Le Gabon, entre coup d’Etat avorté et incertitudes politiques

Par Bergès Mietté, LAM/Sciences Po Bordeaux.

Le lundi 7 janvier 2019 à 5 heures 30 GMT, rapporte Jeune Afrique, le sous-lieutenant Kelly Ondo Obiang, membre de la Compagnie d’honneur et président d’un groupe dénommé MPJFDS (Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon), « neutralise » le personnel de Gabon Télévision et prend possession des locaux abritant ce média à Libreville. Assisté de deux de ses compagnons tous vêtus aux effigies de la Garde républicaine, il annonce, sur les ondes de la télévision nationale, la mise en place prochaine d’un « Conseil national de la restauration » afin « de sauver la démocratie, préserver l’intégrité du territoire national et la cohésion nationale. […]. » Et de poursuivre : « une fois encore, une fois de trop, les conservateurs écharnés du pouvoir, dans leur basse besogne, continuent d’instrumentaliser et de chosifier la personne d’Ali Bongo Ondimba en mettant en scène un homme dépourvu de plusieurs de ses facultés physiques et mentales […] » Puis de conclure : le MPJFDS « […] a décidé, ce jour, de prendre ses responsabilités afin de mettre en déroute toutes les manœuvres en cours, de confiscation du pouvoir par ceux qui, dans la nuit du 31 août 2016, ont lâchement fait assassiner nos jeunes compatriotes avec le soutien des illégitimes et des illégales […] Le jour tant attendu est arrivé où l’armée a décidé de se mettre aux côtés de son peuple afin de sauver le Gabon du chaos. […] Si vous êtes en train de manger, arrêtez ! Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez ! Si vous dormez, réveillez-vous ! Réveillez vos voisins […] Levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue ! »

Un échec annoncé

Moins de trois heures après ces déclarations fracassantes, Guy Bertrand Mapangou, le ministre de la Communication, joint par France 24, déclare qu’il s’agit « d’un feu de paille », que le pays est « sous contrôle », que Kelly Ondo Obiang est en cavale (il sera interpellé dans l’après-midi), que deux de ses complices ont été tués, et les deux autres placés en détention. L’acte a été « fortement condamné » par l’Union africaine, et les autorités gabonaises disent qu’« une enquête sera ouverte. » Cependant, alors qu’on s’interroge désormais sur les principaux commanditaires de cette énième tentative de coup d’État au Gabon, il y a lieu de se demander pourquoi les membres d’un corps chargé d’assurer la sécurité personnelle de l’Institution présidentielle incarnée par Ali Bongo, en viennent à se rebeller, au point d’annoncer « la restauration de l’État » ? Les institutions ne fonctionneraient-elles plus ? Mais qui sont-ils, ces insurgés ? D’où viennent-ils ? Quels sont leurs parcours ? Entretiennent-ils des relations particulières avec leurs hiérarchies, les élites politiques au pouvoir ou celles de l’opposition ? Quelle est la symbolique de leur acte ? Autant de questions que l’on se pose au regard de la situation actuelle. Dans cet article, il ne s’agit pas d’apporter des réponses à une crise en cours, mais plutôt de s’interroger sur la situation politique actuelle du Gabon, la tentative en question témoignant sans doute d’un profond « dysfonctionnement au sommet de l’État » et ce, en dépit des déclarations officielles visant à rassurer l’opinion nationale et internationale.

Depuis l’accession du Gabon à l’indépendance le 17 août 1960, la vie politique nationale semble rythmée par des tentatives de coup d’État, présentant plusieurs points symétriques : par exemple, les motivations des putschistes, et le caractère éphémère de leur acte. Ainsi, dans la nuit du 17 au 18 février 1964, un groupe d’officiers conduits par les lieutenants Valère Essono et Jacques Mombo, assistés des sous-lieutenants Daniel Mbene et Daniel Edou déposent le président Léon Mba[1]. Les putschistes entendaient restaurer la démocratie et l’autorité de l’État mises à mal par les velléités autoritaires de Léon Mba. Jean Hilaire Aubame, son principal adversaire politique, est porté à la tête d’un gouvernement mort-né. Se fondant sur les accords de coopération militaires signés le 17 juillet 1960 avec le Gabon, la France dépêche alors à Libreville un commando de parachutistes[2] qui « rétablit l’ordre. » De retour au pouvoir, et sans en tirer les enseignements, Léon Mba poursuit son œuvre : du 25 août au 9 septembre 1964, un procès présidé par Léon Augé est organisé à Lambaréné, la ville même où le président déchu avait été déporté et « placé sous une escorte commandée par le sergent Amiar Nyanga. »[3] Soupçonné d’être le principal commanditaire de ce coup de force, la participation de Jean Hilaire Aubame au gouvernement provisoire marque, historiquement, la fin de sa carrière politique : il sera condamné à 10 ans de réclusion et 10 ans d’interdiction de séjour au Gabon[4]. Gracié en 1972 par Albert Bernard Bongo, il s’exile en France où il vivra jusqu’à son décès, en 1989.

Une armée sous contrôle mais frondeuse

Le rétablissement au pouvoir de Léon Mba par les troupes françaises a amené nombre de Gabonais à s’interroger sur « le degré d’indépendance de leur pays » mais il a aussi rendu exécrables les rapports entre l’armée nationale et le pouvoir politique. Cette inimitié a été telle que pour « se venger », Léon Mba nourrissait l’idée de dissoudre toutes les forces de sécurité et de défense du pays. Mais il en est dissuadé par ses conseillers français qui lui proposent plutôt la création d’une garde présidentielle. Une fois créée, celle-ci à la particularité de ne compter alors que très peu de nationaux : on y trouve surtout des Équato-guinéens et des Tchadiens[5]. Et, à leur tête, Bob Maloubier, un officier français de renseignement du SDECE[6]. C’est ainsi qu’en marge de l’armée régulière, l’élite au pouvoir au Gabon s’est dotée d’une armée « totalement » acquise à sa cause. Elle semble disposer d’ailleurs de moyens de dissuasion impressionnants. Le 28 novembre 1967, Léon Mba décède à Paris où il est hospitalisé depuis plusieurs mois et Albert Bernard Bongo, qui deviendra Omar Bongo en 1973 après sa conversion à l’islam, accède au pouvoir le 2 décembre 1967 conformément à la Constitution modifiée le 17 février 1967[7]. S’inscrivant dans la continuité de la politique amorcée par son prédécesseur, Omar Bongo modernise et ethnicise la Garde présidentielle qu’il transformera, plus tard, en Garde républicaine[8]. Mais contrairement à son prédécesseur, Omar Bongo sait que l’armée est un maillon essentiel du pouvoir. Elle ne peut, par conséquent, être reléguée au second plan. Il entretiendra donc tout au long de son règne de « bons rapports » avec les officiers des forces de sécurité et de défense. Certains seront d’ailleurs nommés à des postes ministériels quand d’autres sont promus à des échelons plus élevés.

Ceci n’empêchera cependant pas d’autres tentatives de coup d’État de se produire entre 1967 et 2009. Aucune cependant n’ébranlera le pouvoir d’Omar Bongo. Parmi celles-ci, deux méritent d’être mentionnées. Il s’agit du putsch qu’aurait fomenté le capitaine Alexandre Mandza Ngokouta, en 1985. Les raisons de ce putsch restent encore méconnues. Condamné à perpétuité, ce saint-cyrien a été exécuté publiquement le 11 août 1985 à la place Hollando de Libreville. Sous le parti unique, elle servait de lieu d’exécution des « hors la loi. » Plus proche de nous, Jean Philippe Ntumpa Lebani, formé à l’Académie royale de Meknès (Maroc) puis à l’École d’application des officiers en Virginie (États-Unis), est soupçonné d’« atteinte à la sureté de l’État » alors qu’il occupait, depuis 2004, le poste de Secrétaire permanent du CNS (Conseil national de sureté.) Peu avant cette promotion, il était commandant en second de la Garde républicaine. Le 9 septembre 2009, selon le quotidien l’Union, il est arrêté puis incarcéré au Gros bouquet (prison centrale de Libreville.) Son procès, diffusé à la télévision nationale en 2010, confirmera, pour certains, les propos d’Aimery Bhongo Mavoungou, son avocat.

En effet, dans un entretien qu’il a accordé à Jeune Afrique le 9 novembre 2010, il affirme que l’affaire Ntumpa « est un règlement de comptes consécutif à des intrigues de palais. » Ce que nous savons, en revanche, c’est qu’Alexandre Mandza et Jean Philippe Ntumpa sont tous deux du Haut Ogooué, considéré comme le bastion du parti au pouvoir, le PDG (Parti démocratique gabonais.) Or, il semble, selon W-A Ndombet, que l’élite militaire originaire du Haut Ogooué serait incapable « de désavouer le régime en place. »[9] Car dit-il, « pour n’avoir pas été une élite politico-administrative crédible, les originaires du Haut Ogooué, devenus plus ambitieux, faisaient du pouvoir d’Omar Bongo qui durait, de décennie en décennie, une sorte d’Agence nationale pour l’emploi : la Garde présidentielle […] était le lieu de recrutement principal. […] Car il vaut mieux être gouverné par un fils du terroir ou de la province, proche géographiquement, que par un Fang […] qui ne défendrait pas ses intérêts. »[10] En d’autres termes, les Altogoovéens (habitants du Haut Ogooué) en général et les membres de la Garde républicaine en particulier, sont des partisans du statut quo : garants du régime Bongo, ils sont opposés à tout projet d’alternance politique au sommet de l’État. Cette approche nous paraît très schématique, pour une raison essentielle : la plupart des coups d’État déjoués au Gabon depuis 1967 ont souvent été l’œuvre de soldats originaires du Haut Ogooué pourtant décrits comme « pilier du régime », ou fomentés au sein de la Garde républicaine dont l’essentiel des membres sont altogoovéens[11] Malheureusement le fait ethnique et/ou régional est mobilisé pour tout expliquer y compris ce qui n’a rien d’ethnique.

Un pouvoir contesté

Ceci dit, les enquêtes menées sur le terrain (juillet-octobre 2017), dans le cadre de notre thèse sur le PDG, montrent que depuis la disparition d’Omar Bongo en juin 2009, le système politique national s’est radicalement reconfiguré. Bien que se reconnaissant toujours en la personne de Bongo, leur « patriarche commun », plusieurs hiérarques du régime contestent la légitimité d’Ali Bongo, son fils et successeur ; certains ont d’ailleurs remis en cause ses origines. En août 2009, son élection comme candidat du PDG d’abord, puis président de la République gabonaise ensuite, a eu pour effet la fissuration du parti et du régime. Il apparaît qu’Ali Bongo a procédé à une véritable épuration ; certains « poids lourds » du régime lui reprochent de les avoir mis très tôt sur le banc de touche alors qu’ils « l’ont fait. » Les mécontentements et défections au sein du PDG ont conduit, progressivement, à la disparition des partis politiques traditionnels de l’opposition au profit de nouvelles personnalités politiques, toutes ou presque issues des rangs du parti au pouvoir. À l’issue de la présidentielle du 27 août 2016, Ali Bongo est à nouveau déclaré vainqueur par les institutions nationales en charge des processus électoraux. Son élection, qui a occasionné – comme en 2009 – des pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels et économiques, est contestée, depuis lors, par une frange de l’opposition réunie autour de Jean Ping.

Toutefois, les stratégies mises en œuvre par cette coalition demeurent inopérantes. Car, alors que le triumvirat d’août 2016 symbolisé par l’alliance Ping/Nzouba/Oye’Mba a laissé présager une « renaissance » de l’opposition gabonaise, il est aisé de constater que celle-ci semble renouer avec ses « vieux démons » : l’inactivité, la prolifération des partis née des conflits de leadership, et le « retour à la Maison PDG. » Ces pratiques désavantagent l’opposition et consacrent la primauté du PDG, comme en témoignent les résultats des législatives couplées aux locales d’octobre 2018. Mais, derrière les victoires électorales du PDG se cachent, en réalité, un profond malaise et de très nombreux mécontents : d’abord, sur une plage de Libreville, les autorités gabonaises font une curieuse découverte d’armes d’assaut le 10 avril 2015. Celle-ci intervient, comme par hasard, à deux jours des funérailles d’André Mba Aubame, principal challenger d’Ali Bongo à la présidentielle anticipée du 30 août 2009. Ensuite, le 31 août 2016, le quartier général de Jean Ping fait l’objet d’une attaque ayant fait plusieurs victimes. Enfin, le 16 juin 2017, Roland Désiré Aba’a Minko, candidat à la présidentielle du 27 août 2016, annonce aux médias nationaux et internationaux avoir placé des bombes dans les principales administrations du pays, lesquelles exploseront si, dans les 72 heures qui suivent, Ali Bongo ne quitte pas le pouvoir menace-t-il.

Un Président fragilisé

Le 24 octobre 2018, alors qu’il est en séjour officiel à Riyad en Arabie saoudite, Ali Bongo est victime d’un accident vasculaire cérébral. Il est aussitôt admis à l’hôpital du Roi Fayçal. Dans les médias et surtout sur les réseaux sociaux, les informations les plus hallucinantes circulent sur l’état de santé du Président. À Libreville, les autorités restent muettes et entretiennent le mystère jusqu’au 28 octobre 2018, lorsque Ike Ngouoni, le porte parole de la présidence de la République déclare, sur Gabon Télévision, qu’Ali Bongo est victime d’« un malaise », « une fatigue sévère due à une forte activité ces derniers mois. » Puis, plus rien. Il a fallu attendre le 11 novembre 2018 pour que, dans un autre communiqué, Ike Ngouoni assure qu’Ali Bongo est en « phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques après un saignement justifiant une prise en charge médico-chirurgicale en secteur hautement spécialisé. »

Alors que Sylvia Bongo, la première dame du Gabon, envisage le transfert de son époux à Londres pour y suivre des soins, le Roi Mohammed VI, ami d’enfance du président gabonais obtient, le 29 novembre 2018, son transfert à Rabat pour y poursuivre sa convalescence. Peu après, Guy Bertrand Mapandou, confirmera à la télévision nationale cette information, ajoutant qu’Ali Bongo va mieux, qu’il poursuit sa convalescence et que sous peu, les Gabonais pourront enfin le voir. Depuis lors, les rumeurs entachées d’anxiété suivent résolument leur cours au Gabon comme ailleurs dans le monde. Ce, jusqu’au 31 décembre 2018 lorsque, dans une déclaration officielle d’environ 5 minutes diffusée depuis le Maroc et retransmise « en direct » sur Gabon Télévision, on voit Ali Bongo, visiblement affaibli et affecté, présenter ses vœux aux Gabonais, promettant son retour prochain au pays. Ces images, loin de rassurer, semblent plutôt avoir accru les inquiétudes de certains Gabonais, y compris au sein de la garde du président.

C’est dans ce contexte d’incertitude où les institutions de l’État semblent bloquées depuis plus de deux mois en dépit, comme déjà dit, des déclarations des autorités visant à rassurer l’opinion nationale et internationale de leur fonctionnement régulier, qu’est donc intervenue, le lundi 7 janvier 2019, la tentative de coup d’État en question. Malgré son échec, qui pourrait s’expliquer par l’impréparation ou l’amateurisme des insurgés, cette tentative de putsch n’en relance pas moins le débat sur la continuité de l’État au Gabon, ce d’autant que les incertitudes concernant l’état de santé réel d’Ali Bongo sont plus grandes que jamais.

Bordeaux, 16 janvier 2019.

[1] M. N’Solè Bitheghe en fait un récit détaillé dans Échec aux militaires au Gabon en 1964, Paris, Éditions Chaka, 1990, p. 51-52.

[2] W.-A. Ndombet, (2009), La transmission de l’Etat au Gabon. Institutions, élites et crises, Paris, Karthala, p. 207-218

[3] Idem, p. 199

[4] C. Messi Me Nang, (2003), « Le forum sur la refondation : énième incohérence à la pratique démocratique », D. Etoughe, B. Ngadi, (sous la dir.), Refonder l’Etat au Gabon, Paris, L’Harmattan, p. 127

[5] N. Mvou Kounta, « Léon Mba et les militaires gabonais », Séminaire doctoral Sciences Po/LAM 2018, citant les archives militaires de Vincennes.

[6] Idem.

[7] N. Metegue N’Nah, (2006), L’histoire du Gabon. Des origines à l’aube du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, p. 189

[8] F. Mba Missang, (2015), Professionnalisation de l’armée au Gabon, thèse de doctorat en science politique, Sciences Po Bordeaux, p. 138

[9] W.-A. Ndombet, (2009), op. cit.  p. 35

[10] Ibidem.

[11] F. Mba Missang (2015), op. cit., p. 105.


Une réflexion sur « Le Gabon, entre coup d’Etat avorté et incertitudes politiques »

  1. Analyse pertinente du contexte politique actuel au Gabon. Cette retrospection du ” feuilleton coup d’État au Gabon ” ressort les fondements d’une contestation, une fois de plus avérée par ce coup d’État manqué du 7 Janvier 2019. Bien que maintes hypothèses font état d’une machination du pouvoir en place (ce qui plutôt semble paradoxal), il n’en demeure pas moins que les inquiétudes autour de la santé du chef de l’État constituent un véritable catalyseur de contestation.

    Daric MOUKANDA, Juriste Publiciste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.