Archives par mot-clé : Ethiopie

La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

élections Ethiopie JNBDimanche 24 mai, les Ethiopiens se sont rendus aux urnes à l’occasion de la cinquième élection générale depuis l’instauration de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en 1995. Il s’agissait d’élire les représentants des 9 Conseils régionaux, des deux villes-régions (Addis-Abeba et Diré Dawa) et les 547 députés de la Chambre des Représentants du Peuple, Chambre basse du régime bicaméral. Dans la journée, l’atmosphère de la capitale était calme et les habitants qui étaient sortis semblaient sereins. Certains heurts ont eu lieu dans la circonscription de Bonga, suite auxquels les élections ont été reportées. De même, la tenue du scrutin s’est vue repoussée dans certaines Universités et circonscriptions en raison d’un manque de bulletins de vote.

Près de soixante partis se disputaient les sièges des Conseils régionaux et de la Chambre basse, pour un total respectif de 3 993 et 1 826 candidats – 27,9 % de ces 5 819 candidats étaient des femmes. Du côté des votants, les campagnes gouvernementales incitants vivement les électeurs potentiels à s’inscrire sur les listes électorales, notamment par du porte-à-porte et d’actives campagnes sur la télévision nationale, semblent avoir porté leurs fruits puisque la quasi-totalité d’entre eux s’était inscrit. En effet, 36,8 millions d’électeurs devaient se rendre aux urnes dans plus de 45 000 bureaux de vote répartis dans le pays (pour une population d’environ 90 millions d’habitants).

L’Union africaine : seul observateur extérieur

L’Union européenne avait dépêché des Missions d’Observation électorale lors des précédentes échéances, en 2005 et en 2010. Les rapports critiques de ces missions à l’égard des autorités éthiopiennes et du National Electoral Board of Ethiopia (NEBE, autorité en charge de l’organisation des élections) avaient engendré de vives réactions du gouvernement éthiopien. L’ancien premier ministre Meles Zenawi (1995-2012) n’avait pas hésité à prendre la plume et à envoyer une longue lettre de réponse peu diplomatique à la mission d’Observation de 2005 et à sa responsable Ana Gomes. En 2010, bien qu’invitée à la dernière minute par le gouvernement éthiopien, l’UE avait tout de même dépêché en urgence une mission d’Observation dont le rapport final fut également critique à l’égard du processus, en particulier le resserrement de l’espace politique durant les mois, voire les années précédant le vote. En 2015 néanmoins, l’UE ne viendra pas. Selon le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn (2012-), cette absence s’expliquerait par des restrictions financières de l’UE1, mais pour les cercles diplomatiques européens et Ana Gomes, il n’y a aucun doute : « Nous avons décidé que nous ne devions pas y aller (…) car nous savons que cette élection sera une farce », a récemment déclaré Ana Gomes. Toujours selon l’ancienne responsable de la mission d’Observation de 2005, les dires du gouvernement quant à l’absence de financements de l’UE seraient « totalement infondés ».2 L’Union africaine sera par conséquent la seule organisation extérieure à dépêcher 59 observateurs qui contrôleront 356 des… 45 000 bureaux de vote. Continuer la lecture de La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

  1. Déclaration d’Hailemariam Desalegn au Parlement éthiopien le 22 mai 2015 : http://www.ethpress.gov.et/herald/index.php/news/national-news/item/716premierwarns-of-takinglegal-actions-against-bellicose-political-leaders, consulté le 23 mai. []
  2. Entretien sur Deutsche Welle : http://www.dw.de/ethiopie-un-score-à-la-soviétique-en-vue/a-18467068, Consulté le 23 mai 2015. []

Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?

Le 24 mai 2015, les Ethiopien.ne.s se rendront aux urnes à l’occasion des cinquièmes élections générales depuis l’instauration du régime fédéral en 1995. Il s’agit d’élire au suffrage universel direct les 547 représentants des woreda qui siégeront à la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse), la plus haute autorité législative du régime (Constitution 1995). Ces élections représentent le moment fort de la vie électorale éthiopienne. La majorité parlementaire détermine en effet l’appartenance politique du Premier ministre qui est aussi la plus haute autorité exécutive du pays. Depuis 1995 et jusqu’à sa mort en 2012, Meles Zenawi occupait cette fonction centrale. Depuis sa disparition, l’hégémonique Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (qu’il présidait également) a confirmé son dauphin Hailé Mariam Dessalegn à la tête du régime. Mai 2015 est donc inédite puisque, pour la première fois, l’élection aura lieu sans l’architecte du régime.

Sur une population totale avoisinant officiellement les 90 millions, le gouvernement attend 33 millions d’inscriptions d’ici le 19 février. C’est deux millions de plus qu’en 2010, date des dernières élections générales qui avaient laissé un goût amer aux partis d’opposition qui n’avaient décroché qu’un seul siège à la Chambre basse (un second siège étant occupé par un candidat indépendant). Girma Seifu, représentant l’Union for Democracy and Justice (UDJ), est ainsi l’unique opposant parmi les 547 députés actuels. Voyons comment se présente, schématiquement, la scène politique éthiopienne à la veille des élections de 2015.

Continuer la lecture de Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?