DAK’ART 2018, IN ET OFF

Par Guy Lenoir, MC2A

Après avoir fait longtemps « cavalier » seul sur le continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, le Sénégal et sa Biennale « Dak’Art » se retrouvent au cœur de l’actualité des arts de tout le continent. Malgré le manque de couverture médiatique internationale, cette manifestation culturelle rayonne bien au-delà des frontières du pays. Incontestablement, Dak’Art surfe sur l’engouement actuel de la presse, du public des capitales européennes, de collectionneurs, de la progression du marché ; il bénéficie également de la cote internationale d’artistes issus du continent, ainsi que du travail de commissaires talentueux. Sans oublier le contexte actuel du débat autour de l’œuvre d’art d’Afrique, de la restitution des biens, et de la décolonisation.

Dakar est ainsi pour un temps le centre d’expositions d’artistes du continent et de la diasporas, mais aussi d’initiatives culturelles et sociétales. Si la Biennale, forte de trois expositions officielles1 et d’une série de rencontres thématiques, regroupe plus d’une centaine d’artistes, elle rassemble autour d’elle plus de 200 lieux « Off » pour la seule ville de Dakar. C’est dire l’importance et l’attrait offerts par cette manifestation internationale de premier ordre.

Inspiré du texte d’Aimé Césaire « Et les chiens se taisaient », Simon Njami, commissaire de la Biennale a donné avec « L’heure Rouge » le titre de la manifestation auquel se sont ralliés artistes, acteurs culturels et communicants. Acte d’urgence, la Biennale entend, selon Njami, «  dire les défis que notre monde contemporain dans son ensemble, dont les pays non européens dans leurs particularités, doit relever ».  Rouge du sang, plaie ouverte de notre monde déchiré, la pendule s’arrête le temps du Dak’Art. La Biennale est à l’image du pays, étonnamment jeune, bouillant, désordonné, inachevé, mais ô combien séduisant et passionnant. Curseur et arbitre de valeur et de qualité de l’art, il souligne et renforce les points forts des artistes, qu’ils soient du continent ou de la diaspora.

Dak’Art récolte les fruits du travail mené depuis les années 1990, marqueur de la percée des artistes des Afriques dans le milieu très fermé du monde de l’art. C’est le résultat de toute une série de dispositifs et d’initiatives en la matière : expositions et résidences internationales, formations en écoles d’art, apprentissage de connaissances, dans les domaines de l’image et du numérique notamment, mais aussi, soutien de fondations, appels à projets, professionnalisation des métiers de l’art, reconnaissance des droits et protection des artistes, attrait des chercheurs, des galeristes, des amateurs, des acheteurs. Enfin, l’artiste n’est plus considéré comme être à part, aux marges de la société, il participe à l’éco-citoyenneté, à la construction et au partage des biens communs.

Pour autant , si l’art est par nature, populaire, il n’a pas acquis à Dakar la popularité souhaitée. Manifestation suivie  surtout par l’élite culturelle, intellectuelle et politique, Dak’Art et les  acteurs concernés attendent que la société assume ses responsabilités, accompagnée par l’Etat et ses outils culturels et de communication.

Question récurrente dans nombre de pays d’Afrique mais également ailleurs.

  1. Il s’agit en l’occurrence de « Une nouvelle humanité »,  « Pavillons Rwanda, Sénégal, Tunisie » et « Les invisibles » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *