Tous les articles par admin blog

Le « vol » des tambours du Burundi

Par Jean-Pierre Chrétien, chercheur associé à LAM

Le 25 aout dernier, une manifestation de plusieurs centaines de personnes a parcouru les rues du centre de Bujumbura pour dénoncer le Rwanda, qui aurait « volé et utilisé les tambours burundais en violation des lois burundaises et même internationales”. Etait visé le fait qu’une troupe de jeunes tambourinaires constituée au sein de la communauté des quelque 70000 réfugiés burundais installés au Rwanda depuis 2015 ait participé au Kenya, le 18 aout précédent, au concours régional télévisé East Africa’s got talent. On peut y voir une nouvelle tentative du régime de Pierre Nkurunziza pour mobiliser contre le voisin rwandais des passions nationalistes (voire « ethniques »), susceptibles d’être utiles lors du futur scrutin présidentiel de 2020. Cet incident rappelle la mobilisation du régime Habyarimana dans les années 1980 contre les manifestations culturelles rwandaises organisées à l’étranger par la diaspora tutsi. La culture est cette fois encore un enjeu politique.

Un spectacle fascinant

Mais de quoi s’agit-il dans le cas des « tambourinaires du Burundi ». La réputation internationale de ces percussionnistes est connue. Depuis des décennies ils ont été invités dans des festivals tenus en Europe : par exemple en France au « Festival du bout du monde » à Crozon en aout 2004, au concert de « l’Afrique sacrée » à la Cité de la musique de Paris en octobre 2007, à Africolor à Stains en décembre 2008… Leur rythmique a inspiré des spectacles de Maurice Béjart depuis les années 1990 et a été un modèle pour les « Tambours du Bronx » dans les années 1980, non sans tomber dans divers contresens.

Le spectacle est effectivement fascinant. Bien que ces tambours de 90 cm de haut soient de lourds futs de bois couverts d’une peau de vache, ils se transfigurent en objets d’une danse éblouissante. Disposés en arc de cercle, face à un tambour central, onze joueurs (nombre impair susceptible de varier) font alterner les rythmes et les sons selon la mesure donnée par les solistes successifs. Les tambourinaires jouent non seulement avec leurs baguettes, mais avec tout leur corps, bondissant, se déhanchant, mimant des scènes, parfois graves, parfois comiques. Le sol vibre et le public est partenaire de cette fête. C’est un spectacle total exprimant avant tout un enthousiasme collectif, la joie sans contrainte d’appartenir au Burundi.

Un héritage politico-religieux

On le voit, il ne s’agit ni d’un banal tam-tam, ni d’une parade militaire. C’est précisément cette dimension mystique, et pas simplement artistique, que l’Unesco a choisi d’honorer et de préserver en novembre 2014 en inscrivant « la danse rituelle du tambour royal du Burundi », au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cet intitulé renvoie à la réalité traditionnelle de ces tambours. En kirundi, ingoma signifie à la fois « tambour » et « royaume ». Jadis, lors d’une succession royale, le nouveau mwami ne montait pas au trône, il « accédait au tambour ». Des tambours sacrés, objets d’un véritable culte, étaient gardés à l’abri des regards, deux près des résidences royales, d’autres dans des bois sacrés (ibigabiro) disséminés au centre du pays.

Des lignages attitrés, les batimbo, issus de clans hutu bien précis, géraient ce réseau de sites rituels. C’était eux aussi qui fabriquaient, chaque année, une centaine de nouveaux tambours destinés à être acheminés jusqu’au lieu de célébration de la fête des semailles du sorgho, le muganuro. Cette cérémonie agraire représentait pour le roi le moment de garantir les futures récoltes, en effectuant, sous le contrôle de devins, des rituels secrets de consommation alimentaire et sexuelle. Le mwami « mangeait l’année ». Mais cette fête était aussi l’occasion de manifester l’adhésion de tout le pays à son mwami. Tous les chefs y envoyaient des délégations, sinon ils entraient en dissidence. Les offrandes de bétail, de miel, de bières, de houes, etc. affluaient à la cour. En échange, le roi redistribuait aussi des cadeaux. Pendant des semaines, durant la petite saison sèche de décembre, tout le centre du pays, autour des grands enclos royaux situés sur les hautes collines de Bukeye, Muramvya et Kiganda, et même au-delà, résonnait du grondement des tambours. Le calendrier agricole était ainsi calé et les récoltes étaient garanties, en même temps que la puissance royale s’en trouvait revigorée.

Le vocabulaire des parties du tambour (inda, amabere, umukondo, icahi, « ventre, seins, cordon ombilical, lange) indique une symbolique féminine de fécondité. Ingoma (tambour/royaume) ne va donc pas en principe sans muganuro (rituel des semailles). C’était le secret vital du pays, son porte-bonheur : le premier Européen qui traversa le pays, en septembre 1892, l’Autrichien Oscar Baumann affirme que, dans ce pays, « le tambour est inconnu » ! Ce n’est donc pas simplement un instrument en bois qui a été inscrit au patrimoine culturel de l’humanité, c’est l’héritage visible et fascinant d’une tradition populaire en connivence intime avec ce qu’il faut bien appeler un sentiment national.

Or la dimension religieuse et politique portée par ce rituel est morte en 1929. Cette année-là, un dernier muganuro, édulcoré de son « paganisme », est célébré. Il est remplacé en fait par une bénédiction des semailles à la messe de Noël. Les missionnaires catholiques, appuyés par l’administration coloniale belge, ont mis fin à ce rituel. « Civilisation » et « évangélisation » devaient aller de pair. Le jeune roi Mwambutsa, intronisé en 1915, est éduqué dans cet esprit. En 1936, la revue des Pères blancs Grands lacs pourra écrire : « A Bukeye, devant l’enclos royal, les tambours qui, pour la dernière fois en 1929, annoncèrent les fêtes du sorgho dans toute leur abomination païenne, pourrissent aujourd’hui, abandonnés dans la déréliction générale du paganisme ». On ne peut être plus clair. Continuer la lecture de Le « vol » des tambours du Burundi

« Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Par Fernando A. Chinchilla, chercheur associé LAM/Sciences Po Bordeaux

J’ai eu l’occasion de m’entretenir récemment avec deux femmes mauritaniennes. Amy Sow est photographe, artiste plasticienne et peintre. Elle a fondé il y a quelque temps un espace culturel unique à Nouakchott, capitale de ce pays de l’Afrique de l’Ouest autrefois connu comme le « territoire des Maures ». Dieynaba Andiom, à Nouakchott aussi, est étudiante en doctorat au Sénégal. Elle s’intéresse à la « santé reproductive » des jeunes, un domaine lié à la santé sexuelle des jeunes et des adolescents, qui inclut la planification familiale, qui œuvre en matière d’infections sexuellement transmissibles, et qui travaille en prévention des violences basées sur le genre (VBG)[1]. Elle a fondé une ONG spécialisée en la matière. Malgré des parcours de vie fort différents, les deux femmes ont naturellement convergé vers un sujet commun : la situation des femmes dans leur pays. En Mauritanie, une femme peut recevoir jusqu’à cent coups de fouets pour avoir pratiqué la « Zina » – des relations sexuelles hors-mariage – et cela même en cas de viol[2]. Elle peut aussi être jetée en prison.

Dénoncer la violence faite aux femmes

 La convergence est compréhensible car les deux femmes partagent un regard sociétal critique. « Il fallait arrêter de peindre des dunes et des chameaux. Nous vivons dans un monde pervers, où il y a trop de violence. J’ai donc décidé de lancer un cri d’alarme. Il fallait alerter, dénoncer la violence faite aux femmes… il fallait passer à l’essentiel », affirme Sow en toute confiance. En 2002, elle donc a créé l’Union des artistes plasticiens mauritaniens, un système d’ateliers interconnectés aux instituts marocain et français, grâce auquel divers artistes ont pu organiser des expositions collectives à caractère sociopolitique. « Les femmes subissent en Mauritanie toute sorte de violence », affirme l’artiste. De plus, les victimes n’osent pas parler. Il a donc fallu s’improviser en porteuse de la voix de tous ceux et celles vivant dans la précarité des quartiers périphériques de Nouakchott.

Le combat d’Andiom n’est pas si différent. En matière de santé reproductive, le constat est le suivant : « Les jeunes sont actifs sexuellement depuis un très jeune âge, mais le sujet demeure tabou. De plus, en Mauritanie on se marie à 14-15 ans. Donc, quand on parle de « jeunes », on fait plutôt référence à des adolescents. Ce qui se passe [souvent, mais pas nécessairement] hors-mariage – par exemple les grossesses non-désirées ou le fait de contracter des maladies sexuellement transmissibles (MST) – est refoulé. De surcroit, puisque les hommes refusent souvent d’aller chez le médecin, ce sont les femmes qui le font. Et quand cela devient public, la société les culpabilise. Que ça soit par leur façon de s’habiller ou de se maquiller, la sexualité hors-mariage est toujours la « faute des femmes », signale la jeune activiste sociale[3]. Elle explique ainsi que les avortements clandestins et l’automédication sont des pratiques sociales fort dangereuses[4].

Que faire ? Comment sensibiliser ? D’une part, toute action au plan socioculturel, se heurte à un mur. Le Mauritanien moyen, affirme Sow, « n’est pas intéressé par l’art. On ne décore pas les murs et quand on le fait, on achète des bagatelles chinoises. Selon les perceptions locales, notre métier n’apporte rien; nous sommes presque des délinquants. Si les artistes mâles sont socialement étiquetés… imaginez maintenant les femmes! ». Si ce n’était pas grâce aux ventes faites aux expatriés, ni elle, ni ses collègues (femmes ou pas) ne survivraient financièrement. Si, d’autre part, l’engagement est au niveau de la société civile, les femmes activistes se heurtent également à des obstacles de taille. On a déjà demandé à Andiom comment elle osait parler de sexualité en public, à un auditoire plus âgé qu’elle. Non seulement la voix des jeunes n’est pas souvent entendue en Mauritanie, mais il s’agit aussi d’une société patriarcale où la « supériorité masculine » est glorifiée et où la vie des femmes est toujours conditionnée à la famille, à la vie de son époux, etc. Il s’agit aussi d’un système de castes, où les filles – souvent déscolarisées – ne peuvent pas choisir leur mari. Lorsqu’elles peuvent le faire, il doit être issu de la même caste. Le défi est donc de contourner, de dépasser la société.

L’art comme outil politique

La santé reproductive est un sujet large, tout comme la créativité dans l’art. Il n’empêche, les deux femmes vont de l’avant. Pour Andiom, le pari « …est de mettre les jeunes à travailler pour eux-mêmes, car il y a des questions qui ne peuvent pas être traitées par des tranches d’âge différentes. Nous y travaillons depuis 2017, de façon bénévole, par exemple en définissant une charte de valeurs pour doter de sens notre organisation. Maintenant, nous devons regarder le lien entre les besoins potentiels des usagers et notre offre de services en matière de référencement et de suivi. Éventuellement, nous pourrons aussi faire du plaidoyer ». Quant à Sow, elle a toujours voulu ouvrir une galerie d’art en Mauritanie, pays qui n’est pas doté d’école de beaux-arts. « Je voulais perturber car l’art, lorsqu’il est politique, éveille les consciences, multiplie la connaissance, stimule l’intelligence et raffine la pensée ». Il y a quelques années, elle s’est donc décidée à monter un projet. Elle a débuté en achetant un terrain avec ses propres moyens et en construisant un modeste immeuble. Plus tard, l’Ambassade des États-Unis a accepté de financer le projet, ce qui lui a permis d’achever la bâtisse. Continuer la lecture de « Viens à la maison » (ou l’itinéraire de deux femmes mauritaniennes)

Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

par Seble Menberu [1]

Ce billet présente une recherche de Master menée en 2015 à l’Université panafricaine (à l’Institut de la gouvernance, des sciences humaines et sociales, Yaoundé), consacrée aux femmes dans l’armée éthiopienne servant sous casque bleu dans l’opération de paix des Nations Unies à Abyei, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le terrain ainsi réalisé à Abyei a permis une immersion dans le quotidien de ces femmes. Il offre certaines pistes de réflexion sur les défis qu’elles rencontrent, concernant en particulier les préjugés auxquelles elles font face dans la vie civile, dans les familles, également les conditions de vie sur le terrain, les relations avec leurs « frères d’armes » masculins, ou encore les logiques d’assignation des missions par leur hiérarchie. L’auteure, Seble Menberu, a réalisé ce travail académique en anglais, en utilisant des citations collectées en amharique. Elle est aujourd’hui une chercheure associée à un think tank éthiopien basé à Addis-Abeba.

In May 1991, victorious rebel forces led by the Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF) toppled the military regime (known as the Derg, meaning, “the Council”) of Col. Mengistu Haile Mariam and seized power. What followed was a fundamental restructuring of the old imperial unitary centralized state into an ethnic-based federal government. The new EPRDF regime disbanded the entire armed forces of the state, which were initially built after 1941 liberation from Italian occupation along modern principles with modern, imported armaments by Emperor Haile Selassie. A new national force was reformed from scratch. The former liberation fighters served as the core of the army. In addition, new recruits proportionally representing diverse ethnic groups in the country were added.

In 2000, the government also opened recruitment in the army to women. During the 1990s, some women were already part of the new army. They had been integrated as former members of the rebel movement, in which women played an important role[2]. But they were only few. The current government does not release information about the current numbers of the newly reconstructed force nor about the exact female representation in it. However, it has policy directives designed to attract and enhance female participation. Nevertheless, it is not at all clear that these directives are seriously followed up in practice. There is no statistical data available to the public to allow an examination of the gradual increase in female composition. Concerned officials only state that the national defense forces guidelines allow up to ten percent (10%) of female representation. What remains a fact is that women representation in the armed forces is woefully low. Nevertheless, during 2010, Ethiopia has attained the top position by the UN for the number of troop contribution for peacekeeping missions worldwide.

Concerning the role of women, scholars have advocated an increase in their participation in peacekeeping operations as a response to increasing reports of operational inefficiency including accusations of sexual exploitation, rape of locals by male peacekeepers, etc. These demands have resulted in the adoption of a policy of gender balance in peacekeeping operations by the United Nations Security Council Resolution (UNSCR) 1325 on 31 October 2000. It is also often argued that, in addition to minimizing sexual-related abuses by UN missions, increasing the number of women serving in peacekeeping operations can make some unique contributions to improve the operational effectiveness of a peacekeeping unit and guarantee the human security of vulnerable groups. However, in spite of the strong case made and efforts by the United Nations Department for Peacekeeping Operations in order to increase women involvement, troop contributing countries remain reluctant to do so.

A case study: The United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)

This study, conducted in 2015, was aimed at describing and analyzing the factors that have affected the participation of Ethiopian women in United Nations Interim Security Force for Abyei (UNISFA)[3]. The Abyei Area covers about 4,000 square miles of desert, farmland, and oil fields located along the ill-defined border between Sudan and South Sudan. Abyei is claimed by both countries and has been a source of conflict for over 50 years. Its rich oil reserves make the region economically desirable to both Sudan and South Sudan. Its border location has also led to conflicting ethnic, cultural, and linguistic claims. On 20 June 2011, the belligerents signed a peace agreement to demilitarize Abyei and allow a peacekeeping mission under the UN to monitor the area. In July 2011, the UN established the UNISFA. Ethiopia has been the sole troop contributor of this mission. Continuer la lecture de Women in Peacekeeping Missions in Africa : The Case of the Ethiopian Army deployed in Abyei (Sudan / South Sudan border)

Le Gabon, entre coup d’Etat avorté et incertitudes politiques

Par Bergès Mietté, LAM/Sciences Po Bordeaux.

Le lundi 7 janvier 2019 à 5 heures 30 GMT, rapporte Jeune Afrique, le sous-lieutenant Kelly Ondo Obiang, membre de la Compagnie d’honneur et président d’un groupe dénommé MPJFDS (Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon), « neutralise » le personnel de Gabon Télévision et prend possession des locaux abritant ce média à Libreville. Assisté de deux de ses compagnons tous vêtus aux effigies de la Garde républicaine, il annonce, sur les ondes de la télévision nationale, la mise en place prochaine d’un « Conseil national de la restauration » afin « de sauver la démocratie, préserver l’intégrité du territoire national et la cohésion nationale. […]. » Et de poursuivre : « une fois encore, une fois de trop, les conservateurs écharnés du pouvoir, dans leur basse besogne, continuent d’instrumentaliser et de chosifier la personne d’Ali Bongo Ondimba en mettant en scène un homme dépourvu de plusieurs de ses facultés physiques et mentales […] » Puis de conclure : le MPJFDS « […] a décidé, ce jour, de prendre ses responsabilités afin de mettre en déroute toutes les manœuvres en cours, de confiscation du pouvoir par ceux qui, dans la nuit du 31 août 2016, ont lâchement fait assassiner nos jeunes compatriotes avec le soutien des illégitimes et des illégales […] Le jour tant attendu est arrivé où l’armée a décidé de se mettre aux côtés de son peuple afin de sauver le Gabon du chaos. […] Si vous êtes en train de manger, arrêtez ! Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez ! Si vous dormez, réveillez-vous ! Réveillez vos voisins […] Levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue ! »

Un échec annoncé

Moins de trois heures après ces déclarations fracassantes, Guy Bertrand Mapangou, le ministre de la Communication, joint par France 24, déclare qu’il s’agit « d’un feu de paille », que le pays est « sous contrôle », que Kelly Ondo Obiang est en cavale (il sera interpellé dans l’après-midi), que deux de ses complices ont été tués, et les deux autres placés en détention. L’acte a été « fortement condamné » par l’Union africaine, et les autorités gabonaises disent qu’« une enquête sera ouverte. » Cependant, alors qu’on s’interroge désormais sur les principaux commanditaires de cette énième tentative de coup d’État au Gabon, il y a lieu de se demander pourquoi les membres d’un corps chargé d’assurer la sécurité personnelle de l’Institution présidentielle incarnée par Ali Bongo, en viennent à se rebeller, au point d’annoncer « la restauration de l’État » ? Les institutions ne fonctionneraient-elles plus ? Mais qui sont-ils, ces insurgés ? D’où viennent-ils ? Quels sont leurs parcours ? Entretiennent-ils des relations particulières avec leurs hiérarchies, les élites politiques au pouvoir ou celles de l’opposition ? Quelle est la symbolique de leur acte ? Autant de questions que l’on se pose au regard de la situation actuelle. Dans cet article, il ne s’agit pas d’apporter des réponses à une crise en cours, mais plutôt de s’interroger sur la situation politique actuelle du Gabon, la tentative en question témoignant sans doute d’un profond « dysfonctionnement au sommet de l’État » et ce, en dépit des déclarations officielles visant à rassurer l’opinion nationale et internationale.

Depuis l’accession du Gabon à l’indépendance le 17 août 1960, la vie politique nationale semble rythmée par des tentatives de coup d’État, présentant plusieurs points symétriques : par exemple, les motivations des putschistes, et le caractère éphémère de leur acte. Ainsi, dans la nuit du 17 au 18 février 1964, un groupe d’officiers conduits par les lieutenants Valère Essono et Jacques Mombo, assistés des sous-lieutenants Daniel Mbene et Daniel Edou déposent le président Léon Mba[1]. Les putschistes entendaient restaurer la démocratie et l’autorité de l’État mises à mal par les velléités autoritaires de Léon Mba. Jean Hilaire Aubame, son principal adversaire politique, est porté à la tête d’un gouvernement mort-né. Se fondant sur les accords de coopération militaires signés le 17 juillet 1960 avec le Gabon, la France dépêche alors à Libreville un commando de parachutistes[2] qui « rétablit l’ordre. » De retour au pouvoir, et sans en tirer les enseignements, Léon Mba poursuit son œuvre : du 25 août au 9 septembre 1964, un procès présidé par Léon Augé est organisé à Lambaréné, la ville même où le président déchu avait été déporté et « placé sous une escorte commandée par le sergent Amiar Nyanga. »[3] Soupçonné d’être le principal commanditaire de ce coup de force, la participation de Jean Hilaire Aubame au gouvernement provisoire marque, historiquement, la fin de sa carrière politique : il sera condamné à 10 ans de réclusion et 10 ans d’interdiction de séjour au Gabon[4]. Gracié en 1972 par Albert Bernard Bongo, il s’exile en France où il vivra jusqu’à son décès, en 1989.

Une armée sous contrôle mais frondeuse

Le rétablissement au pouvoir de Léon Mba par les troupes françaises a amené nombre de Gabonais à s’interroger sur « le degré d’indépendance de leur pays » mais il a aussi rendu exécrables les rapports entre l’armée nationale et le pouvoir politique. Cette inimitié a été telle que pour « se venger », Léon Mba nourrissait l’idée de dissoudre toutes les forces de sécurité et de défense du pays. Mais il en est dissuadé par ses conseillers français qui lui proposent plutôt la création d’une garde présidentielle. Une fois créée, celle-ci à la particularité de ne compter alors que très peu de nationaux : on y trouve surtout des Équato-guinéens et des Tchadiens[5]. Et, à leur tête, Bob Maloubier, un officier français de renseignement du SDECE[6]. C’est ainsi qu’en marge de l’armée régulière, l’élite au pouvoir au Gabon s’est dotée d’une armée « totalement » acquise à sa cause. Elle semble disposer d’ailleurs de moyens de dissuasion impressionnants. Le 28 novembre 1967, Léon Mba décède à Paris où il est hospitalisé depuis plusieurs mois et Albert Bernard Bongo, qui deviendra Omar Bongo en 1973 après sa conversion à l’islam, accède au pouvoir le 2 décembre 1967 conformément à la Constitution modifiée le 17 février 1967[7]. S’inscrivant dans la continuité de la politique amorcée par son prédécesseur, Omar Bongo modernise et ethnicise la Garde présidentielle qu’il transformera, plus tard, en Garde républicaine[8]. Mais contrairement à son prédécesseur, Omar Bongo sait que l’armée est un maillon essentiel du pouvoir. Elle ne peut, par conséquent, être reléguée au second plan. Il entretiendra donc tout au long de son règne de « bons rapports » avec les officiers des forces de sécurité et de défense. Certains seront d’ailleurs nommés à des postes ministériels quand d’autres sont promus à des échelons plus élevés.

Ceci n’empêchera cependant pas d’autres tentatives de coup d’État de se produire entre 1967 et 2009. Aucune cependant n’ébranlera le pouvoir d’Omar Bongo. Parmi celles-ci, deux méritent d’être mentionnées. Il s’agit du putsch qu’aurait fomenté le capitaine Alexandre Mandza Ngokouta, en 1985. Les raisons de ce putsch restent encore méconnues. Condamné à perpétuité, ce saint-cyrien a été exécuté publiquement le 11 août 1985 à la place Hollando de Libreville. Sous le parti unique, elle servait de lieu d’exécution des « hors la loi. » Plus proche de nous, Jean Philippe Ntumpa Lebani, formé à l’Académie royale de Meknès (Maroc) puis à l’École d’application des officiers en Virginie (États-Unis), est soupçonné d’« atteinte à la sureté de l’État » alors qu’il occupait, depuis 2004, le poste de Secrétaire permanent du CNS (Conseil national de sureté.) Peu avant cette promotion, il était commandant en second de la Garde républicaine. Le 9 septembre 2009, selon le quotidien l’Union, il est arrêté puis incarcéré au Gros bouquet (prison centrale de Libreville.) Son procès, diffusé à la télévision nationale en 2010, confirmera, pour certains, les propos d’Aimery Bhongo Mavoungou, son avocat. Continuer la lecture de Le Gabon, entre coup d’Etat avorté et incertitudes politiques

DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []

George Weah ou la constance du jardinier

Par Fred Eboko

Chercheur associé à LAM
Directeur de Recherche IRD. CEPED : IRD – Université Paris Descartes
fred.eboko@ird.fr

C’est le parcours hors-normes et le destin exceptionnel d’un homme dont les talents multiples recouvrent une désarmante simplicité. Sur tous les terrains de football où il a montré l’éclat de ses qualités, comme dans les arènes politiques dans lesquelles il s’est lancé depuis 2005, le nouveau président élu du Libéria a déjoué tous les pronostics. Il a raflé partout la mise de la popularité et de l’affection liées à un tempérament d’une rare continuité : l’empathie. Dans les quartiers de Monrovia où il grandi, dans les souvenirs des habitants de Yaoundé où il a transité, puis de Monaco à Milan en passant par Paris, celles et ceux que George Weah a croisés décrivent à l’envi d’abord et surtout une qualité : une empathie, un regard attentif et un œil prêts à prendre le relais du moindre souci de l’autre. Le goleador parisien du Parc des Princes, où il a éclairé la coupe d’Europe des clubs champions de ses mémorables enjambées, était aussi l’homme au manteau gris qui allait intégralement compenser l’absence de salaires des employés de l’Ambassade du Libéria à Paris. A ce moment-là, dans les années 1990, il n’avait aucune intention de se lancer en politique. Juste une solidarité vis-à-vis des siens qui ont tous les visages de l’humanité dans le besoin. C’est encore lui qui supportait à ses frais les déplacements internationaux de l’équipe nationale de football du Libéria, si bien nommée en ces années de crise et de violences politiques au Libéria, la « Lone Star ».

Sous la simplicité, des talents atypiques d’un homme (presqu’) ordinaire

George Weah a reçu plus qu’il n’en attendait, il a donné de manière désintéressée, il a à chaque étape décroché la timbale. En réalité, ses talents se sont imposés à chacun de ses pas, au-delà de toutes les prévisions. En matière de football comme en matière d’ambition politique, les qualités évidentes de Weah ne faisaient pas de lui l’étoile inespérée sauf pour ses proches.

A l’aube de sa carrière à Monrovia, George est l’ami d’un orfèvre du ballon rond dont il est une sorte d’accompagnateur : James Debbah. Les deux compères tracent des sillons parallèles. James est l’artiste dont les fresques de dribbleur émérite promettent monts et merveilles, aux yeux des observateurs. George est le goleador qui achève le travail à la pointe de l’attaque. A 20 ans, George est champion du Libéria.

En ces années 1980 qui s’achèvent, le Libéria devient trop petit pour accueillir les promesses de l’aube que suscitent les exploits du duo en or massif. Les championnats ivoiriens et camerounais sont à l’affût. C’est George qui ouvre la voie à la faveur d’un recrutement au Tonnerre Kalara Club de Yaoundé. James suivra la filière camerounaise en rejoignant l’Union de Douala. George remporte le championnat du Cameroun et le sélectionneur français de l’équipe nationale du Cameroun, Claude Le Roy, est frappé par le profil de George. Il y voit un prototype unique d’attaquant mixte : très « européen », sans fioritures, et digne des magiciens du football africain dans la précision technique. Claude Le Roy le met en contact avec l’entraîneur de l’AS Monaco d’alors, Arsène Wenger. George Weah, 22 ans, arrive sur le Rocher en 1988, dans un club auréolé du titre de champion de France. Et il a déjà cette humilité qui contraste avec une volonté de fer et une foi qu’il décline moins en mots qu’en actes. Il marque 16 buts dans cette première saison en France. Il gagne une coupe de France, atteint une finale de Coupe d’Europe que le club de la Principauté perdra dans le contexte morose du « drame de Furiani » qui a endeuillé le football français la veille[i].

L’ascension d’un prodige

A l’issue de cette saison déjà remarquable en tous points, George Weah rejoint le Paris-Saint-Germain avec lequel il va encore franchir un palier dans la reconnaissance internationale de son talent. Au bout d’une saison de légende dans laquelle il devient un des meilleurs buteurs de la Coupe d’Europe des clubs champions, le vieux continent découvre la panoplie des ressources de l’attaquant libérien. Pour autant, le monde du football professionnel cède peu de place à la modestie, contrairement à ce que peuvent souhaiter les spectateurs. Le Parc des Princes a ses héros brésiliens Raï et Valdo, et voue un culte à sa figure de proue, le très individualiste David Ginola. Weah devient néanmoins Mister George par le respect qu’inspire justement l’alliage de sa puissance sur le terrain et de sa gentillesse en dehors des pelouses. Ce surnom « Mister George » est un hommage français à la respectabilité qu’inspire cet anglophone qui a appris le français dans les milieux populaires de Yaoundé. Le PSG élimine le majestueux Real de Madrid, George Weah et ses coéquipiers écrivent une des pages les plus prestigieuses de l’histoire du football de la capitale. George Weah cède aux sirènes d’un des plus grands clubs d’Europe, le Milan AC de Sivlio Berlusconi. Lors de sa dernière apparition à Paris, au bout de cette saison épique, au stade de la Porte d’Auteuil, une banderole affiche : « Weah, casse-toi ! ». L’enfant de Monrovia n’en dira pas un mot, ni sur le champ, ni plus tard.

Au sommet du monde

Les très intelligents supporters « Ultras » du PSG sont loin de se douter qu’ils saluent, avec la classe qu’on leur connaît, le futur premier ballon d’or non européen. En effet, en cette année 1995, le fameux trophée élisant le meilleur joueur européen change de formule après les longues critiques que cette récompense avait reçues, à savoir faire la distinction entre joueurs européens et non-européens évoluant pourtant dans les mêmes championnats. Le Ballon d’or peut donc être désormais attribué à tout joueur évoluant sur le continent. Et c’est George Weah qui l’emporte. Il le doit à sa saison parisienne mais aussi à l’effet des « derniers événements » sur la mémoire des électeurs qui sont appelés aux urnes du ballon rond en fin d’année calendaire et non pas à la fin de la saison footballistique qui se termine en juin. Mister George a eu le nez creux. Non content d’avoir caracolé en tête des plus belles figures des footballeurs en Europe de la saison 1994-1995, sous les couleurs parisiennes, il fait une entrée fracassante dans le championnat italien. Le Calcio découvre un homme simple et un footballeur au sommet de son art. Le 3 décembre 1995, contre la Lazio de Rome, George Weah inscrit un but de légende qui a pesé sur les votes des spécialistes. En une action, il étale une alchimie rare : puissance d’accélération, œil de lynx (il fait passer le ballon entre deux joueurs qu’il contourne) et finesse d’orfèvre grâce à un extérieur du pied droit qui désarçonne le portier romain.

Quelques jours plus tard, la légende s’écrit sous tous les superlatifs : premier joueur à remporter le ballon d’or sous sa nouvelle forme ; premier africain à être élu ballon d’or européen ; premier joueur de l’histoire à être sacré la même année ballon d’or européen et ballon d’or africain ;  deuxième joueur d’origine africaine à remporter le titre suprême après le portugais Eusébio (1942-2014), d’origine mozambicaine, qui fut sacré 30 ans plus tôt en 1965. Mais rien n’est trop beau pour George Weah. La FIFA va l’élire en 1996 joueur de l’année, autrement dit « meilleur joueur du monde » selon la fédération des fédérations. Mister George avait encore frappé les esprits, encore plus fort qu’en 1995.

Le 8 septembre 1996, il va accomplir un des exploits les plus saisissants de l’histoire du football de haut niveau. Une course de plus de 80 mètres, débutée dans sa surface de réparation, et conclue dans la surface adverse, en solitaire, comme une fusée qui slalome entre les joueurs du Hellas Verone, jusqu’à la frappe finale qui met le gardien hors de portée et le stade de San Siro en ébullition.

Au faîte de son art à 30 ans, George Weah vient de devenir un des joueurs les plus célèbres du monde et le footballeur africain du siècle, titre qui lui sera décerné quelques années plus tard par la Confédération africaine de football (CAF). La suite le mènera tout doucement vers une pré-retraite dorée. De Londres (Chelsea) à Manchester City, puis à Marseille et, enfin à Al-Jazira club, aux Emirats Arabes Unis. Il finira sa carrière sur la même note qu’il l’avait commencée au Libéria, en marquant plus de buts (13) que de matchs joués (8) lors de la saison 2000-2001, à 35 ans. Il n’aura pas disputé la compétition de trop et va engager une autre bataille.

L’apprentissage politique : reculer pour mieux sauter

En défiant, en 2005, la candidate de l’Unity Party (UP), Ellen Johnson Sirleaf, pour l’élection présidentielle libérienne, George Weah n’avait aucune chance de l’emporter pour les milieux politiques et médiatiques  occidentaux. Le novice en politique avait décidé de s’engager dans cette joute en ayant, comme sa rivale, « les mains propres », suite à la longue crise politique qui avait traversé le Libéria. En effet, entre le coup d’Etat mené par Samuel Doe le 12 avril 1980 et le départ de Charles Taylor en 2003, deux guerres civiles particulièrement meurtrières ont marqué la vie de ce pays dont la population est une des plus déshéritée d’Afrique, avec une espérance de vie à la naissance d’environ 44 ans (la moyenne africaine est de 60 ans en 2016). L’élection présidentielle de 2005 a ouvert une ère nouvelle à laquelle Mister George a lié son destin. En face de lui, Ellen Johnson affiche un CV digne des héritiers d’origine africaine-américaine dont elle fait partie. Diplômée en économie de l’Université du Colorado et de la très prestigieuse Kennedy School of Government de Harvard, ancienne secrétaire d’État aux Finances entre 1972 et 1978, puis ministre des Finances entre 1979 et 1980, ancienne cadre à la Banque mondiale et à l’ONU, la « Dame de Fer » libérienne est donnée favorite par toutes les intelligentsias. Au premier tour, le peuple de Libéria en décide autrement. George Weah arrive en tête avec 32,6% des suffrages contre 18,6% à la combattante de l’UP. Au second tour, une coalition entre Ellen Johnson et le troisième candidat, Charles Brumskine, qui a obtenu 10,6 % des voix au premier tour, permet à l’économiste de devenir la première femme élue présidente de la république en Afrique. La popularité n’a pas résisté à l’expérience politique et George Weah a appris de cet épisode à comprendre les jeux politiques qui font les victoires. Lors de l’élection de 2011, il est le colistier en second du candidat Winston Tubman. Leur ticket perd face à Ellen Johnson. Mister George poursuit son apprentissage avec l’abnégation qu’on lui a connu sur les terrains de football. Il recule pour mieux sauter et devient sénateur lors des élections sénatoriales de 2014. Continuer la lecture de George Weah ou la constance du jardinier

Implementation of the cessation clause : a useless mechanism, a motive of insecurity

Léocadie Malongo
Research associate LAM-Les Afriques dans le Monde

In April 2013, a Ministerial Meeting on the Comprehensive Solutions Strategy for Rwandan Refugees was held in Pretoria, South Africa, in order to « bring proper closure to the situation of Rwandan refugees (…) and to secure appropriate durable solutions for them »[1]. Several follow-up meetings aimed at implementing concrete procedures in that regard. In September 2016, a meeting between the UNHCR, delegations from African countries hosting Rwandan refugees and the African Union led to an agreement to conclude the process and implement the cessation clause[2] regarding refugee status held by Rwandans. Rwandan refugees who arrived in Uganda between 1959 and 31st December 1998 are affected by the cessation of their refugee status that was supposed to take place on the 31st December 2017. The other ones who arrived later are theoretically not concerned by it but this has created a huge concern among the Rwandan refugees with regards to the consequences this cessation clause can have on their own situation.

A hopeless situation

The history of Rwandans seeking refuge in Uganda dates back to several decades. In 1959-60, and then again in 1963-63 and 1972-73, Tutsis flew in order to escape persecution. The oldest Rwandan settlement in Uganda, Nakivale, was established in 1960. In the aftermath of the genocide, between 1994 and 1998, Rwandans arrived massively in Uganda and in the neighboring countries to seek asylum. Since then, Rwandans have continuously arrived and asked for asylum in Uganda, due to the constant political tensions in Rwanda. People flee the country in greater numbers before the elections, especially the ones belonging to groups that are specifically at high risk: journalists, human rights activists, or civil society activists. In the meanwhile, relations between Uganda and Rwanda have been going through ups and downs. Rwandans have been considered thorough the years as scapegoats by the Ugandan government, creating strong bitterness among the Ugandan population.

For the people concerned by the cessation clause, four different solutions have been proposed: voluntary repatriation, local integration, refugee status exemption for the ones who are still in need of international protection, and cessation of refugee status. Reality is de facto limited to two solutions: cessation clause for refugees who have obtained their status between 1959 and 31st of December, 2017, or refugee status exemption, for the ones who can prove that they are still at risk in case of return to Rwanda. To the ones concerned by the cessation clause, there are indeed few solutions available once they are not anymore under protection of UNHCR. They can either go back to Rwanda, which is not considered as a safe place by many Rwandan refugees or asylum seekers, or stay in Uganda, at the risk of being considered of alien.

For most of the Rwandans we spoke with, repatriation is not seen as a realistic solution. The reasons that have led to their flight are still not solved, starting with land issues which first feed resentment, bitterness and even violence among the population, and second prevent people to access their main subsistance means. In the aftermath of the genocide, land has been reallocated and internally displaced people, or people coming back to their origin village, have cultivated land that was belonging to people who flew the genocide. Once these latter ones came back, they had difficulties to prove the rightness of their claim regarding land belonging. Moreover, land issues are feeding disputes and using supposed responsibilities during genocide in order to grab land is common.

The second choice is a tricky one, it is indeed difficult to obtain Ugandan citizenship. The meeting leading to the decision of implementing the cessation clause was supposed to « proactively identify solutions ». The Ugandan government proposed to « provide an alternative legal status to those refugees choosing to locally integrate ». There is no such solution available for the Rwandan refugees who would like to stay in Uganda. They cannot access the right to obtain citizenship which would be the legal status to obtain once their refugee status is disclosed. Uganda is known to be « the best place to be a refugee ». Citizenship laws theoretically enable persons having been on the Ugandan soil for more than ten years to ask for citizenship. Persons having the refugee status are a special case as they are not allowed to become Ugandan citizen, neither by registration nor by naturalization. This is not only a denying of their rights as refugees, it also constitutes a clear discrimination as they do not access the same rights than foreigners living in Uganda. Together with the Ugandan government, UNHCR has to be sure that it is possible for the Rwandan refugees who decide to stay. This starts by the obtention of legal papers allowing full rights in Uganda and accessing full citizenship. Resettlement, often presented as an alternative solution by the signatories of the agreement, is not available to Rwandan refugees because their country of origin is not at war anymore. Nevertheless, the lack of security in Uganda for Rwandans should be taken seriously, and in that respect, resettlement should be enforced as a durable solution for them.

A thread extending to the whole Rwandan refugee community

Rwanda has been widely presented these last years as a success story regarding the way it has been able to pick itself up. It is considered as a booming economy, praised for its Parliament with the highest world percentage of women MP and at the spearhead of an ecological-oriented development. Safety is supposed to be secured, streets cleanness are highly spoken by the visitor, exemplified by the ban on plastic bags. Nevertheless, there are constantly important numbers of refugees fleeing the country, with peaks when presidential elections approach, linked with the repressive nature of the Rwandan State. All the refugees we met consider that Rwanda is not a safe place for them to return. Even if not concerned directly by the cessation clause, they all share fears regarding its implementation and the consequences it bears on their own lives, and consider that it misrepresents the political situation of Rwanda. Continuer la lecture de Implementation of the cessation clause : a useless mechanism, a motive of insecurity

Liberia : élection présidentielle 2017 (1er tour)

Le Liberia a organisé une élection présidentielle dont les résultats du premier tour nous ont semblé crédibles. Nous vous proposons donc ce dossier, en attendant (et en espérant) qu’il sera bientôt complété par les résultats du second tour.

A découvrir ici http://lam.sciencespobordeaux.fr/page/liberia

Comme d’habitude, les données vous sont fournies sans commentaire. À chacun d’y trouver les éléments qui l’intéressent. Toute remarque ou critique reste bienvenue.

Une succession en faux-semblants

Par Daniel Compagnon, chercheur au Centre Émile-Durkheim, auteur de A Predictable Tragedy: Robert Mugabe and the Collapse of Zimbabwe (University of Pennsylvania Press, 2011, 333 p.).

 

Source de l’image : http://www.zimbabwesituation.com/news/zimbabwes-inauguration-best-black-friday/

Cette image anonyme, relayée sur les réseaux sociaux le week-end dernier, illustre avec ironie le scepticisme d’une partie des Zimbabwéens à l’égard du nouveau président, lequel proclame pourtant l’avènement d’une nouvelle ère pour ce pays d’Afrique australe ruiné par la mauvaise gestion et la corruption qui caractérisaient le gouvernement de Mugabe ; mais aussi, implicitement, elle traduit un regard critique quant à la nature du processus qui a mené à ce dénouement.

Beaucoup de médias occidentaux ont voulu voir dans les évènements déclenchés le 15 novembre un coup d’Etat militaire dirigé contre l’ancien président Mugabe. Ils ont en outre déduit des manifestations de rue à Harare et Bulawayo, le samedi 18, que l’armée avait le soutien de la population. Et c’est donc ce qui aurait conduit logiquement le vieux leader, lâché par tous, à jeter l’éponge le mardi 21 novembre, à l’orée d’une procédure de destitution par le Parlement devant sceller son sort. Certains journalistes ont même risqué une analogie sans fondement avec les révolutions « de couleur » dans l’est de l’Europe.

Lutte de factions et « révolution de palais »

Or, les faits ne concordent guère avec cette interprétation. Nous avons plutôt assisté à un épisode, plus violent que les précédents et cette fois décisif, de la lutte de factions au sein de la Zimbabwe African National Union- Patriotic Front (ZANU-PF), selon une dramaturgie politique qui dure depuis trois décennies et dont l’enjeu a toujours été la succession du leader historique du pays. C’est donc au mieux une « révolution de palais » qui a conduit Emmerson Mnangagwa, limogé de son poste de vice-président par Mugabe le 6 novembre, à prêter serment pour remplacer ce dernier le 24, devant l’ensemble des cadres civils et militaires du parti, y compris les généraux instigateurs du faux putsch, et d’une foule de militants – sans que le stade soit aussi rempli que les prises de vues de la Zimbabwe Broadscasting Corporation ? le laissaient croire. Le ralliement express de l’appareil ZANU-PF dès le 19 – une semaine après avoir tout aussi unanimement approuvé la disgrâce de Mnangagwa -, une fois les membres de la faction G40 de Grace Mugabe arrêtés ou en fuite, avait déblayé le terrain en actant la modification des rapports de force. En quittant le pays après son limogeage, soi-disant par crainte pour sa vie, Mnangagwa avait alors promis de revenir en triomphateur et il a manigancé depuis l’Afrique du Sud l’ensemble du processus avec le général Chiwenga, chef d’état major des forces de défense.

Les militaires n’ont d’ailleurs pas déposé Mugabe, ils l’ont assigné à résidence pour son bien.  Mais ils ont neutralisé les partisans de Grace Mugabe, y compris dans la police (en particulier dans les forces anti-émeutes et la police politique – CIO), tandis de leurs alliés de l’association des vétérans de la guerre de libération précisaient qu’il s’agissait de « rectifier » la ligne du parti. C’est le président de cette association Christopher Mutsvangwa, ancien ministre et ancien ambassadeur du Zimbabwe en Chine, homme lige de Mnangagwa depuis toujours, qui a le premier demandé publiquement la démission de Mugabe et appelé la population à manifester le samedi. Ce sont des caciques du parti, dont le sinistre Patrick Chinamasa, ancien Attorney Général ayant justifié toutes les violations des droits de l’Homme et toutes les violences des années 2000, qui tenaient la tribune à Harare et haranguaient la foule contre les « abus » de Mugabe et de la faction G40… Images surréalistes de piliers du régime depuis trente ans se donnant des airs de révolutionnaires !

L’ensemble de la « crise », qui démarra avec conférence de presse du général Chiwenga le 14, explicitement politique et menaçante – un fait sans précédent dans l’histoire du pays – et se termina avec la démission de « Bob », n’a duré qu’une quinzaine de jours. L’entêtement de ce dernier a été surmonté par de multiples pressions, mais aussi la garantie de l’immunité contre toute poursuite et un substantiel « package » financier resté secret. Mugabe et sa femme pourront couler une retraite heureuse dans leur ferme de Zvimba. Lui conserve son statut de héros national et reste pour Mnangagwa, « un père, un mentor, un frère d’armes et mon leader » (cf. son discours d’investiture), dont la date de naissance est érigée en jour férié chômé, dans le premier acte de gouvernement du nouveau président.

Purges et continuité

Officiellement, il n’y a donc pas eu de rupture de l’ordre constitutionnel. Le gouvernement sud-africain dûment briefé par Mnangagwa et assuré qu’il ne serait pas porté atteinte aux personnes du président et de sa femme, a gardé profil bas sur toute la séquence, dans une posture de médiateur. La Southern African Development Community (SADC) a avalisé le passage de témoin, la plupart des chefs d’Etat voisins étant soulagés d’être débarrassés d’un leader historique encombrant,  aussi imprévisible qu’intouchable. Il n’y a plus guère que les dirigeants namibiens qui aient voulu témoigner leurs regrets au président déchu…

Soulagement également dans les chancelleries occidentales, qui voyaient déjà dans le Mnangagwa ministre de la Justice du milieu des années 1990, un « modéré », un « réformiste », faisant un successeur très présentable et policé. A l’époque comme maintenant, le rôle éminent joué par l’ancien chef de la police politique de la guérilla puis du Zimbabwe indépendant, en tant que ministre de la Sécurité d’Etat ayant coordonné les forces de sécurité et donc supervisé les crimes contre l’humanité commis au Matabeleland entre 1982 et 1987, est balayé du revers de la main. La realpolitik est toujours le masque de la médiocrité.

La ZANU-PF est reprise en main, tandis que la purge se poursuit en mode mineur : l’ancien ministre des Finances, Ignatius Chombo, proche de Grace et parent de Mugabe, est détenu et poursuivi pour corruption – ce qui pourrait prêter à rire tant cette addiction est largement partagée par tous les cadres du parti y compris les vainqueurs du jour. Le leader de la Ligue de la jeunesse de la ZANU-PF, Kudzanai Chipanga, qui avait organisé les meetings où Mnangagwa était conspué et avait critiqué publiquement l’action de l’armée, subit le même sort. De plus, cette faction G40 réunissant de nombreux opportunistes, à l’instar du ministre de l’Information Jonathan Moyo en fuite – ancien allié de Mnangagwa en 2002-2004 – n’avait guère eu le temps de s’enraciner dans le parti, étant donné l’ascension éclair de Grace qui accéda à la tête de Ligue des femmes ZANU-PF en 2014 seulement. Sa grande force et son talon d’Achille était l’appui croissant de Mugabe. L’autre grande faction rivale menée par Joyce Mujuru, femme de l’ancien ministre de la Défense et ancien chef de la guérilla (Rex Nhongo pendant la guerre), ancienne présidente de la Ligue des femmes du parti et ex-vice-présidente de l’Etat, avant d’être déchue de toutes ses fonctions et expulsée ignominieusement du parti en 2014, a été purgée à cette époque avec l’approbation de Mnangagwa. Il ne subsiste donc guère d’obstacle à la prise de contrôle totale de la ZANU-PF par ce dernier, pour en faire l’instrument de son pouvoir personnel, à l’image de son modèle.

Comme l’a annoncé Chinamasa, pas besoin de gouvernement d’unité nationale avec l’opposition, puisque la ZANU-PF dispose d’une majorité écrasante au Parlement et que la grande majorité des ministres et des députés ont pris très vite le sens du vent. En revanche, l’inclusion de « technocrates » issus du secteur privé – souvent anciens compagnons de route du parti – serait du meilleur effet vis-à-vis des bailleurs de fonds pour obtenir l’aide étrangère et redresser les finances désastreuses du pays. Il s’agit en effet de tenter de relancer l’économie pour combattre le chômage massif, ou du moins d’en donner l’impression, et cela avant les élections de septembre 2018, pour pouvoir l’emporter avec un semblant d’adhésion populaire face à une opposition fragmentée, en réduisant ainsi, autant que possible, la part de l’inévitable fraude électorale. Une victoire nette et point trop contestée servirait la légitimation d’une ZANU-PF relookée. Pour le reste, la même culture politique de violence et d’impunité, le même réseau de pouvoir qui traverse l’appareil d’Etat et l’économie, le même discours selon lequel la participation à la guerre de libération vous donne droit de cuissage sur le pays, la même gouverne patrimoniale qui mine l’Etat qu’on est censé bâtir : Mnangagwa est l’héritier d’un système qu’il cherchera à maintenir en l’actualisant.

Il ne s’est donc (presque) rien passé au Zimbabwe dans les dernières semaines : un vieillard diminué, manipulé par son ambitieuse épouse, a commis une grossière erreur tactique qui a fait basculer ses soutiens. Une figure historique de la lutte nationaliste, qui avait depuis longtemps passé sa date de péremption, a été – enfin – mise au rancart sans coup férir. Le business peut reprendre et le nouveau PDG de ZANU-PF.Inc va tâcher de redresser le cash flow. Pour combien de temps ?

 

Fragment d’une théorie politique ? A propos d’un document interne aux anciens mouvements de libération au pouvoir en Afrique australe.

Vincent Foucher (chargé de recherche, CNRS-LAM-Sciences Po Bordeaux)

Piers Pigou (consultant principal, International Crisis Group)

En Afrique subsaharienne peut-être encore plus qu’ailleurs, on n’a guère accès à la pensée des régimes au pouvoir. C’est peut-être en partie ce que nous donne ce rapport interne d’un atelier qui a rassemblé en mai 2016 aux Victoria Falls (Zimbabwe), les secrétaires-généraux des partis issus de mouvements de libération actuellement au pouvoir en Afrique australe – Zimbabwe, donc, Angola, Mozambique, Namibie et Afrique du sud – mais aussi en Tanzanie. C’est, à notre connaissance, la première fois qu’un rapport de ce genre fuite (il a été diffusé sur le site du Mail & Guardian, un journal sud-africain) et ce cercle bien particulier n’a pas fait l’objet de travaux de recherche spécifiques, même si la presse a déjà rendu compte de plusieurs de ses réunions.

Cette structure a plusieurs années d’existence. En 2013, elle avait déjà tenu six réunions. Il s’agit là de la réactivation de liens forgés au début des années 1960, à un moment où une majorité de pays africains accédait à l’indépendance alors que l’Afrique australe restait pour sa part sous domination blanche. Le Tanganyika de Julius Nyerere est ici un cas à part : il n’était pas une colonie de peuplement et il a obtenu l’indépendance de façon pacifique en 1961 (il deviendra Tanzanie en 1964). Cependant, tout proche de la « ligne de front » d’Afrique australe, il était alors un nœud majeur dans le réseau de soutien aux luttes en cours plus au sud.

Mais l’unité affichée actuellement, qui se veut explicitement enracinée dans l’histoire longue de la libération, procède en partie d’un révisionnisme historique. Ainsi, l’African National Congress (ANC) sud-africain était à l’époque des luttes de libération beaucoup plus proche de la Zimbabwe African People’s Union (ZAPU) que de la Zimbabwe African National Union (ZANU) actuellement au pouvoir et qui a réprimé brutalement la ZAPU après l’indépendance tout en incorporant certains de ses segments pour devenir la ZANU Patriotic Front d’aujourd’hui (ZANU PF) – les relations entre la ZANU et l’ANC étaient d’ailleurs tendues dans les années 1980. Par ailleurs, le réseau s’était distendu au fur et à mesure des libérations. C’est récemment, au début des années 2010, que les partis au pouvoir dans ces six pays se sont retrouvés. Ce que ces pays ont indiscutablement en commun, c’est d’être restés depuis leur indépendance sous la direction du même parti (à considérer la fin de l’apartheid en 1994 comme l’indépendance de l’Afrique du Sud), un cas maintenant tout à fait exceptionnel en Afrique subsaharienne. On est donc là face à un club restreint de partis-Etats. De façon symptomatique, l’United National Independence Party (UNIP), parti unique en Zambie de l’indépendance en 1964 jusqu’à sa défaite électorale en 1991, ne participe pas à ce rassemblement : il a perdu son titre à être membre du club…

Le regime change, voilà l’ennemi

Sur la forme, on s’amusera de l’ironie (involontaire ?) que constituent les emprunts à la langue du développement (« atelier », « centres d’alerte précoce », la nécessité de « conserver de façon durable le soutien des bénéficiaires »…) que font ces partis-Etats rétifs à l’alternance politique. Sur le fond, sans surprise, le rapport exprime la position des apparatchiks et vétérans des partis en question face aux forces alentour : les ONG, l’Occident, l’opposition, les jeunes, le milieu des affaires. Il tente de penser les conditions du maintien au pouvoir face à ces forces, formulant un diagnostic, des critiques, mais aussi des autocritiques, avant d’énoncer des recommandations.

Ces forces auxquelles ils sont tous confrontés, les conférenciers des Victoria Falls font le choix confortable de les inscrire dans le cadre du regime change, défini clairement : « la pratique occidentale de plus en plus répandue qui consiste à renverser des autorités politiques légitimes en provoquant une instabilité interne et des conflits contre des gouvernements considérés comme gênants ou insuffisamment soumis aux intérêts occidentaux et à les remplacer par des régimes fantoches dociles qui peuvent servir ces intérêts » (p.3). Le moteur du regime change est bien identifié : l’Occident… c’est-à-dire d’abord les Etats-Unis, notamment à travers leur agence de développement, l’United States Agency for International Development (USAID), dont l’implication dans des actions de contre-insurrection est mentionnée comme symptomatique. Le Royaume-Uni est le seul autre pays occidental cité.

Selon le rapport, l’Occident met en œuvre le regime change au travers de « quasi-private pseudo foundations ». Sont mentionnées deux organisations nées sous la houlette des autorités de Washington, le National Endowment for Democracy et la Freedom House, ainsi que la Open Society Foundation, la fondation du milliardaire George Soros, mais aussi la Friedrich Ebert Stiftung, ce qui ne manque pas de piquant quand on sait qu’il s’agit là de la fondation du parti social-démocrate allemand, parti qui a été impliqué dans la lutte contre l’apartheid et a été durant des années un ferme soutien du Frente de Libertação de Moçambique au pouvoir au Mozambique.  Autour de ces fondations prolifèrent des ONG, qui s’impliquent surtout dans des programmes de gouvernance. La multiplication des ONG et leur glissement du développement vers la gouvernance sont donc notés, et analysés comme symptomatiques de l’existence d’une stratégie globale. Tout ceci n’est pas totalement faux, au sens où beaucoup de ces organisations travaillent effectivement au pluralisme et à la constitution d’une sphère publique. C’est de façon explicite le credo de la Open Society, et l’on sait que cette organisation a souvent soutenu, y compris, d’ailleurs, aux Etats-Unis, des mouvements parfois à forte charge politique, notamment dans la critique des pouvoirs en place.

Enfin, les partis d’opposition font partie de cette galaxie, dans chacun des pays en question – le Movement for Democratic Change au Zimbabwe, la União Nacional para a Independência Total de Angola et le Frente Nacional de Libertação de Angola en Angola, la Resistência Nacional de Moçambique au Mozambique, Chama cha Demokrasia na Maendeleo en Tanzanie et la Democratic Turnhalle Alliance en Namibie. En Afrique du sud, c’est non seulement la Democratic Alliance mais aussi les Economic Freedom Fighters, mouvement pourtant beaucoup plus virulent que l’ANC dans la dénonciation du capitalisme blanc, qui se voient rangés parmi ces forces-là. L’exemple zambien, avec la chute, en 1991, de l’UNIP face au Movement for Multi-party Democracy, est évoqué. Tous les partis d’opposition seraient donc d’abord et essentiellement des pions de l’Occident.

Toutes ces forces, qui opèreraient en coordination, abuseraient du contexte démocratique pour renverser les régimes en place. Elles organisent des contestations électorales abusives. Elles manipulent ou contrôlent les médias privés hostiles au pouvoir en place qui diffusent des « échecs allégués dans la défense de l’Etat de droit, de la liberté de la presse, des valeurs démocratiques et des autres libertés fondamentales » (p. 16). Elles font pression pour la mise en place de limites au nombre de mandats (le texte souligne que l’Allemagne, le Danemark et le Royaume-Uni n’ont pas de limites de ce genre, sans mentionner que le cœur supposément battant de l’Occident, les Etats-Unis, en a).

Au gré des circonstances, selon les conférenciers, le regime change peut se faire plus dur, passant notamment par des pressions économiques. Comme preuve de cette malveillance est donnée une citation attribuée à Chester Crocker, ancien secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires africaines sous Reagan, lors de son audition en 2000 par une commission du Sénat américain : « Pour séparer le peuple zimbabwéen de la ZANU PF, nous allons devoir faire crier leur économie et j’espère que, sénateurs, vous avez l’estomac pour ce que vous devez faire ». A dire vrai, si Crocker est effectivement très critique dans son intervention face à l’évolution du régime zimbabwéen, la citation, qui circule sur internet, est introuvable dans la transcription de son audition (ceci bien sûr n’exclut pas que Crocker ait pu tenir des propos de cette nature). L’Occident ne recule pas devant l’option militaire et vise l’établissement de « bases militaires dans la région, pour pouvoir passer rapidement au hard power là où le soft power a échoué ».

Qu’est-ce qui motive l’action de l’Occident, ce quasi-personnage ultra-puissant et fort pratique dans le grand récit proposé par les partis au pouvoir en Afrique australe ? Une volonté de domination et une hostilité aux projets de « socialisation » de l’économie portés par les régimes de libération et qui menacent les intérêts du capitalisme occidental. Se déploie donc un marxisme frelaté, une réactualisation des lectures des années de Guerre froide, période de formation des partis en question (hormis l’ANC). Comme de juste, les participants à l’atelier sont tous désignés comme « Cde », des comrades. La référence à la Guerre froide est explicite puisque sont évoqués ensemble Henry Kissinger et Tony Blair, ainsi qu’une volonté occidentale supposée persistante de défendre la « suprématie blanche » en Namibie et en Afrique du Sud. Les interdépendances économiques complexes entre ces régimes, les pays occidentaux et les multinationales, occidentales ou non, sont ici superbement gommées par une rhétorique anti-impéraliste.

Mais le texte ne renvoie pas seulement à l’histoire de l’Afrique australe : il inscrit résolument le projet occidental supposé dans une dimension globale. Des références sont faites aux révolutions de velours qui ont affecté les Etats de l’ancienne Union soviétique, aux lectures du regime change par des sources chinoises et russes non identifiées ainsi qu’à Eva Golinger, une auteure américano-vénézuelienne pro-chaviste. Le veto de la Chine et de la Russie en juillet 2008 au Conseil de sécurité des Nations unies pour bloquer le projet de sanctions internationales contre le Zimbabwe est d’ailleurs salué. On voit bien que du temps a passé depuis les années 1990, les libéralisations politiques, les premières élections pluralistes – et la chute de l’UNIP. La Chine et la Russie montrent aujourd’hui le chemin d’une résistance au pluralisme démocratique, et leur résistance inspire et donne espoir.

Se lit dans le texte une méfiance profonde envers la démocratie pluraliste : le mot démocratie apparaît, le jeu démocratique ouvert est bien le cadre accepté formellement, mais toute défaite ne peut guère être que l’effet de manœuvres, d’abord et en dernière analyse, de tentatives occidentales de regime change. Au fond, si l’opposition est bien légale, elle n’est jamais légitime et sa victoire n’est jamais acceptable. Cette légitimité est fondée sur l’idée d’une mission historique face à laquelle l’opposition n’a pas de justification. Le rappel historique – dont la dimension sous-régionale, la lutte solidaire de pays-frères, est un élément constituant – joue ici un rôle décisif.

Critique et autocritique

Si ce sont bien les mauvaises intentions occidentales à leur égard qu’ils perçoivent comme la principale menace, les responsables politiques d’Afrique australe n’en évoquent pas moins un certain nombre d’autres facteurs, réfléchissant ainsi (à) certaines des fragilités qui affectent les régimes qu’ils défendent.

Parmi les fragilités internes évoquées figurent le chômage et la faiblesse des services et des infrastructures, dont il est précisé au passage qu’ils sont particulièrement problématiques face à l’électorat urbain – on sait combien l’électorat rural est souvent plus captif et plus mobilisable au travers d’un dispositif combinant pressions, présence et clientélisme pour lequel les partis au pouvoir ont des avantages comparatifs notables. Sur ces points comme sur d’autres discutés ci-après, le rapport évite soigneusement de souligner qu’ils peuvent justifier les critiques de l’opposition et en faire une vraie force, plus en tout cas qu’un simple pion de l’Occident.  Sont mentionnés aussi la faible connaissance des besoins de l’électorat, ainsi que le culte de la personnalité. Mais le thème principal est clairement celui de la jeunesse, et notamment de la jeunesse au sein même du parti au pouvoir. La critique se fait forte contre une « nouvelle génération de membres du parti en pleine ascension sociale » (p. 13), des « jeunes avec des dispositions élitistes et matérialistes, portés plus par leur appartenance à des familles prestigieuses et des connections politiques à haut niveau que par un esprit d’appartenance, de sacrifice, de résilience ou d’affinité idéologique avec le parti » (p. 15). Les ambitions de cette jeunesse rendraient les élections internes tendues et alimenteraient la diffusion de logiques clientèlaires au sein du parti, la promotion de personnes incompétentes et l’exclusion des vétérans des luttes de libération. Continuer la lecture de Fragment d’une théorie politique ? A propos d’un document interne aux anciens mouvements de libération au pouvoir en Afrique australe.

Que fait l’armée française au Sahel ?

Article paru sur Orient XXI. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Par Mathieu Rigouste1

C’est en janvier 2013 que la France a décidé d’intervenir militairement au Mali. Près de cinq ans plus tard, l’instabilité s’est accrue dans tout le Sahel, et les groupes radicaux étendent leur influence. Si Paris renforce son pré carré et ses intérêts économiques, les peuples de la région paient le prix d’une guerre sans fin.

Un réseau de bases françaises quadrille actuellement la bande sahélo-saharienne, dans la continuité historique du « pré carré » français. Les interventions militaires occidentales en Irak en 2003 et en Libye en 2011 ont contribué au développement et au renforcement des groupes armés présents dans le Sahel. Constitués sur la misère et la discrimination politique, ethnique et sociale, ces groupes émergent en réaction à la corruption, à l’autoritarisme et à la violence des États sahéliens appuyés et soutenus par la France et les pays occidentaux2.

C’est dans ce contexte que les troupes françaises sont envoyées au Mali en janvier 2013. L’opération Serval déploie 4 000 soldats en 48 heures avec pour objectif affiché de contrer ceux de ces groupes armés qui avaient pris le contrôle de la moitié nord du pays. La démonstration de force vaut label d’efficacité sur la scène internationale et une base est établie à Tessalit.

Sans mandat des Nations unies

L’opération Barkhane vient alors remplacer Serval. Déclenchée le 1er août 2014 sans mandat des Nations unies et jamais validée par le Parlement, elle reste centrée sur le Mali en reconduisant les dispositifs mis en œuvre précédemment. Mais Barkhane étend aussi officiellement son quadrillage à la Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et au Tchad, en débordant officieusement au sud de la Libye et dans le nord du Nigeria. L’opération est légitimée publiquement par un accord de coopération de défense signé en juillet 2014, ratifié par l’État malien.

Un groupement tactique interarmes (GTIA) déploie 1000 soldats depuis Gao tandis que la base principale du commandement des opérations spéciales (COS) — l’autorité opérationnelle qui rassemble l’ensemble des forces spéciales françaises sous les ordres du chef de l’État — est installée à Ouagadougou, au Burkina Faso. Au Niger, hub militaire international, une base pour les drones et les avions de chasse est implantée à Niamey et une base opérationnelle avancée des forces spéciales l’est à Madama. Au Tchad, le dispositif Épervier (1986-2014) est reconduit, l’état-major et son socle aérien sont déployés à N’Djamena et la base de Faya-Largeau est employée pour surveiller la Libye.

La bande sahélo-saharienne dans son ensemble est ainsi soumise à la surveillance et aux interventions, émaillées de bombardements aériens, de l’armée française d’une part, mais aussi à la répression menée par les armées africaines contre les populations locales d’autre part. Des habitants dénoncent en effet des brutalités, des arrestations arbitraires et des disparitions lors de détentions secrètes de la part des troupes africaines appuyées par les forces françaises. Les soldats maliens sont notamment accusés d’extorsions et de tortures lors d’interrogatoires, rapporte l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) en mai 2017.

Le commandement militaire des États-Unis en charge du continent africain, Africom, créé en 2007-2008 pour y développer leur présence, s’est également impliqué contre le « terrorisme » au Sahel et appuie l’initiative française, en particulier avec des moyens aériens de reconnaissance. Le 23 avril 2017, le général James Mattis, secrétaire à la défense, encourage publiquement la France à poursuivre ses opérations militaires au Sahel. Bien que concurrents en matière d’influence et d’intérêts économiques en Afrique, États-Unis et France se rejoignent pour maintenir un écosystème qui leur est favorable.

Contrôler les ressources et générer de nouveaux marchés

La concurrence chinoise menace les intérêts énergétiques et commerciaux occidentaux en Afrique depuis le début des années 2000. Le Sahel abrite de grandes réserves pétrolières ainsi que des gisements d’uranium et d’or, mais aussi de gaz, de coltan, de cuivre, de grenats, de manganèse et de lithium, de minerais magnétiques et de « terres rares » (17 éléments chimiques indispensables dans de nombreuses nouvelles technologies comme les LED ou les éoliennes). Le chercheur Mahdi Taje de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire à Paris l’assume : « La réalité géographique de cette zone permettrait à certains États, s’ils se positionnent économiquement et militairement, de mieux contrôler les richesses des États du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. »

Les gisements d’uranium au Niger — et en particulier la mine d’Arlit — constituent l’un des facteurs principaux de l’engagement français au Sahel : Areva, géant mondial du nucléaire détenu en grande partie par l’État français, y profite d’un quasi-monopole sur l’extraction. Le général Vincent Desportes, devenu professeur associé à Sciences Po Paris, déclarait en juillet 2013 que « si la France ne s’était pas engagée le 11 janvier (au Mali), les risques les plus grands auraient existé […] pour les ressources tout à fait importantes en uranium qui se trouvent au Niger »3. Un rapport du Sénat de 2013, La présence de la France dans une Afrique convoitée appelait déjà à « assurer un accès sécurisé aux ressources énergétiques et minières. »

Le Sahel est ciblé parallèlement comme un tissu de marchés à développer. Il s’agit d’abord d’optimiser « le taux de retour » sur investissements, comme l’expliquait le ministère des affaires étrangères français aux Échos le 13 mars 2014. Quarante mille entreprises françaises dont quatorze multinationales sont présentes en Afrique4. Ces sociétés sont notamment favorisées par le placement de cadres auprès des pays sahéliens sous couvert d’« assistance technique ». Aux côtés des géants Total, Vinci, Lafarge et Areva se pressent depuis le milieu des années 2010 Orange, Accor Hotels, Veolia, Carrefour qui visent l’émergence de classes moyennes et l’urbanisation accélérée de la zone. En janvier 2017, le rapport annuel du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN) invitait ses adhérents à cibler les villes africaines comme « nouveaux pôles de dynamisme et d’innovation ». Et notamment les marchés « de sécurité et de défense » qui occupent une place privilégiée.

Un levier pour l’exportation d’armement

Les opérations militaires au Sahel servent parallèlement de laboratoire et de vitrine pour les matériels et méthodes de l’armée française5. Serval puis Barkhane ont été l’occasion de tester et de promouvoir les avions de chasse de Dassault et les missiles de la société aéronautique MBDA. Les exportations récentes de Rafale n’auraient sans doute pu avoir lieu sans les démonstrations en Libye puis durant Serval au Mali, affirme Raphaël Granvaud6. Les lance-roquettes unitaires (LRU) ont été utilisés pour la première fois en mars 2016. Avec parfois peu de succès, des véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) et des hélicoptères Caracal, Tigre et Caïman ont pu être expérimentés. Le drone du génie Drogen développé par Infotron pour la détection d’engins explosifs a pu être testé en situation et l’avion de transport militaire A400M a passé ses évaluations à Madama en août 2016. Continuer la lecture de Que fait l’armée française au Sahel ?

  1. Chercheur indépendant en sciences sociales. Auteur notamment de L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine (La Découverte, 2009​). Projet en cours autour du 11 décembre 1960 en Algérie : « Un seul héros le peuple ». []
  2. A.T. Moussa Tchangari, Sahel : aux origines de la crise sécuritaire. Conflits armés, crise de la démocratie et convoitises extérieures, alternativeniger.net, août 2017 []
  3. Survie, Françafrique, la famille recomposée, Syllepse, 2014  ; p. 108 []
  4. «  Les entreprises françaises défiées dans leur pré carré  », Le Monde diplomatique, avril 2017 []
  5. Claude Serfati, Le militaire. Une histoire française, Éditions Amsterdam, 2017 []
  6. Que fait l’armée française en Afrique  ? Agone, 2009  ; interrogé en août 2014 []

Les révoltes sérotinales au Togo souffleront-elles Faure ?

Comi Toulabor, LAM/Sciences Po Bordeaux

Les Togolais viennent d’ajouter une nouvelle date, le 19 août 2017, à la liste de soulèvements populaires contre la famille Gnassingbé installée, de père en fils, au pouvoir depuis 1967. Le Togo est le seul pays de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), dont Faure Gnassingbé est devenu président en exercice en juin dernier, à ne pas connaître d’alternance au sommet de l’Etat, laissant sourdre une monarchisation depuis que ce dernier a pris, dans le sang [1], les rennes du pouvoir en 2005. Le 19 août ressemble à ce moment où le désespéré produit un ultime effort pour s’arracher de la mort. 19 août donc : rampe de lancement de mouvements contestataires contre une « démocrature » [2], épaissie dans son sommeil de « stabilité » semi-séculaire. Si le bras de fer continue, on peut toutefois interroger le sens et les enjeux de ces protestations en cours, qui ne sont pas les premières que le Togo a connues depuis les années 1990 [3].

Des manifestations sérotinales pas comme les autres

Alors que le thermomètre est calé sur la torpeur de fin de saison sèche, les contestations de la mi-août 2017 ont subitement porté la température politique à un degré jamais atteint auparavant. Des premières mobilisations du 5 octobre 1990, devenues héroïques et légendaires dans la mémoire collective [4], contre Gnassingbé père, à celles en cours sous nos yeux contre son fils Faure, le fond des revendications est resté invarié. Ainsi, le « Faure must go » scandé et sa variante vociférée « Baby Gnass doit dégager » [5] que mobilise la rue sont des réactualisations plus radicales du quasi-trentenaire « Pas de démocratie sans le départ d’Eyadéma » des années 1990. Ce « dégagisme » [6]  d’un type nouveau intervient dans un contexte de neutralisation réussie d’une opposition vieillissante, archi-bavardeuse et portée sur l’auto-dévoration. Souvent mystifiée par le pouvoir, elle n’a jamais su comment imposer « des réformes constitutionnelles et institutionnelles » actées dans des accords auxquels Faure souscrit pour mieux ne pas les appliquer [7]. Comme notamment l’APG (Accord politique global) du 20 août 2006 (vieux de plus 11ans donc !), l’énième qui n’a pas pu, à l’instar des précédents sous son père, résorber la longue crise politique née de la restauration autoritaire et de la « dynastisation » du pouvoir. Par ailleurs, et plus globalement, l’Etat, devenu la négation de lui-même, a engendré de nombreux et divers frustrations et mécontentements contenus, accentuant l’absence de perspectives chez une jeunesse abondante, lassée du « plus petit nombre (qui) accapare les ressources » [8] au détriment du plus grand nombre. C’est dans ce contexte de « la fin des temps » qu’est apparu Tikpi Salifou Atchadam, nouvelle figure de l’opposition et justement considéré comme l’« Emmanuel Macron du Togo » [9]  quand ce n’est pas le « ‘messie’ des Togolais » [10].

Tikpi Atchadam : parole et action agissantes ici et maintenant !

Ayant le même âge que le pouvoir Gnassingbé, Tikpi Salifou Atchadam est né en 1967 dans le nord du pays, à Kparatao, village situé près de Sokodé, chef-lieu de la région Centrale et distant de quelque 350 km de la capitale. Dans leur conception ethno-régionaliste du longiligne territoire, les Gnassingbé considèrent que la partie septentrionale est et doit rester leur fief, et le Sud une région forcément hostile [11]. Cette « idéologie » a profondément structuré la vie politique et ses affects, et bien ancré un habitus qui rend inconcevable de voir une personne issue du fief se dresser contre le pouvoir. Le « messie », que le « plus petit nombre (de prédateurs) » n’a pas vu venir, mais dont le Togolais lambda désespéré espérait l’avènement, brise la machiavélienne devise « Divide ut regnes » et désenclave le pays. Ce qui a permis des mobilisations massives par leur ampleur, quasi hebdomadaires et synchronisées sur l’ensemble du pays ainsi que dans la diaspora dispersée en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis, grâce aux réseaux sociaux, comme le laissent voir des vidéos diffusées sur YouTube, Facebook et WhatsApp notamment.

Bon tribun, enraciné dans sa société Tem (appelée aussi Kotokoli) à dominance musulmane sur laquelle il soutint son mémoire de maîtrise à l’Université de Lomé en 2006 [12], Tikpi Salifou Atchadam sait galvaniser les foules en essaimant ses interventions de formules percutantes, de proverbes délicieux et de métaphores lumineuses qui font sens auprès de son auditoire, subjugué. Ancien responsable étudiant et fonctionnaire, l’alors dirigeant de l’aile Jeunesse claqua la porte de son parti, le Parti démocratique pour le renouveau, quand son président Zarifou Ayeva décida de rallier le nouveau gouvernement de Faure Gnassingbé issu de l’APG.

Il crée en 2014 son propre parti, le PNP (Parti national panafricain) qui n’est pas sans rappeler la consonance du TNT (Trinitrotoluène), avec pour logotype un cheval blanc cabré sur fond rouge. Il entreprend un travail de fond, rarissime chez les anciens partis, qui consiste en l’éveil politique de ses militants (estimés à un millier et demi environ) par des sessions de formation politique, des causeries et des débats sur différents sujets afin qu’ils comprennent les enjeux et se mettent debout selon lui. S’il avait tenu plusieurs meetings avant, c’est surtout son méga-meeting du 2 juillet 2017 au stade d’Agoé, dans la banlieue de Lomé, qui l’aura révélé au grand public [13]. Avec une offre politique radicale, simple et claire, il attire et fédère des foules du nord au sud du pays où la pesanteur ethno-régionaliste entretenue bridait tout mode d’action politique de portée nationale. Inlassablement, il répète avec conviction, comme dans cette interview datant du 2 juin 2017, que : « Nous ne parlons plus de réformes, mais nous exigeons le retour à la constitution de 1992 et le vote de la diaspora ou bien le départ de la minorité au pouvoir. Voilà notre position et elle est claire» [14]. En réussissant l’incroyable pari de mettre tout le Togo dans la rue le 19 août, il oblige la plupart des leaders de partis d’opposition ancestraux, incrustés pendant des décennies dans le paysage politique, à s’aligner sur lui et à clarifier les termes du débat perdu dans la confusion où le pouvoir a toujours imposé son agenda.

Quand le tiphon Tikpi syphonne tout sur son passage

Depuis le 19 août, les mobilisations de protestation, devenues pratiquement hebdomadaires, ne faiblissent pas. Elles bousculent les lignes politiques. Ainsi Tikpi Atchadam « syphonne dans le réservoir du pouvoir des électeurs originaires du nord, musulmans comme lui, lassés des promesses non tenues d’un pouvoir familial demi-centenaire. Il donne un coup de vieux à l’opposition historique, celle des « sudistes » de Jean-Pierre Fabre et consorts, et attire certains de ses partisans » [15]. Il restructure le paysage politique entre les « dégagistes » et les « dialoguistes », ceux-ci poussant à négocier avec le pouvoir toujours arc-bouté sur ses positions. Mais sous pression de la rue, début septembre 2017, Faure bricole à la hâte un avant-projet de loi qu’il compte soumettre au référendum : une diversion de plus pour éviter le retour à la constitution de 1992 que son père avait modifiée en 2002 afin de s’offrir un troisième mandat et préparer la succession dynastique, insidieusement inscrite dans l’esprit du texte [16]. Continuer la lecture de Les révoltes sérotinales au Togo souffleront-elles Faure ?

Instituts Confucius : l’atout charme de la Chine

Article paru dans « Repenser l’Afrique », France Forum, n o66, juillet 2017. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction. https://www.institutjeanlecanuet.org/content/repenser-afrique

Par Ellina Chhay, membre du programme géopolitique de l’Asie de l’Institut Open Diplomacy

 

Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent !

 

L’analyse des liens entre la Chine et l’Afrique se fonde essentiellement sur l’économie et la politique abordées de manière géostratégique et notamment sur l’exploitation et le contrôle des ressources naturelles comme le pétrole et les matières premières. Ce type d’approche reste classique et ne prend pas en compte les particularités de la présence chinoise en Afrique, si décriée par les occidentaux qui ne voient pas d’un bon œil la mainmise de Pékin sur le continent africain. Afin d’asseoir son influence et de conforter son statut de puissance internationale, la Chine met l’accent sur la promotion du mandarin à travers les instituts Confucius (IC). Quels sont les objectifs de ce soft power chinois ? Dans quelle mesure les instituts Confucius d’Afrique servent-ils les intérêts chinois ?

UN SOFT POWER BIEN CHINOIS… Le concept de soft power a été popularisé par Joseph Nye qui le définit comme « la capacité d’une nation à obtenir d’autres nations ce qu’elle souhaite par l’attrait de ses valeurs, de sa culture et de ses politiques plutôt que d’utiliser la coercition ». Lors de la tenue du 16e Congrès national du Parti communiste chinois en 2002, la Chine a érigé le soft power comme fondement de sa politique étrangère afin de renforcer son attractivité. Ce concept appliqué à la Chine se caractérise par une approche confucéenne visant à « construire une société harmonieuse », à « développer le multiculturalisme » et à « créer un environnement international pacifique » dans lequel le développement économique de la Chine se poursuivrait. En outre, ce soft power ne s’applique pas seulement aux états, mais aussi aux régions, aux organisations et aux individus.

La langue chinoise peut alors être vue comme un outil de soft power permettant d’étendre le pouvoir du Parti-état. Ainsi, les instituts Confucius répondent à cette mission de rayonnement de la Chine en faisant de sa culture un des piliers de son développement économique. Les IC sont des établissements culturels à but non lucratif dont la vocation est de diffuser le mandarin et de promouvoir la culture chinoise en facilitant les échanges culturels. Ils sont dirigés et financés par le Hanban, bureau national pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, qui relève du ministère chinois de l’éducation. Depuis l’ouverture, en 2004, du premier institut à Séoul, en Corée du sud, les IC se sont multipliés à travers le monde. Selon le Hanban, on compterait actuellement plus de 500 IC au total, dont 46 en Afrique. Ce nombre devrait passer à 100 d’ici à 2020.

Au cours des dernières années, la présence chinoise s’est accentuée en Afrique en raison d’un besoin en ressources naturelles. Premier partenaire commercial de l’Afrique, la Chine aime à rappeler les liens d’amitié qui l’unissent au continent africain depuis la conférence de Bandung, en 1955. Elle réaffirme son soutien dans la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme et porte un discours prônant la coopération sud-sud et le respect de la souveraineté pour chercher à obtenir l’adhésion des dirigeants africains. Alors que sa politique économique et commerciale génère des frictions côté africain, sa politique culturelle est bien accueillie. L’empire du Milieu voit en les IC un moyen d’améliorer son image auprès des populations locales, mais aussi de former et de sensibiliser les élites africaines de demain à une meilleure compréhension historique, politique et culturelle de la société chinoise. Grâce au mandarin, les apprenants africains jouent le rôle d’intermédiaires avec les acteurs chinois présents en Afrique. Dans le cadre du plan d’action 2016-2018 du Forum de coopération sino-africaine (FOCAC), la Chine a prévu d’offrir 30 000 bourses à des étudiants africains.

Depuis une décennie, leur nombre augmente de 35 % par an. D’après le ministère chinois de l’éducation, ils étaient, en 2014, 41 677 en Chine. Former de futures générations d’intellectuels, en particulier dans les pays en voie de développement, constitue une subtile forme de soft power.

… MAIS CONTESTÉ DANS LE MONDE ENTIER. Calqué sur le modèle des Alliances françaises ou des Goethe Institute allemands, le fonctionnement des IC en diffère néanmoins. Ces derniers sont implantés au sein même d’une structure étrangère (bien souvent une université) et rattachés à une université partenaire chinoise. Chaque IC est géré et financé par le Hanban à hauteur de 100 000 dollars par an. Ce soutien financier pose la question de la liberté académique des programmes dispensés. Des universités comme l’université d’état de Pennsylvanie ont qualifié les IC d’outil de propagande servant les intérêts chinois et s’opposent à en accueillir au sein de leur campus. Des pressions sont exercées de la part des officiels chinois pour éviter les controverses comme la question du Tibet ou pour entraver la venue d’opposants politiques. Au Canada, par exemple, l’attribution d’un doctorat honorifique au dalaï-lama par l’université de Calgary a été sanctionnée par son retrait de la liste des établissements accrédités. Certaines universités comme celle de Stockholm, première à accueillir un IC en Europe en 2005, ont décidé de fermer les IC de leur campus. Toutefois, en Afrique, on considère que la restriction académique est propre au domaine culturel chinois.

L’objectif du soft power est d’améliorer l’image de la Chine, de créer une perception positive de sa politique à l’échelle internationale et de lutter contre l’idée d’une « menace chinoise », notamment en Afrique. Pour cela, la Chine se sert des IC qui deviennent un outil essentiel de son soft power en participant à sa stratégie d’expansion culturelle. Son succès dépend de la capacité du pays à vendre son image à l’Afrique, mais aussi de la capacité de cette dernière à acheter cette image. En outre, l’intérêt suscité par les IC auprès des Africains est, sans aucun doute, lié à des perspectives économiques, plus qu’à une réelle envie d’apprendre le mandarin.

Alain Ricard (1945-2016)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, samedi 27 août, de notre collègue, Alain Ricard, directeur de recherche émérite au CNRS en section 35 (sciences philosophiques, philologiques et sciences de l’art) et membre du CEAN (Centre d’études d’Afrique noire), devenu LAM (Les Afriques dans le monde) à Sciences Po Bordeaux.

Alain Ricard

Alain Ricard est l’une des figures majeures de la recherche mondiale sur les littératures de l’Afrique, un champ qu’il a participé à façonner et à reconfigurer, en fonction d’orientations qu’il a longtemps été le seul à porter en France : l’anthropologie des textes et la centralité des langues africaines. Il bénéficie pour cela d’une reconnaissance internationale, recevant le Prix Humboldt 2002 pour ses travaux sur les littératures de l’Afrique.

L’hommage scientifique qui lui sera ultérieurement rendu à LAM, au cours d’une journée consacrée à son œuvre, sera l’occasion de (re)découvrir les apports fondamentaux de ce chercheur hors-pair non seulement à l’étude des textes et de la « philologie » comme il aimait à le dire, mais plus encore, à la recherche sur l’Afrique en général. Car Alain Ricard était avant tout un passeur de frontières qui, inlassablement, s’employait, non sans provocation d’ailleurs, à briser les enclos disciplinaires en vue de fédérer l’ensemble des sciences humaines autour d’un objet : l’Afrique.

Alain Ricard occupa d’importantes responsabilités au CNRS où il fut directeur scientifique adjoint, puis chargé de mission au département des sciences de l’homme et de la société en 2002. Il fut surtout un pionnier de la recherche à de nombreux égards, à l’initiative de la création de bien des associations scientifiques et du lancement de manifestations diverses. Il a participé à l’invention du réseau européen d’études africaines (AEGIS) et a contribué à le faire vivre au travers de multiples collaborations scientifiques. Il a également été parmi les membres fondateurs de trois associations dans lesquelles il est resté engagé durant tout son parcours : l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines1) dont il fut le président entre 2010 et 2013, MC2a (Migrations culturelles Aquitaine Afrique) dont il fut le président entre 2009 et 2015 ; et l’ACPA (Association des chercheurs en politique africaine), occupant aussi bien le poste de rédacteur en chef de la revue Politique africaine que celui de directeur de la publication (1993-1996). Il était un contributeur régulier de Polaf et un membre actif de l’association. Il a par ailleurs été l’un des responsables, avec François Bart, de l’ANR « Dimensions de l’objet swahili : textes et terrains » (2008-2012), un important programme réunissant des chercheurs français, allemands, tchèques, kenyans, tanzaniens et congolais, à l’issue duquel ne parurent pas moins de 14 ouvrages.

Son dynamisme, son esprit d’initiative et sa force fédératrice s’étendaient aussi outre-Atlantique et bien-sûr en Afrique. Aux États-Unis où il a étudié, il est également très connu et inséré dans les réseaux scientifiques depuis très longtemps, notamment l’ALA (African Literature Association) et l’ASA (African Studies Association). Il compte parmi les membres fondateurs de l’ALA, lors du congrès inaugural qui se déroula à Austin, Texas, en 1975. Il était un habitué de ces congrès, participant également au dernier qui se déroula à Bayreuth en juin 2015. Il était par ailleurs membre du comité scientifique de la revue Research in African Literatures (Indiana University Press) et de la revue Black Renaissance Noire (New-York University).

Outre de très nombreux voyages et séjours en Afrique de l’Ouest (Togo, Nigeria surtout), en Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie, RD Congo) et en Afrique australe (Afrique du Sud et Lesotho entre autres), il enseigna, dans les années 1980, à l’Université de Lomé où il était aussi chercheur associé à l’IRD. Entre 1989 et 1991, il occupa les fonctions de direction au CREDU de Nairobi (aujourd’hui IFRA).

Chercheur infatigable jusqu’à ces quelques derniers mois, il était extrêmement prolixe et sur des sujets variés puisque ses publications concernent tant la question des langues (Le Kiswahili, une langue moderne, 2009 ; Le Sable de Babel, traduction et apartheid, 2011), que celle des récits de voyages et écrits missionnaires (édition de Excursion missionnaire dans les Montagnes bleues de Thomas Arbousset incluant Notice sur les Zulus, 2000 ; Voyages de découvertes en Afrique, 2000) ou encore celle du théâtre (Théâtre et nationalisme : Wole Soyinka et Leroi Jones, 1972 ; Mister Tameklor, suivi de Francis-le-Parisien, par le Happy Star Concert Band de Lomé, avec N. Akam, 1981 ; L’invention du théâtre. Le théâtre et les comédiens en Afrique noire, 1986 ; West African Popular Theater avec Karin Barber et John Collins, 1997 ; Ebrahim Hussein, théâtre swahili et nationalisme tanzanien, 1998 ; Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public, 2015).

Ses livres plus généralistes mais toujours novateurs, caractérisés par la volonté de briser la dichotomie oral/écrit, sont aujourd’hui des ouvrages de référence pour tous les étudiant-e-s, chercheur-e-s et curieux des littératures de l’Afrique : Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres (1995 et 2004 pour la traduction anglaise) et Histoire des littératures de l’Afrique subsaharienne (2006)2.

Alain Ricard était aussi cinéaste. Son premier film tourné dans les années 1980 et numérisé en 2011, Le Principe d’Asihu, porte sur le concert-party au Togo. Il est l’auteur de deux autres films tournés au Togo et a également participé, en tant que conseiller littéraire, au film de Bankolé Bello, Wole Soyinka, poète citoyen (ARTE/FR3/La Sept, 1993) où il apparaît en conversation avec l’écrivain Prix Nobel de Littérature en 1986. Ses deux films les plus récents ont été tournés à Bayreuth en Allemagne où il avait noué de fortes et durables relations dans le milieu africaniste : Aquitaine, Afriques : Contact, Zones : une visite de l’exposition d’Iwalewahaus (2012) et Nestor Zinsou à Bayreuth (2013).

Il enseigna par ailleurs l’anthropologie culturelle au département d’ethnologie de l’Université de Bordeaux (1993-2007), les littératures de l’Afrique à Sciences Po Bordeaux et co-anima des séminaires doctoraux (avec Xavier Garnier notamment) à Paris lorsqu’il était affilié au LLACAN (Langues, littératures, cultures d’Afrique noire, UMR 8135) entre 1999 et 2009.

Par sa conception de la recherche, qu’il voulait pour les africanistes « in-disciplinée », Alain Ricard est constitutif de l’essence même de LAM, qu’il a contribué à refonder en 2009 après avoir été membre du CEAN dès son retour d’Afrique, en 1992 jusqu’en 1999. Dans notre équipe pluridisciplinaire, son anthropologie des textes nous a permis de comprendre avec lui les réalités politiques, sociales et économiques des sociétés africaines, et les enjeux spécifiques de la production culturelle et littéraire dans ces pays d’Afrique et dans les langues d’Afrique.

Nous perdons un chercheur brillant et engagé, un enseignant passionnant et d’une immense culture, un ami chaleureux et généreux, une très belle personne, mais nous gardons son œuvre et le chemin qu’il a tracé. Invité à présenter la conférence inaugurale des 4e Rencontres des études africaines en France (REAF), le 5 juillet 2016 à l’INALCO à Paris, la dégradation subite de son état de santé ne lui avait pas permis d’y venir. Son très beau texte, intitulé Vertus de l’in-discipline : langues, textes, traductions y a été lu, vous pouvez le retrouver ici.

N.B. : ce texte à vocation biographique est provisoire et évolutif. Toutes celles et ceux qui y verraient des corrections, modifications, précisions ou autres compléments d’information à apporter sont invité-e-s à contacter Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr

 

  1. Voir l’hommage qui lui est rendu sur le blog de l’APELA, Carnets de recherche en littératures africaines : http://apela.hypotheses.org/ []
  2. Pour consulter la liste exhaustive de ses ouvrages, voir sa page sur le site du LAM : http://lam.sciencespobordeaux.fr/users/alain-ricard []