L’État de droit contaminé par le coronavirus : que deviennent les migrants en situation de pandémie ?

Par Salim Chena,
chercheur associé au LAM

L’actuelle pandémie mondiale a rebattu, au moins temporairement, les cartes de la « mondialisation heureuse » des tenants du libre-échange, de la croissance sans frein, de l’unipolarité de relations internationales dominées par la victoire définitive des libéralismes tant politique qu’économique, bref de la perspective de la « fin de l’histoire ».

Stephen Walt analyse ainsi, dans Foreign policy, que l’État sera le grand vainqueur de cet événement inattendu, que cette pandémie ne favorisera pas forcément la coopération et qu’elle risque plutôt d’accélérer la « déglobalisation » à l’œuvre depuis une dizaine d’années. Giorgio Agamben y voit le stade ultime confirmant l’avènement d’un état d’exception permanent, reposant sur le contrôle et la surveillance des corps et de l’existence[1]. Et, si l’intuition de Ramin Jahanbegloo, qui estime que la pandémie affaiblira des régimes ni légitimes ni efficients « que des années de dissidence politique n’ont pas réussi à renverser » paraît sensée, elle oublie la fenêtre d’opportunité qu’ouvre cette crise pour « des dirigeants peu scrupuleux [qui] peuvent exploiter la pandémie pour atteindre leurs objectifs en risquant d’exacerber les conflits intérieurs ou internationaux – réprimant la dissidence domestique ou cherchant l’escalade face à des rivaux – en se fondant sur l’idée qu’ils ne seront pas inquiétés parce que le monde est occupé ailleurs », explique l’International Crisis Group[2].

Aussi pertinentes et fondées que puissent être ces réflexions à chaud, elles laissent toujours de côté la facette le plus négligée d’un processus devenu exponentiel, et qui semblait jusque-là sans alternative : les mobilités humaines, qui restent les oubliées permanentes de la mondialisation et qui seront, et sont déjà, impactées par ces évolutions sociales et politiques.

Une accélération apparente des dynamiques existantes

Parallèlement à la circulation débridée des capitaux, allant crescendo depuis une quarantaine d’années, s’est instauré pas à pas le contrôle renforcé, la « maîtrise » dit-on, des « flux migratoires ». À la fluidité de déplacement des ressources financières et des biens a répondu l’immobilisation forcée des êtres humains (durcissement des conditions d’octroi des visas et titres de séjour, militarisation du contrôle des frontières, suspicion à l’égard des demandeurs d’asile…), et ses corollaires que sont l’institutionnalisation, tant sociale que politique, des xénophobies et des rejets de toutes sortes[3].

Il est effectivement possible d’imaginer et de constater des retours en arrière dans certains domaines, par ailleurs plus ou moins souhaitables rationnellement, ou souhaités politiquement par différents courants : diminution de la pollution atmosphérique et du commerce mondial, appels à la « relocalisation » industrielle, diffusion de la critique de la dérégulation et de l’expansion de la logique marchande à la sphère des biens publics, exceptions aux Accords de Schengen… Cependant, la « gestion » des diverses formes de migrations (intérieures comme internationales, « volontaires » comme forcées, légales comme illégales) connaît, elle, une fuite en avant. Méfiance envers l’autre, contrôle des frontières, surveillances des circulations internationales, restrictions des déplacements avancent, à plus vive allure encore, vers une aggravation de la situation des migrants, déplacés et autres réfugiés.

Camp des déplacés PK3 à Bria, République Centrafricaine, juin 2018. © VOA/Freeman Sipila

D’abord, la prise en charge des migrants, par les institutions, les ONG ou les associations, est compliquée par la distanciation physique qu’oblige les précautions sanitaires. Si l’aide aux migrants connaît déjà de grandes difficultés pour s’imposer dans l’agenda des gouvernements et des sociétés, elle fait aussi actuellement un grand bond en arrière. Et ce, quitte à ne pas servir l’endiguement du virus lui-même : les migrants intérieurs des pays en développement ont été contraints de quitter les bidonvilles, habitats précaires ou chambres exiguës des mégapoles, qui leur assuraient le repas du soir par le travail de la journée, désormais impossible, en risquant d’amener avec eux le virus dans les campagnes comme les enfants des rues de Lagos ou Abuja ou les travailleurs migrants indiens. De même, un retenu sénégalais à Vincennes, dont les alertes aux infirmiers du centre quant à ses inquiétants symptômes avaient été ignorées, a été néanmoins expulsé puis testé positif dans son pays natal quelques jours plus tard, relate Le Canard enchaîné dans sa rubrique « Couac »[4].

Les conditions de survie dans les camps abritant les migrants aux frontières de l’Europe, sont en elles-mêmes problématiques sur le plan sanitaire. Dans ces lieux de la migration, la protection des migrants, auparavant calamiteuse[5], est rendue plus difficile encore, quand les exilés ne subissent pas les violences des populations locales. En Grèce, rappelant l’apogée d’Aube Dorée, cette association ultranationaliste devenue un parti représenté au parlement entre 2012 et 2019, les discours officiels font davantage des migrants les coupables de la propagation du virus, entraînant un déferlement de haines de la part des habitants des villes et villages censées les accueillir. Dès février, en Ukraine, la violence était de mise, même lorsqu’il s’agissait de rapatrier dans leur pays des personnes évacuées de Wuhan.

Ailleurs aussi, le virus devient un prétexte de plus pour reléguer les hommes, femmes et enfants en déplacement aux marges de la dignité et de la légalité internationale. Poursuivant une politique déjà entamée, le Bangladesh interne des rohingyas sur une île susceptible de submersion en période de mousson[6]. Dans les Balkans, ce sont des raids « anti-covid » qui se sont multipliés contre les migrants.

Plus largement, dans les conditions de la guerre ou du ralentissement (voire de l’arrêt) des économies, parfois conjugués comme en Libye, la condition des migrants est une des premières victimes du coronavirus. Pour les migrants du sous-continent indien dans le Golfe, non seulement la crainte de perdre leur emploi est réelle, mais elle se cumule à celle de ne pas être payés et d’être expulsés de leur logement, alors même qu’ils ne peuvent rentrer chez eux en raison de la suspension des liaisons aériennes,  et parce qu’ils y affronteraient les violences sectaires et l’extrême pauvreté.

Ensuite, dans un avenir proche, ce sont les circulations internationales qui seront davantage bridées, contrôlées, encadrées. La délivrance de visas a été suspendue en même temps que le trafic aérien, et l’octroi de l’asile, comme en France, a été mis « à l’arrêt »[7]. L’instauration d’une forme ou d’une autre de « passeport sanitaire » rendra plus difficile encore un certain nombre de circulations, principalement celles des publics dont les mobilités sont déjà prises dans un incroyable étau de coûts financiers et administratifs. Comme ont été imposées sans sourciller, après les attentats du 11‑Septembre, de strictes mesures sécuritaires (dans les aéroports notamment), à la suite du coronavirus, de nouvelles formes de contrôle et d’encadrement des voyages internationaux sont à envisager. Elles s’appliqueront à tous les individus, renforçant les inégalités existantes ; dès à présent, toutes sortes de limitations des déplacements compliquent les activités des acteurs de l’aide internationale humanitaire qui y seront, en fin de compte, soumis comme tout un chacun.

réfugiés syriens Budapest
Réfugiés syriens à Budapest, Hongrie, septembre 2015. ©Mstyslav Chernov, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International

La marginalisation, le rejet et la discrimination n’ont pas stoppé leur progression. Ce sont d’abord « les asiatiques », indistinctement amalgamés dans une même catégorie aussi abstraite qu’inexistante, qui en ont fait les frais. En Hongrie décomplexée, Victor Orban et ses relais ont identifié les étrangers comme vecteurs de la maladie, et de jeunes iraniens ont été expulsés suite à des accusations d’atteinte à la sécurité nationale ou de violences lors de leur quarantaine imposée à l’hôpital. Les étudiants, dont la formation à l’étranger est une opportunité, autant personnelle que pour le développement de leur pays d’origine, auront plus de difficultés à parfaire leur éducation. Les mesures de confinement ont d’ailleurs renforcé l’isolement et la précarité des étudiants étrangers en France, comme celle des ultramarins des cités-U de métropole. C’est aussi le cas des ressortissants africains qui étudient ou sont installés à l’étranger – en Bulgarie, en Chine, en Malaisie, en Italie, en Inde – pour lesquels les solidarités communautaires et associatives ont été un recours fondamental, et qui ont aussi pu prévenir leurs compatriotes des risques longtemps et partout sous‑estimés de ce nouveau virus. Le cercle se complète lorsqu’en Chine les étrangers sont pointés du doigts comme vecteurs de la maladie, à l’image des migrants africains au Guangdong.

Un virus qui discrimine

Selon Didier Fassin, « ce mot d’ordre, sauver des vies, ne vaut assurément pas pour tout le monde, et je me situe ici non au niveau français mais au plan international. Il ne vaut pas pour les détenus entassés dans les prisons de court séjour, pour les étrangers en situation irrégulière enfermés dans des centres, pour les migrants et réfugiés entassés dans des camps aux portes de l’Europe, à la frontière de la Turquie ou au sud des États-Unis, pour celles et ceux qui continuent de se noyer en Méditerranée ou dans la Baie du Bengale. L’argument humanitaire nous concerne nous, et ce « nous » est non inclusif. »

Solène Brun et Patrick Simon, à partir des statistiques disponibles aux Etats-Unis et en Grande Bretagne sur la place des minorités parmi les victimes du virus, ont interrogé la surmortalité constatée en Seine-Saint-Denis. Reprenant les connaissances existantes sur les inégalités de santé des populations immigrées et de leurs descendances, ils soulignent l’intersection de différents facteurs dans ce département : emplois moins qualifiés et plus précaires non susceptibles de télétravail, moindre recours aux soins, prévalence de maladies chroniques, logements plus petits et plus densément occupés à la fois, déficit territorial des structures et d’équipements médicaux… Ils concluent que ces inégalités « sont très susceptibles de produire une aggravation particulière de la crise sanitaire et de ses effets », tandis qu’une moindre attention leur est portée autant par manque de données que par désintérêt.

L’assistance humanitaire, l’accès aux droits, l’intégration, les études, le commerce informel ou non, la survie, la vie tout simplement, des personnes en déplacement et des diasporas sont encore plus menacés qu’auparavant, alors que les conditions de la migration subissaient une dégradation considérable depuis plusieurs décennies déjà.

En France, la gestion sécuritaire du confinement dans les quartiers populaires a exacerbé les violences policières préexistantes[8]. En Afrique s’est imposé un véritable « couvre-feu à la matraque » faisant ressurgir des « scènes dignes d’une autre époque ». La crise fragilise aussi la stabilité de nombreux régimes et suscite des émeutes, en polarisant les rapports entre citoyens et autorités, en pénalisant les marges socio-spatiales des villes ou en limitant des pratiques collectives de sociabilité. Par exemple, au Kenya, le couvre-feu instauré le 27 mars coûtait la vie à trois personnes en quelques jours – parmi lesquelles un adolescent de 13 ans abattu à son balcon en banlieue de Nairobi et un chauffeur de taxi battu à mort tandis qu’il conduisait une femme enceinte à l’hôpital à Mombasa. Les conséquences sociopolitiques du virus interagissent avec les enjeux locaux antérieurs qu’ils soient socio-religieux au Niger où les prières collectives ont été interdites lors du ramadan, ou socio-économiques au Nigeria et au Burkina Faso où les travailleurs pauvres et/ou informels perdent des revenus vitaux, fragilisant les dynamiques entamées de développement et menaçant une stabilité précaire comme en Afrique du Sud ou au Nigeria où ressurgit la violence sociale.

Contrairement à une idée reçue et en vogue, tout n’ira pas dans le sens d’un retour en arrière dans un futur proche ; ce sont plutôt des dynamiques en cours qui semblent s’accentuer, et en premier lieu pour les migrant.e.s.

Déjà décrédibilisés par leur expression déplacée sur les réseaux sociaux lors du confinement, nombreux sont « tous ces gens qui voyagent en jet privé et fréquentent l’hôtellerie de luxe après une petite pause dans leur domaine du Cap Ferret »[9] qui ont signés à s’en fouler les poignets pour rejeter un retour au « monde d’avant », qui ne leur était pourtant guère défavorable. Il est aussi possible de se réjouir de l’invention de nouvelles pratiques solidaires et de la multiplication d’initiatives citoyennes localisées. Si le nouveau coronavirus a pu agir comme « accélérateur » des mobilisations et a suspendu des rétentions (mais pas pour les ex-détenus et les personnes devant quitter le territoire), la pandémie a surtout compliqué l’examen des recours avec des décisions judiciaires pas toujours cohérentes d’un lieu à l’autre, virant ainsi à l’arbitraire[10]. Cependant, dans le magma global de la morosité et de l’entropie du capitalisme, les perspectives ayant cours avant les confinements (abstraction des liens sociaux, dérégulation et déshumanisation du travail, marchandisation de la santé…)[11] semblent se renforcer plus que se réduire.

