La décision 005/DCC/EL/PR/16 du 4 avril 2016 de la Cour Constitutionnelle du Congo : un poisson d’avril constitutionnel

Matthieu FAU-NOUGARET

Maître de Conférences HDR en droit public à l’Université de Bordeaux / Laboratoire les Afriques dans le monde

            La Cour constitutionnelle congolaise, par sa décision du 4 avril 20161, rejoint la longue liste des Cours constitutionnelles ayant brillé par leur inféodation au pouvoir exécutif. On pourrait en sourire si les conséquences étaient anodines. Mais c’est loin d’être le cas. Bien rédigée de prime abord, cette décision de confirmation des résultats de l’élection présidentielle du 20 mars 2016 en République du Congo non seulement proclame les résultats définitifs de ladite élection mais clôt la période de recours contentieux. Elle est insusceptible de recours, conformément à l’article 181 de la nouvelle Constitution.

            L’élection du 20 mars dernier s’est tenue dans un climat particulier, puisqu’elle faisait suite au référendum d’octobre 2015 où le peuple congolais avait adopté la nouvelle constitution (Constitution du 6 novembre 2015). Cette dernière permet au Président en exercice, Denis Sassou N’Guesso (DSN), de pouvoir briguer un nouveau mandat, ce que lui interdisait l’ancienne constitution2. Dès la veille de l’élection et pendant trois jours, toutes les communications téléphoniques, internet, etc. ont été coupées au Congo Brazzaville pour des « raisons de sécurité ».

            Le 24 mars le ministre de l’Intérieur congolais a proclamé les résultats provisoires de l’élection, donnant DSN vainqueur dès le premier tour, avec un peu plus de 60% des suffrages exprimés3. Le candidat arrivé deuxième, Parfait Guy Brice Koléla, a introduit un recours le 30 mars devant la Cour constitutionnelle. Il contestait un certain nombre de faits susceptibles de remettre en cause lesdits résultats provisoires. Nous ne nous attarderons pas sur le fond puisque, de toutes les manières, la Cour s’est arrêtée sur la forme.

            En effet, dans la décision objet du présent commentaire, la Cour constitutionnelle rejette le recours de M. Koléla en le déclarant irrecevable. Il existe deux motifs d’irrecevabilité : le recours a été déposé hors délai ; le recours n’était pas accompagné du paiement du droit de timbre et d’enregistrement. Si le second motif peut prêter à sourire tellement il frise le ridicule au regard des enjeux du recours, le premier mérite que l’on s’y arrête. La Cour est dans son droit de dire le droit. Le droit comporte un certain nombre de procédures qui doivent être respectées. Cependant, elles doivent être respectées par tout le monde, y compris la Cour elle-même.

Dura lex sed lex !

            Quand débute le délai de recours devant la Cour constitutionnelle ? Telle est la question primordiale. Selon l’article 72 alinéa premier de la Constitution du 6 novembre 2015, le délai de contestation de l’élection du président de la République est de cinq jours suivant la proclamation des résultats provisoires de l’élection. Selon les principes généraux du droit et selon la loi organique n°1-2003 du 17 janvier 2003 portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle, les résultats provisoires ayant été proclamés par le ministre de l’Intérieur le 24 mars, la Cour constitutionnelle fait courir le délai de recours à partir du 25 mars 2016.

            Ainsi, les règles applicables au délai font que le recours devait être déposé entre le 25 et le 29 mars. Le fait que le 27 ait été un dimanche et le 28 un jour férié (lundi de Pâques) n’influe pas sur le décompte des jours (délai franc), contrairement à certains commentaires de l’opposition4. C’est pourquoi, la Cour peut conclure, au terme d’une démonstration un peu laborieuse et surtout très répétitive, que « Considérant qu’il y a lieu de dire que le requérant, qui n’a pas déposé sa requête dans le délai constitutionnel de cinq jours, comme explicité ci-haut, encourt forclusion ». M. Koléla voit donc sa requête rejetée pour irrecevabilité. Continuer la lecture de La décision 005/DCC/EL/PR/16 du 4 avril 2016 de la Cour Constitutionnelle du Congo : un poisson d’avril constitutionnel

  1. Disponible à l’adresse : http://cour-constitutionnelle.cg/admincc/decisions/DCC_N_05_EL_PR_16.pdf []
  2.   L’ancienne constitution interdisait la possibilité d’être élu pour plus de deux mandats successifs, et fixait une limite d’âge de 70 ans pour être éligible, ce qui, de jure, empêchait DSN de se représenter. []
  3.   Le désormais célèbre « coup KO », expression déjà utilisée au Burkina Faso pour l’élection présidentielle du 29 novembre 2015. []
  4. Voir en ce sens la conférence de presse du candidat Koléla du 6 avril 2016 où deux hypothèses concernant les délais sont évoquées, qui ne nous semblent toutefois pas pertinentes. []

Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

Alice Corbet, Les Afriques dans le monde

6 mars 2016. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, revient d’une visite dans les camps de réfugiés sahraouis. C’est son premier passage dans la zone. Il s’est même rendu à Bihr Lahlou, une localité de la « zone libérée » (selon la terminologie indépendantiste) par le Front Polisario. A Alger, lors d’une élocution sur la situation des réfugiés, à travers une petite phrase et par l’usage d’un seul mot, il va raviver les discussions autour du conflit du Sahara occidental. Touché par les conditions de vie des réfugiés, il y déclara : « J’ai été très attristé de voir autant de réfugiés et particulièrement des jeunes qui y sont nés. Les enfants qui sont nés au début de cette occupation ont désormais 40 ou 41 ans. Soit quarante ans d’une vie difficile. Je voulais vraiment leur apporter l’espoir que ce n’est pas la fin du monde pour eux  ».

Au-delà de la visite en elle-même, qui révoltait déjà le makhzen  (nom donné aux institutions régaliennes marocaines), le Maroc réagit vivement au terme « occupation ». Il serait « inapproprié politiquement » et « une insulte pour le gouvernement et le peuple marocains », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères publié le 8 mars. Par la voix de son agence de presse, Rabat dénonça « avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés » de Ban Ki-Moon. Le 13 mars, une manifestation importante fut organisée à Rabat : elle réunissait, selon le dénombrement très certainement surestimé de l’Agence marocaine de presse, 3 millions de personnes. 84 membres marocains du personnel de la Minurso (la Mission des Nations Unies pour l´organisation d´un référendum au Sahara occidental) quittèrent leur poste 17 mars, et le royaume annonça le retrait de sa contribution de 3 millions de dollars à la mission de maintien de la paix. Enfin, le Maroc menaça de réduire sa participation aux opérations de paix de l’ONU, alors même que des centaines de ses « hommes en uniforme » participent à ces dernières à travers le monde, ayant parfois un rôle majeur comme au Congo ou en Côte d’Ivoire.

On ne reviendra pas ici sur l’origine du conflit du Sahara occidental et les évolutions auxquelles il a donné lieu1. On peut cependant rappeler que, installés depuis 40 ans, les camps de réfugiés sahraouis se situent à l’extrême Sud-Ouest de l’Algérie. Ils sont issus de la rivalité opposant le Maroc au Front Polisario au sujet du territoire de l’ancien Sahara espagnol. Le Maroc revendique ce territoire, l’ancrant dans l’imaginaire du Grand Maroc, qui considère que le royaume s’étend jusqu’au fleuve Sénégal. De fait, après la décolonisation espagnole et la Marche Verte de 1975 lors de laquelle des milliers de marocains vinrent s’installer dans ce qui fut appelé « Les Provinces du Sud », le royaume marocain a administré le territoire. Le Front Polisario conteste ce point de vue et considère que les Sahraouis devraient habiter un pays indépendant. Dans cette optique, une république a été décrétée en 1975, la République arabe sahraouie démocratique (RASD), actuellement sans territoire et en exercice dans les camps de réfugiés. Séparant les deux parties, un mur de 2700 km de long, dit « Mur de défense » ou « Mur de sable », a été construit par les Marocains en 1980, ce qui aboutit notamment à un cessez le feu en 1991, et à la mise en place de la Minurso par l’ONU, en tant que mission d’observation et de maintien de la paix.

Pendant ce temps, de nombreuses tractations diplomatiques furent mises en œuvre, l’ONU proposant d’abord la tenue d’un referendum d’autodétermination, avant que le Maroc lui soumette un plan d’autonomie pour la région. Toutes ces solutions furent rejetées, pour diverses raisons liées au corps d’électeurs potentiels ou aux modalités d’indépendance du territoire. Au niveau des alliances stratégiques, l’Algérie soutient la RASD, tout comme certaines nations « amies » et l’Union africaine (ce qui explique que le Maroc n’en est pas membre). A l’inverse, de nombreux pays confortent le Maroc, dont la France qui s’oppose à toute résolution de l’ONU sur le cas sahraoui en usant de son droit de véto. Retenons surtout que les deux parties campent sur leurs positions depuis quarante ans, avec maints jeux d’influence de part et d’autre, par le biais des campagnes de propagande, mais aussi d’intimidations (rejet de la communauté si quelqu’un se positionne « chez l’ennemi ») ou d’incitations (distribution d’un poste professionnel avantageux si une prise de position est affirmée publiquement). Continuer la lecture de Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

  1. On renverra donc à quelques articles ou ouvrages portant sur la question, tels que :  Caratini Sophie, 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris : L’Harmattan ; Mohsen-Finan Khadija, Sahara Marocain : Les Enjeux d’un conflit régional, Paris : CNRS éditions,‎ 1997 ; Gaudio Attilio , Les Populations du Sahara Marocain : Histoire, Vie et Culture, Paris : Karthala,‎ 1993 ; Hodges Tony , Sahara Marocain : Origines et Enjeux d’une guerre du désert, Paris : L’Harmattan,‎ 1987. []

Élections présidentielles 2016 en Centrafrique. Comment faire parler les cartes ?

Christian BOUQUET (et Valérie ALFAURT)

La cartographie électorale en Afrique a pris autant de retard que la démocratie, mais elle progresse à grands pas au rythme des consultations populaires, dont on observe la multiplication depuis quelques années. En outre, la régularité et la transparence des opérations électorales sont en amélioration sensible, au point que tenter des représentations cartographiques des résultats commence à prendre du sens.

Toutefois, l’exercice n’est pas aussi simple que dans les pays du nord. Il faut d’abord avoir accès à des données complètes et détaillées, notamment dans leurs déclinaisons régionale et sous-régionale. Il faut ensuite disposer des fonds de carte correspondant aux découpages retenus pour l’élection.

LAM a décidé d’entreprendre une première expérience avec les élections présidentielles en Centrafrique, malgré l’accumulation des difficultés : pays en sortie de crise, organisation souvent improvisée des scrutins, liste électorale douteuse, validation étonnante du 1er tour de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015 alors que le 1er tour des élections législatives (qui s’étaient tenues le même jour) avait été invalidé en raison de fraudes multiples. Quant à l’entité chargée d’organiser les élections à la place du ministère de l’Intérieur – une Autorité nationale des élections (ANE), faisant fonction de Commission électorale indépendante – elle a montré ses limites, notamment en matière de communication lisible des résultats.

C’est donc à partir d’une capture d’écran sur un compte Facebook affichant des résultats provisoires (officialisés depuis) qu’une carte du 1er tour a pu être réalisée. Elle représente les candidats arrivés en tête au premier tour par région.

CENTRAFRICAINEpresidentielle_enteteaupremiertour2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

On rappelle que la participation à l’échelle nationale pour le 1er tour (30 décembre 2015) a été de 60,44 %. Est arrivé en tête Dologuélé (23,74 %), qui a obtenu sur son nom les ralliements de Kolingba (12,04 %) et de Mandaba (3,06 %). Est arrivé second Touadéra (19,05 %) auquel se sont ralliés Ziguélé (11,43 %), Bokassa (6,06 %) et Doubane (3,33 %).

Aucune autre information n’a pu être cartographiée faute de données, notamment celle des inscrits qui aurait permis de calculer les taux de participation par région, ainsi que le pourcentage des suffrages obtenus par rapport aux inscrits pour chaque candidat.

Si l’on considère comme recevables les données du 1er tour, les résultats du second tour sont sans surprise. Les reports de voix se sont apparemment effectués normalement, et Archange Faustin Touadéra l’a emporté avec 62,71 % des suffrages, contre 37,29 % à Anicet Martin Dologuélé, avec une participation en légère baisse (56,71 %).

CENTRAFRICAINEpresidentielle_adm-2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Cette carte n’est pas exactement la représentation qu’il aurait été souhaitable de réaliser, faute de données sur le nombre d’inscrits par région. En effet, le pourcentage de suffrages obtenus par rapport aux inscrits est un indicateur beaucoup plus « parlant » que le score calculé à partir du nombre des votants.

Ainsi, au plan national – pour lequel on connaît le nombre global d’inscrits – Touadéra est passé de 11,75 % (229 764 voix sur 1 954 433 inscrits) à 35,56 % (695 059 voix sur 1 954 433 inscrits). Sa légitimité ne peut être mesurée qu’à l’aune de ces chiffres.

Nous proposons de livrer ces données brutes, assorties de quelques conseils de prudence liés au cas particulier de la Centrafrique, à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs analyses (acteurs politiques locaux, politistes internationaux, diplomates, journalistes).

Dans les prochaines semaines, nous tenterons de « couvrir » cartographiquement les élections africaines dont les données nous sembleront fiables et les enjeux pertinents.

République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé à LAM

Le 12 décembre 2015, Yahya Jammeh décrétait la Gambie République islamique, la deuxième du continent après celle de Mauritanie (1991). Bien que concernant le pays le plus petit et l’un des moins peuplés du continent (deux millions d’habitants), la nouvelle n’est pas passée inaperçue : en pleine poussée islamiste en Afrique de l’Ouest, le pire était à craindre de la part d’un chef d’Etat aussi imprévisible qu’autoritaire. La Charia n’a cependant pas été instaurée à Banjul1, l’obligation faite aux femmes fonctionnaires de porter le voile a rapidement été abandonnée, l’alcool est toujours en vente libre, on entend de la musique dans les rues, et les touristes européens continuent à bronzer sur les plages. « Nous serons une république islamique qui respecte les droits de tous les citoyens et des étrangers » a promis Jammeh, qui s’est montré rassurant envers une minorité chrétienne estimée à 8% de la population. En d’autres termes, la mesure n’a rien changé et, jusqu’à preuve du contraire,  elle n’apparaît que comme un affichage.

L’affichage islamique n’est pas nouveau chez Jammeh. Il y a longtemps, en effet, que le fougueux lieutenant putschiste de 1994, qui passait pour un admirateur de feu Thomas Sankara, a entrepris de changer son image (en même temps que son régime). Légitimé par les urnes après avoir quitté l’armée, il s’est efforcé de donner l’image d’un pieux musulman, arborant grand boubou2, chapelet et Coran. L’accumulation de titres qu’il s’est peu à peu attribués n’a fait que conforter cette image : « Son Excellence Cheikh Professeur Alhadji Docteur Yahya Jammeh Abdul-Aziz Jemus Junkung Babili Mansa ». De cet inventaire à la Prévert, qui pourrait le faire entrer dans le Livre Guinness des records, émerge l’image d’un sage associant la piété au savoir et aux pouvoirs (notamment celui de guérir le sida et le cancer par des plantes…) reçus de Dieu.

Mais si Jammeh assure que son pouvoir lui vient de Dieu, cela ne lui confère officiellement aucun droit particulier : le chef de l’Etat gambien n’est pas un guide religieux. Lorsqu’il a imposé en 2015 une date unique de célébration de la Korité, qui marque la fin du ramadan, c’était moins pour des motifs religieux que pour affirmer son autorité : mettre fin à la cacophonie entre des confréries soufies dont le poids économique et politique est bien moindre qu’au Sénégal voisin. Et s’il s’est référé à l’islam pour combattre la mode de la dépigmentation ou pour interdire l’excision, il semble que c’est avant tout pour des raisons sanitaires. Quant à la Constitution du pays, bien que laïque, elle accorde déjà une place au droit musulman (comme au droit coutumier). Mais, jusqu’à présent, c’est uniquement pour des questions relevant du statut personnel (mariage, divorce, succession…). La seule question qui se pose est de savoir si cette place sera étendue, et jusqu’où, par un projet de loi qui doit être déposé devant l’Assemblée nationale « pour commencer le processus d’application » de la République islamique3 : Pour justifier une telle évolution, il a invoqué « la nécessité de préserver l’identité et la foi islamique du pays ». Mais qui menace cette identité et cette foi, dans un pays qui compte autour de 90 % de musulmans ? En fait, ce qui semble menacé, c’est plutôt le régime lui-même, confronté à une crise sans précédent du modèle sur lequel il a vécu jusque-là. Continuer la lecture de République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

  1. Son instauration en Mauritanie n’empêche nullement ce pays de collaborer avec les Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. Des militaires gambiens ont d’ailleurs bénéficié d’un entraînement dans des camps de l’armée mauritanienne. []
  2. Selon une source bien informée, l’ample boubou du président cacherait en fait un gilet pare-balles, ce qui montrerait que sa foi a des limites… []
  3. « Pour nous musulmans, nous serons gouvernés par la loi éclairée par la Charia, basée sur le Coran », vient de déclarer Jammeh. Source APA, 1/4/2016 (« Le président gambien accuse l’Occident de créer des groupes terroristes »). []

Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

Boubacar Haïdara

Chercheur associé à LAM

La situation d’Etat d’urgence qui a prévalu au Mali après l’attentat du 20 novembre 2015 du Radisson Blue a justifié le choix du gouvernement malien d’interdire tout rassemblement public, en l’occurrence la célébration du Maouloud1 de décembre 2015. En réalité, il s’agissait d’une prolongation de 10 jours décidée lors du Conseil des ministres du 21 décembre 2015, qui visait à prévenir tout risque sécuritaire, dans une période faste en manifestations publiques : 23 décembre et 30 décembre (cérémonies de naissance et d’Al-‘aqiqa2 du  Prophète) ; 25 décembre et 31 décembre (Noël et Saint Sylvestre). Chérif Ousmane Madani Haïdara, célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, l’association islamique qui compte le plus grand nombre de membres au Mali, et ses disciples ont vu dans cet acte une démarche délibérée du pouvoir  en vue de « saboter » cet événement religieux, extrêmement important pour les sympathisants du « Guide » de ce mouvement.

Le Maouloud est en effet l’un des événements, sinon le principal événement qui mobilise un très grand nombre de Maliens. Chérif Ousmane Madani Haïdara est le prêcheur qui a fait de l’anniversaire du prophète Muhammad un rendez-vous annuel majeur, un événement pourtant considéré par la communauté wahhabite comme une innovation dans l’islam ; elle ne s’associe d’ailleurs guère à sa célébration. La cérémonie du Maouloud avait lieu auparavant dans le stade Modibo Keïta de Bamako, de 25 000 places. Depuis quelques années, l’affluence des fidèles du ‘’Guide’’ Haïdara est telle qu’il se déroule désormais dans le stade du 26 mars, d’une capacité de 60 000 places. Celui-ci peine d’ailleurs à accueillir la totalité des fidèles. Un grand nombre d’entre eux est contraint de rester aux abords du stade, où sont installées des enceintes permettant de suivre l’intervention du ‘’Guide’’ de l’extérieur.

Nonobstant les efforts de sensibilisation et de dissuasion des autorités, la célébration du Maouloud, dans un stade du 26 mars saturé ne fut pas déprogrammée et s’est tenue à la date préalablement indiquée. L’attitude des autorités étatiques a été interprétée comme étant antimusulmane, et Chérif Ousmane Madani Haïdara s’est empressé de mettre en garde le pouvoir contre les intimidations et menaces qui auraient été formulées à son endroit. Il expliqua aux dirigeants maliens qu’aucune menace ne saurait constituer un frein à l’islam. Devant une foule surexcitée, dans un stade du 26 mars comble, il rejeta les recommandations des autorités maliennes, en les qualifiant d’intimidations, et enjoignit ses très nombreux soutiens de les dénoncer. L’occasion était belle pour le « Guide » d’Ançar Dine de charger les autorités, accusées de prévarication. Paradoxalement, comme pour banaliser l’événement, et faisant fi de son ampleur, les mesures de sécurité adéquates semblent n’avoir pas été mises en place par les pouvoirs publics. Ce fut ainsi l’occasion pour Haïdara de rappeler les incidents3  de février 2011, dont la responsabilité avait été imputée à l’Etat. Les différends autour de l’événement ont semblé affaiblir le président Kéita, et renforcé davantage l’engouement autour du Maouloud 2015. La participation a été décrite comme l’une des plus importantes avec 75 000 participants. Tout comme au Sénégal où « les religieux font et défont les rois »4, désormais, au Mali, un homme politique qui ambitionne d’accéder à la magistrature suprême doit au préalable s’assurer du soutien des leaders religieux. Continuer la lecture de Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

  1. Le Maouloud est la fête qui commémore la naissance du Prophète de l’islam []
  2. La cérémonie d’Al-‘aqiqa (célébrée au septième jour de la naissance) consiste à raser la tête de l’enfant, les cheveux du nouveau-né étant considérés comme impurs, donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux en poudre d’or ou la valeur en argent (monnaie), faire des prières appropriées pour le nouveau-né, rendre public le prénom qu’on lui a choisi et, enfin, faire un sacrifice, un mouton si le nouveau-né est une fille, deux si c’est un garçon. Celui-ci peut également être circoncis au septième jour de sa naissance ou ultérieurement []
  3. A la fin du prêche tenu par le ‘’Guide’’ Haïdara,  en février 2011, trente-six personnes avaient trouvé la mort, et soixante-quatre autres blessées dans une bousculade. Ces incidents sont survenus malgré une sécurité assurée par l’Etat. Chérif Ousmane Madani Haïdara, en réaction au drame, a expliqué que les huit années qui ont précédé, la question de la sécurité avaient été prise en charge par son mouvement, qui faisait appel à des membres de la police nationale (moyennant rétribution), sans qu’il ne se produise aucun incident. Il a ainsi pointé du doigt les membres de la sécurité nationale, en expliquant qu’il est plus difficile de maîtriser 50 jeunes dans une boîte de nuit que des milliers de fidèles sur un lieu de prêche. Ces derniers, selon lui, « sont strictement attentifs à notre écoute, ils agissent conformément à nos recommandations, et ne sauraient donc être la source d’aucun débordement ». []
  4. Wane B., 2010, L’islam au Sénégal, le poids des confréries ou l’émiettement de l’autorité spirituelle, Thèse de doctorat de l’université  de Paris-Est, (Sociologie/Anthropologie), 579 p. []

Dégradation des relations avec l’Occident, nouveau partenariat avec l’Algérie : vers une réorientation de la politique étrangère rwandaise ?

Samia Chabouni, Université de Jijel (Algérie), LAM (Sciences Po Bordeaux)

Cet article est issu d’une recherche de terrain financée grâce à une bourse de l’IFRA Nairobi, que je remercie chaleureusement.

Le Rwanda est un pays enclavé, disposant de peu de ressources naturelles, ce qui le rend très dépendant de ses voisins, et des acteurs étrangers. De plus, la grande majorité de sa population vit en zone rurale. Face à ce qui pourrait apparaître comme des faiblesses, le pays a misé sur sa puissance militaire, comme le Zaïre, puis la République démocratique du Congo, en ont fait l’expérience à deux reprises.

Mais le régime a également misé sur ses relations avec des partenaires étrangers, qui constituent un enjeu décisif pour l’avenir économique et politique du pays. La politique étrangère rwandaise est en grande partie déterminée par Paul Kagamé, arrivé dans les arènes du pouvoir en tant que ministre de la Défense en 1994, puis chef d’Etat élu en 2003 et réélu en 20101. L’arrivée de Kagamé a marqué un tournant décisif dans la politique étrangère rwandaise, à la mesure des transformations opérées par la mise en place d’un régime dont les ambitions sont sans précédent dans la région des Grands Lacs. Le nouveau régime a réussi à faire de l’histoire du génocide un fondement de sa politique en jouant sur la responsabilité et la culpabilité de la « communauté internationale »2.

Grâce à une politique extérieure dynamique et au travers d’une lutte pour la reconnaissance des pays anglo-saxons, le Rwanda tente de s’imposer comme une puissance émergente sur la scène régionale et internationale. Gaëlle Loir, qualifie cette politique de « diplomatie de la dette »3, tandis que Filip Reyntjens utilise l’expression de « crédit génocide »4.

L’État rwandais a pleinement bénéficié de l’aide internationale qui, de 1994 aux années 2000, a représenté jusqu’à 25% de son PIB et plus de 50% de son budget5. Selon Jean Paul Kimonyo, « elle représentait 40% en 2014 […], donc l’aide a beaucoup joué un rôle, mais ce qui fait la différence c’est le bon usage de cette aide »6. Cette aide, associée à une politique de reconstruction efficace, a permis le développement économique du pays7. C’est dans ce contexte post-génocidaire que le pays a réussi à obtenir de plus en plus de considération de la part de la communauté internationale, en particulier des États-Unis, au point d’être considéré comme un miracle africain8.

Cependant, dans le contexte d’un éventuel nouveau septennat du président Paul Kagamé rendu possible grâce à la modification controversée de l’article 101 de la constitution en décembre 2015, les relations entre le Rwanda et ses alliés occidentaux se dégradent. En conséquence, le régime en place semble réorienter sa politique étrangère vers de nouveaux partenaires, dont l’Algérie. Continuer la lecture de Dégradation des relations avec l’Occident, nouveau partenariat avec l’Algérie : vers une réorientation de la politique étrangère rwandaise ?

  1. Arnaud Zacharie et François Janne d’Othée, L’Afrique centrale 20 ans après le génocide rwandais, Bruxelles, Le bord de l’eau, 2013.p. 60. []
  2. Dominique Franche, Généalogie du génocide rwandais, Bruxelles, Tribord, 2004, p. 6. []
  3. Gaëlle Loir, « Le régime de la dette perpétuelle. De l’instrumentalisation des massacres et du génocide en relations internationales », Outre-Terre, n° 11, 2005, p. 419. []
  4. Filip Reyntjens, Rwanda. Gouverner après le génocide, Bruxelles, Les belles lettres, 2014, p. 158. []
  5. Ibid, pp-164-165. []
  6. Entretien avec Jean Paul Kimonyo, écrivain et conseiller à la présidence de la République du Rwanda, 22 mai 2015, Kigali, et auteur de Rwanda : un génocide populaire, Paris, Karthala, 2008. []
  7. Jean Paul Kimonyo, « A strong man building a strong institution on weak society », The New Times, 8/08/2010. Disponible sur : http://www.newtimes.co.rw/section/article/2015-07-08/190418/ []
  8. « Le Rwanda : un nouveau miracle africain ? », Le point Afrique, 19/08/2014. Disponible sur : http://afrique.lepoint.fr/economie/rwanda-un-nouveau-miracle-africain-19-08-2014-1857735_2258.php []

La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

Le caractère dramatique de l’actualité, les inconnues sur le devenir de la crise actuelle (un politicide de basse intensité ou une crise pré génocidaire, une sortie arbitrée négociée ou une épreuve de force) incitent beaucoup plus à alerter qu’à analyser, au risque de se contenter d’une mise en perspective de longue durée et de se satisfaire d’une vision cyclique des crises enchâssées dans un décor de pressions croissantes (environnementales, démographiques, économiques, sociales..). Par ailleurs l’événement cristallise les analyses et émotions sur celui-ci au risque d’ignorer les changements au cours de ces dix dernières années1. Il convient de nuancer ce propos en s’arrêtant sur les crises et contextes des deux dernières décennies, sur la crise actuelle.

Il s’agit donc de revenir sur l’histoire immédiate des crises burundaises, des années 2005-2015 et, en se détachant de l’emprise des événements actuels, de s’interroger sur trois dimensions : le mémoire ou les mémoires, l’expérience ou les expériences et les horizons d’attente, c’est-à-dire le rapport au passé, au présent et au futur qu’ont les acteurs et les parties en présence et en conflit, leurs attitudes, comportements et stratégies, ce qui revient à s’interroger sur les régimes d’historicité2 auxquelles ils se réfèrent. Ce faisant, il convient d’approcher les perceptions de la crise dans la société burundaise.

La crise actuelle en mémoire des crises passées.

La crise en cours 2015-2016 réveille les démons du passé. Effectivement, et à première vue, elle a bien des points communs avec les précédentes et la succession des crises (1965, 1972-1973, 1988, 1993, 1994-2002-2003) d’allure décennale confirmerait la perception d’une répétition. Ces points communs sont : l’échec d’un projet politique gouvernemental délégitimé et la manifestation d’attentes, la radicalisation des comportements dont l’instrumentalisation ethnique, la montée aux extrêmes et l’évolution d’une crise politique en une « crise ouverte totale » sous l’effet de tensions structurelles3, le renouvellement générationnel des élites, les connexions régionales et internationales…des stratégies partisanes et des nœuds individuels dont le poids et la dimension psychologique des acteurs-clés. L’enchaînement de ces crises passées renforce l’image de leur dimension fatale, d’autant que chaque crise entretient des mémoires douloureuses et une culture autoritaire aux origines de la crise suivante, et réalimente le cycle de violences.

Cette perception-lecture de la crise actuelle correspond à une mise en mémoire, un rapport au passé que chaque période conflictuelle réveille. Cette mémoire est devenue obsessionnelle car elle s’est nourrie de l’absence de traitement politico-judiciaire ou du retard apporté à le faire (la Commission Vérité Réconciliation n’a été créée qu’en 2015), même si durant ces dix dernières années, la liberté d’opinion sur les questions des identités ethniques a désamorcé le discours ethniques, ses « non-dits » et ses tabous. Continuer la lecture de La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

  1. Ce thème a été abordé lors d’un séminaire tenu à Pau UPPA/LAM en novembre 2015 sur « Ou va le Burundi ? D’où vient le Burundi ? ». []
  2. Plusieurs de ces pistes ont été empruntées aux travaux de R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Editions de l’EHESS, Paris, 2016, et F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, La Librairie du XXIe siècle, Paris, 2003. []
  3. Tous les indicateurs, après une phase de reconstruction, sont au négatif : plafonnement des indicateurs démographiques, socio-culturels, dégradation économique et indice de pauvreté….. []

L’Union africaine et la Cour pénale internationale, ou le reflet de nombreuses hypocrisies

Lors de son 26ème Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernements du 29 au 31 janvier dernier, l’Union africaine a adopté de nombreuses décisions dont l’importance, comme d’habitude, fluctue.

Parmi ces décisions, il y en a une sur laquelle nous souhaiterions nous attarder : la décision adoptée, sur proposition du Président kényan Uhuru Kenyatta, par laquelle l’Union africaine s’engage à adopter une feuille de route afin que les Etats africains membres du statut de Rome établissant la CPI (Cour pénale internationale) puissent s’en retirer. Cette résolution adoptée à huit clos, n’a pour l’instant pas été publiée, mais son concepteur et la presse s’en sont largement fait écho. Face à une telle décision, a priori, lourde de conséquences, l’indifférence ne peut pas être de mise. En effet, le progrès représenté par la mise en place d’une juridiction pénale internationale compétente pour juger des crimes les plus graves commis contre des êtres humains peut-il être remis en cause par l’organisation régionale africaine ? L’UA peut-elle suggérer à ses Etats membres de se retirer du statut portant création de la CPI et légitimer le refus de leur obligation de coopération avec cette dernière ?

Nous serions tentés de dire que, malheureusement, il s’agit là une nouvelle fois d’une « tempête dans un verre d’eau » à l’Union africaine! Ce n’est, en effet, pas la première fois qu’une déclaration peu ou prou similaire est adoptée par l’organisation continentale. Depuis 2010, les Sommets de l’UA sont l’occasion de la prise de décisions hostiles à la juridiction de la CPI (de même qu’à l’exercice de la compétence universelle). On entend volontiers toutes les critiques formulées contre la CPI : partialité, immixtion dans la souveraineté des Etats africains, atteinte au principe d’immunité des chefs d’Etat, jouet dans les mains des membres du Conseil de sécurité alors que trois des membres permanents n’en font même pas partie, voire Cour raciste…Mais il nous semble que derrière ses mots se cachent de nombreuses hypocrisies.

Sur la désuétude du mode de votation à l’UA : le consensus

En termes de droit des organisations internationales, le consensus est le mode de votation utilisé pour ne pas procéder à un vote formel, pour des décisions dont la normativité est à « très basse intensité ». Ce consensus, dans le cadre de l’organisation continentale africaine, tend à faire vivre un mythe, celui d’une harmonie panafricaine entre les Etats membres. Mais il s’agit d’un mythe, qui se matérialise dans les rapports entre les Etats membres de l’Union africaine vis à vis de la CPI. En effet de nombreux Etats, à titre individuel, clament « haut et fort » leur volonté de collaborer avec la CPI, en prévenant notamment les personnes faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré par la Cour qu’ils n’hésiteront pas à les extrader, si d’aventure ils entraient sous leur juridiction. Il en est notamment ainsi du Botswana, de la Namibie ou du Malawi qui a, pour cette raison entre autres, refusé d’organiser la 19ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernements en juillet 2012.

Pourquoi les Etats hostiles à la CPI et membres au statut de la Cour utilisent-ils la Conférence comme une tribune, alors qu’individuellement ils n’osent pas prendre les dispositions nécessaires pour se retirer du Statut ? L’UA est instrumentalisée et par voie de conséquence décrédibilisée. Ce genre de déclarations sert seulement à faire illusion sur une prétendue position commune panafricaine concernant la défiance vis à vis de la juridiction de la CPI. Certains Etats, le Kenya en particulier, ont menacé de se retirer du Statut. Faut-il le rappeler, le Procureur de la CPI de l’époque avait ouvert une enquête sur les violences post-électorales de 2007, notamment à l’encontre du Président en exercice (aujourd’hui abandonnée) et de son Vice-Président. Mais force est de constater que les menaces ne sont jamais passées à exécution. Pourtant, l’article 73 du Statut de Rome prévoit la possibilité de retrait d’un Etat moyennant le respect d’un certain délai pour que cette décision prenne effet. Alors refait surface une proposition intellectuellement très satisfaisante mais matériellement aléatoire : le jugement en Afrique des criminels africains.

Sur la capacité des instances africaines de juger leurs propres criminels

De plus en plus, certains politiques ou analystes disent ou écrivent qu’il faudrait que ce soit avant tout aux Africains de juger les auteurs de violations massives de droits de l’Homme sur le continent. L’idée est séduisante pour mettre un terme aux ingérences. Mais est-ce un tant soit peu réalisable à plus ou moins brève échéance ? Force est de constater (et de désespérer) que non ! La régionalisation de la répression pénale est très embryonnaire. La Cour d’Arusha montre de nombreuses lacunes et insuffisances tant dans son érection que dans sa juridiction. Continuer la lecture de L’Union africaine et la Cour pénale internationale, ou le reflet de nombreuses hypocrisies

Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

Comi M. Toulabor

On peut se demander si le Franco-Béninois Lionel Zinsou, plus connu à Paris qu’à Cotonou, nommé le 19 juin 2015 Premier ministre du gouvernement du Bénin, n’est pas entré dans une zone de fortes turbulences. Dans le pays de son père qui est pour lui « plus touristique que familier »1, puisqu’il le connaît à peine, il pensait se mouvoir dans un écosystème politique tranquille comme fleuve, capable de gagner la présidentielle du 28 février prochain pour laquelle il a été désigné comme le candidat de la coalition au pouvoir, les FCBE (Forces Cauris pour un Bénin émergent). Brillant normalien de 60 ans, banquier de son état, nègre2 et protégé de Laurent Fabius, ayant fait toute sa carrière en France, son deal avec le très contesté et controversé président sortant Boni Yayi au lourd passif a surpris plus d’un, et son crash du 26 décembre 2015 n’a pas laissé les Béninois indifférents à sa « stratégie de communication ».

Lionel Zinsou : un Éyadéma au petit pied?

Au moment où les chrétiens soignaient leur gueule de bois post-fête de la Nativité, Lionel Zinsou choisissait de mater la mort le 26 décembre dans le crash de son hélicoptère à Djougou, dans le nord-ouest du Bénin, après un déjeuner avec le président togolais Faure Gnassingbé, successeur de son père. Sept passagers sortirent indemnes, excepté deux d’entre victimes de quelques légères blessures. Près de quarante ans plus tôt, le 24 janvier 1974, dans le même périmètre géographique, le DC-3 d’Éyadéma père se crasha à Sarakawa (nord-est du Togo), localité située à une heure à peine de route de Djougou. Celui-ci surexploita en termes magico-religieux et mythificateurs, avec une habileté machiavélique rare, cet accident d’avion au point qu’il en fit la pierre angulaire de son pouvoir, alors fondé sur un État de foi plutôt que sur un État de droit3. En dépit de leur distance temporelle, ces deux événements se lisent néanmoins dans un miroir réfléchissant des proximités très congruentes. Deux pays limitrophes : le Bénin et le Togo ; deux localités voisines : Djougou et Sarakawa ; Lionel Zinsou et Faure Gnassingbé, respectivement neveu et fils d’anciens présidents ; deux aéronefs : l’hélicoptère et l’avion ; etc. Le crash de l’hélicoptère donnera-t-il une densité légitimante à la candidature contestée de Zinsou en établissant une filiation symbolique avec la figure de l’ancien président togolais Éyadéma ? Cette lecture-là, ni Zinsou lui-même, ni les Béninois ni les états-majors des partis politiques ne la font, bien sûr. Dans ce pays comme ailleurs où pratiques religieuses et pratiques politiques sont d’une grande porosité, il n’est pas impossible que l’inconscient collectif, défiant les dogmes catholiques, imagine un Lionel Zinsou en frère jumeau de Jésus en train de naître avec un jour de décalage dans un hameau au nord du pays vaudou, alors que l’annonce du crash ne suscita qu’ironie et moqueries générales sous la plume de Roger Gbégnonvi par exemple4 ou celle anticipatrice de Martin Mateto5.

Au pays des veaux-doux (vaudous), il y a aussi des bœufs-durs (des crocodiles), Monsieur Zinsou !

Ce furent des coups de feu nourris qui accueillirent la candidature de Zinsou. Ont été vite dénoncées la manœuvre et la stratégie de Paris pour l’imposer6 et surtout celles de Boni Yayi qui l’a positionné comme son dauphin. Hermann Boko montre comment cette candidature déchaîna des passions au sein de l’opposition, dans la presse locale, les réseaux sociaux7 et la diaspora béninoise dont certains membres l’ont interpellé par des lettres ouvertes, comme celle du 20 décembre 2015 de Patient Gandaho, un Béninois résidant en France8. Continuer la lecture de Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

  1. Chroniqueur prolifique reconnu pour sa plume bien trempée et froidement acerbe et indignée, Roger Gbégnonvi aime interpeller souvent les faits et les grands hommes de son pays. []
  2. Il écrivait les discours de Laurent Fabius, PM puis ministre dont il était un très proche collaborateur. []
  3. Lire Comi Toulabor, Le Togo sous Eyadéma, Paris, Karthala, 1986 []
  4. Roger Gbégnonvi, « Lionel Zinsou ou Jésus des jours mauvais » sur <http://www.24haubenin.info/?Lionel-Zinsou-ou-Jesus-des-jours> du 27 décembre 2015, consulté le 2 février 2016. []
  5. Martin Mateso, « Bénin-Présidentielle : Lionel Zinsou, «le messie surdoué» ou «l’imposteur»? c’est selon… » sur <http://geopolis.francetvinfo.fr/benin-lionel-zinsou-le-messie-surdoue-ou-l-imposteur-c-est-selon-89451> publié le 22 décembre 2015, consulté le 4 février 2016. []
  6. Cf. La Lettre du continent du 19 juin 2015 []
  7. Cf. Le Monde Afrique du 30 novembre 2015 []
  8. Patient Gandaho, « Monsieur le Premier Ministre sans polémique, j’ai quelques questions à vous poser », http://www.sen360.fr/actualite/lettre-ouverte-a-lionel-zinsou-par-patient-gandaho-390050.html, consulté le 3 février 2016 []

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier (La Découverte, 2015, 335 p.)

 

Parce qu’il couvre depuis trente ans l’actualité africaine et qu’il a interviewé des centaines d’acteurs de la vie politique dans son émission « L’Invité Afrique », le journaliste de RFI Christophe Boisbouvier dispose d’une connaissance profonde de son sujet. Son livre est donc riche d’informations parfois oubliées ou souvent ignorées, notamment par les chercheurs.

Il a choisi de confronter son corpus documentaire au parcours de François Hollande, en démarrant son étude au moment où la gauche arrivait au pouvoir avec François Mitterrand (1981), donc au moment où l’actuel président de la République a adhéré au parti socialiste (1980). Mais, au cours de ces trente-cinq années, François Hollande n’a pas toujours occupé des postes de responsabilité. Avant d’assumer les fonctions présidentielles, il a été tour à tour simple militant socialiste, député, premier secrétaire du PS, et jamais ministre. Son rôle dans les choix africains du PS est donc difficile à cerner, d’autant plus que l’homme n’a jamais brillé par la profondeur de ses convictions.

L’ « avant 2012 » occupe la première moitié de l’ouvrage. Christophe Boisbouvier rappelle qu’entre la gauche française au pouvoir et l’Afrique, tout semblait avoir bien commencé avec la nomination en 1981 au ministère de la Coopération et du Développement de Jean-Pierre Cot, celui dont on dit qu’il lisait les rapports d’Amnesty International avant tout déplacement dans un pays du continent africain.

Ensuite, il y a eu quelques bons discours de Mitterrand, quasiment tiers-mondistes comme celui de Cancun en 1981 (« Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre, qui veulent vivre et vivre libres… »), ou appelant à la démocratie comme celui de La Baule en 1990 (« La France liera tout effort de contribution aux efforts accomplis pour aller vers plus de liberté… »). On a également remarqué le slogan de rupture proclamé par Lionel Jospin en 1995 : « Ni ingérence ni indifférence ».

Mais il y a eu quelques actes négatifs, comme « l’autre Congrès de Berlin », celui de l’Internationale socialiste (contrôlée par le PS français) qui intégra en 1992 parmi les partis frères le RCD tunisien soutien de Ben Ali et le PND égyptien soutien de Moubarak. Il faudra attendre 2011 pour qu’ils soient exclus, en même temps que le FPI de Laurent Gbagbo.

Tout au long de cette période précédant son accession au pouvoir suprême, Hollande s’est contenté d’être un témoin discret des relations franco-africaines. Il n’a guère fait d’effort pour solder les comptes de la période Mitterrand, il ne s’est pas du tout mobilisé dans la commission d’enquête sur le Rwanda lancée par Jospin en 1998, et il a manqué de vigilance à propos de la loi de 2005 sur le « rôle positif de la colonisation ». En fait, il se tenait à l’écart et restait fidèle à sa doctrine selon laquelle « quand on n’a pas d’information, le mieux est de garder le silence ». Continuer la lecture de Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

The power of self-submission in Algeria: when the bureaucracy becomes an enemy to public interest

Bouteflika’s victory in last presidential elections in Algeria has raised many questions and criticisms. Despite the disputes between the secret intelligence division (DRS) and the presidential camp, he succeeded to win the last elections for another mandate1. Moreover, the boycott of opposition did not have a real impact on the organization of these elections nor did it bring a collective reaction from the society. Despite the fact that most media have announced that the elections were not transparent, we cannot deny that a considerable masses gave their votes to the presidential party. Even the protestations that had been organized under “Barakat” movement (“enough”), had not received a very large support.2 In many cities such as Jijel, Djelfa, Msila, Skikda, Oued Souf, the population refused to participate in the marches and protestations organized by the movement.

Instead, a number of groups did organize micro-level contestations to obtain short-term demands rather than trying to coordinate a larger social movement to bring down the present kleptocracy. The emergence of these micro-level manifestations could be understood in two different ways: on the one hand, it is a symptom of the absence of national solidarity and the manifestation of an easy manipulation by opportunistic political parties or secret services, on the other hand; it might well be an indicator of the social domestication of protest.3

Obviously, the political system in Algeria gets its power from the “blind submission” more than from the power of the security forces. Despite the successive announcements of scandalous corruption cases such as Khalifa (2007), Sonatrach (Schlumberger, Chakib Khelil), SNC Lavalin4, highway east-west (2009)5, which are a part of a long chain of corruption that have prevailed since independence, the public has not shown important reactions. Thus, Algeria is classified as a fragile “soft authoritarianism”, which derives its strength from the weakness of civil society and the quasi-absence of a collective action.

This implicit obedience and the absence of opposition have historical and structural grassroots. The most salient elements that should be focused in academic analyses are the impact of civil war memory on national trust and individual reaction toward political issues, the division between the army and the DRS, the decentralization of predation practices within the security apparatus, the reappearance of clan and regional disputes, the fragmentation of middle class, a dependent civil society, the prevalence of social clientelism. Continuer la lecture de The power of self-submission in Algeria: when the bureaucracy becomes an enemy to public interest

  1. Thierry Oberlé, « Algérie : le clan Bouteflika vise le chef des «services» », Le Figaro, 04/02/2014, http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/04/01003-20140204ARTFIG00392-algerie-le-clan-bouteflika-vise- le- chef-des-services.php. []
  2. Catherine Gouëset , « Barakat: le mouvement anti-Bouteflika peut-il s’étendre en Algérie? », L’express, 07/04/ 2014 ; http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/barakat-le-mouvement-anti-bouteflika-peut-il-s-etendre-en-algerie_1506636.html. []
  3. The most Violent Micro-protestations were in Ghardia since 2013 and Ain Saleh in November and December 2014. []
  4. Enquête ; SNC LAVALIN Service secret L’envers du tableau, ajoutée le 27 octobre 2013 ; https://www.youtube .com/watch?v=h-8R4ZShcGc. []
  5. Farid Alilat, « Algérie: lourdes condamnations dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest », 07/05/2015, http://www.jeuneafrique.com/230791/economie/algerie-lourdes-condamnations-dans-laffaire-de-lautoroute-est-ouest/ []

Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

Il n’y aura donc pas eu d’état de grâce pour Roch Marc Christian Kaboré, le nouveau président du Burkina Faso. A peine élu, et confortablement, à la magistrature suprême le 29 novembre dernier, le voilà brutalement confronté à la pire des situations qu’il pouvait sans doute imaginer, l’extension de la violence djihadiste au cœur même de son pays. Les attaques terroristes qui ont ensanglanté Ouagadougou le 15 janvier, entraînant la mort de trente personnes (Burkinabè, Européens, Canadiens), l’ont sans doute surpris, comme elles ont surpris tous les observateurs, même si plusieurs signes avant-coureurs pouvaient les laisser présager, en particulier les attaques dont les forces de l’ordre burkinabè ont été l’objet à plusieurs reprises ces dernières semaines, à la frontière avec le Mali ou quelques kilomètres à l’intérieur du territoire national. Ces dernières – armée, police et gendarmerie – étaient d’autant moins préparées à affronter cette violence terroriste qu’elles sortent à peine d’une longue période d’incertitude politique marquée par le soulèvement populaire d’octobre 2014 qui a eu raison du régime de Blaise Compaoré, une transition délicate présidée par Michel Kafando et, surtout, la tentative avortée de coup d’Etat menée par l’ancien bras droit de Compaoré et commandant du redouté RSP (Régiment de Sécurité présidentielle), le général Gilbert Diendéré. Rien d’étonnant dès lors à ce que le Président élu ait mis la question sécuritaire au centre de ses préoccupations, s’octroyant le ministère de la Défense et des Anciens combattants dans le premier gouvernement de son mandat, dirigé par Paul Kaba Thieba, pour bien montrer qu’il ne laissait à personne d’autre le soin de gérer ce dossier. La stabilité de son pouvoir en dépend en grande partie, sans parler des autres défis qui l’attendent.

Nouveau venu dans la politique ou vieux cheval de retour ?

S’il est une chose qu’on ne peut reprocher à Roch Kaboré, c’est bien la régularité des élections, présidentielle et législatives, qui l’ont porté à la présidence du Faso et ont donné à son parti, le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), une majorité relative (55 sièges sur 127) à l’Assemblée nationale mais néanmoins suffisante pour gouverner avec l’apport de petits partis alliés. De l’avis général, ces élections ont été « exemplaires », dégageant une opposition crédible dotée de 33 sièges pour l’UPC (Union pour le progrès et le changement) de Zéphirin Diabré, le principal challenger de Kaboré, qui a recueilli 29,62% des suffrages exprimés au scrutin présidentiel, un score plus qu’honorable mais qui n’a pas empêché Roch Kaboré d’être élu dès le premier tour avec 53,46% des voix1. A noter que le CDP (Congrès pour la démocratie et la progrès), l’ancien parti de Blaise Compaoré, qui écrasait tous ses rivaux dans les précédentes assemblées, a été réduit à la portion congrue, se contentant de 18 élus, et qu’il a été empêché, par décision du Conseil constitutionnel, de présenter un candidat à l’élection présidentielle. Cet épilogue signe-t-il pour autant la fin du « système Compaoré » ?

Si, d’évidence, un retour de l’ancien chef de l’Etat est désormais exclu, il faudra bien plus que des élections, même « exemplaires », pour solder son héritage autoritaire, et redonner à Roch Kaboré la virginité politique derrière laquelle il court depuis qu’il a rompu avec le CDP, en janvier 2014. Il entendait protester ainsi contre la décision de Compaoré de modifier la Constitution pour solliciter un nouveau mandat présidentiel, entraînant dans son sillage deux anciens piliers du régime déchu, Salif Diallo et Simon Compaoré, ainsi que plusieurs dizaines de cadres du parti. Continuer la lecture de Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

  1. Le taux de participation à l’élection présidentielle, assez significatif, a été de 59,87% selon le Conseil constitutionnel du Burkina Faso. Le nombre d’inscrits s’élevait à un peu plus de 5,5 millions d’électeurs pour 3 122 463 de suffrages exprimés (Décision n° 2015-28/CC/EPF portant proclamation des résultats définitifs de l’élection du Président du Faso du 29 novembre 2015). Le nombre d’inscrits eût été bien plus élevé si les Burkinabè installés en Côte-d’Ivoire, un peu plus de 1,8 millions d’individus âgés de plus de 18 ans selon les résultats du dernier recensement (RGPH 2014), ajoutés à ceux de Guinée et du Ghana, avaient pu voter, ce qui n’a pas été le cas (source : Christian Bouquet, enseignant chercheur à LAM, que je remercie pour ces précisions). []

Semaine des Afriques, du 25 au 31 janvier 2016, Bordeaux Métropole

Nous avons le plaisir de vous annoncer la 1ere édition de la Semaine des Afriques qui se tiendra du 25 au 31 janvier 2016, à l’initiative de l’Institut des Afriques et de ses membres.

Participez à la Semaine des AfriquesLa Semaine des Afriques se veut éclectique, plurielle et innovante, et espère ainsi contribuer à changer notre regard sur les mondes africains, au-delà des images parfois stéréotypées que nous pouvons en avoir, et surtout à porter notre attention sur leur diversité. « Afriques plurielles », « Afriques créatives », et « Afriques contemporaines » pourraient être les mots d’ordre de cet événement.

Laissez-vous surprendre par un programme riche en découvertes, au détour d’un ciné-débat, d’une conférence ou d’une exposition, durant ces quelques jours où les Afriques et les dynamiques afro-aquitaines sont mises à l’honneur.

Téléchargez le programme : PROGRAMME SEMAINE DES AFRIQUES 2016

Espérant vous compter parmi nous pour cette 1ere édition,

Excellente Semaine des Afriques à toutes et à tous !

COP 21 : le lac Tchad est un indicateur plus complexe qu’il n’y paraît

Pour frapper l’opinion à l’ouverture de la COP 21, Laurent Fabius a évoqué l’exemple du lac Tchad, dont la superficie, a-t-il dit, était passée de 25 000 à 2 500 km2 en raison du changement climatique. Au plan spectaculaire, il avait raison car les images transmises par les satellites depuis une quarantaine d’années permettent ce genre de constat. Encore faudrait-il comparer ce qui est comparable. Or – et sans nier l’assèchement du climat sahélien, bien au contraire – le cas du lac Tchad doit être traité avec précautions.

D’abord parce qu’il s’agit d’un lac très peu profond, juste une sorte d’immense flaque d’eau alimentée chaque année non pas par les maigres pluies qui le concernent directement mais par celles qui tombent bien plus au sud pour alimenter le fleuve Chari, son principal tributaire. Au moment de sa crue, en décembre-janvier, le lac Tchad peut couvrir entre 15 000 et 20 000 km2. Au moment de son étiage, en mai-juin, sa superficie peut descendre en-dessous de 5 000 km2. Les photos de juin et de janvier sont donc naturellement très différentes.

Au cours des six mois de la décrue, les sols libérés par la lame d’eau sont une providence pour les cultivateurs riverains, car ils restent humides suffisamment longtemps pour autoriser une récolte à contre-saison. Depuis des siècles, les paysans vivent au rythme de cette pulsation annuelle. Certes, ils ont été frappés de plein fouet depuis les années 1970 par l’aridification du climat qui a surtout affecté leurs cultures de saison de pluies (juillet-septembre), mais c’est aussi la très forte croissance démographique qui a bouleversé leurs équilibres socio-économiques et qui les a entraînés dans la grande pauvreté et la famine. Sur les mêmes terres, ils sont quatre fois plus nombreux qu’il y a cinquante ans.

Sur la rive nigériane du lac, cette croissance démographique a conduit les autorités à aménager, dans les années 1960, d’immenses périmètres irrigués. Ceux-ci prélèvent d’énormes quantités d’eau dans le lac Tchad sans qu’aucune régulation interétatique n’intervienne, et le niveau du lac s’en ressent inévitablement, indépendamment du changement climatique. Continuer la lecture de COP 21 : le lac Tchad est un indicateur plus complexe qu’il n’y paraît

L'actualité des Afriques vue par LAM