Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?

Boubacar Haïdara, chercheur associé à LAM

« Cartes sur table », le programme hebdomadaire que Ras Bath présente le mardi, de 21 heures à minuit, sur la radio « Renouveau Fm », diffusée en bamanankan[1], est l’un des plus écoutés au Mali. Parmi les abonnés à l’émission, on trouve de nombreux jeunes Maliens désœuvrés, en manque de tout (d’éducation, d’emplois, d’avenir), qui s’abreuvent de ses discours et voient en lui le « Guide »[2] de leur révolution, celle qu’ils préparent au Mali.

Ras Bath, de son vrai nom Mohamed Youssouf Bathily, qui se présente lui-même comme « le fruit d’une faillite du politique et de la société civile »[3], reproche à la jeunesse malienne sa grande passiveté et le fait de s’être résignée à se laisser faire. Le rôle qu’il s’est attribué, à travers son programme radiophonique, n’est pas uniquement à but d’information, mais consiste surtout à provoquer chez son auditoire une prise de conscience, d’où le slogan « choquer pour éduquer » qu’il a fait sien. Il s’attèle à éveiller les consciences à travers la dénonciation d’actes de corruption et d’abus de pouvoir.

Ras Bath rompt totalement avec cette tradition essentielle et fortement ancrée dans la société malienne, qui impose aux plus jeunes le respect des anciens, qu’il n’hésite pas à qualifier de voleurs, corrompus, incompétents[4] … Sa conception de la bonne gouvernance va au-delà de la lutte, pourtant prioritaire pour lui, contre la corruption et l’enrichissement illicite. « Elle touche au développement socio-économique, à la responsabilité régalienne de l’État à assurer un cadre de vie décent et à l’accès aux services sociaux de base »[5]. Seul problème, s’il critique beaucoup les actions des gouvernants, il formule très peu (ou pas) de propositions ou solutions alternatives aux faits qu’il dénonce, chose qui lui est souvent reprochée. Toutefois, ses diatribes gagnent d’autant plus en crédibilité et impartialité que son père, Mohamed Aly Bathily[6], fut ministre dans les différents gouvernements d’Ibrahim Boubacar Kéita (connu par ses initiales IBK), le président de la république en exercice.

Chacune de ses émissions donne lieu à des révélations fracassantes, qu’il justifie toujours par des preuves, de telle sorte que son auditoire s’est aujourd’hui étendu à toutes les couches de la société. La gravité des faits qu’il dénonce – qui ne donnent lieu ni à démenti de la part des personnes accusées, ni à poursuite judiciaire à son encontre – conforte sa notoriété et instaure une certitude au sein de la société : celle qu’il dit la vérité et qu’il dispose certainement de personnes ressources – autrement dit d’informateurs, un peu partout au sein des structures administratives – qui trouveraient peut-être un intérêt à la fragilisation du pouvoir.

Ses préoccupations consistant à vouloir conscientiser la jeunesse malienne semblent apparemment avoir en partie porté leurs fruits. Fort de son important pouvoir de mobilisation, Ras Bath apparait indiscutablement comme le principal artisan de l’abandon par le gouvernement du projet controversé de réforme constitutionnelle. C’est la jeunesse malienne qui, sous l’impulsion de la plateforme[7] « An tè A Bana ! Touche pas à ma constitution », est parvenue à bout de ce projet en 2017.

Les tentatives de musellement de Ras Bath

Le 16 août 2016, Ras Bath est mis aux arrêts pour cause de « déclarations qui offensent la pudeur »[8]. Pendant que les agents venus l’appréhender le conduisaient au Camp I de Bamako, il eut le temps de publier un message sur son compte Facebook : « Au moment où je publie ces notes, je devrais être en route pour la radio, mais malheureusement, je suis en route pour le camp I… Des militaires sont venus… Votre émission « Cartes sur table » n’aura pas lieu ce soir ou n’aura plus jamais lieu ».

Son arrestation a été perçue comme une tentative de musellement. Son message posté sur le réseau social fut suffisant pour déclencher une émeute à Bamako, sur la rive gauche du fleuve Niger, précisément dans le quartier de Sébénicoro où se trouve la résidence du président IBK. Le jour de sa comparution, le tribunal de la commune IV du district de Bamako a été pris d’assaut par une foule immense exigeant sa libération immédiate. Les manifestants commirent de multiples dégradations aux abords des lieux et allèrent jusqu’à incendier le tribunal. Un manifestant fut tué et une dizaine d’autres furent blessés. Le lendemain, soit deux jours après son arrestation, les autorités se voyaient contraintes de le libérer. Sa popularité n’a dès lors cessé de croitre, ainsi qu’en témoignent les importants mouvements de foule qui se forment à chacun de ses déplacements, comme s’il s’agissait d’un président.

Suite à une de ses émissions polémiques, en 2017, une décision de justice du tribunal de la commune IV avait condamné l’activiste à un an d’emprisonnement ferme et 100 000 FCFA (152 euros) d’amende pour « incitation à la désobéissance des troupes en temps de guerre ». Ras Bath avait alors dénoncé les mauvaises conditions matérielles dans lesquelles les militaires maliens se trouvaient au front ; il faisait aussi état du « détournement de leurs primes » par la hiérarchie. Pourtant, compte tenu de la mobilisation de ses partisans contre la peine prononcée, et des grandes manifestations organisées à cet effet, le tribunal préféra renoncer à l’incarcération de Ras Bath. Ces démêlés avec la justice ont, à n’en pas douter, largement contribué à hisser Ras Bath au rang d’icône de la société civile malienne.

« Tout sauf IBK »

Celui-ci se présente aujourd’hui comme l’épine dans le pied d’IBK, dans la perspective de sa réélection, à la présidentielle de juillet 2018. L’opposition l’a bien compris et use de tous les stratagèmes pour s’assurer du soutien du « Guide de la révolution » malienne. En témoignent sa présence et sa prise de parole lors de l’investiture du chef de file de l’opposition malienne et candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Soumaïla Cissé, dans un stade du 26 mars plein à craquer. L’annonce de la présence de Ras Bath à cette investiture a clairement contribué à la réussite de l’évènement, en termes d’affluence.

Mohamed Youssouf Bathily et le mouvement qu’il préside, le Comité de défense de la République (CDR), comptent bien soutenir un candidat en juillet 2018. Si le choix pour ce dernier ne s’est pas encore clairement exprimé, ils sont néanmoins explicitement engagés dans une démarche du « Tout sauf IBK ». Selon eux, son bilan montre qu’il a échoué à tous égards. C’est donc précisément en cette période pré-électorale que Ras Bath entre sérieusement en jeu, et de plain-pied dans l’arène politique ; et le procédé qui est le sien en rappelle un autre, identique, observé pendant l’élection présidentielle de 2013 remportée par IBK.

L’attitude de Ras Bath et du CDR sur la scène politique, une impression de déjà-vu

On se rappelle que pendant la présidentielle de 2013, le mouvement islamique « Sabati 2012 » avait œuvré à la mobilisation des masses musulmanes en faveur de son candidat. Ce mouvement, dont le président Moussa Boubacar Bah est membre du bureau exécutif du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), est une émanation de l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA), affiliée au HCIM, dont le siège est situé dans les locaux de ce dernier.

Une liste de revendications, constituant « les conditions à remplir pour obtenir le soutien des musulmans maliens », avait été remise aux vingt-sept candidats à la présidentielle de 2013. Ceux-ci avaient tous bien compris, dans le contexte qui prévalait, qu’il leur serait difficile d’accéder à la magistrature suprême sans l’aide de personnages charismatiques, écoutés et influents, parmi lesquels on compte les élites musulmanes. Plusieurs d’entre eux ont été reçus au siège de « Sabati 2012 » et ont accepté de se soumettre à un ‘’grand oral’’. Le procédé était le suivant : quand un candidat était reçu, le président de « Sabati 2012 » prenait en premier lieu la parole afin d’expliquer à l’hôte les raisons de la création du mouvement et ses aspirations. Le candidat, à son tour, était invité à exposer les raisons de sa candidature et à détailler son programme. En dernier lieu, la parole était accordée à l’auditoire, qui pouvait interpeller directement le candidat. Au terme des interpellations des candidats, « Sabati 2012 » appela les musulmans maliens à voter en faveur d’Ibrahim Boubacar Kéita, et alla jusqu’à faire campagne pour lui dans les mosquées.

A la manière de « Sabati 2012 », en 2013, le CDR a tenu le week-end du 24 mars 2018 son congrès au « Carrefour des Jeunes » à Bamako, afin de décider des directives à suivre pour l’échéance électorale de juillet 2018. La plupart des leaders[9] de l’opposition, parmi lesquels le principal opposant à IBK, Soumaïla Cissé, étaient présents. À l’issue de cette rencontre, le CDR a décidé de ne pas formuler de candidature, mais de soutenir le candidat qui adhérera aux valeurs et répondra aux critères définis par le mouvement. « Le choix sera fait en fonction du degré de la vision partagée entre le CDR et le candidat ». Tous sont désormais avertis : Ras Bath et le CDR ne placent plus leur « espoir sur le président de la République mais en la capacité du peuple à surveiller le président ».

Le CDR participe désormais de ces organisations de la société civile pleinement investies dans le champ politique, avec pour ambition d’impliquer les citoyens dans les choix et l’application des orientations politiques. Il s’est fixé pour objectif d’exercer le pouvoir sans le prendre et, à cet effet, affirme travailler à une plateforme de propositions qu’il désigne sous le terme de « Manifeste pour le renforcement de la démocratie au Mali ». Il s’agit d’une liste de propositions qui sera portée à l’attention des seuls candidats aspirant à l’alternance. Parmi ceux-ci, le CDR, sûr de son pouvoir de mobilisation, annonce qu’il en sélectionnera un qu’il soutiendra et fera élire à la magistrature suprême.

Ras Bath entend donc se poser en concurrent des mouvements religieux qui opèrent sur le terrain politique, mais tout en s’inspirant de leur méthode. Il n’hésite pas à s’en prendre aux leaders religieux, qu’il accuse d’avoir induit les électeurs maliens en erreur en élisant Ibrahim Boubacar Kéita. Il ne cesse, en outre, de dénoncer les collusions entre les élites politiques et religieuses. Ras Bath reproche surtout aux leaders religieux leur docilité à l’égard de la gestion désastreuse du pouvoir par IBK alors que, selon lui, leur fonction d’hommes de religion leur commande de dénoncer vigoureusement les mauvaises actions du pouvoir. L’activisme de Ras Bath sur le terrain politique mène ainsi à une question essentielle : quel rôle, et quelle marge de manœuvre restera-t-il aux acteurs religieux à l’occasion de l’élection présidentielle de juillet 2018 ?

S’il affirme sans ambigüité ne pas avoir d’ambitions politiques, Ras Bath ajoute que « le CDR n’a pas présenté de candidat à la présidentielle parce qu’il vise des sièges à l’Assemblée nationale ». Là aussi, apparait une forte ressemblance avec l’attitude de « Sabati 2012 », qui a remporté quatre sièges de députés lors des élections législatives ayant suivi le scrutin présidentiel de 2013. Cette visibilité parlementaire a permis à l’association, à la base religieuse, de se réclamer de la majorité présidentielle. Compte tenu de cette disposition, combinée au rôle qu’elle a joué pendant l’élection présidentielle, l’association « Sabati 2012 » entendait formuler ses exigences. N’ayant, par la suite, pas récolté le gain escompté de son engagement politique en faveur d’IBK, « Sabati 2012 » a maintes fois manifesté, et avec virulence, son mécontentement en critiquant ouvertement plusieurs des décisions politiques d’IBK.

On peut ainsi s’apercevoir que la démarche de Ras Bath et du CDR s’apparente fortement aux jeux d’alliances traditionnelles en vue de la conquête du pouvoir, donc au « retour au vieux monde ». Même apprécié, Ras Bath est souvent critiqué sur ce point. Il s’est aussi « créé de nombreux détracteurs qui, même s’ils reconnaissent son courage et son énergie, lui reprochent notamment sa virulence, son populisme et un manque de proposition de solutions concrètes aux problèmes qu’il dénonce » [10]. Malgré cela, son seul rôle de dénonciation des actions du pouvoir suffit à le rendre populaire auprès d’une majorité de Maliens. L’engouement soudain en faveur de Ras Bath témoigne encore une fois de l’hésitation, du scepticisme et du perpétuel désenchantement des Maliens à l’égard de la politique.

Les recompositions de la classe politique malienne

À deux mois de l’élection présidentielle, dont le premier tour se tiendra le 29 juillet 2018, la tension est fortement palpable dans la société et fait craindre, à juste titre, d’éventuelles contestations électorales et conflits post-électoraux. Quelques actions permettent d’appuyer ce constat, parmi lesquelles les interdictions de manifestations de l’opposition, ou encore les accusations récurrentes de cette dernière, convaincue des manœuvres du pouvoir en vue de falsifier les résultats de l’élection à venir. C’est pour cela que les partis de l’opposition, réunis au sein de la « Coalition pour l’alternance et le changement », ont sollicité auprès du gouvernorat de Bamako une autorisation de marche devant se tenir le 2 juin 2018, afin de réclamer une élection juste et transparente, et un égal accès de tous les candidats à l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM). Le gouverneur de Bamako l’a refusée au motif de l’Etat d’urgence encore en vigueur au Mali. Un avis qui n’a pas dissuadé les organisateurs de la marche, qui fut très sévèrement réprimée par les forces de l’ordre, faisant seize blessés.

Dans sa configuration actuelle, la classe politique malienne oppose deux « pôles » : d’un côté, Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition et président de l’URD, dont la candidature est soutenue par plusieurs associations de la société civile et dix-huit autres partis politiques, et qui apparait comme le principal adversaire du président IBK ; de l’autre,  une coalition de partis politiques dénommée « la Convention des bâtisseurs », qui aspire à formuler une candidature unique en vue de « barrer la route à IBK » ; reste à savoir si elle y parviendra. En tout état de cause, ce qu’on constate en cette période pré-électorale au Mali, c’est que le président Ibrahim Boubacar Kéita se voit confronté à une réelle et sérieuse concurrence politique, et il semble en prendre toute la mesure. Il suffit de se pencher sur la composition de cette coalition pour s’en rendre compte, et aussi pour s’apercevoir que l’essentiel des anciens amis du président Kéita sont passés dans le camp de l’opposition. Au nombre des membres de « la Convention des bâtisseurs », on trouve en effet des grands noms de la politique malienne parmi lesquels : Dramane Dembélé, ancien ministre d’IBK, candidat de l’ADEMA-PASJ à l’élection présidentielle de 2013, qui s’était finalement rallié à IBK au deuxième tour ; Housseyni Amion Guindo, président du parti « Convergence pour le développement du Mali » (CODEM), plusieurs fois ministre d’IBK de 2013 à mai 2018 ; Moussa Mara, président du parti Yèlèma (« Le Changement »), ancien ministre et Premier ministre d’IBK ; Moussa Sinko Coulibaly, ancien ministre d’IBK et principal artisan de sa victoire de 2013  ; Mountaga Tall, président du CNID-FYT, ancien ministre d’IBK de 2013 à décembre 2017 ; Modibo Sidibé, président du parti FARE An Ka Wuli, ancien Premier ministre ; Soumana Sako, ancien Premier ministre etc…

Pour conclure, on peut dire que deux constats s’imposent au regard de la situation politique malienne actuelle : d’une part, cette époque où le Président sortant et candidat à sa propre succession était assuré de remporter les élections qu’il organisait, semble révolue au Mali, comme elle l’est déjà dans quelques autres pays africains. La tâche s’avère particulièrement compliquée pour Ibrahim Boubacar Kéita, eu égard à un quinquennat critiqué de toutes parts, y compris dans son propre camp, d’où les multiples migrations de personnalités influentes de la majorité présidentielle vers l’opposition. D’autre part, si le personnel politique malien est reconnu pour sa transhumance politique, au gré des opportunités individuelles, les migrations s’effectuaient cependant toujours de l’opposition vers le camp au pouvoir. Chose nouvelle, aujourd’hui c’est le mouvement inverse qui domine.

[1] Langue bambara, langue nationale et la plus parlée au Mali.

[2] Dans l’interview qu’il a accordée au Journal du Mali, le 29 aout 2017, Ras Bath estime que, s’il se trouve aujourd’hui au rang de Guide par ses partisans, il n’est pas spécialement « fan » de ce terme « qui renvoie à une personne dont la parole est sacrée ». Interview disponible sur internet : http://www.journaldumali.com/2017/08/29/ras-bath-sommes-fruit-dune-faillite-politique-de-societe-civile/

[3] Propos tirés de l’interview citée Ibid.

[4] Il explique que : « Nous sommes là pour changer l’opinion qui avait commencé à croire que dire à un vieux de 70 ans qu’il est un incapable est une insulte », estime Ras Bath, convaincu. Il ajoute, bavard de ses mains : « On est en train de travailler le peuple à ne plus avoir peur du Président, à ne plus le voir comme un roi mais plutôt comme son employé, son fonctionnaire. Il doit apparaître aux yeux du peuple comme le gardien de la maison, comme son chauffeur, son domestique ». Propos tirés de l’interview accordé à Jeune Afrique, disponible sur internet : http://www.jeuneafrique.com/467388/politique/mali-un-phenomene-nomme-ras-bath/

[5] Propos tirés du document « Manifeste pour le renforcement de la démocratie au Mali », élaboré par le Comité de défense de la République (CDR) à l’attention des candidats à l’élection présidentielle de 2018. Disponible sur internet : https://www.maliweb.net/nation/manifeste-pour-le-renforcement-de-la-democratie-au-mali-2759698.html

[6] Mohamed Aly Bathily fut successivement, entre septembre 2013 et décembre 2017, ministre de la Justice dans le gouvernement d’Oumar Tatam Ly ; ministre des Domaines de l’État et des Affaires foncières dans le gouvernement de Modibo Keita ; puis ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et des Affaires foncières dans le gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maïga.

[7] « An tè, A Bana » était une plateforme regroupant plusieurs associations de la société civile, des syndicats et partis politiques, créée pour s’opposer au projet de réforme constitutionnelle du président Ibrahim Boubacar Kéita. Officiellement, la révision constitutionnelle avait pour objectif de faciliter l’application de l’accord d’Alger, signé en mai 2015 entre le gouvernement et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Pendant les débats autour de son adoption, le président Kéita fut accusé de vouloir accroître ses pouvoirs. Parmi les mesures les plus contestées figuraient : la création d’une seconde chambre, un Sénat, dont le tiers des membres devait être nommé par le Président, qui nommait également le président de la Cour constitutionnelle, jusqu’alors désigné par les autres membres de la Cour. La proclamation des résultats définitifs des élections étant une prérogative du président de la Cour constitutionnelle, « IBK » fut soupçonné par l’opposition de vouloir, par cette mesure, préparer sa réélection en 2018.

[8] Parce qu’il avait été empêché de tenir un meeting dans la commune III du district de Bamako, dont elle est la maire, Ras Bath s’en est pris à Djiré Mariam Diallo, qu’il a traitée de « femme indigne d’être une mère de famille », qu’il fallait « éduquer », en référence à son slogan « choquer pour éduquer ».

[9] La majorité des ténors de l’opposition politique malienne était présente au congrès du CDR : Soumaïla Cissé, président de l’URD, Tiébilé Dramé du PARENA, Cheick Modibo Diarra, Moussa Sinko Coulibaly, Souleymane Koné du parti FARE An ka wuli.

[10] Sarah-Jane Fouda. « Au Mali, le renouveau démocratique porté par Ras Bath s’apparente hélas à la politique de papa », Le Monde Afrique, 16 mai 2018, disponible sur internet : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/05/16/au-mali-le-renouveau-democratique-porte-par-ras-bath-s-apparente-helas-a-la-politique-de-papa_5299912_3212.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.