In fine, c’est l’ensemble de la problématique de l’État de droit et des libertés, en France[12] ou en Europe[13], et plus encore dans les régimes « hybrides », « en transition » ou autoritaires[14], qui se trouve questionnée par la « crise » du coronavirus ; le même État de droit qui avait déjà du mal à s’appliquer aux personnes en migration un peu partout dans le monde. Mais, à chaque fois, ces impacts se font à l’échelle du pays concerné : en Grande‑Bretagne, ayant adopté l’Habeas corpus un siècle avant la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen française, un ancien juge dénonce les prémices d’un État policier lorsque des pandores y sermonnent des commerçants vendant des œufs de Pâques, jugés être des biens non‑essentiels… Car, loin d’être « égalisateur », le SARS-CoV-2 est tout à la fois produit et amplificateur des inégalités, sur tous les plans.

 

[1]     Nicolas Truong, « Giorgio Agamben : ‘L’épidémie montre clairement que l’état d’exception est devenu la condition normale’ », Le Monde, 28 mars 2020.

[2]     Cité par Simon Tisdall, « Power, equality, nationalism : how the pandemic will reshape the world », The Guardian, March 28th, 2020.

[3]     Toute personne « mobile », dans la situation actuelle, se trouve instituée comme une menace en soi. Il est possible de retrouver une parenté avec la présentation des individus comme sources du/de danger, plutôt qu’un type de rapport social par exemple, dans les prophéties des collapsologues, malthusiens et darwiniens de toutes obédiences qui trouvent dans la crise actuelle une (fausse) légitimité pratique immédiate, plus temporaire que théoriquement viable et durable. Sur les vertiges intellectuels de la « collapsologie », voir par exemple : Daniel Tanuro, « La plongée des « collapsologues » dans la régression archaïque », Contretemps, 6 mars 2019.

[4]     Ironie du sort, le lendemain de son expulsion, le ministère de l’Intérieur diffusait une note interdisant d’expulser les cas suspects et contaminés avérés ; « Un dossier qui ne manque pas de Sahel », Le Canard enchaîné, 27 mai 2020.

[5]     Stavros Machulis, Leïla Minano, « Les petits morts de Lesbos », Mediapart, 29 mars 2020.

[6]     René Backmann, « Le Bangladesh invoque le Covid-19 pour interner des réfugiés rohingyas sur une île inondable », Mediapart, 16 mai 2020.

[7]     Julia Pascal, « Les demandes d’asile à l’arrêt », Le Monde, 25 mars 2020.

[8]     Amnesty international, « France : alerte sur les pratiques policières illégales pendant le confinement », 7 mai 2020 (rapport complet ici).

[9]     « Pétitionnaires de la guerre », Le Canard enchaîné, 13 mai 2020.

[10]   Olivier Bertrand, « En rétention : la « Speedy Gonzalez » expédie neuf recours en une heure », Mediapart, 23 mars 2020 ; du même auteur, « Un travailleur sans-papier piégé dans l’absurde administratif et policier », Mediapart, 30 avril 2020.

[11]   L’exemple le plus significatif est, à ce titre, le licenciement collectif, en moins de trois minutes, par visioconférence de 3500 employés de la compagnie Uber, ou la concurrence effrénée entre États (par ailleurs « alliés ») pour l’accès aux équipements de protection.

[12]   Manuel Jardinaud, Jérôme Hourdeaux, « Au Parlement confiné, la bataille sanitaire est aussi une bataille démocratique », Médiapart, 24 mars 2020 ; Jean-Baptiste Jacquin, « L’état d’urgence sanitaire ouvre des brèches dans l’État de droit », Le Monde, 29-30 mars 2020 ; Franck Johannès, « En France, l’état d’urgence bouscule l’État de droit », Le Monde, 31 mars 2020.

[13]   Isabelle Mandraud, « La démocratie à l’épreuve en Europe », Le Monde, 31 mars 2020.

[14]   Marie Jégo avec Hélène Salon et Madjid Zerrouky, « D’Alger à Istanbul : face au virus, le déni et la censure », Le Monde, 1er avril 2020.

Salim Chena

Chercheur associé à LAM. Auteur de "Les traversées migratoires dans l'Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l'exil" (Paris, Karthala, coll. Hommes et sociétés, 2016, 252 p.) et directeur, avec Abdennour Benantar, de "La sécurité en Méditerranée occidentale. Face aux bouleversements au Maghreb et au Sahara" (Paris, L'Harmattan, coll. Bibliothèque de l'Iremmo, 2015, 122 p.).

More Posts - Website


2 réponses sur “L’État de droit contaminé par le coronavirus : que deviennent les migrants en situation de pandémie ?”

  1. Un article de très haute qualité scientifique que j’ai pris du plaisir à lire au regard de son actualité.
    Félicitations à son auteur que j’ai eu la chance d’avoir comme enseignant dans le cadre de la formation pour le CEAL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.