Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

Les débats sur l’avenir du franc CFA1 ne sont pas nouveaux. Mais ces dernières années on observe un regain, souvent passionné, de ces débats autour de questions relatives à la rupture avec la France, et à la création d’une monnaie alternative. Les notes qui suivent ont été, en partie, conçues autour de l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale, de Soumaïla Cissé (Éditions Éburnie, 2013, 206 p.). Ses qualités d’ancien ministre des Finances du Mali (1993-2000), et de président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) (2004-2011), donnent une grande importance à ses éclairages et orientations sur la question économique en général, et monétaire en particulier, de l’Afrique de l’Ouest. Les critiques négatives à l’égard de la gestion du franc CFA, le seul système monétaire au monde à avoir survécu à la décolonisation, et de ses liens avec la France, semblent contribuer au renforcement du sentiment panafricaniste, face à une forme de mise sous tutelle et d’injustice perpétuelle. Les opposants au franc CFA et à sa gestion actuelle, la plupart du temps des économistes (donc des experts de la question), déplorent souvent le fait que les débats restent confinés au sein des seuls cercles d’experts. Paradoxalement, leur argumentaire pour s’opposer, apparait, du fait de sa technicité, tout aussi difficilement perceptible auprès du grand public. L’intérêt qu’on peut porter à l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale tient au fait qu’il nous apparait comme un raisonnement synthétique (étayé par des arguments historiques, économiques, politiques et géopolitiques) de la situation du franc CFA, et de la question d’une nouvelle monnaie ouest-africaine.   Conçu pour faciliter l’intégration des anciennes colonies françaises dans le commerce international, le franc CFA confèrerait aux pays utilisateurs de la stabilité et de la confiance, en vue d’attirer les investisseurs étrangers. C’est du moins le point de vue de la France mais plusieurs économistes africains estiment, pour leur part, que la monnaie commune freinerait le développement des pays utilisateurs.

Un état des lieux du franc CFA

Dénommé franc des colonies françaises à sa création en décembre 1945, le franc CFA avait pour but de restaurer l’autorité monétaire française dans les territoires coloniaux qui avaient été isolés de la métropole pendant la Seconde Guerre mondiale. L’indépendance politique représentait l’occasion pour les responsables politiques d’Afrique francophone de conduire « en toute indépendance » les politiques économiques de leurs pays. Ils ont été confrontés à un dilemme, aussi décisif pour eux que pour les générations futures : pérenniser l’intégration monétaire qui avait caractérisé la période coloniale ou choisir la voie de la fragmentation monétaire. A l’indépendance, l’atmosphère qui régnait dans la zone franc n’était pas celle d’une rupture avec la métropole, et les liens entre les dirigeants français et ceux d’Afrique francophone dépassaient la seule sphère économique. Les seconds avaient par ailleurs occupé des postes à responsabilité durant la colonisation et n’avaient donc pas de difficultés à reproduire à l’identique un système qu’ils connaissaient déjà. En outre, l’aide apportée2 par la France étant assez significative, ses anciennes colonies ne voulaient pas s’en passer. Le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait donc naturel. D’ailleurs, l’implication de la France dans le pilotage des économies était dès le départ souhaitée par un groupe de dirigeants d’Afrique francophone. La plupart d’entre eux aurait même favorisé le maintien du lien monétaire avec la France, à travers un certain nombre de mesures : demande insistante de la participation de la France au conseil d’administration de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; acceptation que le siège se situe à Paris jusqu’en 1973 ; renoncement à une politique monétaire autonome ; demande du maintien de l’UMOA (créée en 1962) au moment de la création de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, qui comprend aussi des pays n’ayant pas été colonisés par la France) en 1975. Un constat qui pousse S. Cissé à évoquer l’expression d’une « indépendance surprise ». Contrairement aux Etats de la zone franc qui ont maintenu des banques centrales communes, d’autres Etats africains, à l’avènement des indépendances, ont choisi la voie de la fragmentation en créant leurs propres banques centrales. La désintégration aurait alors eu des effets désastreux pour le continent africain. Une majorité de pays a connu des crises de balance des paiements, des crises bancaires systémiques, des crises d’hyperinflation… Les principales causes seraient dues au décrochage du système monétaire international (« désintégration »), ayant forcément donné lieu à la création de monnaies nationales et de banques centrales distinctes.

Les enjeux économiques et politiques actuels du franc CFA

Le cinquante cinquième anniversaire de l’indépendance du Tchad, le 11 aout 2015, a été l’occasion pour le président Idriss Déby de remettre sévèrement en cause le système actuel du franc CFA, en présence d’autres chefs d’Etats africains venus assister à la cérémonie. Il expliqua que « les clauses économiques entre la France et l’Afrique sont dépassées », et enjoignit les responsables français à « avoir le courage de dire que le moment est venu de couper un cordon qui empêche l’Afrique de décoller »3. Parmi les points de discorde qu’il a évoqués figurent : la non convertibilité du franc CFA, y compris entre les deux zone (BCEAO et BEAC) ; le fait que tous les échanges passent obligatoirement par la Banque de France ; l’arrimage du franc CFA à l’euro… L’arrimage du franc CFA à l’euro signifie que la valeur du franc CFA sur les marchés mondiaux dépend de celle de l’euro. Les pays de la zone franc, n’ayant pas le contrôle de leur politique de change4, sont entièrement soumis aux fluctuations du cours de la monnaie européenne. Cet arrimage basé sur une gestion déconnectée des réalités économiques africaines serait, selon des constats d’économistes, fortement handicapant pour le développement des pays de la zone franc. En citant en exemple le cas de la Grèce, Kako Nubukpo (2015) souligne le fait qu’ « une économie faible qui a une monnaie forte engendre des ajustements très difficiles à soutenir ». On peut ainsi constater qu’aujourd’hui le franc CFA, via son rattachement à l’euro, est beaucoup plus déterminé par les événements au sein de la zone euro que par la conjoncture au sein de la zone franc. Les intérêts de l’arrimage pour la France sont une facilitation des investissements français en Afrique, du rapatriement des capitaux, de l’importation par la France de matières premières… En revanche, l’inconvertibilité entre les diverses zones du système CFA a pour conséquence le blocage des échanges interafricains.

La monnaie est souvent présentée comme un symbole d’identité nationale, un outil de souveraineté et de reconnaissance internationale, la mieux à même de garantir une véritable indépendance. Au moment des indépendances, les pays qui ont entrepris la démarche d’un affranchissement économique (Guinée (1960), Mali5 (1962), Madagascar (1973)) vis-à-vis de la France, par la création de leurs propres monnaies, auraient été soumis à un sabotage de leur économie. Le franc CFA serait ainsi « un exemple frappant du lien (post)colonial qui se perpétue entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest et du Centre » (Kako Nubukpo, 2007), et correspondrait précisément à un système qui permet de rapatrier les avoirs africains en France. D’éminents économistes africains ont alors, d’ailleurs depuis longtemps, prôné la nécessité pour l’Afrique de « sortir de la répression monétaire ou du piège monétaire ». La France, quant à elle, ne tiendrait pas à changer le système puisque tout l’argent de l’Afrique se retrouverait à Paris. Selon ce constat, bien qu’étant majoritairement « pauvre », la réalité serait que « la zone franc croule sous l’argent »  (S. Gharbi, 2006). Ce fait paradoxal trouve son explication à travers les mécanismes de « Compte d’opérations » et de « taux de couverture ». Des comptes sont ouverts auprès du Trésor français au nom de chacun des deux instituts d’émission que sont la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). A travers ce procédé, les principaux Etats membres de la zone franc conviennent de mettre en commun un pourcentage donné de leurs avoirs extérieurs (« taux de couverture de l’émission monétaire ») dans un fonds de réserves de change. Ce sont ces réserves qui font l’objet d’un dépôt auprès du Trésor français, dans un compte courant dénommé « Compte d’opérations ». Il apparait ainsi que pour la zone UEMOA, les avoirs extérieurs nets auprès du Trésor français s’élevaient, au 31 décembre 2013, à 4 950.4 milliards de francs CFA pour la BCEAO, soit un taux de couverture de l’émission monétaire de 90.4 %. Pour la zone CEMAC, les avoirs extérieurs nets s’élevaient à la même période à 8 123.203 milliards de francs CFA pour la BEAC, soit un taux de couverture de l’émission monétaire de 97.9%, via le mécanisme dit du « Compte d’opérations ».

La situation ci-dessus décrite est paradoxale, et interpelle bon nombre d’économistes africains, dans la mesure où les « conventions du Compte d’opérations » qui lient la France et les États de la zone franc obligent les banques centrales de la zone à assurer un taux de couverture de l’émission monétaire de seulement 20 %. « La BCEAO se prive donc volontairement, avec au minimum l’accord tacite du Trésor français, de moyens financiers conséquents potentiellement utiles à la croissance au sein de l’UEMOA […] ». La question qui est alors posée est : pourquoi les États utilisateurs du franc CFA s’endettent-ils fortement à des taux d’intérêt élevés, alors même qu’ils disposent de réserves de change qui pourraient, à minima, servir de levier pour un endettement plus sain, à défaut d’utilisation directe ?

Nombreux sont les médias africains qui ont sans cesse relaté l’épisode autour de l’économiste togolais, Kako Nubukpo – ancien ministre de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques du Togo (2013-2015) et, ex fonctionnaire de la BCEAO – dont les critiques virulentes et récurrentes de la gestion du franc CFA auraient motivé son éviction du gouvernement togolais. Il aurait, en effet, suggéré de puiser dans les réserves de change auprès du Trésor français, pour accompagner les économies du continent, et favoriser la croissance économique. Ce ‘’feuilleton’’ peut laisser supposer l’existence d’une chape de plomb, pesant sur tout intellectuel ou politique africain qui oserait remettre en cause le franc CFA. C’est l’idée qu’on aurait pu retenir du traitement médiatique de l’affaire. Son argumentaire contre le système actuel fait essentiellement état de quatre grandes faiblesses qui pénaliseraient le franc CFA : (i) l’incapacité de la monnaie à promouvoir le développement des échanges intracommunautaires, (ii) la difficulté pour les économies de la zone franc à réaliser des gains de compétitivité-prix à l’export, (iii) la faiblesse chronique du financement des économies de la zone et enfin, (iv) l’absence d’objectifs explicites de croissance économique dans les agendas des deux principales banques centrales de la zone (BCEAO et BEAC). En somme, Kako Nubukpo (2007) milite pour la tenue de débats sur l’avenir du franc CFA, ce qui sous-entendrait qu’il n’est pas forcément partisan d’une rupture radicale avec la France. Toutefois, l’acheminement des Etats vers une monnaie commune à l’horizon 2020, à l’échelle de la CEDEAO, est une de ses préconisations.

Les enjeux de la création d’une nouvelle monnaie

On ne saurait aborder la question de la future monnaie sans évoquer la Zone monétaire ouest-africaine (composée de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Sierra Leone et du Nigéria, chaque Etat utilisant une monnaie nationale distincte). C’est la fusion de cette dernière avec l’Union économique et monétaire ouest-africaine qui devrait aboutir à la création d’une nouvelle monnaie « Eco », à l’échelle de toute la région ouest-africaine. D’autres pays en dehors des deux zones, le Libéria et le Cap Vert, ont aussi adhéré au projet. La feuille de route initiale prévoyait de doter  d’abord les Etats de la Zone monétaire ouest-africaine de l’Eco en 2015, puis de parvenir à une fusion avec le franc CFA en 2020. Les questions que suscitent les débats autour de la création d’une nouvelle monnaie sont celles auxquelles furent confrontés les principaux acteurs de l’indépendance. Les partisans de la rupture avec la France, pour la plupart, semblent essentiellement guidés par une vision politique, soulignant la prolongation indéfinie de l’héritage colonial. Des questions idéologiques, nourries par des arguments strictement politiques, ne suffiraient pourtant pas à soutenir la rupture avec le franc CFA, et ne soutiendraient pas rationnellement la création de la nouvelle monnaie « Eco ». Le projet d’une monnaie commune au sein de la CEDEAO pourrait voir le jour au travers d’un « patriotisme économique », qui repose sur une forte adhésion des populations. On pourrait, à cet égard, concevoir que ce projet soit d’abord motivé par des arguments politiques. L’idée que des arguments politiques viennent soutenir le projet s’expliquerait par un sursaut de panafricanisme auprès des populations africaines, une dynamique que l’on observe un peu partout en Afrique. Si tel est le cas, les Etats concernés par le projet de monnaie « Eco », quant à eux, semblent impliqués à degrés divers. S. Cissé, lui-même ancien ministre des Finances, rappelons-le, souligne le manque de débats de fond sur les problèmes économiques et monétaires qui touchent les pays de l’UEMOA, lors des réunions annuelles des ministres des Finances. Il explique, par exemple, que la question de la convertibilité entre le franc CFA d’Afrique de l’Ouest et celui d’Afrique centrale n’aurait jamais été abordée. Il décrit alors le caractère policé des rencontres qui serait, selon lui, dû à la situation de débiteurs des pays, les dissuadant d’avoir un rôle d’impulsion d’idées nouvelles. C’est précisément cet aspect qui fait apparaitre l’UEMOA comme une institution voulue par la France, suscitant une méfiance des Etats de la CEDEAO6, surtout quand il s’agit de discuter de la nécessité d’une future monnaie commune, à l’échelle de toute la région ouest-africaine. Un projet qui ressemblerait plutôt à un « effet d’annonce en décalage avec le total immobilisme des pouvoirs publics ouest-africains ». La vraie question est : l’Afrique de l’Ouest est-elle réellement prête à adopter sa propre monnaie ? Le cas échéant, quels en seraient les difficultés, les risques et les potentialités de réussite ?

Au plan économique, des recherches (Houssa 2008, Tapsoba 2009) ont démontré que si les bénéfices d’une monnaie unique sont potentiellement importants pour les pays africains concernés, (particulièrement en termes d’échanges commerciaux, de performance macroéconomique), les coûts n’en demeurent pas moins importants. L’importante divergence des chocs entre les différents pays en serait la difficulté principale. Par exemple, le Nigéria est un exportateur net de pétrole tandis que les pays de l’UEMOA en sont des importateurs nets. La mise en place d’une politique monétaire commune au sein de l’espace CEDEAO devient donc difficile dans la mesure où les pays de l’UEMOA et le Nigeria  ne  sont  presque  jamais dans la même phase du cycle économique  lors  de  la  survenance d’un choc d’offre (hausse ou baisse du prix du pétrole). « Une politique monétaire commune à des pays en opposition de phase dans le cycle économique ne peut être optimale et induirait tôt ou tard la tentation pour  certains  pays de récupérer leur souveraineté monétaire afin de faire face aux défis spécifiques de leurs économies respectives » (K. Nubukpo, 2010). En tout état de cause, la perspective de la rupture est une vision très nuancée par S. Cissé qui estime que « la disparition de la zone franc pourrait notoirement affaiblir les économies de la sous-région ouest-africaine ». Une monnaie ne saurait s’imposer simplement parce qu’elle constitue le symbole d’une identité. Sa mise en place exige le respect d’un certain nombre de règles économiques et, en premier lieu, une confiance forte en sa valeur, de la part de ceux qui l’utilisent. Son imposition, sans que cela soit basé sur la confiance retirée de l’expérience de son utilisation (à travers le commerce, ou comme instrument d’épargne), créerait des désordres monétaires. Cela se traduit par l’existence de marchés parallèles (dû à la non-convertibilité de la monnaie) ; l’hyperinflation ; des situations ou plusieurs monnaies se font concurrences et où les « mauvaises » finissent par chasser les « bonnes ». La confiance monétaire repose sur la santé économique d’un pays, sa capacité à s’intégrer au commerce mondial, et son leadership dans une région.

La perspective de la création d’une monnaie au sein de l’UEMOA/la CEDEAO devrait donc au préalable passer par la recherche des moyens d’asseoir la confiance du public à l’égard de cette nouvelle monnaie. La confiance en la monnaie implique l’idée qu’elle soit stable, acceptée par les populations, acceptée par l’extérieur, et qu’elle serve à financer le développement. Cela nécessite une certitude autour de l’idée que sa valeur ne se dépréciera pas brusquement, et que les utilisateurs resteront libres de l’échanger souverainement contre une autre monnaie. La confiance en une monnaie, c’est donc l’assurance de pouvoir s’en débarrasser sans difficulté si les choses tournaient mal. De ce point de vue,  la confiance devient synonyme de convertibilité. La convertibilité est liée à la détention de devises internationales, en volume suffisant, dans les caisses de la banque centrale, pour pouvoir les échanger à tout moment contre sa propre monnaie. Pour y parvenir, donc pour attirer les capitaux étrangers, les pays de la CEDEAO ne pourront décrocher complètement leur futur devise de l’une de ces monnaies internationales : le dollar, l’euro, le yen,  qui constituent l’essentiel des réserves mondiales. La possession de devises internationales suffisantes serait à même de garantir la survie de la future monnaie, qui ne manquera surtout pas d’être « attaquée », au risque d’une forte dépréciation. Il s’agit pour les investisseurs étrangers de tester les gouvernements, en investissant massivement sur les marchés financiers et entreprises locaux (en détenant donc de la monnaie de la région). Puis subitement, un jour, sans prévenir, ils revendent massivement les actifs qu’ils ont achetés, en demandant un remboursement de leur argent dans une monnaie internationale, le plus souvent en dollar. Cette mise à l’épreuve de la capacité des responsables politiques à tenir leur promesse de remboursement, en devises étrangères, a pour conséquence de déprécier fortement la monnaie domestique, avec une baisse progressive de sa valeur. La « sécurité » de la future monnaie serait, pour les pays utilisateurs, la garantie de voir leurs réserves de change diminuer sans se mettre en situation d’insolvabilité (situation de stress des paiements extérieur) vis-à-vis de l’extérieur. En somme, l’objectif pour la sous-région ouest-africaine consiste à attirer des capitaux étrangers sans accroître sa vulnérabilité extérieure, et  disposer de réserves extérieures stables. Or c’est précisément l’une des grandes difficultés à laquelle l’Afrique de l’Ouest est confrontée. La faible compétitivité des pays de l’UEMOA dans le commerce mondial (que certains experts mettent sur le compte de l’arrimage du franc CFA à l’Euro) est un frein à l’accumulation de devises étrangères. Amasser des devises reste pourtant tributaire d’une balance commerciale excédentaire. La remise en question du régime de change (le lien du franc CFA à l’Euro) ne suffirait toutefois pas à expliquer la faible compétitivité. La situation se trouve aggravée par : une spécialisation à l’échange sur des produits peu diversifiés et à faible valeur ajoutée ; le fait que les produits exportés ne représentent pas un volume suffisant de la production mondiale pour pouvoir peser sur la détermination de leur prix (la Côte d’Ivoire seule, en tant que premier producteur mondial, aurait cette possibilité de peser sur la fixation du prix du cacao).

L’analyse faite de la situation actuelle du franc CFA, et la perspective d’une nouvelle monnaie, laisse à penser que la crédibilité d’une nouvelle monnaie ouest africaine ne proviendrait que d’une garantie extérieure. Le cas échéant, on ne saurait toujours parler d’une véritable indépendance économique africaine. L’auteur suggère un certain nombre de préconisations pour une garantie saine de la future monnaie. La multiplication des interlocuteurs de l’Afrique (France-Afrique, Japon-Afrique, Chine-Afrique, Corée-Afrique, Brésil-Afrique, Inde-Afrique, sommet interparlementaire Russie-Afrique) dote progressivement le continent de meilleurs pouvoirs de négociation, en le rehaussant à la place d’un partenaire incontournable. Certainement à cause des ressources que recouvre son sous-sol – indispensables aux économies des pays émergents et aussi à la croissance technologique des pays européens et des Etats-Unis –  et pour ces sols agricoles. La garantie pourrait donc être basée sur des emprunts auprès d’économies émergentes, et ‘’gagée’’ par des matières premières et ressources du sous-sol. Cette garantie pourrait également être le prix demandé aux pays qui souhaitent installer durablement leurs activités sur le territoire de la CEDEAO. Ce système fonctionnera seulement si la future monnaie de la CEDEAO est ancrée à un panier de devises internationales (et non pas seulement à l’Euro), l’ancrage n’impliquant pas nécessairement que le taux de change soit fixe (comme c’est le cas actuellement avec l’Euro), mais fluctuant en fonction de la conjoncture économique qui prévaut dans l’espace CEDEAO.

L’idée d’un franc CFA plus favorable à la France, et qui plomberait le développement en Afrique, s’est largement répandue dans le débat public des différents pays utilisateurs. Si des arguments économiques tendent à le démontrer, le projet de création d’une nouvelle monnaie, quant à lui, demeure problématique. C’est le principal enseignement que l’ouvrage étudié semble s’attacher à véhiculer. On pourrait alors conclure en disant que contrairement à de nombreux économistes africains, S. Cissé voit d’un  ‘’mauvais œil’’ la disparition du franc CFA qui, selon lui, « affaiblirait notoirement les économies de la sous-région ouest-africaine ». En définitive, si l’auteur préconise des solutions « saines » pour l’adoption de la nouvelle monnaie, on constate surtout qu’il insiste sur le fait qu’elles seront difficiles à mettre en œuvre.

Bibliographie :

Gharbi, S., « La zone franc croule sous l’argent », Jeune Afrique, n° 2384, du 17-23 septembre 2006, p.69.

Houssa, R. (2008) « Monetary Union in West Africa and Asymmetric Shocks: A   Dynamic   Structural Factor Model Approach », Journal of Development Economics, 85 (1-2), PP. 319-347.

Monga, C., Tchatchouang, J.-C., Sortir du piège monétaire, Paris, Economica, 1996, 233 p.

Nubukpo, K., « Politique monétaire et servitude volontaire. La gestion du franc CFA par la BECEAO », Politique africaine 1/2007 (N° 105), p. 70-84

Nubukpo, K. « Instauration d’une monnaie unique dans l’espace CEDEAO et développement d’un marché régional intégré en Afrique de l’Ouest : quelles liaisons ? », International Centre for Trade and Sustainable Development, 5 février 2010, [En ligne]. http://www.ictsd.org/bridges-news/passerelles/news/instauration-d%E2%80%99une-monnaie-unique-dans-l%E2%80%99espace-cedeao-et [consulté le 22 février 2016].

Nubukpo, k. « Le franc CFA freine le développement de l’Afrique », Le Monde Afrique, 8 juillet 2015, [En ligne]. http://mobile.lemonde.fr/afrique/article/2015/07/08/le-franc-cfa-freine-le-developpement-de-l-afrique_4675137_3212.html [Consulté le 24 février 2016].

Tapsoba, S.J.A. (2009) « Union monétaire en Afrique de l’Ouest : Quelles réponses à l’hétérogénéité des chocs ?», Etudes et Documents E 2009. 12, CERDI, avril 2009, 34P.

  1. Successivement « franc des colonies françaises d’Afrique », « franc de la communauté française d’Afrique », puis « franc de la communauté financière d’Afrique », le franc CFA est le nom de deux monnaies communes à plusieurs anciennes colonies françaises d’Afrique, réparties en deux zones : la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC), et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). []
  2. Sous la forme de contributions directes du budget français ; à travers des subventions aux budgets de fonctionnement ; à travers des investissements et la mise en place d’une assistance technique. []
  3. Discours consultable en ligne : http://m.rfi.fr/emission/20150905-kako-nubupko []
  4. Des administrateurs français siègent aux conseils d’administration des différentes banques centrales de la zone franc (2/16 pour la BCEAO, et 3/13 pour la BEAC), et les statuts de celles-ci octroient à la France un droit de veto dans les prises de décisions. []
  5. Les conséquences furent pour le Mali des difficultés économiques très difficiles, une forte hausse de la dette extérieure, des déficits budgétaire élevés, deux dévaluations (1963, 1967). Voir S. Cissé, De belles années au service de l’intégration régionale, Éditions Éburnie, 2013, 206 p. []
  6. La Communauté économique  des Etats de l’Afrique de l’Ouest est composée de 15 pays : le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert,  la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Léone, le Togo (la Mauritanie a quitté l’organisation en 2000). []

2 réflexions au sujet de « Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ? »

  1. Concernant le maintien de liens privilégiés avec la France, à l’avènement des indépendances politiques, qui auraient également pu se traduire par une indépendance économique, l’atmosphère générale qui régnait dans les anciennes colonies françaises d’Afrique n’était pas celle d’une rupture avec la France. La perpétuation des liens économiques et monétaires avec l’ancienne métropole n’était cependant pas un choix affiché des populations africaines, mais celui des élites politiques, basé sur des motivations citées dans le texte. Le système de coopération mis en place entre 1960 et 1961 exprimait, du coté des Etats africains, « la volonté de conjoindre une aspiration authentique à l’indépendance avec le maintien des liens verticaux et horizontaux tissés par l’histoire et maintenus par une décolonisation amiable » (G. Feuer, 1973). Certes l’idée de « traités inégaux » n’était pas totalement absente au sein de certains cercles politiques, mais les dirigeants africains étaient, pour la plupart, plus acquis à la cause du franc CFA qu’engagés dans des « rapports de force » avec la France. Ils l’étaient encore plus en voyant la Guinée et le Mali, qui avaient abandonné le franc CFA respectivement en 1960 et 1962, « empêtrés » dans de grandes difficultés économiques.
    Une décennie après les indépendances, l’idée de « traités inégaux » a germé à mesure que le temps s’écoulait. La première personnalité africaine à avoir remis en question la gestion du franc CFA est le président de la République Populaire du Congo, Marien Ngouabi, en visite à Paris en mars 1972. Le processus s’est étendu par contagion à d’autres pays, et s’est accentué lors de la visite du président Pompidou à Lomé, en novembre 1972, où le président Eyadema a réclamé la révision des accords de coopération. Les différentes réactions ont alors donné lieu, en décembre 1973, à une révision des accords de coopération monétaire liant la France à ses anciennes colonies.
    Vous évoquez une contradiction entre « le soutien des populations africaines à une monnaie africaine comme l’Eco […] » et le fait que « le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait naturel » au moment des indépendances. Mais la question de la nouvelle monnaie Eco, est un projet relativement récent qui a été évoqué pour la première fois en 1987. C’est seulement dans les années 2000, une quarantaine d’années après les indépendances, que les Etats de l’UEMOA ont exprimé leur volonté d’accélérer le processus d’intégration monétaire. La nouvelle monnaie Eco devait initialement être mise en place en 2009 avant d’être repoussé à 2015, puis à 2020. C’est dans ce contexte qu’intervient, dans le texte, l’expression de « forte adhésion des populations », indispensable à la réussite du projet Eco, comme de tout autre projet monétaire.
    En outre, il ne me semble pas avoir écrit que les populations africaines étaient « peu conscientes des rapports de force en jeu depuis les indépendances jusqu’aujourd’hui ». Il est plutôt écrit que pour se positionner face aux enjeux du projet de monnaie Eco, l’argumentaire mobilisé (pour ou contre le franc CFA), « du fait de sa technicité, était difficilement perceptible auprès du grand public africain ».
    Enfin, mon intérêt pour l’ouvrage étudié ne tient pas au fait qu’il soit favorable ou défavorable au franc CFA, mais qu’il nous donne, loin des passions, des éléments de compréhension (étayés par des arguments historiques, économiques, politiques et géopolitiques) sur l’état actuel du franc CFA ; et sur les difficultés liées à l’adoption de la nouvelle monnaie Eco, tout en y proposant des solutions d’aboutissement.
    Si vous souhaitez opposer des arguments à ceux évoqués dans le texte, sur les difficultés de l’adoption de la monnaie Eco, ils seront les bienvenus.

  2. Bonjour,

    Merci pour cette contribution à un débat vieux comme la décolonisation…

    Je ne suis pas économiste mais je me permets de réagir vu que la question du franc CFA interpelle également d’autres disciplines, dont la science politique.

    Les analyses de l’auteur me semblent parfois contradictoires (par exemple sur le soutien des populations africaines à une monnaie africaine comme l’Eco ou sur la nécessité de la convertibilité pour susciter de la confiance en une monnaie) et peu conscientes des rapports de force en jeu depuis les indépendances jusqu’aujourd’hui (il écrit par exemple que « le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait donc naturel (sic) »).

    Il est dommage que le livre de Soumaïla Cissé ne soit pas mis en perspective avec des livres favorables à la création d’une ou plusieurs monnaies africaines à la place du franc CFA, monnaie dont le cours dépend, comme il le souligne bien, d’une monnaie étrangère (l’euro) ; que les deux banques africaines ne peuvent pas convertir entre elles (BCEAO et BEAC) ; dont l’ancienne puissance colonisatrice siège au Conseil d’administration des banques centrales avec droit de veto et dont plus de 90% des avoirs extérieurs se trouvent au Trésor français…

    Je pense en particulier aux deux livres suivants :

    Agbohou, Nicolas, Le franc CFA et l’euro contre l’Afrique: pour une monnaie africaine et la coopération Sud-Sud, France (Paris), Éd. Solidarité mondiale, 2008.

    Tchundjang Pouémi, Joseph, Monnaie, servitude et liberté : la répression monétaire de l’Afrique, France (Paris), Éditions Jeune Afrique, 1980 (dernière publication en 2004 à Paris aux éditions Menaibuc).

    Très cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *