Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

Les débats sur l’avenir du franc CFA1 ne sont pas nouveaux. Mais ces dernières années on observe un regain, souvent passionné, de ces débats autour de questions relatives à la rupture avec la France, et à la création d’une monnaie alternative. Les notes qui suivent ont été, en partie, conçues autour de l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale, de Soumaïla Cissé (Éditions Éburnie, 2013, 206 p.). Ses qualités d’ancien ministre des Finances du Mali (1993-2000), et de président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) (2004-2011), donnent une grande importance à ses éclairages et orientations sur la question économique en général, et monétaire en particulier, de l’Afrique de l’Ouest. Les critiques négatives à l’égard de la gestion du franc CFA, le seul système monétaire au monde à avoir survécu à la décolonisation, et de ses liens avec la France, semblent contribuer au renforcement du sentiment panafricaniste, face à une forme de mise sous tutelle et d’injustice perpétuelle. Les opposants au franc CFA et à sa gestion actuelle, la plupart du temps des économistes (donc des experts de la question), déplorent souvent le fait que les débats restent confinés au sein des seuls cercles d’experts. Paradoxalement, leur argumentaire pour s’opposer, apparait, du fait de sa technicité, tout aussi difficilement perceptible auprès du grand public. L’intérêt qu’on peut porter à l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale tient au fait qu’il nous apparait comme un raisonnement synthétique (étayé par des arguments historiques, économiques, politiques et géopolitiques) de la situation du franc CFA, et de la question d’une nouvelle monnaie ouest-africaine.   Conçu pour faciliter l’intégration des anciennes colonies françaises dans le commerce international, le franc CFA confèrerait aux pays utilisateurs de la stabilité et de la confiance, en vue d’attirer les investisseurs étrangers. C’est du moins le point de vue de la France mais plusieurs économistes africains estiment, pour leur part, que la monnaie commune freinerait le développement des pays utilisateurs.

Un état des lieux du franc CFA

Dénommé franc des colonies françaises à sa création en décembre 1945, le franc CFA avait pour but de restaurer l’autorité monétaire française dans les territoires coloniaux qui avaient été isolés de la métropole pendant la Seconde Guerre mondiale. L’indépendance politique représentait l’occasion pour les responsables politiques d’Afrique francophone de conduire « en toute indépendance » les politiques économiques de leurs pays. Ils ont été confrontés à un dilemme, aussi décisif pour eux que pour les générations futures : pérenniser l’intégration monétaire qui avait caractérisé la période coloniale ou choisir la voie de la fragmentation monétaire. A l’indépendance, l’atmosphère qui régnait dans la zone franc n’était pas celle d’une rupture avec la métropole, et les liens entre les dirigeants français et ceux d’Afrique francophone dépassaient la seule sphère économique. Les seconds avaient par ailleurs occupé des postes à responsabilité durant la colonisation et n’avaient donc pas de difficultés à reproduire à l’identique un système qu’ils connaissaient déjà. En outre, l’aide apportée2 par la France étant assez significative, ses anciennes colonies ne voulaient pas s’en passer. Le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait donc naturel. D’ailleurs, l’implication de la France dans le pilotage des économies était dès le départ souhaitée par un groupe de dirigeants d’Afrique francophone. La plupart d’entre eux aurait même favorisé le maintien du lien monétaire avec la France, à travers un certain nombre de mesures : demande insistante de la participation de la France au conseil d’administration de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; acceptation que le siège se situe à Paris jusqu’en 1973 ; renoncement à une politique monétaire autonome ; demande du maintien de l’UMOA (créée en 1962) au moment de la création de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, qui comprend aussi des pays n’ayant pas été colonisés par la France) en 1975. Un constat qui pousse S. Cissé à évoquer l’expression d’une « indépendance surprise ». Contrairement aux Etats de la zone franc qui ont maintenu des banques centrales communes, d’autres Etats africains, à l’avènement des indépendances, ont choisi la voie de la fragmentation en créant leurs propres banques centrales. La désintégration aurait alors eu des effets désastreux pour le continent africain. Une majorité de pays a connu des crises de balance des paiements, des crises bancaires systémiques, des crises d’hyperinflation… Les principales causes seraient dues au décrochage du système monétaire international (« désintégration »), ayant forcément donné lieu à la création de monnaies nationales et de banques centrales distinctes. Continuer la lecture de Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

  1. Successivement « franc des colonies françaises d’Afrique », « franc de la communauté française d’Afrique », puis « franc de la communauté financière d’Afrique », le franc CFA est le nom de deux monnaies communes à plusieurs anciennes colonies françaises d’Afrique, réparties en deux zones : la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC), et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). []
  2. Sous la forme de contributions directes du budget français ; à travers des subventions aux budgets de fonctionnement ; à travers des investissements et la mise en place d’une assistance technique. []

« Mozambique is suffering a military expression of a political problem »

An interview with historian Michel Cahen for the Rosa Luxemburg Foundation Southern Africa / Fredson Guilengue

Lamenparle remercie la Fondation Rosa Luxembourg pour l’avoir autorisé à publier cet entretien, disponible dans sa version originale ici http://www.rosalux.co.za/wp-content/uploads/2016/05/2016-Mozambique-Military-Expression-Political-Problem-IP-01_2016.pdf


Mozambique is currently facing one of the most challenging tests of its capacity to resolve the country’s political, economic and social challenges.

Politically, a ceasefire agreement signed between the Government of Frente de Libertação de Moçambique (FRELIMO) and the main opposition party, the Resistência Nacional de Moçambique (RENAMO) on 24 August 2014 was short-lived. It only served to clear the way for the country’s general elections on 15 October 2014, at which time the highly contested results by RENAMO brought about another round of military conflict.

Economically, the national currency, Metical, has been consistently devaluing against, for example, the South African Rand, the American Dollar and the Euro, when potential gains from newly discovered resources (e.g. offshore gas) have failed to produce any tangible improvement to people’s lives. This, in conjunction with the discovery of hidden debt of 1, 4 billion USD, led partners like the International Monetary Fund (IMF), the World Bank (WB) and the British to suspend further financial aid to the country. It is therefore expected that these political and economic developments will lead to political upheaval if the Government does not address questions fast and adequately.1

To better understand Mozambique’s current political developments from a political-historical perspective, Fredson Guilengue, Programme Manager at the Rosa Luxemburg Stiftung Southern Africa (RLS) interviewed historian Michel Cahen (MC). Michel Cahen is an authority on Portuguese colonisation in Africa and a political analyst of Portuguese speaking African Countries (PALOPs). He is the Director of Research at the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) at “Les Afriques dans le monde” Research Centre at the Institute for Political Studies in Bordeaux, France. As an accredited historian of Mozambican and Angolan contemporary history, Cahen has written extensively on Mozambique’s political developments.

RLS : Mozambique’s electoral processes have always been highly contested due to allegations of electoral fraud by the ruling party Frente de Libertação de Moçambique (FRELIMO) as well as other factors, including a general perception that political power should alternate between parties to achieve a mature democracy. To what extent do frelimo’s victories threaten de facto  democratic development in Mozambique ?

MC : This is a complex question as it must be viewed in different historical periods. Despite the fact that the anticolonial liberation war was carried out in probably no more than fifteen percent of the country’s territory (an aspect that in terms of a guerrilla-like war is already very significant), there should be no doubt that at independence in 1975, if the country had not opted for a single-party state system, FRELIMO would still have had an eighty percent chance of winning. FRELIMO had the necessary legitimacy of the gun ; it had defeated the Portuguese and it was a liberation movement for independence.

However, the single-party system severely divided the Mozambican population. With the fusion of party and state there was no space for any independent structure to correct mistakes. Only the highest structures within FRELIMO were allowed to criticise the government. An example of this was the famous Samora Machel’s presidential “offensive” in 1983.2 This was the highest structure putting pressure on the medium structures of the state hierarchy. It was also followed by the paradigm of  authoritarian  modernisation  without any social gains for the sector of the population defended by FRELIMO. This paradigm expressed the idea that the peasantry had to be forcefully modernised by living in rural cities, the so-called “communal villages”. The consequence of building these villages was an agronomic, cultural and political catastrophe for the country and deeply divided the Mozambican population. The civil war in Mozambique was not a peasant revolution, but the peasants used the structures of the guerrilla, introduced by outsiders, to protect themselves against the state foisting authoritarian modernisation upon them.

There is an intense political culture instilled by FRELIMO in which electoral fraud emerges as a local responsibility. A local party member does not require any orientation from the central committee to organise electoral fraud. The member engages in this type of activity because the premise is that RENAMO should never be allowed to win. A doctorate student of mine from Mozambique who conducted a study in the south of the country explained how a relative of his, who was an electoral officer at a voting station, destroyed ballots to prevent the opposition from winning. So for me the real question to ask would be to what extent did fraud affect electoral results in Mozambique ? It is also very difficult to report fraud because FRELIMO possesses more qualified staff than the other parties and controls the entire state apparatus. Although the Movimento Democrático de Moçambique (MDM) also has qualified cadres, it is still a small party.3 RENAMO is a powerful party but suffers a severe lack of personnel. Thus, at many voting stations RENAMO or MDM observers were either not properly trained, had been freshly recruited just prior to the process, or could even have been appointed by FRELIMO. Continuer la lecture de « Mozambique is suffering a military expression of a political problem »

  1. The International Monetary Fund (IMF), the World Bank (WB), the United Kingdom and a group of 14 other direct supporters of the Mozambican budget, have recently suspended financial aid to the country due to a highly controversial commercial loan from the Credit Suisse Bank and the Russian VTB recently uncovered by the international press and acknowledged by the Government of Mozambique. The debt is estimated to be in excess of 1, 4 billion dollars and forms part of extensive loans by the Government of Mozambique between 2009 and 2014 which were neither disclosed to parliament nor to its international aid partners. According to the Government, it withheld the information fearing that its opponent in a civil war, RENAMO, would have access to sensitive information. However, it is now known that, while part of these funds were used to acquire military equipment, a very substantial amount simply disappeared.  []
  2. In the 80’s FRELIMO adopted a strategy of self-criticism to reinforce its authority and leadership. Thus Samora Machel, both president of the party and the country (1975-1986), led the so-called “Presidential Campaigns”. These campaigns, also meant to introduce reforms and change, included : the 1976 Production Offensive ; the 1978 Campaign to build the party organisation and the 1980 Presidential Offensive against corruption; etc. (see: Newitt 1995). Marlyn Newitt, A History of Mozambique (London: Hurst & Company, 1995), 545.  []
  3. The Movimento Democrático de Moçambique (MDM) was formed in March 2009 as a splinter movement comprising ex-RENAMO members and supporters under the leadership of Daviz Mbepo Simango, the mayor of Beira, Mozambique’s second largest city. Today it is the third most important opposition party in Mozambique.      []

The FIS Ex-militants in Algeria : from combat to re-integration

Although recent commentaries suggest that the doctrinal seeds of extremist Islam were planted in Egypt through the writings of Hassan Al-Banna and Sayyid Qutb1, Algeria, in fact, is the first Arab country that had experienced this brand of extremism. During the seventies, Houari Boumediene, the second president of Algeria, contained the Islamic movements through social and economic development strategy that based on boosting the agricultural sector, heavy industrialization, and expanding opportunities for education2. He succeeded in maintaining a single-party state, and relative security, by shifting the government focus from political to the economic development. Even though there was growing dissent, regarding his economic and education policy decisions, these cleavages did not prevent him and his friends from becoming the driving force of policy-making.3

 Nevertheless, with the serious economic decline following the fall in oil prices in the 1980’s, efforts at promoting development failed and the debt increased. Under Boumediene’s successor, Chadli Bendjedid, the government proved unable to implement efficient strategies to stop the debt spiral and failed to control the process of economic readjustment. Wages were frozen, prices soared, food commodity’s speculation raised, and soon, basic foodstuffs such sugar and milk were becoming increasingly rare. As a result, the rentier peace and the authoritarian modernization model that was established since the independence, had been challenged by the political opposition, both liberal-secular and Islamic, that began to reclaim the political participation. In such dire circumstances, the government had no choice other than to amend the constitution and accept a multiparty system.

The state-society rupture : toward the radicalization of social grievance:

Unfortunately, although both opposition movements were opposed to the autocracy, they stood as rivals in their efforts to mobilize support. They made no attempt to coordinate their efforts. While the liberal militant party failed to obtain large social support, The Islamic Front of Salvation (“FIS”) under the leadership of Ali Belhaj and Abbas Almadani4 scored a major electoral victory. The Islamic movement deliberately exploited the traditional-conservative nature of the social periphery, and the economic deterioration, to successfully gain unconditional support from both rural and urban segments of the country. The accumulated support was not limited to the poor population, rather the Islamic movement attracted people from wide array of socio-economic backgrounds. Nevertheless, the wage earners selling only their labor, constituted a considerable portion of that support. Despite Boumediene’s efforts to transform those wage earners into an important social actor in the society, they could not adopt the class conscious needed to offset the military hegemony, nor could they develop a collective sense of solidarity. Thus, a large part of them preferred to engage with the FIS. However, it is important to acknowledge the remarkable efforts of the trade union leaders in their attempts to face the FIS as well as the oppressive policies of military during the war5.

  The FIS protests burst onto the scene in 1990, cementing Islamic presence and its political manifestations. In cities and countryside alike, the Algerian people participated vigorously in protests. The images and videos of Algiers during this time are shocking and express the profound social unrest that the country was living. Thousands of people crowded in large squares, listening to speeches of Ali Belhaj and his followers, and screamed in unison “Allah Akbar”. The Mosques became the centers of social and political mobilization. Consequently, the state ideology was challenged and the legitimacy of dominant elite was eroded. Continuer la lecture de The FIS Ex-militants in Algeria : from combat to re-integration

  1. Both of Egyptian origins, Hassan Al-Banna and Sayyid Qutb’s books and texts played a dominant role in the formulation, organization, and diffusion of fundamentalist Islam. The first is the founder of the Muslim Brotherhood; the second is the most influential thinker and philosopher identified with radical Islam. The best work on the Muslim Brotherhood is Richard Mitchell, The Society of Muslim Brothers (London 1969); for an outstanding compilation of the writings of Sayyid Qutb, see Albert J. Bergesen editor, The Sayyid Qutb Reader: Selected writings on politics, religion and society (Routledge 2008). After studying in the US, Qutb returned to Egypt where he joined hands with President Nasser in his fight against British colonial rule, only to become a victim of Nasser’s purges of the Muslim Brothers (Ikhwan). Al-Banna was assassinated in 1949. []
  2. John Ruedy, Modern Algeria: the origins and development of a nation (USA: Indiana university Press, 1992), 216-220.  []
  3. Interview with Ahmed Talib Al-Ibrahimi, (ex-minister at Boumedien’s government), presented by Ahmed Mansour, part 06 and 07, Aljazeera, available in; https://www.youtube.com/watch?v=7BYyZD2Ru3o. []
  4. Abbas Almadani was a professor of psychology at the university of Algiers, and Ali Belhadj was a professor of Arabic. []
  5. Unfortunately, some trade union leaders and technocrats who refused the new system and the FIS, were the victims of violence and exclusion from both sides. I had many interviews with trade union leaders which were dependent to Alhadjar factory in Annaba before the privatization process. They struggled hard to protect the factory’s production from the military, especially during civil war. Interview with Yakoubi Mahmoud, (one of the pioneer leaders of trade union in Alhadjar, Annaba) 10-12-2008 []

La décision 005/DCC/EL/PR/16 du 4 avril 2016 de la Cour Constitutionnelle du Congo : un poisson d’avril constitutionnel

Matthieu FAU-NOUGARET

Maître de Conférences HDR en droit public à l’Université de Bordeaux / Laboratoire les Afriques dans le monde

            La Cour constitutionnelle congolaise, par sa décision du 4 avril 20161, rejoint la longue liste des Cours constitutionnelles ayant brillé par leur inféodation au pouvoir exécutif. On pourrait en sourire si les conséquences étaient anodines. Mais c’est loin d’être le cas. Bien rédigée de prime abord, cette décision de confirmation des résultats de l’élection présidentielle du 20 mars 2016 en République du Congo non seulement proclame les résultats définitifs de ladite élection mais clôt la période de recours contentieux. Elle est insusceptible de recours, conformément à l’article 181 de la nouvelle Constitution.

