Urbanisme hyper-moderniste et renouveau autoritaire à Zanzibar

Par Marie-Aude Fouéré

photographie Marie-Aude Fouéré

Zanzibar connaît un boom urbanistique et immobilier qui devrait radicalement modifier sa physionomie dans les années à venir. La population, de 1,3 millions d’habitants pour seulement 2654 km2, dépassera 2 millions d’habitants en 2037 (recensement et prévisions de 2012). Près de 300 000 touristes visitent l’archipel chaque année, et le gouvernement souhaite porter ce chiffre à ½ million dès 2020, nécessitant donc tout un ensemble d’infrastructures adaptées. Ce boom est porté par l’État aussi bien que par le secteur privé.

Des projets surdimensionnés

Deux vastes projets émergent de terre à 50 km au sud de la capitale de Zanzibar, à Fumba. « Fuma Town Development » est une ville en miniature avec ses maisonnettes pour les classes supérieures, ses magasins, ses espaces verts, ses accès à la plage et ses zones récréatives (http://www.fumba.town). Ce projet est le fruit d’un partenariat privé-public (PPP) associant CPS Live Ltd, un promoteur immobilier privé allemand, et le gouvernement de Zanzibar via la banque nationale et la Zanzibar Investment Promotion Authority (ZIPA). Des portes ouvertes organisées le 19 août 2017 ont permis aux curieux ou intéressés de découvrir l’état d’avancement de cette ville nouvelle. Le second projet est « Fumba Uptown Living », lancé par le magnat zanzibarite Said Salim Bakhresa. Il s’agit aussi d’une vaste ville nouvelle qui, avec ses 700 maisonnettes et quelques immeubles modernes en bord de mer, cible les classes moyennes. Une large promenade bordée de palmiers récemment plantés et de hauts lampadaires avec leurs néons bleus est déjà accessible aux badauds. Une usine de transformation de lait a été installée à l’entrée de la ville et un nouveau port privé est en construction pour gérer le fret de l’entreprise sans avoir à dépendre du port principal de Zanzibar, encombré et dysfonctionnel. Un troisième projet se prépare dans la même zone, appelé la « Fumba Satellite City », encore peu publicisé.

L’entreprise AzamAzamBakhresa se déploie aussi au nord de la ville de Zanzibar, à Mtoni, où le « Mtoni Marine Water Park », gigantesque projet immobilier, comprendra des logements, des hôtels luxueux, une marina, un parc d’attraction et une île artificielle, « Chapwani Paradise Island », aussi prévue pour accueillir de cossus cabanons pour les touristes. La plage originelle a déjà été entièrement remodelée et des caméras filment régulièrement les avancées du projet, dont les images sont rediffusées sur des écrans géants sur le site même de construction mais aussi dans les ferry qui font la traversées entre Zanzibar et Dar es Salaam, propriété du groupe AzamAzamBakhresa. Enfin, au nord-est de l’île, près du village de Matemwe, le gigantisme va atteindre son comble puisqu’un projet de méga-resort a été lancé, le « Zanzibar Amber Resort ». Au coût prévu de 1,6 milliards de dollars (les chiffres varient), ce grand chantier touristique de l’entrepreneur Pennyroyal Limited, entreprise de Gibraltar, fait intervenir le constructeur chinois MCC Overseas pour édifier « 1900 villas de luxe, 3500 appartements, des hôtels 5 étoiles, un golf de luxe et 100 000 m2 de boutiques » (Daily News, 17 décembre 2016) dont une partie conquise sur la mer sera modelée en forme de palmier.

Le gouvernement de Zanzibar ne s’associe pas seulement à des projets venus de l’extérieur au sein desquels il s’impose comme un acteur central, grâce à des PPP, ou comme simple supporter enthousiaste de chantiers privés qui auront un impact important sur l’industrie touristique de l’archipel, donc sur le produit intérieur brut, et entraînent l’amélioration du réseau routier. Il conçoit et impulse aussi ses propres projets de développement et planification urbaine, bien qu’il dépende toujours de fonds privés ou de prêts d’agences publiques ou paraétatiques pour les réaliser. Ainsi, dans le quartier de Bwawani qui jouxte le vieux centre urbain de Stone Town, un hôtel à cinq étoiles doit voir le jour, ainsi que des grands centres commerciaux, une salle de conférence de standard international et des espaces de jeux, sur financement de Quality Group Ltd, un conglomérat tanzanien. D’autres grands projets actuels relèvent d’une planification urbaine de plus grande ampleur, qui vise à favoriser la décentralisation du développement économique, aujourd’hui centré sur la capitale de l’archipel, notamment dans le but de contrer les méfaits d’une urbanisation sauvage ou faiblement contrôlée. Quatorze villes ont été identifiées, dans les deux principales îles de l’archipel, Unguja et Pemba, et inscrites dans la National Spatial Development Strategy de 2015. Les projets pilotes mis en place dans ces villes associeront renouveau économique et valorisation du patrimoine historique bâti. Les périphéries proches de la vieille ville, notamment le quartier de barres d’immeubles de Michenzani, doivent également donner lieu à des mesures de protection et de valorisation pour le rendre plus attrayant pour les visiteurs mais aussi pour les activités commerciales. Michenzani, « pièce maîtresse d’un programme visant à faire de Zanzibar une société et une ville socialiste »[1], est un ensemble d’habitat collectif érigé à Zanzibar après la Révolution de 1964 suivant des plans d’urbanisme empruntés à l’Allemagne de l’Est. Un grand centre commercial est en construction, grâce aux prêts de la ZSSF (Zanzibar Social Security Fund), face à la nouvelle Tour de la Révolution[2] érigée dans le cadre des commémorations du cinquantenaire de la Révolution.

Urbanisme mondialisé et réussite individuelle

Des études récentes sur les politiques de grands travaux en Afrique de l’Est soulignent combien le nouveau capitalisme d’État s’inscrit dans la continuité des projets adoptés au sortir de l’indépendance, qui s’appuyaient sur une foi dans le progrès technologique pour transformer radicalement les sociétés africaines au plan économique, social et moral. Elles mobilisent les travaux de James Scott, dans son ouvrage Seeing Like a State[3], pour montrer que les nouvelles infrastructures ne sont pas des outils neutres mais les véhicules de représentations et des instruments de contrôle. Ces « infrastructures enchantées »[4] incarnent certaines conceptions de la modernité et du progrès arrimées au pouvoir de la science et de la technologie, et permettent aux régimes en place d’accentuer leur contrôle sur un territoire, des populations et des imaginaires.

Les différents chantiers en cours à Zanzibar s’inscrivent dans ces réflexions sur la politique des grands travaux en Afrique de l’Est, même s’ils laissent deviner une multiplicité de conceptions et d’attentes. Par exemple, le Fuma Town Development s’accompagne d’une « vision » qui associe rhétorique du développement personnel, idéal familial et esprit néolibéral. La ville nouvelle est décrite comme un lieu où chacun peut réaliser « l’histoire de sa vie », « voir grandir ses enfants, entourés d’une famille aimante » mais aussi « trouver sa vocation », « réaliser ses rêves » et « vivre l’entrepreneur que l’on porte en soi » dans un espace avec « des opportunités illimitées ». C’est à Fumba que « votre histoire commence ! », affirme un slogan du site internet. Il s’agit d’un discours censé être adapté aux classes supérieures que cible ce projet immobilier.

Construire, c’est faire la nation

Les projets portés par l’Etat adoptent quant à eux le langage de la construction de la nation qui associe progrès économique et social, et renforcement de l’idée nationale. Parce que le régime en place est issu du parti au pouvoir depuis l’indépendance, les représentants du gouvernement ravivent la rhétorique révolutionnaire qui, depuis 1964, fait de la Révolution le mythe de fondation de la nation zanzibarite. Par exemple, les bénéfices du chantier de Bwawani ne sont pas vus comme strictement financiers, mais aussi politiques et idéologiques. Dans son discours à la Chambre des Représentants le 5 avril 2016, le président Ali Mohamed Shein présenta la revitalisation de Bwawani en ces termes : « Cet hôtel sera mis en valeur comme exemple de réussites de la Révolution Sainte de Zanzibar de 1964 ». En effet, après la Révolution de 1964, le nouveau régime s’engagea dans des politiques de modernisation urbaine plaquées sur les standards occidentaux, notamment avec l’aide d’experts est-allemands. Le président Abeid Karume (1964-1972) fit construire à Bwawani le premier hôtel de standard international de l’archipel, avec piscine et ascenseur, où les quelques visiteurs étrangers autorisés à se rendre dans l’archipel devaient résider et qui fut brandi comme le symbole de cette nouvelle modernité. En termes esthétiques, Dubai est le modèle ultime, comme ailleurs en Afrique de l’Est. On sait qu’au Kenya, le projet Vision 2013[5] affirme que les nouveaux chantiers vont « amener Dubai au Kenya ». À Zanzibar, pendant la campagne présidentielle de 2015, le président sortant Ali Mohamed Shein, candidat pour un second mandat, mobilisait aussi Dubai comme exemple à suivre. La Tour de la Révolution construite dans le quartier de Michenzani s’inspire de cette esthétique moderniste arabisante, comme son architecte l’explique, affirmant que la Tour est  le symbole d’une modernité capable de rivaliser avec des édifices construits ailleurs dans le monde.

Les projets privés reprennent également le modèle de Dubai, comme le méga-resort du Zanzibar Amber Resort, à Matemwe, avec son île en forme de palmier géant. Mais les discours ne sont pas homogènes selon les interlocuteurs et leurs profils, et peuvent aussi se contredire. D’autres acteurs du ministère sont plus circonspects sur la validité de ce modèle modernisateur et son adaptation à Zanzibar, préférant au contraire faire valoir le patrimoine, les traditions et les savoir-faire locaux pour imaginer le futur de l’archipel. On observe donc l’entrecroisement, parfois la compétition, de différents « langages » : celui de la démocratie et de la participation populaire, celui du patrimoine culturel et historique (dans une île où la vieille ville de Stone Town est inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’Unesco et l’objet de nombreux programmes de conservation et de valorisation patrimoniale), ou encore celui de la conservation de la nature et du développement durable, permettant donc d’arrimer les visées nationalistes de ces transformations du territoire aux conceptions internationales du développement.

« Modernisme autoritaire »

Les travaux sur la politique des grands chantiers en Afrique de l’Est mettent également en avant ses liens avec l’autoritarisme de l’État. Le Rwanda, comme l’Ethiopie, exemplifie aujourd’hui ce « modernisme autoritaire ». À Zanzibar, la nature de ces liens est encore à explorer. On constate toutefois que les projets modernistes et futuristes actuels s’inscrivent dans un contexte de renforcement de l’autoritarisme du régime. Entre 2010 et 2015, l’archipel avait mis en place un système de partage du pouvoir dans le cadre d’un gouvernement dit « d’union nationale » faisant coopérer le parti au pouvoir du CCM (Chama Cha Mapinduzi) avec le principal et très populaire parti d’opposition du CUF (Civic United Front). Il avait pour but de réduire les tensions politiques, économiques et sociales qui sapent le développement de l’archipel. Certes, les échecs de cette expérience de partage du pouvoir ont pesé sur le scrutin d’octobre 2015, sachant que les deux partis n’ont pas réussi à collaborer. Mais les élections ont surtout été appréhendées par le CCM comme un moment d’opportunité pour reprendre le contrôle du gouvernement et, plus généralement, de la vie politique insulaire. Le scrutin fut en effet annulé de façon arbitraire et de nouvelles élections présidentielles organisées en mars 2016. En raison du boycott du CUF, le président candidat à sa succession a été réélu avec 91,4 % des voix. Depuis, les actions de violence et de terreur qui avaient cours dans les années 1970 et 1980 et réapparaissaient épisodiquement, comme lors des élections de 2000-2001, ont repris. Elles ont lieu dans un contexte où la Tanzanie dans son ensemble, depuis la présidence de John Magufuli, se caractérise par un fort renouveau autoritaire qui agite les activistes des droits de l’Homme et intimide la population.

À Zanzibar, les lieux publics où se rassemblent les sympathisants du CUF sont vandalisés par des individus habillés en civils mais armés et se déplaçant dans les véhicules des forces de l’ordre. Des personnes sont ciblées et attaquées souvent chez elles la nuit par ceux qu’on appelle les mazombi (zombies) en swahili, des policiers ou militaires en civils et cagoulés, que certains pensent aussi être des jeunes entraînés dans les camps des forces de l’ordre et souvent drogués. Ainsi, le 30 septembre, Ali Juma Suleiman, membre actif du CUF, fut violement torturé chez lui la nuit et jeté dans un fossé avant d’être retrouvé et emmené à l’hôpital public de Mnazi Mmoja. Interviewé le lendemain par une équipe de journalistes, le témoignage qu’il fait de ses tortures par les mazombi le montre fatigué et traumatisé mais pas mourant. Il décède pourtant la nuit même et, le lendemain matin, la famille récupère un corps dans un état de décomposition avancée qui laisse soupçonner l’empoisonnement. On entend dire qu’il a été pris pour cible car, depuis quelques semaines, il organisait pour le CUF des réunions au cours desquelles il annonçait la déstabilisation du pouvoir en place. En signe de protestation silencieuse, la famille a fait porter très visiblement le corps d’Ali sur une civière jusqu’à sa tombe, sur plusieurs kilomètres, plutôt que d’organiser un transport en corbillard. Aucune déclaration présidentielle n’a été faite jusqu’à ce jour, comme à chaque cas d’attaques ou de torture. Les lieux de rassemblement des sympathisants de l’opposition sont désertés et l’on entend partout que le régime en place règne par les armes et par la peur, de sorte que les grands projets de développement et les futurs radieux ne font guère rêver.

[1] Garth Myers, « Making the Socialist City of Zanzibar », Geographical Review, 84 (4), 1994, p. 463.

[2] Marie-Aude Fouéré, « Malaise monumental, inconfort commémoratif. Zanzibar et sa Tour de la Révolution », Cahiers d’études africaines, LVII (3), 227, 2017, pp. 583-617.

[3] James Scott, Seeing like a State : How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven/London, Yale University Press, 1998

[4] P. Harvey et H. Knox, « The Enchantement of Infrastructure », Mobilities, 7 (4), 2012, pp. 521-536.

[5] Jason Mosley et Elizabeth E. Watson, “Frontier Transformations: Development Visions, Spaces and Processes in Northern Kenya and Southern Ethiopia”, Journal of Eastern African Studies, 10 (3), 2016, pp. 452-475.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *