Samir Amin, économiste du Sud (1931 – 2018)

Bernard Conte, chercheur associé à LAM

Samir Amin, l’économiste incontournable pour qui s’intéresse aux pays du Sud, nous a quittés en août 2018. J’ai eu le privilège de le rencontrer pour la première fois en 1986 à Ouagadougou, lors d’un colloque d’économistes au cours duquel nous avions été reçus par Thomas Sankara, alors Président du Burkina Faso.

Pour moi, Samir Amin est le parangon de l’analyse du sous-développement en termes d’exploitation. Pour la majorité des économistes néoclassiques ou structuralistes du développement, le sous-développement du Tiers Monde s’expliquait par des causes internes. Pour les premiers, il s’agissait principalement d’une insuffisance de capital ; pour les seconds, le dualisme sociétal, caractérisé par la coexistence d’un secteur traditionnel et d’un secteur moderne, bloquait le processus de développement. L’aide extérieure, un effort d’investissement important dans tous les domaines, les transferts de technologies et de savoir-faire,… devaient permettre d’accéder au développement et de rattraper, à terme, les pays du Nord.

Samir Amin fait partie des économistes qui ont remis en cause cette vision politiquement neutre des causes du sous-développement. Pour lui, c’est le développement du capitalisme dans les pays du Nord (du centre) qui serait à l’origine et qui maintiendrait le Sud (la périphérie) dans un état de sous-développement, par le biais de l’échange inégal. Dans un tel contexte, le seul moyen pour les pays du Sud d’accéder au développement, dont il s’agit de redéfinir le contenu, serait la déconnexion avec le système capitaliste mondial. Bien entendu, cette stratégie ne pouvait être efficace que dans le cadre de grands ensembles impliquant l’intégration régionale.

L’analyse de Samir Amin a le mérite de la simplicité. A travers l’opposition centre-périphérie, elle a permis d’éclairer les évolutions des trajectoires des différents pays sous un angle ouvrant la voie à d’autres analyses hétérodoxes du fonctionnement de notre monde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.