Voyage au pays de la Sape

« L’homme Blanc a inventé le costume, nous l’avons transformé en art »

Papa Wemba, Sapeur du groupe Viva la Musica de Brazzaville

  S.A.P.E Héctor Mediavilla

S.A.P.E. Ces quatre lettres imprimées en doré sur le fond noir de l’ouvrage d’Hector Mediavilla sont les seuls indices laissés aux lecteurs. S.A.P.E serait-il le sigle d’une société secrète ? Il faut alors retourner l’épais volume pour lire : « Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes ». Impossible de ne pas sourire, ou du moins, d’être interloqué, par l’appellation de ce mouvement qui affirme sa philosophie avec un certain sérieux.

 Une mode à la mode

 Publié en 2013 aux Editions Intervalles, S.A.P.E. est un magnifique recueil de photographies sur un mouvement d’expression par le prêt-à-porter et la mise en scène de soi, né au Congo Brazzaville après l’indépendance. Le sujet n’est donc pas nouveau, Justin-Daniel Gandoulou lui a d’ailleurs consacré deux essais Dandies à Bacongo (1989) et Au cœur de la Sape (2000). Mais depuis quelques mois, les prouesses vestimentaires des « sapeurs » (ceux qui pratiquent la Sape,  rapprochement avec l’expression populaire « bien se saper ») font un retour en force dans les médias. La Sape capte même l’attention des publicitaires, dont la marque Guinness, qui a récemment réalisé un mini documentaire sur la Sape pour promouvoir son produit (on notera ironiquement le rapprochement entre la culture « noire » et la couleur du produit…). Cette vidéo1 met en scène plusieurs sapeurs congolais habillés en costumes cravates extravagants assortis à leurs chaussures en peau de crocodiles et leurs couvre-chefs. Les sapeurs se dandinent et défilent dans un local sombre et enfumé entouré d’un public exalté qui applaudit les performances de ceux qui maîtrisent l’art de se vêtir.

 La multiplication d’articles online, de clips de musique et le tout récent travail photographique d’Hector Mediavilla nous convient à porter une attention particulière au phénomène de la Société des ambianceurs et des Personnes élégantes et, dans le même mouvement, à considérer la mode comme un sujet de recherche à part entière.

 L’art de narguer le ciel

 Le talent des sapeurs est de savoir s’habiller, c’est l’art de se vêtir et de se « comporter » avec élégance en société. En effet, il ne s’agit pas simplement de s’habiller avec distinction, il faut également « être en mesure d’harmoniser les couleurs (la règle des trois couleurs), de bien débarquer, de bien « frimer », de savoir prendre des allures en regardant avec intermittence le ciel pour éviter de saluer ou d’être salué » (photographie p. 93), et enfin, c’est l’art de manier la langue française avec érudition et politesse. Pour comprendre la motivation de ses « dandies africains » Hector Mediavilla rapporte les propos de Lamame, sapeur congolais, qui explique son ambition de se distinguer pour oublier une réalité trop dure : « Quand je m’habille élégamment, je sors dans la rue et les gens m’acclament et crient mon nom. J’oublie alors mes soucis… ma pauvreté, la guerre, le rhumatisme sur mon pied gauche. Ce sont des moments de gloire pendant lesquels je suis profondément heureux » (préface p.8).

 Ce qui ressort le plus vivement des photographies d’Hector Mediavilla ce sont les contrastes, notamment entre le luxe du prêt-à-porter et la misère en toile de fond. L’artiste décrit la Sape comme une réalité contradictoire et fascinante. Par exemple, la première photographie de l’album montre le décor d’une façade de maison décrépite dont le mur d’un bleu sale est parsemé d’impacts de balles rebouchés au ciment. Devant cette pauvre bâtisse, un sapeur pose avec un costume gris parfaitement repassé, une chemise à rayures mauve, une cravate noire striée de traits blanc et des mocassins en cuir blanc et marron. L’art de la Sape consiste donc à savoir porter des vêtements de luxe, importés d’Europe ou des États-Unis avec des accessoires hors de prix (comme des chaussures en « croco bouche simple Weston » estimées à 2300 euros). Mais surtout, le sapeur doit savoir rester impeccable, ceci malgré la poussière et les mauvaises conditions de vie en ville. « Ici à Brazza, c’est pas facile d’être propre. Il y a toujours de la poussière, il fait très chaud, tu transpires. Tu as toujours besoin d’un mouchoir » (photographie p.51). Le contraste saisissant entre l’esthétique vestimentaire et celle du délabrement témoigne bien de l’intention de l’auteur : montrer la réalité très précaire de ces rois de l’ostentation et de l’apparence.

 Revendication politique ou aliénation des corps

 Revendiquée comme une prise de position dénonçant la violence et la guerre, la Sape est revenue sur le devant de la scène lors de la guerre civile de 2003 avec des slogans tels que : « Laissons les armes et habillons-nous élégamment » ou encore « Il y a la Sape seulement quand il y a la paix » (préface p. 7). Néanmoins, le message politique de la Société des ambianceurs et des Personnes élégantes n’est pas clair ; y voir de véritables protestations sociales ou politiques paraît démesuré. La critique postcoloniale dénonce une esthétique corporelle qui cherche à imiter le Blanc, l’occidental : « la sape est, dans une certaine mesure, l’antithèse de la beauté traditionnelle africaine, celle du tissu local, de l’élégance des ancêtres » (introduction d’Alain Mabanckou, p.25). Ou encore, elle critique l’aliénation des corps causée par les pratiques de blanchissement de peau qui évoquerait l’idée de la traversée, du grand voyage vers l’Europe et du retour triomphal au pays natal avec une métamorphose complète du corps.

 Mon regard, peut-être plus féministe, s’arrêtera sur la confusion entre l’art de s’habiller et l’art de dominer. En effet, cette course à la frime peut parfois devenir agressive : le sapeur qui n’aura pas fait preuve d’originalité sera disqualifié, on pourra rire de lui. L’enjeu, implicite, sera alors de revendiquer (ou non) sa masculinité. Presque exclusivement réservée aux hommes, la Sape laisse peu de place aux femmes qui voient, de façon désabusée, l’investissement de leurs maris comme un gaspillage : « je n’aime pas quand on n’a pas d’argent à la maison et que mon mari continue à faire la Sape. Ça ce n’est pas bon » (La femme de Lamame, carnet de voyage, p. 141).

 Nonobstant les critiques, « la Sapologie » ou la science de l’habillement, constitue un matériel de recherche fascinant qui témoigne des dynamiques contemporaines des sociétés urbaines.

 Léa Barreau-Tran, 21 janvier 2015

  1.       Visionner la vidéo sur https://www.youtube.com/watch?v=CScqFDtelrQ []

Une réflexion au sujet de « Voyage au pays de la Sape »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *