Archives de catégorie : genre

« Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Par Fernando A. Chinchilla, chercheur associé LAM/Sciences Po Bordeaux

J’ai eu l’occasion de m’entretenir récemment avec deux femmes mauritaniennes. Amy Sow est photographe, artiste plasticienne et peintre. Elle a fondé il y a quelque temps un espace culturel unique à Nouakchott, capitale de ce pays de l’Afrique de l’Ouest autrefois connu comme le « territoire des Maures ». Dieynaba Andiom, à Nouakchott aussi, est étudiante en doctorat au Sénégal. Elle s’intéresse à la « santé reproductive » des jeunes, un domaine lié à la santé sexuelle des jeunes et des adolescents, qui inclut la planification familiale, qui œuvre en matière d’infections sexuellement transmissibles, et qui travaille en prévention des violences basées sur le genre (VBG)[1]. Elle a fondé une ONG spécialisée en la matière. Malgré des parcours de vie fort différents, les deux femmes ont naturellement convergé vers un sujet commun : la situation des femmes dans leur pays. En Mauritanie, une femme peut recevoir jusqu’à cent coups de fouets pour avoir pratiqué la « Zina » – des relations sexuelles hors-mariage – et cela même en cas de viol[2]. Elle peut aussi être jetée en prison.

Dénoncer la violence faite aux femmes

 La convergence est compréhensible car les deux femmes partagent un regard sociétal critique. « Il fallait arrêter de peindre des dunes et des chameaux. Nous vivons dans un monde pervers, où il y a trop de violence. J’ai donc décidé de lancer un cri d’alarme. Il fallait alerter, dénoncer la violence faite aux femmes… il fallait passer à l’essentiel », affirme Sow en toute confiance. En 2002, elle donc a créé l’Union des artistes plasticiens mauritaniens, un système d’ateliers interconnectés aux instituts marocain et français, grâce auquel divers artistes ont pu organiser des expositions collectives à caractère sociopolitique. « Les femmes subissent en Mauritanie toute sorte de violence », affirme l’artiste. De plus, les victimes n’osent pas parler. Il a donc fallu s’improviser en porteuse de la voix de tous ceux et celles vivant dans la précarité des quartiers périphériques de Nouakchott.

Le combat d’Andiom n’est pas si différent. En matière de santé reproductive, le constat est le suivant : « Les jeunes sont actifs sexuellement depuis un très jeune âge, mais le sujet demeure tabou. De plus, en Mauritanie on se marie à 14-15 ans. Donc, quand on parle de « jeunes », on fait plutôt référence à des adolescents. Ce qui se passe [souvent, mais pas nécessairement] hors-mariage – par exemple les grossesses non-désirées ou le fait de contracter des maladies sexuellement transmissibles (MST) – est refoulé. De surcroit, puisque les hommes refusent souvent d’aller chez le médecin, ce sont les femmes qui le font. Et quand cela devient public, la société les culpabilise. Que ça soit par leur façon de s’habiller ou de se maquiller, la sexualité hors-mariage est toujours la « faute des femmes », signale la jeune activiste sociale[3]. Elle explique ainsi que les avortements clandestins et l’automédication sont des pratiques sociales fort dangereuses[4].

Que faire ? Comment sensibiliser ? D’une part, toute action au plan socioculturel, se heurte à un mur. Le Mauritanien moyen, affirme Sow, « n’est pas intéressé par l’art. On ne décore pas les murs et quand on le fait, on achète des bagatelles chinoises. Selon les perceptions locales, notre métier n’apporte rien; nous sommes presque des délinquants. Si les artistes mâles sont socialement étiquetés… imaginez maintenant les femmes! ». Si ce n’était pas grâce aux ventes faites aux expatriés, ni elle, ni ses collègues (femmes ou pas) ne survivraient financièrement. Si, d’autre part, l’engagement est au niveau de la société civile, les femmes activistes se heurtent également à des obstacles de taille. On a déjà demandé à Andiom comment elle osait parler de sexualité en public, à un auditoire plus âgé qu’elle. Non seulement la voix des jeunes n’est pas souvent entendue en Mauritanie, mais il s’agit aussi d’une société patriarcale où la « supériorité masculine » est glorifiée et où la vie des femmes est toujours conditionnée à la famille, à la vie de son époux, etc. Il s’agit aussi d’un système de castes, où les filles – souvent déscolarisées – ne peuvent pas choisir leur mari. Lorsqu’elles peuvent le faire, il doit être issu de la même caste. Le défi est donc de contourner, de dépasser la société.

L’art comme outil politique

La santé reproductive est un sujet large, tout comme la créativité dans l’art. Il n’empêche, les deux femmes vont de l’avant. Pour Andiom, le pari « …est de mettre les jeunes à travailler pour eux-mêmes, car il y a des questions qui ne peuvent pas être traitées par des tranches d’âge différentes. Nous y travaillons depuis 2017, de façon bénévole, par exemple en définissant une charte de valeurs pour doter de sens notre organisation. Maintenant, nous devons regarder le lien entre les besoins potentiels des usagers et notre offre de services en matière de référencement et de suivi. Éventuellement, nous pourrons aussi faire du plaidoyer ». Quant à Sow, elle a toujours voulu ouvrir une galerie d’art en Mauritanie, pays qui n’est pas doté d’école de beaux-arts. « Je voulais perturber car l’art, lorsqu’il est politique, éveille les consciences, multiplie la connaissance, stimule l’intelligence et raffine la pensée ». Il y a quelques années, elle s’est donc décidée à monter un projet. Elle a débuté en achetant un terrain avec ses propres moyens et en construisant un modeste immeuble. Plus tard, l’Ambassade des États-Unis a accepté de financer le projet, ce qui lui a permis d’achever la bâtisse. Continuer la lecture de « Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

par Seble Menberu [1]

Ce billet présente une recherche de Master menée en 2015 à l’Université panafricaine (à l’Institut de la gouvernance, des sciences humaines et sociales, Yaoundé), consacrée aux femmes dans l’armée éthiopienne servant sous casque bleu dans l’opération de paix des Nations Unies à Abyei, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le terrain ainsi réalisé à Abyei a permis une immersion dans le quotidien de ces femmes. Il offre certaines pistes de réflexion sur les défis qu’elles rencontrent, concernant en particulier les préjugés auxquelles elles font face dans la vie civile, dans les familles, également les conditions de vie sur le terrain, les relations avec leurs « frères d’armes » masculins, ou encore les logiques d’assignation des missions par leur hiérarchie. L’auteure, Seble Menberu, a réalisé ce travail académique en anglais, en utilisant des citations collectées en amharique. Elle est aujourd’hui une chercheure associée à un think tank éthiopien basé à Addis-Abeba.

In May 1991, victorious rebel forces led by the Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF) toppled the military regime (known as the Derg, meaning, “the Council”) of Col. Mengistu Haile Mariam and seized power. What followed was a fundamental restructuring of the old imperial unitary centralized state into an ethnic-based federal government. The new EPRDF regime disbanded the entire armed forces of the state, which were initially built after 1941 liberation from Italian occupation along modern principles with modern, imported armaments by Emperor Haile Selassie. A new national force was reformed from scratch. The former liberation fighters served as the core of the army. In addition, new recruits proportionally representing diverse ethnic groups in the country were added.

In 2000, the government also opened recruitment in the army to women. During the 1990s, some women were already part of the new army. They had been integrated as former members of the rebel movement, in which women played an important role[2]. But they were only few. The current government does not release information about the current numbers of the newly reconstructed force nor about the exact female representation in it. However, it has policy directives designed to attract and enhance female participation. Nevertheless, it is not at all clear that these directives are seriously followed up in practice. There is no statistical data available to the public to allow an examination of the gradual increase in female composition. Concerned officials only state that the national defense forces guidelines allow up to ten percent (10%) of female representation. What remains a fact is that women representation in the armed forces is woefully low. Nevertheless, during 2010, Ethiopia has attained the top position by the UN for the number of troop contribution for peacekeeping missions worldwide.

Concerning the role of women, scholars have advocated an increase in their participation in peacekeeping operations as a response to increasing reports of operational inefficiency including accusations of sexual exploitation, rape of locals by male peacekeepers, etc. These demands have resulted in the adoption of a policy of gender balance in peacekeeping operations by the United Nations Security Council Resolution (UNSCR) 1325 on 31 October 2000. It is also often argued that, in addition to minimizing sexual-related abuses by UN missions, increasing the number of women serving in peacekeeping operations can make some unique contributions to improve the operational effectiveness of a peacekeeping unit and guarantee the human security of vulnerable groups. However, in spite of the strong case made and efforts by the United Nations Department for Peacekeeping Operations in order to increase women involvement, troop contributing countries remain reluctant to do so.

A case study: The United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)

This study, conducted in 2015, was aimed at describing and analyzing the factors that have affected the participation of Ethiopian women in United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)[3]. The Abyei Area covers about 4,000 square miles of desert, farmland, and oil fields located along the ill-defined border between Sudan and South Sudan. Abyei is claimed by both countries and has been a source of conflict for over 50 years. Its rich oil reserves make the region economically desirable to both Sudan and South Sudan. Its border location has also led to conflicting ethnic, cultural, and linguistic claims. On 20 June 2011, the belligerents signed a peace agreement to demilitarize Abyei and allow a peacekeeping mission under the UN to monitor the area. In July 2011, the UN established the UNISFA. Ethiopia has been the sole troop contributor of this mission. Continuer la lecture de Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)