Tous les articles par Bernard CONTE

Réunion de la Zone franc à Paris : commedia dell’arte

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Le 8 octobre s’est déroulée à Paris la réunion des ministres des Finances des pays de la Zone franc. À l’ordre du jour, la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, et la mobilisation des recettes fiscales.

La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme sont des sujets d’affichage, qui donnent lieu à des déclarations solennelles généralement suivies de peu d’effets. L’augmentation des recettes fiscales, en lien avec l’accroissement de l’endettement externe, signifie une ponction accrue sur les revenus des populations au profit de la finance internationale. Malgré les dispositifs pour la rendre « soutenable », mais surtout pas l’effacer, la dette est toujours présente car nécessaire pour justifier l’imposition des politiques néolibérales qui organisent la prédation du surplus par la finance internationale et ses agents.

Les participants à la réunion se sont aussi penchés sur la convergence des politiques économiques et sociales nationales au sein de la Zone Franc. La convergence néolibérale dont il s’agit vise à réduire les coûts de fonctionnement des États membres, notamment en abaissant la dépense publique, afin de générer un surplus croissant qui sera exporté.

Les participants ont souligné les performances des pays de la Zone franc dans le domaine de la croissance économique. Il faut savoir qu’en Afrique, la croissance économique suit les cycles d’évolution des prix des matières premières et de l’énergie. Lorsque les cours internationaux des produits de base sont élevés, les experts, les politiques et les medias célèbrent la croissance retrouvée : «  l’Afrique re-décolle ».  Lorsque le marché se retourne, ces mêmes agents déplorent la fatalité des crises en Afrique. En fait, après presque 60 ans d’indépendance, les pays africains de la Zone franc ont des économies peu diversifiées. Ils restent globalement exportateurs de produits bruts et importateurs de produits transformés. La spécialisation coloniale se poursuit.

Les vraies questions n’ont donc pas été évoquées. Par exemple, comment diversifier la production dans un contexte de libre-échange débridé ? Ou encore, serait-il utile que les pays de la Zone recouvrent leur souveraineté monétaire ?

Encore une fois, cette réunion n’a été que de la commedia dell’arte.

Samir Amin, économiste du Sud (1931 – 2018)

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Samir Amin, l’économiste incontournable pour qui s’intéresse aux pays du Sud, nous a quittés en août 2018. J’ai eu le privilège de le rencontrer pour la première fois en 1986 à Ouagadougou, lors d’un colloque d’économistes au cours duquel nous avions été reçus par Thomas Sankara, alors Président du Burkina Faso.

Pour moi, Samir Amin est le parangon de l’analyse du sous-développement en termes d’exploitation. Pour la majorité des économistes néoclassiques ou structuralistes du développement, le sous-développement du Tiers Monde s’expliquait par des causes internes. Pour les premiers, il s’agissait principalement d’une insuffisance de capital ; pour les seconds, le dualisme sociétal, caractérisé par la coexistence d’un secteur traditionnel et d’un secteur moderne, bloquait le processus de développement. L’aide extérieure, un effort d’investissement important dans tous les domaines, les transferts de technologies et de savoir-faire,… devaient permettre d’accéder au développement et de rattraper, à terme, les pays du Nord.

Samir Amin fait partie des économistes qui ont remis en cause cette vision politiquement neutre des causes du sous-développement. Pour lui, c’est le développement du capitalisme dans les pays du Nord (du centre) qui serait à l’origine et qui maintiendrait le Sud (la périphérie) dans un état de sous-développement, par le biais de l’échange inégal. Dans un tel contexte, le seul moyen pour les pays du Sud d’accéder au développement, dont il s’agit de redéfinir le contenu, serait la déconnexion avec le système capitaliste mondial. Bien entendu, cette stratégie ne pouvait être efficace que dans le cadre de grands ensembles impliquant l’intégration régionale.

L’analyse de Samir Amin a le mérite de la simplicité. A travers l’opposition centre-périphérie, elle a permis d’éclairer les évolutions des trajectoires des différents pays sous un angle ouvrant la voie à d’autres analyses hétérodoxes du fonctionnement de notre monde.

Marée migratoire vers l’Europe, la permanence de coefficients élevés

Depuis plusieurs mois, l’actualité se focalise sur le flux, sans cesse croissant et renouvelé, de boat people affluant vers l’Europe du Sud. Les medias qualifient de « migrants », de « réfugiés »1… les personnes composant ces flux. La différence entre les deux qualificatifs apparaît ténue car « un migrant est une personne qui effectue une migration qui est l’action de passer d’un pays à un autre » et « un réfugié est une personne qui a cherché refuge dans un pays étranger »2. Nous définirons la grande majorité des migrants comme des personnes qui fuient un « ici » hostile pour un « ailleurs » plus clément.

Les chiffres de l’immigration sont souvent discutables et souvent discutés car il s’agit d’un domaine politiquement sensible. En tout état de cause les flux sont importants et en croissance, semble-t-il. Dans ce texte, nous tenterons de mettre en lumière les incitations économiques qui déterminent le migrant à venir en Europe et particulièrement en France, parfois au prix de mille dangers. Nous montrerons que pour le candidat à l’émigration, la décision de migrer peut se révéler un acte tout à fait rationnel, fruit d’un calcul économique3. Dans ces conditions, « toutes choses étant égales par ailleurs »4, la nature de l’environnement économique et social mondial, actuel et prévisible à terme, devrait maintenir des coefficients élevés à la marée migratoire (à caractère économique) entrant en Europe et en particulier en France.

Les estimations des flux d’immigration

« En sept mois seulement, l’année 2015 établit déjà une triste record : 340 000 migrants ont déjà tenté de franchir les frontières extérieures de l’Union européenne, d’après les chiffres de l’agence Frontex. Rien qu’en juillet 2015, 107 500 entrées illégales ont été recensées: c’est plus que le total de l’année 2013.5 »

clandestins2Le graphique met en lumière l’explosion du nombre d’entrées illégales dans l’Union européenne. Aux chiffres de l’immigration illégale, il convient, au moins pour la France, d’ajouter : les visas, l’immigration familiale, le séjour des étudiants étrangers, les étrangers malades et leurs accompagnants, les autres types de droit au séjour6.

Malgré l’absence de données statistiques réellement fiables, il apparaît que les flux d’immigration, notamment extra-européenne, sont importants. A l’intérieur de l’Union européenne, il y aurait selon l’OCDE, 21 millions d’étrangers non européens7.

Au total, l’importance des flux migratoires à destination de l’Europe révèlent un attrait certain de cette région. Au-delà du climat tempéré, des arts et de la culture, de la gastronomie, de la sécurité, de la démocratie… l’attrait peut résulter d’un calcul économique mettant en concurrence des territoires et leurs caractéristiques politiques, économiques et sociales, à l’instar des décisions de délocalisation de leurs activités par les firmes multinationales. Continuer la lecture de Marée migratoire vers l’Europe, la permanence de coefficients élevés

  1. Le dictionnaire tv5monde propose au mot « réfugié » les synonymes suivants : étranger, déplacé, expatrié, fuyard, dissident, immigrant, immigréallogènemétèque [péj], résident, apatridesinistré, émigré, victime. http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaire/synonymes/refugie Au terme « migrant », le Centre national de ressources textuelles et lexicales indique le synonymes suivants : immigré, immigrant, émigré. http://www.cnrtl.fr/synonymie/migrant/substantif []
  2. Source : http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaire/definition/migration []
  3. Il s’agit d’une approche micro (individuelle) et non macro qui envisagerait les mécanismes et les effets globaux de l’immigration. []
  4. (ceteris paribus) Dans un contexte donné, la variation d’un seul paramètre est étudiée tandis que les autres facteurs ne sont pas pris en compte. http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/14713/toutes-choses-egales-par-ailleurs/ []
  5. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/le-drame-des-migrants-en-cinq-graphiques-edifiants_1707803.html Source du graphique : idem. Nous avons prolongé la tendance pour l’estimation de l’ensemble de l’année 2015. []
  6. http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Immigration []
  7. http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/24/migrants-europe-chiffres-immigration_n_7133634.html []