Que cache le pagne du 8 mars ?

Marche
copyright Jocelyne Gendrin, Présidente de Genre en Action

Il y a dix ans, j’ai écrit mon premier billet pour le 8 mars. Je venais de prendre la coordination du réseau Genre en Action, ce réseau francophone international (porté depuis 2009 par l’association du même nom) qui est hébergé depuis ses débuts en 2003 par LAM (et son prédécesseur le CEAN)1.

 En relisant celui-ci et d’autres, l’évidence de l’actualité de certains extraits s’impose. Par exemple de celui de 2007, intitulé « Le blues du 8 mars… » : et si le 8 mars n’était qu’une farce et en fin de compte plutôt contreproductif pour les femmes, notamment pour les plus vulnérables, les travailleuses pauvres, les femmes chefs de famille, les victimes de violences, les exclues des postes décisionnels, celles qui se cassent tous les jours la tête pour savoir comment jongler avec leurs charges et responsabilités trop nombreuses, un budget trop réduit ? Celles qui risquent de ne pas se trouver dans les auditoires pour écouter les paroles d’espoir du 8 mars…

J’ai souvent rappelé que le 8 mars reste une journée où notamment ceux qui ne font pas grande chose pour les femmes le reste de l’année se donnent bonne presse et une bonne conscience et où on renforce beaucoup de stéréotypes sur les femmes, prises à part, avec des arguments très essentialistes sur les vertus de « la femme », sans que les rapports de domination entre hommes et femmes soient au centre des considérations… Dans les arènes africaines, c’est surtout une journée où l’on a tendance à mettre sur un piédestal cette « superwoman » qui est mère, épouse, entrepreneure, gardienne de la tradition, de l’environnement, de la paix, des savoirs ancestraux et je ne sais pas quoi d’autre, tout en même temps… On fabrique les pagnes du 8 mars et les femmes défilent dans cet uniforme dans un esprit festif ponctué d’événements ; par exemple, en Mauritanie un concert « Femme Debout » et un tournoi de foot féminin, voire même des « fêtes à fortes envolées éthyliques » selon un journal camerounais2.

Mais derrière ce pagne se cachent des inquiétudes qui vont de la dangereuse déresponsabilisation des hommes au niveau micro jusqu’à ces menaces de recul au niveau macro. Nous sommes 20 années après la conférence de Pékin et l’idée d’une 5e conférence mondiale sur les droits des femmes a été vite abandonnée, le danger de l’ouverture des négociations sur la base de la Plateforme de Pékin étant immense : des avancées par rapport à Pékin sont hors de portée au vu de la conjoncture actuelle et dans ce jeux d’acteurs où les voix progressistes n’ont pas le dessus. D’ailleurs, l’Europe aussi est aujourd’hui plus affaiblie, l’influence de ses membres réfractaires pesant sur son positionnement sur la scène internationale. La question des droits des femmes est certes évoquée très fréquemment, mais son instrumentalisation – de tous bords, à des fins diverses et variées – est légendaire. Dans les couloirs et derrières les coulisses s’impose l’évidence qu’une ouverture de la « boite de pandore » de nouvelles négociations sur l’égalité des femmes et la « justice de genre » serait trop dangereuse car le consensus d’aujourd’hui risque de se situer en-deçà des acquis de la Plateforme de Pékin. Les efforts se concentrent sur un « sauvetage des meubles » à travers la prise en compte du genre dans les Objectifs de développement durable (ODD) qui posent des jalons pour les prochaines décennies.

Lors d’une conférence panafricaine en novembre dernier à Addis-Abeba, en Ethiopie, les organisations de droits des femmes réunies ont indiqué que la plupart des avancées réalisées en matière de droits de la femme et de la fille depuis Pékin ont subi diverses menaces et sont confrontées à des défis persistants, notamment l’accroissement des inégalités entre riches et pauvres et entre hommes et femmes en raison de la priorisation des politiques macro-économiques qui sont guidées par la croissance sans développement équitable et sans respect des droits humains. Sont cités aussi le VIH, la morbidité et la mortalité maternelles qui continuent d’être parmi les principales causes de décès chez les femmes ; les groupes radicaux et extrémistes qui posent des menaces à la sécurité et à la « promotion de la femme et de la fille » ; le rétrécissement d’espace et de ressources pour la société civile qui défend les droits des femmes,3… menaces que Genre en Action ressent aussi très fortement, d’ailleurs. Bien évidemment, tout n’est pas sombre et des progrès ont été faits ces derniers 20 ans, par exemple sur la scolarisation des filles, mais même ONU Femmes insiste : « les progrès ont été inacceptablement lents, surtout pour les femmes et les filles les plus marginalisés ».

 Et si on faisait un bilan des avancés de la prise en compte du genre au sein de notre laboratoire de recherche, LAM ? On a une directrice, ce qui n’a pas uniquement une portée symbolique, mais où en sommes-nous dans les recherches concernant le genre et sur la prise en compte transversale du genre dans nos travaux respectifs ? Bon, gardons ce sujet-là pour le 8 mars 2016, en espérant que d’ici-là, la dimension genre au LAM ne se limitera pas aux pagnes que nous revoyons pendant nos « terrains » toute l’année.

 Pour vous donner des idées et pour marquer la Journée internationale pour les droits des femmes 2015, LAM a co-organisé avec le CED (Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux) et en collaboration avec Genre en Action et l’atelier Genre de l’Université Bordeaux Montaigne, un séminaire sur l’intersectionnalité genre, classe et race : Stéphanie Guyon, Maîtresse de conférences en science politique à l’Université Picardie Jules Verne (Amiens), chercheure au CURAPP-ESS UMR 7319 Amiens nous parlera le 26 mars 2015 (14h30 – 16h30, Amphithéâtre Maison des Suds, Esplanade des Antilles, Domaine universitaire, Pessac) de « L’engagement des transfuges coloniaux : les mobilités sociales au prisme du genre, de la race et de la classe ».

 Bon 8 mars !

Elisabeth Hofmann

Chercheure au LAM, MCF Bordeaux Montaigne, ancienne coordinatrice de Genre en Action

  1. Pour en savoir plus : www.genreenaction.net []
  2. http://www.camer.be/32325/27:25/belgique-cameroun-quest-ce-que-les-femmes-fetent-le-8-mars-en-afriqueg-le-8-mars-ou-le-pagne-g-belgium.html []
  3. http://femnet.co/index.php/fr/presse/item/329-gouvernements-doivent-se-consacrer-de-nouveaux-aux-engagements-aux-droits-de-la-femme-et-la-fille []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *