Tous les articles par Denis-Constant Martin

Chercheur, Fondation nationale des sciences politiques, Les Afriques dans le monde, Sciences Po Bordeaux

Afrique du Sud : Les défis de Cyril Ramaphosa

Denis-Constant Martin
Chercheur associé, LAM

            Le 18 décembre 2017, Cyril Ramaphosa, vice-président du Congrès national africain (ANC) depuis 2012 et vice-président de l’Afrique du Sud depuis mai 2014, était élu président du parti par sa Conférence élective réunie à Nasrec, près de Johannesburg, l’emportant de peu sur Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la Commission de l’Union africaine, plusieurs fois ministre et, surtout, réputée soutenir son ex-mari, le président Jacob Zuma. Cette victoire annonçait la déchéance de ce dernier, devenu l’incarnation d’une corruption endémique, de la mise en coupe réglée de l’État et de ses sociétés nationales au profit de ses affidés politiques et d’une famille d’origine indienne, les Gupta. Des manœuvres furent aussitôt entreprises pour le chasser de la tête de l’État. Après d’intenses débats au sein de la direction du Congrès — pas totalement acquise à son nouveau président — elle décida finalement de « rappeler » Jacob Zuma.

Les turpitudes de Jacob Zuma

           Le président de la République, formellement élu par l’Assemblée nationale, est en effet considéré comme un militant « déployé » à ce poste par le parti et, comme tel, susceptible d’être sommé de le quitter. L’ancien Président Thabo Mbeki avait connu le même sort en 2008, lorsque, à la suite de l’élection de Jacob Zuma à la tête de l’ANC, il fut poussé à la démission sous prétexte de l’impossibilité pour le pays de fonctionner avec « deux centres de pouvoir » (direction du parti dominant et direction de l’État). Thabo Mbeki s’était rendu impopulaire par son style de gouvernement perçu comme hautain, éloigné de la base du parti et de la population en général et, principalement, à cause de son refus de considérer le SIDA comme un véritable problème de santé et de lutter sérieusement contre la pandémie. Il avait, en outre, été accusé d’intervention indue dans les procédures judiciaires visant Jacob Zuma. Celui-ci, soutenu par la gauche de l’ANC, ses organisations de femmes et de jeunesse, le Parti communiste (SAPC) et les syndicats, était supposé pouvoir rapprocher le Congrès du peuple et s’attaquer au SIDA. Sur ce dernier point, les progrès furent indéniables. Quant au reste, si sa faconde, ses talents d’orateur, de chanteur et de danseur lui assuraient un succès certain lors des rassemblements publics, si ses qualités de diplomate furent appréciés dans des forums internationaux, la multiplication des accusations de corruption et de prévarication lancées contre lui — dans la continuité de celles auxquelles il avait dû faire face en 2005 en raison de ce qu’un juge avait qualifié de « relation généralement corrompue » avec un homme d’affaire véreux, Schabir Shaik — contribuèrent à la dégradation de son image.

En 2014, un rapport du Protecteur public (organe indépendant chargé de veiller au respect de la démocratie) confirmait l’utilisation de fonds publics pour une « amélioration » outrancière de la résidence privée de Jacob Zuma à Nkandla (KwaZulu-Natal)[1]. Enfin, depuis 2003, ce dernier avait noué des liens étroits avec les frères Gupta. Nés en Inde, installés en Afrique du Sud en 1993, ils ont, à partir d’un magasin de vente d’ordinateurs, constitué un vaste réseau d’entreprises et acquis une fortune considérable, à un point tel que le cadet, Atul, était en 2016 classé comme la septième fortune d’Afrique du Sud. Leur ascension fut facilitée par Jacob Zuma, ce que démontrèrent en 2016 un nouveau rapport du Protecteur public[2], puis en 2017 la publication des « Guptaleaks »[3], milliers de courriels illustrant à la fois leur influence politique (jusqu’à faire et défaire des ministres) et les faveurs accordées au Président. Jusqu’en 2017, Jacob Zuma, par pressions et manœuvres, réussit à échapper à toute condamnation. Mais il était devenu un poids pour l’ANC, qui perdait régulièrement des voix lors des élections et dont les expressions de soutien diminuaient dans les sondages ; de sorte qu’il ne paraissait plus invraisemblable que le « parti de la libération » finisse par ne pas obtenir une majorité des suffrages lors des élections générales de 2019. La gauche avait déjà abandonné Jacob Zuma. Le Parti communiste avait avoué en 2015 avoir commis une « stupide erreur » (blunder) en le soutenant. Julius Malema, le président de la ligue de jeunesse de l’ANC, qui avait affirmé être prêt à « mourir », voire même à « tuer », pour Jacob Zuma, avait, après avoir été en 2012 exclu de tous les organes du parti, fondé en 2013 les Combattants de la liberté économique (Economic Freedom Fighters, EFF) et était devenu un de ses plus ardents contempteurs, allant maintenant jusqu’à déclarer : « Zuma ira en prison. Nous voulons le voir souffrir jusqu’à la fin […] »[4]. La fédération syndicale COSATU avait perdu toute confiance en celui dont elle avait accompagné l’ascension et l’Alliance tripartite qu’elle formait avec l’ANC et le SAPC avait interdit au Président de participer à ses réunions. Dans ces conditions, une partie des militants et des dirigeants de l’ANC en était venue à considérer qu’il était nécessaire de lui faire abandonner le pouvoir.

La longue marche de Cyril Ramaphosa

            En choisissant Cyril Ramaphosa pour lui succéder, les délégués à la Conférence élective de 2017 suivaient une certaine logique institutionnelle, puisqu’il était déjà vice-président du parti et de la République, appelé comme tel à assurer l’intérim de Jacob Zuma en cas de démission ou d’empêchement. Ils désignaient aussi un homme qui pouvait apparaître comme tout ce que le sortant n’était pas : riche mais réputé intègre, compétent et pondéré, diplômé et ayant lutté de l’intérieur contre l’apartheid. Étudiant proche du mouvement de la Conscience noire, emprisonné plusieurs fois pour ses activités militantes, il fut repéré par Clive Menell, un magnat sud-africain des mines, qui le fit entrer à l’Urban Foundation, une organisation lancée en 1977 pour améliorer le sort des Noirs vivant en ville. Cyril Ramaphosa put ainsi terminer ses études tout en se familiarisant avec le fonctionnement des cercles économiques influents. En 1982, à la demande du Conseil des syndicats d’Afrique du Sud (Council of Unions of South Africa), regroupement de syndicats noirs, il organisa l’Union nationale des mineurs (National Union of Mineworkers, NUM) dont il fit une puissante formation revendicative en même temps qu’un important acteur de la lutte anti-apartheid. Durant la même période, il rejoignit l’ANC. Lorsque Nelson Mandela, le jour de sa libération, s’adressa aux Sud-Africains rassemblés devant l’Hôtel de Ville du Cap, Cyril Ramaphosa lui tenait le micro. Devenu secrétaire-général de l’ANC, il joua un rôle central dans les négociations qui devaient aboutir en 1994 aux premières élections au suffrage universel. Puis il participa à la rédaction de la constitution qui devait entrer en vigueur en 1996. Lorsque Nelson Mandela devint président de la République, la direction de l’ANC désigna Thabo Mbeki pour être son second vice-président aux côtés de Frederik de Klerk ; de ce fait il devint seul vice-président lorsque ce dernier démissionna en 1996. Tout laisse à penser que Nelson Mandela lui aurait préféré Cyril Ramaphosa mais qu’il respecta les choix du parti.

L’ANC, toutefois « déploya » Cyril Ramaphosa dans les affaires où il mit en œuvre des opérations de promotion (empowerment deals) des entrepreneurs noirs qui, à la fois, bénéficièrent aux finances du parti et lui permirent de s’enrichir considérablement. En 2001, il créa sa propre holding, Shanduka, qui possède des parts dans un grand nombre de grandes entreprises, dont des mines et les filières sud-africaines de McDonald’s et de Coca Cola, mais abrite aussi des fondations qui financent des écoles et des incubateurs de petites et moyennes entreprises noires. Du fait de ses participations étendues, Cyril Ramaphosa s’est également trouvé actionnaire d’une compagnie minière qui fit face, en 2012, à une grève qualifiée de « sauvage » sur le carreau de Marikana (province du Nord-Ouest). Celle-ci fit l’objet d’une répression brutale qui causa quarante-sept morts. L’ancien dirigeant syndical, confronté à un mouvement lancé par une organisation issue d’une scission avec celle qu’il avait fondée, l’Association of Mineworkers and Construction Union (AMCU), fut accusé d’avoir demandé l’intervention de la police et, par conséquent, d’être responsable du massacre des mineurs[5]. En dépit de ce qui constitue sans doute la plus grave tache souillant sa marche à la gloire présidentielle, Cyril Ramaphosa fut élu vice-président de l’ANC en 2012, avec le soutien des partisans de Jacob Zuma, et vice-président de la République en mai 2014.

Les projets du nouveau Président

            Cyril Ramaphosa a finalement emporté le soutien d’une petite majorité des délégués à la Conférence de l’ANC dans l’espoir qu’il puisse redorer le blason du parti, redonner aux citoyens confiance en la politique et redresser l’économie. Le discours sur l’état de la nation qu’il prononça le 16 février 2018 trancha d’emblée avec la manière désinvolte dont Jacob Zuma avait coutume de se comporter lors de ce rituel annuel. Grave, concentré, semblant avoir réfléchi à chacun de ses mots, il présenta ce qui ressemblait non seulement à un projet de gouvernement mais aussi à un programme électoral pour 2019. Il commença par rappeler son attachement à Nelson Mandela, signifiant clairement qu’il entendait placer son action dans le droit fil des principes moraux de l’ANC historique, principes abandonnés par ses prédécesseurs. Ainsi affirma-t-il : « Nous sommes déterminés à construire une société définie par la décence et l’intégrité, qui ne tolère ni le pillage des ressources publiques, ni le vol par des entrepreneurs criminels de l’épargne durement mise de côté par les gens ordinaires. »[6] Il poursuivit en faisant l’inventaire des acquis sociaux résultant des politiques menées par les gouvernements de l’ANC depuis 1994 mais souligna qu’ils ne pouvaient être considérés comme suffisants. Il introduisit alors ce qui apparut au fil de son discours comme la méthode qu’il entendait privilégier : « Cette année, nous allons prendre des mesures pour mettre le pays sur un chemin nouveau de croissance, d’emploi et de transformation. Nous le ferons en favorisant la collaboration entre partenaires sociaux en vue d’établir un contrat social (social compact) sur la base duquel nous pourrons mettre en route le rétablissement de l’économie. »[7] Il proposa ensuite une liste d’objectifs touchant à presque tous les secteurs de la vie économique et sociale : l’emploi, surtout des jeunes, l’investissement, la ré-industrialisation, le soutien aux petites entreprises et aux entrepreneurs noirs, la révolution numérique, la réforme du secteur public et du gouvernement, la sécurité, la lutte contre la corruption. Continuer la lecture de Afrique du Sud : Les défis de Cyril Ramaphosa

Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

Une « victoire écrasante » : non, ce n’est pas le titre d’un article traitant des élections locales sud-africaines tenues le 3 août 2016, mais d’un papier concernant les élections législatives russes organisées quelques jours plus tard, le 18 septembre. Le parti Russie unie y obtint 54,18 % des voix. Avec un résultat similaire, de 53,91 à 54,49 % des suffrages exprimés, selon le type de vote pris en compte[1], le score du Congrès national africain (ANC) s’est vu, lui, qualifier dans la presse de « défaite historique »[2], la « pire depuis la fin de l’apartheid »[3]. Comment expliquer cette différence d’appréciation ? Ces élections n’étaient pas de même type et leurs conséquences ne furent pas identiques et, en Afrique du Sud, ce qui a compté fut la comparaison des élections locales de 2016 avec les précédentes. Cinq ans auparavant, l’ANC avait recueilli 61,95 % des suffrages, contre 53,91 % cette année ; depuis le sommet atteint aux élections locales de 2004 (69,7 % des suffrages), le score du parti de Nelson Mandela a fait une chute rapide : 62,12 % aux élections nationales de 2014 et, donc, 53,91 %[4] aujourd’hui[5].

A l’inverse, la principale force d’opposition, l’Alliance démocratique (DA) a vu s’accroître sa part de l’électorat : de 23,94 % en 2011 à 26,90 % en 2016, en passant par 22,23 % aux élections nationales de 2014. Enfin, les Combattants de la liberté économique (EFF) créés par Justus Malema, ancien dirigeant de la Ligue de jeunesse de l’ANC, après qu’il a été exclu de cette organisation, ont fait un score intéressant pour leur première participation à des élections locales en obtenant 8,19 % des voix, après avoir recueilli 6,35 % des suffrages aux élections nationales de 2014. L’augmentation du nombre des voix obtenues par les partis d’opposition semble minime (+ 2,96 % pour la DA ; + 1,84 % pour les EFF depuis 2014) mais elle a des implications importantes en ce qui concerne la gestion des principales métropoles du pays et ouvre des perspectives inédites pour l’avenir politique de l’Afrique du Sud. Le premier enseignement à tirer de ce scrutin est qu’il représente une victoire de la démocratie sud-africaine : plus de 200 partis (dont beaucoup d’organisations locales) ont présenté des candidats, même si seulement trois d’entre eux ont obtenu au niveau national plus de 5 % des voix. Les élections ont confirmé que la Commission électorale indépendante avait le savoir-faire et la neutralité nécessaires pour organiser des élections libres et honnêtes ainsi que pour collationner efficacement et rapidement leurs résultats.

La montée des oppositions

Généralement parlant, la DA a pénétré des territoires naguère fidèles à l’ANC ; la participation électorale a été plus élevée là où la DA a obtenu de bons résultats, alors qu’elle a été plus faible dans de nombreux fiefs de l’ANC. Celui-ci a perdu de l’influence dans toutes les provinces, à l’exception du KwaZulu-Natal. Il semble que beaucoup d’électeurs déçus par le gouvernement, surtout depuis l’élection de Jacob Zuma à la présidence de la République en 2009, ont préféré l’abstention à un vote en faveur des partis d’opposition. De fait, bien des habitants des townships africains ne se sont pas déplacés pour voter, mais le parti voit aussi ses soutiens diminuer dans des provinces largement rurales telles que le Free State, le North West, le Limpopo et le Northern Cape. La direction de l’ANC semble désormais vivre dans un monde à part, loin de la majorité de la population, préoccupée surtout de ses querelles internes et de ses stratégies d’enrichissement personnel. Jacob Zuma symbolise cette déconnexion corrompue : il a été condamné pour avoir consacré des deniers de l’État à l’aménagement de sa résidence privée de Nkandla[6] et demeure fortement soupçonné de favoriser les entreprises de ses amis, notamment celles d’une famille indienne, les Gupta[7], non sans en tirer lui-même quelque profit. Ses comportements, et ceux de plusieurs dirigeants, contrastent avec la situation que connaissent de nombreux citoyens dont les besoins de base ne sont pas satisfaits par les politiques mises en œuvre par le gouvernement, en dépit de l’importance des aides sociales. Les déclarations pré-électorales de Jacob Zuma ont montré à quel point il ne parvenait plus à comprendre l’évolution de la société sud-africaine : « Nous [l’ANC] gouvernerons jusqu’au retour de Jésus », « les ancêtres seront en colère contre vous si vous ne votez pas ANC », a-t-il, entre autres, proclamé[8].

Mais, au-delà de la responsabilité du Président, c’est l’ensemble de la direction de l’ANC qui se trouve mise en cause : arrogante[9], corrompue, divisée, incompétente, incapable d’améliorer les conditions de vie des gens ordinaires et de vaincre le chômage, étalant son aisance dans des comportements à la limite de la bouffonnerie, tels sont quelques-uns des reproches que lui ont adressés les commentateurs sud-africains[10]. Dans cette perspective, la victoire en chiffres de l’ANC ne le préserve pas des pronostics y détectant paradoxalement « le commencement de la fin »[11]. La DA a consolidé son électorat dans les « nouvelles classes moyennes » urbaines et parmi les born free, nés après 1994. Elle bénéficie toujours d’une large popularité dans le Western Cape (où elle emporte 63,33 % des suffrages) et sa part de l’électorat dans les élections locales ne cesse d’augmenter[12]. Ces résultats marquent le succès de la stratégie mise en place par son ancienne leader Helen Zille. Autrefois militante du Black Sash[13], celle-ci a entrepris de dissiper l’image de parti conservateur attaché à la préservation des privilèges blancs qui collait à la DA depuis sa fondation en 2000. Elle a accéléré la promotion de cadres « non-blancs » jusqu’à l’élection à sa tête de Mmusi Maimane en  2015 et a choisi de faire du Western Cape une vitrine de la probité et de l’efficacité de ses élus, tout en continuant à défendre des positions « libérales » en matière économique et sociale. Cette combinaison a séduit une partie des nouvelles « élites non-blanches » qui refusent de continuer à soutenir l’ANC sur la seule base de son rôle historique. Comme le constatait un éditorial de l’influent hebdomadaire The Mail and Guardian : « La DA atteint tous les objectifs les uns après les autres, tant et si bien qu’il est possible de prendre au sérieux sa prétention à devenir le parti dominant en 2024. Elle a montré dans le Western Cape comment elle pouvait passer de partenaire dans un gouvernement de coalition provincial à une position principale puis hégémonique, et elle se trouve maintenant en situation d’appliquer le même plan dans plusieurs importantes métropoles sud-africaines. »[14]

Continuer la lecture de Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

Georges Balandier, la crise et le détour

Un nouveau livre de Georges Balandier1 est — ou devrait être — toujours un événement. Aujourd’hui, celui qui a le mieux su saisir les mutations qui se produisaient dans les sociétés africaines des années 1950 se penche sur les changements que connaît la France ; il tire de son expérience des réflexions qui éclairent le présent et suggèrent des orientations pour penser l’avenir. Son constat de départ est que : « […] nous sommes parvenus au temps du politique caché, effacé, impuissant » (p. 7). Ce qui est aujourd’hui caché tient notamment à la perte de l’efficace symbolique qui magnifiait la puissance politique, non seulement dans les sociétés qu’il dit « anthropologisées » mais également dans celles des métropoles. L’impuissance du pouvoir politique découle en partie de cette dévaluation du pouvoir symbolique qui s’est amorcée depuis longtemps et a été bruyamment signalée par les événements de mai 1968. La technique et l’expertise ont comblé le vide laissé par le symbolique et n’ont fait que l’étirer en abandonnant les projets véritablement politiques et en négligeant l’exploration des lendemains. À cela, il faut ajouter que, au plan international, les rapports dominants-dominés n’ont pas été apurés ; ils continuent de peser en recyclant aujourd’hui les déséquilibres et les conflits de naguère.

 Il y a, constate Georges Balandier, une absence criante de « passeur d’époque » (p. 49). Les dirigeants actuels ne parviennent pas à résoudre les crises multiples qu’ils ont pourtant la charge d’affronter. Leurs échecs successifs entraînent une « rupture de croyance » (85) génératrice de sentiment de déréliction, un « agnosticisme général » (p. 102) qui tarit les désirs d’engagement citoyen en politique. Afin de comprendre cette situation, l’anthropologue prône un « détour » qu’il a déjà solidement argumenté voici trente ans2 et qui ne porte pas seulement sur les leçons tirées des « sociétés de la tradition » mais aussi, surtout sans doute, sur les transformations subies par celles qu’ont englobées les États issus de la décolonisation: « […] il faut comprendre en même temps comment la tradition politique s’altère pendant la période de domination coloniale, ensuite dans les turbulences postcoloniales, comment cette tradition est utilisée par l’État moderne et par les modernités spécifiques qui émergent. Par ce détour, il importe d’envisager autrement l’effacement du politique dans la modernité occidentale contemporaine, durant la Grande Transformation qui se poursuit en s’accélérant » (p. 19). Continuer la lecture de Georges Balandier, la crise et le détour

  1. Georges Balandier, Recherche du politique perdu, Paris, Fayard, 2015 ; l’auteur, rappelons-le, fêtera son quatre-vingt-quinzième anniversaire le 21 décembre prochain; il a retracé son parcours intellectuel lors d’un séminaire tenu à l’EHESS le 4 Avril 2014, dont l’enregistrement vidéo est disponible à : https://www.canal-u.tv/video/ehess/rencontre_avec_georges_balandier.16150 (consulté le 26 novembre 2015) ; voir aussi : Jean Copans, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris Presses universitaires de France, 2014. []
  2. Georges Balandier, Le détour, pouvoir et modernité, Paris, Fayard, 1985. []

Afrique du Sud, mars-avril 2015 : les statues meurent (et les immigrés aussi)

Ce texte a été rédigé à la suite d’un séjour de six semaines à Stellenbosch et dans le Western Cape. Il est basé sur un dépouillement de la presse disponible dans la région du Cap, complété de la consultation de quelques sites internet. Je tiens à remercier le Stellenbosch Institute of Advanced Studies qui a financé ce séjour (en soutien d’un autre projet de recherche).

            Le 9 mars 2015, Chumani Maxwele, étudiant en quatrième année de sciences politiques à l’Université du Cap (UCT) jeta des excréments humains sur la statue de John Cecil Rhodes qui trônait au cœur du campus. Son geste déclencha une large mobilisation estudiantine pour exiger l’enlèvement de ce monument. Des membres du Rhodes Must Fall Student Movement, soutenus par certains enseignants, occupèrent le bâtiment administratif, exercèrent toutes sortes de pression sur la direction de l’université; finalement, le 27 mars, le sénat de UCT se prononça en faveur du déplacement de la statue et celle-ci fut emportée hors du campus.Van Riebeeck-Heerengracht street Une statue contestéeStatue (contestée) de Jan Van Riebeeck, envoyé en 1652 pour établir au Cap une station de ravitaillement au profit des navires de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, située au début de Heerengracht Street, dans le centre du Cap.

Figure emblématique de l’impérialisme britannique, John Cecil Rhodes, Premier ministre de la colonie du Cap de 1890 à 1896, joua un rôle décisif dans la constitution de l’Afrique du Sud du 20ème siècle. Mais, incarnant l’affairisme, la violence coloniale, le racisme, son souvenir symbolise un passé avec lequel les étudiants entendent rompre radicalement. Sur sa statue, érigée parce qu’il « donna » le domaine sur lequel fut construite l’université du Cap, se focalisèrent subitement un mécontentement diffus, une insatisfaction rentrée depuis plusieurs années suscités par la lenteur des mesures de « transformation » prises à UCT. Mais, au-delà, le mouvement pour faire tomber Rhodes condensa spectaculairement les tensions qui trament aujourd’hui la société sud-africaine : permanence et aiguisement des inégalités, incapacité du gouvernement à combattre le chômage, poussées xénophobes récurrentes et autoritarisme croissant du président Jacob Zuma couplé à une dégradation de l’image du Congrès national africain (ANC). Les protestations des étudiants de UCT firent d’ailleurs tache d’huile et plusieurs statues de personnages du passé furent vandalisées ailleurs : celle de George V à l’université du KwaZulu-Natal, de Paul Kruger à Pretoria, de Louis Botha au Cap, le mémorial aux combattants britanniques de la guerre anglo-boer à Uitenhage, jusqu’au monument dédié aux chevaux tombés pendant ce conflit à Port Elizabeth et à une statue de Gandhi, considéré comme un raciste par ceux qui à Johannesburg la peignirent en blanc1. Des groupes militants se formèrent dans d’autres universités, notamment à Stellenbosch où furent mis en cause le faible nombre d’étudiants noirs2 (38 % du total) et l’utilisation persistante de l’afrikaans dans l’enseignement, même dans le cadre de classes bilingues avec traduction simultanée3. Continuer la lecture de Afrique du Sud, mars-avril 2015 : les statues meurent (et les immigrés aussi)

  1. Sur l’ensemble de ces événements, voir : http://en.wikipedia.org/wiki/Rhodes_Must_Fall; consulté le 18/05/2015. []
  2. Au sens sud-africain agrégeant Africains, coloureds et Indiens. []
  3. Week End Argus 2/05/2015, p. 10. []

Die Antwoord : une réponse à d’infinies questions

            Die Antwoord, c’est un trio de rappeurs sud-africains composé de Ninja (Watkin Tudor Jones), Yolandi Vi$$er (Anri du Toit) et DJ Hi-Tek (Justin de Nobrega). Die Antwoord, en afrikaans, signifie la réponse. Mais la réponse à quelle question ? « À tout ce que vous voulez », répond Ninja, pierre angulaire du groupe et réalisateur de la plupart de ses clips. C’est sans doute pourquoi sa popularité s’est étendue au monde entier. Pourtant, il ne faut pas oublier qu’ils sont Sud-africains, que le trio s’est formé au Cap en 2008, après que Ninja et Yolandi ont collaboré dans d’autres formations, et que le premier a effectué un long parcours dans le hip-hop (notamment dans MaxNormal.TV et The Constructus Corporation) avant de créer Die Antwoord. Ils sont blancs, de différentes origines ; ils sont basés au Cap, ville à l’histoire particulièrement cosmopolite ; ils rappent dans les trois langues qui y sont le plus parlées : l’afrikaans, l’anglais et l’isiXhosa. Continuer la lecture de Die Antwoord : une réponse à d’infinies questions

Hommage à René Vautier (1928-2015)

            Des très nombreux films tournés par René Vautier, qui vient de disparaître le 4 janvier dernier à 86 ans, on ne retient le plus souvent que Avoir vingt ans dans les Aurès (1972). Cette fiction construite à partir d’événements réels retrace la vie d’un commando de jeunes appelés, hostiles à la guerre mais conduits à participer à la répression, occasion de rappeler, dix ans seulement après les accords d’Évian, l’horreur de ce conflit, les violences qu’avaient subies les populations algériennes arabes et berbères mais aussi les « appelés du contingent », comme on disait alors. Convaincus ou forcés de se battre, certains d’entre eux ont résisté, comme le héros du film qui déserte en faisant évader un combattant de l’ALN prisonnier des Français. Ils ont, dans leur ensemble, contribué à l’échec du « putsch des généraux » de 1961, ce que montre également Avoir vingt ans dans les Aurès. On y saisit clairement la conception qu’avait René Vautier du cinéma, ce pourquoi il a réalisé de 1950 à 1995 quelque 180 films, de longueurs et de genres divers, dont un certain nombre furent censurés, perdus ou tellement projetés qu’ils finirent par s’effriter sous les dents des projecteurs1). L’historienne du cinéma Nicole Brenez résume dans le livre qui accompagne la réédition en DVD de Afrique 50, ce que visait René Vautier : argumenter « […] une vérité critique dans un débat visuel sans fin dont l’horizon serait un état plus juste du monde. »2 Cela impliquait pour lui « […] une autonomie des images, dont l’existence, le sens et la liberté qu’elles instaurent en propre doivent être protégés avec la plus vigilante intransigeance : un territoire symbolique et inaliénable installé dans le temps à partir duquel l’histoire pourra être établie. »3  Continuer la lecture de Hommage à René Vautier (1928-2015)

  1. Comme l’un de ses premiers, Un homme est mort, documentaire retraçant les luttes ouvrières de Brest en avril 1950, dont l’histoire est racontée dans la belle bande dessinée que Kris et Étienne Advodeau ont publiée sous le même titre (Paris, Futuropolis, 2006 []
  2. Nicole Brenez, « René Vautier, devoirs, droits et passion des images », dans  René Vautier, Michel Le Thomas, Afrique 50, des massacres de la colonisation / De sable et de sang, aux naufragés des temps modernes, Paris, Les mutins de Pangée, 2013 : 94-106 ; citation p. 106. []
  3. Id., p. 103. []

Murmures sur une explosion

Pico do Fogo

 À quelques encablures de Praia, la capitale du Cap-Vert, Fogo, petite île d’environ 25 kilomètres de diamètre, s’étend autour d’un volcan, le Pico de Fogo. Dans le fond de la caldera (Chã das Caldeiras) une communauté s’entête à demeurer, en dépit des éruptions qui embrasent le pic. La terre noire est riche et, assez incroyablement, les habitants parviennent à y faire pousser des arbres fruitiers, de la vigne et des caféiers. Le village de Portela abrite un centre d’information touristique, la Maison du parc national de Fogo, une école, une église catholique, un temple adventiste, un petit hôtel très prisé des touristes qui font l’ascension du volcan, la Pousada Pedra Brabo, et l’Associação dos Agricultores de Chã (la coopérative agricole).

Pico do Fogo_café

Pauvreté, endurance et travail dans des conditions d’une extrême difficulté semblent être les marques les plus caractéristiques d’une société comptant plus d’un millier d’habitants. Or tout s’est trouvé, une nouvelle fois, mis en péril depuis le 23 novembre 2014. Plusieurs évents se sont ouverts sur le flanc nord du volcan ; le plus bas a vomi des coulées de lave qui se sont répandues au fond de la caldera touchant le village de Portela et coupant la seule route d’accès menant aux agglomérations de Saõ Lourenço et de Saõ Filipe, situées en dehors du massif volcanique. Les dernières éruptions s’étaient produites en 1951 et 1995, indiquant aux pouvoirs publics que le Pico ne s’était pas totalement endormi. Ils ont donc mis en place dans les rues de Portela des feux (semblables à des feux tricolores de circulation) qui doivent avertir des risques liés à l’activité volcanique et collé des affiches expliquant leur signification. Nul doute qu’ils ne soient passés au rouge ce 23 novembre : la lave a atteint Portela, a détruit la maison du Parc, l’hôtel, la plupart des habitations et la coopérative. 397 hectares, dont 26 de terres arables, et plus d’un kilomètre et demi de route, au moins, ont été ravagés. Les secours se sont rapidement mis en place : environ un millier de personnes ont été évacuées et il n’y a pas eu, semble-t-il, de victimes. Continuer la lecture de Murmures sur une explosion