007 ». Charles Konan-Banny affirme qu’il n’est pas concerné par les accusations de tentative de coup d’Etat.
15 Décembre Le Conseil de sécurité des Nations unies prolonge le mandat des forces de paix en Côte d’Ivoire (onusienne et française) jusqu’au 10 janvier 2007.
19 Décembre Lors d’une allocution télévisée, Laurent Gbagbo dévoile son plan de paix. Il se déclare « prêt à discuter dès ce soir et directement avec la rébellion » des Forces nouvelles (FN) en vue du désarmement et de la réunification du pays. Il suggère « la suppression de la zone de confiance » qui, « pose plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions » car elle « constitue un obstacle physique à la réunification du pays ». Laurent Gbagbo formule trois propositions complémentaires : « une amnistie générale », « la création d’un service civique national » et « la mise en place d’un programme d’aide aux déplacés de guerre ».
26 Décembre Arrivée au Havre du cinquième et dernier navire chargé des déchets toxiques ivoiriens.
31 Décembre Lors de la présentation de ses vœux à la nation, Laurent Gbagbo déclare à propos du scandale des déchets toxiques que « ce crime ne restera pas impuni ». Concernant la crise, Laurent Gbagbo renouvelle son appel à « un dialogue particulier et spécifique avec ceux qui ont pris les armes » pour « pour sortir de la guerre et de la crise par la démocratie. C’est pourquoi je plaide depuis toujours pour les élections ». Laurent Gbagbo « demande encore une fois ce soir à ceux qui ont pris les armes de les déposer, de venir au dialogue ». Sur le plan économique : « il est réconfortant de constater que notre économie résiste toujours, [mais] des signes d’essoufflement sont perceptibles ». Pour 2006, la croissance économique devrait être juste supérieure à 1% (contre 1,8 en 2005).

 

Revenir en haut de page.

Sources

Abidjan.net, AFP, Reuters, HRW, ICG, IRIN, GRIP, Nord-Sud export, L’Inter, Fraternité-Matin, Notre Voie, Le Patriote, Le Jour, Le Nouveau Réveil, 24 Heures, Le Front, l’Intelligent d’Abidjan, Panapress, Xinhua.