            L’élection du 20 mars dernier s’est tenue dans un climat particulier, puisqu’elle faisait suite au référendum d’octobre 2015 où le peuple congolais avait adopté la nouvelle constitution (Constitution du 6 novembre 2015). Cette dernière permet au Président en exercice, Denis Sassou N’Guesso (DSN), de pouvoir briguer un nouveau mandat, ce que lui interdisait l’ancienne constitution2. Dès la veille de l’élection et pendant trois jours, toutes les communications téléphoniques, internet, etc. ont été coupées au Congo Brazzaville pour des « raisons de sécurité ».

            Le 24 mars le ministre de l’Intérieur congolais a proclamé les résultats provisoires de l’élection, donnant DSN vainqueur dès le premier tour, avec un peu plus de 60% des suffrages exprimés3. Le candidat arrivé deuxième, Parfait Guy Brice Koléla, a introduit un recours le 30 mars devant la Cour constitutionnelle. Il contestait un certain nombre de faits susceptibles de remettre en cause lesdits résultats provisoires. Nous ne nous attarderons pas sur le fond puisque, de toutes les manières, la Cour s’est arrêtée sur la forme.

            En effet, dans la décision objet du présent commentaire, la Cour constitutionnelle rejette le recours de M. Koléla en le déclarant irrecevable. Il existe deux motifs d’irrecevabilité : le recours a été déposé hors délai ; le recours n’était pas accompagné du paiement du droit de timbre et d’enregistrement. Si le second motif peut prêter à sourire tellement il frise le ridicule au regard des enjeux du recours, le premier mérite que l’on s’y arrête. La Cour est dans son droit de dire le droit. Le droit comporte un certain nombre de procédures qui doivent être respectées. Cependant, elles doivent être respectées par tout le monde, y compris la Cour elle-même.

Dura lex sed lex !

            Quand débute le délai de recours devant la Cour constitutionnelle ? Telle est la question primordiale. Selon l’article 72 alinéa premier de la Constitution du 6 novembre 2015, le délai de contestation de l’élection du président de la République est de cinq jours suivant la proclamation des résultats provisoires de l’élection. Selon les principes généraux du droit et selon la loi organique n°1-2003 du 17 janvier 2003 portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle, les résultats provisoires ayant été proclamés par le ministre de l’Intérieur le 24 mars, la Cour constitutionnelle fait courir le délai de recours à partir du 25 mars 2016.

            Ainsi, les règles applicables au délai font que le recours devait être déposé entre le 25 et le 29 mars. Le fait que le 27 ait été un dimanche et le 28 un jour férié (lundi de Pâques) n’influe pas sur le décompte des jours (délai franc), contrairement à certains commentaires de l’opposition4. C’est pourquoi, la Cour peut conclure, au terme d’une démonstration un peu laborieuse et surtout très répétitive, que « Considérant qu’il y a lieu de dire que le requérant, qui n’a pas déposé sa requête dans le délai constitutionnel de cinq jours, comme explicité ci-haut, encourt forclusion ». M. Koléla voit donc sa requête rejetée pour irrecevabilité. Continuer la lecture de La décision 005/DCC/EL/PR/16 du 4 avril 2016 de la Cour Constitutionnelle du Congo : un poisson d’avril constitutionnel

  1. Disponible à l’adresse : http://cour-constitutionnelle.cg/admincc/decisions/DCC_N_05_EL_PR_16.pdf []
  2.   L’ancienne constitution interdisait la possibilité d’être élu pour plus de deux mandats successifs, et fixait une limite d’âge de 70 ans pour être éligible, ce qui, de jure, empêchait DSN de se représenter. []
  3.   Le désormais célèbre « coup KO », expression déjà utilisée au Burkina Faso pour l’élection présidentielle du 29 novembre 2015. []
  4. Voir en ce sens la conférence de presse du candidat Koléla du 6 avril 2016 où deux hypothèses concernant les délais sont évoquées, qui ne nous semblent toutefois pas pertinentes. []

Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

Alice Corbet, Les Afriques dans le monde

6 mars 2016. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, revient d’une visite dans les camps de réfugiés sahraouis. C’est son premier passage dans la zone. Il s’est même rendu à Bihr Lahlou, une localité de la « zone libérée » (selon la terminologie indépendantiste) par le Front Polisario. A Alger, lors d’une élocution sur la situation des réfugiés, à travers une petite phrase et par l’usage d’un seul mot, il va raviver les discussions autour du conflit du Sahara occidental. Touché par les conditions de vie des réfugiés, il y déclara : « J’ai été très attristé de voir autant de réfugiés et particulièrement des jeunes qui y sont nés. Les enfants qui sont nés au début de cette occupation ont désormais 40 ou 41 ans. Soit quarante ans d’une vie difficile. Je voulais vraiment leur apporter l’espoir que ce n’est pas la fin du monde pour eux  ».

Au-delà de la visite en elle-même, qui révoltait déjà le makhzen  (nom donné aux institutions régaliennes marocaines), le Maroc réagit vivement au terme « occupation ». Il serait « inapproprié politiquement » et « une insulte pour le gouvernement et le peuple marocains », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères publié le 8 mars. Par la voix de son agence de presse, Rabat dénonça « avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés » de Ban Ki-Moon. Le 13 mars, une manifestation importante fut organisée à Rabat : elle réunissait, selon le dénombrement très certainement surestimé de l’Agence marocaine de presse, 3 millions de personnes. 84 membres marocains du personnel de la Minurso (la Mission des Nations Unies pour l´organisation d´un référendum au Sahara occidental) quittèrent leur poste 17 mars, et le royaume annonça le retrait de sa contribution de 3 millions de dollars à la mission de maintien de la paix. Enfin, le Maroc menaça de réduire sa participation aux opérations de paix de l’ONU, alors même que des centaines de ses « hommes en uniforme » participent à ces dernières à travers le monde, ayant parfois un rôle majeur comme au Congo ou en Côte d’Ivoire.

On ne reviendra pas ici sur l’origine du conflit du Sahara occidental et les évolutions auxquelles il a donné lieu1. On peut cependant rappeler que, installés depuis 40 ans, les camps de réfugiés sahraouis se situent à l’extrême Sud-Ouest de l’Algérie. Ils sont issus de la rivalité opposant le Maroc au Front Polisario au sujet du territoire de l’ancien Sahara espagnol. Le Maroc revendique ce territoire, l’ancrant dans l’imaginaire du Grand Maroc, qui considère que le royaume s’étend jusqu’au fleuve Sénégal. De fait, après la décolonisation espagnole et la Marche Verte de 1975 lors de laquelle des milliers de marocains vinrent s’installer dans ce qui fut appelé « Les Provinces du Sud », le royaume marocain a administré le territoire. Le Front Polisario conteste ce point de vue et considère que les Sahraouis devraient habiter un pays indépendant. Dans cette optique, une république a été décrétée en 1975, la République arabe sahraouie démocratique (RASD), actuellement sans territoire et en exercice dans les camps de réfugiés. Séparant les deux parties, un mur de 2700 km de long, dit « Mur de défense » ou « Mur de sable », a été construit par les Marocains en 1980, ce qui aboutit notamment à un cessez le feu en 1991, et à la mise en place de la Minurso par l’ONU, en tant que mission d’observation et de maintien de la paix.

