Tous les articles par agoreau

Géographe, maître de conférences à l'Université de Bordeaux

Des Sri Lankais à La Réunion

Par Anthony Goreau-Ponceaud, LAM

Depuis quelques semaines, la presse réunionnaise est en émoi face à ce qui peut, pour certains, passer pour un phénomène difficilement explicable, si ce n’est tout au moins insolite. Il est vrai que d’ordinaire, lorsqu’il s’agit d’évoquer des flux de migrations illégales, les médias se focalisent plus volontiers sur l’autre région française de l’océan Indien : Mayotte. Sans doute parce que l’archipel voisine avec un des Etats parmi les plus pauvres de la planète, les Comores (au 159ème rang de l’Indice de développement humain) et que les migrations y sont très importantes. Selon le rapport de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et des apatrides), les demandes d’asile en provenance des Comores ont représenté en 2017 la majeure partie des demandes déposées (43,5 %). Les médias ont d’ailleurs progressivement fait des kwassa-kwassa, ces canots utilisés par les Comoriens pour rejoindre illégalement l’archipel, une image d’Epinal de ces flux.

Des tensions intercommunautaires à l’origine d’une immigration massive

Un phénomène aussi soudain qu’inattendu secoue donc l’île de la Réunion. Il s’agit d’une immigration en provenance d’une autre île voisine…de plus de 4 000 Km : Sri Lanka. Les faits s’égrènent sur le tableau noir du malheur : 21 mars 2018, 6 sri-lankais ont été retrouvés en mer au large de Saint-Gilles ; 11 septembre 2018, la marine sri-lankaise arrête 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination du territoire français ; 6 octobre 2018, ce sont huit Sri Lankais qui sont interceptés au large de la commune du Port (Pointe des Galets) avant d’être expulsés, via Maurice, à Sri Lanka. Comment expliquer cette situation alors même que la Réunion est classée parmi les départements français recevant le moins de demandes d’asile (selon l’OFPRA, en 2016, l’île ne recevait que deux nouvelles demandes)[1] ?

Pour le comprendre il faut rappeler que Sri Lanka, île de l’océan Indien de plus de 20 millions d’habitants, dont les trois-quarts ont pour langue maternelle le cinghalais (une langue issue du fonds indo-aryen) et le cinquième, le tamoul (langue dravidienne)[2], a été marqué par une guerre qui a opposé de juillet 1983 à mai 2009, l’armée sri-lankaise aux militants séparatistes tamouls des LTTE[3] (Liberation Tigers of Tamil Eelam). Ce conflit a eu de larges répercussions dans les logiques migratoires des Sri Lankais : terre d’immigration depuis les débuts de son histoire, le Sri Lanka est devenu progressivement, au cours des années 1970, une terre d’émigration massive. La mise en place de lois discriminantes (Sinhala only Act en 1956, faisant de la langue cingalaise la seule langue officielle au détriment des locuteurs de tamoul et donnant au bouddhisme une place prééminente dans l’État, tournant ainsi le dos à des décennies de sécularisme), a lancé sur les routes de l’exil, de manière sporadique dans un premier temps, des élites anglophones vers les pays du Commonwealth. Néanmoins, après les pogroms anti tamouls de juillet 1983, correspondant également à la montée en puissance des LTTE et à la substitution d’une idéologie de défense des droits des minorités par une idéologie de libération nationale, les flux de réfugiés et de demandeurs d’asile en direction des pays du Nord, d’Asie (Malaisie et Inde en particulier) et du Moyen-Orient sont devenus significatifs, conduisant à la formation d’une diaspora et à une diversification des profils migratoires. Comme le notent Éric Meyer et Delon Madavan : « l’émigration sri-lankaise temporaire ou durable a concerné au cours de cette période 8 % à 10 % de la population de l’île, et les diasporas principalement tamoules représentent plus d’un million de personnes si l’on compte les descendants des migrants »[4].

Une paix toute relative

Dans ce petit pays de plus de 65 600km², le conflit, selon différentes sources, aurait généré le déplacement forcé de plus de 300 000 personnes ; il y aurait 40 000 veuves de guerre dans la seule ville de Jaffna, située à la pointe nord du pays (majoritairement peuplée par les Tamouls). Selon les chiffres de l’ONU, les cinq derniers mois de la guerre auraient causé la disparition de plus de 100 000 personnes. Depuis la fin du conflit en 2009, des centaines de millions de dollars ont été investis dans la province Nord (où la communauté tamoule formait traditionnellement une majorité), mais les populations locales, pour la plupart démunies et dépossédées par le conflit, n’ont vu que de légères améliorations dans leurs vies. Au lieu d’insuffler un processus de développement inclusif et responsable en lien avec un début de réconciliation et une justice transitionnelle, le gouvernement n’a fait qu’accroître le pouvoir de l’armée. Le rôle économique de celle-ci est indéniable. Elle est l’un des plus gros propriétaires fonciers de l’île et s’est établie comme une force d’occupation permanente sur des terres spoliées aux populations civiles. En 2012, Frances Harrison recensait dans la province Nord un soldat sri-lankais pour onze citoyens[5]. Continuer la lecture de Des Sri Lankais à La Réunion