Les émeutes de l’eau du Cap Skirring. Etat, mobilisations populaires, espace public et identités en Casamance (Sénégal)

Samedi 30 mai 2020, au sud du Sénégal, dans la région de Ziguinchor, la petite ville touristique du Cap Skirring a vu des habitants se rassembler pour protester contre les difficultés d’accès à l’eau potable dans la zone. Cette mobilisation fait immanquablement penser à une autre mobilisation survenue dans la même communauté voici plus de 40 ans : en 1979, des villageois s’étaient rassemblés pour protester contre l’absence de consultations et de compensations lors de l’implantation d’un village-vacances du Club Méditerranée sur leurs terres du Cap Skirring. Cet épisode avait été une des bornes sur le chemin de l’émergence d’un mouvement séparatiste armé dans cette région du sud du Sénégal, le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC). Menée à distance, sur la base presque exclusive du web sénégalais (l’anthropologue Alain Bertho a mené un utile travail de collation des vidéos de l’épisode), une rapide comparaison entre les deux épisodes offre l’occasion d’une réflexion sur l’évolution de la situation en Casamance et, plus largement, de l’espace public et de l’Etat sénégalais.

La plage de Cap Skirring.
© Bjørn Christian Tørrissen, Creative Commons Attribution

Cap Skirring 2020 

Samedi 30 mai 2020, des habitants de la petite ville touristique du Cap Skirring et des villages voisins de Boucotte et de Djembering se sont rassemblés au Cap Skirring pour tenir une conférence de presse pour protester contre les difficultés d’accès à l’eau potable dans la zone. Ils avaient demandé une autorisation de rassemblement, refusée par la sous-préfecture de Kabrousse, officiellement à cause de l’épidémie de Covid-19. Ils sont passés outre. A leur arrivée sur le site, les protestataires ont trouvé les gendarmes déjà sur place. Ces derniers ont tiré des gaz lacrymogènes et les protestataires ont riposté par des jets de pierre, contraignant les gendarmes au repli. Les gendarmes ont alors tiré à balles réelles (des vidéos circulent montrant des manifestants ramassant des douilles), dispersant ainsi la manifestation. Selon le bilan de la gendarmerie, il y aurait eu trois blessés parmi les manifestants et trois parmi les gendarmes. Seize manifestants ont été interpellés pour participation à une manifestation interdite, attaque et résistance avec violences et voies de faits envers la force publique. Ils ont ensuite été remis en liberté provisoire sur instruction du procureur de Ziguinchor. Le 17 juin, huit d’entre eux ont été condamnés à 8 mois de prison avec sursis et à une amende solidaire de 4 millions de francs CFA.

 

Une mobilisation post-séparatiste ?

Comme celle de 1979, la mobilisation de 2020 doit quelque chose à la prospérité trop visible du site touristique du Cap Skirring et à l’urbanisation informelle massive que cette prospérité a suscitée, urbanisation peu prise en compte par l’Etat. En l’occurrence, les difficultés d’accès à l’eau dans les communautés sont soulignées – et probablement aggravée – par les véritables oasis arborées que forment les hôtels, qui disposent de puissants forages. Fait nouveau, une usine de production d’eau minérale, la SODECA, s’est implantée récemment à proximité. Aux yeux des populations, tout ceci constitue une pression sur les ressources hydriques locales à leur détriment et au profit d’investisseurs lointains. Paradoxalement, les habitants des villages périphériques bénéficient d’un accès à l’eau meilleur que bien des habitants du Cap Skirring.

Le plus frappant en 2020, c’est que la revendication ne semble pas se faire au nom d’une autochtonie. Les patronymes des personnes impliquées dans la mobilisation, marqueurs (certes imparfaits) de l’affiliation ethnique, l’indiquent bien : là où, en 1979, la mobilisation concernait les autochtones d’ethnie diola, mécontents de voir des Sénégalais du nord (les « nordistes ») profiter plus qu’eux – et avec la bénédiction de l’Etat – du développement touristique, en 2020, allochtones et autochtones protestent ensemble contre ce qu’ils considèrent être une défaillance de l’Etat. Au Cap Skirring peut-être plus qu’ailleurs en Casamance, parce que c’est un des points où l’interaction avec le marché global se fait la plus forte, où des gens de tout le Sénégal (et au-delà) sont attirés par les opportunités économiques (ils travaillent comme fabricants ou vendeurs de souvenirs, guides, employés de l’hotellerie et de la restauration), il y a bien eu, à force et non sans tensions, un mélange, un brassage. Dans les vidéos qui circulent sur internet, les jeunes protestataires s’expriment d’ailleurs tous en wolof, cette langue du nord du Sénégal devenue aujourd’hui une lingua franca nationale, et ils le font au nom d’une communauté qui n’est pas définie par une identité ethnique, par une spécificité culturelle, mais par une co-résidence et par une subalternité identique face à l’Etat et au marché.

Ceci témoigne donc de l’œuvre du temps – d’une construction nationale sénégalaise qui a survécu au défi séparatiste et a gagné en consistance, et du discrédit dans lequel est tombée progressivement l’idée séparatiste au fil des années 2000, à mesure que l’Etat sénégalais et l’économie qu’il organise regagnaient en force. La période entamée à la fin des années 1970, qui a vu l’Etat plonger dans une crise budgétaire brutale et procéder à un ajustement structurel douloureux et aux effets discutables est bien terminée. On le sait, depuis le début des années 2000, l’Etat sénégalais s’est considérablement consolidé, porté par une pression fiscale plus forte et une croissance économique retrouvée, elle-même liée à l’explosion des transferts des migrants, à la remontée des investissements directs étrangers et à la rente démocratique tirée de l’alternance de 2000. Ces vingt dernières années, la fonction publique s’est renforcée, ainsi que l’offre de services publics (accès à l’eau, à l’école, à la santé, à l’électricité, routes), et ce y compris dans les zones rurales. Abdoulaye Wade, président de 2000 à 2012, et son successeur (et son ancien Premier ministre) Macky Sall ont tous deux employé volontiers le vocable de l’« émergence ».

Aussi, l’épisode du Cap Skirring, s’il témoigne des limites de cette « émergence » sénégalaise (les habitants n’ont pas un bon accès à l’eau potable), témoigne au moins autant de la façon dont le récit de l’émergence a effectivement saisi (on a envie de dire « capturer », au sens de Goran Hyden) l’imaginaire des populations. Un journaliste sénégalais le formule ainsi : au Sénégal, « pays qui n’a de cesse prôné l’émergence », l’accès à l’eau est devenu un « droit primaire ». Les droits des Sénégalais s’étendent donc. En utilisant le récit de l’émergence, l’Etat sénégalais s’est employé, non sans succès, à reconstruire de la légitimité. Ce faisant, il s’est imposé d’être jugé à cette aune. Il s’est, pour ainsi dire, engagé. D’ailleurs, ce n’est pas l’absence de perspective, mais bien le retard dans la mise en œuvre d’un projet d’adduction d’eau qui est à l’origine de la manifestation de 2020.

Ceci ne veut pas dire que l’hypothèse séparatiste est définitivement écartée en Casamance, qu’elle ne peut dorénavant plus regagner en actualité, ni non plus qu’en Casamance, les tensions ne peuvent plus se jouer le long des clivages entre autochtones et allochtones (que ce soit le clivage Casamançais/Nordiste, ou bien des clivages plus « micro », car des conflits d’autochtonie peuvent opposer les villages entre eux). Mais l’épisode du Cap Skirring témoigne du moins bien du réengagement qui s’est opéré entre Etat et société en Casamance dans les années 2000 et du fait que pour bien des Casamançais, l’affiliation à l’Etat sénégalais est aujourd’hui, sinon satisfaisante, du moins acceptable et préférable à la perspective d’une lutte actuellement déconsidérée pour l’indépendance de la Casamance.

 

Vers un véritable espace public national ?

Ce qui frappe dans la manifestation de 2020, c’est aussi la prolifération médiatique qu’elle a suscitée. Là où en 1979, les sources médiatiques sur les troubles étaient très rares, l’espace médiatique sénégalais s’est en 2020 instantanément rempli de vidéos, d’interviews, d’articles, de commentaires. Sans doute, il peut y avoir dans les liens de cette forme, effets purs des nouvelles technologies, une certaine superficialité. Mais on tiendra ici que là où, à la fin des années 1970, l’espace public était très contrôlé (rappelons qu’en 1979, il n’y avait au Sénégal que des médias d’Etat) et que la Casamance était alors bien « loin » de Dakar, la région est maintenant inscrite dans un espace public sénégalais diversifié et dynamique, réticulé à travers tout le pays, qui organise une circulation nationale des émotions.

De façon symptomatique, en 2020, c’est bien une conférence de presse que la jeunesse entend organiser pour manifester son mécontentement : un espace public est là, bien vivant, qu’on peut utiliser pour obtenir satisfaction. Cet espace public est résolument national – la question n’est pas enfermée dans une différence casamançaise ou diola. Tous les médias sénégalais, au nord comme au sud, s’en font l’écho, les hommes politiques d’opposition, casamançais ou non, s’en saisissent comme l’ancien premier ministre Abdul Mbaye, Ousmane Landry Diallo ou Moustapha Diakhaté. Ils y lisent des questions nationales. Une presse pluraliste existe, fondée sur une base économique fragile sans doute, mais qui est prête à se saisir des nouvelles venant des quatre coins du pays, à les relayer, à faire intervenir chroniqueurs et commentateurs. Les tirs à balle réelle effectués par la gendarmerie, notamment sont l’objet d’une véritable controverse.

Le contraste est ici très frappant. On l’a dit, les événements de 1979 au Cap Skirring ont été très peu documentés à l’époque par les médias. Ce fut aussi les cas pour deux épisodes de plus grande ampleur, deux mobilisations survenues en 1982 et 1983, à Ziguinchor, et explicitement faites au nom de la revendication séparatiste. La deuxième de ces mobilisations avait entrainé des affrontements qui ont fait des dizaines de morts. Ce qui est frappant, c’est que le flou règne encore aujourd’hui sur le bilan exact de 1983 (sans même parler de l’identité des victimes) là où, pour la manifestation de 2020, les médias ont fourni jusqu’au nom et d’autres détails biographiques pour au moins deux des trois civils blessés – Binta Sèye, une petite commerçante, et Aliou Diamanka. Comme Myriam Revault d’Allonnes l’a montré, l’apparition de la figure de la victime, sa reconnaissance dans son individualité et la compassion qu’elle suscite entretiennent des liens profonds avec l’exercice d’un pouvoir d’Etat plus mesuré, avec la démocratisation. De même, en 2020, quand des rumeurs ont commencé à circuler quant à la mort d’une des blessées, l’hôpital régional de Ziguinchor s’est empressé de démentir, signalant sa disponibilité à rencontrer la presse pour toute question.

On sait l’affinité qui existe entre les « affaires » et les « scandales » tels que construits par le travail médiatique et la formation de l’espace démocratique, la discussion ouverte, la mise en débat des rôles et des responsabilités. Alors que les mobilisations de 1979, 1982 et 1983 sont restées dans l’obscurité d’une province éloignée et de violences inquiétantes, la mobilisation de 2020 est, elle, documentée ouvertement et précisément. Cette documentation alimente une discussion à laquelle l’Etat lui-même ne peut se dérober.

 

Une réponse étatique différente

L’autre point intéressant, c’est en effet la différence considérable entre la réponse de l’Etat face aux manifestations de 1979, et face à la mobilisation de 2020.

D’abord, la répression est bien plus contenue. Tirs à balle réelle il y a bien eu en 2020, mais ils ont fait bien peu de dégâts – sans doute s’agissait-il de tirs de sommation. Sans même parler des tueries de 1983 à Ziguinchor, en 1979, les autorités avaient arrêté une vingtaine de manifestants, les forçant à marcher les 20 km les séparant d’Oussouye, avant leur mise en détention. En 2020, les manifestant blessés sont soignées, et les personnes arrêtées sont remises en liberté en attendant leur audition puis leur procès. Les peines sont légères – quelques mois de prison avec sursis. Par ailleurs, l’Etat se sent tenu de s’expliquer. Ainsi, rapidement, le ministère des Forces armées (dont dépend la gendarmerie) diffuse un communiqué, largement repris par la presse, qui explique sa version des incidents et détaille très précisément le cadre légal qui a supposément encadré l’intervention des forces de l’ordre. Dès le 31 mai, le ministre de l’Eau Serigne Mbaye Thiam intervient au journal de la RTS, et donne des explications sur la situation de l’accès à l’eau dans la zone du Cap Skirring. Il souligne que l’Etat a fait des forages supplémentaires dans la zone en 2019 et que le renforcement du réseau est en cours – il aurait été retardé seulement à cause de l’épidémie de Covid-19. Certains des jeunes gens qui mobilisaient sur le sujet auraient même été reçus par le maire et par le chef de la division régionale de l’hydraulique quelques jours avant la manifestation.

Cette évolution n’est pas sans lien avec l’affaiblissement de l’idée séparatiste parce que c’est bien au-delà de l’épisode du Cap Skirring que l’Etat sénégalais est devenu plus prudent, qu’il se sent tenu de rendre des comptes, d’expliquer, de privilégier la désescalade. A dire vrai, dès le début de la mobilisation séparatiste, une partie des acteurs publics sénégalais ont tenté de jouer la désescalade (les responsables de la mobilisation de 1982 ont été condamnés en 1983 à des peines raisonnables, une commission a été mise en place pour examiner les litiges fonciers qui alimentaient la mobilisation). Mais c’est surtout après le pic de violence des années 1990 que les autorités ont fait un véritable effort pour apaiser la situation : l’armée a adopté une attitude défensive, la situation des droits de l’homme s’est améliorée. Très certainement, en Casamance, l’Etat est particulièrement prudent. Il l’a appris dans la douleur : plus qu’ailleurs au Sénégal, la répression peut y avoir des effets pervers sérieux, susciter une mobilisation plus violente encore – c’est ce qui c’était passé après les mobilisations de 1982 et 1983.

 

L’examen rapide des formes protestataires et de la réponse d’Etat au Cap Skirring révèle des évolutions réelles dans la relation entre Etat et citoyens au Sénégal. Il y a bien, sur la longue durée, une baisse du seuil de la violence d’Etat acceptable au Sénégal (on pourrait reproduire la démonstration à propos de la répression des manifestations étudiantes), une consolidation de l’espace public et une montée du droit au développement et des droits de la victime. Pour emprunter au vocabulaire de Mahmood Mamdani, les Sénégalais de 2020 sont un peu moins des sujets (qui ne peuvent qu’espérer de la bienveillance de l’Etat) et un peu plus des citoyens (en droit d’attendre un ensemble de services et de protections). Tout ceci participe à l’affaiblissement de la revendication séparatiste.

Vincent Foucher

Chargé de recherche, CNRS-LAM-Sciences Po Bordeaux.

More Posts


Une réponse sur “Les émeutes de l’eau du Cap Skirring. Etat, mobilisations populaires, espace public et identités en Casamance (Sénégal)”

  1. L’analyse sous cet angle politique est très instructive sur l’évolution de l’Etat sénégalais et sur la naissance d’un véritable espace public, mais quid du fond du problème, la revendication sur l’accès à l’eau.
    Le changement climatique a t’il un impact sur la ressource en Casamance (et ailleurs au Sénégal) ? Existe t’il des recherches à ce propos au LAM ?
    Annie Chéneau-Loquay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.