Journal d’une chargée de communication aux REAFs 2022

Epiphanie Prost, chargée de communication à LAM

J’ai rejoint l’équipe du laboratoire LAM en tant que chargée de communication et d’animation des réseaux en janvier 2022. J’entends parler des REAFs depuis mon 1er jour de travail, je crois. Alors autant dire que ce moment était très attendu !

Cet événement est un des temps forts du domaine dans lequel LAM évolue. Être présente à ces rencontres regroupant très majoritairement des scientifiques a pour but de représenter le laboratoire, de développer les relations publiques, et d’accompagner les chercheurs/chercheuses du laboratoire. Je peux de cette façon recueillir des informations et de la matière pour promouvoir leur travail (photographies, mises en contact avec des collègues…).

Au fait, que sont les REAFS ?

Ce sont les Rencontres des Études Africaines en France. Elles ont été initiées par le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) « Études africaines en France ».

L’objectif principal est de renforcer la mise en réseau des chercheurs et chercheuses travaillant sur les Afriques et leurs diasporas, dans différentes disciplines relevant des sciences humaines et sociales, de la littérature et de la philosophie, des sciences de l’environnement, des sciences économiques, etc. Elles s’adressent tout autant aux doctorant·e·s qu’aux jeunes (et moins jeunes) chercheur·e·s.

Quelles sont les particularités de cette 7ème édition ?

Les REAFs ont normalement lieu tous les deux ans. C’est la première fois que Toulouse les accueille. Cette année, nous sommes réuni.e.s autour de la thématique transversale : « Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation ».

En raison de la crise sanitaire, la dernière édition a eu lieu en 2018 à Marseille. LAM les a organisées à Bordeaux en 2014, laissant mes collègues un peu nostalgiques : ce fut un moment intense à organiser, mais aussi une vraie satisfaction pour les membres du laboratoire de rencontrer tant de monde autour de leurs sujets de prédilection au sein de leurs locaux.

Même si les REAFS sont ouvertes aux chercheurs et chercheuses de tous âges, un événement vise plus particulièrement les plus jeunes : les Rencontres des Jeunes Chercheur·e·s en Études Africaines (JCEA). Elles ont commencé la veille et se poursuivent aux mêmes dates et dans le même lieu, avec une programmation en partie mutualisée. Les JCEA ont la particularité d’être entièrement conçues et organisées par des doctorant·e·s et par des jeunes chercheur·e·s.

1er jour : mardi 28 juin

Après un trajet sans encombre de Bordeaux, j’arrive à l’hôtel à Toulouse où je prends juste le temps de déposer ma valise. Depuis le métro, je suis les panneaux disséminés jusqu’à l’entrée de l’Université Jean Jaurès qui semble encore vide à cette heure-ci, et j’arrive à l’accueil où de chaleureuses hôtesses me remettent mon tote bag aux couleurs du logo 2022. Il contient une plaquette touristique de Toulouse, un bloc-note et son stylo, le programme, mes tickets de repas et un flyer du GIS Etudes africaines. Je mets enfin les pieds, pour la première fois de ma vie aux fameuses REAFs.

Sous la canopée (hall d’entrée) de l’Université Jean Jaurès © Epiphanie Prost / LAM
Sous la canopée (hall d’entrée) de l’Université Jean Jaurès © Epiphanie Prost / LAM

Alors que je prends des photos des lieux, Bastien MIRAUCOURT[1], Responsable de publications / Science ouverte de LAM, apparaît dans mon champ de vision. Voir une personne familière dans un tel événement est toujours agréable. Présent au salon des éditeurs, il m’invite à me rendre sur le stand qu’il tient avec Francesca du Matteo, de l’IFRA Nairobi (Institut Français de Recherche en Afrique) et Fabrice Melka du GIS/IMAF. Ils m’expliquent plus en détails le fonctionnement et l’impact de la science ouverte, que LAM et ses partenaires ont à cœur de développer pour la littérature académique africaniste, qui est encore peu présente dans l’écosystème de la science ouverte (Cf. projet SOEA).

