George Weah ou la constance du jardinier

Par Fred Eboko

Chercheur associé à LAM
Directeur de Recherche IRD. CEPED : IRD – Université Paris Descartes
fred.eboko@ird.fr

C’est le parcours hors-normes et le destin exceptionnel d’un homme dont les talents multiples recouvrent une désarmante simplicité. Sur tous les terrains de football où il a montré l’éclat de ses qualités, comme dans les arènes politiques dans lesquelles il s’est lancé depuis 2005, le nouveau président élu du Libéria a déjoué tous les pronostics. Il a raflé partout la mise de la popularité et de l’affection liées à un tempérament d’une rare continuité : l’empathie. Dans les quartiers de Monrovia où il grandi, dans les souvenirs des habitants de Yaoundé où il a transité, puis de Monaco à Milan en passant par Paris, celles et ceux que George Weah a croisés décrivent à l’envi d’abord et surtout une qualité : une empathie, un regard attentif et un œil prêts à prendre le relais du moindre souci de l’autre. Le goleador parisien du Parc des Princes, où il a éclairé la coupe d’Europe des clubs champions de ses mémorables enjambées, était aussi l’homme au manteau gris qui allait intégralement compenser l’absence de salaires des employés de l’Ambassade du Libéria à Paris. A ce moment-là, dans les années 1990, il n’avait aucune intention de se lancer en politique. Juste une solidarité vis-à-vis des siens qui ont tous les visages de l’humanité dans le besoin. C’est encore lui qui supportait à ses frais les déplacements internationaux de l’équipe nationale de football du Libéria, si bien nommée en ces années de crise et de violences politiques au Libéria, la « Lone Star ».

Sous la simplicité, des talents atypiques d’un homme (presqu’) ordinaire

George Weah a reçu plus qu’il n’en attendait, il a donné de manière désintéressée, il a à chaque étape décroché la timbale. En réalité, ses talents se sont imposés à chacun de ses pas, au-delà de toutes les prévisions. En matière de football comme en matière d’ambition politique, les qualités évidentes de Weah ne faisaient pas de lui l’étoile inespérée sauf pour ses proches.

A l’aube de sa carrière à Monrovia, George est l’ami d’un orfèvre du ballon rond dont il est une sorte d’accompagnateur : James Debbah. Les deux compères tracent des sillons parallèles. James est l’artiste dont les fresques de dribbleur émérite promettent monts et merveilles, aux yeux des observateurs. George est le goleador qui achève le travail à la pointe de l’attaque. A 20 ans, George est champion du Libéria.

En ces années 1980 qui s’achèvent, le Libéria devient trop petit pour accueillir les promesses de l’aube que suscitent les exploits du duo en or massif. Les championnats ivoiriens et camerounais sont à l’affût. C’est George qui ouvre la voie à la faveur d’un recrutement au Tonnerre Kalara Club de Yaoundé. James suivra la filière camerounaise en rejoignant l’Union de Douala. George remporte le championnat du Cameroun et le sélectionneur français de l’équipe nationale du Cameroun, Claude Le Roy, est frappé par le profil de George. Il y voit un prototype unique d’attaquant mixte : très « européen », sans fioritures, et digne des magiciens du football africain dans la précision technique. Claude Le Roy le met en contact avec l’entraîneur de l’AS Monaco d’alors, Arsène Wenger. George Weah, 22 ans, arrive sur le Rocher en 1988, dans un club auréolé du titre de champion de France. Et il a déjà cette humilité qui contraste avec une volonté de fer et une foi qu’il décline moins en mots qu’en actes. Il marque 16 buts dans cette première saison en France. Il gagne une coupe de France, atteint une finale de Coupe d’Europe que le club de la Principauté perdra dans le contexte morose du « drame de Furiani » qui a endeuillé le football français la veille[i].

L’ascension d’un prodige

A l’issue de cette saison déjà remarquable en tous points, George Weah rejoint le Paris-Saint-Germain avec lequel il va encore franchir un palier dans la reconnaissance internationale de son talent. Au bout d’une saison de légende dans laquelle il devient un des meilleurs buteurs de la Coupe d’Europe des clubs champions, le vieux continent découvre la panoplie des ressources de l’attaquant libérien. Pour autant, le monde du football professionnel cède peu de place à la modestie, contrairement à ce que peuvent souhaiter les spectateurs. Le Parc des Princes a ses héros brésiliens Raï et Valdo, et voue un culte à sa figure de proue, le très individualiste David Ginola. Weah devient néanmoins Mister George par le respect qu’inspire justement l’alliage de sa puissance sur le terrain et de sa gentillesse en dehors des pelouses. Ce surnom « Mister George » est un hommage français à la respectabilité qu’inspire cet anglophone qui a appris le français dans les milieux populaires de Yaoundé. Le PSG élimine le majestueux Real de Madrid, George Weah et ses coéquipiers écrivent une des pages les plus prestigieuses de l’histoire du football de la capitale. George Weah cède aux sirènes d’un des plus grands clubs d’Europe, le Milan AC de Sivlio Berlusconi. Lors de sa dernière apparition à Paris, au bout de cette saison épique, au stade de la Porte d’Auteuil, une banderole affiche : « Weah, casse-toi ! ». L’enfant de Monrovia n’en dira pas un mot, ni sur le champ, ni plus tard.

Au sommet du monde

Les très intelligents supporters « Ultras » du PSG sont loin de se douter qu’ils saluent, avec la classe qu’on leur connaît, le futur premier ballon d’or non européen. En effet, en cette année 1995, le fameux trophée élisant le meilleur joueur européen change de formule après les longues critiques que cette récompense avait reçues, à savoir faire la distinction entre joueurs européens et non-européens évoluant pourtant dans les mêmes championnats. Le Ballon d’or peut donc être désormais attribué à tout joueur évoluant sur le continent. Et c’est George Weah qui l’emporte. Il le doit à sa saison parisienne mais aussi à l’effet des « derniers événements » sur la mémoire des électeurs qui sont appelés aux urnes du ballon rond en fin d’année calendaire et non pas à la fin de la saison footballistique qui se termine en juin. Mister George a eu le nez creux. Non content d’avoir caracolé en tête des plus belles figures des footballeurs en Europe de la saison 1994-1995, sous les couleurs parisiennes, il fait une entrée fracassante dans le championnat italien. Le Calcio découvre un homme simple et un footballeur au sommet de son art. Le 3 décembre 1995, contre la Lazio de Rome, George Weah inscrit un but de légende qui a pesé sur les votes des spécialistes. En une action, il étale une alchimie rare : puissance d’accélération, œil de lynx (il fait passer le ballon entre deux joueurs qu’il contourne) et finesse d’orfèvre grâce à un extérieur du pied droit qui désarçonne le portier romain.

Quelques jours plus tard, la légende s’écrit sous tous les superlatifs : premier joueur à remporter le ballon d’or sous sa nouvelle forme ; premier africain à être élu ballon d’or européen ; premier joueur de l’histoire à être sacré la même année ballon d’or européen et ballon d’or africain ;  deuxième joueur d’origine africaine à remporter le titre suprême après le portugais Eusébio (1942-2014), d’origine mozambicaine, qui fut sacré 30 ans plus tôt en 1965. Mais rien n’est trop beau pour George Weah. La FIFA va l’élire en 1996 joueur de l’année, autrement dit « meilleur joueur du monde » selon la fédération des fédérations. Mister George avait encore frappé les esprits, encore plus fort qu’en 1995.

Le 8 septembre 1996, il va accomplir un des exploits les plus saisissants de l’histoire du football de haut niveau. Une course de plus de 80 mètres, débutée dans sa surface de réparation, et conclue dans la surface adverse, en solitaire, comme une fusée qui slalome entre les joueurs du Hellas Verone, jusqu’à la frappe finale qui met le gardien hors de portée et le stade de San Siro en ébullition.

Au faîte de son art à 30 ans, George Weah vient de devenir un des joueurs les plus célèbres du monde et le footballeur africain du siècle, titre qui lui sera décerné quelques années plus tard par la Confédération africaine de football (CAF). La suite le mènera tout doucement vers une pré-retraite dorée. De Londres (Chelsea) à Manchester City, puis à Marseille et, enfin à Al-Jazira club, aux Emirats Arabes Unis. Il finira sa carrière sur la même note qu’il l’avait commencée au Libéria, en marquant plus de buts (13) que de matchs joués (8) lors de la saison 2000-2001, à 35 ans. Il n’aura pas disputé la compétition de trop et va engager une autre bataille.

L’apprentissage politique : reculer pour mieux sauter

En défiant, en 2005, la candidate de l’Unity Party (UP), Ellen Johnson Sirleaf, pour l’élection présidentielle libérienne, George Weah n’avait aucune chance de l’emporter pour les milieux politiques et médiatiques  occidentaux. Le novice en politique avait décidé de s’engager dans cette joute en ayant, comme sa rivale, « les mains propres », suite à la longue crise politique qui avait traversé le Libéria. En effet, entre le coup d’Etat mené par Samuel Doe le 12 avril 1980 et le départ de Charles Taylor en 2003, deux guerres civiles particulièrement meurtrières ont marqué la vie de ce pays dont la population est une des plus déshéritée d’Afrique, avec une espérance de vie à la naissance d’environ 44 ans (la moyenne africaine est de 60 ans en 2016). L’élection présidentielle de 2005 a ouvert une ère nouvelle à laquelle Mister George a lié son destin. En face de lui, Ellen Johnson affiche un CV digne des héritiers d’origine africaine-américaine dont elle fait partie. Diplômée en économie de l’Université du Colorado et de la très prestigieuse Kennedy School of Government de Harvard, ancienne secrétaire d’État aux Finances entre 1972 et 1978, puis ministre des Finances entre 1979 et 1980, ancienne cadre à la Banque mondiale et à l’ONU, la « Dame de Fer » libérienne est donnée favorite par toutes les intelligentsias. Au premier tour, le peuple de Libéria en décide autrement. George Weah arrive en tête avec 32,6% des suffrages contre 18,6% à la combattante de l’UP. Au second tour, une coalition entre Ellen Johnson et le troisième candidat, Charles Brumskine, qui a obtenu 10,6 % des voix au premier tour, permet à l’économiste de devenir la première femme élue présidente de la république en Afrique. La popularité n’a pas résisté à l’expérience politique et George Weah a appris de cet épisode à comprendre les jeux politiques qui font les victoires. Lors de l’élection de 2011, il est le colistier en second du candidat Winston Tubman. Leur ticket perd face à Ellen Johnson. Mister George poursuit son apprentissage avec l’abnégation qu’on lui a connu sur les terrains de football. Il recule pour mieux sauter et devient sénateur lors des élections sénatoriales de 2014.

A la fin, c’est Mister George qui gagne

En 2017, alors que la « Dame de Fer » est au bout des deux mandats que permet la constitution libérienne, l’ancien champion se porte candidat de la Coalition for Democratic Change (CDC) contre le vice-président Joseph Boakai. Entre-temps, il a investi une partie de sa fortune dans des programmes sociaux et a assis sa réputation politique, au-delà de son aura de footballeur soucieux des siens. Le monde entier tourne son regard vers ce qui dessine un évènement unique, avec des sondages qui donnent Mister George gagnant. Au premier tour, Weah arrive en tête avec 38,4% des suffrages. Boakai arrive en seconde position avec 28,8% des votes. Quatre candidats du premier tour appellent à voter pour l’ancien buteur. Le ticket formé par la star internationale et l’ancienne compagne de Charles Taylor, Jewel Taylor confirme son avance et remporte le scrutin du second tour du 26 décembre 2017 avec 61,5% des voix, contre 38,5% pour le duo de l’UP[ii]. Mister George a versé une larme. La seule qu’on lui connaisse en public.

Mister President

George Weah est élu président du Libéria à 51 ans. Le 22 janvier 2018, le vainqueur a prêté serment. Mister George est devenu Mister President. La constance du jardinier a porté ses fruits. Cet homme, qui voulait s’occuper des autres depuis toujours, parce que le soleil ne brille pas que pour lui-même, est désormais l’astre que les Libériens attendent pour prendre un autre chemin que celui de la misère et de la violence. Il a d’ores et déjà baissé le salaire du président de 30%, ceux des parlementaires suivront cet exemple. Les symboles sont importants. La tâche est ardue, il n’est pas dit que le Libéria deviendra la Suisse. Mais rien ne remplace la satisfaction d’être gouverné par celles et ceux que l’on a choisis. Mister George a toujours confirmé les choix dont il était l’objet et il a fait mieux que ce que l’on attendait de lui. Un autre match a commencé. Le jardinier est à l’œuvre.

[i] La catastrophe de Furiani est l’effondrement d’une tribune du stade de Bastia qui s’est déroulée le 5 mai 1992 à Furiani,  lors de la demi-finale de la coupe de France. Ce match opposait le Sporting Club de Bastia et l’Olympique de Marseille. Cet accident a provoqué la mort de 18 personnes et causé 2 357 blessés parmi les spectateurs. Le lendemain, Monaco disputait la finale européenne de la Coupe des Coupes.

[ii] Voir : http://lam.sciencespobordeaux.fr/page/liberia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.