Archives de catégorie : Humeur

DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []

À l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street

5th-avenue-42th-street

En découvrant cette scène à l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street, alors que l’été indien donnait à Manhattan des couleurs accueillantes, j’ai été saisi par une sorte de  contrariété. Pourtant, cette image de travailleurs noirs cirant les chaussures de cadres blancs est familière à ceux qui fréquentent les grandes capitales africaines. Mais quelques éléments supplémentaires donnaient à l’instantané une dimension nouvelle.

D’abord le « mobilier urbain » : contrairement aux modules Jean-Claude Decaux – qui ont aussi colonisé l’Amérique –, c’est une structure en bois massif, montée sur roulettes. Les marches ont été  agencées de manière à accueillir tous les produits nécessaires à la tâche et, au sommet de l’estrade, les sièges capitonnés comportent des accoudoirs moelleux. Il y a sûrement des meubles semblables ailleurs dans la ville, ce qui supposerait l’existence d’une petite entreprise, mais qui l’a imaginée et qui la contrôle ? On peut penser qu’un jour ce meuble sera vendu chez les antiquaires, comme les vieux confessionnaux. Le plus tôt sera le mieux.

Ensuite, le mur auquel s’adosse le bahut des cireurs : c’est le balcon du jardinet qui entoure la Public Library de New York, c’est-à-dire l’une des plus grandes bibliothèques du monde, ce qui donne à penser que l’esprit du lieu pourrait infuser et diffuser, à l’entour au moins, quelques bribes de conscience sociale. Mais ces deux personnages de type caucasien  lisent-ils encore les vieux textes, ou bien sont-ils déjà totalement absorbés par les messages en live de leurs smartphones ?

Enfin, il y a cette impression d’indifférence – le mot est terrible – qui caractérise les uns et les autres. Chacun est dans son monde et s’occupe de ses affaires. Apparemment du moins, car il est probable que les deux cireurs ont conscience de leur statut, ne serait-ce qu’à cause de l’estrade mais ils n’y voient qu’un support de gagne-pain et pas l’inscription dans l’éternel clivage entre riches blancs et pauvres noirs. Peut-être les deux autres font-ils mine d’être ailleurs tout en culpabilisant un peu, ou bien considèrent-ils cette petite séance matinale quotidienne comme une manière de redistribuer leur richesse. Mais on connaît l’adage : « la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ».

Le pire est peut-être que j’ai pris cette photo, comme un correspondant de guerre filmant des blessés à l’agonie, ou comme un reporter figeant pour son agence des morts de faim. Est-ce parce que j’ai été choqué ? Est-ce parce que j’ai été déstabilisé par un symbole des inégalités ? Est-ce que j’ai été contaminé par l’anthropologie, qui m’a fait percevoir d’abord une inégalité raciale plutôt qu’une inégalité sociale ? Est-ce parce que New York m’a rappelé que la question de la discrimination n’était pas encore réglée aux Etats-Unis ? Mais n’est-ce pas plutôt parce qu’en bon touriste je chassais le pittoresque ? Flagrant délit d’indécence dans tous les cas.

Il y avait pourtant beaucoup d’autres choses à voir au croisement de la 5th Avenue et de la 42th Street, souvent bien plus futiles. D’ailleurs, au départ, je cherchais la Maison Kayser, dont on m’avait dit qu’elle était la meilleure boulangerie française de NY.

Et puis en y repensant, je me suis souvenu qu’il y avait aussi, par exemple à Abidjan, des cireurs noirs pour cadres noirs, avec la même indifférence et la même hiérarchie des sièges. Avec un mobilier juste un peu moins élaboré.

Tout est donc rentré dans l’ordre des choses.

5th-avenue-42th-street-bis

Ch. BOUQUET

18/09/2016