De la compaorose à la diendérite, la ruecratie contre le putschisme au Burkina Faso

Cette fois, le recasernement du Régiment de sécurité présidentielle burkinabè sera effectif. Le coup d’Etat que le RSP a perpétré le 16 septembre, prenant en otage le président de la transition et ses ministres, s’est finalement retourné contre lui puisque, sans plus de tergiversation aucune, le gouvernement de transition a décidé de sa dissolution le 25 septembre suivant, soit moins de deux semaines après ce coup de force avorté1.

Le Conseil national pour la démocratie (CND)2, nom que le pouvoir putschiste s’était donné, n’aura donc duré qu’une semaine tout au plus. Il a été obligé de céder face, notamment, à la réaction de la rue burkinabè, aussi bien dans la capitale, Ouagadougou, que dans les autres villes du pays. Ce succès de la mobilisation populaire comme mode de contestation de l’autoritarisme vient actualiser en fait une longue tradition politique burkinabè qui s’amorce dès 1966 avec le soulèvement qui renverse le régime de Maurice Yaméogo, même si la mobilisation de septembre dernier en diffère à de nombreux égards (contexte politique, modes d’action, rôle des acteurs issus de la société civile comme le Balai citoyen, etc.). Cette mobilisation a marqué tout à la fois le rejet du coup d’Etat qui interrompait de fait le processus transitionnel et renvoyait aux calendes grecques les élections prévues pour ce mois d’octobre, mais également celui du projet d’accord issu de la médiation ouest africaine initiée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Celui-ci, rappelons-le, prévoyait d’accorder l’amnistie aux putschistes et de sursoir à la dissolution du RSP qui aurait été soumise à la discrétion du gouvernement issu des prochaines élections. Ce compromis, qui revenait à absoudre les putschistes de leur forfait politique, a donc été jugé inacceptable par les opposants au coup d’Etat, contraignant la CEDEAO à revoir sa copie.

Comme souvent dans les situations insurrectionnelles, la mobilisation populaire s’est accompagnée d’une inventivité lexicale d’où ressortent quelques néologismes témoignant d’une appropriation contextuelle extraordinaire de la langue de Molière. De la « compaorose » pour désigner la gangrène sociétale du régime Compaoré par la corruption active, en passant par la « diendérisation » pour nommer l’usage de la terreur aux fins de conservation du pouvoir par le général Diendéré, le chef des putschistes, ou l’ » achillage » pour signifier la tentative de fuite hors du pays et d’évitement de la justice des membres de l’ancien parti majoritaire à l’image du son premier vice-président Achille Tapsoba, jusqu’à la  » ruecratie« , terme référant à l’idée de démocratie imposée par le peuple et pour le peuple qui n’hésite point à opposer la « politique de la rue » à celle des prétoriens, la dérision politique a été une autre manière de dire le rejet du coup d’Etat. Et les chefs d’Etat sénégalais et béninois, Macky Sall et Yayi Boni, qui, mandatés par la CEDEAO, étaient à l’origine de l’accord boiteux, n’ont pas échappé non plus au lynchage lexical, leurs noms inspirant l’invention de deux verbes inédits : « mackysalliser » et « yayiboniser » !

Au-delà, on assiste peut être enfin au dénouement d’une crise qui couve depuis une trentaine d’année au Burkina Faso. Le RSP, faut- il le rappeler, est l’héritier du Centre national d’entrainement commando (CNEC) de la ville de Pô, unité d’élite de l’armée qui assurait la sécurité des leaders de la révolution du 4 Août 1983. Ce Centre, dont l’initiateur fut le capitaine Thomas Sankara en 1976, est passé successivement de son commandement à celui du capitaine Blaise Compaoré puis à celui du général Diendéré. Son premier bataillon constituait en effet la base matérielle du coup d’Etat qui déposa, en août 1983, le Conseil de salut du peuple (CSP) alors dirigé par le médecin commandant Jean-Baptiste Ouedraogo, et permit l’instauration du régime révolutionnaire du Conseil national de la révolution (CNR). Il est d’ailleurs connu sous l’appellation populaire de « foyer incandescent de la révolution ».

