Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Berrou Jean-Philippe (Economiste à LAM, CNRS, Sciences Po Bordeaux) et Kevin Mellet (Sociologue à Orange Labs, Orange Digital Society Forum)

François Combarnous (GREThA CNRS, Université de Bordeaux), Thomas Eekhout (GREThA CNRS, Université de Bordeaux) et Georges Vivien HOUNGBONON (Orange Labs) ont participé à la rédaction de cet article.

Le continent africain connaît depuis le début des années 2000 une transformation numérique sans précédent, qui modifie en profondeur le quotidien de ses populations et l’environnement des affaires. La diffusion rapide du téléphone mobile et des usages d’internet traduit un véritable saut technologique pour le continent. Le nombre d’abonnés uniques à la téléphonie mobile en Afrique est passé de quelques milliers au début des années 2000 à 420 millions en 2016, et le nombre d’utilisateurs de smartphones devrait passer de 200 millions en 2016 à 500 millions en 2020.[1]

Pour autant, cette révolution se déroule dans un contexte économique caractérisé par une prépondérance des activités informelles. Celui-ci invite dès lors à s’interroger sur les usages spécifiques du téléphone mobile par ces entrepreneurs de l’informel : quels types d’usages professionnels du mobile privilégient-ils dans le cadre de leurs activités ? Quel est l’impact de cette nouvelle technologie sur la productivité et les performances de leurs unités de production ?

C’est l’objet d’un projet de recherche ambitieux lancé en 2016 par le laboratoire « Les Afriques dans le Monde » (LAM – CNRS – Sciences Po Bordeaux), avec le soutien d’Orange Labs et dont les premiers résultats ont été présentés à Dakar lors d’un séminaire de recherche organisé récemment par l’OIT. Nous restituons ici quelques-uns de ces résultats.

Révolution numérique en contexte informel

La révolution numérique que connaît le continent africain nourrit beaucoup d’espoirs quant à ses potentielles retombées en termes de croissance, d’innovation et de changement structurel pour les économies du continent. Pour l’heure, elle s’inscrit dans un contexte économique singulier, avec des structures productives et un marché du travail dominés par l’informalité. Selon le Bureau International du Travail, près de 70 à 80 % des emplois non agricoles s’exercent dans le secteur informel, avec une prépondérance d’indépendants et de microentreprises. Partiellement conduites en dehors des règlementations publiques, ces activités informelles extrêmement hétérogènes (artisanat, réparation, restauration, petit commerce, etc.) ont connu une croissance rapide au cours des dernières décennies, en particulier en milieu urbain. Elles représenteraient aujourd’hui de 25 à 65% du PIB des économies subsahariennes selon le FMI.

Le Sénégal illustre bien cet entrelacement entre informel et numérique, avec d’une part un nombre de lignes de téléphonie mobile actives équivalent à la population du pays, et d’autre part un secteur informel qui regroupe 97% des unités de production.[2] C’est pourquoi nous avons choisi d’y réaliser, en 2017, une enquête quantitative inédite, sur échantillon représentatif de 500 entreprises du secteur informel de la région de Dakar.[3] Cette enquête a permis notamment de reconstituer de manière détaillée le chiffre d’affaires, la main d’œuvre et le capital d’entreprises dépourvues de comptabilité formelle. Les enquêtés ont par ailleurs été interrogés longuement sur leur équipement et leurs usages en matière de téléphonie et d’internet. En plus du questionnaire administré à ces 500 entreprises, des entretiens qualitatifs individuels et collectifs (focus groups) ont également été menés auprès d’une cinquantaine d’entre elles. Les premières analyses nous ont permis d’identifier et de caractériser les différents segments du secteur informel dakarois et les différents profils d’usages du mobile par les entrepreneurs de l’informel.

Entre informel de survie et « top performers », des gazelles au potentiel non exploité ?

Une première analyse statistique, centrée sur les caractéristiques des entrepreneurs et des établissements, nous a permis de mettre en évidence la grande hétérogénéité du secteur informel dakarois. Plus spécifiquement, quatre segments d’unités de production informelles ont été identifiés.

Une première distinction oppose très clairement le « petit informel de survie » (29 % de l’échantillon) aux « top performers » de l’informel (22 %). Le premier groupe, très présent dans la vente de produits alimentaires, est constitué majoritairement d’indépendants peu performants (en termes de chiffre d’affaire ou de rentabilité) et disposant de locaux très précaires. Le second segment regroupe des établissements de grande taille et disposant d’un niveau de capital élevé. On les retrouve surtout dans le secteur de la production. Ce sont des établissements bien établis, qui tiennent souvent une comptabilité relativement élaborée et atteignent des performances économiques élevées. Les chefs de ces établissements ne disposent pas forcément d’un niveau d’éducation élevé, mais ils ont réalisé les meilleurs scores aux tests cognitifs et de comportement entrepreneuriaux effectués dans le cadre de l’enquête.

Entre ces deux extrêmes, l’analyse statistique révèle l’existence d’un segment intermédiaire de « gazelles »[4], évoluant avec un niveau de capital comparable à celui des top performers, mais avec des niveaux de performance bien moindres. Ce segment intermédiaire se divise en deux sous-groupes. Le premier, celui des « gazelles inexpérimentées » (21%), est caractérisé par des entrepreneurs plus jeunes et moins expérimentés mais aux niveaux d’éducation élevés. Leurs activités sont plus récentes et on les retrouve souvent dans le commerce. Le second sous-groupe, celui des « gazelles matures » (28%), est constitué d’entrepreneurs plus âgés avec des activités plus stabilisées et anciennes. Si leur niveau d’éducation est plus faible, leur réussite aux tests cognitifs est élevée et leur comportement entrepreneurial est très marqué. On les retrouve le plus souvent dans les activités de services.

 

Quatre profils d’usages professionnels du mobile dans l’informel de Dakar

Nous avons mené séparément, sur notre échantillon de 500 entreprises de l’informel dakarois, une analyse statistique des usages du mobile. La diversité des usages professionnels du mobile a été appréhendée à partir de plusieurs dimensions :

  • l’équipement (téléphone GSM simple ou téléphone tactile et smartphone) ;
  • les grandes fonctions professionnelles pour lesquelles le mobile est utilisé[5]: i) coordination bilatérale (en one-to-one avec les fournisseurs, clients,  partenaires) ou multilatérale (one-to many sur internet : recherche et partage d’information, promotion et vente); ii) recours aux services de mobile money (paiement – envoi et réception d’argent – et épargne) ; iii) utilisation du mobile pour la gestion interne (comptabilité, gestion des comptes et des stocks, gestion du personnel) ;
  • la diversité des usages qui est appréhendée par le nombre d’applications et d’interfaces qu’un entrepreneur utilise (voix, messagerie instantanée, réseaux sociaux, appels vidéo, etc.).
  • l’intensité des usages qui correspond à la fréquence des usages des différentes fonctions identifiées (usage quotidien, régulier, occasionnel, rare).

L’analyse statistique des variables associées à chacune de ces dimensions a permis d’identifier quatre profils d’usagers bien distincts, illustrés sur le graphique ci-dessous.

Graphique : les profils d’usagers du mobile dans l’informel de Dakar

Sur le premier axe du graphique on distingue nettement l’opposition entre les « usagers simples » du mobile et les « entrepreneurs digitaux de l’informel ». Les entrepreneurs du premier groupe ne disposent que très rarement d’un smartphone (moins d’un sur quatre) et n’utilisent que très peu leur mobile pour des fins professionnelles. A l’opposé, les « entrepreneurs digitaux » ont des usages extrêmement avancés et intensifs de leur mobile dans le cadre de leur activité. Pour ce faire, ils disposent tous d’un portable tactile ou d’un smartphone. Près des deux tiers d’entre eux vont même jusqu’à promouvoir leur activité et vendre leurs biens et services sur internet.

En position intermédiaire en termes d’intensité et de diversité des usages, nous identifions les « entrepreneurs réseauteurs » et les « entrepreneurs connectés », qui s’opposent sur le second axe du graphique. Les premiers sont particulièrement dynamiques en ce qui concerne la coordination avec leurs clients, fournisseurs et leurs partenaires. Autrement dit, ils utilisent leur téléphone quotidiennement pour communiquer, en one-to-one, par voix ou par écrit, avec leurs interlocuteurs professionnels. Les entrepreneurs connectés sont largement équipés en téléphones tactiles. Ils se distinguent surtout par l’utilisation d’internet à des fins professionnelles : 90% d’entre eux l’utilisent pour s’informer, vendre et promouvoir leur activité. A cet effet, leurs usages de Facebook et de WhatsApp sont particulièrement développés.

La téléphonie mobile au secours des gazelles ?  

Pour conclure, ces premiers résultats apportent finalement quelques éléments de réponse concernant l’articulation entre usages du mobile et performances des micro et petites entreprises informelles dans un contexte africain. Lorsque l’on croise nos deux typologies (tableau 1), on observe une forte polarisation avec d’un côté des usagers simples très représentés au sein de l’informel de survie et, de l’autre, des entrepreneurs digitaux qui se retrouvent principalement parmi les top performers.

Tableau 1 : profils d’usagers et segments de l’informel[6]

Cela suggère donc que tout le monde ne bénéficie pas de la même façon du potentiel que représente le téléphone mobile, ne serait-ce que parce que des barrières existent dans la capacité d’adoption des différentes fonctions offertes par ce dernier (financière – accès au smartphone -; cognitive – maîtrise des savoirs et compétences pour l’utiliser pleinement-). Ensuite, les usages du mobile sont plus contrastés parmi les gazelles. On retrouve chez nos jeunes gazelles inexpérimentées, marquées par leur jeunesse et leur relatif haut niveau d’éducation, autant d’entrepreneurs connectés que d’entrepreneurs digitaux. Et du côté des gazelles expérimentées il n’est pas non plus surprenant que le profil des entrepreneurs réseauteurs y apparaissent plus souvent compte tenu de leur insertion plus avancée sur le marché. Mais il n’en demeure pas moins que ces gazelles souffrent de performances économiques qui les éloignent nettement des top performers. Preuve s’il en faut que le mobile à lui seul ne fournit pas de solutions miracles pour accroître les performances économiques des entreprises de l’informel.

Ainsi, la capacité des technologies mobiles à permettre aux « gazelles » de surmonter les obstacles à leur développement reste à interroger, tant au regard des contraintes externes que ces entreprises doivent affronter qu’au niveau de l’(in)adaptation des services mobiles proposés dans le contexte spécifique de leur activité. Des travaux complémentaires en cours cherchent à répondre à ces interrogations.

[1] GSMA, 2017, « The Mobile Economy. Sub-Saharan Africa 2017 » [https://www.gsma.com/mobileeconomy/sub-saharan-africa-2017/]

[2] ARTP Sénégal pour le numérique et Recensement Général des Entreprises (ANSD, 2017) pour le poids de l’informel.

[3] Sont considérées comme informelles, les unités de productions non enregistrées et/ou dépourvues de comptabilité formelle écrite respectant les normes du système comptable ouest africain (SYSCOA).

[4] Grimm, M., Knorringa, P. et Lay, J. 2012. “Constrained gazelles: High potentials in West Africa’s informal economy.” World Development, n°40(7), pp. 1352-1368.

[5] Pour une présentation détaillée, voir notre état de l’art sur le sujet : https://recherche.orange.com/les-petites-entreprises-informelles-africaines-au-defi-des-technologies-numeriques/.

[6] Ce tableau présente de manière simplifiée et schématique les résultats d’un test de Khi2 par case. Le signe + traduit le fait qu’une case est statistiquement significativement surreprésentée (seuil à 5%).


Une réflexion sur « Téléphonie mobile et secteur informel à Dakar : diversité et polarisation des usages professionnels »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.