Ce que l’on appelle science ouverte, c’est une science accessible à tous, de manière numérique, sans avoir à payer de droits d’accès : elle se développe particulièrement avec la mise à disposition des textes des chercheurs sur la plateforme HAL, mais aussi avec la multiplication de revues de grande qualité, en ligne et gratuites via la plateforme Openedition par exemple.[2]  

Stand de LAM et du GIS présentant les publications papiers et les liens vers les publications numériques de science ouverte © Epiphanie Prost / LAM
Stand de LAM et du GIS présentant les publications papiers et les liens vers les publications numériques de science ouverte © Epiphanie Prost / LAM

Un petit tour des autres stands me permet d’en savoir plus sur la ligne éditoriale des Cahiers d’études africaine, des Archives d’Outre-mer et de Karthala. Je comprends aussi que pour les éditeurs, dans ce genre d’événement, l’enjeu de vente est moindre par rapport au fait d’être simplement présent pour rencontrer le réseau, discuter pour éventuellement trouver des idées d’articles et de thématiques pour des publications futures. Je pourrai ainsi mieux faire de la veille sur leurs appels à contribution afin de les relayer dans la newsletter de LAM.

Je rencontre plus tard les doctorant.e.s de LAM Julie PONGE, Clémentine CHAZAL, Chloé OULD AKLOUCHE, Camille TRAORE, Margaux LOMBARD, Wesner OBOLO, et Pierre-Ruffy DOUMOU-MAYELA dans le hall avant d’aller goûter au repas. Certains sont venus en tant que spectateurs, d’autres pour animer ou faire une présentation lors des panels. Comme le groupe me le confirme, les REAFs sont utiles pour enrichir leurs recherches en écoutant les intervenants des ateliers et en parlant avec d’autres personnes œuvrant sur leurs thématiques. Cela leur évite aussi de « s’enfermer » dans leur recherche en ayant une visibilité sur ce que font leurs collègues et en entendant parler d’autres approches ou apparats théoriques : ces respirations sont bienvenues quand les chercheurs plongent dans un sujet et peuvent parfois avoir du mal à l’aborder avec un peu de renouveau.

L’après-midi, je vais écouter l’intervention d’un autre doctorant et invité de LAM : Roger Esson N’GUESSAN portant sur ‘Le cyber-activisme : une nouvelle forme de participation politique de la diaspora ivoirienne’, avant d’aller au ‘Discours d’Accueil’ regroupant : Marie Gaille (Directrice de l’Institut des sciences humaines et sociales – CNRS) ; Marie-Christine Jaillet(Vice-Présidente à la Recherche – Université Toulouse – Jean Jaurès) ; Caroline Bodolec (Directrice adjointe scientifique – GIS études aréales – CNRS) ; Hervé Pennec (Directeur du GIS Etudes africaines en France – CNRS) ; Stéphanie Lima (Co-organisatrice des 7e REAF – LISST – Université Toulouse – Jean Jaurès). Ce discours est suivi d’une Conversation Inaugurale axée sur ‘Corps, cultures et mémoires en mouvement’, entre plusieurs intervenants venus présenter leur trajectoire scientifique, artistique et militante.

La soirée inaugurale laisse place à un cocktail et au spectacle TRAVERSES qui est une mise en visibilité artistique et scientifique des routes migratoires qui sillonnent l’ouest africain (avec Franck Assémat, Marie Lasserre, Thierno N’Diaye et Yoann Scheidt).

spectacle TRAVERSES © Epiphanie Prost / LAM
Spectacle TRAVERSES © Epiphanie Prost / LAM

La journée se termine par des sorties individuelles ou collectives improvisées. Ces moments d’échanges font d’ailleurs entièrement partie prenante des colloques scientifiques. Informels, non organisés ni même planifiés, ils permettent aux participant.e.s de se rencontrer. Les échanges autour d’une boisson, d’un repas, ou même dans les couloirs, sont souvent ceux qui permettent de créer des relations de recherche, de lancer des idées de sujet, de « réseauter », et aussi de se décomplexer dans un cadre moins officiel que ceux plus formels des temps organisés.


2ème jour : mercredi 29 juin 2022

Déjà 100 photos cumulées qu’il me faut maintenant trier, retoucher et ordonner. La matinée, réservée aux JCEA auxquelles je ne participe pas, me permet de le faire. Ces photos ont pour but d’enrichir la photothèque du laboratoire et de faire des portraits de nos chercheurs. Le réseau du LAM s’étendant dans le monde entier, beaucoup n’ont pu se rendre à l’événement : c’est aussi une façon de leur partager des visuels de cette édition.

D’autres rencontres se profilent, notamment avec l’équipe du GIS et des chercheurs venant d’arriver sur les lieux. Je passe quelques instants dans le panel ‘Empowerment, émancipation, autonomisation : des notions circulantes pour des questions universelles ? Lectures croisées Suds/Nords’ où Marième NDIAYE et Elisabeth HOFFMAN parlent des terrains sénégalais et maliens. Je me rends ensuite à l’atelier animé par les chercheurs de LAM Elara BERTHO et Etienne SMITH portant sur l’œuvre et la vie de Léopold Sédar Senghor (avec Mamadou Yéro Baldé, Abdoulaye Gueye, Florian Bobin, Sébastien Heiniger, Sylvère Mbondobari puis Bocar Aly Pam, Claire Riffard, Mbaye Gueye, Xavier Garnier, Sarah Frioux Salgas, Edoardo Cagnan). Je reste dans cette salle toute l’après-midi et en apprends donc beaucoup sur le personnage politique et l’artiste littéraire qu’il était.

A la sortie des ateliers à 19h, nous apprenons que Toulouse a un événement récurrent, « les nocturnes des marchés », qui va se dérouler au marché Victor Hugo ce soir. L’idée est simple : on vient déguster les produits locaux des commerçants et des restaurants du marché et de la place, pour partager un moment convivial et festif. En rejoignant quelques doctorantes, je vois l’affluence des personnes juste au bas de mon hôtel et je me dis que j’ai deux solutions : ou bien me mêler à eux et découvrir cet événement local, ou bien fuir dans un quartier plus calme. Je commence par la première idée, mais très peu friande des bains de foule et du bruit, je finis par la deuxième.

3ème jour : jeudi 30 juillet

Cette journée débute par une interview[3] que le laboratoire m’a demandé de réaliser avec Sarah Frioux Salgas, du Musée du Quai Branly. Autour d’un café face à la gare, nous discutons de son rôle d’archiviste, tout comme de son lien avec l’Afrique et les chercheurs africanistes. Je profite pour en savoir plus sur les enjeux d’une exposition et sur le challenge de trouver le bon équilibre entre une médiation scientifique accessible au grand public et offrant dans le même temps assez de matière aux spécialistes. De retour aux REAFs, je profite pour prendre des photos avant de rejoindre un atelier où Zoé TINTURIER fait une présentation des ‘rapports franco-malgaches en situation postcoloniale : malaises dans la chaîne de production d’une “entreprise sociale”’.

Au moment du repas, la fanfare/batucada SAMBA RESILLE enflamme la canopée (hall de l’université) et nous retient d’aller découvrir les mets du jour proposés par le CROUS.

Batucada SAMBA RESILLE. © Epiphanie Prost / LAM
Batucada SAMBA RESILLE. © Epiphanie Prost / LAM

A peine le repas terminé, j’assiste en partie à la ‘Conversation GIS Études africaines et internationalisation des réseaux et UMIFRE’. J’enchaîne avec la visite des expositions ‘African Workplaces’ et ‘La vie sociale et politique des papiers d’identité en Afrique’, dont j’avais entendu parler lors du séminaire mensuel de LAM d’avril 2022.

Conversation GIS Études africaines et internationalisation des réseaux et UMIFRE. © Epiphanie Prost / LAM
Conversation GIS Études africaines et internationalisation des réseaux et UMIFRE. © Epiphanie Prost / LAM

Un peu plus loin dans le hall, j’assiste par hasard à ce moment « historique » pour le GIS : le départ de Thomas OSMOND, chargé de gestion administrative et d’aide au pilotage du GIS, passant symboliquement le flambeau à Kadiatou BARRY. En fin de journée, après une pizza partagée avec des chercheurs du laboratoire, un brin décontenancée par l’effervescence intellectuelle de l’événement et de peur de m’endormir durant la séance, je décide de ne pas aller voir la projection du film DES ETOILES[4] racontant les destins de trois personnages entre New York, Dakar et Turin.

4ème jour : vendredi 1er juillet

Je partage cette dernière matinée entre l’atelier réservé à la recherche-création, où Chloé BUIRE nous propose un ‘retour sur une expérience de réalisation documentaire collaborative dans la périphérie de Luanda (Angola)’, et celui réservé à la ‘Reconstruction du Mali post-conflit’. Dans cet atelier, Mariame Sidibe, Abdoul Sogodogo, Alhousseini Barro chercheurs.es malien.e.s invités à LAM et participants au programme AFICAM, nous présentent leurs réflexions et analyses concernant la situation juridique et politique de leur pays.

Vers 11h, je vais m’informer sur ‘l’Actualité du panafricanisme’, qui loin d’être éteint se manifeste toujours mais sous des formes différentes. Après le déjeuner, j’arrive malheureusement trop tard pour l’exposition ‘TUKKIROOM : Les mots du voyage et Les rumeurs de Kaolack’ qui n’est plus visible. Les organisateurs m’informent que je peux retrouver l’essentiel sur leur site web. Je me promène ensuite dans les couloirs qui se vident petit à petit pour dire au revoir aux personnes croisées. Je pense aux collègues de LAM dont j’ai malheureusement manqué les présentations et que je n’ai pu saluer (Leila OULKEBOUS, Alessandro JEDLOWSKI).

Mon bilan :


C’est déjà la fin de cette première participation aux REAFs. J’ai l’impression que le temps a vraiment filé. Je remercie tous les organisateurs pour leur travail et LAM pour m’avoir permis de m’y rendre ! J’ai pu mettre des visages sur de nombreuses personnes avec qui j’avais communiquée par e-mail uniquement. J’ai pu découvrir de l’intérieur un événement dédié aux scientifiques tout en profitant de rencontres sympathiques et moins formelles. J’ai vraiment senti l’enthousiasme des participants après ces quatre ans sans rencontres. Pour les doctorant.e.s ayant commencé leur thèse durant la crise sanitaire, ce fut l’occasion de renforcer ou même de commencer à créer réellement leur réseau.

Le principal bémol est la programmation très (trop ?) dense. Il est juste impossible de participer à tous les ateliers ainsi que de voir toutes les activités programmées, ce qui implique de faire beaucoup de choix. C’est un peu frustrant.

Dans le train qui me ramène à Bordeaux, comme beaucoup d’entre nous, je repars fatiguée, certes, mais enrichie de tous ces échanges agréables et instructifs ; tout en pensant déjà aux prochaines REAFs qui auront lieu en 2024…


[1] Les noms en majuscule sont ceux de personnes affiliées à LAM.

[2] Exemples de publications en ligne ouvertes : la revue Sources, les Annales d’Ethiopie, les Cahiers d’Afrique de l’Est mais aussi des carnets de recherche (Mambo ou Esquisses, le carnet de recherche du LAM) et des collections de livres telles que Africae, ou encore celles de l’IFRA Nigeria en accès ouvert et multilingue.

[3] L’interview écrite sera publiée sur le site de LAM.

[4] Un film de Dyana Gaye. 2013 – France / Sénégal, 1h28, Fiction.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search