Archives de catégorie : Humeur

À l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street

5th-avenue-42th-street

En découvrant cette scène à l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street, alors que l’été indien donnait à Manhattan des couleurs accueillantes, j’ai été saisi par une sorte de  contrariété. Pourtant, cette image de travailleurs noirs cirant les chaussures de cadres blancs est familière à ceux qui fréquentent les grandes capitales africaines. Mais quelques éléments supplémentaires donnaient à l’instantané une dimension nouvelle.

D’abord le « mobilier urbain » : contrairement aux modules Jean-Claude Decaux – qui ont aussi colonisé l’Amérique –, c’est une structure en bois massif, montée sur roulettes. Les marches ont été  agencées de manière à accueillir tous les produits nécessaires à la tâche et, au sommet de l’estrade, les sièges capitonnés comportent des accoudoirs moelleux. Il y a sûrement des meubles semblables ailleurs dans la ville, ce qui supposerait l’existence d’une petite entreprise, mais qui l’a imaginée et qui la contrôle ? On peut penser qu’un jour ce meuble sera vendu chez les antiquaires, comme les vieux confessionnaux. Le plus tôt sera le mieux.

Ensuite, le mur auquel s’adosse le bahut des cireurs : c’est le balcon du jardinet qui entoure la Public Library de New York, c’est-à-dire l’une des plus grandes bibliothèques du monde, ce qui donne à penser que l’esprit du lieu pourrait infuser et diffuser, à l’entour au moins, quelques bribes de conscience sociale. Mais ces deux personnages de type caucasien  lisent-ils encore les vieux textes, ou bien sont-ils déjà totalement absorbés par les messages en live de leurs smartphones ?

Enfin, il y a cette impression d’indifférence – le mot est terrible – qui caractérise les uns et les autres. Chacun est dans son monde et s’occupe de ses affaires. Apparemment du moins, car il est probable que les deux cireurs ont conscience de leur statut, ne serait-ce qu’à cause de l’estrade mais ils n’y voient qu’un support de gagne-pain et pas l’inscription dans l’éternel clivage entre riches blancs et pauvres noirs. Peut-être les deux autres font-ils mine d’être ailleurs tout en culpabilisant un peu, ou bien considèrent-ils cette petite séance matinale quotidienne comme une manière de redistribuer leur richesse. Mais on connaît l’adage : « la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ».

Le pire est peut-être que j’ai pris cette photo, comme un correspondant de guerre filmant des blessés à l’agonie, ou comme un reporter figeant pour son agence des morts de faim. Est-ce parce que j’ai été choqué ? Est-ce parce que j’ai été déstabilisé par un symbole des inégalités ? Est-ce que j’ai été contaminé par l’anthropologie, qui m’a fait percevoir d’abord une inégalité raciale plutôt qu’une inégalité sociale ? Est-ce parce que New York m’a rappelé que la question de la discrimination n’était pas encore réglée aux Etats-Unis ? Mais n’est-ce pas plutôt parce qu’en bon touriste je chassais le pittoresque ? Flagrant délit d’indécence dans tous les cas.

Il y avait pourtant beaucoup d’autres choses à voir au croisement de la 5th Avenue et de la 42th Street, souvent bien plus futiles. D’ailleurs, au départ, je cherchais la Maison Kayser, dont on m’avait dit qu’elle était la meilleure boulangerie française de NY.

Et puis en y repensant, je me suis souvenu qu’il y avait aussi, par exemple à Abidjan, des cireurs noirs pour cadres noirs, avec la même indifférence et la même hiérarchie des sièges. Avec un mobilier juste un peu moins élaboré.

Tout est donc rentré dans l’ordre des choses.

5th-avenue-42th-street-bis

Ch. BOUQUET

18/09/2016