Afrique du Sud : Les défis de Cyril Ramaphosa

Denis-Constant Martin
Chercheur associé, LAM

            Le 18 décembre 2017, Cyril Ramaphosa, vice-président du Congrès national africain (ANC) depuis 2012 et vice-président de l’Afrique du Sud depuis mai 2014, était élu président du parti par sa Conférence élective réunie à Nasrec, près de Johannesburg, l’emportant de peu sur Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la Commission de l’Union africaine, plusieurs fois ministre et, surtout, réputée soutenir son ex-mari, le président Jacob Zuma. Cette victoire annonçait la déchéance de ce dernier, devenu l’incarnation d’une corruption endémique, de la mise en coupe réglée de l’État et de ses sociétés nationales au profit de ses affidés politiques et d’une famille d’origine indienne, les Gupta. Des manœuvres furent aussitôt entreprises pour le chasser de la tête de l’État. Après d’intenses débats au sein de la direction du Congrès — pas totalement acquise à son nouveau président — elle décida finalement de « rappeler » Jacob Zuma.

Les turpitudes de Jacob Zuma

           Le président de la République, formellement élu par l’Assemblée nationale, est en effet considéré comme un militant « déployé » à ce poste par le parti et, comme tel, susceptible d’être sommé de le quitter. L’ancien Président Thabo Mbeki avait connu le même sort en 2008, lorsque, à la suite de l’élection de Jacob Zuma à la tête de l’ANC, il fut poussé à la démission sous prétexte de l’impossibilité pour le pays de fonctionner avec « deux centres de pouvoir » (direction du parti dominant et direction de l’État). Thabo Mbeki s’était rendu impopulaire par son style de gouvernement perçu comme hautain, éloigné de la base du parti et de la population en général et, principalement, à cause de son refus de considérer le SIDA comme un véritable problème de santé et de lutter sérieusement contre la pandémie. Il avait, en outre, été accusé d’intervention indue dans les procédures judiciaires visant Jacob Zuma. Celui-ci, soutenu par la gauche de l’ANC, ses organisations de femmes et de jeunesse, le Parti communiste (SAPC) et les syndicats, était supposé pouvoir rapprocher le Congrès du peuple et s’attaquer au SIDA. Sur ce dernier point, les progrès furent indéniables. Quant au reste, si sa faconde, ses talents d’orateur, de chanteur et de danseur lui assuraient un succès certain lors des rassemblements publics, si ses qualités de diplomate furent appréciés dans des forums internationaux, la multiplication des accusations de corruption et de prévarication lancées contre lui — dans la continuité de celles auxquelles il avait dû faire face en 2005 en raison de ce qu’un juge avait qualifié de « relation généralement corrompue » avec un homme d’affaire véreux, Schabir Shaik — contribuèrent à la dégradation de son image.

En 2014, un rapport du Protecteur public (organe indépendant chargé de veiller au respect de la démocratie) confirmait l’utilisation de fonds publics pour une « amélioration » outrancière de la résidence privée de Jacob Zuma à Nkandla (KwaZulu-Natal)[1]. Enfin, depuis 2003, ce dernier avait noué des liens étroits avec les frères Gupta. Nés en Inde, installés en Afrique du Sud en 1993, ils ont, à partir d’un magasin de vente d’ordinateurs, constitué un vaste réseau d’entreprises et acquis une fortune considérable, à un point tel que le cadet, Atul, était en 2016 classé comme la septième fortune d’Afrique du Sud. Leur ascension fut facilitée par Jacob Zuma, ce que démontrèrent en 2016 un nouveau rapport du Protecteur public[2], puis en 2017 la publication des « Guptaleaks »[3], milliers de courriels illustrant à la fois leur influence politique (jusqu’à faire et défaire des ministres) et les faveurs accordées au Président. Jusqu’en 2017, Jacob Zuma, par pressions et manœuvres, réussit à échapper à toute condamnation. Mais il était devenu un poids pour l’ANC, qui perdait régulièrement des voix lors des élections et dont les expressions de soutien diminuaient dans les sondages ; de sorte qu’il ne paraissait plus invraisemblable que le « parti de la libération » finisse par ne pas obtenir une majorité des suffrages lors des élections générales de 2019. La gauche avait déjà abandonné Jacob Zuma. Le Parti communiste avait avoué en 2015 avoir commis une « stupide erreur » (blunder) en le soutenant. Julius Malema, le président de la ligue de jeunesse de l’ANC, qui avait affirmé être prêt à « mourir », voire même à « tuer », pour Jacob Zuma, avait, après avoir été en 2012 exclu de tous les organes du parti, fondé en 2013 les Combattants de la liberté économique (Economic Freedom Fighters, EFF) et était devenu un de ses plus ardents contempteurs, allant maintenant jusqu’à déclarer : « Zuma ira en prison. Nous voulons le voir souffrir jusqu’à la fin […] »[4]. La fédération syndicale COSATU avait perdu toute confiance en celui dont elle avait accompagné l’ascension et l’Alliance tripartite qu’elle formait avec l’ANC et le SAPC avait interdit au Président de participer à ses réunions. Dans ces conditions, une partie des militants et des dirigeants de l’ANC en était venue à considérer qu’il était nécessaire de lui faire abandonner le pouvoir.

La longue marche de Cyril Ramaphosa

            En choisissant Cyril Ramaphosa pour lui succéder, les délégués à la Conférence élective de 2017 suivaient une certaine logique institutionnelle, puisqu’il était déjà vice-président du parti et de la République, appelé comme tel à assurer l’intérim de Jacob Zuma en cas de démission ou d’empêchement. Ils désignaient aussi un homme qui pouvait apparaître comme tout ce que le sortant n’était pas : riche mais réputé intègre, compétent et pondéré, diplômé et ayant lutté de l’intérieur contre l’apartheid. Étudiant proche du mouvement de la Conscience noire, emprisonné plusieurs fois pour ses activités militantes, il fut repéré par Clive Menell, un magnat sud-africain des mines, qui le fit entrer à l’Urban Foundation, une organisation lancée en 1977 pour améliorer le sort des Noirs vivant en ville. Cyril Ramaphosa put ainsi terminer ses études tout en se familiarisant avec le fonctionnement des cercles économiques influents. En 1982, à la demande du Conseil des syndicats d’Afrique du Sud (Council of Unions of South Africa), regroupement de syndicats noirs, il organisa l’Union nationale des mineurs (National Union of Mineworkers, NUM) dont il fit une puissante formation revendicative en même temps qu’un important acteur de la lutte anti-apartheid. Durant la même période, il rejoignit l’ANC. Lorsque Nelson Mandela, le jour de sa libération, s’adressa aux Sud-Africains rassemblés devant l’Hôtel de Ville du Cap, Cyril Ramaphosa lui tenait le micro. Devenu secrétaire-général de l’ANC, il joua un rôle central dans les négociations qui devaient aboutir en 1994 aux premières élections au suffrage universel. Puis il participa à la rédaction de la constitution qui devait entrer en vigueur en 1996. Lorsque Nelson Mandela devint président de la République, la direction de l’ANC désigna Thabo Mbeki pour être son second vice-président aux côtés de Frederik de Klerk ; de ce fait il devint seul vice-président lorsque ce dernier démissionna en 1996. Tout laisse à penser que Nelson Mandela lui aurait préféré Cyril Ramaphosa mais qu’il respecta les choix du parti.

L’ANC, toutefois « déploya » Cyril Ramaphosa dans les affaires où il mit en œuvre des opérations de promotion (empowerment deals) des entrepreneurs noirs qui, à la fois, bénéficièrent aux finances du parti et lui permirent de s’enrichir considérablement. En 2001, il créa sa propre holding, Shanduka, qui possède des parts dans un grand nombre de grandes entreprises, dont des mines et les filières sud-africaines de McDonald’s et de Coca Cola, mais abrite aussi des fondations qui financent des écoles et des incubateurs de petites et moyennes entreprises noires. Du fait de ses participations étendues, Cyril Ramaphosa s’est également trouvé actionnaire d’une compagnie minière qui fit face, en 2012, à une grève qualifiée de « sauvage » sur le carreau de Marikana (province du Nord-Ouest). Celle-ci fit l’objet d’une répression brutale qui causa quarante-sept morts. L’ancien dirigeant syndical, confronté à un mouvement lancé par une organisation issue d’une scission avec celle qu’il avait fondée, l’Association of Mineworkers and Construction Union (AMCU), fut accusé d’avoir demandé l’intervention de la police et, par conséquent, d’être responsable du massacre des mineurs[5]. En dépit de ce qui constitue sans doute la plus grave tache souillant sa marche à la gloire présidentielle, Cyril Ramaphosa fut élu vice-président de l’ANC en 2012, avec le soutien des partisans de Jacob Zuma, et vice-président de la République en mai 2014.

