Murmures sur une explosion

Pico do Fogo

 À quelques encablures de Praia, la capitale du Cap-Vert, Fogo, petite île d’environ 25 kilomètres de diamètre, s’étend autour d’un volcan, le Pico de Fogo. Dans le fond de la caldera (Chã das Caldeiras) une communauté s’entête à demeurer, en dépit des éruptions qui embrasent le pic. La terre noire est riche et, assez incroyablement, les habitants parviennent à y faire pousser des arbres fruitiers, de la vigne et des caféiers. Le village de Portela abrite un centre d’information touristique, la Maison du parc national de Fogo, une école, une église catholique, un temple adventiste, un petit hôtel très prisé des touristes qui font l’ascension du volcan, la Pousada Pedra Brabo, et l’Associação dos Agricultores de Chã (la coopérative agricole).

Pico do Fogo_café

Pauvreté, endurance et travail dans des conditions d’une extrême difficulté semblent être les marques les plus caractéristiques d’une société comptant plus d’un millier d’habitants. Or tout s’est trouvé, une nouvelle fois, mis en péril depuis le 23 novembre 2014. Plusieurs évents se sont ouverts sur le flanc nord du volcan ; le plus bas a vomi des coulées de lave qui se sont répandues au fond de la caldera touchant le village de Portela et coupant la seule route d’accès menant aux agglomérations de Saõ Lourenço et de Saõ Filipe, situées en dehors du massif volcanique. Les dernières éruptions s’étaient produites en 1951 et 1995, indiquant aux pouvoirs publics que le Pico ne s’était pas totalement endormi. Ils ont donc mis en place dans les rues de Portela des feux (semblables à des feux tricolores de circulation) qui doivent avertir des risques liés à l’activité volcanique et collé des affiches expliquant leur signification. Nul doute qu’ils ne soient passés au rouge ce 23 novembre : la lave a atteint Portela, a détruit la maison du Parc, l’hôtel, la plupart des habitations et la coopérative. 397 hectares, dont 26 de terres arables, et plus d’un kilomètre et demi de route, au moins, ont été ravagés. Les secours se sont rapidement mis en place : environ un millier de personnes ont été évacuées et il n’y a pas eu, semble-t-il, de victimes.

Début janvier, le bilan était très lourd : les villages de Portela et de Bangaeira, ainsi que le petit hameau de Ilhéu de Losna ont été complètement détruits. Les plantations ont été en grande partie dévastées et, si le vin embouteillé a pu être transporté loin de la lave incandescente, les cuves, bien remplies après une vendange 2014 exceptionnelle, n’ont pas pu être déplacées.

Portela 1

Au-delà de la détresse des habitants de Chã das Caldeiras, ce qui frappe dans cet événement, c’est le silence qui l’entoure. La BBC, RFI en portugais, la RTBF et l’agence Reuters en ont fait état mais c’est sur la toile qu’il faut chercher des informations relativement détaillées1. Quant aux médias français, il a fallu attendre les 15 et 16 décembre pour que les sites internet de certains journaux et celui d’Antenne 2 y fassent allusion2. Le drame vécu par les habitants de Fogo est probablement beaucoup moins important que « La nouvelle cuisine de la beauté » ou l’arrestation de « l’homme le plus recherché » de France (Le Monde, samedi 29 novembre 2014), pour ne prendre qu’un exemple. Cette discrétion confirme, s’il en était besoin, que l’Afrique est un bon sujet quand on y dénombre des morts en quantité, quand on y assiste à des violations des droits de l’homme ou quand on peut y trouver des témoignages d’un primitivisme exotisant mais que, lorsqu’un pays est présenté comme « un modèle de réussite » caractérisé par une « bonne gouvernance et l’adaptabilité »3, un pays dont les autorités se montrent capables d’affronter une catastrophe naturelle et de protéger les populations qui en sont menacées, cela ne vaut guère la peine de s’y attarder… Au 12 janvier 2015, 49 jours après le début de l’éruption, une diminution des émissions de dioxyde de soufre annoncerait une réduction progressive de l’activité volcanique. Petite note d’espoir : des projets sont d’ores et déjà lancés pour faire redémarrer la culture de la vigne, avec le soutien de l’Instituto Técnico Agrário de la région de Bolzano (Haut-Adige, Italie) impliqué depuis le début dans le fonctionnement de la coopérative de l’Association des agriculteurs de Chã.

Le 12 janvier 2014

Denis-Constant MARTIN

LAM, Sciences Po Bordeaux

NB. Tous les clichés du Pico et de Portela ont été pris par l’auteur le 21 novembre 2014, soit l’avant-veille du début de l’éruption.

Portela 2

  1. Sur Fogonews : http://www.fogonews.com/ et Earth of Fire :  http://www.earth-of-fire.com/, notamment. []
  2. http://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/video-cap-vert-eruption-violente-du-pico-do-fogo_773665.html

    (15/12/2014)

    http://www.leparisien.fr/environnement/videos-cap-vert-la-lave-du-volcan-pico-do-fogo-detruit-deux-villages-16-12-2014-4378723.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

    (16/12/2014)

    http://www.lemonde.fr/planete/video/2014/12/16/au-cap-vert-la-lave-du-pico-do-fogo-a-detruit-deux-villages_4541496_3244.html

    (16/12/2014)

    []

  3. Banque africaine de développement, Fond africain de développement, novembre 2012 : http://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Project-and-Operations/Cap-Vert%20-%20Un%20mod%C3%A8le%20de%20r%C3%A9ussite.pdf; consulté le 2/12/2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.