Depuis, ce détachement basé à Pô, localité située au à 145 km au sud-est de Ouagadougou, a fait office de « cordon sanitaire » du pouvoir politique sis au Conseil de L’Entente et attenant à l’ancien Palais présidentiel. Il en devient le bras séculier et la main agissante sous le règne Compaoré. Maintes fois, il a été indexé et suspecté dans des crimes ciblés comme le meurtre en 1998 du journaliste Norbert ZONGO et ses trois compagnons d’infortune, pour ne citer que le plus médiatisé d’entre ces crimes3. A cette date-là déjà, le ras- le-bol populaire contre l’impunité des auteurs de crimes politiques avait exigé le démantèlement de cette unité dite d’élite, arc-boutée sur sa résistance corporatiste au recasernement, sans doute confortée aussi par l’appui du pouvoir autoritaire d’alors. Finalement, en fait de changement, le peuple burkinabè se contentera malgré lui, en 1995, d’un simple changement de terminologie : par décret présidentiel, le CNEC cède la place à un corps spécial appelé Régiment de sécurité présidentielle (RSP)4 au sein de l’armée et placé sous le commandement direct d’un chef d’Etat-Major particulier du Président. Le même bataillon, logé dans le tristement célèbre Conseil de l’Entente, théâtre du coup d’Etat de 1987 qui devait se solder par la mort du capitaine Sankara et de plusieurs de ses collaborateurs, porte seulement une nouvelle appellation : le Régiment de sécurité présidentielle. Les 1300 hommes de troupe qui le composent sont placés, selon les termes du décret présidentiel, sous le commandement d’un chef d’Etat-major particulier de la présidence et non sous celui du chef d’Etat-Major général de l’armée. N’est-ce pas là un redimensionnement hiérarchique ? La fragmentation institutionnelle s’étend aussi au niveau matériel. Plus choyé financièrement que le reste de la troupe, le RSP est aussi mieux armé, équipé et entraîné. C’est donc tout naturellement qu’assuré de sa supériorité militaire le RSP a fait irruption sur la scène politique de manière récurrente depuis trois décennies. Et notamment en cette année de transition qui vient de s’écouler au cours de laquelle le RSP s’est signalé par trois interventions dont deux interruptions de séances du Conseil de ministres. Jusqu’à donc le dernier coup d’éclat de la garnison qui survient après le rapport de la Commission de réconciliation nationale et des réformes (CRNR) rendu le 14 septembre dernier au gouvernement de la transition, et qui préconisait, entre autres recommandations, la dissolution du RSP et son redéploiement. Il est là, le déclencheur du coup d’Etat avorté du 16 septembre 2015, dont l’avenir dira s’il fut un mal pour un bien.

Sampala Fati Michelle BALIMA

Doctorante UMR CNRS 5115,

Les Afriques dans le Monde,

Sciences Po Bordeaux.

  1. F. T Nikiema, « Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 25 septembre 2015 », publié le 26 septembre 2015, [consulté le 07 octobre 2015], www.lefaso.net/spip.php?article67.077. []
  2. Conseil national pour la démocratie « Proclamation du Conseil national pour la démocratie », publié le 17 septembre 2015, [consulté le 18 septembre 2015], www.sidwaya.bf/m-8026-burkina. []
  3. Commission d’enquête indépendante, « Rapport sur les causes de la mort des occupants du véhicule de marque Toyota Land Cruiser de type 4×4 immatriculé 11j6485, survenue le 13 décembre 1998 sur l’axe routier Ouagadougou (province du Kadiogo)- Sapuy (province du Ziro), dont le journaliste Norbert Zongo », Ouagadougou, le 6 mai 1999. []
  4. Décret N° 95-4821PRESIPRESIDEF du 21 novembre 1995 portant création d’un corps spécial dénommé « Régiment de Sécurité Présidentielle » au sein des forces armées, JO n° 49-1995. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *