L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Par Matthieu FAU-NOUGARET[1]
Maître de Conférences HDR en Droit Public
Université de Bordeaux/Les Afriques dans le monde

 

Dans son discours du 28 novembre à l’Université de Ouagadougou, le Président français Emmanuel Macron a évoqué l’épineuse question de l’éducation, au moment où un rapport parlementaire burkinabè pointe les défaillances du système d’enseignement. Les universités publiques francophones en Afrique subsaharienne sont dans leur majorité des paquebots à la dérive : massification estudiantine, déficit chronique d’encadrement, budget insuffisant, quasi inexistence de ressources financières propres, manque de documentation papier et numérique, etc… L’Université de Ouagadougou (et plus largement l’enseignement supérieur burkinabè) n’y fait malheureusement pas exception.

L’Afrique subsaharienne, selon les projections démographiques du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, sera peuplée de plus de 2 milliards de personnes en 2050 dont près de 55% aura moins de 30 ans. L’Afrique subsaharienne francophone, selon les mêmes projections, devrait être peuplée de 725 millions d’habitants dont près de 60% aura moins de 30 ans. Tous ces jeunes n’iront peut-être pas à l’université, mais « gouverner c’est prévoir ».

Comment en est-on arrivé à ce point de dysfonctionnement de l’enseignement supérieur?

Etat des lieux

Les responsabilités sont partagées entre les trois principaux acteurs de cette pièce concernant l’enseignement supérieur.

La « Communauté internationale »

Les plans d’ajustements structurels et structurels renforcés développés par le Fonds monétaire international ont incité les Etats à réduire de manière drastique l’investissement dans l’éducation de manière générale, et dans l’enseignement supérieur en particulier. Les Etats devaient réduire leur budget « éducation », considéré comme secteur non productif, s’ils souhaitaient pouvoir bénéficier d’aides économiques de la part des grands bailleurs de fonds multinationaux. A la suite du recul de l’Etat dans ses propres politiques éducatives, un nouveau paradigme a émergé à la suite des « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) que l’on peut simplifier par  « l’éducation pour tous ». L’OMD 2 vise plus spécifiquement l’école primaire mais très rapidement les partenaires techniques et financiers l’ont étendu à l’école secondaire et l’enseignement professionnel (il en est de même dans les Objectifs de développement durable, ODD). Mais rien sur l’enseignement supérieur…

Or les Universités se retrouvent complètement débordées par un afflux, en croissance régulière, d’étudiants pour lesquels l’enseignement supérieur est un droit. Dans le cas burkinabè, nous sommes ainsi passés de 9 000 bacheliers au début des années 2000 à près de 28 000 bacheliers en 2016.

Les investissements dans l’enseignement supérieur ne sont pas pour autant nuls (coopérations bi ou multilatérales). Mais ils sont ponctuels, peu concertés, non coordonnés et répondent avant tout aux paradigmes du donateur et non aux besoins réels du récipiendaire.

Les Etats

Nombreux sont les Etats d’Afrique francophone à avoir faillit en matière d’enseignement supérieur. Depuis très longtemps, l’investissement dans le système universitaire est très en deçà de ce qui serait nécessaire.  Sur de nombreux campus, les constructions parcellaires ou les rénovations répondent essentiellement à un souci d’apaisement devant une crise universitaire naissante ou existante.

Pendant très longtemps, les recrutements dans la fonction publique universitaire ont été insuffisants. Actuellement, de nombreuses universités sont confrontées aux défis d’une double courbe ascendante : celle des départs à la retraite des enseignants chercheurs (notamment les enseignants de rang A) et celle de la hausse exponentielle du nombre d’étudiants.

Enfin, devant les risques connus et vécus de révoltes estudiantines, les Etats ont aussi failli à prendre des décisions politiques courageuses (et donc risquées) concernant des œuvres sociales estudiantines, plus particulièrement le système de bourses. Conçu pour un nombre d’étudiants réduit, il ne peut plus faire face à la hausse croissante de  leurs effectifs. Il doit être réformé, plus particulièrement dans le sens d’une plus grande transparence dans l’octroi des bourses.

La Communauté universitaire

La communauté universitaire a aussi sa part de responsabilité. Les enseignants, tout d’abord, car nombreux sont ceux qui n’ont pas joué le rôle que leurs aînés avaient joué : encadrer la future relève universitaire. Jaloux de leur statut confortable, en partie du à la rareté, nombre d’enseignants n’ont pas encadré de thèse de doctorat ou de manière insuffisante. De plus, un certain nombre d’enseignants – chercheurs sont devenus des « intermittents » ou « vacataires » de l’université. Ce phénomène est connu mais pas assez dénoncé et sanctionné par réflexe corporatiste. Les enseignants – chercheurs tirent de leur statut de nombreux avantages, notamment honorifiques mais aussi pécuniaires (revenus annexes parfois plus lucratifs que leur salaire).

Les syndicats étudiants ont leur part de responsabilité aussi. Plus politisés (et donc plus susceptibles d’être instrumentalisés par certains partis politiques) que représentants des intérêts des étudiants, ils peuvent prendre des positions schizophréniques en adoptant une posture de refus de principe (grève des examens, blocage des campus ou des cités universitaires, etc.) avant même que le dialogue ne débute (LMD, bourses, etc.).

Les personnels administratifs et de soutien sont le dernier maillon de cette chaîne de responsabilité, car souvent ils ont intégré l’administration universitaire, sous une forme contractuelle, grâce à une cooptation « parentale », ce qui n’est pas forcément un gage d’implication dans la fonction et de compétence.

Devant cette situation d’explosion programmée (et retardée grâce à des mesures conjoncturelles), que faire ?

Perspectives

Les autorités burkinabè ont plusieurs fois analysé avec beaucoup de clairvoyance les dysfonctionnements de leur système universitaire et élaboré des plans de sortie de crise (Travaux du Comité Ad Hoc de Réflexion – CAR – en 2012, Etats généraux de l’Enseignement supérieur en 2013), sans pour autant passer à l’action….

La Communauté internationale

Il faut que celle-ci arrête de faire preuve d’hypocrisie. Tout le monde sait que les universités publiques en Afrique subsaharienne francophone sont des « bombes à retardement », facteurs de déstabilisation des Etats. Pourtant, rares sont les bailleurs de fonds intervenant dans ce domaine. Tant que ces interventions resteront épisodiques et souvent, malheureusement, non concertées, rien ne changera.

Tant qu’il n’y aura pas au niveau national de cadre de concertation sur l’enseignement supérieur, rien n’évoluera de manière positive structurellement. Tant que les bailleurs de fonds n’auront pas une approche holistique de l’enseignement (du primaire à l’universitaire), ils pourront s’enorgueillir d’avoir fait avancer favorablement les statistiques de la scolarisation dans les deux premiers niveaux de l’éducation, tout en se cachant le drame qui se prépare à l’Université.

La facilitation de l’octroi de visas promise par le Président Macron est une bonne chose, mais elle ne touche pas la majorité des étudiants qui n’ont pas les moyens financiers de poursuivre des études ailleurs que dans leur pays.

Les Etats

Il convient d’être lucide sur les limites financières de ces Etats, car nombreux sont les Etats d’Afrique francophones qui sont confrontés à des urgences économiques quotidiennes. Cela étant, certaines réformes peu onéreuses mais politiquement risquées devraient être entreprises.

Ainsi, les Etats, au premier rang desquels le Burkina Faso, devraient revoir le modèle économique de l’enseignement supérieur. Concernant l’épineuse question des frais de scolarité, il y a un constat simple : l’enseignement supérieur a un coût. Or, lorsque les frais de scolarité sont de 15 000 FCFA par an (soit environ 23 euros) comme c’est le cas au Burkina Faso, il est difficile d’envisager quelque investissement que ce soit. Les parents sont prêts à payer des frais de scolarité plus élevés pour le primaire ou le secondaire, pourquoi ne le font-t-ils pas pour le supérieur ?

Mais cette hausse n’est pas en soi satisfaisante si elle ne s’accompagne pas d’une hausse des services offerts aux étudiants : locaux suffisants, équipements informatiques, documentation. Les syndicats étudiants, plutôt que de se réfugier dans une posture, devraient peut-être en faire un préalable.

Les Etats doivent aussi revoir leur schéma de gouvernance de l’enseignement supérieur  et ce sur deux points au moins : la multiplication des établissements publics et l’offre privée d’enseignement supérieur. Pour faire face à la massification estudiantine et l’engorgement corrélatif des universités traditionnelles, le Burkina Faso, comme d’autres Etats, a opté pour la solution de la création d’universités publiques en province. Cette solution de prime abord satisfaisante montre, en pratique, de nombreuses limites. En effet, l’ouverture de ces nouveaux établissements ne s’est pas accompagnée d’une hausse significative du recrutement d’enseignants. Ainsi, les nouvelles formations offertes sont souvent sous perfusion d’enseignants venant de l’Université historique, ce qui créé de nombreux déséquilibres.

Depuis plus de vingt ans se sont développés de manière assez anarchique, dans un premier temps, puis plus structurée dans un second temps, les établissements d’enseignement supérieur privés (Universités, Écoles ou Instituts). Or, force est de constate que la majorité de ces établissements, à l’exception de quelques-uns sérieux, sont créés de manière opportuniste afin d’enrichir leurs promoteurs (notamment pour les formations paramédicales) et qu’ils ne délivrent pas toujours des diplômes reconnus par l’Etat. Les établissements privés doivent être une offre complémentaire et non parasitaire des établissements publics.

La Communauté universitaire

Même si l’on entend et comprend, les plaintes concernant le manque de moyens financiers des universités, tout n’est pas question d’argent. La démarche qualité, dans laquelle s’inscrivent de nombreuses universités actuellement (et qui correspond à une attente des bailleurs), nécessite, une nouvelle fois, plus une volonté politique que des moyens financiers. Elle nécessite une remise en ordre au sein des universités. Celle-ci passe par l’édition d’un certain nombre de documents dont l’objectif est de renforcer la transparence à la fois en interne et en externe. Il est indispensable que toutes les universités disposent d’un catalogue de leur offre de formation. Il est aussi primordial, dans cette démarche qualité, que les autorités universitaires adoptent un guide des procédures administratives et financières afin d’attirer des investissements externes.

D’un point de vue administratif, les textes en vigueur confient aux différentes autorités administratives des rôles bien déterminés. Mais pour s’assurer que cela soit le cas, il paraît primordial que ces responsabilités soient justement récompensées financièrement. Quel doyen de faculté assumerait cette lourde charge chronophage pour l’équivalent de 30 euros par mois, comme c’est le cas au Burkina Faso ? Quel président d’université assumerait la sienne pour 200 euros, lorsque l’on sait les responsabilités, les pressions et les insomnies que cette charge implique ?

Conclusion

Les autorités burkinabè disposent de toutes les ressources en interne pour administrer les remèdes nécessaires à l’enseignement supérieur : la compétence individuelle, les causes connues et analysées des dysfonctionnements, etc. Jusqu’à présent, le choix opéré a été celui d’un saupoudrage, de réformes conjoncturelles. Il semble que cette méthode ait montré ses limites.

Il paraît primordial de redonner à la jeunesse burkinabè l’espoir en un avenir meilleur, qui avait en partie justifié sa mobilisation lors de l’Insurrection d’octobre 2014, et la Communauté internationale a sa partition à jouer.

La conjugaison de l’accroissement de la population et du taux de réussite au baccalauréat promet de « forts vents » déstabilisateurs d’ici 10 à 15 ans. Il y a donc urgence à agir. Il s’agit d’un impératif pour la stabilité du pays et tout le monde y a intérêt d’un point de vue humain et sécuritaire au Sud comme au Nord !

[1] Ancien Conseiller technique des Présidents des Universités publiques du Burkina Faso (2012 – 2016). Cette contribution a été originellement rédigée sous la forme de note technique (en mars 2016) à la demande des autorités universitaires burkinabè. L’objectif de la note était d’avoir une approche holistique des défaillances de l’enseignement supérieur au Burkina Faso et de tenter d’apporter des solutions. Il s’agit là d’une version vulgarisée qui n’engage que son auteur. J’exprime ma reconnaissance à mes collègues burkinabè pour leur relecture et remarques toujours constructives.


4 réflexions sur « L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant ! »

  1. Quand des master coûtent plus du million de francs cfa par an, dans des universités publiques où les salles de classes, l’eau, l’électricité et les professeurs sont à la charge de l’Etat, on peut bien se poser les questions suivantes : « l’Etat, veut-il les meilleurs de ses étudiants au 2e cycle (Master) ou préfère t-il les étudiants les plus riches avec l’avantage de coûter moins cher à l’Etat, ou les deux à la fois ? Finalement, qui sera habilité à s’inscrire au 3e cycle (Doctorat) et à quel coût ?
    Il me semble que la réponse à ces questions, de la façon la plus franche possible par les politiques sectorielles pourra orienter les recherches pour un système d’enseignement supérieur plus rayonnant et mieux partagé au BF.
    Issa

    1. Bonjour, il est vrai que certains Masters ont des frais importants. Mais leur coût doit être mis en relation avec le service offert aux étudiants (accès à du matériel pédagogique de qualité, ouverture internationale, etc..), avec les débouchés offerts aux étudiants (employabilité, niveau de rémunération à la sortie) et avec le droit de regard de l’université sur la gestion et la répartition des fonds générés par ces Masters. Si le bilan coût-avantage (nécessitant une évaluation régulière) est positif, il s’agit d’un investissement plutôt avantageux. Il faudrait dès lors revoir le système de bourses, pour accentuer l’attribution de bourses au mérite sur des critères sociaux transparents. Certains Masters dans le privé (mis en place par des enseignants du public) ont des frais de scolarité de près de deux millions pour des diplômes non reconnus par l’Etat. Là où vous avez totalement raison, c’est le cas de Masters développés par des collègues dans le public à des coûts élevés, qui ne sont pas reconnus par l’Etat et dont la gestion n’est pas transparente. Cordialement.

  2. La recherche de l’efficience au sein de la communauté universitaire est l’objectif qu’on peut atteindre à court terme. Il revient aux enseignants de prendre pleinement conscience de leurs responsabilités dans la conduite des activités pédagogiques. Dès lors, l’enseignant accepte son volume horaire statutaire ; il exécute toutes ses heures dans le délai de programmation ; il corrige ses copies avec délicatesse et remets les notes dans le délai. Il revient à l’enseignant l’effort de respect des textes édités. De la sorte, on tendra vers l’efficience (de meilleurs résultats avec moins de moyens) dans nos universités.

    1. M. Le VP, je ne peux que partager votre commentaire! De l’exemplarité du comportement des enseignants-chercheurs dépendra le mieux être des universités. Il est temps que ceux qui, par leur comportement non déontologique, déshonorent la profession puissent faire l’objet de sanctions adéquates de la part des commissions de discipline. Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.