Les projets du nouveau Président

            Cyril Ramaphosa a finalement emporté le soutien d’une petite majorité des délégués à la Conférence de l’ANC dans l’espoir qu’il puisse redorer le blason du parti, redonner aux citoyens confiance en la politique et redresser l’économie. Le discours sur l’état de la nation qu’il prononça le 16 février 2018 trancha d’emblée avec la manière désinvolte dont Jacob Zuma avait coutume de se comporter lors de ce rituel annuel. Grave, concentré, semblant avoir réfléchi à chacun de ses mots, il présenta ce qui ressemblait non seulement à un projet de gouvernement mais aussi à un programme électoral pour 2019. Il commença par rappeler son attachement à Nelson Mandela, signifiant clairement qu’il entendait placer son action dans le droit fil des principes moraux de l’ANC historique, principes abandonnés par ses prédécesseurs. Ainsi affirma-t-il : « Nous sommes déterminés à construire une société définie par la décence et l’intégrité, qui ne tolère ni le pillage des ressources publiques, ni le vol par des entrepreneurs criminels de l’épargne durement mise de côté par les gens ordinaires. »[6] Il poursuivit en faisant l’inventaire des acquis sociaux résultant des politiques menées par les gouvernements de l’ANC depuis 1994 mais souligna qu’ils ne pouvaient être considérés comme suffisants. Il introduisit alors ce qui apparut au fil de son discours comme la méthode qu’il entendait privilégier : « Cette année, nous allons prendre des mesures pour mettre le pays sur un chemin nouveau de croissance, d’emploi et de transformation. Nous le ferons en favorisant la collaboration entre partenaires sociaux en vue d’établir un contrat social (social compact) sur la base duquel nous pourrons mettre en route le rétablissement de l’économie. »[7] Il proposa ensuite une liste d’objectifs touchant à presque tous les secteurs de la vie économique et sociale : l’emploi, surtout des jeunes, l’investissement, la ré-industrialisation, le soutien aux petites entreprises et aux entrepreneurs noirs, la révolution numérique, la réforme du secteur public et du gouvernement, la sécurité, la lutte contre la corruption.

Outre ces objectifs, définis sans que des politiques précises soient annoncées, il révéla trois mesures phares : l’introduction d’un salaire minimum à compter du 1er mai 2018 ; la mise en place d’une couverture santé universelle qui fera l’objet d’un projet de loi présenté sans tarder au Parlement ; enfin, l’accélération de la redistribution foncière qui impliquera l’expropriation sans compensation des propriétaires afin que la terre revienne à ceux qui en ont été dépossédés sous l’apartheid. Toutefois cette politique devra permettre un accroissement de la production agricole et une amélioration de la sécurité alimentaire. Cette annonce, susceptible de jeter le trouble chez les fermiers commerciaux (en majorité blancs), sera probablement la plus difficile à réaliser : il faudra concevoir comment concilier l’expropriation avec l’impératif de production (pour le marché intérieur et pour les exportations), ce qui devrait être fait, ici encore, par une série de consultations. Ce discours semblait s’adresser, au-delà des parlementaires, à quelques publics particulièrement ciblés : la jeunesse (emploi, enseignement, bourses pour la première année du supérieur destinées aux familles défavorisées) et les partisans d’une affirmation plus forte de l’africanité de l’Afrique du Sud (introduction systématique de langues africaines dans les écoles publiques ; expropriation sans compensation des terres agricoles ; soutien aux entrepreneuses et entrepreneurs noirs, à quoi il faut ajouter l’hommage au trompettiste Hugh Ramapolo Masekela récemment décédé). Enfin, la similarité des attentes exprimées par la COSATU[8] et des objectifs fixés par l’ancien syndicaliste était frappante.

Des défis à relever, « pas de lune de miel »

            Le SACP félicita le « camarade » Cyril Ramaphosa à la suite de son élection, tout en exprimant son désir de le voir lutter énergiquement contre les inégalités de classe, de race et de genre ainsi que contre le développement inégal des zones urbaines et rurales. Quant à la COSATU, bien que décidée à soutenir le nouveau président, elle l’avertit qu’il n’y aurait pas de « lune de miel » et qu’il ne saurait être question de « manier les escrocs avec des gants de chevreau »[9]. L’Alliance tripartite réunissant l’ANC, le SACP et la COSATU pourrait donc être relancée, même si Cyril Ramaphosa n’y a pas fait allusion dans son discours. L’opposition s’est montrée, évidemment, insatisfaite. L’Alliance démocratique (DA), tout en se réjouissant de l’éviction de Jacob Zuma, prit soin de rappeler que l’ANC, y compris Cyril Ramaphosa, l’avait porté au pouvoir et longtemps soutenu[10]. Les EFF, dont les représentants avaient quitté la séance lors de l’élection du nouveau Président, accusèrent Cyril Ramaphosa d’être aussi corrompu que son prédécesseur et réclamèrent la dissolution du Parlement puis de nouvelles élections[11]. Dans les milieux d’affaires, les premières réactions furent positives, voire euphoriques, mais prudentes sur le long terme. Le discours sur l’état de la nation fut en général bien accueilli, le rand s’affermit, mais beaucoup d’analystes signalèrent qu’il faudrait maintenant vérifier comment les mesures annoncées allaient être concrétisées et de quelle ampleur serait la réforme de l’État. Si l’annonce de multiples instances de concertation et de collaboration public-privé fut bien accueillie par certains, d’autres affirmèrent qu’il était trop tard pour perdre du temps en palabres et qu’il fallait maintenant lancer des politiques économiques rigoureuses[12].

Un budget « hérité » et un gouvernement panaché

            Le budget 2018 devait être proposé au Parlement le 21 février. C’était donc celui qui avait été préparé par les services du ministère des Finances sous la présidence de Jacob Zuma que le ministre nommé par celui-ci, Malusi Gigaba, soupçonné d’avoir favorisé les Gupta, présenta, soulevant l’ire de certains milieux politiques (notamment les EFF) et syndicaux. Il était effectivement impossible pour Cyril Ramaphosa de nommer un nouveau ministre et de concevoir un nouveau budget si rapidement après son élection. Mais, sur le fond général des mesures annoncées, il n’est pas certain que le nouveau Président ait été en désaccord profond. Leur ligne directrice consiste à augmenter les ressources de l’État et à réduire ses dépenses. Le budget adopte ainsi une orientation sociale-libérale que, par la suite, Cyril Ramaphosa ne devrait pas renier : il est marqué par le relèvement de la TVA de 14 à 15 %, mesure décriée par le SACP et la COSATU comme étant néfaste pour les pauvres, bien qu’elle soit compensée par la détaxation des denrées alimentaires de base et l’augmentation des aides sociales. En outre, la hausse de la TVA sera complétée par diverses autres augmentations d’impôts et de taxes alors que, côté dépenses, il faudra financer la gratuité de l’enseignement supérieur et des aides aux victimes de la sécheresse. Enfin, des mesures doivent être prises pour améliorer la gestion des projets publics d’infrastructure et le ministre des Finances a confirmé la détermination du pouvoir à combattre la corruption et le pillage des ressources de l’État. Suscitant des réactions de « soulagement prudent »[13] dans les milieux d’affaires, ce budget fut néanmoins critiqué, non seulement par les EFF mais aussi par la DA qui le qualifia de « populiste », faisant porter sur les pauvres la charge de payer les erreurs du gouvernement et la corruption[14]. En conséquence, le principal parti d’opposition a lancé une campagne sur le thème « Non aux augmentations de la TVA, nous refusons de rembourser l’argent volé par suite de la corruption du gouvernement de l’ANC »[15].

            Le 26 février 2018, Cyril Ramaphosa annonça la composition de son nouveau gouvernement et préluda ainsi la présentation des modifications apportées à l’équipe précédente : « En procédant à ces changements, j’ai délibérément cherché à répondre au besoin de concilier la continuité et la nécessité du renouvellement, de la reprise économique et de l’accélération de la transformation. Comme je l’ai indiqué dans mon discours sur l’état de la nation, nous avons commencé à réexaminer la configuration, la taille et le nombre des ministres nationaux et des ministères. Ceux-ci seront conservés jusqu’à ce que ce réexamen soit terminé. »[16] Bien qu’il ait auparavant dit souhaiter une réduction de la taille du gouvernement, le nombre des ministres et secrétaires d’État (Deputy Ministers) n’a pas changé. Conserver un groupe pléthorique avait l’avantage de faciliter la réalisation d’un équilibre entre personnalités réputées intègres et celles dont la réputation était moins intacte, entre compétents et insuffisants, entre partisans ou ex-partisans de Jacob Zuma et soutiens de longue date.

La composition de ce gouvernement visait donc, d’une part, à réaffirmer la volonté présidentielle de redresser l’économie et de restaurer la confiance en l’État et les sociétés nationales ; d’autre part, à apaiser les factions qui lui étaient hostiles au sein de l’ANC, en éludant, du moins dans l’immédiat, une chasse aux sorcières responsables du saccage de l’État. La nomination de David Mabuza au poste de vice-président de la République répondait, formellement, à une certaine logique institutionnelle puisqu’il était déjà vice-président de l’ANC ; il est, au surplus considéré comme déterminé à combattre la corruption et à reconstruire l’unité de l’ANC. Nkosazana Dlamini-Zuma, la rivale de Cyril Ramaphosa lors de l’élection à la présidence de l’ANC, soupçonnée d’être bienveillante à l’égard de son ancien époux, reçoit un ministère de la Supervision, de la planification et de l’évaluation auprès du Président, qui la place dans la proximité immédiate de ce dernier mais en fait une sorte de surveillante générale de l’action gouvernementale. Le pôle économique est celui où la volonté de changement (ou de restauration) se manifeste le plus clairement : le retour de Nhlanhla Nene aux finances, la nomination de Pravin Gordhan aux entreprises publiques — deux spécialistes dotés d’une solide réputation de probité, écartés par Jacob Zuma — et celle de Gwede Mantashe, président du parti, ancien mineur et syndicaliste nimbé d’intégrité, aux ressources minières, associé à Jeff Radebe, vétéran considéré comme honnête et fiable, à l’énergie signalent clairement la priorité accordée à la compétence et à l’honorabilité dans la gestion de l’économie. Cyril Ramaphosa a démis une dizaine de ministres, dont certains de ceux qui avaient été les plus impliqués dans les affaires — le « Guptagate » notamment — de l’ancien régime. Mais il a choisi d’en reconduire d’autres qui sont considérés comme tout aussi compromis : Malusi Gigaba, à l’intérieur, Nomvula Mokonyane aux communications et Bathabile Dlamini, chargée des femmes à la Présidence qui, empêtrée dans une crise des aides sociales, présente l’avantage d’être la présidente de la puissante Ligue des femmes de l’ANC. Le gouvernement illustre ainsi une certaine idée de l’unité de l’ANC : la neutralisation des factions par leur cohabitation dans une équipe dont la colonne vertébrale économique doit incarner les intentions du Président.

Questions de confiance

            Face aux attentes des citoyens, des forces politiques et des acteurs économiques, les défis auxquels doit faire face le nouveau Président sont nombreux et considérables. Sur le plan politique, au-delà des équilibres réalisés dans le gouvernement, il va lui falloir consolider son autorité au sein de l’ANC. Depuis la Conférence élective de décembre 2017, les ralliements se sont multipliés, mais il n’en reste pas moins que trois des six membres du Comité exécutif national (NEC) sont réputés avoir été des soutiens de Jacob Zuma et que l’appareil du parti ne lui est pas totalement acquis. S’il entreprend de mener la lutte contre la corruption avec détermination, il va devoir s’attaquer à des notables, petits et grands, dont il mettra pouvoirs et ressources en péril. Pourra-t-il le faire ? Comment les barons réagiront-ils ? Les mêmes questions se posent à propos du « nettoyage » de l’État et des sociétés nationales. L’offensive contre les frères Gupta a commencé le matin même de l’intronisation de Cyril Ramaphosa : les Hawks (faucons), nom populairement donné à la Direction des investigations criminelles prioritaires (Directorate for Priority Crime Investigation) ont lancé la chasse aux Guptas et à l’un des fils de l’ancien Président, Duduzani Zuma. Mais d’autres bénéficiaires du siphonage des biens publics, solidement installés dans les appareils de l’État, des provinces et du parti risquent d’être plus difficiles à appréhender.

            L’enjeu, en ce domaine, n’est pas seulement de restaurer la confiance des investisseurs locaux et internationaux, de faire remonter le rand et, si possible, les notes attribuées par les agences de classement[17], mais de redonner foi en la politique et espérance en l’ANC. Le pourcentage recueilli par le parti dominant a régulièrement baissé ces dernières années (62% des suffrages exprimés aux élections nationales de 2014 ; 54%, aux élections locales de 2016). Des sondages conduits en mai 2017 lui accordaient moins de la moitié des voix (47%) si des consultations avaient lieu le lendemain du jour où les électeurs étaient interrogés. Toutefois, la DA, les EFF et les autres partis ne dépassaient pas les 28 %, ce qui semble indiquer que leurs chances de détrôner nationalement l’ANC demeurent faibles. Tout aussi inquiétante était la confiance limitée qu’exprimaient les partisans de l’ANC à l’endroit de ce parti : 80% étaient extrêmement ou modérément susceptibles de lui accorder cette confiance, comparés à 92 % confiants en la DA parmi les partisans de ce parti et 91 % au sein des EFF. À ceci s’ajoute une tendance répandue à l’apathie politique[18]. Lors des élections locales de 2016, 41,6% seulement des électeurs inscrits se déplacèrent pour voter. La présidence Jacob Zuma, l’éloignement de l’ANC vis-à-vis des citoyens, mais aussi les attaques au sein de la DA contre Helen Zille, Premier ministre de la province du Cap occidental, et Patricia De Lille, maire du Cap, ont terni l’image de la principale formation de l’opposition, cependant que les outrances verbales de Julius Malema et le comportement des élus EFF au Parlement contribuaient peu à susciter l’enthousiasme des électeurs, 5% d’entre eux seulement se déclarant, en mai 2017, prêts à voter pour les « Combattants de la liberté économique » si des élections avaient lieu le lendemain du jour où ils étaient consultés[19].

            La situation de Cyril Ramaphosa s’apparente à celle d’Hercule chargé de nettoyer les écuries d’Augias. Certes, le nouveau Président sud-africain bénéficiera de plus d’une journée pour remettre de l’ordre dans le parti et dans l’État, entamer une relance de l’économie et commencer de satisfaire les attentes des citoyens, notamment des plus défavorisés, en matière sociale. Le temps lui est pourtant compté : il doit, avant les élections de 2019, avoir donné des signes clairs de sa détermination à mettre en route les réformes qu’il a annoncées, sous peine de voir encore le score de l’ANC diminuer et la méfiance des citoyens envers la politique en général s’accentuer. À Luthuli House, siège du parti dominant, ces questions sont prises au sérieux : le Comité pour l’organisation et les campagnes a été renforcé. Par ailleurs, outre une possible relance de la triple alliance, des rapprochements, au moins conjoncturels, avec les EFF semblent s’esquisser : ANC et partisans de Julius Malema convergent pour obtenir le départ du maire DA de Nelson Mandela Bay, Athol Trollip, tandis que l’annonce par Cyril Ramaphosa de l’expropriation des terres agricoles sans compensation correspond à une des revendications majeures des EFF. Si ce mouvement se confirme, la DA se retrouverait isolée, en butte à l’hostilité de ses deux rivaux les plus importants. Une telle coalition de convenance ne résoudrait pourtant aucun problème à long terme. Un des reproches principaux adressés au nouveau Président à la suite de la séquence discours sur l’état de la nation-présentation du budget-remaniement gouvernemental est qu’il est difficile d’y discerner une perspective d’avenir. C’est pourtant de sa capacité à faire croire, voire rêver, à un renouveau du pays que dépendront la réussite de Cyril Ramaphosa et le succès de son parti.

2 mars 2018

[1] https://www.gov.za/sites/www.gov.za/files/Public%20Protector’s%20Report%20on%20Nkandla_a.pdf, consulté le 20 février 2018.

[2] http://www.pprotect.org/sites/default/files/legislation_report/State_Capture_14October2016.pdf, consulté le 20 février 2018.

[3] http://www.gupta-leaks.com/, consulté le 20 février 2018.

[4] Govan Whittles, “The moment Juju discovered Zuma was captured”, https://mg.co.za/article/2018-02-15-the-moment-juju-discovered-zuma-was-captured, consulté le 16 février 2018.

[5] Pour une présentation de l’accusation portée contre Cyril Ramaphosa et de la défense de ce dernier, voir: Matuma Letsoalo, Sarah Evans,  “Ramaphosa must answer for ‘premeditated’ Marikana killings”, https://mg.co.za/article/2013-12-18-capitalist-ramaphosa-must-answer-for-premeditated-marikana-killings/, consulté le 20 février 2018.

[6] “State of the Nation Address by the President of the Republic of South Africa, Mr Cyril Ramaphosa, 16 February 2018, Parliament”, https://www.gov.za/speeches/president-cyril-ramaphosa-2018-state-nation-address-16-feb-2018-0000, consulté le 17 février 2018.

[7] Ibid.

[8] “COSATU congratulates President Cyril Ramaphosa on his election and we remind him that there is no honeymoon period for him”, 15 February 2018, http://cosatu.org.za/show.php?ID=13624, consulté le 16 février 2018.

[9] Ibid.

[10] “We rejoice at Jacob Zuma’s resignation”, February 14, 2018, https://www.da.org.za/2018/02/rejoice-jacob-zumas-resignation/, consulté le 16 février 2018.

[11] “EFF vows to come for Cyril Ramaphosa, as he is ‘as corrupt as Jacob Zuma’”, February 16, 2018, http://www.economicfreedomfighters.org/eff-vows-to-come-for-cyril-ramaphosa-as-he-is-as-corrupt-as-jacob-zuma/, consulté le 16 février 2018 et  Makhosandile Zulu, “EFF calls Ramaphosa’s election ‘illegitimate’”, https://citizen.co.za/news/1820931/eff-calls-ramaphosas-election-illigitimate/, consulté le 16 février 2018.

[12] Yolandi Groenewald and Ntaoleng Lechela, “SA economy high on Zexit euphoria but budget will be real test – economists”, 13 February2018, https://www.fin24.com/Budget/sa-economy-high-on-zexit-euphoria-but-budget-will-be-real-test-economists-20180213, consulté le 18 février 2018; Lisa Steyn, “Rampahosa’s SONA stokes hope of economic revival”, 16 February 2018, https://mg.co.za/article/2018-02-16-rampahosas-sona-stokes-hope-of-economic-revival, consulté le 17 février 2018; Ray Mahlaka, “What analysts are saying about SONA 2018”, 17 February 2018, https://citizen.co.za/business/1823359/what-analysts-are-saying-about-sona-2018/, consulté le 17 février 2018.

[13] Rebecca Davis, “Budget 2018: Business stoic while labour fumes”, 22 Feb 2018, https://www.dailymaverick.co.za/article/2018-02-22-budget-2018-business-stoic-while-labour-fumes/, consulté le 1er mars 2018.

[14] “Budget 2018/19 perfectly illustrates the reality of populism”, https://www.da.org.za/2018/02/bokamoso-budget-2018-19-perfectly-illustrates-reality-populism/, consulté le 2 mars 2018.

[15] https://notovatincreases.co.za/?ref=280218-WEB, consulté le 2 mars 2018.

[16] https://www.gov.za/speeches/president-cyril-ramaphosa-announces-changes-national-executive-26-feb-2018-0000, consulté le 2 mars 2018.

[17] En novembre 2017, Standard and Poor’s avait abaissé la note de l’Afrique du Sud à BB+, considérée comme junk (pourrie), cependant que Moody’s la mettait sous surveillance dans la perspective, également, d’une dégradation.

[18] Mari Harris, “Ipsos Poll: Voters uncertain pre-2019”, 31 August 2017; https://www.ipsos.com/en-za/ipsos-poll-voters-uncertain-pre-2019, consulté le 18 février 2018.

[19] Ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *