Tous les articles par chbouquet

Démographie africaine et migrations : entre alarmisme et déni

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Christian Bouquet, Université Bordeaux Montaigne

Il en est des chiffres de la population comme de ceux de l’abstention dans un scrutin démocratique : on peut leur faire dire ce que l’on veut entendre. Sur la démographie africaine, le spectre est très large entre ceux qui agitent l’épouvantail de la « croissance exponentielle » et ceux qui se réjouissent de toute cette jeunesse, symbole des dynamiques à venir. Dans ce débat, la voie du chercheur est étroite.

Des statistiques problématiques, mais qui vont toutes dans le même sens

Naturellement, on pourrait s’en sortir par défaut, en soulignant que la plupart des statistiques africaines sont contestables en raison des difficultés rencontrées dans nombre de pays pour conduire des enquêtes crédibles.

Il n’empêche que même les fourchettes basses sont élevées, et les courbes de croissance – minimales, maximales et médianes – toujours fortement ascendantes. Selon The World Population Prospects : The 2017 Revision, émanant du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, l’Afrique compte 1,256 milliard d’habitants, contre 640 millions en 1990. Sa population a donc doublé en un quart de siècle.

Si l’on ne retient que les chiffres essentiels, on note que son taux moyen de fécondité est de 4,7 enfants par femme (contre 2,2 en Asie et 2,1 en Amérique latine). Mais il atteint 7,4 au Niger – ce qu’avait bien lu Emmanuel Macron – ou encore 6,6 en Somalie et 6,3 au Mali. La pyramide des âges affiche une base très évasée, puisque 60 % des Africains ont moins de 25 ans. À ce rythme, on estime que l’Afrique comptera 1,704 milliard d’habitants en 2030, 2,528 milliards en 2050 et 4,468 milliards en 2100. Soit à cet horizon 40 % de la population mondiale, contre 17 % en 2017.

Le courage des précurseurs

Toutes ces données sont connues et généralement admises, mais elles ont souvent été enfouies dans le non-dit parce qu’elles génèrent un malaise dans les opinions publiques, et plus particulièrement dans les milieux scientifiques. Il a donc fallu beaucoup de patience et un certain courage à quelques auteurs, et notamment – surtout ? – en France, pour commencer à tirer la sonnette d’alarme malgré la réprobation de nombre de chercheurs.

L’un de ces précurseurs, Jean‑Pierre Guengant, résumait très bien la controverse dans un article de 2011 cosigné avec le démographe belge de la Banque mondiale John F. May :

« Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les néo-malthusiens et les développementistes se sont violemment opposés, surtout dans les années 1960 et 1970. Les premiers présentaient le contrôle des naissances comme une condition indispensable au développement des pays qualifiés alors de “sous-développés”. Pour les seconds, seules des politiques vigoureuses en faveur du développement pouvaient permettre aux pays du Sud de sortir de leur situation, le développement socio-économique entraînant la réduction de leur fécondité, d’où le slogan “le développement est le meilleur contraceptif” ».

On se souvient des critiques récurrentes formulées – notamment en Europe – contre le Population Council, créé par John D. Rockefeller III en 1952 et financé par sa fondation, dans le but plus ou moins avoué d’encourager la contraception dans les pays « sous-développés ».

Parallèlement, les chercheurs et les politiques adoptaient, selon Stephen Smith (La Ruée vers l’Europe, Grasset, 2017, p. 61), trois types d’attitude dans la seconde moitié du XXe siècle : ce qu’il appelle avec bienveillance « l’inattention » (très peu d’études étaient consacrées au lien entre démographie et pauvreté au sud du Sahara), mais aussi le déni, et enfin la maladresse (wealth in people, la population est une richesse).

« Dans la chambre à coucher… »

Ces réactions demeurent d’actualité, ainsi qu’on a pu le constater lorsque Emmanuel Macron a déclaré, en marge du Sommet du G20 en juillet 2017 :

« Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Outre les commentaires indignés de ses opposants traditionnels, il s’attira les foudres d’Angélique Kidjo :

« Moi ça ne m’intéresse pas qu’un Président, d’où qu’il vienne, dise à des millions [d’Africains] ce qu’ils doivent faire dans leur chambre à coucher ». (TV5 Monde, 10 septembre 2017).

De la part de l’ambassadrice de l’UNICEF, cette déclaration montrait bien à quel point l’incompréhension demeurait grave sur les enjeux démographiques africains. En même temps, on pouvait comprendre que la crainte de la stigmatisation ait pu peser sur bon nombre d’auteurs soucieux de ne pas trop se marginaliser par rapport au mainstream.

Une série de malentendus

En fait, le premier grand malentendu porte sur la réalité de la transition démographique, dont le moins qu’on puisse dire concernant l’Afrique subsaharienne est qu’elle demeure inachevée, bloquée en fin d’étape 2, avec des taux de natalité qui ne baissent que très lentement.

Influencés (ou non) par les recommandations du Population Council, certains pays avaient pris conscience de la nécessité de mettre en place des politiques de planning familial, parfois assez tôt comme le Kenya (1967) et le Ghana (1970), parfois avec un peu de retard comme le Sénégal et le Nigeria (1988). Mais la plupart de ces campagnes de sensibilisation échouèrent face aux résistances des milieux religieux et faute de moyens, notamment lorsque les programmes d’ajustement structurels asséchèrent les budgets de la santé et de l’éducation.

Le second grand malentendu porte sur la notion de dividende démographique, que les opinions publiques associent souvent à un bénéfice garanti dès lors que la population dite active (comprise entre 20 et 65 ans) est plus nombreuse que la population dite dépendante (moins de 20 ans et plus de 65 ans). C’est évidemment le cas en Afrique, mais la situation est piégeuse.

Dans son ouvrage cité, Stephen Smith évoque Jean‑Michel Severino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010) et Serge Michaïlof (Africanistan, Fayard, 2015) qui, dit-il:

« ont vaillamment abordé la pyramide africaine des âges, le premier par l’adret, avec l’espoir que le continent bénéficiera d’un dividende démographique quand ses nombreux jeunes auront trouvé un travail rémunéré et le second par l’ubac, dans la crainte que cela n’arrive pas de sitôt et que l’Afrique en crise ne se retrouve dans nos banlieues. »

Il aurait dû ajouter à propos du dividende démographique : du travail dans le secteur formel.

Pour que les 30 millions de jeunes Africains qui arrivent chaque année sur le marché du travail rendent le dividende démographique bénéficiaire, il faudrait créer autant d’emplois dans le secteur formel, soit 30 millions par an d’ici à 2035. Pourquoi sommes-nous aussi sûrs de ces chiffres ? Parce que ces jeunes ne relèvent pas de la virtualité des projections démographiques : ils sont déjà nés.

Certes, on peut y croire, comme la Banque africaine de développement (BAD) ou l’Institut allemand du développement (DIE), qui pensent qu’un chiffre de l’ordre de 20 millions d’emplois créés annuellement est tenable. Mais on peut aussi en douter, ne serait-ce que parce que nulle amorce de ce processus n’est actuellement visible dans le paysage économique africain, qui continue à être largement dominé par l’informel. Alors la tentation de la migration risque d’être forte.

L’inévitable soupape migratoire

L’hypothèse de la soupape migratoire a longtemps été considérée comme inutilement alarmiste, et les auteurs qui osaient en parler à la fin du XXe siècle restaient très prudents. Jean‑Pierre Guengant lui-même soulignait, dès 2002, que la conjugaison « des arrivées massives sur le marché de l’emploi des pays du Sud, qui ne seront pas capables de les absorber, des facilités de déplacement, des informations sur les lieux de destination, etc. » conduirait inévitablement à des migrations internationales. Mais il restait sur le terrain du « développement » et ne se hasardait pas (encore) sur celui de la démographie.

En 2015 (Africanistan), Serge Michaïlof s’est affranchi du déni, au risque de la provocation affichée dans son sous-titre (« L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? »). En reprenant les courbes de la démographie africaine, il rappelait que si l’on ne faisait rien, au plan de la démographie et du développement, on s’exposerait aux migrations massives vers l’Europe. Surfant entre les tabous, son ouvrage illustrait l’étroitesse du chemin qui s’ouvre actuellement aux chercheurs, parce que son argumentaire pouvait servir – bien involontairement – la cause de l’extrême droite.

Dans son dernier essai (La Ruée vers l’Europe, 2017), fort bien documenté et solidement argumenté, Stephen Smith va encore plus loin. L’ancien journaliste de Libération et du Monde, actuellement enseignant-chercheur à Duke University (États-Unis), affiche les chiffres cités supra (l’Afrique comptera 2 milliards d’habitants en 2050) et établit un parallèle avec la situation européenne au XIXe siècle : entre 1850 et 1914, alors que la population de l’Europe passait de 200 à 300 millions, plus de 60 millions d’Européens migraient vers les États-Unis (43 millions), l’Amérique latine (11 millions), l’Australie (3,5 millions) et l’Afrique du Sud (1 million).

Sur cette base, Stephen Smith fait l’hypothèse qu’une vague migratoire analogue entre l’Afrique et l’Europe pourrait atteindre des proportions telles qu’on compterait 150 à 200 millions d’Afro-Européens en 2050. Pour lui, ce mouvement massif de population ne serait donc pas un événement exceptionnel dans l’histoire du monde : il suffit juste de ne pas rejeter l’hypothèse a priori, au motif que celle-ci risque d’être brandie comme un épouvantail par les populistes européens.

Dans un débat publié en février par L’Obs, Stephen Smith était d’ailleurs interpellé sur ce sujet par Michel Agier en ces termes : « À qui faites-vous signe en écrivant cela ? À qui faites-vous peur ? »

« Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique »

Tout est dit dans ces deux questions. Faut-il alors avoir peur d’écrire, ou bien faut-il passer sous silence des données qu’on regrettera peut-être, dans dix ou quinze ans, d’avoir occultées ? Faut-il négliger ce sondage Gallup (2016) indiquant que 42 % des Africains âgés de 15 à 24 ans (et 32 % des diplômés du supérieur) déclaraient vouloir émigrer ? En intitulant sa chronique du 8 février 2018 dans Le Monde : « Une partie du destin de l’Europe se joue avec l’Afrique », Alain Frachon a pris bien soin d’ajouter : « que nous le voulions ou non ».

Il semble de plus en plus clair que les opinions publiques européennes « ne le veulent pas », si l’on en juge par les résultats des élections les plus récentes en Italie, en Pologne, en Grande Bretagne, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie. « La crise migratoire a retourné l’opinion publique européenne », écrit Sylvie Kauffmann (Le Monde), dans sa chronique du 7 mars 2018. Et elle insiste un mois plus tard : « La droite identitaire devient mainstream. Elle évince la droite classique, et pas seulement en Europe centrale » (4 avril 2018).

Traiter l’immigration africaine en Europe à sa juste dimension

Pour autant, les chercheurs qui ne partagent pas cette idéologie de rejet doivent-ils laisser le champ libre aux auteurs qui ont théorisé cette « menace migratoire », s’inscrivant dans la filiation de Jean Raspail, dont Le Camp des Saints (Robert Laffont, 1973) était devenu le livre de chevet de Steve Bannon, l’ex-conseiller anti-immigration de Donald Trump ? Nous avons laissé passer Bat Yé’or (Eurabia, Godefroy, 2006) et Renaud Camus (Le Grand Remplacement, Chez l’auteur, 2011) sans opposer de contre-feu digne de la recherche universitaire française en sciences sociales.

En 1991 pourtant, Jean‑Christophe Rufin – au-dessus de tout soupçon dans le présent débat – nous avait prévenus dans L’Empire et les nouveaux barbares : un nouveau limes était insidieusement en train de se dresser entre un Nord trop riche et un Sud trop pauvre. En 2001, il avait insisté dans la nouvelle édition de son livre prémonitoire sur la nécessité de regarder les choses en face. Mais, là encore, nous avions préféré regarder ailleurs.

Ainsi la démographie africaine doit-elle être abordée dans sa profondeur et dans son intégralité, sans tabou, en rappelant que deux des plus grandes puissances mondiales actuelles ne le seraient sans doute pas aujourd’hui si elles n’avaient pas conduit, en temps utile, des politiques de population drastiques.

The ConversationDe même, l’immigration africaine en Europe doit être traitée à sa juste dimension, en tenant compte à la fois de tous les paramètres chiffrés qui la sous-tendent, des obligations humanitaires qui sont celles des pays d’accueil, et des équilibres socio-économiques qu’il conviendra d’ajuster sans passion. Donc en évitant l’alarmisme et le déni, et sans craindre « l’approbation venue du mauvais côté », pointée par Hans-Magnus Enzensberger (Culture et mise en condition, Le Goût des idées, 2012) à propos des schémas totalitaires de la pensée.

Christian Bouquet, Chercheur au LAM (Sciences-Po Bordeaux), professeur émérite de géographie politique, Université Bordeaux Montaigne

Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

C. BOUQUET
Les Afriques dans le monde
23 juin 2017

La mondialisation ne cesse d’étonner. On savait que les fluctuations du cours du riz au Chicago Board of Trade pouvaient se répercuter en moins de 24 heures sur les marchés d’Antananarivo. Mais on n’avait pas encore imaginé que l’effondrement du cours du cacao pourrait avoir un rapport avec la colère des soldats ivoiriens, alors même que les planteurs se résignent à leur sort.

Il est vrai que la Côte-d’Ivoire est bien placée pour illustrer cet apparent paradoxe : c’est, d’une part, le premier producteur mondial de cacao et, d’autre part, c’est un État qui n’a jamais été porté sur la chose militaire. On se souvient que le président Félix Houphouët-Boigny, au moment des indépendances en 1960, avait préféré déléguer la défense de son pays à l’armée française plutôt que prendre le risque de nourrir chez ses compatriotes en treillis l’ambition de le renverser.

Cinquante ans après, le camp de Port-Bouët abrite encore plus de 1000 militaires français, censés servir de base arrière à l’opération anti-terroriste Barkhane, tandis que l’armée ivoirienne compte environ 22 000 hommes dont le comportement récurrent semble donner raison aux inquiétudes du « Vieux », puisqu’ils passent beaucoup plus de temps à se rebeller qu’à effectuer, sinon des opérations militaires orthodoxes, du moins des manœuvres d’entrainement de routine.

Il convient aussi de rappeler que cette armée n’a guère de passé fondateur. La maigre troupe tolérée par Houphouët-Boigny s’était embourgeoisée depuis la fin des années 1970 en échappant aux mesures d’austérité exigées par le FMI. Ainsi, les militaires avaient fait partie des « décrochés » de la grille indiciaire de la fonction publique, c’est-à-dire qu’ils continuaient à toucher des salaires confortables pendant que les « raccrochés » voyaient leurs revenus fondre au rythme des mesures d’austérité des PAS (programmes d’ajustement structurel).

Puis les soldats, comme les autres, ont été confrontés à la corruption des élites, et c’est pour protester contre des primes non payées à ceux qui avaient servi en 1998 comme casques bleus en Centrafrique (la MINURCA) qu’ils étaient sortis dans les rues en décembre 1999. Ils ont ainsi découvert l’ivresse du racket et des pillages, puis celle du pouvoir puisque le général Robert Gueï profita de la situation pour renverser le président élu Henri Konan Bédié.

La débandade – au sens militaire du terme – s’accentua en 2002 lorsque certains choisirent de soutenir Guillaume Soro, ex-leader du syndicat étudiant, dans sa révolte du nord qui provoqua une partition du pays pendant près de cinq ans. Lors de l’Accord politique de Ouagadougou (2007) qui réunifia la Côte-d’Ivoire, il fut admis qu’un certain nombre de ces soldats perdus, ainsi qu’un nombre plus grand encore de civils armés pendant la rébellion (soit 8 400 hommes au total) seraient intégrés à l’armée régulière. Mais l’application de cette disposition n’ayant jamais été claire, les intéressés finirent par se signaler lors d’une première « mutinerie » en novembre 2014.

Ceux qui avaient effectivement été intégrés dans l’armée « régulière » réclamaient le paiement de leurs arriérés de salaires pour la période 2009-2011. La promesse de règlement n’ayant pas été tenue, de nouvelles mutineries éclatèrent en janvier 2017, aggravées par des exigences supplémentaires : aux 5 millions de Fcfa (7 600 €) dus au titre de la régularisation, les ex-combattants ajoutaient 7 millions de Fcfa (10 600 €) qu’ils justifiaient par d’autres promesses aussi peu étayées que surréalistes (une villa et une prime dite Ecomog correspondant à des opérations imaginaires).

Et, pendant ce temps-là, plusieurs facteurs se combinaient dans l’ombre de l’économie de marché pour faire dégringoler les cours du cacao : d’abord une surproduction ivoirienne (1,9 million de tonnes, contre 1,5 lors de la précédente campagne) mal compensée par une faible augmentation de la demande, puis une réorientation des spéculateurs qui abandonnèrent certaines matières premières agricoles pour aller faire du profit ailleurs. S’ajoutèrent quelques rumeurs sur le vieillissement des vergers ivoiriens, ou sur la menace du swallen shoot (maladie des cacaoyers), et la tonne de cacao passa de 2 600 livres sterling en juillet 2016 à 1 400 livres en janvier 2017, au moment où les ex-combattants recommençaient à s’énerver.

De telle sorte que l’État ivoirien, privé de l’essentiel de ses recettes budgétaires, n’était plus en mesure de remplir ses promesses et dut proposer un échelonnement des versements : 5 millions en janvier 2017 et 7 millions en mai 2017.

Hélas, comme dans toute fuite en avant, le temps que l’État croyait avoir gagné joua contre lui. Ces millions distribués aiguisèrent en effet les appétits, notamment ceux des ex-combattants qui n’avaient pas été intégrés dans l’armée mais qui avaient été insérés dans le programme DDR (Démobilisation, Désarmement, Réinsertion), c’est-à-dire plus de 60 000 individus. Et, de leur côté, les fonctionnaires rappelaient qu’il subsistait dans leur secteur un stock d’arriérés qu’il serait judicieux de ne pas oublier. Continuer la lecture de Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

Grâce à l’édition 2016 du Festival international du film d’Histoire de Pessac (Gironde, France), le grand public a pu littéralement toucher du doigt une réalité demeurée jusque-là plutôt virtuelle : l’Afrique a stocké depuis une dizaine de siècles des centaines de milliers de textes écrits, mais la plupart étaient restés cachés, et très peu d’entre eux ont été réellement exploités. L’idée selon laquelle l’Afrique subsaharienne est un continent de tradition orale avait donc pu prospérer, et elle a failli définitivement s’installer lorsque des groupes islamistes armés ont commencé à détruire, à Tombouctou notamment, tout ce qui pouvait ressembler à une trace historique écrite des peuples vivant dans les zones occupées.

Il aura donc fallu ce « sauvetage » pour que le regard commence à se décentrer. Certes, il fallait aussi qu’il soit médiatisé – voire dramatisé – pour que l’attention soit attirée vers ce fait divers sensationnel plutôt que vers un autre. Mais force est bien d’admettre que les actions entreprises par Abdelkader Haïdara sortaient de l’ordinaire et méritaient qu’on souligne le courage physique et la détermination dont le « sauveur des manuscrits de Tombouctou » avait fait preuve pendant les quelques mois terribles des années 2012 et 2013.

Jusque-là, des dizaines de milliers de manuscrits dormaient dans des maisons familiales ou dans le centre Ahmed Baba de Tombouctou. À vrai dire, ceux qui étaient stockés chez l’habitant étaient réellement cachés, parfois même « murés » derrière des fausses cloisons, parce que dans la mémoire collective on n’avait pas oublié que les Marocains d’abord, aux 17ème et 18ème siècles, et les Français ensuite, pendant la conquête et la colonisation, avaient la fâcheuse habitude de dérober ces pièces historiques et d’en masquer l’existence.

http://danslerush.ijba.u-bordeaux-montaigne.fr/on-prepare-le-retour-a-tombouctou/

Ainsi qu’il l’a raconté au public du FIFH de Pessac le 15 novembre dernier, Abdelkader Haïdara était lui-même dépositaire, depuis plusieurs générations, d’une bibliothèque familiale regroupée dans la Mamma Haïdara. Mais la prise de contrôle par des groupes islamistes armés de toute la région nord du Mali (l’Azawad des Touareg) et le début de destruction des signes « païens » de l’islam, à Tombouctou notamment, l’a incité à entreprendre une vaste opération d’exfiltration des manuscrits stockés dans la ville. Pour ce faire, il a noué des contacts étroits avec les autres familles, acheté des centaines de cantines métalliques, loué des véhicules tout-terrain et, pendant des mois, trompé la vigilance de la police islamique qui bloquait les issues de Tombouctou en masquant les précieux colis sous des grappes de réfugiés autorisés à quitter les lieux.

Au total, 377 491 manuscrits ont été transférés de Tombouctou à Bamako entre 2012 et 2013. On estime à environ 20 000 le nombre de ceux qui ont été perdus, notamment quand ils ont été découverts par les occupants et immédiatement brûlés. Toutefois, certains témoignages laissent supposer que seules les couvertures ont été calcinées devant les caméras, et que les feuillets intérieurs ont été conservés pour être revendus sur les marchés parallèles

J’ai retrouvé Abdelkader Haïdara à Bamako début décembre, et j’ai pu visiter la grande bâtisse du quartier Baco Djicoroni qui abrite son ONG (SAVAMA-DCI, Sauvegarde et Valorisation des Manuscrits pour la Défense de la Culture Islamique). Le bâtiment est protégé par sa discrétion et par des portes métalliques solides. À l’intérieur, c’est une ruche : 112 personnes y sont employées pour nettoyer les feuillets, les numéroter, les répertorier, les numériser, les ranger dans des boîtes protectrices fabriquées sur place et sur mesure, et les stocker sur des étagères dans des salles à l’hygrométrie contrôlée. Le local étant trop petit malgré ses deux étages, une partie des boîtes sont rangées dans d’autres maisons, tout aussi sécurisées et maintenues à température et hygrométrie constantes.

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

La sauvegarde de tous ces documents est assurée par douze postes de numérisation, d’une capacité totale d’environ 500 pages par jour, qui transfèrent leurs données sur plusieurs disques durs externes, mettant ainsi définitivement à l’abri tous ces textes dont le monde entier – et pas seulement celui des historiens – attend avec impatience qu’ils soient exploités et livrent des informations négligées pendant des siècles. Continuer la lecture de Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

À l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street

5th-avenue-42th-street

En découvrant cette scène à l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street, alors que l’été indien donnait à Manhattan des couleurs accueillantes, j’ai été saisi par une sorte de  contrariété. Pourtant, cette image de travailleurs noirs cirant les chaussures de cadres blancs est familière à ceux qui fréquentent les grandes capitales africaines. Mais quelques éléments supplémentaires donnaient à l’instantané une dimension nouvelle.

D’abord le « mobilier urbain » : contrairement aux modules Jean-Claude Decaux – qui ont aussi colonisé l’Amérique –, c’est une structure en bois massif, montée sur roulettes. Les marches ont été  agencées de manière à accueillir tous les produits nécessaires à la tâche et, au sommet de l’estrade, les sièges capitonnés comportent des accoudoirs moelleux. Il y a sûrement des meubles semblables ailleurs dans la ville, ce qui supposerait l’existence d’une petite entreprise, mais qui l’a imaginée et qui la contrôle ? On peut penser qu’un jour ce meuble sera vendu chez les antiquaires, comme les vieux confessionnaux. Le plus tôt sera le mieux.

Ensuite, le mur auquel s’adosse le bahut des cireurs : c’est le balcon du jardinet qui entoure la Public Library de New York, c’est-à-dire l’une des plus grandes bibliothèques du monde, ce qui donne à penser que l’esprit du lieu pourrait infuser et diffuser, à l’entour au moins, quelques bribes de conscience sociale. Mais ces deux personnages de type caucasien  lisent-ils encore les vieux textes, ou bien sont-ils déjà totalement absorbés par les messages en live de leurs smartphones ?

Enfin, il y a cette impression d’indifférence – le mot est terrible – qui caractérise les uns et les autres. Chacun est dans son monde et s’occupe de ses affaires. Apparemment du moins, car il est probable que les deux cireurs ont conscience de leur statut, ne serait-ce qu’à cause de l’estrade mais ils n’y voient qu’un support de gagne-pain et pas l’inscription dans l’éternel clivage entre riches blancs et pauvres noirs. Peut-être les deux autres font-ils mine d’être ailleurs tout en culpabilisant un peu, ou bien considèrent-ils cette petite séance matinale quotidienne comme une manière de redistribuer leur richesse. Mais on connaît l’adage : « la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ».

Le pire est peut-être que j’ai pris cette photo, comme un correspondant de guerre filmant des blessés à l’agonie, ou comme un reporter figeant pour son agence des morts de faim. Est-ce parce que j’ai été choqué ? Est-ce parce que j’ai été déstabilisé par un symbole des inégalités ? Est-ce que j’ai été contaminé par l’anthropologie, qui m’a fait percevoir d’abord une inégalité raciale plutôt qu’une inégalité sociale ? Est-ce parce que New York m’a rappelé que la question de la discrimination n’était pas encore réglée aux Etats-Unis ? Mais n’est-ce pas plutôt parce qu’en bon touriste je chassais le pittoresque ? Flagrant délit d’indécence dans tous les cas.

Il y avait pourtant beaucoup d’autres choses à voir au croisement de la 5th Avenue et de la 42th Street, souvent bien plus futiles. D’ailleurs, au départ, je cherchais la Maison Kayser, dont on m’avait dit qu’elle était la meilleure boulangerie française de NY.

Et puis en y repensant, je me suis souvenu qu’il y avait aussi, par exemple à Abidjan, des cireurs noirs pour cadres noirs, avec la même indifférence et la même hiérarchie des sièges. Avec un mobilier juste un peu moins élaboré.

Tout est donc rentré dans l’ordre des choses.

5th-avenue-42th-street-bis

Ch. BOUQUET

18/09/2016

GABON présidentielle 2016

GABON présidentielle 2016

Notice explicative

__________________

Sur  627 805 électeurs inscrits, 373 310 se sont rendus aux urnes, soit une participation de 59,46 %, lors du vote du 27 août 2016 (l’élection présidentielle ne comporte qu’un seul tour).

Les résultats officiels communiqués par la CENAP (Commission électorale nationale autonome et permanente), validés par la Cour constitutionnelle, ont désigné Ali BONGO comme vainqueur avec 49,80 % des suffrages. Son challenger Jean PING aurait obtenu 48,23 % des voix.

Ces résultats sont contestés à la fois par le perdant, par la coalition d’opposition qui l’a soutenu, et par une partie de la communauté internationale

Le présent dossier comprend trois cartes

  • Une carte « Participation » par province, où les chiffres font apparaître une mobilisation exceptionnelle (plus de 99 %) dans le Haut-Ogooué, fief d’Ali BONGO, qui y a obtenu 95,46 % des suffrages, alors que la participation moyenne pour l’ensemble du pays est de 59,46 %.
  • Une carte « En tête » par province, sur laquelle nous avons utilisé des nuances proportionnelles de bleu pour Ali BONGO et de jaune pour Jean PING.
  • Une carte « Répartition des voix » par province qui met en évidence un vote massif (95,46 %) en faveur d’Ali BONGO dans le Haut-Ogooué, ce qui alimente les suspicions.

Cet exercice de cartographie électorale pourra être complété par des cartes « dissidentes » dès que nous disposerons de comptages parallèles fiables

Libre à chacun de construire sa propre analyse à partir de ces essais de représentation graphique./.

Contacts : bouquet@u-bordeaux-montaigne.fr ou  v.alfaurt@sciencespobordeaux.fr

Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

gabon_participation1tour_presidentielle

gabon_entete_presidentielle

gabon_resultats_presidentielle

 

Élections présidentielles 2016 en Centrafrique. Comment faire parler les cartes ?

Christian BOUQUET (et Valérie ALFAURT)

La cartographie électorale en Afrique a pris autant de retard que la démocratie, mais elle progresse à grands pas au rythme des consultations populaires, dont on observe la multiplication depuis quelques années. En outre, la régularité et la transparence des opérations électorales sont en amélioration sensible, au point que tenter des représentations cartographiques des résultats commence à prendre du sens.

Toutefois, l’exercice n’est pas aussi simple que dans les pays du nord. Il faut d’abord avoir accès à des données complètes et détaillées, notamment dans leurs déclinaisons régionale et sous-régionale. Il faut ensuite disposer des fonds de carte correspondant aux découpages retenus pour l’élection.

LAM a décidé d’entreprendre une première expérience avec les élections présidentielles en Centrafrique, malgré l’accumulation des difficultés : pays en sortie de crise, organisation souvent improvisée des scrutins, liste électorale douteuse, validation étonnante du 1er tour de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015 alors que le 1er tour des élections législatives (qui s’étaient tenues le même jour) avait été invalidé en raison de fraudes multiples. Quant à l’entité chargée d’organiser les élections à la place du ministère de l’Intérieur – une Autorité nationale des élections (ANE), faisant fonction de Commission électorale indépendante – elle a montré ses limites, notamment en matière de communication lisible des résultats.

C’est donc à partir d’une capture d’écran sur un compte Facebook affichant des résultats provisoires (officialisés depuis) qu’une carte du 1er tour a pu être réalisée. Elle représente les candidats arrivés en tête au premier tour par région.

CENTRAFRICAINEpresidentielle_enteteaupremiertour2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

On rappelle que la participation à l’échelle nationale pour le 1er tour (30 décembre 2015) a été de 60,44 %. Est arrivé en tête Dologuélé (23,74 %), qui a obtenu sur son nom les ralliements de Kolingba (12,04 %) et de Mandaba (3,06 %). Est arrivé second Touadéra (19,05 %) auquel se sont ralliés Ziguélé (11,43 %), Bokassa (6,06 %) et Doubane (3,33 %).

Aucune autre information n’a pu être cartographiée faute de données, notamment celle des inscrits qui aurait permis de calculer les taux de participation par région, ainsi que le pourcentage des suffrages obtenus par rapport aux inscrits pour chaque candidat.

Si l’on considère comme recevables les données du 1er tour, les résultats du second tour sont sans surprise. Les reports de voix se sont apparemment effectués normalement, et Archange Faustin Touadéra l’a emporté avec 62,71 % des suffrages, contre 37,29 % à Anicet Martin Dologuélé, avec une participation en légère baisse (56,71 %).

CENTRAFRICAINEpresidentielle_adm-2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Cette carte n’est pas exactement la représentation qu’il aurait été souhaitable de réaliser, faute de données sur le nombre d’inscrits par région. En effet, le pourcentage de suffrages obtenus par rapport aux inscrits est un indicateur beaucoup plus « parlant » que le score calculé à partir du nombre des votants.

Ainsi, au plan national – pour lequel on connaît le nombre global d’inscrits – Touadéra est passé de 11,75 % (229 764 voix sur 1 954 433 inscrits) à 35,56 % (695 059 voix sur 1 954 433 inscrits). Sa légitimité ne peut être mesurée qu’à l’aune de ces chiffres.

Nous proposons de livrer ces données brutes, assorties de quelques conseils de prudence liés au cas particulier de la Centrafrique, à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs analyses (acteurs politiques locaux, politistes internationaux, diplomates, journalistes).

Dans les prochaines semaines, nous tenterons de « couvrir » cartographiquement les élections africaines dont les données nous sembleront fiables et les enjeux pertinents.

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier (La Découverte, 2015, 335 p.)

 

Parce qu’il couvre depuis trente ans l’actualité africaine et qu’il a interviewé des centaines d’acteurs de la vie politique dans son émission « L’Invité Afrique », le journaliste de RFI Christophe Boisbouvier dispose d’une connaissance profonde de son sujet. Son livre est donc riche d’informations parfois oubliées ou souvent ignorées, notamment par les chercheurs.

Il a choisi de confronter son corpus documentaire au parcours de François Hollande, en démarrant son étude au moment où la gauche arrivait au pouvoir avec François Mitterrand (1981), donc au moment où l’actuel président de la République a adhéré au parti socialiste (1980). Mais, au cours de ces trente-cinq années, François Hollande n’a pas toujours occupé des postes de responsabilité. Avant d’assumer les fonctions présidentielles, il a été tour à tour simple militant socialiste, député, premier secrétaire du PS, et jamais ministre. Son rôle dans les choix africains du PS est donc difficile à cerner, d’autant plus que l’homme n’a jamais brillé par la profondeur de ses convictions.

L’ « avant 2012 » occupe la première moitié de l’ouvrage. Christophe Boisbouvier rappelle qu’entre la gauche française au pouvoir et l’Afrique, tout semblait avoir bien commencé avec la nomination en 1981 au ministère de la Coopération et du Développement de Jean-Pierre Cot, celui dont on dit qu’il lisait les rapports d’Amnesty International avant tout déplacement dans un pays du continent africain.

Ensuite, il y a eu quelques bons discours de Mitterrand, quasiment tiers-mondistes comme celui de Cancun en 1981 (« Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre, qui veulent vivre et vivre libres… »), ou appelant à la démocratie comme celui de La Baule en 1990 (« La France liera tout effort de contribution aux efforts accomplis pour aller vers plus de liberté… »). On a également remarqué le slogan de rupture proclamé par Lionel Jospin en 1995 : « Ni ingérence ni indifférence ».

Mais il y a eu quelques actes négatifs, comme « l’autre Congrès de Berlin », celui de l’Internationale socialiste (contrôlée par le PS français) qui intégra en 1992 parmi les partis frères le RCD tunisien soutien de Ben Ali et le PND égyptien soutien de Moubarak. Il faudra attendre 2011 pour qu’ils soient exclus, en même temps que le FPI de Laurent Gbagbo.

Tout au long de cette période précédant son accession au pouvoir suprême, Hollande s’est contenté d’être un témoin discret des relations franco-africaines. Il n’a guère fait d’effort pour solder les comptes de la période Mitterrand, il ne s’est pas du tout mobilisé dans la commission d’enquête sur le Rwanda lancée par Jospin en 1998, et il a manqué de vigilance à propos de la loi de 2005 sur le « rôle positif de la colonisation ». En fait, il se tenait à l’écart et restait fidèle à sa doctrine selon laquelle « quand on n’a pas d’information, le mieux est de garder le silence ». Continuer la lecture de Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

COP 21 : le lac Tchad est un indicateur plus complexe qu’il n’y paraît

Pour frapper l’opinion à l’ouverture de la COP 21, Laurent Fabius a évoqué l’exemple du lac Tchad, dont la superficie, a-t-il dit, était passée de 25 000 à 2 500 km2 en raison du changement climatique. Au plan spectaculaire, il avait raison car les images transmises par les satellites depuis une quarantaine d’années permettent ce genre de constat. Encore faudrait-il comparer ce qui est comparable. Or – et sans nier l’assèchement du climat sahélien, bien au contraire – le cas du lac Tchad doit être traité avec précautions.

D’abord parce qu’il s’agit d’un lac très peu profond, juste une sorte d’immense flaque d’eau alimentée chaque année non pas par les maigres pluies qui le concernent directement mais par celles qui tombent bien plus au sud pour alimenter le fleuve Chari, son principal tributaire. Au moment de sa crue, en décembre-janvier, le lac Tchad peut couvrir entre 15 000 et 20 000 km2. Au moment de son étiage, en mai-juin, sa superficie peut descendre en-dessous de 5 000 km2. Les photos de juin et de janvier sont donc naturellement très différentes.

Au cours des six mois de la décrue, les sols libérés par la lame d’eau sont une providence pour les cultivateurs riverains, car ils restent humides suffisamment longtemps pour autoriser une récolte à contre-saison. Depuis des siècles, les paysans vivent au rythme de cette pulsation annuelle. Certes, ils ont été frappés de plein fouet depuis les années 1970 par l’aridification du climat qui a surtout affecté leurs cultures de saison de pluies (juillet-septembre), mais c’est aussi la très forte croissance démographique qui a bouleversé leurs équilibres socio-économiques et qui les a entraînés dans la grande pauvreté et la famine. Sur les mêmes terres, ils sont quatre fois plus nombreux qu’il y a cinquante ans.

Sur la rive nigériane du lac, cette croissance démographique a conduit les autorités à aménager, dans les années 1960, d’immenses périmètres irrigués. Ceux-ci prélèvent d’énormes quantités d’eau dans le lac Tchad sans qu’aucune régulation interétatique n’intervienne, et le niveau du lac s’en ressent inévitablement, indépendamment du changement climatique. Continuer la lecture de COP 21 : le lac Tchad est un indicateur plus complexe qu’il n’y paraît

L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

Christian BOUQUET

Géographe. LAM


Après les violences qui avaient suivi la dernière élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire, faisant officiellement 3000 morts et probablement beaucoup plus en cinq mois de guerre civile, on attendait avec inquiétude le rendez-vous de 2015.

Présent sur place pendant toute la campagne électorale (9-23 octobre) et observateur attentif le jour du vote (25 octobre), j’ai pu recueillir les quelques notes qui suivent et lister les éléments qui mériteront une analyse plus approfondie1.

Cocody ADO

Cette photo était inimaginable pendant la campagne électorale de 2010 : planté au matin du 9 octobre en plein campus universitaire de Cocody, un gigantesque panneau électoral appelait à voter pour Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ainsi l’ancien fief de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, autrefois bras armé de Laurent Gbagbo) semblait aujourd’hui anesthésié au point que personne n’a même songé à vandaliser l’affiche. Personne ne s’est davantage posé la question de savoir si un campus universitaire pouvait légalement accueillir la propagande électorale nationale.

En fait, les Ivoiriens avaient sans doute encore quelques sujets de mécontentement ou de frustration, mais ils avaient encore davantage envie que tout se passe calmement. Dans la capitale économique, les activités laborieuses et festives n’avaient pas diminué à l’approche du scrutin et, à l’intérieur du pays, la situation sécuritaire était si peu inquiétante que le départ du 22ème Tour cycliste de la Côte d’Ivoire avait été donné début octobre à Dabakala, pour une première étape qui devait conduire la soixantaine de coureurs venus d’Afrique et d’Europe à Katiola. Il n’y a pas si longtemps, la piste empruntée était l’axe préféré des coupeurs de route.

Et le climat des affaires ? Contrairement aux tendances enregistrées habituellement à la veille d’une élection importante, rien ne semblait avoir été mis en sommeil en attendant les résultats, et les investisseurs étrangers continuaient à remplir les avions qui desservent Abidjan, notamment l’énorme A380 qui se pose trois fois par semaine dans la capitale économique ivoirienne.

Mois de tous les dangers, octobre 2015 allait-il accoucher d’une souris ? Continuer la lecture de L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

  1. Pour une analyse de la préparation de ces élections, cf. http://lamenparle.hypotheses.org/20 []

Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Pancarte C Bouquet
Pancarte C Bouquet

En condamnant l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire à vingt ans de prison le 9 mars 2015, le tribunal d’Assises d’Abidjan a rendu un verdict paradoxal. En effet, si la peine n’a pas semblé trop lourde aux familles des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, elle est apparue démesurée aux yeux des pro-Gbagbo. Elle était surtout disproportionnée par rapport à la réquisition de l’avocat général (qui avait réclamé dix ans) et plus encore par rapport au procès, au cours duquel les charges et les témoignages étaient si minces que de nombreux observateurs entrevoyaient une relaxe générale.

En fait, ce procès a reposé sur plusieurs malentendus. D’abord – et l’opinion publique l’a compris très tard –, il ne portait que sur les accusations d’atteinte à la sécurité de l’Etat, et non pas sur les crimes de sang, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou génocide. Ces chefs d’inculpation demeuraient apparemment du ressort de la Cour pénale internationale, sauf si la justice ivoirienne pouvait démontrer qu’elle était en capacité d’en juger elle-même. Or, à l’évidence, la justice ivoirienne a plutôt montré dans ce premier procès son manque de professionnalisme. Le tribunal avait déjà reporté de deux mois les audiences faute de bien maîtriser le processus de désignation des jurés. Puis la partie civile, uniquement représentée par l’avocat du gouvernement, n’a pas été en mesure de produire des preuves tangibles et encore moins des témoins fiables, laissant ainsi accréditer l’idée que tous les prévenus étaient quasiment innocents. De son côté, la défense a joué sur du velours en « rappelant » que le chef de l’Etat de l’époque était, selon la Cour constitutionnelle, Laurent Gbagbo et non pas Alassane Ouattara. Continuer la lecture de Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

Comme si de rien n’était, la date de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été fixée exactement cinq ans après la précédente (25 octobre et 22 novembre 2015). On se souvient que la contestation des résultats de 2010 avait déclenché une violente crise post-électorale, conduisant l’actuel président de la République Alassane Ouattara à prêter serment deux fois : le 4 décembre 2010 après la certification des résultats par l’ONU, puis le 7 mai 2011 après la reddition du vaincu Laurent Gbagbo (11 avril 2011).

 Depuis cet épisode, la Côte d’Ivoire donne l’impression d’avoir retrouvé la sérénité nécessaire pour affronter de nouveau ce scrutin majeur. C’est ainsi que les élections intermédiaires se sont déroulées aux dates normales (décembre 2011 pour les législatives1, avril 2013 pour les municipales et les régionales2) et sans difficultés particulières si ce n’est qu’elles ont été boycottées par le FPI (Front populaire ivoirien, parti de l’ancien président Gbagbo), arc-bouté sur le refus des résultats de 2010.

 Sérénité nécessaire, mais peut-être pas suffisante. En effet, plusieurs pierres d’achoppement subsistent et sont de nature soit à compromettre le processus pré-électoral, soit à en allonger la durée. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

  1. http://echogeo.revues.org/13017 []
  2. http://echogeo.revues.org/13697 []