Casamance : la stratégie de l’araignée

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM, CNRS-Sciences Po Bordeaux)

Hommage au réalisateur italien Bernardo Bertolucci, qui vient de nous quitter, ce titre de film pourrait s’appliquer à la stratégie non dite de l’Etat sénégalais dans l’interminable conflit de Casamance : 36 ans en décembre prochain. Après l’échec initial d’une solution purement militaire, le rapport de forces n’a en effet cessé d’évoluer ces vingt dernières années en faveur du gouvernement sénégalais, qui a patiemment tissé sa toile, combinant divers registres de la répression et de la séduction. Jusqu’à paraître céder récemment à la tentation d’en finir par la force avec une rébellion indépendantiste qui n’a jamais paru aussi faible. Une tentation qui s’inscrit dans une double perspective, militaire et politique : l’évolution du rapport de forces dans le conflit et les échéances électorales au Sénégal (élection présidentielle de février-mars 2019), qui peuvent inciter le pouvoir en place à chercher à marquer des points dans l’opinion. L’étau s’est en effet resserré depuis le début de l’année autour des différents groupes de maquisards.

C’est vrai au sud de la Casamance où, imprudemment négociés par les chefs maquisards ces dernières années, la réalisation d’infrastructures routières par les Américains (routes et pistes de production), voire le déminage, menaçaient déjà la sécurité des positions rebelles. En ce début d’année 2018, prenant prétexte d’un massacre de coupeurs de bois attribué aussitôt au MFDC (Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance), l’armée a franchi le pas en investissant la zone, conquérant ou reconquérant de nombreuses positions rebelles. Et, même si les maquisards peuvent toujours se replier en Guinée-Bissau, il y a longtemps qu’ils n’y trouvent plus les soutiens qu’ils y trouvaient dans les années 1990, lorsque Bissau les instrumentalisait dans un litige territorial avec Dakar. L’annonce officielle d’une reprise du déminage va dans le même sens : déminer autour des bases rebelles revient à les livrer à l’armée sénégalaise. Ce que ne peuvent accepter les chefs maquisards, dont certains ont déjà, par le passé, agité la menace d’une « ligne rouge » à ne pas franchir : des démineurs en avaient fait les frais, enlevés et retenus plusieurs mois par les rebelles. C’est pourquoi toute tentative de reprise du déminage peut aujourd’hui apparaître comme une provocation.

Mais l’étau s’est aussi resserré au nord de la Casamance, le long de la frontière gambienne. En début d’année, sous couvert de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), l’armée sénégalaise a largement contribué à éliminer le régime dictatorial de Banjul, qui s’appuyait sur des éléments du MFDC pour sa sécurité intérieure comme extérieure, en échange de la protection et du soutien qu’il leur accordait[1]. Conséquence : privés de positions de repli et de sources de ravitaillement, les maquis de la zone sont désormais pris en tenaille par les forces sénégalaises. Et rien n’interdit de penser qu’un scénario du même type qu’au sud y est envisagé : plusieurs projets (exploitation minière littorale) ou réalisations (usine de farine de poisson) auxquels s’oppose une partie de la population, avec le soutien de la rébellion, pourraient servir de prétextes à une intervention militaire contre les derniers bastions rebelles.

Cette tentation d’un retour à une solution militaire pour hâter la fin de la rébellion, si elle se confirme, peut apparaître comme l’aboutissement d’une stratégie non dite de l’Etat sénégalais depuis les années 1990. En dépit du discours officiel, tout s’est passé comme si Dakar n’avait eu d’autre objectif que d’affaiblir suffisamment la rébellion par tous les moyens pour ne pas avoir à négocier avec elle. Cette stratégie du pourrissement a été rendue possible par une armée de plus en plus expérimentée et de mieux en mieux équipée par les alliés du Sénégal (France et Etats-Unis pour l’essentiel). Elle est manifestement payante : jamais la perspective d’une indépendance n’a paru aussi éloignée. Privé de soutiens extérieurs, coupé d’une partie de sa base sociale, affaibli par ses divisions et ses exactions, et surtout par son incapacité à proposer ou accepter des compromis, le mouvement indépendantiste est moins que jamais en mesure d’imposer quoi que ce soit à une table de négociation.

On peut donc affirmer, pour conclure, que le conflit ne trouve pas d’issue parce que l’un des protagonistes est trop fort et l’autre trop faible pour négocier… Mais la stratégie gouvernementale est lourde de dangers. Avec le risque (apparemment calculé) de rebondissements à partir de micro-conflits non réglés ou réglés unilatéralement par l’Etat, comme l’ont été les conflits fonciers à l’origine de l’escalade de la violence au début des années 1980. Mais aussi avec le risque de connexions avec d’autres sources de violence à l’échelle sous-régionale (trafics de drogue, terrorisme…). C’est d’ailleurs cet enjeu sécuritaire qui sous-tend l’intérêt que la diplomatie américaine porte au conflit casamançais…

[1] Voir J.-C. Marut : « Gambie : le roi est nu ! », LAMenparle, 10  janvier 2017


Une réflexion sur « Casamance : la stratégie de l’araignée »

  1. Cher jean-Claude, merci pour cet article si intéressant. En utilisant un langage si simple, il arrive quand même à nous élucider sur la situation actuelle du conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.