L’État de droit contaminé par le coronavirus : que deviennent les migrants en situation de pandémie ?

Par Salim Chena,
chercheur associé au LAM

L’actuelle pandémie mondiale a rebattu, au moins temporairement, les cartes de la « mondialisation heureuse » des tenants du libre-échange, de la croissance sans frein, de l’unipolarité de relations internationales dominées par la victoire définitive des libéralismes tant politique qu’économique, bref de la perspective de la « fin de l’histoire ». Continuer la lecture de « L’État de droit contaminé par le coronavirus : que deviennent les migrants en situation de pandémie ? »

Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour

Salim Chena, LAM/Sciences Po Bordeaux

Le report du premier Sommet Afrique-Israël, qui aurait dû se tenir entre les 23 et 27 octobre à Lomé (Togo), éclaire une dimension peu traitée des relations de l’Afrique avec le reste du monde, tant sur les plans historiques que dans l’extraversion des politiques extérieures des États africains contemporains. Continuer la lecture de « Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour »

Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe.

Salim Chena, chercheur associé à LAM. « Maroc: plus de 850 migrants entrent dans l’enclave espagnole de Ceuta ». Depuis, une quinzaine de jours, la presse rapporte la multiplication des tentatives collectives de passages de migrants subsahariens irréguliers sur le sol européen. Continuer la lecture de « Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe. »

La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel

            Une nouvelle région est-elle née ? Une ancienne région a-t-elle été ressuscitée ? La manière dont étaient envisagées, jusque-là, les aires du Maghreb et du Sahel1 a fortement évolué ces dix dernières années. Les circulations d’idées, de biens et de personnes traversant ces deux régions les ont finalement réunies après que l’économie politique et symbolique coloniale les ait longtemps séparées, voire opposées.

            Les circulations dans l’aire maghrébo-sahélienne oscillent entre légal et illégal, formel et informel, centres et périphéries. Trop souvent traitées sur le plan normatif du droit, elles mettent surtout en mouvement les groupes sociaux et les économies qu’elles relient, influençant au passage les dynamiques internes des États comme leurs relations extérieures. Le trafic de biens illicites n’est pas la contrebande, et les mouvements transfrontaliers n’échappent pas entièrement aux États ; la régionalisation des échanges entre Maghreb et Sahel se déroule, au contraire, à partir des opportunités créées par les frontières et l’absence de régionalisme renvoie aux stratégies de concentration des groupes dominant les appareils d’Etat (Bach, 2003). Continuer la lecture de « La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel »

  1. Il sera question, ici, du Sahel car les circulations  évoquées excèdent l’espace saharien stricto-sensu. []

La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique

            Les évolutions concomitantes des régimes migratoires vers davantage de restrictions à la mobilité, et des routes migratoires qui se renouvellent et se ravivent à la fois, ont contribué à redéfinir le système migratoire eurafricain. À l’image de l’Italie et de l’Espagne à la fin du XXe siècle, le Maghreb réalise sa transition d’un espace d’émigration à un espace d’immigration. Le territoire algérien ne fait pas exception à ces recompositions.

            L’Algérie a longtemps été vue comme une terre d’émigration et, pour ses gouvernements successifs, celle-ci a été une ressource économique et politique (Haute-Ville, 1995). Cependant, d’une part, la limitation de l’immigration dans l’espace Schengen et, d’autre part, les investissements publics ont eu une double conséquence sur les mouvements migratoires vers et depuis l’Algérie : d’abord, les ressortissants des périphéries de l’Europe ont trouvé de nouveaux débouchés à leur circulation ; ensuite, les secteurs du bâtiment et travaux publics, mais aussi ceux du commerce et des services, ont absorbé des travailleurs étrangers. Associée à l’Union européenne depuis 2005, l’Algérie s’est alignée sur les politiques migratoires du Nord de la Méditerranée par le vote de deux lois en 2008 et 20091. La première durcit les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en Algérie, criminalise l’immigration irrégulière et le soutien aux « clandestins » ; la seconde pénalise la sortie du territoire hors des points de passage officiels, criminalisant ainsi l’émigration irrégulière. Continuer la lecture de « La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique »

  1. Le Maroc en 2003, puis la Tunisie et la Libye en 2004, l’avaient précédée dans l’externalisation de la politique d’immigration et d’asile de l’Union. []

La sécurité au Sahara. Ambiguïtés d’un regain d’intérêt

Le Sahara est difficile à définir car ses représentations chargent ce vaste espace de nombreuses préconceptions. Il couvre a minima les régions du Sud maghrébin, du Maroc à la Libye, et les septentrions des États de la Mauritanie au Tchad. S’il renvoie à l’image d’une immensité de dunes de sable (erg), on oublie qu’il est avant tout composé d’espaces montagneux (reg). Il est perçu comme une terre vide et infranchissable, alors qu’y vivent plusieurs millions de personnes et qu’il est traversé en automobile depuis la Croisière noire de Citroën en 1923. L’imaginaire occidental le voit peuplé exclusivement de tamasheqs, ou touaregs, que l’exploration coloniale a mythifiés sous la figure des « hommes bleus », nomades fiers et libres issus d’une société matrilinéaire, et vivant de l’économie caravanière. Le Sahara est, pourtant, aussi habité par des Toubous en Libye et au Niger, des Maures (populations arabes ou arabo-berbères) en Mauritanie et au Mali, des Songhaïs et des Peuls au Mali ou encore des Sahraouis. Aujourd’hui, le Sahara renvoie avant tout aux prises d’otages occidentaux par des groupes terroristes islamistes, voire au trafic transatlantique de cocaïne… Le film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, acclamé par la critique, ne fait que reprendre à son compte cette esthétique éminemment politique (Bourgeot, 2014).

            Car c’est bien par le biais de la guerre contre le terrorisme que le Sahara est revenu sur le devant de la scène médiatique et politique depuis le début des années 2000. Le reflux des groupes terroristes algériens vers le Sud après la guerre civile des années 1990 qui a transnationalisé leur champ d’action, leur internationalisation opportuniste suite aux conflits afghans et irakiens et le retour des combattants touaregs recrutés dans la Légion islamique du colonel Kadhafi déchu ont précipité l’effondrement du Nord-Mali, déjà perceptible dans l’application imparfaite des précédents Accords, dans la sanctuarisation de l’espace par des groupes terroristes et criminels et dans l’absence de résolution des revendications sociales et culturelles de la minorité touarègue. Discrètement encouragé par Paris1, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a saisi une opportunité de relancer la lutte touarègue au Mali, quitte à s’allier un temps aux groupes islamistes. Or, il ne peut prétendre à l’hégémonie dans le Nord malien, peuplé de plusieurs autres communautés, et est lui-même le produit de dynamiques conflictuelles entre lignées tamasheqs ;  certains de ses proches, aussi, auraient été impliqués dans des violations des droits humains ou des activités criminelles (Bourgeot, 2012). Rapidement débordé par les groupes islamistes, il s’est ensuite rallié aux opérations Serval puis Barkhane, tout en gardant une forte influence dans la région de Kidal. Continuer la lecture de « La sécurité au Sahara. Ambiguïtés d’un regain d’intérêt »

  1. Entretien d’Hama Ag Mahmoud, ancien ministre de Moussa Traoré et ancien cadre du MNLA, dans Le Courrier du Sahara du 17 janvier 2014. Selon lui, Paris aurait ainsi cherché à affaiblir l’armée libyenne en encourageant la désertion des Touaregs et en l’empêchant de recruter au Mali et au Niger. []