Pendant ce temps, de nombreuses tractations diplomatiques furent mises en œuvre, l’ONU proposant d’abord la tenue d’un referendum d’autodétermination, avant que le Maroc lui soumette un plan d’autonomie pour la région. Toutes ces solutions furent rejetées, pour diverses raisons liées au corps d’électeurs potentiels ou aux modalités d’indépendance du territoire. Au niveau des alliances stratégiques, l’Algérie soutient la RASD, tout comme certaines nations « amies » et l’Union africaine (ce qui explique que le Maroc n’en est pas membre). A l’inverse, de nombreux pays confortent le Maroc, dont la France qui s’oppose à toute résolution de l’ONU sur le cas sahraoui en usant de son droit de véto. Retenons surtout que les deux parties campent sur leurs positions depuis quarante ans, avec maints jeux d’influence de part et d’autre, par le biais des campagnes de propagande, mais aussi d’intimidations (rejet de la communauté si quelqu’un se positionne « chez l’ennemi ») ou d’incitations (distribution d’un poste professionnel avantageux si une prise de position est affirmée publiquement). Continuer la lecture de Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

  1. On renverra donc à quelques articles ou ouvrages portant sur la question, tels que :  Caratini Sophie, 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris : L’Harmattan ; Mohsen-Finan Khadija, Sahara Marocain : Les Enjeux d’un conflit régional, Paris : CNRS éditions,‎ 1997 ; Gaudio Attilio , Les Populations du Sahara Marocain : Histoire, Vie et Culture, Paris : Karthala,‎ 1993 ; Hodges Tony , Sahara Marocain : Origines et Enjeux d’une guerre du désert, Paris : L’Harmattan,‎ 1987. []

Élections présidentielles 2016 en Centrafrique. Comment faire parler les cartes ?

Christian BOUQUET (et Valérie ALFAURT)

La cartographie électorale en Afrique a pris autant de retard que la démocratie, mais elle progresse à grands pas au rythme des consultations populaires, dont on observe la multiplication depuis quelques années. En outre, la régularité et la transparence des opérations électorales sont en amélioration sensible, au point que tenter des représentations cartographiques des résultats commence à prendre du sens.

Toutefois, l’exercice n’est pas aussi simple que dans les pays du nord. Il faut d’abord avoir accès à des données complètes et détaillées, notamment dans leurs déclinaisons régionale et sous-régionale. Il faut ensuite disposer des fonds de carte correspondant aux découpages retenus pour l’élection.

LAM a décidé d’entreprendre une première expérience avec les élections présidentielles en Centrafrique, malgré l’accumulation des difficultés : pays en sortie de crise, organisation souvent improvisée des scrutins, liste électorale douteuse, validation étonnante du 1er tour de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015 alors que le 1er tour des élections législatives (qui s’étaient tenues le même jour) avait été invalidé en raison de fraudes multiples. Quant à l’entité chargée d’organiser les élections à la place du ministère de l’Intérieur – une Autorité nationale des élections (ANE), faisant fonction de Commission électorale indépendante – elle a montré ses limites, notamment en matière de communication lisible des résultats.

C’est donc à partir d’une capture d’écran sur un compte Facebook affichant des résultats provisoires (officialisés depuis) qu’une carte du 1er tour a pu être réalisée. Elle représente les candidats arrivés en tête au premier tour par région.

CENTRAFRICAINEpresidentielle_enteteaupremiertour2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

On rappelle que la participation à l’échelle nationale pour le 1er tour (30 décembre 2015) a été de 60,44 %. Est arrivé en tête Dologuélé (23,74 %), qui a obtenu sur son nom les ralliements de Kolingba (12,04 %) et de Mandaba (3,06 %). Est arrivé second Touadéra (19,05 %) auquel se sont ralliés Ziguélé (11,43 %), Bokassa (6,06 %) et Doubane (3,33 %).

Aucune autre information n’a pu être cartographiée faute de données, notamment celle des inscrits qui aurait permis de calculer les taux de participation par région, ainsi que le pourcentage des suffrages obtenus par rapport aux inscrits pour chaque candidat.

Si l’on considère comme recevables les données du 1er tour, les résultats du second tour sont sans surprise. Les reports de voix se sont apparemment effectués normalement, et Archange Faustin Touadéra l’a emporté avec 62,71 % des suffrages, contre 37,29 % à Anicet Martin Dologuélé, avec une participation en légère baisse (56,71 %).

CENTRAFRICAINEpresidentielle_adm-2Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Cette carte n’est pas exactement la représentation qu’il aurait été souhaitable de réaliser, faute de données sur le nombre d’inscrits par région. En effet, le pourcentage de suffrages obtenus par rapport aux inscrits est un indicateur beaucoup plus « parlant » que le score calculé à partir du nombre des votants.

Ainsi, au plan national – pour lequel on connaît le nombre global d’inscrits – Touadéra est passé de 11,75 % (229 764 voix sur 1 954 433 inscrits) à 35,56 % (695 059 voix sur 1 954 433 inscrits). Sa légitimité ne peut être mesurée qu’à l’aune de ces chiffres.

Nous proposons de livrer ces données brutes, assorties de quelques conseils de prudence liés au cas particulier de la Centrafrique, à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs analyses (acteurs politiques locaux, politistes internationaux, diplomates, journalistes).

Dans les prochaines semaines, nous tenterons de « couvrir » cartographiquement les élections africaines dont les données nous sembleront fiables et les enjeux pertinents.

République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé à LAM

Le 12 décembre 2015, Yahya Jammeh décrétait la Gambie République islamique, la deuxième du continent après celle de Mauritanie (1991). Bien que concernant le pays le plus petit et l’un des moins peuplés du continent (deux millions d’habitants), la nouvelle n’est pas passée inaperçue : en pleine poussée islamiste en Afrique de l’Ouest, le pire était à craindre de la part d’un chef d’Etat aussi imprévisible qu’autoritaire. La Charia n’a cependant pas été instaurée à Banjul1, l’obligation faite aux femmes fonctionnaires de porter le voile a rapidement été abandonnée, l’alcool est toujours en vente libre, on entend de la musique dans les rues, et les touristes européens continuent à bronzer sur les plages. « Nous serons une république islamique qui respecte les droits de tous les citoyens et des étrangers » a promis Jammeh, qui s’est montré rassurant envers une minorité chrétienne estimée à 8% de la population. En d’autres termes, la mesure n’a rien changé et, jusqu’à preuve du contraire,  elle n’apparaît que comme un affichage.

L’affichage islamique n’est pas nouveau chez Jammeh. Il y a longtemps, en effet, que le fougueux lieutenant putschiste de 1994, qui passait pour un admirateur de feu Thomas Sankara, a entrepris de changer son image (en même temps que son régime). Légitimé par les urnes après avoir quitté l’armée, il s’est efforcé de donner l’image d’un pieux musulman, arborant grand boubou2, chapelet et Coran. L’accumulation de titres qu’il s’est peu à peu attribués n’a fait que conforter cette image : « Son Excellence Cheikh Professeur Alhadji Docteur Yahya Jammeh Abdul-Aziz Jemus Junkung Babili Mansa ». De cet inventaire à la Prévert, qui pourrait le faire entrer dans le Livre Guinness des records, émerge l’image d’un sage associant la piété au savoir et aux pouvoirs (notamment celui de guérir le sida et le cancer par des plantes…) reçus de Dieu.

Mais si Jammeh assure que son pouvoir lui vient de Dieu, cela ne lui confère officiellement aucun droit particulier : le chef de l’Etat gambien n’est pas un guide religieux. Lorsqu’il a imposé en 2015 une date unique de célébration de la Korité, qui marque la fin du ramadan, c’était moins pour des motifs religieux que pour affirmer son autorité : mettre fin à la cacophonie entre des confréries soufies dont le poids économique et politique est bien moindre qu’au Sénégal voisin. Et s’il s’est référé à l’islam pour combattre la mode de la dépigmentation ou pour interdire l’excision, il semble que c’est avant tout pour des raisons sanitaires. Quant à la Constitution du pays, bien que laïque, elle accorde déjà une place au droit musulman (comme au droit coutumier). Mais, jusqu’à présent, c’est uniquement pour des questions relevant du statut personnel (mariage, divorce, succession…). La seule question qui se pose est de savoir si cette place sera étendue, et jusqu’où, par un projet de loi qui doit être déposé devant l’Assemblée nationale « pour commencer le processus d’application » de la République islamique3 : Pour justifier une telle évolution, il a invoqué « la nécessité de préserver l’identité et la foi islamique du pays ». Mais qui menace cette identité et cette foi, dans un pays qui compte autour de 90 % de musulmans ? En fait, ce qui semble menacé, c’est plutôt le régime lui-même, confronté à une crise sans précédent du modèle sur lequel il a vécu jusque-là. Continuer la lecture de République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

  1. Son instauration en Mauritanie n’empêche nullement ce pays de collaborer avec les Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. Des militaires gambiens ont d’ailleurs bénéficié d’un entraînement dans des camps de l’armée mauritanienne. []
  2. Selon une source bien informée, l’ample boubou du président cacherait en fait un gilet pare-balles, ce qui montrerait que sa foi a des limites… []
  3. « Pour nous musulmans, nous serons gouvernés par la loi éclairée par la Charia, basée sur le Coran », vient de déclarer Jammeh. Source APA, 1/4/2016 (« Le président gambien accuse l’Occident de créer des groupes terroristes »). []

Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

Boubacar Haïdara

Chercheur associé à LAM

La situation d’Etat d’urgence qui a prévalu au Mali après l’attentat du 20 novembre 2015 du Radisson Blue a justifié le choix du gouvernement malien d’interdire tout rassemblement public, en l’occurrence la célébration du Maouloud1 de décembre 2015. En réalité, il s’agissait d’une prolongation de 10 jours décidée lors du Conseil des ministres du 21 décembre 2015, qui visait à prévenir tout risque sécuritaire, dans une période faste en manifestations publiques : 23 décembre et 30 décembre (cérémonies de naissance et d’Al-‘aqiqa2 du  Prophète) ; 25 décembre et 31 décembre (Noël et Saint Sylvestre). Chérif Ousmane Madani Haïdara, célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, l’association islamique qui compte le plus grand nombre de membres au Mali, et ses disciples ont vu dans cet acte une démarche délibérée du pouvoir  en vue de « saboter » cet événement religieux, extrêmement important pour les sympathisants du « Guide » de ce mouvement.

Le Maouloud est en effet l’un des événements, sinon le principal événement qui mobilise un très grand nombre de Maliens. Chérif Ousmane Madani Haïdara est le prêcheur qui a fait de l’anniversaire du prophète Muhammad un rendez-vous annuel majeur, un événement pourtant considéré par la communauté wahhabite comme une innovation dans l’islam ; elle ne s’associe d’ailleurs guère à sa célébration. La cérémonie du Maouloud avait lieu auparavant dans le stade Modibo Keïta de Bamako, de 25 000 places. Depuis quelques années, l’affluence des fidèles du ‘’Guide’’ Haïdara est telle qu’il se déroule désormais dans le stade du 26 mars, d’une capacité de 60 000 places. Celui-ci peine d’ailleurs à accueillir la totalité des fidèles. Un grand nombre d’entre eux est contraint de rester aux abords du stade, où sont installées des enceintes permettant de suivre l’intervention du ‘’Guide’’ de l’extérieur.

Nonobstant les efforts de sensibilisation et de dissuasion des autorités, la célébration du Maouloud, dans un stade du 26 mars saturé ne fut pas déprogrammée et s’est tenue à la date préalablement indiquée. L’attitude des autorités étatiques a été interprétée comme étant antimusulmane, et Chérif Ousmane Madani Haïdara s’est empressé de mettre en garde le pouvoir contre les intimidations et menaces qui auraient été formulées à son endroit. Il expliqua aux dirigeants maliens qu’aucune menace ne saurait constituer un frein à l’islam. Devant une foule surexcitée, dans un stade du 26 mars comble, il rejeta les recommandations des autorités maliennes, en les qualifiant d’intimidations, et enjoignit ses très nombreux soutiens de les dénoncer. L’occasion était belle pour le « Guide » d’Ançar Dine de charger les autorités, accusées de prévarication. Paradoxalement, comme pour banaliser l’événement, et faisant fi de son ampleur, les mesures de sécurité adéquates semblent n’avoir pas été mises en place par les pouvoirs publics. Ce fut ainsi l’occasion pour Haïdara de rappeler les incidents3  de février 2011, dont la responsabilité avait été imputée à l’Etat. Les différends autour de l’événement ont semblé affaiblir le président Kéita, et renforcé davantage l’engouement autour du Maouloud 2015. La participation a été décrite comme l’une des plus importantes avec 75 000 participants. Tout comme au Sénégal où « les religieux font et défont les rois »4, désormais, au Mali, un homme politique qui ambitionne d’accéder à la magistrature suprême doit au préalable s’assurer du soutien des leaders religieux. Continuer la lecture de Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

  1. Le Maouloud est la fête qui commémore la naissance du Prophète de l’islam []
  2. La cérémonie d’Al-‘aqiqa (célébrée au septième jour de la naissance) consiste à raser la tête de l’enfant, les cheveux du nouveau-né étant considérés comme impurs, donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux en poudre d’or ou la valeur en argent (monnaie), faire des prières appropriées pour le nouveau-né, rendre public le prénom qu’on lui a choisi et, enfin, faire un sacrifice, un mouton si le nouveau-né est une fille, deux si c’est un garçon. Celui-ci peut également être circoncis au septième jour de sa naissance ou ultérieurement []
  3. A la fin du prêche tenu par le ‘’Guide’’ Haïdara,  en février 2011, trente-six personnes avaient trouvé la mort, et soixante-quatre autres blessées dans une bousculade. Ces incidents sont survenus malgré une sécurité assurée par l’Etat. Chérif Ousmane Madani Haïdara, en réaction au drame, a expliqué que les huit années qui ont précédé, la question de la sécurité avaient été prise en charge par son mouvement, qui faisait appel à des membres de la police nationale (moyennant rétribution), sans qu’il ne se produise aucun incident. Il a ainsi pointé du doigt les membres de la sécurité nationale, en expliquant qu’il est plus difficile de maîtriser 50 jeunes dans une boîte de nuit que des milliers de fidèles sur un lieu de prêche. Ces derniers, selon lui, « sont strictement attentifs à notre écoute, ils agissent conformément à nos recommandations, et ne sauraient donc être la source d’aucun débordement ». []
  4. Wane B., 2010, L’islam au Sénégal, le poids des confréries ou l’émiettement de l’autorité spirituelle, Thèse de doctorat de l’université  de Paris-Est, (Sociologie/Anthropologie), 579 p. []

Dégradation des relations avec l’Occident, nouveau partenariat avec l’Algérie : vers une réorientation de la politique étrangère rwandaise ?

Samia Chabouni, Université de Jijel (Algérie), LAM (Sciences Po Bordeaux)

Cet article est issu d’une recherche de terrain financée grâce à une bourse de l’IFRA Nairobi, que je remercie chaleureusement.

Le Rwanda est un pays enclavé, disposant de peu de ressources naturelles, ce qui le rend très dépendant de ses voisins, et des acteurs étrangers. De plus, la grande majorité de sa population vit en zone rurale. Face à ce qui pourrait apparaître comme des faiblesses, le pays a misé sur sa puissance militaire, comme le Zaïre, puis la République démocratique du Congo, en ont fait l’expérience à deux reprises.

Mais le régime a également misé sur ses relations avec des partenaires étrangers, qui constituent un enjeu décisif pour l’avenir économique et politique du pays. La politique étrangère rwandaise est en grande partie déterminée par Paul Kagamé, arrivé dans les arènes du pouvoir en tant que ministre de la Défense en 1994, puis chef d’Etat élu en 2003 et réélu en 20101. L’arrivée de Kagamé a marqué un tournant décisif dans la politique étrangère rwandaise, à la mesure des transformations opérées par la mise en place d’un régime dont les ambitions sont sans précédent dans la région des Grands Lacs. Le nouveau régime a réussi à faire de l’histoire du génocide un fondement de sa politique en jouant sur la responsabilité et la culpabilité de la « communauté internationale »2.

Grâce à une politique extérieure dynamique et au travers d’une lutte pour la reconnaissance des pays anglo-saxons, le Rwanda tente de s’imposer comme une puissance émergente sur la scène régionale et internationale. Gaëlle Loir, qualifie cette politique de « diplomatie de la dette »3, tandis que Filip Reyntjens utilise l’expression de « crédit génocide »4.

L’État rwandais a pleinement bénéficié de l’aide internationale qui, de 1994 aux années 2000, a représenté jusqu’à 25% de son PIB et plus de 50% de son budget5. Selon Jean Paul Kimonyo, « elle représentait 40% en 2014 […], donc l’aide a beaucoup joué un rôle, mais ce qui fait la différence c’est le bon usage de cette aide »6. Cette aide, associée à une politique de reconstruction efficace, a permis le développement économique du pays7. C’est dans ce contexte post-génocidaire que le pays a réussi à obtenir de plus en plus de considération de la part de la communauté internationale, en particulier des États-Unis, au point d’être considéré comme un miracle africain8.

Cependant, dans le contexte d’un éventuel nouveau septennat du président Paul Kagamé rendu possible grâce à la modification controversée de l’article 101 de la constitution en décembre 2015, les relations entre le Rwanda et ses alliés occidentaux se dégradent. En conséquence, le régime en place semble réorienter sa politique étrangère vers de nouveaux partenaires, dont l’Algérie. Continuer la lecture de Dégradation des relations avec l’Occident, nouveau partenariat avec l’Algérie : vers une réorientation de la politique étrangère rwandaise ?

  1. Arnaud Zacharie et François Janne d’Othée, L’Afrique centrale 20 ans après le génocide rwandais, Bruxelles, Le bord de l’eau, 2013.p. 60. []
  2. Dominique Franche, Généalogie du génocide rwandais, Bruxelles, Tribord, 2004, p. 6. []
  3. Gaëlle Loir, « Le régime de la dette perpétuelle. De l’instrumentalisation des massacres et du génocide en relations internationales », Outre-Terre, n° 11, 2005, p. 419. []
  4. Filip Reyntjens, Rwanda. Gouverner après le génocide, Bruxelles, Les belles lettres, 2014, p. 158. []
  5. Ibid, pp-164-165. []
  6. Entretien avec Jean Paul Kimonyo, écrivain et conseiller à la présidence de la République du Rwanda, 22 mai 2015, Kigali, et auteur de Rwanda : un génocide populaire, Paris, Karthala, 2008. []
  7. Jean Paul Kimonyo, « A strong man building a strong institution on weak society », The New Times, 8/08/2010. Disponible sur : http://www.newtimes.co.rw/section/article/2015-07-08/190418/ []
  8. « Le Rwanda : un nouveau miracle africain ? », Le point Afrique, 19/08/2014. Disponible sur : http://afrique.lepoint.fr/economie/rwanda-un-nouveau-miracle-africain-19-08-2014-1857735_2258.php []

La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

Le caractère dramatique de l’actualité, les inconnues sur le devenir de la crise actuelle (un politicide de basse intensité ou une crise pré génocidaire, une sortie arbitrée négociée ou une épreuve de force) incitent beaucoup plus à alerter qu’à analyser, au risque de se contenter d’une mise en perspective de longue durée et de se satisfaire d’une vision cyclique des crises enchâssées dans un décor de pressions croissantes (environnementales, démographiques, économiques, sociales..). Par ailleurs l’événement cristallise les analyses et émotions sur celui-ci au risque d’ignorer les changements au cours de ces dix dernières années1. Il convient de nuancer ce propos en s’arrêtant sur les crises et contextes des deux dernières décennies, sur la crise actuelle.

Il s’agit donc de revenir sur l’histoire immédiate des crises burundaises, des années 2005-2015 et, en se détachant de l’emprise des événements actuels, de s’interroger sur trois dimensions : le mémoire ou les mémoires, l’expérience ou les expériences et les horizons d’attente, c’est-à-dire le rapport au passé, au présent et au futur qu’ont les acteurs et les parties en présence et en conflit, leurs attitudes, comportements et stratégies, ce qui revient à s’interroger sur les régimes d’historicité2 auxquelles ils se réfèrent. Ce faisant, il convient d’approcher les perceptions de la crise dans la société burundaise.

La crise actuelle en mémoire des crises passées.

La crise en cours 2015-2016 réveille les démons du passé. Effectivement, et à première vue, elle a bien des points communs avec les précédentes et la succession des crises (1965, 1972-1973, 1988, 1993, 1994-2002-2003) d’allure décennale confirmerait la perception d’une répétition. Ces points communs sont : l’échec d’un projet politique gouvernemental délégitimé et la manifestation d’attentes, la radicalisation des comportements dont l’instrumentalisation ethnique, la montée aux extrêmes et l’évolution d’une crise politique en une « crise ouverte totale » sous l’effet de tensions structurelles3, le renouvellement générationnel des élites, les connexions régionales et internationales…des stratégies partisanes et des nœuds individuels dont le poids et la dimension psychologique des acteurs-clés. L’enchaînement de ces crises passées renforce l’image de leur dimension fatale, d’autant que chaque crise entretient des mémoires douloureuses et une culture autoritaire aux origines de la crise suivante, et réalimente le cycle de violences.

Cette perception-lecture de la crise actuelle correspond à une mise en mémoire, un rapport au passé que chaque période conflictuelle réveille. Cette mémoire est devenue obsessionnelle car elle s’est nourrie de l’absence de traitement politico-judiciaire ou du retard apporté à le faire (la Commission Vérité Réconciliation n’a été créée qu’en 2015), même si durant ces dix dernières années, la liberté d’opinion sur les questions des identités ethniques a désamorcé le discours ethniques, ses « non-dits » et ses tabous. Continuer la lecture de La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

  1. Ce thème a été abordé lors d’un séminaire tenu à Pau UPPA/LAM en novembre 2015 sur « Ou va le Burundi ? D’où vient le Burundi ? ». []
  2. Plusieurs de ces pistes ont été empruntées aux travaux de R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Editions de l’EHESS, Paris, 2016, et F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, La Librairie du XXIe siècle, Paris, 2003. []
  3. Tous les indicateurs, après une phase de reconstruction, sont au négatif : plafonnement des indicateurs démographiques, socio-culturels, dégradation économique et indice de pauvreté….. []

L’Union africaine et la Cour pénale internationale, ou le reflet de nombreuses hypocrisies

Lors de son 26ème Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernements du 29 au 31 janvier dernier, l’Union africaine a adopté de nombreuses décisions dont l’importance, comme d’habitude, fluctue.

Parmi ces décisions, il y en a une sur laquelle nous souhaiterions nous attarder : la décision adoptée, sur proposition du Président kényan Uhuru Kenyatta, par laquelle l’Union africaine s’engage à adopter une feuille de route afin que les Etats africains membres du statut de Rome établissant la CPI (Cour pénale internationale) puissent s’en retirer. Cette résolution adoptée à huit clos, n’a pour l’instant pas été publiée, mais son concepteur et la presse s’en sont largement fait écho. Face à une telle décision, a priori, lourde de conséquences, l’indifférence ne peut pas être de mise. En effet, le progrès représenté par la mise en place d’une juridiction pénale internationale compétente pour juger des crimes les plus graves commis contre des êtres humains peut-il être remis en cause par l’organisation régionale africaine ? L’UA peut-elle suggérer à ses Etats membres de se retirer du statut portant création de la CPI et légitimer le refus de leur obligation de coopération avec cette dernière ?

Nous serions tentés de dire que, malheureusement, il s’agit là une nouvelle fois d’une « tempête dans un verre d’eau » à l’Union africaine! Ce n’est, en effet, pas la première fois qu’une déclaration peu ou prou similaire est adoptée par l’organisation continentale. Depuis 2010, les Sommets de l’UA sont l’occasion de la prise de décisions hostiles à la juridiction de la CPI (de même qu’à l’exercice de la compétence universelle). On entend volontiers toutes les critiques formulées contre la CPI : partialité, immixtion dans la souveraineté des Etats africains, atteinte au principe d’immunité des chefs d’Etat, jouet dans les mains des membres du Conseil de sécurité alors que trois des membres permanents n’en font même pas partie, voire Cour raciste…Mais il nous semble que derrière ses mots se cachent de nombreuses hypocrisies.

Sur la désuétude du mode de votation à l’UA : le consensus

En termes de droit des organisations internationales, le consensus est le mode de votation utilisé pour ne pas procéder à un vote formel, pour des décisions dont la normativité est à « très basse intensité ». Ce consensus, dans le cadre de l’organisation continentale africaine, tend à faire vivre un mythe, celui d’une harmonie panafricaine entre les Etats membres. Mais il s’agit d’un mythe, qui se matérialise dans les rapports entre les Etats membres de l’Union africaine vis à vis de la CPI. En effet de nombreux Etats, à titre individuel, clament « haut et fort » leur volonté de collaborer avec la CPI, en prévenant notamment les personnes faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré par la Cour qu’ils n’hésiteront pas à les extrader, si d’aventure ils entraient sous leur juridiction. Il en est notamment ainsi du Botswana, de la Namibie ou du Malawi qui a, pour cette raison entre autres, refusé d’organiser la 19ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernements en juillet 2012.

Pourquoi les Etats hostiles à la CPI et membres au statut de la Cour utilisent-ils la Conférence comme une tribune, alors qu’individuellement ils n’osent pas prendre les dispositions nécessaires pour se retirer du Statut ? L’UA est instrumentalisée et par voie de conséquence décrédibilisée. Ce genre de déclarations sert seulement à faire illusion sur une prétendue position commune panafricaine concernant la défiance vis à vis de la juridiction de la CPI. Certains Etats, le Kenya en particulier, ont menacé de se retirer du Statut. Faut-il le rappeler, le Procureur de la CPI de l’époque avait ouvert une enquête sur les violences post-électorales de 2007, notamment à l’encontre du Président en exercice (aujourd’hui abandonnée) et de son Vice-Président. Mais force est de constater que les menaces ne sont jamais passées à exécution. Pourtant, l’article 73 du Statut de Rome prévoit la possibilité de retrait d’un Etat moyennant le respect d’un certain délai pour que cette décision prenne effet. Alors refait surface une proposition intellectuellement très satisfaisante mais matériellement aléatoire : le jugement en Afrique des criminels africains.

Sur la capacité des instances africaines de juger leurs propres criminels

De plus en plus, certains politiques ou analystes disent ou écrivent qu’il faudrait que ce soit avant tout aux Africains de juger les auteurs de violations massives de droits de l’Homme sur le continent. L’idée est séduisante pour mettre un terme aux ingérences. Mais est-ce un tant soit peu réalisable à plus ou moins brève échéance ? Force est de constater (et de désespérer) que non ! La régionalisation de la répression pénale est très embryonnaire. La Cour d’Arusha montre de nombreuses lacunes et insuffisances tant dans son érection que dans sa juridiction. Continuer la lecture de L’Union africaine et la Cour pénale internationale, ou le reflet de nombreuses hypocrisies

Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

Comi M. Toulabor

On peut se demander si le Franco-Béninois Lionel Zinsou, plus connu à Paris qu’à Cotonou, nommé le 19 juin 2015 Premier ministre du gouvernement du Bénin, n’est pas entré dans une zone de fortes turbulences. Dans le pays de son père qui est pour lui « plus touristique que familier »1, puisqu’il le connaît à peine, il pensait se mouvoir dans un écosystème politique tranquille comme fleuve, capable de gagner la présidentielle du 28 février prochain pour laquelle il a été désigné comme le candidat de la coalition au pouvoir, les FCBE (Forces Cauris pour un Bénin émergent). Brillant normalien de 60 ans, banquier de son état, nègre2 et protégé de Laurent Fabius, ayant fait toute sa carrière en France, son deal avec le très contesté et controversé président sortant Boni Yayi au lourd passif a surpris plus d’un, et son crash du 26 décembre 2015 n’a pas laissé les Béninois indifférents à sa « stratégie de communication ».

Lionel Zinsou : un Éyadéma au petit pied?

Au moment où les chrétiens soignaient leur gueule de bois post-fête de la Nativité, Lionel Zinsou choisissait de mater la mort le 26 décembre dans le crash de son hélicoptère à Djougou, dans le nord-ouest du Bénin, après un déjeuner avec le président togolais Faure Gnassingbé, successeur de son père. Sept passagers sortirent indemnes, excepté deux d’entre victimes de quelques légères blessures. Près de quarante ans plus tôt, le 24 janvier 1974, dans le même périmètre géographique, le DC-3 d’Éyadéma père se crasha à Sarakawa (nord-est du Togo), localité située à une heure à peine de route de Djougou. Celui-ci surexploita en termes magico-religieux et mythificateurs, avec une habileté machiavélique rare, cet accident d’avion au point qu’il en fit la pierre angulaire de son pouvoir, alors fondé sur un État de foi plutôt que sur un État de droit3. En dépit de leur distance temporelle, ces deux événements se lisent néanmoins dans un miroir réfléchissant des proximités très congruentes. Deux pays limitrophes : le Bénin et le Togo ; deux localités voisines : Djougou et Sarakawa ; Lionel Zinsou et Faure Gnassingbé, respectivement neveu et fils d’anciens présidents ; deux aéronefs : l’hélicoptère et l’avion ; etc. Le crash de l’hélicoptère donnera-t-il une densité légitimante à la candidature contestée de Zinsou en établissant une filiation symbolique avec la figure de l’ancien président togolais Éyadéma ? Cette lecture-là, ni Zinsou lui-même, ni les Béninois ni les états-majors des partis politiques ne la font, bien sûr. Dans ce pays comme ailleurs où pratiques religieuses et pratiques politiques sont d’une grande porosité, il n’est pas impossible que l’inconscient collectif, défiant les dogmes catholiques, imagine un Lionel Zinsou en frère jumeau de Jésus en train de naître avec un jour de décalage dans un hameau au nord du pays vaudou, alors que l’annonce du crash ne suscita qu’ironie et moqueries générales sous la plume de Roger Gbégnonvi par exemple4 ou celle anticipatrice de Martin Mateto5.

Au pays des veaux-doux (vaudous), il y a aussi des bœufs-durs (des crocodiles), Monsieur Zinsou !

Ce furent des coups de feu nourris qui accueillirent la candidature de Zinsou. Ont été vite dénoncées la manœuvre et la stratégie de Paris pour l’imposer6 et surtout celles de Boni Yayi qui l’a positionné comme son dauphin. Hermann Boko montre comment cette candidature déchaîna des passions au sein de l’opposition, dans la presse locale, les réseaux sociaux7 et la diaspora béninoise dont certains membres l’ont interpellé par des lettres ouvertes, comme celle du 20 décembre 2015 de Patient Gandaho, un Béninois résidant en France8. Continuer la lecture de Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

  1. Chroniqueur prolifique reconnu pour sa plume bien trempée et froidement acerbe et indignée, Roger Gbégnonvi aime interpeller souvent les faits et les grands hommes de son pays. []
  2. Il écrivait les discours de Laurent Fabius, PM puis ministre dont il était un très proche collaborateur. []
  3. Lire Comi Toulabor, Le Togo sous Eyadéma, Paris, Karthala, 1986 []
  4. Roger Gbégnonvi, « Lionel Zinsou ou Jésus des jours mauvais » sur <http://www.24haubenin.info/?Lionel-Zinsou-ou-Jesus-des-jours> du 27 décembre 2015, consulté le 2 février 2016. []
  5. Martin Mateso, « Bénin-Présidentielle : Lionel Zinsou, «le messie surdoué» ou «l’imposteur»? c’est selon… » sur <http://geopolis.francetvinfo.fr/benin-lionel-zinsou-le-messie-surdoue-ou-l-imposteur-c-est-selon-89451> publié le 22 décembre 2015, consulté le 4 février 2016. []
  6. Cf. La Lettre du continent du 19 juin 2015 []
  7. Cf. Le Monde Afrique du 30 novembre 2015 []
  8. Patient Gandaho, « Monsieur le Premier Ministre sans polémique, j’ai quelques questions à vous poser », http://www.sen360.fr/actualite/lettre-ouverte-a-lionel-zinsou-par-patient-gandaho-390050.html, consulté le 3 février 2016 []

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier (La Découverte, 2015, 335 p.)

 

Parce qu’il couvre depuis trente ans l’actualité africaine et qu’il a interviewé des centaines d’acteurs de la vie politique dans son émission « L’Invité Afrique », le journaliste de RFI Christophe Boisbouvier dispose d’une connaissance profonde de son sujet. Son livre est donc riche d’informations parfois oubliées ou souvent ignorées, notamment par les chercheurs.

Il a choisi de confronter son corpus documentaire au parcours de François Hollande, en démarrant son étude au moment où la gauche arrivait au pouvoir avec François Mitterrand (1981), donc au moment où l’actuel président de la République a adhéré au parti socialiste (1980). Mais, au cours de ces trente-cinq années, François Hollande n’a pas toujours occupé des postes de responsabilité. Avant d’assumer les fonctions présidentielles, il a été tour à tour simple militant socialiste, député, premier secrétaire du PS, et jamais ministre. Son rôle dans les choix africains du PS est donc difficile à cerner, d’autant plus que l’homme n’a jamais brillé par la profondeur de ses convictions.

L’ « avant 2012 » occupe la première moitié de l’ouvrage. Christophe Boisbouvier rappelle qu’entre la gauche française au pouvoir et l’Afrique, tout semblait avoir bien commencé avec la nomination en 1981 au ministère de la Coopération et du Développement de Jean-Pierre Cot, celui dont on dit qu’il lisait les rapports d’Amnesty International avant tout déplacement dans un pays du continent africain.

Ensuite, il y a eu quelques bons discours de Mitterrand, quasiment tiers-mondistes comme celui de Cancun en 1981 (« Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre, qui veulent vivre et vivre libres… »), ou appelant à la démocratie comme celui de La Baule en 1990 (« La France liera tout effort de contribution aux efforts accomplis pour aller vers plus de liberté… »). On a également remarqué le slogan de rupture proclamé par Lionel Jospin en 1995 : « Ni ingérence ni indifférence ».

Mais il y a eu quelques actes négatifs, comme « l’autre Congrès de Berlin », celui de l’Internationale socialiste (contrôlée par le PS français) qui intégra en 1992 parmi les partis frères le RCD tunisien soutien de Ben Ali et le PND égyptien soutien de Moubarak. Il faudra attendre 2011 pour qu’ils soient exclus, en même temps que le FPI de Laurent Gbagbo.

Tout au long de cette période précédant son accession au pouvoir suprême, Hollande s’est contenté d’être un témoin discret des relations franco-africaines. Il n’a guère fait d’effort pour solder les comptes de la période Mitterrand, il ne s’est pas du tout mobilisé dans la commission d’enquête sur le Rwanda lancée par Jospin en 1998, et il a manqué de vigilance à propos de la loi de 2005 sur le « rôle positif de la colonisation ». En fait, il se tenait à l’écart et restait fidèle à sa doctrine selon laquelle « quand on n’a pas d’information, le mieux est de garder le silence ». Continuer la lecture de Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

The power of self-submission in Algeria: when the bureaucracy becomes an enemy to public interest

Bouteflika’s victory in last presidential elections in Algeria has raised many questions and criticisms. Despite the disputes between the secret intelligence division (DRS) and the presidential camp, he succeeded to win the last elections for another mandate1. Moreover, the boycott of opposition did not have a real impact on the organization of these elections nor did it bring a collective reaction from the society. Despite the fact that most media have announced that the elections were not transparent, we cannot deny that a considerable masses gave their votes to the presidential party. Even the protestations that had been organized under “Barakat” movement (“enough”), had not received a very large support.2 In many cities such as Jijel, Djelfa, Msila, Skikda, Oued Souf, the population refused to participate in the marches and protestations organized by the movement.

Instead, a number of groups did organize micro-level contestations to obtain short-term demands rather than trying to coordinate a larger social movement to bring down the present kleptocracy. The emergence of these micro-level manifestations could be understood in two different ways: on the one hand, it is a symptom of the absence of national solidarity and the manifestation of an easy manipulation by opportunistic political parties or secret services, on the other hand; it might well be an indicator of the social domestication of protest.3

Obviously, the political system in Algeria gets its power from the “blind submission” more than from the power of the security forces. Despite the successive announcements of scandalous corruption cases such as Khalifa (2007), Sonatrach (Schlumberger, Chakib Khelil), SNC Lavalin4, highway east-west (2009)5, which are a part of a long chain of corruption that have prevailed since independence, the public has not shown important reactions. Thus, Algeria is classified as a fragile “soft authoritarianism”, which derives its strength from the weakness of civil society and the quasi-absence of a collective action.

This implicit obedience and the absence of opposition have historical and structural grassroots. The most salient elements that should be focused in academic analyses are the impact of civil war memory on national trust and individual reaction toward political issues, the division between the army and the DRS, the decentralization of predation practices within the security apparatus, the reappearance of clan and regional disputes, the fragmentation of middle class, a dependent civil society, the prevalence of social clientelism. Continuer la lecture de The power of self-submission in Algeria: when the bureaucracy becomes an enemy to public interest

  1. Thierry Oberlé, « Algérie : le clan Bouteflika vise le chef des «services» », Le Figaro, 04/02/2014, http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/04/01003-20140204ARTFIG00392-algerie-le-clan-bouteflika-vise- le- chef-des-services.php. []
  2. Catherine Gouëset , « Barakat: le mouvement anti-Bouteflika peut-il s’étendre en Algérie? », L’express, 07/04/ 2014 ; http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/barakat-le-mouvement-anti-bouteflika-peut-il-s-etendre-en-algerie_1506636.html. []
  3. The most Violent Micro-protestations were in Ghardia since 2013 and Ain Saleh in November and December 2014. []
  4. Enquête ; SNC LAVALIN Service secret L’envers du tableau, ajoutée le 27 octobre 2013 ; https://www.youtube .com/watch?v=h-8R4ZShcGc. []
  5. Farid Alilat, « Algérie: lourdes condamnations dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest », 07/05/2015, http://www.jeuneafrique.com/230791/economie/algerie-lourdes-condamnations-dans-laffaire-de-lautoroute-est-ouest/ []

L'actualité des Afriques vue par LAM