Le caméléon est définitivement descendu de l’arbre. Où en est le Bénin à l’heure de la disparition de Mathieu Kérékou ?

La disparition le 14 octobre 2015 de Mathieu Kérékou, à l’âge de 82 ans, clôt une longue page de l’histoire politique du Bénin, déjà partiellement refermée avec son départ du pouvoir en avril 2006. Cette page, c’est celle « d’une période longue et douloureuse où le Bénin a raté un des tournants de son envol » relève l’écrivain Florent Couao-Zotti le soir même de l’annonce du décès de l’ancien président1.

M. Kérékou aura dirigé le Bénin pendant plus de 28 ans, d’abord à la tête d’un régime issu d’un coup d’Etat militaire (octobre 1972- février 1990) puis, après être demeuré en fonction lors de la transition politique (mars 1990-mars 1991) qui suivit la conférence nationale de février 1990, comme président élu et réélu durant une décennie (1996-2006)2.

Rappelons que M. Kérékou, après avoir été celui qui fit le choix du marxisme-léninisme en 1974 et du parti unique en 1975 (il imputa par la suite la responsabilité de ce choix et l’autoritarisme qui suivit à ses conseillers et à ceux qu’il qualifiait d’« intellectuels tarés »), devint, au milieu des années 1990, après s’être converti à la démocratie et au christianisme, celui qui introduisit l’évangélisme au cœur du pouvoir, participant à une évangélisation de et par l’Etat qui marqua symboliquement sa présidence3.

Au terme d’une décennie de pouvoir qui, si elle assura au moins la stabilité du pays, n’améliora pas sa gouvernance, et après avoir même laissé ses soutiens envisager de modifier la constitution ou même de reporter l’élection présidentielle, le « caméléon » s’était retiré sans tambour ni trompette de la vie publique en avril 2006. Ce qualificatif animalier qui lui collait à la peau ne renvoie nullement à sa versatilité ou à son adaptabilité aux changements de régime et d’idéologie, mais semble correspondre à l’un de ses noms en langue locale et fut popularisé dès sa première accession au pouvoir pour mettre en avant des qualités d’endurance, de persévérance et de solidité, renvoyant aussi à un imaginaire local où la figure de cet animal joue un rôle important. Homme entouré de mystères et de secrets – dont tous ne sont pas glorieux -, personnage énigmatique, il observait depuis son départ du pouvoir un silence quasi-total, ne jouant ni au vieux sage que l’on vient consulter, ni au doyen investi dans des activités de médiation ou des actions humanitaires, comme certains de ses pairs.

La disparition de M. Kérékou survient aussi un peu plus de quatre mois avant une élection présidentielle aux contours incertains, qui viendra clore la longue et pénible fin de règne de son successeur, Yayi Boni, une fois les velléités de modification constitutionnelle, qui lui aurait permis de candidater pour un troisième mandat, rendues caduques par un rapport de force politique défavorable – l’opposition arrachant même, à une voix près, la présidence de l’Assemblée nationale à l’issue des élections législatives d’avril 2015, et une hostilité populaire forte sur cette question.

La présidence du successeur du caméléon avait pourtant été entamée, en 2006, sous le sceau prometteur du changement, de la lutte contre la corruption et du développement du pays, suscitant un réel espoir que quelques premières décisions semblèrent alors accréditer (audit généralisé dans tous les ministères, marche verte contre la corruption…). Mais, notamment après sa réélection survenue dès le premier tour en mars 2011 – « le KO électoral » annoncé et effectivement réalisé -, les maux qui affectent la gouvernance du pays semblèrent se renforcer, de la prédation généralisée au régionalisme exacerbé, en passant par la tentation autoritaire4. L’affaire de la tentative d’empoisonnement dont Yayi Boni prétendit avoir été victime de la part d’un homme d’affaires, précédemment grand argentier de ses campagnes électorales, devenu son ennemi et qu’il déposséda d’importants marchés, souligna le poids des rivalités personnelles et des lectures complotistes. Plus récemment, en mai 2015, la spectaculaire décision des Pays-Bas de suspendre leur coopération bilatérale avec le Bénin, suite à la découverte de fraudes évaluées à 2,6 milliards de francs CFA (près de 4 millions d‘euros) dans la gestion d’un important programme d’appui à l’accès à l’eau potable, mit en lumière l’ampleur de la mauvaise gestion. Elle souligna aussi les pratiques d’impunité : le ministre dont les services étaient directement mis en cause, proche soutien du chef de l’Etat, fut habilement exfiltré de son ministère en direction de l’Assemble nationale, à la faveur des dernières législatives. La nomination surprise en juin dernier au poste de Premier ministre du banquier d’affaire franco-béninois, Lionel Zinsou, si elle a rassuré à l’extérieur, n’a semble-t-il provoqué nul électrochoc à Cotonou.

Comme avant chaque élection présidentielle (et celle du mois de mars 2016 sera la sixième organisée depuis 1991), un long cortège de candidats s’annonce déjà. Figurent, en première ligne, hommes d’affaires et grands patrons, politiciens affairistes, économistes reconnus, quelques militaires fraichement retraités, de plus ou moins jeunes loups de la politique, en attendant que le camp présidentiel ne parvienne à désigner un candidat. Reste à savoir si les Béninois retenteront l’expérience d’un novice en politique (comme Yayi Boni en 2006) ou préféreront une figure déjà experte en la matière. Quoi qu’il en soit, l’ombre de Mathieu Kérékou ne planera nullement sur ce scrutin, la page étant désormais définitivement tournée.

Cédric Mayrargue

Chercheur associé à LAM

  1. Florent Couao-Zotti, « Kérékou, l’énigmatique kaméléon », article paru sur le site du quotidien La Nouvelle Tribune : www.lanouvelletribune.info/reflexions/chronique/25942-kerekou-l-enigmatique-kameleon []
  2. Deux biographies de M. Kérékou, à tendance malheureusement hagiographique, ont été publiées. Celle de l’historien Felix Iroko est la plus complète : Félix Iroko, Le président Mathieu Kérékou, un homme hors du commun, Cotonou, Les Nouvelles éditions du Bénin, 2001. []
  3. Camilla Strandsbjerg, Religion et transformations politiques au Bénin. Les spectres du pouvoir, Paris, Karthala, 2015. []
  4. Richard Banégas, « L’autoritarisme à pas de caméléon ? les dérives de la révolution passive démocratique au Bénin », Afrique contemporaine, n° 249, 2014, p. 99-118. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.