Les émeutes de l’eau du Cap Skirring. Etat, mobilisations populaires, espace public et identités en Casamance (Sénégal)

Samedi 30 mai 2020, au sud du Sénégal, dans la région de Ziguinchor, la petite ville touristique du Cap Skirring a vu des habitants se rassembler pour protester contre les difficultés d’accès à l’eau potable dans la zone. Cette mobilisation fait immanquablement penser à une autre mobilisation survenue dans la même communauté voici plus de 40 ans : en 1979, des villageois s’étaient rassemblés pour protester contre l’absence de consultations et de compensations lors de l’implantation d’un village-vacances du Club Méditerranée sur leurs terres du Cap Skirring. Cet épisode avait été une des bornes sur le chemin de l’émergence d’un mouvement séparatiste armé dans cette région du sud du Sénégal, le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC). Menée à distance, sur la base presque exclusive du web sénégalais (l’anthropologue Alain Bertho a mené un utile travail de collation des vidéos de l’épisode), une rapide comparaison entre les deux épisodes offre l’occasion d’une réflexion sur l’évolution de la situation en Casamance et, plus largement, de l’espace public et de l’Etat sénégalais.

La plage de Cap Skirring.
© Bjørn Christian Tørrissen, Creative Commons Attribution

Continuer la lecture de « Les émeutes de l’eau du Cap Skirring. Etat, mobilisations populaires, espace public et identités en Casamance (Sénégal) »

Questions juridiques et éthiques liées au statut des œuvres d’art acquises durant la colonisation : enjeux pluriels d’un processus multilatéral

Joana Messan,
ancienne étudiante du parcours PDAPS (Politique et développement en Afrique et dans les pays du Sud) de Sciences Po Bordeaux, promotion 2019.

 

objets culturelsCes trois objets culturels africains (Bénin, Soudan, Mali) sont actuellement exposés dans des collections françaises.[1]

 

Accentuées par le mouvement des indépendances des années 1960 à 1990, les demandes de restitution d’œuvres d’art émanant de pays des Suds, notamment des pays Africains, font actuellement l’objet d’une attention particulière de la part des Etats et établissements propriétaires d’Europe.

Continuer la lecture de « Questions juridiques et éthiques liées au statut des œuvres d’art acquises durant la colonisation : enjeux pluriels d’un processus multilatéral »

« Dans ce pays, mieux vaut avoir le VIH que le cancer » : ethnographie d’un paysage thérapeutique en évolution en Côte d’Ivoire (2015 – 2019)

Par Elise Nédélec
Doctorante en anthropologie
Université de Bordeaux
LAM (UMR 5115), Ceped (UMR 196)

Le ruban rose, installé comme emblème de la lutte contre le cancer du sein à l’entrée du CHU en 2015. ©Elise Nédélec

Cancer, « maladie de Blancs », « maladie de riches » ? Ces expressions retrouvées fréquemment sur mon terrain ivoirien à propos des maladies cancéreuses renvoient à une conception longtemps prédominante au sein de la biomédecine[1] : les cancers seraient des « maladies de la civilisation moderne », des « maladies de la civilisation occidentale ». Pourtant, les pays des Suds et le continent africain ne sont pas épargnés par ce fléau. Si différents rapports y attestent de la multiplication des cas de cancers depuis plusieurs décennies[2], leur prise en charge biomédicale est souvent loin d’être une priorité sanitaire pour les gouvernements nationaux et les instances internationales de santé. Continuer la lecture de « « Dans ce pays, mieux vaut avoir le VIH que le cancer » : ethnographie d’un paysage thérapeutique en évolution en Côte d’Ivoire (2015 – 2019) »

Un confiné parmi d’autres à Pondichéry

Anthony Goreau-Ponceaud
Institut Français de Pondichéry, UMIFRE 21 CNRS MEAE, LAM

Ce texte fait partie d’un ensemble de témoignages des chercheurs du LAM diffusés sur la lettre spéciale du laboratoire : « LAM au temps du corona ».

Le temple Arulmigu Manakula Vinayagar avant le lockdown.

Le temple Arulmigu Manakula Vinayagar pendant le lockdown.

Le temple Arulmigu Manakula Vinayagar dédié à Ganesh. Ce temple jouit d’une importante fréquentation à la fois par les habitants permanents mais également par les touristes (Indiens et étrangers). A l’instar de l’ensemble des lieux de culte, il est fermé depuis le lockdown. © A.Goreau-Ponceaud

Le mardi 17 mars, après une réunion d’équipe se déroulant durant une bonne partie de la matinée, le directeur de l’Institut Français de Pondichéry (où j’effectue ma délégation CNRS depuis décembre 2018, après une arrivée tardive), Frédéric Landy, prend la décision de fermer l’Institut et nous encourage à rester confinés au sein de notre domicile et à nous organiser au mieux pour effectuer nos tâches en télétravail. Cette décision est accueillie avec soulagement par certains, et pour d’autres c’est surtout la surprise et l’étonnement qui dominent leurs émotions car rien ne semble indiquer une quelconque situation de crise côté indien. Continuer la lecture de « Un confiné parmi d’autres à Pondichéry »

10 ans après le séisme : les restes d’Haïti

Minustah Haïti
Des casques bleus de la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, 2004-2017) dans la cathédrale de Port-au-Prince en 2011. © Corbet.

Haïti revient souvent sur le devant de la scène internationale. Dictature, tremblement de terre, cyclone, émeute… et anniversaires de ces catastrophes. Bien qu’aussi valorisé pour sa culture – la qualité de ses artistes n’ayant jamais été démentie (le pays n’est pas avare de poésie) – c’est une image sombre qui nous est renvoyée du pays. Ces derniers mois, il est vrai, difficile de porter un regard optimiste sur la situation sociale, politique et économique du pays : plus de 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté (selon la Banque mondiale), et l’insécurité alimentaire est galopante. Le séisme traumatique du 12 janvier 2010 disparait alors dans une absence de mesures visibles et officielles pour organiser sa mise en mémoire. Continuer la lecture de « 10 ans après le séisme : les restes d’Haïti »

Le « vol » des tambours du Burundi

Jean-Pierre Chrétien, chercheur associé à LAM. Le 25 août dernier, une manifestation de plusieurs centaines de personnes a parcouru les rues du centre de Bujumbura pour dénoncer le Rwanda, qui aurait « volé et utilisé les tambours burundais en violation des lois burundaises et même internationales”. Était visé le fait qu’une troupe de jeunes tambourinaires constituée au sein de la communauté des quelque 70 000 réfugiés burundais installés au Rwanda depuis 2015 ait participé au Kenya, le 18 août précédent, au concours régional télévisé East Africa’s got talent. Continuer la lecture de « Le « vol » des tambours du Burundi »

Sekota, Ethiopie : une ville révélatrice d’enjeux qui la dépassent

Alice Corbet, chercheure à LAM

Carte : Alice Corbet, à partir de © 2018 GADM

Sekota, petite ville du Nord de l’Éthiopie, sur les hauts plateaux. En région Amhara, elle se situe tout près de la frontière du Tigré. Dans un pays déchiré par des tensions ethniques récurrentes, malgré son organisation en fédération de régions depuis 1994, Sekota se trouve au cœur des conflits politiques. Continuer la lecture de « Sekota, Ethiopie : une ville révélatrice d’enjeux qui la dépassent »

L’économie et la fin de l’esclavage

Par Bernard Conte, chercheur associé à LAM

La très grande majorité des économistes considère que le capitalisme s’adapte pleinement aux variations, parfois erratiques, de son environnement. Ainsi, le système s’ajusterait aux « chocs » tant internes qu’externes dans une stratégie essentiellement défensive. Au contraire, j’affirme que pour atteindre son objectif d’exploitation maximale à moindre coût, le système capitaliste déploie une stratégie offensive de façonnage de son environnement. Il impose un ajustement structurel permanent à la société dans son ensemble Continuer la lecture de « L’économie et la fin de l’esclavage »

« Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Par Fernando A. Chinchilla, chercheur associé LAM/Sciences Po Bordeaux. J’ai eu l’occasion de m’entretenir récemment avec deux femmes mauritaniennes. Amy Sow est photographe, artiste plasticienne et peintre. Elle a fondé il y a quelque temps un espace culturel unique à Nouakchott, capitale de ce pays de l’Afrique de l’Ouest autrefois connu comme le « territoire des Maures ». Dieynaba Andiom, à Nouakchott aussi, est étudiante en doctorat au Sénégal. Elle s’intéresse à la « santé reproductive » des jeunes, un domaine lié à la santé sexuelle des jeunes et des adolescents, qui inclut la planification familiale, qui œuvre en matière d’infections sexuellement transmissibles, et qui travaille en prévention des violences basées sur le genre (VBG) Continuer la lecture de « « Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes) »

Women in Peacekeeping Missions in Africa: The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

par Seble Menberu [1]

Ce billet présente une recherche de Master menée en 2015 à l’Université panafricaine (à l’Institut de la gouvernance, des sciences humaines et sociales, Yaoundé), consacrée aux femmes dans l’armée éthiopienne servant sous casque bleu dans l’opération de paix des Nations Unies à Abyei, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le terrain ainsi réalisé à Abyei a permis une immersion dans le quotidien de ces femmes. Continuer la lecture de « Women in Peacekeeping Missions in Africa: The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border) »

Le Gabon, entre coup d’État avorté et incertitudes politiques

Par Bergès Mietté, LAM/Sciences Po Bordeaux.

Le lundi 7 janvier 2019 à 5 heures 30 GMT, rapporte Jeune Afrique, le sous-lieutenant Kelly Ondo Obiang, membre de la Compagnie d’honneur et président d’un groupe dénommé MPJFDS (Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon), « neutralise » le personnel de Gabon Télévision et prend possession des locaux abritant ce média à Libreville. Continuer la lecture de « Le Gabon, entre coup d’État avorté et incertitudes politiques »

Casamance : la stratégie de l’araignée

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM, CNRS-Sciences Po Bordeaux)

Hommage au réalisateur italien Bernardo Bertolucci, qui vient de nous quitter, ce titre de film pourrait s’appliquer à la stratégie non dite de l’Etat sénégalais dans l’interminable conflit de Casamance : 36 ans en décembre prochain. Après l’échec initial d’une solution purement militaire, le rapport de forces n’a en effet cessé d’évoluer ces vingt dernières années en faveur du gouvernement sénégalais, qui a patiemment tissé sa toile, combinant divers registres de la répression et de la séduction. Continuer la lecture de « Casamance : la stratégie de l’araignée »

Des Sri Lankais à La Réunion

Par Anthony Goreau-Ponceaud, LAM

Depuis quelques semaines, la presse réunionnaise est en émoi face à ce qui peut, pour certains, passer pour un phénomène difficilement explicable, si ce n’est tout au moins insolite. Il est vrai que d’ordinaire, lorsqu’il s’agit d’évoquer des flux de migrations illégales, les médias se focalisent plus volontiers sur l’autre région française de l’océan Indien : Mayotte. Continuer la lecture de « Des Sri Lankais à La Réunion »

Réunion de la Zone franc à Paris : commedia dell’arte

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Le 8 octobre s’est déroulée à Paris la réunion des ministres des Finances des pays de la Zone franc. À l’ordre du jour, la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, et la mobilisation des recettes fiscales.

La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme sont des sujets d’affichage, qui donnent lieu à des déclarations solennelles généralement suivies de peu d’effets. Continuer la lecture de « Réunion de la Zone franc à Paris : commedia dell’arte »

Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Berrou Jean-Philippe (Economiste à LAM, CNRS, Sciences Po Bordeaux) et Kevin Mellet (Sociologue à Orange Labs, Orange Digital Society Forum)

François Combarnous (GREThA CNRS, Université de Bordeaux), Thomas Eekhout (GREThA CNRS, Université de Bordeaux) et Georges Vivien HOUNGBONON (Orange Labs) ont participé à la rédaction de cet article.

Le continent africain connaît depuis le début des années 2000 une transformation numérique sans précédent, qui modifie en profondeur le quotidien de ses populations et l’environnement des affaires. La diffusion rapide du téléphone mobile et des usages d’internet traduit un véritable saut technologique pour le continent. Continuer la lecture de « Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels »