Archives de catégorie : LAMencartes (billets)

GABON présidentielle 2016

GABON présidentielle 2016

Notice explicative

__________________

Sur  627 805 électeurs inscrits, 373 310 se sont rendus aux urnes, soit une participation de 59,46 %, lors du vote du 27 août 2016 (l’élection présidentielle ne comporte qu’un seul tour).

Les résultats officiels communiqués par la CENAP (Commission électorale nationale autonome et permanente), validés par la Cour constitutionnelle, ont désigné Ali BONGO comme vainqueur avec 49,80 % des suffrages. Son challenger Jean PING aurait obtenu 48,23 % des voix.

Ces résultats sont contestés à la fois par le perdant, par la coalition d’opposition qui l’a soutenu, et par une partie de la communauté internationale

Le présent dossier comprend trois cartes

  • Une carte « Participation » par province, où les chiffres font apparaître une mobilisation exceptionnelle (plus de 99 %) dans le Haut-Ogooué, fief d’Ali BONGO, qui y a obtenu 95,46 % des suffrages, alors que la participation moyenne pour l’ensemble du pays est de 59,46 %.
  • Une carte « En tête » par province, sur laquelle nous avons utilisé des nuances proportionnelles de bleu pour Ali BONGO et de jaune pour Jean PING.
  • Une carte « Répartition des voix » par province qui met en évidence un vote massif (95,46 %) en faveur d’Ali BONGO dans le Haut-Ogooué, ce qui alimente les suspicions.

Cet exercice de cartographie électorale pourra être complété par des cartes « dissidentes » dès que nous disposerons de comptages parallèles fiables

Libre à chacun de construire sa propre analyse à partir de ces essais de représentation graphique./.

Contacts : bouquet@u-bordeaux-montaigne.fr ou  v.alfaurt@sciencespobordeaux.fr

Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

gabon_participation1tour_presidentielle

gabon_entete_presidentielle

gabon_resultats_presidentielle

 

Élections présidentielles 2016 en Centrafrique. Comment faire parler les cartes ?

Christian BOUQUET (et Valérie ALFAURT)

La cartographie électorale en Afrique a pris autant de retard que la démocratie, mais elle progresse à grands pas au rythme des consultations populaires, dont on observe la multiplication depuis quelques années. En outre, la régularité et la transparence des opérations électorales sont en amélioration sensible, au point que tenter des représentations cartographiques des résultats commence à prendre du sens.

Toutefois, l’exercice n’est pas aussi simple que dans les pays du nord. Il faut d’abord avoir accès à des données complètes et détaillées, notamment dans leurs déclinaisons régionale et sous-régionale. Il faut ensuite disposer des fonds de carte correspondant aux découpages retenus pour l’élection.

LAM a décidé d’entreprendre une première expérience avec les élections présidentielles en Centrafrique, malgré l’accumulation des difficultés : pays en sortie de crise, organisation souvent improvisée des scrutins, liste électorale douteuse, validation étonnante du 1er tour de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015 alors que le 1er tour des élections législatives (qui s’étaient tenues le même jour) avait été invalidé en raison de fraudes multiples. Quant à l’entité chargée d’organiser les élections à la place du ministère de l’Intérieur – une Autorité nationale des élections (ANE), faisant fonction de Commission électorale indépendante – elle a montré ses limites, notamment en matière de communication lisible des résultats.

C’est donc à partir d’une capture d’écran sur un compte Facebook affichant des résultats provisoires (officialisés depuis) qu’une carte du 1er tour a pu être réalisée. Elle représente les candidats arrivés en tête au premier tour par région.

CENTRAFRICAINEpresidentielle_enteteaupremiertour2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

On rappelle que la participation à l’échelle nationale pour le 1er tour (30 décembre 2015) a été de 60,44 %. Est arrivé en tête Dologuélé (23,74 %), qui a obtenu sur son nom les ralliements de Kolingba (12,04 %) et de Mandaba (3,06 %). Est arrivé second Touadéra (19,05 %) auquel se sont ralliés Ziguélé (11,43 %), Bokassa (6,06 %) et Doubane (3,33 %).

Aucune autre information n’a pu être cartographiée faute de données, notamment celle des inscrits qui aurait permis de calculer les taux de participation par région, ainsi que le pourcentage des suffrages obtenus par rapport aux inscrits pour chaque candidat.

Si l’on considère comme recevables les données du 1er tour, les résultats du second tour sont sans surprise. Les reports de voix se sont apparemment effectués normalement, et Archange Faustin Touadéra l’a emporté avec 62,71 % des suffrages, contre 37,29 % à Anicet Martin Dologuélé, avec une participation en légère baisse (56,71 %).

CENTRAFRICAINEpresidentielle_adm-2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Cette carte n’est pas exactement la représentation qu’il aurait été souhaitable de réaliser, faute de données sur le nombre d’inscrits par région. En effet, le pourcentage de suffrages obtenus par rapport aux inscrits est un indicateur beaucoup plus « parlant » que le score calculé à partir du nombre des votants.

Ainsi, au plan national – pour lequel on connaît le nombre global d’inscrits – Touadéra est passé de 11,75 % (229 764 voix sur 1 954 433 inscrits) à 35,56 % (695 059 voix sur 1 954 433 inscrits). Sa légitimité ne peut être mesurée qu’à l’aune de ces chiffres.

Nous proposons de livrer ces données brutes, assorties de quelques conseils de prudence liés au cas particulier de la Centrafrique, à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs analyses (acteurs politiques locaux, politistes internationaux, diplomates, journalistes).

Dans les prochaines semaines, nous tenterons de « couvrir » cartographiquement les élections africaines dont les données nous sembleront fiables et les enjeux pertinents.